Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Sierra Madre occidentale

 | 
Luc Descroix
, 
Juan Estrada
, 
José Luis Gonzalez Barrios
, 
et al.

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Centre de recherche de l'Inifap (Instituto Nacional de Investigaciones Forestales y Agro-Pecuarias (...)

1Cet ouvrage est le fruit d'une longue collaboration entre une équipe de l'IRD (ex-Orstom) et des chercheurs de plusieurs laboratoires mexicains, en particulier le Cenid Raspa (Centro Nacional de Investigación Disciplinaria en la Relación Agua Suelo Planta Atmósfera)1 de Gómez Palacio (État de Durango), qui a accueilli le programme « Usage et gestion de l'eau dans un bassin du Nord-Mexique ». Pendant plus de cinq années sur place (de 1992 à 1998) puis pour de plus courtes missions, de 1998 à 2004, nous avons pu mener ensemble des travaux de terrain, de laboratoire et de bureau dans des conditions excellentes et dans une très bonne ambiance.

2Nous tenons à remercier ici Carlos Hernandez et Ignacio Sanchez Cohen, les deux directeurs successifs du Cenid Raspa, ainsi que l'ensemble de l'équipe présente sur place, en particulier Leopoldo Moreno, Raquel Anguiano et Ernesto Romero. Nous remercions également le programme Ecos-Nord qui a participé au financement de ces recherches, et le programme Isis du Cnes, grâce auquel nous avons pu disposer d'images satellitales Spot à tarif très préférentiel.

3Par ailleurs, nous avons pu compter sur l'immense connaissance du terrain et des hommes, du milieu et de son contexte mexicain, que nous a offert Henri Barrai, notre collègue géographe, malheureusement décédé depuis. Henri a beaucoup donné de son temps pour encadrer les étudiants de l'équipe, pour parfaire les connaissances de ses collègues, français et mexicains, moins expérimentés que lui ; c'est lui qui a impulsé les recherches sur la qualité des pâturages et sur les modes de gestion de l'espace, qui nous ont permis de comprendre comment le surpâturage pouvait modifier le comportement hydro-pédologique des milieux. Sa grande expérience, et l'amitié et l'affection qu'il a eues pour ce grand pays, culturellement si riche et passionnant, ont été un grand apport tant pour ce modeste travail que pour la collaboration scientifique franco-mexicaine, en particulier au nord de ce grand pays.

4Tous ces travaux reposent sur le précieux travail de l'équipe du laboratoire, qui sous l'œil vigilant de Alain Plenecassagne et José Luis Gonzalez Barrios, a procédé à plusieurs dizaines de milliers d'analyses d'eau, de sols, de roches et de plantes durant toutes ces années. L'équipe qui avait en charge le dépouillement des données, leur saisie et leur traitement informatique ainsi que la saisie des cartes a effectué un travail de fourmi sans lequel tout ceci n'aurait pas vu le jour : Laurita Macias a su fédérer le travail de l'équipe, avec l'aide de Irene, Romuald, Stéphane, Salomé, Diana et Cristobal, et constituer la base de données et le système d'information géographique.

5Les saisons des pluies, sur le terrain, ont été l'occasion de collecter de grandes quantités de données, et cela n'a pu se faire que grâce à l'intervention de nombreux stagiaires, volontaires du service national et étudiants, à savoir Eva, David, Jérôme, Frédéric, Nelly, Lupita, Pierre-Yves, Olivier, Raphaël, Alain, Cristobal, Murielle, Marco, Arnaud, Christelle, Victor, Sylvie et Béatrice.

6Nous tenons à remercier ici nos collègues de Durango, Olivier Grunberger et Jean-Louis Janeau, qui nous ont appuyés matériellement, scientifiquement et moralement durant les premières années du programme.

Notes

1 Centre de recherche de l'Inifap (Instituto Nacional de Investigaciones Forestales y Agro-Pecuarias).

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540