Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La Sierra Madre occidentale

 | 
Luc Descroix
, 
Juan Estrada
, 
José Luis Gonzalez Barrios
, 
et al.

Remerciements

Volltext

  • 1 Les mots apparaissant en gras renvoient au glossaire situé p. 303.

1Nous tenons à remercier très chaleureusement les habitants du village (ejido1) de Boleras, qui nous ont très bien accueillis et hébergés durant dix années de suite. Nous remercions aussi les autres ejidos (La Posta de Jihuites, Escobar, La Ciénega de Escobar) qui nous ont autorisés, à travers leur comité ejidal, à installer cinq bassins versants expérimentaux, des parcelles et micro-bassins de mesures sur quatre sites différents, et un réseau de cinquante-six capteurs pluviométriques. Nous tenons à spécifier qu'absolument aucune dégradation, aucun vol ni vandalisme de tout ce matériel n'a été observé durant toutes ces années.

2Nos remerciements se portent tout particulièrement sur la famille de Anita et Hilario Delgado, dont l'accueil nous a permis de nous sentir chez nous dans le hameau de Pilitas de Abajo (ejido Boleras) ; cette famille a mis une maison à notre disposition durant toutes ces années et a facilité le contact avec les habitants, les autorités et, dans la vie de tous les jours, nous ont aidés de mille et une façons, ne serait-ce que pour les nombreux dépannages de véhicules ou le transport des malades à la clinique de La Posta. Leurs enfants et petits-enfants nous ont accompagnés, aidés et accueillis les bras ouverts, leur amitié a été un soutien incommensurable pour les vingt-et-un stagiaires et jeunes étudiants français, mexicains et autres qui se sont succédé à Boleras, de même que pour les chercheurs français et mexicains peu accoutumés à la région au départ.

3Un grand coup de chapeau aussi à notre cher et regretté copain et collègue Henri Barrai qui nous a aidés de sa solide expérience et de ses grandes connaissances du milieu et des gens du Nord-Mexique ; son humour et sa gentillesse comme sa disponibilité ont été d'un immense secours tout au long de ces années. Devenu l'ami de beaucoup d'entre nous, nous sentons tous que, comme disait Brassens, « jamais au grand jamais son trou dans l'eau ne se refermera » !

Anmerkungen

1 Les mots apparaissant en gras renvoient au glossaire situé p. 303.

© IRD Éditions, 2005

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540