Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des taurins et des hommes

 | 
Christian Seignobos
, 
Éric Thys

Résumé

Texte intégral

1L’élevage des taurins au Cameroun et au Nigeria, bien que devenu anecdo-tique dans un espace désormais occupé par les zébus, suscite l’intérêt, non seulement pour comprendre le fonctionnement des sociétés qui les possèdent, mais aussi pour tenter d’enrayer le processus de leur disparition annoncée.

2Les différentes contributions qui traitent du Cameroun s’attachent à dégager les principaux traits de chacun de ces élevages, alors que les textes sur les taurins du Nigeria prennent la forme de synthèses plus globales.

Le bœuf kapsiki, dernier taurin des monts Mandara

3Dans les monts Mandara, les Kapsiki restent les derniers éleveurs de taurins. W.E.A Van Beek analyse l’ambiguïté de cet élevage, passage obligé de la reproduction de la société kapsiki, garant du statut social, mais qui, dans sa capitalisation, est source de jalousie et de tensions. Les Kapsiki sont des céréaliculteurs qui élèvent des bovins. Les taurins ne sont pas associés à l’agrosystème, ils servent uniquement dans les relations sociales. Les modes d’acquisition du taurin favorisent toute une floraison du jeu social. En cela, il est fortement opposé, comme référent symbolique, au zébu peul. Les Peuls éleveurs sont, depuis longtemps, présents sur le plateau kapsiki. Toutefois, le zébu n’a intégré que récemment et progressivement les troupeaux kapsiki. Les Kapsiki, qui s’étaient lancés à partir de leurs sites défensifs à la conquête des terres du plateau, avaient confié leurs troupeaux à des bergers peuls. Depuis deux décennies, ils ont repris en main leur élevage. Aujourd’hui, les jeunes se tournent vers le zébu, moins chargé de connotations rituelles et passéistes.

4Le taurin kapsiki, de petit format et à cornes courtes, a fait l’objet d’une étude de mensurations réalisée par B. Dineur et E. Thys. Elle a porté sur 216 animaux, dans la région de Gouria : hauteur au garrot, périmètre thoracique, longueur scapulo-ischiale (fournis par sexe et par classe d’âge), longueur des cornes et poids vif. Un tableau de conversion du périmètre thoracique en poids, avec une bonne corrélation entre ces mesures (r = 0,987), a été établi.

5Les groupes sanguins et les substances polymorphiques solubles ont été déterminés par Thys et al. sur des échantillons de sang provenant d’un corpus de 197 taurins kapsiki et de 178 zébus peuls soudaniens de la région de Dogba. Ils ont été comparés à ceux d’autres bovins : Afrikaner, Holstein, Frisian et Shorthorn. La race kapslki, classée parmi les taurins d’Afrique de l’Ouest à cornes courtes, peut être considérée vraisemblablement comme un croisement entre des taurins à longues cornes et des taurins à courtes cornes. Elle n’est pas exempte de sang de zébus.

6Une série de mesures ont été prises par P. Ducos sur le crâne et le squelette d’un bœuf castré de race kapsiki de 6,5 ans. Une certaine ressemblance apparaît avec la race n’dama.

Le bœuf namchi, symbole identitaire

7Les taurins marquent encore les paysages de la région de Poli. C. Seignobos s’est attaché à décrire l’élevage et la place du taurin chez les Dowayo. Dans cette société, la possession de ces animaux est source de prestige, les taurins étant nécessaires à la composition de la dot et lors des cérémonies de funérailles. La fonction de chef d’enclos, dont le pouvoir quasi héréditaire repose sur les « pierres des bœufs », est très valorisée. Ils forment l’armature de la société dowayo. Dans chaque village, le corral est un espace privilégié de la vie sociale et religieuse. Le taurin est réputé posséder une part d’humanité, qui conditionne ses rapports avec les hommes, les soins qui l’entourent et la symbolique qu’il sous-tend. En 1991, le recensement par C. Seignobos des corrals et de leurs « pensionnaires », comparé aux recensements et estimations antérieurs, fait état d’une stagnation, voire d’un recul, des effectifs. L’élevage taurin est déjà décrit par les premiers voyageurs comme en recul, selon l’idée qu’il aurait jadis été florissant. Rien n’est moins sûr. Cet élevage, très socialisé, très contrôlé par la gérontocratie, devait demeurer un bien rare. Si les taurins ont été plus répandus dans la région de Poli, ils n’ont jamais formé de vastes troupeaux à la façon des zébus peuls. Les administrateurs coloniaux et les Services de l’élevage, par méconnaissance de la vraie nature de cet élevage, ont, sans succès, essayé de le développer et de l’intégrer aux circuits économiques. Aujourd’hui, l’occupation des pâturages d’altitude par les éleveurs mbororo, alors que les Dowayo sont descendus sur les piémonts avec leurs taurins, a généré une forte opposition entre ces deux types d’élevage. La cohabitation ne s’effectue pas sans conflit. Comme toutes les sociétés traditionnelles de la région, la société dowayo est en crise, ce qui, à terme, condamne le taurin qui lui est associé. La survie de cet élevage serait conditionnée par une modification de son fonctionnement social et par un dessaisissement des notables au profit de jeunes éleveurs.

8E. de Garine aborde le système cognitif et symbolique touchant au taurin dans la société duupa, voisine des Dowayo, dans cinq villages qui maintiennent cet élevage. Le taurin passe ici aussi par des critères d’individuation, jusque dans la castration, considérée comme l’équivalent de la circoncision chez l’homme. Les liens avec l’élevage des Dowayo s’avèrent évidents : corral, chef d’enclos, pierres sacrées des bœufs garantes de la fécondité du troupeau, abattages somptuaires et même finalité funéraire. Toutefois, pour E. de Garine, l’élevage taurin chez les Duupa, dans ses techniques comme dans sa pratique sociale, serait en régression. Si le taurin apparaît à tous les niveaux de la culture duupa, il ne semble pas — ou plus — indispensable au fonctionnement de cette société. Le taurin s’impose comme objet de prestige, comme un « luxe ».

9Dans les sociétés dites « koma » des monts Alantika, les taurins remplissent ou remplissaient également une fonction psychosociale essentielle. E. Dounias analyse cet élevage dans le cadre de l’occupation de l’espace par les Koma : un élevage contrôlé de zébus en piémont et un élevage semi-libre de taurins sur les pentes, dans un écosystème d’altitude. Ces élevages répondent aux deux tendances de la société koma, conservatrice en montagne et plus ouverte sur les piémonts. À la différence des Dowayo, il n’y a pas ici de chefs de corral, mais des chefs de troupeaux aidés par des bouviers. L’élévation sociale d’un homme chez les Koma Gimbe s’exprime par sa faculté à sacrifier des bovins en l’honneur de son épouse, lors de la cérémonie du naginappo. Là encore, le plan de découpe et la distribution des parties de l’animal suivent un code précis. Un jeune adulte peut procéder à son premier naginappo avec un zébu, puis, avec l’âge, passer au taurin, qui demeure l’animal recherché. Les notables peuvent sacrifier dans leur vie six à sept bovins. Le taurin gardera-t-il son rôle sacrificiel, qui fait que son élevage se maintient ? Plusieurs facteurs rendent compte de sa régression : culturels, avec l’adoption de canons esthétiques peuls ; techniques, le zébu, contrairement au taurin, pouvant être attelé sur les piémonts. La raréfaction des taurins et l’isolement de l’élevage montagnard, alors que les zébus sont en abondance, sont manifestes

10E. Thys et W. Zigla ont relevé les mensurations du taurin namchi sur un échantillon de 134 mâles et 314 femelles. Elles sont exposées par classe d’âge, ainsi que le poids adulte, et accompagnées des aptitudes de la race.

11E. Thys a comparé les principales mesures corporelles, ainsi que la longueur interne et externe des mâles et des femelles des races kapsiki et namchi. Cette comparaison confirme que ces races font partie du groupe des taurins africains à cornes courtes.

Muturu et Keteku, élevages oubliés du Nigeria

12Au Nigeria, les populations de taurins et leurs types d’élevage sont le prolongement de ceux décrits au Cameroun, avec des stocks génétiques très proches. Les comportements des animaux et ceux que leur prêtent les populations qui les élèvent sont également semblables. Les finalités de ces élevages restent identiques.

13Chez les Koma du Nigeria, B. Paarup-Laursen analyse plus en détail le rituel du naginappo décrit par E. Dounias, appelé ici topnagi. Chez les Koma, ce rituel met en oeuvre tout un ensemble de relations sociales et économiques. Il est avant tout un événement social, qui permet de conforter les relations hommes-femmes et celles de leurs lignages respectifs, tout en exprimant une ascension sociale. Il agit comme un rappel des règles de la société koma, comme si la complexité du système de parenté, à la fois matrilinéaire pour les héritages et virilocal pour l’habitat, et de l’ensemble des relations sociales faisait qu’ils ont besoin d’être régulièrement définis. Le topnagi naît de la volonté d’individus et il s’adapte à l’évolution de la « carrière » des Koma, entraînant compétition et émulation. Dans la société koma, où le taurin s’efface, les traits de l’animal sacrifié pour le topnagi lui restent encore attachés. Le rôle du bovin, bien que devenu un épiphénomène économique, reste intact sur le plan symbolique, et se voit même renforcé.

14Au Nigeria, le nom de Muturu désigne tous les taurins à courtes cornes de petite taille. Ces “West African dwarf shorthorn”, selon la désignation anglaise, peuvent être divisés en quatre groupes : les Muturu de la savane au nord, les Muturu du plateau de Jos, ceux de savane périforestière et les Muturu de forêt. Pour chacun, R. Blench et al. signalent la répartition géographique, les stratégies de pâturage et d’alimentation. Des données sur la productivité (reproduction et fertilité, structure du troupeau, mortalité et retrait), sur le commerce et les contraintes de ces élevages complètent cet inventaire. Cette contribution donne la mesure de l’intérêt de ces élevages, de leur importance passée et du rôle qu’ils seraient susceptibles de jouer demain. Comme au Cameroun, ces élevages, jugés anecdotiques, ont toujours été mentionnés à titre de curiosité dans les rapports administratifs. Les populations de taurins sont réduites à des poches relictuelles, mais leurs traces — dans un passé parfois récent — se retrouvent sur de vastes aires. Il ne s’agit pas tout à fait des mêmes animaux. Dans le nord, les gabarits sont plus gros et les robes plus variées. Leur comportement « sauvage » est partout souligné, de même que leur inaptitude à donner du lait, compensée par une grande rusticité. Blench et al. mentionnent la petitesse des troupeaux et leur absence sur les marchés. Les transactions se réalisent à l’intérieur de groupes qui accordent à ce bétail la même valeur sociale (prestations matrimoniales, cérémonies funéraires, sacrifices). L’analyse des types d’élevage révèle une crise et différents degrés de disparition. Ces élevages, plus sociaux qu’économiques, sont très fragilisés par les transformations sociales en cours. Le discours des populations quant à la disparition des muturu reste toujours sujet à caution. Entrent en jeu des causes cumulées : la scolarisation des enfants, la réduction des espaces de déambulation, le changement des disciplines agraires et des encadrements politiques. Toutefois, le diagnostic est le même, c’est en tant « qu’animal social » que le taurin ne trouve plus sa place dans les sociétés rurales du Nigeria. Il a perdu son rôle de bien de prestige et celui d’animal sacrificiel irremplaçable. Sa dernière bataille se livre au niveau symbolique. S’il perd cette ultime référence au passé, il disparaît.

15R. Blench et al. ont abordé l’étude des produits métissés du Muturu, généralement appelés Keteku, ainsi que des taurins n’dama. Les Keteku du Nord et du centre (zébu x Muturu) et les Keteku du Sud (N’Dama x Muturu, appelés aussi « Croisement de Lagos ») sont replacés dans leurs aires géographiques, avec leurs systèmes de gestion. Dans le centre du Nigeria, les Keteku participent à des mouvements de transhumance. Au Borgu, ils sont utilisés en traction animale et à la traite. Dans le Sud, sur la côte, les « Croisements de Lagos » divaguent ou sont élevés au piquet. Le Keteku a été apporté par les Peuls de l’Ouest, depuis le Bénin, et il reste cantonné à la frange ouest du Nigeria. Le N’Dama a été introduit plus récemment, de Sénégambie, sur la côte du Nigeria. Le Keteku, comme le Muturu, est en recul, menacé par le zébu. Ici encore, ce reflux se réalise en dépit de qualités certaines de robusticité et comme animal de trait. La productivité du N’Dama dans un environnement pourtant difficile serait comparable à celle du zébu. Sa promotion par les projets de développement à travers les fermes-stations n’obtient pourtant pas le succès escompté au niveau de sa diffusion, y compris pour ses produits métis. Les mécanismes d’effacement qui affectent le Keteku sont les mêmes que ceux qui touchent le taurin. Les zébus, avec des stocks de peuplement écrasants, partout présents dans le pays et commercialisés sur les marchés, s’imposent, se substituant par facilité aux races locales et à leurs dérivés.

Les taurins de l’ouest du Cameroun, bœufs de chefferie

16Les Bamileke sont sans doute les rares bantous (ou semi-Bantous) à avoir possédé des bovins.

17J. Boutrais décrit comment ces troupeaux, biens inaliénables attachés aux chefferies vivaient en semi-liberté sur des pâturages ou des jachères, en marge du bocage. Largement répandus au Bamenda et au Bamiléké, ces troupeaux ont subi un lent reflux, du xviiie au début du xixe siècle. Ils ont été affaiblis par les razzias des Tchamba-Bali, puis par les raids des Peuls de Banyo et, enfin, victimes des réquisitions lors des campagnes coloniales allemande et française. Le semis de troupeaux, toujours très localisés, s’est peu à peu éclairci et les derniers ont disparu lors des troubles de la période de l’indépendance en 1959. Les ponctions opérées dans les troupeaux ont souvent excédé leur capacité de renouvellement, mais, en tant qu’attributs des chefferies, ils ont suivi leur désagrégation progressive, les chefs se débarrassant de troupeaux devenus encombrants. Enfin, l’irruption des Mbororo et de leurs zébus sur les pâturages d’altitude de l’Ouest a, selon J. Boutrais, précipité l’élimination du taurin par désintérêt des propriétaires, qui peuvent se procurer d’autres bovins et d’autres bergers.

18E. Thys évalue les aires de répartition géographique, les effectifs et les caractéristiques générales externes (avec mensurations par classes d’âge) des deux races de taurins « de l’Ouest » du Cameroun, les Bakosi et les Bakweri. Les techniques et les motivations de ces élevages relictuels sont également mentionnées.

Une extinction annoncée ?

19Dans une démarche à la fois anthropologique et archéologique, J.-G. Gauthier essaie de rapprocher les taurins récemment disparus du pays fali et ceux de l’ancien pays sao, à quelque 400 km au nord. Les Fali du Tinguelin se souviennent encore de leurs petits boeufs. Des traces de leur présence existent dans la toponymie, les ruines de corrals, des instruments de musique en corne, mais aussi dans certains chants, profanes ou rituels, et dans certains aspects de cérémonies funéraires. Certaines figurines zoomorphes pré-sao (iiie siècle av. J. C., ve siècle ap. J.-C.) représentent des taurins. Ainsi traditions orales et gisements archéologiques se rejoignent-ils pour révéler une longue présence du taurin dans le Nord-Cameroun.

20La découverte de restes osseux de Bos taurus à Gorey, (xiiie siècle), et à Mongosi (du xive au xvie siècle) permettent à A. Marliac de confirmer la présence du taurin dans les plaines du Diamaré. L’indigence du corpus n’autorise malheureusement guère de conclusions. Toutefois, l’une des intentions des auteurs de cet ouvrage est de faire prendre conscience que derrière les restes de bovins se cache peut-être un taurin, de même que derrière des ossements d’équidés il peut y avoir un poney, taurin et poney étant de bons marqueurs des civilisations pré-islamiques dans le bassin du lac Tchad. C’est également dans cet esprit qu’a été entreprise la description du squelette de taurin kapsiki (P. Ducos).

21E. Thys compare les principales mesures corporelles (hauteur au garrot, périmètre thoracique et longueur scapulo-ischiale) des races taurines du Cameroun. Cette comparaison tend à confirmer l’appartenance de ces animaux au groupe des taurins africains à courtes cornes.

22Les sanctuaires des élevages de taurins se trouvent actuellement menacés, que ce soit les taurins kapsiki des monts Mandara, le bœuf namchi de Poli et des Alantika ou encore les « taurins de l’Ouest » du Cameroun. La présence passée du taurin est attestée dans de nombreuses régions du Nord-Cameroun : les plaines du système Chari-Logone, le Diamaré et les monts Mandara septentrionaux. Les traditions orales laissent apparaître de très nombreux traits communs entre cette présence ancienne et les élevages actuels. Toutefois, ils se révèlent de plusieurs types : monopole de la chefferie (Ouest), assise politico-sociale de l’aristocratie (Dowayo), apanage des aînés (Kapsiki). Ces différences seraient le fruit d’une évolution. Le taurin comme attribut des chefferies illustrerait un état antérieur aux élevages plus démocratiques, encore que dominés par des gérontocraties. À moins que les taurins ne soient simplement au service de divers types d’encadrement politique. La limite entre ces deux modes d’élevage passait, au début du siècle, au sud de la région de Poli, chez les Kolbila : l’obligation de faire garder les taurins dans le corral du chef préfigurait les pratiques des Duru voisins. Chez les Duru, comme chez les Mbum, les troupeaux étaient déjà un monopole régalien. Lors du remplacement du taurin par le zébu, certaines techniques ou certains « traits rituels » spécifiques du taurin ont perduré dans le nouvel élevage : C. Seignobos cite en exemple le « taureau du maray » des montagnards des Mandara septentrionaux. Le bovin devait, en revanche, radicalement changer chez les Masa, en devenant, désacralisé, un bien accessible à tous et, surtout un pourvoyeur de lait. Pourquoi cet inexorable recul du taurin qui, à terme, ne peut aboutir qu’à une disparition ? Des causes historiques sont avancées. Mais si les guerres, les razzias, les épizooties et la concurrence avec le zébu peuvent être les causes de l’extinction de certaines zones d’élevage, elles n’expliquent pas tout. Pour C. Seignobos, les causes d’ordre structurel sont plus prégnantes. Cet élevage très sacralisé s’avère incapable de se « laïciser » ou de se perpétuer en dehors de la société qu’il sert. Il disparaît avec elle. Apanage des chefferies en d’autres lieux, il peut également disparaître avec l’effacement de leur pouvoir. C’est le cas de l’ouest du Cameroun. Dans le Nord, les nouvelles générations de Dowayo et de Kapsiki sauront-elles s’affranchir de l’héritage des aînés pour accéder à une gestion plus libre de ces élevages ? L’avenir du taurin y est en suspens.

© IRD Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site