Version classiqueVersion mobile

Des taurins et des hommes

 | 
Christian Seignobos
, 
Éric Thys

Une extinction annoncée ?

Comparaison des mesures corporelles des races taurines du Cameroun

Éric Thys

Texte intégral

Introduction

1La diversité de localisation des races taurines au Cameroun amène tout naturellement à se poser la question de leur origine et de leurs relations mutuelles.

2La classification des taurins d’Afrique est basée sur la taille des cornes (Epstein, 1971). La taille des animaux constitue également un critère repris dans les comparaisons (mesure de la hauteur au garrot).

3Dans la limite des données actuellement disponibles, cette note tente d’apporter quelques informations sur ce sujet en se basant sur la comparaison des mesures corporelles (Dineur et Thys, 1998 ; Nzanteh Mekwi, 1988 ; Thys et Zigla, 1998) et en mettant ces observations en relation avec les données sanguines (Thys et al., 1998) et ostéomorphologiques (Ducos, 1998) disponibles.

Comparaison des mesures

4Les figures 1 et 2 reprennent l’évolution de la hauteur au garrot des races kapsiki, namchi et des races du Sud-Ouest (SW). Dans le tableau I sont comparés la hauteur au garrot, le périmètre thoracique et la longueur scapulo-ischiale de Kapsiki et Namchi adultes.

5À l’analyse des graphiques (fig. 1 et 2), on constate que la hauteur au garrot des Kapsiki se situe toujours au-dessus de celle des Namchi. Cela est confirmé par la comparaison statistique des mesures des mâles et des femelles. Les Kapsiki sont donc de taille supérieure aux Namchi.

6En revanche, les taurins du Sud-Ouest évoluent d’une manière intermédiaire, les adultes étant très grands par rapport à ceux des deux autres races. L’analyse de la courbe peut faire penser à une origine mixte, ce qui confirmerait l’impression que l’échantillon pris par Nzanteh Mekwi (1988) n’est pas homogène dans toutes les classes d’âge. On peut néanmoins penser, comme l’a observé Domingo (1980) pour la race lagunaire, que les animaux de l’intérieur des terres (les Bakosi) sont plus grands que ceux de la côte (Muturu du Cameroun).

Fig. 1 — Hauteur au garrot des races taurines du Cameroun. Comparaison des femelles.

Tabl. i — Mesures corporelles des mâles et femelles adultes kapsiki et namchi (en cm) et comparaison statistique (t-Student).

Tabl. i — Mesures corporelles des mâles et femelles adultes kapsiki et namchi (en cm) et comparaison statistique (t-Student).

ns : non significatif ; *** : hautement significatif p<0,001

7Le tableau II reprend les mesures des cornes des adultes. On constate que les races du Nord ont des cornes plus grandes que celles du Sud-Ouest. La comparaison entre Kapsiki et Namchi est difficile, compte tenu de la méthode de mesure divergente. Si l’on se base sur la différence en longueur interne et externe chez les taurins du Sud-Ouest, on peut supposer que la mesure externe des cornes des Kapsiki aurait été d’environ 25 cm, ce qui correspond aux mesures prises sur les Namchi. Il n’y aurait donc pas de différence objective, mais la différence significative en format fait que les cornes des Namchi paraissent plus longues, ce qui pourrait peut-être expliquer l’erreur de classification reprise par Epstein (1971).

Fig. 2 — Hauteur au garrot des races taurines du Cameroun. Comparaison des mâles.

8Enfin, on constate que toutes ces mesures de cornes sont de loin inférieures à celles effectuées sur le N’Dama, qui est le prototype du taurin à longues cornes (Bos taurus primigenius) : 45 à 50 cm selon Williamson et Payne (1977) et même 60 cm selon Epstein (1971).

Tabl. ii — Mesures des cornes chez les adultes (mâles et femelles confondus) des races taurines du Cameroun et comparaison statistique (t-Student).

Tabl. ii — Mesures des cornes chez les adultes (mâles et femelles confondus) des races taurines du Cameroun et comparaison statistique (t-Student).

SW : Sud-Ouest ; *** : hautement significatif.
N.B les écarts-types pour les races SW calculés à partir des données tabulaires de Nzanteh (1988).

Conclusion

9La comparaison des mesures corporelles relevées sur le cheptel taurin du Conclusion Cameroun tend à confirmer l’appartenance de ces animaux au groupe des taurins africains à courtes cornes.

10La relation entre les différentes races n’est pas à déduire de ces mesures et il est actuellement difficile de conclure, comme le fait Tayou (1986) sur la base des seules différences de format, que le Kapsiki serait fondamentalement dissemblable des autres taurins du pays. Les variations en taille peuvent, en effet, avoir pour cause d’autres facteurs que des différences génétiques. L’étude des systèmes-marqueurs de substances sanguines (Thys et al., 1998) ainsi que les mesures ostéomorphologiques (Ducos, 1998) semblent néanmoins indiquer que cette race taurine occupe une place particulière et qu’elle aurait des liens de parenté avec des races taurines à longues cornes.

11Des études de caryotype, de systèmes-marqueurs de substances sanguines et d’ADN des différentes races permettront peut-être de fixer de façon plus précise les filiations interraciales.

Bibliographie

Références

Dineur (B.), Thys (E.), 1998 — « Caractéristiques phanéroptiques et biométriques de la race kapsiki ». In Seignobos (C.), Thys (E.), éd : 39-44.

Domingo (A. M.), 1980 — Contribution à l’étude de la population bovine des États du Golfe du Bénin. Paris, Agence de coopération culturelle et technique, 2e édit.

Ducos (P.), 1998 — « Étude d’un squelette de bœuf kapsiki. Comparaison avec la race N’Dama ». In Seignobos (C.), Thys (E.), éd : 53-58.

Epstein (H.), 1971 — The origin of the domestic animals of Africa. London, Africana Publishing Corporation, vol. 1.

Nzanteh Mekwi (M.), 1988 — The Muturu Cattle in the South West Province. Mémoire, CNFZV, Maroua.

Seignobos (C.), Thys (E.), éd., 1998 — Des taurins et des hommes. Cameroun, Nigeria. Paris, Orstom, coll. Latitudes 23, 400 p.

Tayou (K. R.), 1986 — « Différences phénotypiques entre taurins Kapsiki et Namchi ». In : Rapport annuel 1985-1986. Station de recherches zootechniques de Yagoua, Yagoua, IRZ : 79-87.

Thys (E.), Bouquet (Y.), Van Der Weghe (A.), Van Zeveren (A.), 1998 — « Caractérisation de l’individualité génétique des taurins kapsiki du Cameroun par quelques systèmes marqueurs de substances sanguines ». In Seignobos (C.)t Thys (E.), éd : 45-52.

Thys (E.), Zigla (W.), 1998 — « La race taurine namchi du Nord- Cameroun. Aspects zootechniques ». In Seignobos (C.), Thys (E.), éd : 213-225.

Williamson (G.), Payne (W. J. A.), 1977 — An introduction to animal husbandry in the tropics. London, Longmans, 3e édit.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 — Hauteur au garrot des races taurines du Cameroun. Comparaison des femelles.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Tabl. i — Mesures corporelles des mâles et femelles adultes kapsiki et namchi (en cm) et comparaison statistique (t-Student).
Légende ns : non significatif ; *** : hautement significatif p<0,001
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Fig. 2 — Hauteur au garrot des races taurines du Cameroun. Comparaison des mâles.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Tabl. ii — Mesures des cornes chez les adultes (mâles et femelles confondus) des races taurines du Cameroun et comparaison statistique (t-Student).
Légende SW : Sud-Ouest ; *** : hautement significatif.N.B les écarts-types pour les races SW calculés à partir des données tabulaires de Nzanteh (1988).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5427/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

© IRD Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search