Version classiqueVersion mobile

Des taurins et des hommes

 | 
Christian Seignobos
, 
Éric Thys

Muturu et Keteku, élevages oubliés du Nigeria

Le N’Dama et le bétail issu de croisements (Keteku) au Nigeria

Histoire, répartition et productivité

Roger Blench

Texte intégral

1Cette communication est un extrait modifié du tome II du Nigerian National Livestock Resource Survey. Le gouvernement nigérian a passé en 1988 un contrat avec le Resource Inventory and Management Limited pour la réalisation d’une enquête nationale sur le cheptel ; les travaux de terrain ont été effectués en 1989 et 1990, et le rapport final a été soumis au gouvernement fédéral du Nigeria en 1992. Ce texte rédigé par Roger Blench est basé sur ses propres données de terrain, des rapports soumis par d’autres chercheurs et un examen approfondi de la littérature. Roger Blench a rassemblé les données socio-économiques tandis que Andrew De Jode et Edoardo Gherzi étaient chargés des données concernant la production animale et de la description des systèmes de production associés. Les notes concernant les Keteku au nord du Yorubaland et dans la région de Lagos ont été écrites par Catherine di Domenico. Les calculs ont tous été vérifiés par William Wint. L’ordre dans lequel sont cités les auteurs reflète l’importance de leur contribution. Les auteurs remercient le Federal Department of Livestock and Pest Control Services de les avoir autorisés à adapter les informations présentées dans ce rapport.

Introduction

2Comme pour le West African Shorthorn, ou Muturu, il existe peu de publications sur la répartition, la gestion, les caractéristiques anatomiques ou la productivité des croisements Muturu x zébu ou Muturu x N’Dama, connus au Nigeria sous le nom de Keteku. Sans compter le Muturu, trois types principaux de bétail sont classés dans la large rubrique des trypanotolérants :

  • les croisements du West African Shorthorn avec le zébu (donc moins trypanotolérants) ;
  • les croisements du West African Shorthorn avec le N’Dama ;
  • le N’Dama de race pure proprement dit.

3Le taurin kouri (élevé principalement dans les îles du nord du lac Tchad) n’est pas trypanotolérant.

4Le N’Dama, contrairement au zébu et au Muturu, n’est pas une espèce autochtone du Nigeria mais a été importé. Son histoire est donc partie de la politique en matière d’élevage. Cette communication n’est cependant pas un historique des programmes d’élevage du bétail : elle porte essentiellement sur la gestion de ces animaux une fois qu’ils se sont répandus dans les communautés villageoises.

Répartition et caractéristiques

5Les trois types de bétail dont traite ce document sont la race N’Dama pure, le Keteku du Borgu, ou croisement Muturu x zébu, et le croisement N’Dama x Muturu, ou « Croisement de Lagos ».

Fig. 1 — Répartition des taurins et de leurs croisements au Nigeria.

Fig. 2 — Lieux mentionnés dans le texte.

Répartition et quantité

6La figure 1 présente la répartition des différents croisements keteku établie en 1990. Le nombre de têtes indiqué par l’international Livestock Center of Africa (Ilca, 1979 : 204) était de 180 000 pour le Nigeria, nombre très probablement exagéré s’appuyant sur une carte de répartition peu précise. Des missions sur le terrain ont établi que les Keteku sont significativement moins nombreux qu’on le pensait auparavant et que leur répartition est très différente. Il est peu probable qu’il existe jusqu’à 100 000 têtes, tous types confondus. Ce chiffre est à comparer à une population totale de 14 millions de bovins (RIM, 1992), composée en majorité de zébus.

7Définir le Keteku est devenu plus difficile ces dernières années du fait d’une proportion croissante de sang zébu dans les troupeaux keteku. À mesure que les troupeaux fulbe se déplacent vers le sud et occupent des régions auparavant limitées aux bêtes trypanotolérantes, davantage de zébus sont achetés pour les troupeaux des villages. Utiliser le nom de Keteku pour désigner un bovin peut aussi bien refléter le passé culturel du propriétaire que la carte génétique de l’animal.

Le Keteku du Borgu

8Le Keteku, également connu sous les noms de Kataku, Ketari, Borgu, Borgawa et Kaiama, est un croisement stabilisé trypanotolérant entre Muturu et zébu (Gates, 1952 ; Adeniji, 1983). Le nom de Keteku s’applique aussi localement à un croisement N’Dama x Muturu que l’on rencontre sur la côte près de Lagos. Celui-ci sera désigné ici sous le nom de « Croisement de Lagos » pour éviter toute confusion.

9Le Keteku du Borgu possède à la fois les caractéristiques du Muturu et celles du Bunaji (zébu white fulani), aux types blanc, gris et noir prédominants et plus occasionnellement rouge et brun (zébu red fulani). Les cornes sont plus longues que celles du Muturu, mais la bosse est plus petite et les pattes plus courtes que chez le Bunaji.

10Au Nigeria, les troupeaux de Keteku se limitent à une bande étroite de territoire le long de la frontière du Bénin, bien qu’ils représentent en principe la race dominante de ce pays voisin où ils sont appelés « Borgou ». Cette région, ordinairement connue sous le nom de Borgu, faisait partie des États de Kwara et Sokoto mais fut rattachée aux États du Niger et du Kebbi en 1991.

11Ce type de croisement a dû être beaucoup plus répandu dans un passé récent, car on le trouve encore en petit nombre dans la région de Mariga au centre-nord de l’État du Niger. Les véritables West African Shorthorns ou Muturu sont toujours présents dans cette région et les croisements sont localement appelés Muturu. Ils auraient été beaucoup plus nombreux avant que le zébu ne devienne omniprésent. On rencontre une autre population clairsemée de Keteku dans l’État de Sokoto, où ils sont vendus aux paysans qui les utilisent pour les labours depuis la région frontalière de la république du Bénin. Ils ont la réputation d’être plus résistants aux maladies que les zébus.

12Plus à l’est, on trouve occasionnellement des Keteku au voisinage des villages dans le nord du Yorubaland. Le West African Shorthorn était répandu par le passé dans toute cette région, où le Keteku le remplace aujourd’hui. Les paysans de la région de Ondo, qui apprécient à la fois leur taille et leur trypanotolérance, achètent parfois les Keteku comme investissement. Auparavant, ceux-ci provenaient de stations d’élevage et étaient distribués dans le cadre de programmes de vulgarisation. Le Government Livestock Centre de Ado-Ekiti possède encore une réserve de Keteku.

13Contrairement à d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, Il n’y a eu que peu de « nouveaux » croisements entre zébu et Muturu dans le sud du Nigeria, tout au long de la ligne d’imbrication des deux types de bétail, ce qui peut paraître surprenant. Les éleveurs igbo, par exemple, ont tendance à considérer que les deux races ne sont pas compatibles : des interdits religieux s’opposeraient aux tentatives de croisement. La séparation génétique continue dans le Plateau et reflète probablement une rivalité ethnique entre les propriétaires aussi bien que des considérations de productivité animale.

14Il semble cependant qu’il y ait eu des croisements importants dans le nord- est du Nigeria. Des descriptions anciennes (par exemple, Gates, 1952) mentionnent une race « Biu » qui était, semble-t-il, un Muturu de la savane avec une quantité variable de gènes zébus. C’était peut-être aussi la base de la variété Adamawa Gudali de la région de Yola. Ces races ont disparu ou se sont fondues dans la population zébu environnante (Mason, 1988). Cependant, on trouve occasionnellement des croisements de type keteku pratiquement sans bosse dans les troupeaux de zébus de l’État de Borno. Ceux-là viennent soit de la république du Cameroun, où les équivalents des Muturu sont encore beaucoup plus répandus, soit des troupeaux de Muturu du Michika-Mubi.

Le N’Dama

15Le bétail n’dama est originaire de Guinée et des régions voisines situées à l’ouest de l’Afrique occidentale (Starkey, 1984). Il a d’abord été introduit au Nigeria depuis la Guinée en 1939 à titre d’expérience, du fait qu’il était trypanotolérant et plus gros que le Muturu.

Le N’Dama a un corps de taille moyenne, compact, avec des cornes en forme de lyre aux pointes noires, et n’a pas de bosse. Les N’Dama importés au Nigeria présentent en général une robe fauve, mais des individus noirs ou pie existent en Guinée. Le mâle possède un fanon de petite taille et une assez forte tête.

16Du bétail n’dama a été importé à plusieurs reprises de Sénégambie pour des stations puis vendu à des paysans et des éleveurs dans le but d’améliorer la résistance des troupeaux locaux à la trypanosomiase. La plupart du temps, les bouviers croisent les N’Dama avec des zébus, et il subsiste aujourd’hui peu de N’Dama de pure race en dehors des stations. Il existe encore des N’Dama à Itaji, Ayede, Itapaji, Oke-Agbe et Ikaram, au nord du Yorubaland.

17Les importations de N’Dama se sont poursuivies de manière sporadique, et le dernier lot d’animaux a été acheminé par avion au cours de l’année 1989. Au Nigeria, les N’Dama se trouvent généralement dans des fermes gouvernementales comme celles de Fashola et d’Adada (fig. 2), ou sont vendus à des entrepreneurs privés. Cependant, le but principal de ces importations, à savoir la distribution d’animaux reproducteurs aux éleveurs des villages, a été rarement atteint, bien que des ventes de reproducteurs aient lieu périodiquement (De Jode, 1989).

Le Croisement de Lagos

  • 1 En 1990, le taux de change du naira était d’environ 18 pour une livre sterling ou 10 pour 1 dollar (...)

18Les Keteku de Badagry, État de Lagos, proviennent d’une distribution de taureaux n’dama au milieu des années soixante sous les auspices de la Western Livestock Company. Celle-ci continue à vendre des animaux reproducteurs aux paysans. Un taureau coûtait 2 600 nairas1 en 1990. Les N’Dama distribués aux paysans étaient accueillis avec enthousiasme et croisés avec le West African Shorthorn indigène (Muturu). Ces croisements sont connus sous le nom de Keteku. Cependant, ils ont récemment subi une introduction importante de gènes zébus (Maule, 1990) à la suite du déplacement des zébus vers le sud dans la savane périforestière de l’État d’Ogun. On ne peut de ce fait les considérer comme une race stabilisée, malgré leur rôle important dans les systèmes de production traditionnels. Ils restent cantonnés sur la bande côtière qui correspond à peu près à la région des cocoteraies.

19Les croisements de Lagos sont plus grands que les Muturu de race pure, avec des cornes de taille moyenne, une bosse petite ou totalement absente, et une couleur de robe allant du noir, fauve ou blanc uni au pie-noir et pie-rouge. Cornes et pattes sont plus longues que celles des Muturu.

Le Humpless Longhorn indigène

20Des peintures rupestres dans le nord du Nigeria indiquent clairement que du bétail humpless longhorn peuplait les régions semi-arides (Epstein, 1971 ; Blench, 1993). Il ressemblerait aux Pabli de la république du Bénin (Troquereau, 1961) et correspond à un N’Dama « oriental ». Un genre de bétail semblable (le Namchi) subsiste encore chez les Dowayo dans le nord du Cameroun (Epstein, 1971 ; Seignobos et Thys, 1998). Une population isolée de Humpless Longhorns existe peut-être encore chez les Mumuye, près de Jalingo, dans le nord-est du Nigeria. En 1986, ils étaient déjà fortement croisés avec les zébus « envahisseurs » et clairement voués à l’extinction. En ce qui concerne la taille et la couleur, ils ont peut-être contribué à la réserve génétique des Muturu du Nord, mais il n’existerait pas aujourd’hui de population viable.

Un Keteku au Nigeria, en zone de savane.

Systèmes de gestion

21Le Keteku et le Croisement de Lagos ont des habitats très différents : les systèmes de gestion qui leur sont appliqués sont donc divers.

Le Keteku (Muturu x zébu)

22Le bétail keteku représente la race établie dans tout le centre de la république du Bénin, et sa répartition au Nigeria peut être considérée comme une extension vers l’est de cette population. À l’intérieur du Nigeria, les Keteku sont élevés par les populations indigènes du Borgu, les Busa et les Baatonun, ainsi que par certains Yoruba au nord-est de l’État d’Oyo. Les Fulbe, venus de la république du Bénin dans les années quarante, ont aussi amené au Borgu des troupeaux de Keteku. Les groupes de Fulbe qu’ils ont rencontrés au Nigeria élevaient principalement des zébus. Le processus de croisement des deux types de bétail est issu de leur rencontre.

23Le système de gestion est basé sur la transhumance entre les pâturages de saison sèche et ceux de saison des pluies. Au début de la saison des pluies, en mai-juin, après les plantations, la famille fulbe se sépare en deux groupes : le chef de famille et les femmes restent sur place pour s’occuper des cultures jusqu’à la récolte, les plus jeunes fils se dirigent avec le troupeau vers le sud ou vers l’est pour trouver de l’herbe fraîche à l’écart des terres cultivées. La transhumance est relativement limitée ; dans la plupart des cas, le troupeau se trouve à moins de trente kilomètres de sa base. Il reste à l’écart jusqu’à la période des récoltes, et les bergers fulbe s’entendent avec les paysans locaux pour faire paître leurs bêtes sur les résidus de récolte. Quand ceux-ci sont épuisés, le troupeau rejoint l’exploitation familiale pour se nourrir des résidus de récolte familiaux.

24La traction animale n’est utilisée que le long de la frontière nord-ouest du Borgu, qui touche la république du Bénin. Les Keteku sont réputés comme bêtes de trait et pour leur bonne adaptation au stress du travail saisonnier, aussi un petit commerce d’exportation de Keteku vers l’État de Kebbi s’est-il développé. Près de Babana, il semble que certains paysans attellent quatre Keteku à la fois étant donné la quantité de racines et de pierres dans le sol.

25Les paysans qui n’emploient pas leurs Keteku pour les labours les confient souvent à des gardiens fulbe qui reçoivent en contrepartie du lait et un pourcentage sur les naissances, ou encore un salaire annuel en espèces. Dans certains villages au sud du Borgu, le bétail est rassemblé et le troupeau gardé par un gardien salarié ou par de jeunes hommes du village. Contrairement aux Muturu, les femelles keteku sont traites régulièrement, en général deux fois par jour pendant la saison des pluies et une fois durant la saison sèche.

26Les mérites comparés des Keteku et des zébus font toujours l’objet de discussions au Borgu. Les Keteku seraient plus résistants aux maladies et plus productifs en termes de veaux et de lait. Le principal inconvénient réside dans leur taille, inférieure à celle des zébus ; ils sont par conséquent moins prestigieux et leur prix sur le marché est moins élevé. Les paysans disent souvent que les Bunaji et les Rahaji de pure race sont moins dociles et plus enclins à faire des dégâts que les Keteku, mais peut-être s’agit-il seulement là d’un a priori ou d’un effet de la méconnaissance du bétail de la part des paysans.

27Plus à l’est, les paysans Yoruba achètent parfois des têtes de bétail comme investissement. Par exemple, à Aiyetoro, des Keteku ont été achetés récemment et gardés en liberté comme les Muturu. Mais le plus souvent, quand le troupeau d’un village revêt une certaine importance, on engage un berger par contrat. Cependant, contrairement au Borgu, où les éleveurs salariés se déplacent sur de longues distances avec les troupeaux, ces animaux restent à proximité du village toute l’année.

Le Croisement de Lagos (Muturu x N’Dama)

28Les systèmes d’élevage sont différents sur la côte et à l’intérieur du pays. Sur la côte, dans les plantations de noix de coco des petits exploitants, le bétail est attaché aux cocotiers par les cornes durant la nuit, et libéré pour pâturer le jour. Pendant la saison sèche, son rayon de pâture est de 3 ou 4 km. Après la récolte, il se nourrit des résidus de maïs, manioc et arachide mais ne reçoit aucun fourrage ou nourriture supplémentaire. Les propriétaires acceptent de garder le troupeau commun sur chaque parcelle de cocotier pendant trois mois pour la fertiliser. À l’intérieur des terres, le bétail est parqué dans un enclos en bois pendant la nuit et attaché le jour sur un coin de pâturage libre. Pendant la saison sèche, il est en général surveillé par des gardiens fulbe salariés qui vendent le lait comme partie de leur salaire.

Productivité

29Les études sur les Keteku sont rares. Hill et Upton (1964) ont analysé la croissance des N’Dama et des Keteku dans les fermes et Morkramer (1985) a comparé les croisements Brown Swiss et Keteku avec d’autres races dont les N’Dama. Olutogun (1976) a également comparé les caractéristiques de reproduction de N’Dama et de Keteku dans les stations gouvernementales. Au Nigeria, Olutogun et Dettmers (1986) signalent que les croisements N’Dama x Keteku se révèlent plus productifs que chacune des deux pures races. I’Ilca (1979 : 211) a établi un résumé des données disponibles dans les archives des stations. Il n’existe aucune référence sur des croisements N’Dama x Muturu dans l’État de Lagos. I’Ilca (1979 : 212) mentionne quelques données émanant des stations sur les croisements N’Dama x Keteku, mais celles-ci ne sont pas vraiment comparables aux croisements effectués en gestion traditionnelle.

Reproduction

30Étant donné le manque d’information sur la productivité des animaux en gestion traditionnelle, des enquêtes ont été menées selon la technique du Mature Breeding Female History (MBFH). Les carrières de 102 femelles ont été enregistrées en août 1990 au Borgu. Dans l’État de Lagos, 44 carrières ont été prises en compte en novembre 1990. Les tableaux I et II donnent une synthèse des résultats comparatifs détaillés dans les paragraphes ci-dessous.

Tabl. i — Comparaison des paramètres de reproduction de bétail trypanotolérant issu de croisements et de zébus au Nigeria.

Tabl. i — Comparaison des paramètres de reproduction de bétail trypanotolérant issu de croisements et de zébus au Nigeria.

Tabl. ii — Répartition annuelle des mises bas des Keteku du Borgu et des Croisements de Lagos.

Tabl. ii — Répartition annuelle des mises bas des Keteku du Borgu et des Croisements de Lagos.

31Le tableau i permet de comparer les principaux paramètres enregistrés dans les deux cas à ceux de zébus rahadji (Red Fulani).

32Le tableau ii présente les pourcentages de veaux nés chaque mois de l’année. À partir de ceux-ci, il est possible de calculer les tendances de conception.

Le Keteku du Borgu

33Les paramètres de productivité des femelles sont donnés dans le tableau i. Ils montrent que les femelles sont d’une productivité comparable à celle du zébu rahaji (Red Fulani), avec un intervalle entre mises bas de 20,6 mois et un âge moyen de 44,6 mois au premier vêlage. Les résultats de l’enquête sur les Rahaji, une race de gros zébus rencontrés dans la zone semi-aride, sont fournis à titre de comparaison.

34L’Ilca (1979 : 211) fait état d’un intervalle entre les vêlages de 19,3 mois et d’un premier vêlage à 47 mois pour les Keteku de la ferme d’Upper Ogun à la fin des années cinquante. Le tableau iii indique la répartition des classes d’âge à la première mise bas pour les Keteku et les Croisements de Lagos.

35La distribution des vêlages est présentée sur le tableau II et celle des conceptions sur la figure 3. Celles-ci ont été régulières tout au long de l’année, hormis une pointe importante en octobre et novembre, ce qui est quelque peu surprenant étant donné que ce n’est pas normalement une période d’abondance nutritionnelle.

Tabl. iii — Âge au premier vêlage des Keteku du Borgu (n = 102) et des Croisements de Lagos (n = 44).

Tabl. iii — Âge au premier vêlage des Keteku du Borgu (n = 102) et des Croisements de Lagos (n = 44).

Fig. 3 — Répartition annuelle des conceptions des Ketelu du Borgu (n = 102).

Le Croisement de Lagos (N’Dama x Muturu)

36Dans le tableau i sont regroupés les principaux paramètres de reproduction du Croisement de Lagos. L’âge moyen de la première mise bas est de 40 mois, comparable à celui des Muturu de la zone de forêt. L’âge moyen des femelles reproductrices est de 69,4 mois, avec des mises bas moyennes de 1,8 par femelle. L’intervalle entre mises bas est de 20,6 mois, semblable à celui des Keteku du Borgu. Le tableau iii indique l’âge au premier vêlage. On remarque une légère tendance à une conception plus précoce par rapport au Keteku du Borgu.

37La répartition annuelle des vêlages est donnée sur le tableau II et celle des conceptions est représentée sur la figure 4. Il n’y a pas vraiment de variation saisonnière marquée, bien que les taux de conception semblent baisser légèrement pendant la saison sèche de janvier à mars. Dans cette région de forte pluviosité, la productivité du bétail dépend de l’abondance de la végétation.

Fig. 4 — Répartition annuelle des conceptions des Croisements de Lagos (n = 44).

Structure du troupeau

Le Keteku du Borgu

38Une structure de troupeau indicative (tabl. iv) et une pyramide démographique (fig. 5) peuvent être calculées en ajoutant les âges des mères et ceux de leurs petits. Sont exclus les mâles achetés et les mâles castrés, deux cas assez rares.

39On remarque principalement dans la pyramide le grand nombre de femelles plus âgées dans le troupeau par rapport à d’autres races. Cela suggère une tendance à garder les femelles pour le lait — peut-être celles qui appartiennent à des paysans plus sédentaires.

Tabl. iv — Keteku du Borgu : structure du troupeau (n = 273).

Tabl. iv — Keteku du Borgu : structure du troupeau (n = 273).

Fig. 5 — Pyramide des âges des Keteku du Borgu (n = 273).

Le Croisement de Lagos

40Une structure de troupeau de base et une pyramide démographique pour le Croisement de Lagos sont donnés sur le tableau v et la figure 6.

41La « protubérance » de la pyramide entre quatre et sept ans reflète l’importance de la traite des femelles. Cela suggère que les veaux femelles sont vendus aussi souvent que les mâles, mais une fois qu’une mère a fait ses preuves, elle reste dans le troupeau.

Tabl. v — Croisement de Lagos : structure du troupeau (n = 97).

Tabl. v — Croisement de Lagos : structure du troupeau (n = 97).

Fig. 6 — Pyramide des âges des Croisements de Lagos (n = 97).

Mortalité et retraits du troupeau

42Il est possible de calculer le taux approximatif de mortalité et de prélèvements à partir de l’analyse du devenir des jeunes (tabl. vi). Il faut noter que « le prélèvement » dont il s’agit ici ne représente pas un taux annuel mais plutôt un pourcentage de la descendance totale. Le prélèvement annuel serait quelque peu inférieur.

43Un aspect non négligeable de la production de Keteku du Borgu et de Croisements de Lagos réside dans le fort taux de mortalité des veaux. En effet, ajouté au niveau moyen ou élevé de prélèvement, il contribue à la faible durabilité des troupeaux. Il est à noter cependant que ces deux systèmes de production reposent sur l’achat de mâles provenant des grands troupeaux de transhumance venus du Nord. Ils n’apparaissent pas sur la pyramide démographique mais permettent au troupeau de rester viable.

Tabl. vi — Devenir de la descendance de bétail trypanotolérant issu de croisements et de zébus.

Tabl. vi — Devenir de la descendance de bétail trypanotolérant issu de croisements et de zébus.

Le Keteku du Borgu

44Le tableau vii indique la répartition des bêtes quittant le troupeau. Près de 40 % de la descendance des femelles ne reste pas dans le troupeau, pour des raisons de décès, de vente ou d’abattage.

Tabl. vii — Motifs de départ des troupeaux des Keteku du Borgu (n = 115 sur 286 naissances) et des Croisements de Lagos (n = 29 sur 82 naissances).

Tabl. vii — Motifs de départ des troupeaux des Keteku du Borgu (n = 115 sur 286 naissances) et des Croisements de Lagos (n = 29 sur 82 naissances).

45Le taux de mortalité (près de 20 %) des Keteku du Borgu est le plus élevé de toutes les races de bétail du Nigeria, à l’exception du Kouri.

46L’importance de l’échantillon (57 décès sur 286 naissances) suggère que ce résultat n’est probablement pas une irrégularité statistique. Le taux d’avortement sur un échantillon de 293 gestations était de 2,7 %. La principale cause de décès évoquée était la diarrhée, mais la forte proportion de décès pour raisons inconnues ne permet pas une analyse plus poussée. Le taux global de vente et d’abattage atteint 20,4 %, ce qui est étonnamment élevé étant donné le taux de mortalité.

Le Croisement de Lagos

47La répartition des bêtes ayant quitté le troupeau est indiquée dans le tableau vii. Dans l’ensemble, la taille des échantillons est plutôt réduite, et ces résultats doivent être considérés à titre purement indicatif.

48Comme pour les Keteku du Borgu, le taux de mortalité (22 %) des Croisements de Lagos est très élevé, bien qu’aucun avortement n’ait été enregistré. La kause de décès la plus couramment citée est la diarrhée, mais infections pulmonaires et fièvre aphteuse sont également mentionnées. Le taux global de ventes et d’abattage, de 13,4 %, est comparable à celui d’autres races. Il suggère par ailleurs que l’élevage doit être une activité rentable pour pouvoir supporter un tel taux de mortalité.

Maladies

49Le taux de mortalité des veaux chez les Keteku du Borgu, dans l’État de Kwara, est extrêmement élevé et les bergers mentionnent les mêmes maladies que pour les zébus. Les principales affections signalées sont la trypanosomose (sammore), la fièvre aphteuse (Shabu), la douve du foie (Henyre), et konnoje, une maladie censée provoquer des avortements, peut-être la brucellose.

50L’éloignement de la région et le manque de services vétérinaires contribuent peut-être à ce fort taux de mortalité. La situation actuelle présente cependant quelques paradoxes, étant donné que c’est leur résistance aux maladies qui fait traditionnellement la valeur des Keteku. Il est possible que, en augmentant la proportion de sang zébu dans leurs troupeaux, les producteurs échangent prestige contre plus de vulnérabilité.

51La mortalité chez les Croisements de Lagos est également élevée, et bien qu’aucun avortement n’ait été enregistré, il serait surprenant qu’il n’y en ait pas. Les paysans sont souvent mal informés sur les maladies du bétail, considérant que ce genre de connaissances est du ressort des gardiens fulbe sous contrat. La fièvre aphteuse a été signalée, et les veaux souffrent d’infections pulmonaires et de diarrhée.

Produits laitiers

52Dans l’État de Borgu, la traite des Keteku s’effectue deux fois par jour pendant la saison des pluies, une fois durant la saison sèche. Elle a toujours lieu le matin avant le pâturage, entre 9h30 et 10h en saison des pluies, et environ deux heures plus tôt en saison sèche. Pendant la saison des pluies, la sortie plus tardive permet d’attendre que l’herbe soit sèche afin d’éviter des problèmes gastro-intestinaux.

53Avec le lait, les Fulbe de cette région fabriquent du fromage (wara), une sorte de yoghourt (kindirmo), et du beurre (man shanu). Le lait frais est réservé à la consommation familiale, mais les femmes vendent des produits laitiers au village voisin tous les jours. À Kosobusu et Babana (Gouvernement local du Borgu), les femmes gobirawa achètent le wara frais aux femmes peules et le font sécher au soleil avant de le revendre au village. Le fromage sèche et mûrit au soleil jusqu’à ce que la croûte durcisse. Imprégné d’une teinture végétale, il prend une couleur rouge foncé. De forme hémisphérique, il mesure environ 25 cm à la base, et se vend au détail en petits cubes au prix de 50 kobos (1990).

54Les bergers fulbe qui s’occupent des Croisements de Lagos ont le droit de les traire pour leur consommation personnelle, mais en général on ne vend pas de lait le long de la côte. Les Fulbe qui gardent des zébus vendent de temps en temps du lait aux commerçants, mais ces ventes restent marginales.

Commercialisation

55En ce qui concerne la commercialisation, le contraste entre Muturu et Keteku est très marqué. Les Keteku du Borgu appartiennent à des éleveurs qui les considèrent comme un moyen de subsistance et non comme destinés à des rituels. La plupart des Keteku entrent dans le système de commercialisation à grande échelle comme les zébus. Les animaux sont en général vendus individuellement, par un intermédiaire d’un village voisin. Les taureaux keteku sains, de 6 à 7 ans, se vendaient environ 3 000 nairas en 1990, mais ce prix pouvait descendre jusqu’à 1 600 nairas en fin de saison sèche. Le bétail est rassemblé, avec les Keteku venant de la république du Bénin, dans des marchés aux bestiaux tels que Yashikera et Kaiama, et de là à llorin, où il rejoint les voies principales vers les marchés du Sud.

56Dans la région de Badagry, il n’existe pas de marché organisé. Les clients potentiels qui viennent souvent de Lagos, à plus de 100 km de là, passent par des intermédiaires locaux qui font office de courtiers. Ceux-ci prennent contact avec les propriétaires de bétail. Si un accord est conclu, le marchand de Lagos viendra au village prendre l’animal.

Conclusion

57L’un des éléments les plus positifs dans le développement des races trypano- tolérantes est représenté par le croisement N’Dama x Muturu. Il s’est montré productif et peut être une source de fumier pour les plantations de cocotiers. La mortalité élevée des veaux et des adultes pose un problème, probablement amplifié par le système d’élevage. Un élevage plus intensif pourrait y remédier. À ce jour, ce système se limite à une région restreinte, mais il représente un modèle précieux qui pourrait être étendu le long de la côte.

58À l’inverse, le véritable Keteku du Borgu est menacé d’extinction, ou, du moins, d’être submergé par le patrimoine génétique zébu. La petite taille des Keteku est considérée comme un désavantage dans un système orienté de plus en plus vers la production de viande. Les Keteku représentent cependant une ressource importante en tant qu’animaux de trait pouvant travailler dans des environnements relativement humides, sans stress. Le bétail de type keteku a revêtu une importance capitale dans l’extension de la traction animale vers le sud dans des régions limitrophes de la république du Bénin. Conserver une population reproductrice devrait donc être une priorité.

Bibliographie

Références

Adeniji (K. O.), 1983 — « Review of endangered cattle breeds in Africa ». In : Animal genetic resources in Africa : high potential and endangered livestock, 2nd OAU expert committee meeting on animal genetic resources in Africa, November 1983, Bulawayo, Zimbabwe, OAU Nairobi, Kenya : 24-30.

Blench (R. M.), 1993 — « Ethnographic and linguistic evidence for the prehistory of African ruminant livestock, horses and ponies ». In Shaw (T.), Sinclair (P.), Andah (B.), Okpoko (A.), éd. : The archaelogy of Africa. Food, metals and towns, London, Routledge : 71-103.

Camus (E.), Landais (E.), Poivey (J.P.), 1981 — Genetic structure of sedentary cattle in the north of Ivory Coast. Future prospects of cattle production following the spread of zebu crossing. Rev. Elev. Med vet. Pays trop., 34 : 187-188.

De Jode (A.), 1989 — A preliminary study of cattle production parameters in Oyo State, South-West Nigeria. Unpublished M. Sc. Dissertation, Centre for Tïopical Veterinary Medicine, University of Edinburgh.

Epstein (H.), 1971 — The origin of the domestic animals of Africa. New York, African Publishing Corporation, vol. 1.

FAO, 1987 — Trypanotolerant Cattle and Livestock Development in West and Central Africa. Rome, FAO, 2 vol.

Fricke (W.), 1979 — Cattle husbandry in Nigeria : a study of its ecological conditions and social-geographical differentiations. Heidelberger Geographischen Arbeiten, Heft 52, Geographisches Institut der Universitaet Heidelberg, West Germany.

Gates (G. M.), 1952 — Breeds of cattle found in Nigeria. Farm and Forest, 11 : 19-43.

Godet (G.) et al„ 1981 — Milking and milk production in sedentary village herds in the north of Ivory Coast. Rev. Elev. Med. vet. Pays trop., 34 : 63-71.

Grandin (B. E.), 1980 —Small cows, big money ; wealth and dwarf cattle production in southwestern Nigeria. Ph. D thesis, Stanford University.

Hill (D. H.), Upton (M.), 1964 — Growth performance of ranch reared N’Dama and Keteku cattle and their crosses in the derived guinea savanna zone, Western Nigeria. Tropical Agriculture, 41 (2) : 121-128.

Ilca, 1979 — Dypanotolerant livestock in West and Central Africa. Addis Abeba, Ilca Monograph 2, 2 vol.

Mason (I. L.), 1988 — A world dictionary of livestock breeds, types and varieties. Wallingford UK, CAB International, 3e édit, 348 p.

Maule (J. P.), 1990 — The cattle of the tropics. Roslin, Midlothian, UK, Centre for Tropical Veterinary Medicine, 225 p.

Morkramer (G.), 1985 — The promotion of animal production by the breeding of purebred and crossbred cattle in west and central Africa. Aventonou, Togo, Trypanotolérance et Production Animale, 4 : 73-82.

Olutogun (O.), 1976 — Reproductive performance and growth of N’Dama and Keteku cattle under ranching conditions in the Guinea Savannah of Nigeria. Ph.D. thesis, Department of Animal Science, University of Ibadan.

Olutogun (O.), Dettmers (A.), 1986 — « Reproductive characteristics of trypanotolerant cattle breeds under ranching conditions in the humid tropics of Nigeria ». In : Proceedings of the 3rd world congress on genetics applied to livestock production, IX, Lincoln, Nebraska : 325-330.

Poivey (J. P.), Landais (E.), Seitz (J. L.), 1980 — Use of body measurements to estimate liveweight in local taurine breeds of Ivory Coast. Rev. Elev. Med vet. Pays trop., 33 : 311-317.

RIM, 1992 — National Livestock Resource Survey. Final report to FDLPCS, Abuja, 5 vol.

Roberts (C. J.), Gray (A. R.), 1973 — Studies on trypanosome-resistant cattle. 1. The breeding and growth performance of N’Dama, Muturu and zebu cattle maintained under the same conditions of husbandry. TAHP, 5 : 211-219.

Sada (I.), 1968 — The length of the gestation period, calving internal and service period in indigenous West African cattle : N’Dama, West African Shorthorn and Sokoto Gudale. Ghana Journal of Agricultural Science, 1 : 91-97.

Starkey (P. H.), 1984 — N’Dama cattle — a productive trypanotolerant breed. World Animal Review, 50 : 2-15.

Troquereau (P. J. A.), 1961 — Les ressources animales de la République du Dahomey. Rapport pour le gouvernement de la république du Dahomey.

Notes

1 En 1990, le taux de change du naira était d’environ 18 pour une livre sterling ou 10 pour 1 dollar US. En 1992, ce taux était tombé à 32 pour une livre sterling.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 — Répartition des taurins et de leurs croisements au Nigeria.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 549k
Légende Fig. 2 — Lieux mentionnés dans le texte.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Légende Le N’Dama a un corps de taille moyenne, compact, avec des cornes en forme de lyre aux pointes noires, et n’a pas de bosse. Les N’Dama importés au Nigeria présentent en général une robe fauve, mais des individus noirs ou pie existent en Guinée. Le mâle possède un fanon de petite taille et une assez forte tête.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 899k
Légende Un Keteku au Nigeria, en zone de savane.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Tabl. i — Comparaison des paramètres de reproduction de bétail trypanotolérant issu de croisements et de zébus au Nigeria.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Tabl. ii — Répartition annuelle des mises bas des Keteku du Borgu et des Croisements de Lagos.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Tabl. iii — Âge au premier vêlage des Keteku du Borgu (n = 102) et des Croisements de Lagos (n = 44).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 3 — Répartition annuelle des conceptions des Ketelu du Borgu (n = 102).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 4 — Répartition annuelle des conceptions des Croisements de Lagos (n = 44).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tabl. iv — Keteku du Borgu : structure du troupeau (n = 273).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Fig. 5 — Pyramide des âges des Keteku du Borgu (n = 273).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Tabl. v — Croisement de Lagos : structure du troupeau (n = 97).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig. 6 — Pyramide des âges des Croisements de Lagos (n = 97).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Titre Tabl. vi — Devenir de la descendance de bétail trypanotolérant issu de croisements et de zébus.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Tabl. vii — Motifs de départ des troupeaux des Keteku du Borgu (n = 115 sur 286 naissances) et des Croisements de Lagos (n = 29 sur 82 naissances).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5417/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 172k

Auteur

Roger Blench, anthropologue. Overseas Development Institute, Portland House, Stag Place, London SW1E 5DP, United Kingdom.

© IRD Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search