Version classiqueVersion mobile

Des taurins et des hommes

 | 
Christian Seignobos
, 
Éric Thys

Le bœuf Kapsiki, dernier taurin des monts Mandara

Étude d’un squelette de taurin kapsiki

Note préliminaire

Pierre Ducos

Texte intégral

1L’étude d’un squelette de bœuf de race kapsiki nous permet de mettre en place quelques premières données ostéométriques sur les bovins sans bosse (Bos taurus) assez largement disséminés au sud du Sahara, et, pour la plupart, au sud même d’une ligne de partage avec l’aire d’élevage du zébu (Bos indicus), vers le 14e parallèle (Doutresoulle, 1947).

2Ces données ostéométriques provenant d’un seul individu, elles ne sont qu’indicatives des caractères métriques de la race. Une fois complétées par des mesures d’autres animaux, elles pourront être utilisées à des comparaisons avec d’autres races taurines d’Afrique, présentes et passées.

Provenance du squelette

3Ce squelette est celui d’un taurin appartenant à une des races relictuelles d’Afrique subsaharienne. D’après les notes du Dr E. Thys qui accompagnaient le squelette, il s’agit d’un mâle adulte acheté dans le village kapsiki de Rhoumsiki (quartier Kwarama). Il avait été castré à l’âge de 6 mois par la technique du martelage des cordons.

Détermination de l’âge

4L’âge exact est inconnu. Nous pouvons l’estimer par l’examen des dents et des sutures épiphyses.

5Toutes les dents sont des dents définitives. Toutes les incisives sont usées, les pinces n’étant toutefois pas nivelées. Les coins présentent une usure qui s’étend sur toute la largeur de leur bord oral. D’après les incisives, on doit attribuer un âge de 6 à 7 ans. Si nous nous référons aux indices d’usure établis pour le N’Dama du Fouta-Djalon (Ducos, 1968), l’usure des molaires du squelette nous conduit à lui attribuer un âge vraisemblable de 6,5 ans.

6L’examen de l’état des soudures épiphysaires amène toutefois des éléments contradictoires. D’après les données généralement admises en effet, il n’y a plus aucune soudure non soudée à l’âge de 4 ans révolus. Or, notre individu présente plusieurs soudures épiphysaires qui ne sont pas ossifiées : la proximale de l’humérus, celle de l’olécrâne, la distale du fémur et les proximales du tibia. En revanche, la suture du calcaneum (tuber calcis) est ossifiée. Cette dernière ossification est normalement réalisée au plus tard à 3,5 ans. L’âge, d’après l’état des soudures épiphysaires, serait donc de 3,5 ans à 4 ans. Il y a une différence considérable avec l’âge indiqué par les dents, différence qui ne s’explique que par un retard d’ossification, sans doute lié à des carences alimentaires.

7Nous retiendrons donc qu’il s’agit d’un bœuf castré à 6 mois, âgé de 6,5 ans environ, et qui présente un certain retard dans le développement de son squelette.

Caractères extérieurs

8La note accompagnatrice du Dr E. Thys donne le poids et les mensurations externes de l’animal vivant (fig. 1 ; tabl. i).

9La robe était pie-noire. La couleur noire recouvrait principalement le dessus et les côtés du cou et de la tête, ainsi que les canons. Sur le reste du corps, où le blanc prédomine, elle formait une soixantaine de taches de 15 à 20 cm.

Tabl. i — Poids et mensurations externes de l’animal.

Tabl. i — Poids et mensurations externes de l’animal.

Fig. 1 — Mensurations externes du corps et de la tête.

Fig. 1 — Mensurations externes du corps et de la tête.

Étude ostéométrique

10214 mesures ont été prises sur le crâne et le squelette postcrânien du taurin kapsiki. Les diamètres retenus sont ceux définis par Van den Driesch (1976) auxquels s’ajoutent quelques autres, définis et souvent utilisés dans Ducos (1988). Le tableau II donne les mesures relevées sur le crâne, les métacarpiens et les métatarsiens. Sur la figure 2 sont représentées les mesures prises sur le crâne.

11Sur le crâne de ce bœuf kapsiki, on a noté comme particularité morphologique que le chignon présente une dépression dans sa partie sagittale, dont le dessin est un arc de cercle et dont les limites sont bien marquées. Cette dépression occupe le tiers médian du chignon. Le front du Kapsiki est déprimé en son milieu, longitudinalement, sur plus de la moitié de la longueur du frontal à partir du nasion, ce qui est moins marqué chez le N’Dama. Enfin, les naseaux sont saillants, et ne sont en contact ni avec les prémaxillaires ni avec les maxillaires. Chez le N’Dama, ils sont plus aplatis et en contact avec les dents précitées.

Fig. 2 — Mensurations de la tête osseuse en vue frontale et en vue postérieure.

Fig. 2 — Mensurations de la tête osseuse en vue frontale et en vue postérieure.

12Les métacarpiens et les métatarsiens témoignent souvent de particularités générales de conformation, sveltesse ou robustesse. On constate que ces deux os sont tout à fait semblables chez le spécimen kapsiki d’une part et chez quatre boeufs n’dama d’autre part, observation qui rejoint la ressemblance constatée par les mensurations corporelles dans leur ensemble.

Conclusion

13On constate, pour l’échantillon préliminaire concerné, des indices certains de ressemblance entre le bœuf kapsiki et la race n’dama. Le crâne plus étroit et moins développé dans le sens dorso-basal chez le N’Dama pourrait être retenu comme caractère possible de différenciation. Cela simplement à titre d’hypothèse, à vérifier sur des séries plus importantes.

Tabl ii — Mesures relevées sur le squelette d’un bœuf kapsiki (en mm).

Tabl ii — Mesures relevées sur le squelette d’un bœuf kapsiki (en mm).
  • * non indiquee sur la figure 2.

Note **

14Une étude exhaustive de ce peuplement présente un intérêt évident pour la zootechnie, mais également pour l’histoire des populations d’éleveurs qui, au sud du Sahara, sont peut-être les descendants des éleveurs du Sahara, connus par d’admirables fresques polychromes (Muzzolini, 1983).

Bibliographie

Références

Barone (R.), 1966 — Anatomie comparée des mammifères domestiques. Lyon, École nationale vétérinaire, vol. 1 (ostéologie), 761 p.

Doutressoule (G.), 1947 — L’élevage en Afrique occidentale française. Paris, Larose, 298 p.

Ducos (P.), 1961 — L’élevage en Guinée et la structure génétique de la race N’Dama. Bulletin de l’Ifan, XXIII, sér. A, 3 : 886-901.

Ducos (P.), 1968 — L’origine des animaux domestiques en Palestine. Bordeaux, Publications de l’institut de préhistoire de l’université de Bordeaux, 6.

Ducos (P.), 1988 — Archéozoologie quantitative. Les données numériques immédiates à Çatal Hüyük. CNRS, Cahiers du Quaternaire, 12.

Muzzolini (A.), 1983 — L’art rupestre au Sahara central : classification et chronologie. Le bœuf dans la préhistoire africaine. Université de Provence, thèse IIIe cycle, 608 p.

Van den Driesch (A.), 1976 — A guide to the measurement of animal bones from archaeological sites. Harvard University, Peabody Museum Bulletin, 1.

Notes de fin

* non indiquee sur la figure 2.

Table des illustrations

Titre Tabl. i — Poids et mensurations externes de l’animal.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5403/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Fig. 1 — Mensurations externes du corps et de la tête.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5403/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Fig. 2 — Mensurations de la tête osseuse en vue frontale et en vue postérieure.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5403/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre Tabl ii — Mesures relevées sur le squelette d’un bœuf kapsiki (en mm).
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5403/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 748k

Auteur

Pierre Ducos, archéo-zoologiste. BP 1008, 30014 Nîmes, France.

© IRD Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search