Version classiqueVersion mobile

Des taurins et des hommes

 | 
Christian Seignobos
, 
Éric Thys

Le bœuf Kapsiki, dernier taurin des monts Mandara

Caractéristiques phanéroptiques et barymétriques de la race kapsiki

Bruno Dineur et Éric Thys

Texte intégral

Introduction

1La race kapsiki est localisée dans la province de l’Extrême-Nord au Cameroun sur le plateau des Kapsiki, situé dans les monts Mandara. L’aire de dispersion déborde sur le Nigeria en bordure de la frontière.

2L’altitude confère au climat de la région un caractère azonal, proche du climat soudanien rencontré plus au sud. La saison sèche s’étend d’octobre à avril et la saison des pluies de mai à septembre. La pluviosité est relativement élevée pour la zone : 829,5 mm enregistrés durant la campagne 1983-1984 à Mogodé, village le plus grand du plateau kapsiki.

3La race kapsiki semble être la mieux représentée des races taurines du Cameroun : 3 289 animaux ont été recensés en 1985 par le chef de centre zootechnique et vétérinaire de Mogodé.

4L’intérêt pour le Kapsiki est justifié de par son statut de race résiduelle, menacée par les zébus beaucoup plus nombreux (Fréchou, 1966) et de par sa trypanotolérance présumée. Cette potentialité s’extériorise sans doute peu dans une région reconnue libre de glossines (Gruvel et al., 1970), mais l’éventualité d’une transmission mécanique du parasite ne peut être écartée.

5Les auteurs se sont intéressés dès 1982 à l’animal dans son milieu naturel. Le village de Gouria, proche de Rhoumsiki, a été choisi pour conduire les observations.

6Les données phanéroptiques et barymétriques disponibles sont présentées ci-dessous. La structure de troupeau est également étudiée.

Description de la race

Caractéristiques générales

7Classé dans le groupe des taurins à courtes cornes (FAO, 1980), le taurin kapsiki est un animal eumétrique, à allure médioligne. Les animaux sont de petit format mais très agressifs. Ils possèdent des masses musculaires peu développées. La ligne du dos est généralement à peu près droite, l’arrière-train est légèrement incliné et l’épine sacrée marquée. La queue, longue, se termine par un goupillon bien fourni. La tête large et courte présente des arcades orbitaires peu marquées. Les cornes, courtes à moyennes et effilées aux extrémités, s’écartent du chignon latéralement et vers le haut et se recourbent parfois vers l’avant aux extrémités. La peau est souple, le poil court et brillant. Les robes sont très variables ; la robe pie-noire domine.

Taurin kapsiki, village de Mogodé (Nord-Cameroun).

Tabl. I — Mensurations moyennes avec écart-type des taurins kapsiki (en cm).

Tabl. I — Mensurations moyennes avec écart-type des taurins kapsiki (en cm).

8Sur un effectif de 115 animaux, les pourcentages suivants ont été enregistrés (Dineur et al., 1982) : pie-noire : 26,7 % ; noire : 13,8 % ; pie-rouge : 13,8 % ; blanc, blanc moucheté et truité : 13,8 %. Les robes fauve, pie-fauve, rouge, noir-brun, froment, pie-rouge truité, pie-noire moucheté représentent les 31,9 % restants.

9Dans le tableau sont consignées les mesures moyennes des taurins kapsiki relevées sur un effectif de 216 animaux (α = 0,05), soit 6,57 % du cheptel kapsiki.

10Soixante-cinq données relatives à la longueur des cornes ont été recueillies sur des individus mâles et femelles adultes. Les mesures ont été exécutées de la base à l’extrémité des cornes sur la courbure interne. Longueur : 21 cm ± 11,5 (= 0,05).

Éléments de structure du troupeau

11Une répartition par âge et par sexe a été réalisée à partir d’un effectif de 244 animaux (tabl. ii). Il ressort que le nombre de génisses est en équilibre avec le nombre de taurillons. La commercialisation des taurillons est en effet pratiquement nulle. À partir de l’âge de 4 ans, l’exploitation des mâles devient en revanche plus importante (vente, abattages, cadeaux...).

Tabl. II — Structure du troupeau à Gouria (1981-1983).

Tabl. II — Structure du troupeau à Gouria (1981-1983).

Barymétrie

Matériel et méthode

12Les 216 séries des 4 données suivantes concernant le poids, le périmètre thoracique, la hauteur au garrot et la longueur du corps qui ont servi à établir les mensurations moyennes (tabl. i) ont été relevées sur des animaux de tous âges. Les mesures effectuées au village de Gouria se sont échelonnées de février à avril 1984. Pour déterminer le poids, nous avons utilisé une bascule d’une portée de 1,5 kg et offrant une précision de 0,5 kg. Les trois autres mesures ont été effectuées sur le plateau de cette bascule.

Résultats

13Une matrice de corrélation sur les 4 mesures a été établie. Elle a permis de constater que les différentes mensurations sont fortement corrélées. Un ordre de priorité est remarqué : poids - périmètre thoracique ; poids - longueur du corps ; poids - hauteur au garrot.

14Pour la détermination d’une formule barymétrique, le choix s’est porté sur le périmètre thoracique. Plusieurs types de liaison entre le poids (Y) et le périmètre (X) ont été envisagés :

  • régression linéaire simple Y = AX + B
  • régression exponentielle Y = AXB
  • régression polynomiale Y = AX2 + BX + C
  • régression polynomiale Y = AX3 + BX2 + CX + E
  • ajustement selon l’équation Y = AX2 + B
  • ajustement selon l’équation Y = AX + B

15Les résultats sont consignés dans le tableau iii.

Tabl. iii — Comparaison des six types de liaison.

Tabl. iii — Comparaison des six types de liaison.

Commentaires

16Les différentes équations obtenues révèlent une bonne précision pour la prédiction du poids à partir de la mesure du périmètre thoracique. La régression exponentielle Y = AXB, caractérisée par le coefficient de corrélation le plus élevé (0,987 0), a été retenue pour la réalisation de la courbe d’évolution du poids en fonction du périmètre thoracique.

17Le test de signification du coefficient de régression effectué est significativement différent de zéro, puisque le t observé (89,83) est très largement supérieur à t1-α/2 pour les niveaux de confiance 0,05 et 0,001 avec 214 degrés de liberté.

18t 0,975 = 1,97

19t 0,9995 = 3,33

20Les limites de confiance du coefficient de régression ont été calculées : b1 = 2,975 ; b2 = 2,767, ce qui correspond à un intervalle de confiance par rapport au coefficient de régression de 1,03 % (tabl. iii ; fig. 1).

21La table de conversion reprise dans le tableau IV permet de retrouver rapidement le poids estimé sur la base de la mesure du périmètre thoracique.

Fig. 1 — Évolution du poids en fonction du périmètre thoracique.

Fig. 1 — Évolution du poids en fonction du périmètre thoracique.

Tabl iv — Table de conversion du périmètre thoracique (P th.) en poids (P).

Tabl iv — Table de conversion du périmètre thoracique (P th.) en poids (P).

Conclusion

22Classée par la FAO (1980) dans le groupe des Savanna West African Shorthorns au même titre que la race baoulé, la race kapsiki se révèle néanmoins, compte tenu des mensurations relevées, d’un format légèrement supérieur. L’étude des caractéristiques extérieures des animaux ne permet pas de conclure de façon déterminante à un danger d’absorption par les zébus, du moins à Gouria. La longueur des cornes plus importante chez les Kapsiki que chez les autres taurins est pourtant attribuée par la FAO aux croisements avec des zébus (FAO, 1980).

23La formule barymétrique retenue permet de déterminer avec une bonne précision le poids des animaux à partir de la mesure du périmètre thoracique.

24Les données de cette contribution sont extraites, avec l’autorisation de la Revue d’Élevage et de Médecine vétérinaire des Pays tropicaux, d’un article publié par les mêmes auteurs dans cette revue et paru sous le titre : « Les Kapsiki : race taurine de l’Extrême-Nord camerounais. I. Introduction et barymétrie », 1986, 39 (3-4) : 435-442.

Bibliographie

Références

Dineur (B.), Oumate (O.), Thys (E.), 1982 — « Les taurins Kapsiki. Race bovine des Monts du Mandara (Nord-Cameroun) ».In : Actes du colloque international sur les productions animales tropicales au bénéfice de l’homme, Antwerpen, Institut de médecine tropicale : 188-191.

FAO, 1980 — Livestock in West and Central Africa. Rome, FAO, Country studies, Anim. Prod. Hlth Paper 20, vol. 2.

Fréchou (H.), 1966 — L’élevage et le commerce du bétail dans le nord du Cameroun. Cah. Orstom, sér. Sci. Hum., 3 (2).

Gruvel (J.), Troncy (P. M.), Tibayrenc (R.), 1970 — Contribution à la connaissance de la distribution des glossines au Nord-Cameroun. Rev. Elev. Méd vét. Pays trop., 23 (1) : 89-91.

Table des illustrations

Légende Taurin kapsiki, village de Mogodé (Nord-Cameroun).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Tabl. I — Mensurations moyennes avec écart-type des taurins kapsiki (en cm).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5396/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Tabl. II — Structure du troupeau à Gouria (1981-1983).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5396/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tabl. iii — Comparaison des six types de liaison.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5396/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Titre Fig. 1 — Évolution du poids en fonction du périmètre thoracique.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5396/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tabl iv — Table de conversion du périmètre thoracique (P th.) en poids (P).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5396/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 507k

Auteurs

Bruno Dineur, agronome-zootechnicien. Section de coopération belge, 45, rue du 1er juin, BP 24, 1002 Tunis Belvédère, Tunisie.

© IRD Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search