Version classiqueVersion mobile

Des taurins et des hommes

 | 
Christian Seignobos
, 
Éric Thys

Introduction

C. Seignobos, E. Thys et C. Meyer

Texte intégral

Danseur dowayo revêtu de la dépouille d’un taurin sacrifié lors d’une cérémonie de circoncision (région de Poli).

Danseur dowayo revêtu de la dépouille d’un taurin sacrifié lors d’une cérémonie de circoncision (région de Poli).

1Le Cameroun et le Nigeria possèdent plusieurs races taurines, autochtones ou d’importation. Le nombre de têtes est actuellement limité, et les différents foyers d’élevage, dispersés sur une large latitude, ne représentent plus que des sanctuaires plus ou moins menacés. Leur disparition signifierait la perte à la fois de stocks génétiques irremplaçables et de pratiques d’élevage anciennes et originales.

  • 1 Des effectifs sensiblement plus importants sont rapportés par Shaw et Hoste (Trypanotolerant cattle (...)

2Au Cameroun, les taurins kapsiki, élevés par les Kapsiki et les Bana, occupent les plateaux des monts Mandara centraux dans la province de l’Extrême-Nord. On compte 3 300 têtes, chiffre qui semble relativement stable. Les taurins namchi de la région de Poli (Province du Nord) ne sont plus attestés que chez les groupes dowayo, duupa et, de façon anecdotique, chez les Koma des monts Alantika. Leur effectif a toujours été perçu comme comparable à celui des taurins kapsiki. En réalité ce cheptel, en décroissance, serait tombé au-dessous de la barre des 1 500 têtes. Le Forest Muturu du Cameroun, taurin appelé localement Bakweri, plafonnerait à 400 têtes, qui se répartissent dans un espace réduit entre Buea et Limbe, au pied du mont Cameroun. Le Bakosi ne compterait plus que 200 à 300 animaux, localisés à la limite des provinces de l’Ouest et du Littoral, principalement à l’ouest de Nkongsamba. Ses effectifs subissent une constante réduction, comme les troupeaux bamileke voisins, qui ne sont plus aujourd’hui que souvenirs avec quelques dizaines de têtes1. Le N’Dama a été introduit dans les années soixante à la station zootechnique de Kounden (Province de l’Ouest). On en compterait au maximum un millier de têtes, disséminées dans le pays, dans les Provinces du Nord, de l’Est et du Centre, où ce taurin connaît un développement relatif dans le cadre de la Socapalm.

  • 2 Mbah (D. A.), 1993 – « Genetic improvement of cattle in Cameroon ». In Chupin (D.) et al, éd. Améli (...)

3Il y aurait ainsi près de 6 500 taurins au Cameroun ou, selon une estimation très optimiste (Mbah, 1993)2, environ 29 000, soit entre 0,14 % et 0,6 % des 4 730 000 têtes de bovins recensées en 1992.

  • 3 Au Nigeria, le nom de Muturu désigne tous les taurins à cornes courtes de petite taille.

4Au Nigeria, les taurins (Muturu3) sont plus nombreux, entre 100 000 et 150 000 têtes, et ils intéressent des aires géographiques vastes, mais tout aussi fragmentées qu’au Cameroun. Les îlots de peuplement de taurins du Cameroun se prolongent au Nigeria à partir des monts Mandara et Alantika et jusque dans la Province de l’Ouest, en direction du pays ibo.

5Dans le nord du pays, ils se superposent de la même façon à des reliefs et appartiennent à des groupes ethniques, généralement refoulés, aux économies marquées d’archaïsme, principalement dans l’État de Bauchi et la région de Jos. Ces élevages de taurins sont également présents en zone humide, jusque vers la côte.

6Mise à part l’existence d’une aire relativement homogène de métis stabilisés taurins/zébus (Keteku) dans l’ouest du pays, les problématiques liées à ces élevages sont semblables à celles développées pour le Cameroun. On enregistre les mêmes reculs, engendrés par des causes identiques. Des essais de multiplication de ces taurins en station, avec l’introduction et le croisement de N’Dama, ont également été entrepris.

  • 4 Dans d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest, en revanche, en Guinée et Côte d’ivoire, par exemple, l (...)

7Au Nigeria, les Muturu représenteraient entre 0,6 % et 0,9 % des 16,7 millions de bovins estimés en 19944.

8Sujet sans doute marginal sur le plan économique, l’intérêt du taurin devient patent au regard de la conservation des stocks génétiques. Ces élevages sont, par ailleurs, porteurs d’histoire, d’organisations sociales et spatiales anciennes que l’on ne peut méconnaître.

Répartition géographique des principaux bovins au Nigeria et au Cameroun.

  • 5 Ces différentes races de taurins du Cameroun sont d’ailleurs citées dans Trypanotolerant livestock (...)

9L’intérêt premier reconnu à ces taurins est leur adaptation au milieu, en particulier dans les régions infestées de glossines (ou mouches tsé-tsé), vecteurs de la trypanosomose5. Ces taurins sont, en effet, susceptibles de contrôler leur parasitémie et de limiter les effets néfastes de cette hémo-parasitose ; en cas de stress (travail, mise bas) ou de malnutrition, leur tolérance peut diminuer. Il s’agit, en effet, d’un mécanisme relatif et labile. Les zébus, à l’inverse, sont plus sensibles et ils extériorisent des signes cliniques plus évidents de cette parasitose. Cette différence semble liée à la plus grande ancienneté de la présence taurine dans les zones infestées ainsi qu’à des différences génétiques. Des études se poursuivent (llri, Cirad-EMVT...) pour comprendre les mécanismes de cette trypanotolérance. À cela s’ajoute une meilleure adaptation des taurins à d’autres pathologies de la zone humide, telles que d’autres parasitoses, des maladies de la peau (dermatophilose) et des maladies transmises par les tiques (cowdriose, theileriose...).

10Les taurins pourraient aider à la mise en valeur des zones infestées par la mouche tsé-tsé, soit près de 10 millions d’hectares en Afrique. Ils apparaissent dans certaines régions humides comme les seuls à permettre l’interpénétration de l’agriculture et de l’élevage.

11La diversité génétique que présentent ces petites populations vestigielles de taurins doit être sauvegardée tant que cela paraît encore possible. Les gènes d’adaptation de ces animaux risquent, si rien n’est entrepris, de disparaître définitivement dans le processus d’absorption par les zébus actuellement en cours. Cette sauvegarde peut passer par la réalisation de banques de sperme ou de réserves d’embryons. Des actions destinées à favoriser la multiplication des taurins dans leur berceau de race paraissent également justifiées, et s’inscrire dans la rhétorique sur le maintien et la valorisation de la biodiversité et sur le développement durable en Afrique.

12La relance de ces élevages est liée au renouvellement des connaissances dont on dispose à leur sujet. C’est à cela que tente de répondre cet ouvrage multidisciplinaire. Les travaux des vétérinaires-zootechniciens apportent une description précise des animaux et de leurs comportements. Les contributions des géographes, ethnologues, anthropologues et archéologues cherchent à mettre l’accent sur une meilleure compréhension du fonctionnement social de ces élevages.

13L’imbrication du social, du religieux et du politique dont ils sont porteurs en fait des élevages fortement connotés, étrangers aux élevages modernes ou même à ceux des Peuls du début Du siècle. L’analyse du rapport homme-taurin renvoie à un bovin d’une essence différente de celle de son concurrent, le zébu. Son passé d’animal survalorisé le pénalise aujourd’hui, et le rend difficilement récupérable par les sociétés villageoises actuelles. Les contributions s’attachent à situer les différents degrés d’intégration sociale, politique et religieuse, passées et présentes, de ces élevages ethniques, et abordent leurs relations avec le milieu. L’originalité de chacun de ces groupes possesseurs de taurins n’empêche pas l’émergence d’une sorte de fonds commun, qui se réfère à de très anciens systèmes agropastoraux. Enfin, les auteurs cherchent à décrire et analyser les mécanismes qui conduisent au recul et à la disparition — inéluctable ? — de cet animal.

14Ces études sont de type fondamental, mais elles sont préalables à toute action à envisager en faveur des taurins, car la sauvegarde et le développement de ce bétail, plus qu’un problème technique, posent un problème humain : si la reproduction des taurins en station est parfaitement maîtrisée, leur retour et leur développement dans des sociétés de cultivateurs- éleveurs le sont moins, et une question demeure : à qui proposer ce bétail ? Ces travaux suggèrent que les actions à conduire s’intéressent au moins autant aux sociétés qui élèvent ces taurins qu’aux troupeaux eux-mêmes. Jusqu’à présent, les essais de développement de ces « élevages marginaux », tant au Cameroun qu’au Nigeria, ont été des échecs, car, d’une part, l’intérêt des administrations coloniales puis des Services de l’élevage n’a jamais été vraiment soutenu et, d’autre part, la nature profonde des liens établis entre le taurin et les sociétés qui l’élèvent a toujours été occultée. Alors que ces élevages ne deviennent intelligibles qu’à travers l’utilisation sociale qui en est faite.

15Au-delà d’un argumentaire, ce travail peut contribuer à initier des projets de sauvegarde, dont on mesure les difficultés, au niveau de la conception, et plus encore de la réalisation. Cela pourrait se faire avec l’identification de « nouveaux éleveurs », capables de prendre en charge ces animaux par le biais de nouvelles pratiques zootechniques et sociales.

16Cet ouvrage se voudrait aussi partie prenante dans une programmation d’études comparatives, à différentes échelles, des élevages taurins. Une reprise des inventaires, accompagnée de collectes de données barymétriques, hématologiques et d’analyses des savoirs zootechniques traditionnels étudiés dans leur environnement écologique et sociologique s’impose. Cela pourrait entraîner une réévaluation de toutes les poches d’élevages de taurins à travers leur ancienne zone d’extension, depuis le Sénégal jusqu’au Soudan.

Notes

1 Des effectifs sensiblement plus importants sont rapportés par Shaw et Hoste (Trypanotolerant cattle and livestock in West and Central Africa. Vol. II : Trypanotolerant cattle in the national livestock economics, Rome, FAO, 1987).

2 Mbah (D. A.), 1993 – « Genetic improvement of cattle in Cameroon ». In Chupin (D.) et al, éd. Amélioration génétique des bovins en Afrique de l’Ouest, Rome, FAO, étude FAO production et santé animale, 110 : 205-210.

3 Au Nigeria, le nom de Muturu désigne tous les taurins à cornes courtes de petite taille.

4 Dans d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest, en revanche, en Guinée et Côte d’ivoire, par exemple, les taurins dominent en nombre par rapport aux zébus.

5 Ces différentes races de taurins du Cameroun sont d’ailleurs citées dans Trypanotolerant livestock in West and Central Africa, Vol. 2, Rome, FAO, Country studies, 1980.

Table des illustrations

Titre Danseur dowayo revêtu de la dépouille d’un taurin sacrifié lors d’une cérémonie de circoncision (région de Poli).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5390/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Légende Répartition géographique des principaux bovins au Nigeria et au Cameroun.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5390/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 467k

Auteurs

Christian Seignobos, géographe. Orstom, laboratoire d'études agraires, 911, avenue Agropolis, BP 5045, 34032 Montpellier cedex 1, France.

Éric Thys, vétérinaire-zootechnicien. Avenue Robert Dalechamp 22, 1200 Bruxelles, Belgique.

Dr vétérinaire, Cirad-EMVT

© IRD Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search