Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avenir du fleuve Niger

 | 
Jérome Marie
, 
Pierre Morand
, 
Hamady N’Djim

Synthèse et Récommandation

Propositions, conclusions et recommandations

Texte intégral

MISE EN PLACE OU CONSOLIDATION DES OUTILS DE GESTION

Des modèles de simulation

1Les connaissances scientifiques doivent être mieux intégrées et plus accessibles aux décideurs. L’une des options possibles serait d’utiliser des modèles permettant de simuler des scénarios afin d’aider les décideurs dans leurs choix stratégiques. Trois types de modèles nous semblent particulièrement souhaitables :

  • un modèle hydraulique simulant les écoulements et permettant notamment de faire des études d’impact des ouvrages en projet. Un tel modèle existe mais, outre qu’il ne couvrait pas la totalité du fleuve, il n’a jamais été mis en service depuis sa création en 1988. Un projet visant à le moderniser et à l’étendre à la totalité du cours (Guinée et Nigeria inclus) est actuellement envisagé sous l’égide de l’ABN. Il faut souhaiter qu’il soit effectivement mis en service et qu’il soit diffusé auprès des services intéressés ou, à tout le moins, qu’il leur soit rendu largement accessible ;
  • un modèle des usages de l’eau permettant de répertorier et d’intégrer la totalité des usages de l’eau paraît également fortement souhaitable. Il devrait produire des scénarios optimisant les stratégies de développement. En utilisant les informations du modèle hydraulique avec lequel il devrait communiquer, il devrait également intégrer les hypothèses sur les grands forçages climatiques et démographiques afin de produire des scénarios à long terme. Deux projets de modèle de ce genre sont actuellement prévus ou en cours : un projet hébergé par l’ABN sur l’ensemble du bassin et un projet conduit par l’IRD au Mali avec ses partenaires scientifiques nationaux et internationaux (Kuper et al., 2003). Une connexion entre les deux projets nous semble très souhaitable ;
  • des modèles locaux adaptés à des problématiques particulières communiquant avec les précédents afin d’apporter une aide à la prise de décision devraient compléter le dispositif. On peut citer à titre d’exemple les projets en cours à l’Office du Niger ou des projets qui apparaîtraient souhaitables, comme celui de disposer d’un système d’information environnemental sur le delta intérieur du Niger ou d’un système d’information sur les risques d’inondation en zone urbaine (Bamako).

Un système d’information pour renforcer les capacités de suivi et aider à la prise de décision

2Une approche à la fois globale et durable de la gestion de l’environnement et des ressources renouvelables implique nécessairement l’acquisition, la maîtrise, le stockage et la diffusion d’une grande quantité et d’une bonne qualité de données, d’informations et de connaissances et implique donc la mise en œuvre et le maintien d’un ou de plusieurs systèmes d’information (SI) environnementaux. Un SI est un ensemble structuré de données, de procédures de traitement et de protocoles de communication. Il repose sur un ensemble de moyens techniques (le système informatique, stricto sensu) mais aussi sur un ensemble de documents et de matériels de reprographie et de communication ayant pour fonction de générer, de mémoriser, de traiter, de transférer et d’exploiter des informations par rapport à des objectifs définis.

Des objectifs répondant à des besoins

3Il existe un certain nombre d’objectifs que l’on peut considérer comme consensuels et obligatoires, à savoir :

  • renforcer/développer les capacités de collecte et de conservation de l’information environnementale ;
  • accroître l’offre d’une information élaborée et directement utilisable dans les domaines où elle est actuellement déficitaire, notamment par la mise en place de traitements plus performants ;
  • rendre l’accès à l’information environnementale plus aisé pour les acteurs publics considérés dans une définition plus ou moins large (décideurs publics nationaux, recherche, autres services étatiques producteurs et gestionnaires de données). Éventuellement, rendre également cet accès possible à d’autres acteurs et publics.

4Sur ce dernier point, des choix doivent encore être opérés, notamment sur le fait de savoir si les collectivités territoriales de tel ou tel niveau doivent être considérées comme des destinataires directs de l’information environnementale sur le fleuve. La même question peut être posée pour les acteurs non étatiques du développement (ONG, associations, syndicats), pour les opérateurs économiques (entrepreneurs, commerçants) et pour les chefs d’exploitation (pêcheurs, cultivateurs…). La définition des produits d’information qui seront émis par le SI devra tenir compte de cet élargissement éventuel de la liste des bénéficiaires cibles.

5Les choix d’architecture de SI et de technologies ne peuvent être complètement arrêtés sans tenir compte des réponses apportées à ces questions. Pour l’instant, la proposition d’architecture présentée ci-après est fondée sur l’hypothèse que le SI ou les SI allaient rester prioritairement orientés sur la fourniture d’informations aux décideurs publics de haut niveau, en prenant soin de distinguer ceux qui relèvent du niveau national ou international (ceux qui interviennent par exemple sur les décisions d’aménagement et de gestion du fleuve) et ceux qui relèvent plutôt du niveau régional ou local (notamment les gestionnaires des offices) et qui ont à prendre des décisions de portée spatiale plus limitée.

6Un autre aspect de la définition des besoins est celui du choix des horizons temporels de prévision et de décision que le SI se propose d’éclairer. De ce point de vue, on peut distinguer un horizon court ou tactique qui est celui de l’organisation des campagnes annuelles d’activité et un horizon lointain ou stratégique qui correspond à l’aménagement et à l’investissement, lequel peut être soit large (national, international), soit plus limité (régional ou local). Il semble clair que le SI souhaité pour le fleuve Niger doit viser à l’éclairage du second horizon autant que du premier, même s’il faut recourir pour cela à des formats de produits différents.

Un existant important sur lequel il faut prendre appui

7On a affaire à un existant important en matière de systèmes d’information environnementaux, lato sensu, sur le fleuve Niger. C’est-à-dire que de nombreuses données de nature très variées sont collectées par de multiples acteurs et que de multiples produits d’information sont diffusés et édités, le plus souvent de façon régulière (quotidienne, mensuelle ou annuelle). Les « acteurs de l’information » sont toutefois très hétérogènes du point de vue de leur type institutionnel, de leur degré d’investissement dans le domaine de l’information et de leur niveau d’usage et de maîtrise des technologies de l’information.

Au niveau international

8Il faut citer à ce niveau Agrhymet, institution basée à Niamey et rattachée au CILSS, spécialisée dans le suivi et les prévisions météorologiques d’intérêt agricole avec une forte capacité de traitement de l’information satellitaire pour produire rapidement des cartes de situation.

9L’ABN, également basée à Niamey, dispose de SI sous la forme d’un centre de documentation et d’information qui conserve les archives et les documents d’études et d’un centre inter-états de prévisions hydrologiques (programme Hydroniger) qui rassemble, stocke et traite les données hydrologiques en provenance des différents pays du bassin.

Au niveau national et local

10Parmi les acteurs de l’information de niveau national, l’ossature est formée par les services rattachés aux directions nationales (ex. DNH, DN météo), mais il faut citer aussi les offices de développement à vocation locale (Office de développement rural de Sélingué, Office du riz Mopti, Office du Niger, Opération pêche Mopti), des laboratoires ou des équipes de recherche (IER) et aussi des projets pérennes tels que le SAP (Système d'alerte précoce). Toutes ces structures recueillent, conservent et publient régulièrement des données. Certaines, comme l’Office du Niger, sont en train de se doter d’un véritable SI moderne.

Reconnaître les différents types et niveaux de données à mobiliser et à traiter

11Il est important de reconnaître les différentes catégories et les différents niveaux de données qu’un SI doit prendre en compte pour produire de l’information utile à la gestion des ressources du fleuve Niger, car cette catégorisation conditionne en partie le choix d’une architecture fonctionnelle réaliste. On distinguera ainsi :

  • des données statiques à collecter « une fois pour toutes » : par exemple la topographie. Ici, la collecte ne pose pas de problème en soi. Il faut par contre s’assurer de son degré de précision qui est élevé ;
  • des données qui peuvent être collectées sur des périodicités assez longues, c’est-à-dire sur 5 à 10 ans : population, utilisation du sol, cadastre. La collecte de ces données gagne à être décentralisée et elle peut même être désynchronisée d’une zone du bassin (État, région…) à l’autre ;
  • des données annuelles qui concernent typiquement les résultats de campagnes d’activité (agricole, halieutique…). La collecte de ces données
  • peut être également décentralisée mais elle doit avoir lieu chaque année et il y a par ailleurs, un fort besoin de disposer d’un minimum de standardisation dans les formats et modes de présentation des données ;
  • des données hautement dynamiques qui doivent être collectées « en continu » : par exemple les pluies, les hauteurs d’eau, les débits… Cette collecte en continu ne peut se faire de façon performante qu’au moyen de technologies avancées (capteurs, balises émettrices, récepteur d’images satellitaires, bases de données alimentées en temps réel) dont la mise en œuvre et l’exploitation nécessitent une organisation centralisée, dotée d’importants moyens matériels et de compétences humaines hautement qualifiées.

Une architecture à deux niveaux

12Le choix de l’architecture d’un SI peut être défini comme le choix de la géométrie générale d’organisation entre ses différentes composantes. Il vise à mettre ces composantes en situation d’articulation aisée afin de parvenir à une certaine performance au niveau de l’ensemble. Compte tenu d’une part, des dispositifs existants et, d’autre part, des performances à obtenir tant par rapport à la collecte des différents types de données que par rapport aux différents besoins d’information à satisfaire, il apparaît qu’une architecture réaliste pourrait se baser sur deux niveaux d’intégration :

  • un premier niveau, unique et assez centralisé, serait celui d’un SI du bassin considéré dans son ensemble, focalisé sur l’hydraulicité (débit, niveau et propagation de la crue). Avec les moyens les plus performants, il traiterait l’information envoyée par de multiples capteurs et balises ainsi que l’information satellitaire. Il serait associé à un modèle hydraulique permettant d’effectuer des prévisions à court terme ainsi que des simulations ;
  • un second niveau (ou grain) d’intégration serait celui de SI régionaux ou locaux qui seraient dédiés au suivi et à l’aide à la gestion de l’environnement, des systèmes de production ou des risques sur des espaces particuliers présentant des spécificités d’enjeux élevés et bien identifiables (ex. : l’Office du Niger, le bief Bamako-Koulikoro, le delta intérieur du Niger). C’est à ce niveau que les variables hydrauliques (débits, niveaux, surfaces d’eau) observées ou prévues et fournies notamment par le SI de premier niveau seraient mises en relation avec les informations sur les systèmes d’usage. Ces SI de second niveau, mis en place pour répondre à des objectifs de différentes natures, pourraient obéir à différents modèles de conception (système d’alerte précoce, système de prévision de crues, système de gestion de territoires, suivi des impacts environnementaux…).

13La collaboration entre les deux niveaux de SI ferait l’objet d’une attention spéciale avec notamment, l’adoption de référentiels communs (système de cotes, mailles géographiques).

14D’un point de vue technique, le premier niveau de SI correspond assez bien, tant en termes de système de suivi des niveaux et des débits du fleuve que de modélisation mathématique, à ce que l’ABN essaie de mettre en place à travers différents projets.

Figure 12. Exemple de schéma d’articulation entre SI de différents niveaux.
Dans ce schéma, les SI qui sont de niveau local (ou national) et/ou qui portent sur des thèmes restreints peuvent fonctionner de façon quasi-autonomes, c’est-à-dire avec leur propre boucle d’acquisition et de restitution (6) passant par des bases de données propres (7) et aboutissant à des formats de restitution propres (1) définis en fonction de leurs destinataires spécifiques. Mais ces SI envoient également certaines données (5) vers la base de données du SI global (2) qui est alimentée également par d’autres flux (3) provenant de capteurs spécifiques du niveau global. Le SI de niveau global dispose de ses propres formats de restitution adaptés à ses destinataires cibles spécifiques et il renvoie également (4) une partie de l’information qu’il produit vers les SI locaux ou spécifiques, ces derniers ayant ainsi la possibilité de compléter les contenus de leurs restitutions (1).

15Les SI régionaux ou locaux de second niveau ne sont à l’heure actuelle, qu’embryonnaires, exception faite de celui de l’Office du Niger qui est déjà bien avancé. Pour faire émerger ce niveau de SI, les services déconcentrés de l’État qui travaillent sur les zones d’intérêt devraient être encouragés à développer leur coopération en matière de collecte, de traitement et de restitution de l’information. Cela pourrait aller depuis une mise en cohérence des outils, des méthodes et des référentiels jusqu’au partage des données et des ressources entre ces services. Des produits d’information communs pourraient alors être développés au niveau de ces régions ou de ces zones d’intérêt. Pour supporter cet effort d’intégration, des cellules de SI (des observatoires locaux) pourraient être créées et rattachées aux institutions locales de développement ou de gestion, lorsque celles-ci existent.

16Ces cellules de SI régionaux ou locaux participeraient par ailleurs à une fédération ou « club » de structures de même type qui, sur l’ensemble du pays et si possible, sur l’ensemble du bassin, se rencontreraient régulièrement et bénéficieraient d’un soutien pour effectuer un travail de convergence en matière de méthodes de collecte et de restitution de l’information et pour renforcer leur capacité à coordonner leurs informations avec celles du système du premier niveau.

La réalisation : deux conditions à réunir

17Deux difficultés surviennent systématiquement dans le développement des SI. Il s’agit, d’une part, de la définition et de l’acceptation, au sein même des partenaires du SI, de règles du jeu en matière de circulation et d’usage de l’information et d’autre part, de la capacité à maintenir sur la longue durée des ressources matérielles et humaines à un niveau suffisant.

Un système de règles d’usage des données

18Le partage de données, d’informations ou de modèles n’est pas la chose la plus naturelle du monde. C’est pourquoi il est nécessaire de définir de façon précoce les modalités de mise à disposition, de circulation et d’utilisation des données brutes et de l’information entre les différentes institutions impliquées dans le SI. Parmi ces modalités figurerait en premier lieu la nature des informations que les parties prenantes s’engagent à se fournir mutuellement selon des échéances et des périodicités définies. Cela peut donner lieu à une convention de data policy (ou accord de circulation et d’usage des données) dont la signature doit être un préalable au déblocage des soutiens.

Des ressources sur une longue durée

19Plus que le niveau absolu d'effort financier consenti par les décideurs publics nationaux et les soutiens extérieurs, c’est surtout la durée de cet effort qui sera déterminante pour améliorer la production et la disponibilité d'information environnementale sur le fleuve Niger et sur son environnement. L'approche habituelle sous forme de « projets » pose problème car elle est généralement déployée sur une période trop limitée (3 ou 4 ans en général).

20Des mécanismes d’auto-financement peuvent être, par ailleurs, trouvés en imposant, par exemple, aux utilisateurs extérieurs le paiement de l’accès aux données. Enfin, les institutions internationales doivent aussi comprendre que le suivi des grands écosystèmes tropicaux de la planète présente un intérêt mondial et que ce suivi ne peut rester à la charge des seuls pays du Sud. Elles pourraient donc s’engager contractuellement à acheter une partie des informations produites sous réserve d’un contrôle régulier de la qualité des informations fournies.

21En conclusion, plus que le niveau de moyens consentis, c’est la façon d’obtenir et de déployer ces moyens qui sera sans doute déterminante pour qu’à l’avenir, l’information environnementale nécessaire au suivi et à la bonne gestion du fleuve Niger soit de plus en plus disponible.

CONCLUSIONS

22Le bassin du Niger se caractérise par la multiplicité des usages de l’eau que l’on rappelle ici pour mémoire : la production d’électricité, les prélèvements d’eau pour l’irrigation, la navigation, les prélèvements d’eau pour les villes et pour l’industrie, la pêche, le pastoralisme, la production agricole de crue et de décrue et les besoins des écosystèmes.

23Ces usages de l’eau, s’ils sont bien identifiés, ne sont pas tous connus avec la même précision. En particulier, certains sont mal connus et mal quantifiés, voire non quantifiés du tout. Ils se caractérisent également par des besoins et des exigences – parfois contradictoires – que l’expertise s’est efforcée de détailler. Sans les reprendre tous, on peut mettre ici en exergue quelques-unes de ces contradictions parmi les plus évidentes. La production d’électricité a besoin d’eau toute l’année afin de garantir un approvisionnement régulier des consommateurs. Ses besoins sont cependant maximum en saison chaude et sèche à un moment où les débits sont minimum. Produire de l’électricité suppose donc de stocker de l’eau en crue pour la restituer en saison de basses eaux. Les besoins de l’irrigation s’étendent également sur toute l’année si on veut pratiquer une double récolte, mais ils sont particulièrement sensibles en pleine saison sèche lorsque les prélèvements de l’Office du Niger, par exemple, approchent 80 % du débit disponible. Quant à la demande urbaine, elle a besoin d’une grande sécurité d’approvisionnement qui se double d’une exigence de qualité des eaux. La navigation sur le fleuve a besoin, quant à elle, d’une cote garantie sur la plus grande période possible de l’année. À l’inverse, les écosystèmes, en particulier ceux du delta intérieur, mais également certaines activités comme la pêche, le pastoralisme ou les systèmes de production rizicole de crue et de décrue ont besoin d’une crue forte, leurs exigences ne se mesurant pas en débits mais plutôt en hauteurs d’eau (qui conditionnent les surfaces inondées) ainsi qu’en durée d’inondation. D’autre part, si les écosystèmes du delta intérieur et les activités économiques (pêche, pastoralisme…) ont besoin d’une crue annuelle forte et régulière, ils ont également besoin d’une décrue et d’un étiage marqués. En effet, ces écosystèmes tirent leur santé et leur richesse de leur fonctionnement au rythme de l’ample pulsation saisonnière du fleuve (Gepis, 2000).

24Besoins de régularité d’un côté, besoins d’amples variations de l’autre, on voit bien là qu’il sera difficile de satisfaire simultanément la totalité des attentes et des exigences des différents usagers du fleuve. Ajoutons que tous ces usagers ont aussi besoin d’une certaine sécurité et que les usages amont se répercutent, à des degrés divers, sur la satisfaction des usages aval. Ce trait, qui est vrai dans le cadre national, l’est encore davantage dans le cadre international par rapport auquel la République du Mali inscrit sa politique de l’eau. Le régime du fleuve au Niger ou à l’entrée du Nigeria dépend en effet du régime en Guinée et au Mali et, par conséquent, des aménagements actuels et en projet.

25Concevoir une réponse de compromis pour satisfaire au mieux ces différents besoins est une tâche qui est rendue encore plus difficile par le contexte actuel. Celui-ci est en effet marqué par des forces externes qui exercent des contraintes vives sur le fleuve Niger et sur son environnement. Il s’agit, en premier lieu, du forçage climatique qui est entaché d’incertitudes majeures quant à ses tendances évolutives. En particulier, l’évolution du régime du fleuve dépendra de celle de la pluviométrie, qu’il est difficile de prévoir, mais également de celle des états de surface du bassin dont les dégradations (déforestation, érosion…) sont susceptibles de modifier les relations pluies/débits. Or, les états de surface, difficiles à caractériser, dépendent eux-mêmes, pour une part, de l’évolution de la pluviométrie mais également des formes d’usages du sol qui dépendent eux-mêmes des besoins croissants d’une population en augmentation rapide et qui aspire à un meilleur niveau de vie.

26Comment produire davantage d’électricité ou de riz sans obérer la production de poisson (première source de protéines des maliens) et sans mettre en danger les écosystèmes qui font vivre directement un million d’habitants et qui sont indispensables à une faune d’importance mondiale ? Comment aménager le fleuve en Guinée ou au Mali sans pénaliser les pays en aval ? Ce sont quelques-uns des difficiles défis posés à la gouvernance de l’eau dans le bassin du fleuve Niger. Répondre à ces défis supposera des arbitrages courageux et imaginatifs qui devront s’appuyer sur des connaissances précises et validées.

27Or, l’expertise met en lumière le fait que le niveau de connaissance sur le fleuve, s’il est important, n’est ni complet ni homogène. Si l’hydrologie du fleuve est bien connue, le fonctionnement des écosystèmes l’est moins. La végétation du delta intérieur n’a fait l’objet, par exemple, que d’une seule étude complète datant de plus de 20 ans. D’autre part, la notion de « débits environnementaux » est un concept récent dans la Gire et ce concept demanderait à être approfondi en rappelant que, pour le delta intérieur, il devrait plutôt se traduire en terme de « hauteur d’eau environnementale » si l’on veut garantir la pérennité et le bon fonctionnement de l’écosystème.

RECOMMANDATIONS

28Les conclusions présentées ci-dessus conduisent à mettre en avant les recommandations suivantes qui portent sur trois points principaux.

Première recommandation : consolider la connaissance scientifique

29L’acquisition de connaissances scientifiques sur le bassin du fleuve doit se poursuivre. Il faudra veiller, en particulier, à valider et à mettre à jour les connaissances sur :

  • l’évolution des états de surface du bassin dont les modifications peuvent conditionner la relation pluies/débits ;
  • les écosystèmes de la vallée du fleuve Niger, leur structure et les processus qui les animent, car ils évoluent constamment, en particulier sous la pression des usages et les études sur ces écosystèmes sont, pour certaines, incomplètes ou trop anciennes ;
  • les systèmes de production car, comme les écosystèmes et comme l’ensemble de la société malienne, ils évoluent, eux aussi, rapidement. Sur certains de ces systèmes (pêche, riziculture irriguée…), les connaissances accumulées sont importantes mais elles ne doivent pas rester figées. Sur d’autres, les connaissances sont imprécises ou trop anciennes (c’est le cas de l’élevage dans le delta intérieur, par exemple, ou du système rizicole pluvio-fluvial) ;
  • les usages de l’eau sur l’ensemble du bassin qui devront être répertoriés, analysés et surtout mieux quantifiés jusque dans le détail de leurs variations saisonnières. Si les prélèvements des « grands usages » sont assez bien connus (par ex. ceux de l’Office du Niger), ceux des autres multiples petits usages qui s’échelonnent dans toute la vallée le sont beaucoup moins (par ex. ceux des PIV). Considérés isolément ces petits prélèvements ne semblent guère avoir d’effet perceptible sur le régime du fleuve, mais leurs effets additionnés ne peuvent plus être négligés ;
  • enfin, les développements en matière de systèmes d’information (SI) et de modèles qui devront être poursuivis en recherche et mieux transférés aux structures de gestion. Les SI devront permettre la mise en œuvre de modèles de simulation de scénarios afin d’aider les décideurs. Trois types de modèles distincts sont particulièrement souhaitables : un modèle hydraulique de l’ensemble du fleuve permettant de faire des études d’impact des ouvrages en projet, un modèle des usages de l’eau permettant de représenter et d’intégrer la totalité des besoins et des impacts des différents usages et enfin, des modèles locaux communiquant avec les précédents et adaptés à des problématiques particulières.

Deuxième recommandation : poursuivre les évolutions du cadre institutionnel

30À l’instar de la plupart de ses voisins, le Mali s’est engagé dans des réformes institutionnelles de grande ampleur. D’une part, la décentralisation a changé l’organisation territoriale, administrative et politique du pays ; d’autre part, la Gire a modifié l’approche de la gouvernance de l’eau. Le pays a adapté ses institutions, mais il est permis de penser que la mutation en cours n’est pas encore terminée ni complètement effective. Deux points nous semblent mériter une attention particulière :

  • la clarification, tant au plan national qu’au plan international, des relations entre les institutions chargées spécifiquement de la gouvernance de l’eau. On peut espérer, sur ce point, que la relance en cours de l’ABN permettra une redynamisation des collaborations entre, d’une part les organismes nationaux qui ne doivent pas être dépossédés de leurs rôles et, d’autre part, l’instance de coopération internationale qui doit clairement assumer son rôle, si besoin est, de fédérateur et d’arbitre ;
  • en second point, nous pensons que la société civile, à travers ses représentants élus ou associatifs, doit pouvoir peser davantage sur les décisions concernant les usages de l’eau et sur les orientations stratégiques qui vont engager le devenir du pays et de ses habitants pour de longues années.

Troisième recommandation : éléments pour des options stratégiques équilibrées

31Le fleuve Niger, dans son cours amont et moyen, est un fleuve encore peu aménagé. Les aménagements existants apportent des bénéfices indéniables mais laissent apparaître des problèmes réels bien qu’aux conséquences encore limitées. La situation du fleuve n’est donc pas encore compromise, son examen faisant apparaître de larges marges de manœuvre qui permettent de définir, pour l’avenir, une gamme variée de stratégies.

32Afin de conserver les grands équilibres du fleuve, il n’est plus possible d’envisager des aménagements sectoriels définis indépendamment les uns des autres. Poursuivre dans cette voie risquerait, pour un bénéfice limité et localisé, de générer des nuisances s’additionnant et se répercutant sur l’ensemble du bassin.

33Développer les usages de l’eau et aménager le fleuve apparaissent certes, comme des nécessités. Mais cela ne peut s’envisager que de façon globale et intégrée, en pesant d’un côté les bénéfices attendus et de l’autre, les interactions possibles avec tous les autres usages et avec l’environnement global du fleuve.

  • 1 Une piste de réflexion pourrait être l’étude d’un ouvrage aval (Taoussa peut-il jouer ce rôle ?) q (...)

34Le fait est évident lorsqu’il s’agit des aménagements structurants à l’échelle régionale. Ainsi, considérant les grands barrages qui sont « en projet » souvent depuis de nombreuses années, il apparaît maintenant que la compréhension et l’évaluation de leurs impacts ne peuvent être véritables que si on les considère dans leur ensemble, en tenant compte de toutes les interactions qui pourraient être générées par les différentes options de gestion adoptées pour les piloter. En particulier, les effets sur le delta intérieur devront être bien mesurés et la possibilité d’y garantir une « hauteur d’eau environnementale », notamment en crue, doit être sérieusement mise à l’étude1.

35Une telle approche, nécessairement assez lourde et complexe à mener, ne peut être envisagée que dans un cadre international. Elle pourrait contribuer à redynamiser l’ABN et à lever les réticences exprimées par une partie des bailleurs de fonds depuis le rapport de la commission mondiale sur les barrages (WCD, 2000).

36Au plan national, les grandes options doivent être précisées. Tous les observateurs s’accordent sur la nécessité de poursuivre le développement de la production électrique et des productions agricoles. Cependant, si l’on s’accorde sur le fait qu’il faut, en particulier, poursuivre le développement de la production de riz, on remarquera que produire 1 kg de riz en irrigué consomme (dans le meilleur des cas) 5 m3 d’eau, ce qui apparaît comme une option particulièrement coûteuse en eau. Or, l’option rizicole n’est pas la seule possible ; d’autres options agricoles valorisent mieux l’eau lorsque celle-ci se trouve en abondance limitée. De plus, à l’intérieur même de la filière riz, l’extension de l’Office du Niger, gros consommateur d’eau, si elle apparaît souhaitable par certains cotés, n’est pas la seule possibilité. Un plus grand développement des autres systèmes de production rizicoles – du riz pluvial dans le sud du pays au riz inondé dans le delta intérieur – est également très souhaitable.

37Les prises de décisions stratégiques engageront l’avenir du fleuve Niger sur le long terme et souvent, de façon irréversible. C’est pourquoi tous les scénarios possibles doivent être envisagés et étudiés au préalable. Ceci rend d’autant plus urgent la conception et l’installation des modèles de simulation décrits plus haut. Car ces modèles pourront aider les décideurs à choisir, en connaissance de cause et dans la clarté, les options de développement offrant les meilleurs compromis.

Notes

1 Une piste de réflexion pourrait être l’étude d’un ouvrage aval (Taoussa peut-il jouer ce rôle ?) qui compenserait les effets négatifs des ouvrages amont à la condition qu’un tel ouvrage ne pénalise pas à son tour les utilisateurs encore plus en aval, en particulier ceux du Niger et du Nigeria.

Table des illustrations

Légende Figure 12. Exemple de schéma d’articulation entre SI de différents niveaux.Dans ce schéma, les SI qui sont de niveau local (ou national) et/ou qui portent sur des thèmes restreints peuvent fonctionner de façon quasi-autonomes, c’est-à-dire avec leur propre boucle d’acquisition et de restitution (6) passant par des bases de données propres (7) et aboutissant à des formats de restitution propres (1) définis en fonction de leurs destinataires spécifiques. Mais ces SI envoient également certaines données (5) vers la base de données du SI global (2) qui est alimentée également par d’autres flux (3) provenant de capteurs spécifiques du niveau global. Le SI de niveau global dispose de ses propres formats de restitution adaptés à ses destinataires cibles spécifiques et il renvoie également (4) une partie de l’information qu’il produit vers les SI locaux ou spécifiques, ces derniers ayant ainsi la possibilité de compléter les contenus de leurs restitutions (1).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5184/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540