Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avenir du fleuve Niger

 | 
Jérome Marie
, 
Pierre Morand
, 
Hamady N’Djim

Synthèse et Récommandation

Les problèmes : modes actuels de leur gestion

Texte intégral

1Nous examinerons dans cette partie les « problèmes », c’est-à-dire que nous focaliserons notre attention sur des points particulièrement difficiles auxquels les gestionnaires doivent faire face. Dans la plupart des cas, ces problèmes naissent à l’intersection des dynamiques de forçage (telles que le climat), des dynamiques de certaines ressources vivantes, des dynamiques d’usage, voire des dynamiques sociétales et institutionnelles ; c’est-à-dire toutes composantes que nous avons examinées, une à une, lors du précédent chapitre.

2Nous proposons de classer ces problèmes en quatre catégories : en premier lieu, les « risques d’aléas » qui caractérisent des phénomènes parfois brutaux mais de durée limitée, déclenchés par une composante aléatoire « l’aléa » sur lequel l’homme n’a que peu ou pas de contrôle ; en second lieu, les « tensions » qui caractérisent des états permanents d’opposition ou de souffrance (ouverte ou masquée) dans lesquels la responsabilité de l’homme, de ses activités ou de ses institutions joue un rôle important ; enfin, les « menaces » qui ne sont pas encore tout à fait d’actualité mais qui pèsent sur le futur, surtout si les gestionnaires ne prennent pas aujourd’hui les décisions qui s’imposent pour les juguler. Les dynamiques environnementales, qu’elles soient seules ou qu’elles entrent en interactions négatives ou imprévues avec certains comportements humains, jouent un rôle important dans ces trois premières catégories.

3Enfin, une quatrième catégorie de problèmes, que nous nommerons « difficultés institutionnelles » renvoie à l’épineuse question de l’amélioration du système de gouvernance dont on attend, justement qu’il parvienne à faire en sorte que les hommes ne se mettent pas en situation de vulnérabilité par rapport à l’environnement et qu’ils s’entendent entre eux pour le partage de ses richesses.

4Mais avant de commencer l’examen des problèmes relatifs aux catégories sus-décrites, il faut rappeler brièvement l’existence d’une autre catégorie de problèmes, ceux qui concernent la santé et qui sont liés, en particulier, aux « maladies hydriques ». En effet, il est connu qu’un certain nombre de virus, bactéries et autres agents (vers, protozoaires) pathogènes pour l’homme – ainsi qu’un certain nombre d’animaux (insectes, mollusques) vecteurs de ces mêmes agents – trouvent dans les milieux aquatiques des régions tropicales des conditions très favorables à leur persistance ou à leur multiplication. Les populations de la vallée du fleuve Niger subissent, à ce titre et comme celles des autres zones humides de la zone soudano-sahélienne, de lourds taux de morbidité et de mortalité, notamment par le paludisme, la bilharzioze, le choléra (endémique, à poussée saisonnière, dans la région de Mopti), la leishmaniose et le charbon qui, lui, toutefois, touche surtout le bétail. D’autres maladies infectieuses qui sont, quant à elles, davantage liées à la pauvreté et aux comportements qu’au milieu naturel sévissent lourdement : le trachome, la méningite, les amibiases, les hépatites, la tuberculose et le Sida. Si l’on ajoute à cela la faiblesse des équipements sanitaires qui caractérise les zones rurales ainsi que les difficultés de transport des malades, il n’est pas surprenant d’observer des statistiques de santé particulièrement sombres. La région de Mopti (delta intérieur du Niger) se distingue ainsi par une mortalité infantile de 325 ‰ entre 0 et 4 ans, contre 237 ‰ à l’échelle nationale (Coulibaly et al., 1996). Les maladies hydriques des régions tropicales ont été l’objet de nombreuses études qui ont montré notamment, que les aménagements hydroagricoles pouvaient jouer un rôle dans leur diffusion (Samé-Ekobo et al., 2001).

RISQUES LIÉS À LA SURVENUE D’ALÉAS

Survenue d’une mauvaise année « hydroclimatique »

Le phénomène et ses circonstances

5C’est le risque le plus élevé encouru par les ruraux. Il s’agit bien d’un risque car un déficit pluviométrique associé à une faible crue constitue un véritable aléa annuel, pratiquement non prévisible. Cet aléa qui touche la campagne agricole et halieutique (mais aussi l’élevage) est d’occurrence fréquente : on peut convenir que depuis les années 1970, la probabilité d’année « assez mauvaise » ou « très mauvaise » en termes de pluviométrie et de crue atteint une occurrence d’au moins une année sur trois. Souvent, cet aléa climatique affecte le bassin du Niger au Mali de façon homogène et globale.

6En effet, dans les régions climatiques voisines que sont les régions soudaniennes et sahéliennes, ce sont les mêmes années qui sont déficitaires en pluviométrie. Si bien que les déficits de débit sur le Niger amont et le Niger moyen sont corrélés aux déficits de pluies qui ont lieu non seulement sur la région du Niger amont (ce qui est logique) mais aussi aux pluies qui tombent sur le Niger moyen sahélien (ce qui pourrait ne pas être le cas, puisque ce n’est pas la pluie sahélienne qui « fait » la crue du Niger). Le résultat est qu’il y a peu de chance de compenser un contexte global défavorable (mauvaise crue et problèmes pour les cultures d’inondation) par des conditions locales (pluies et cultures pluviales) qui pourraient être, localement, plus favorables.

7La relation inverse n’est pas vraie : il peut arriver, pour une année donnée, que la pluviométrie générale soit bonne (entraînant une bonne crue) mais que les conditions en un lieu donné soient mauvaises pour les cultures. Sont alors en cause des aléas météorologiques de définition plus fine, tels que l’aléa de plus ou moins bonne synchronisation entre pluie et crue qui joue un rôle déterminant pour la réussite des systèmes de riziculture traditionnels.

Les impacts

8L’impact social et économique d’une mauvaise année hydroclimatique (comme celle de 2004) est énorme. Les populations rurales directement concernées peuvent subir une disette l’année suivante au moment de la phase de « soudure », c’est-à-dire lorsqu’il faut faire face à un manque de céréales dans les greniers à partir de mai ou de juin en attendant la prochaine récolte qui n’intervient généralement qu’à partir d’octobre ou de novembre. L’économie nationale, dans son ensemble, est également touchée avec une détérioration de la balance commerciale (du fait des importations de riz et de poisson de mer congelé) et un ralentissement de la croissance, voire une récession.

Mode(s) de gestion

9La gestion de ces mauvaises années hydroclimatiques est l’un des défis récurrents les plus difficiles parmi ceux posés aux autorités des pays soudanosahéliens comme le Mali. Plusieurs réponses complémentaires existent :

  • secourir les populations rurales victimes de ces aléas en distribuant de l’aide alimentaire bien ciblée pour ne pas casser le marché des produits agricoles. C’est le rôle du Programme alimentaire mondial (PAM) informé par le Système d’alerte précoce (SAP) ;
  • mettre une partie du secteur agricole à l’abri de ce type d’aléa en créant de grands aménagements hydroagricoles sécurisés (ce qui suppose, tout de même, qu’une quantité d’eau suffisante puisse être stockée en amont) ;
  • tenter de limiter les impacts de l’aléa par une information permettant aux acteurs de l’anticiper de quelques semaines et de mieux le « gérer » (par exemple, en adaptant leurs stratégies annuelles de culture ou bien leurs investissements de pêche : système régional Agrhymet).

Survenue de crues et d’inondations exceptionnelles

Le phénomène et ses circonstances

10On rappelle que le régime du fleuve Niger est caractérisé, de façon normale et attendue, par l’occurrence d’une ample crue annuelle dont la montée progressive s’étend sur plusieurs semaines et atteint un maximum juste à la fin de la saison des pluies. Ce maximum – ou sommet de l’onde de crue – se déplace ensuite d’amont en aval entre Bamako (début ou mi-septembre) et Gao (fin décembre ou janvier). Il s’émousse (ou s’aplatit) au fur et à mesure de son avancée vers l’aval.

11Il s’ensuit que le phénomène d’inondation est régulier et survient chaque année, en chaque zone, à la période de l’onde de crue. Toutes les rives et les plaines adjacentes au fleuve sont concernées. Dans la région du delta, cette inondation s’étend sur plusieurs milliers de km2 et dure de sept à dix semaines centrées de septembre à novembre.

12D’une façon générale, les animaux (le cheptel) et les hommes connaissent et attendent ces variations de débit et de niveau. Ils calquent leurs rythmes d’activité et de déplacement sur le cycle du fleuve et ils savent même « exploiter » ce régime cyclique pour croître ou produire davantage.

13Pour caractériser les risques affectant les installations ou les vies humaines, il est donc nécessaire de bien distinguer ce qui dans le cadre d’un tel régime annuel, peut être considéré comme un aléa réellement porteur de menace. On peut distinguer de ce point de vue deux types d’événements :

  • une crue qui se déroule selon une allure normale (montée progressive de l’eau) mais qui atteint une cote maximale exceptionnellement haute ;
  • un phénomène de montée de l’eau plus rapide que la normale (plus de 5 cm par jour) en un point donné ou sur un bief donné.

14On peut analyser, ensuite, les circonstances qui favorisent la survenue de tels événements. De ce point de vue, deux ou trois types d’événements assez différents méritent d’être distingués :

  • le premier cas (événement de type A) correspond, en fait, à l’aléa opposé à la « mauvaise année » hydroclimatique : il s’agit de la « trop bonne année » hydroclimatique. Des analyses fréquentielles conduites par la Direction nationale de l’hydraulique ont permis d’associer à chaque niveau de crue des « fréquences de retour » : crue décennale (une en moyenne tous les dix ans), crue centennale, etc. La probabilité de survenue de l’aléa peut être ainsi assez bien cernée. Cependant, une telle définition devrait être complétée par un facteur associé au vécu générationnel : la crue de 1994, bien que d’une hauteur tout à fait moyenne (6,44 m à Mopti) si l’on se réfère aux statistiques du siècle, a été une crue ressentie comme « exceptionnelle » par les populations dans la mesure où elle survenait après 20 ans de crues très déficitaires. En effet, les jeunes gens n’avaient jamais vu l’eau atteindre une telle hauteur et leurs aînés avaient sans doute un peu oublié qu’un tel phénomène était possible. Les crues comparables de 1999 et 2003 n’ont évidemment, pas été perçues de la même façon ;
  • le second cas (événement de type B) peut correspondre à des circonstances météorologiques particulières : il s’agit de pluies très abondantes qui surviennent en fin d’hivernage sur le haut bassin du Niger. Une « pointe de crue » de 15 à 40 cm se forme alors, pendant quelques heures à quelques jours, et se superpose à l’onde de crue saisonnière du fleuve qui est déjà à son niveau le plus élevé. Si le barrage de Sélingué est déjà plein (à sa cote maximale de sécurité), il ne peut jouer le rôle tampon sur la fraction d’eau qui vient du Sankarani, laquelle va renforcer la pointe de crue sur le Niger. Celle-ci parcourt alors rapidement le fleuve jusqu’à Bamako ou Koulikoro et provoque quelques dégâts sur les rives. Mais cette pointe de crue ne peut pas aller bien loin : elle s’émousse rapidement dès qu’elle entre dans les zones de rives basses et de plaines inondables qui jouent alors un rôle bénéfique de vase d’expansion. On peut estimer que c’est entre le 10 septembre et la mi-octobre qu’un tel phénomène peut survenir de la façon la plus aiguë (cas de l’année 2001). Ce type de phénomène est aggravé par la déforestation des versants qui dénude le sol et accélère les écoulements.

15Un autre genre de circonstance (événement de type Bbis) peut entraîner une montée d’eau très rapide : il s’agit de l’incident ou de l’accident d’ouvrage hydraulique (le pire des cas étant, bien sûr, la rupture de barrage). Dans ce cas, la pointe de crue peut survenir en toute saison. Elle ne monte pas forcément très haut, mais c’est l’effet de surprise qui est dangereux ou porteur de risques de dégâts pour les installations ou les activités humaines. La baisse trop rapide des hausses mobiles de Markala crée, en étiage, des phénomènes de ce genre qui sont, certes, modestes en hauteur d’eau (de l’ordre de 10 à 20 cm) mais qui sont ressentis assez loin (jusque dans le delta), puisque le fleuve est, à cette saison, dans son lit mineur assez étroit et donc favorable à la propagation rapide d’une onde.

Les impacts

16Le premier type d’événement (type A) n’induit pas de risques très importants pour les activités et les populations rurales qui savent depuis toujours que les zones basses de la vallée et du delta ne sont pas des lieux permanents de résidence. Les populations n’y établissent traditionnellement que des habitats légers (en matériaux d’origine végétale) appelés campements. Ces campements sont normalement saisonniers et abandonnés lors de la saison des hautes eaux mais certains ont pu, il est vrai, devenir permanents et être convertis en habitat de banco (boue séchée) durant la période des années de mauvaises crues. Il reste cependant assez facile de les évacuer en cas de besoin car les populations concernées (pêcheurs, riziculteurs) disposent généralement de pirogues. D’autres ruraux, moins équipés, vivent de façon sédentaire dans des villages installés sur des tertres élevés (toguéré) qui ne sont jamais inondés.

17Cependant, il en va différemment pour les populations urbaines et surtout suburbaines : installées à la périphérie des villes après avoir quitté définitivement leurs villages, elles ne maîtrisent pas toujours leur environnement et se retrouvent souvent, contre leur volonté et peut être à leur insu, installées dans des zones potentiellement inondables de « bas-fonds » (c’est d’ailleurs le nom d’un quartier à Mopti). La survenue d’une crue de hauteur exceptionnelle est particulièrement dommageable pour ces populations qui peuvent y perdre leurs biens, voir leurs puits contaminés et leurs quartiers inondés devenant littéralement insalubres, subir ensuite des épidémies. L’autre danger présenté par un tel phénomène est que l’eau d’inondation touche des installations industrielles ou des entrepôts de stockage avec bien sûr, une possibilité de détérioration de ces derniers, mais surtout, une possibilité de pollution grave si des produits chimiques nocifs se trouvaient entraînés vers le fleuve.

18Sur le fleuve Niger au Mali, les deux autres types d’événements (B et Bbis) qui se caractérisent par des montées d’eau brutales, soit naturelles soit artificielles, n’ont jamais présenté, jusqu’à présent, de caractère de grande catastrophe. Certes, la rapidité (toute relative) de la montée de l’eau peut entraîner sur le bief amont (zone de Bamako) des pertes d’engins de pêche (une centaine d’engins ont été perdus lors de l’événement de septembre 2001), surprendre les gardiens des entrepôts installés sur les rives (qui peuvent alors échouer à mettre à l’abri les marchandises) ou prendre de vitesse les gestionnaires des prises d’eau de petits périmètres (avec des risques de submersion trop rapide des parcelles). Mais tout cela reste finalement assez limité et il ne semble pas y avoir eu de cas répertorié de mortalité humaine. De plus, ce genre de phénomène reste peu fréquent, de l’ordre d’une occurrence tous les cinq à dix ans. Le risque le plus grave serait, là aussi, que des produits nocifs (pesticides, hydrocarbures) mal entreposés soient atteints par l’eau et entraînés en quantité vers le fleuve. Si ce même type d’événement survenait sous une forme majeure (suite à la rupture d’une digue de retenue d’un grand ouvrage), il présenterait évidemment un tout autre caractère de gravité et pourrait menacer des vies humaines.

19Dans tous les cas, malgré le fait que les caractéristiques de l’aléa d’inondation (probabilité d’occurrence et ampleur) n’ont guère changé au fil des ans, le risque s’est accru fortement du fait de l’occupation croissante des abords immédiats du fleuve par des installations humaines. Cette tendance est, bien sûr, liée à la croissance démographique rapide des villes et au développement économique du pays.

Mode(s) de gestion

20La gestion repose sur trois dimensions : la prévention (par la zonation, la lutte anti-érosive et la régulation des crues), la capacité d’alerte rapide et la capacité à faire face à la catastrophe une fois qu’elle est survenue.

21La meilleure façon de prévenir tous les risques liés aux événements d’inondation (quels que soient leurs types) est de limiter les occupations humaines dans les zones d’inondation potentielle. Ceci suppose qu’un système de zonation soit mis en place avec une expression sur carte montrant les niveaux de risque de façon spatialisée. Cette carte ne doit pas se limiter à qualifier les niveaux de probabilité de survenue d’une submersion, mais elle doit développer une vraie typologie des façons dont peut survenir, en chaque zone, l’inondation (rapide, non rapide, durant quels mois de l’année, etc.) en se référant, notamment, aux types d’événements A, B et Bbis. Dans certaines zones à haut niveau de risque, l’installation d’activités industrielles ou d’entreposage impliquant des produits potentiellement polluants pour le fleuve devrait être strictement interdite. Ceci suppose aussi que les zonations et les réglementations d’installation, une fois définies, soient respectées. La question est particulièrement difficile à traiter en ville où la pression d’occupation est forte. Notons qu’en zone rurale, la définition de telles zonations ne doit pas aboutir à interdire l’installation des producteurs (pêcheurs, riziculteurs, éleveurs) dans les campements saisonniers de « zones basses » dont ils se servent pour être plus proches de leurs zones d’activités à cette période de l’année.

22La lutte anti-érosive sur le haut-bassin, en limitant la vitesse des écoulements, peut contribuer à amoindrir les probabilités de survenue d’événements de type B.

23En ce qui concerne la prévention par la régulation des crues, elle est difficile, voire impossible, à mettre en œuvre au Mali à l’heure actuelle. Certes, la gestion du barrage de Sélingué affiche une valeur de cote maximale à ne pas dépasser à Bamako (fixée à 370 cm) pour éviter toute inondation catastrophique. Et l’on conçoit bien que, jusqu’au début du mois de septembre, c’est-à-dire tant que le niveau du lac n’approche pas de sa cote maximale de sécurité (349,00 m), le barrage aurait la capacité d’atténuer une onde brutale qui surviendrait après des pluies exceptionnelles sur le haut-bassin. Mais en pratique, comme la crue saisonnière régulière du fleuve atteint son maximum à Bamako seulement à partir du 10 ou du 15 septembre, ce n’est qu’à ce moment-là qu’une pointe de crue additionnelle peut représenter une menace pour la ville. Or, le barrage est souvent déjà plein (ou presque) à cette période et il n’a donc plus la capacité de stockage nécessaire pour faire face à un tel phénomène. L’intérêt de Sélingué en tant que régulateur de pointe de crue brutale est donc très limité. C’est ce qui a été bien démontré en septembre 2001 lorsqu’un phénomène de ce type est survenu et que les gestionnaires de Sélingué n’ont rien pu faire. Par ailleurs, il faut rappeler que Sélingué est installé sur l’un des affluents du Niger.

24La capacité d’alerte rapide est surtout importante pour diminuer l’effet de surprise créé par une inondation brutale (événement de type B) sur les populations et les opérateurs économiques, et elle serait bien sûr d’un intérêt majeur en cas d’un événement grave (causé par une rupture d’ouvrage). L’utilisation des systèmes de RAC (Radio autonome de communication) et des radios (radio nationale et radios locales) peut alors être déterminante pour sauver des vies.

25La capacité à faire face à une catastrophe, une fois celle-ci survenue, consiste surtout à en limiter les conséquences humaines, économiques et environnementales. Le plan actuel prévoit de :

  • subvenir aux besoins des populations : hébergements d’urgence (en utilisant les salles de classe), sécurisation des sources d’approvisionnement en eau (protection des puits pour éviter les risques sanitaires), recasement des populations dans des zones sûres, équipement de ces lieux provisoires d’habitation (lampes, points d’eau, etc.), apport d’une aide alimentaire pendant au moins trois mois, suivi sanitaire des populations sinistrées ;
  • drainer ou pomper les eaux stagnantes dans les domiciles, les villages, les villes et les parcelles inondées ;
  • évaluer l’impact des inondations sur la production des populations concernées et mettre en place des mesures pour assurer leur survie économique (différé de remboursement de crédits, compensation des pertes par 900 kg de grains pour chaque hectare de récolte perdue du fait de l’inondation, prévention des épidémies pouvant toucher le bétail).

Pollution des eaux

Le phénomène et ses circonstances

26Outre qu’ils peuvent être parfois déclenchés par les inondations décrites ci-dessus, les phénomènes de pollution aiguë surviennent aussi dans d’autres types de circonstances liées, le plus souvent, aux activités humaines. On note ainsi :

  • les incidents dans le retraitement des eaux usées de l’usine Huicoma de Koulikoro. Cette usine assure normalement le retraitement de ses eaux usées, mais ce retraitement est partiel (40 à 60 %) et des dysfonctionnements surviennent fréquemment, les rejets partant alors dans le fleuve ;
  • les incidents dans le retraitement des eaux usées de l’usine de Siribala. En cas de panne de la pompe de refoulement, les eaux sont déversées dans les drains agricoles de la zone de l’Office du Niger, entraînant une pollution momentanée de l’eau.

27Il y a également des risques de pollution exceptionnelle par déversement massif d’hydrocarbures, notamment à la suite d’incidents de manipulation de cuves de stockage ou à la suite d’accidents de véhicules de transport de carburant.

28Les précipitations massives, lorsqu’elles touchent et lessivent des zones de pratiques agricoles intensives (cf. « Pollutions agricoles affectant le fleuve » p. 52), peuvent également conduire à des crises de pollution aiguë. Il semblerait que des phénomènes de ce type surviennent en hivernage dans le haut bassin, entraînant des mortalités ponctuelles de poissons dans la retenue de Sélingué. En 1993, 1997 et 1998, à la suite de violentes pluies, les eaux du fleuve ont fait l’objet d’une pollution à Bamako par du DDT dont l’origine agricole n’a toutefois pas pu être confirmée. Bien qu’elle n’ait duré que quelques jours, cette pollution du Niger a été suffisamment grave pour perturber la vie des Bamakois.

29Enfin, il faut préciser que certaines configurations hydrogéologiques peuvent favoriser la migration des produits polluants vers des zones très sensibles. Ainsi, la nappe profonde de Bamako est alimentée par le fleuve via une faille et elle serait, par conséquent, très vulnérable à un éventuel phénomène de pollution aiguë.

Les impacts

30Les incidents de pollution aiguë qui ont eu lieu jusqu’à présent, somme toute assez modestes par leur ampleur, ont surtout eu un impact sur la faune aquatique, notamment sur les poissons. À Koulikoro, certains incidents de rejet ont entraîné une mortalité des poissons sur plusieurs kilomètres de fleuve. À Siribala, les pêcheurs observent que l’effet de la pollution, là où elle est fortement concentrée, est l’asphyxie immédiate du poisson. Cet effet létal s’observe sur près de 20 km au-delà du déversoir de l’usine. Sa rémanence, qui reste à préciser, est, selon les pêcheurs, d’environ un mois.

Les modes de gestion

31Les modes de gestion sont, d’une part, la prévention (essentiellement par la réglementation et par l’amélioration des dispositifs de retraitement) et d’autre part, la capacité (orientée vers les populations consommatrices d’eau) de détection et d’alerte. En 1993, 1997 et 1998, lors de la pollution des eaux du fleuve par du DDT, la population et les usagers du réseau EDM (Énergies du Mali) de Bamako ont été avertis par voie de presse.

Pullulation de déprédateurs de cultures

Le phénomène et ses circonstances

32Les pullulations d’insectes (criquets et sauteriaux), de rongeurs et de petits oiseaux sont fréquentes dans toute la zone sahélienne et touchent, entre autres régions, la vallée du fleuve Niger et le delta intérieur. Les causes de ces pullulations mettant en jeu des processus écologiques et dépendant aussi de facteurs climatiques sont variées et complexes. Les pullulations de criquets, bien étudiées qui sont parmi les plus spectaculaires (la dernière ayant eu lieu d’août à octobre 2004), ont ceci de particulier qu’elles surviennent généralement à la suite de plusieurs bonnes années climatiques, c’est-à-dire des années marquées par une pluviométrie suffisante sur le Sahel et sur les autres zones périphériques du Sahara (au Maghreb). L’abondance des petits oiseaux dévastateurs de récolte tend à être plus régulière d’une année à l’autre.

Les impacts

33L’impact de ces pullulations est assez similaire à celui des mauvaises années hydroclimatiques mais il est, généralement, de moindre ampleur. Les récoltes sont diminuées et il peut s’ensuivre une disette l’année d’après, lors de la période de soudure.

Les modes de gestion

34De nombreux organismes et de nombreux programmes nationaux et internationaux (Agrhymet, CILSS, FAO) s’attachent à prévoir, à prévenir ou à lutter contre les pullulations de déprédateurs. Un accord portant sur l’organisation et le fonctionnement d’un mécanisme de coordination sous-régionale de la lutte antiacridienne (Cosrela) vient d’être élaboré.

35En cas de catastrophe avérée, l’aide alimentaire (PAM) peut être rapidement déclenchée et parfaitement ciblée sur les populations des zones les plus touchées grâce aux informations transmises par le Système d’alerte précoce (SAP).

TENSIONS ET MODES ACTUELS DE LEUR GESTION

36Parmi les tensions permanentes qui peuvent parfois dégénérer en conflits ouverts ou bien au contraire se présenter comme des oppositions lancinantes à peine exprimées voire même masquées, on peut distinguer celles qui concernent directement le partage de l’eau (cf. « Impact des aménagements hydrauliques sur l’inondation et sur les systèmes de production dépendant de celle-ci » p. 110 ) et celles qui mettent plutôt en cause le partage des espaces humides ou proches de l’eau (cf. « Tensions entre agriculture et élevage transhumant pour le partage de l’espace en décrue et en saison sèche » p. 116).

Impacts des aménagements hydrauliques sur l’inondation et les systèmes de production

37Parmi les usagers du fleuve et les systèmes de production décrits (cf. « Caractérisation et performances des systèmes d’usage du fleuve. Besoins et impacts relatifs à son eau » p. 32), plusieurs d’entre eux sont apparus très dépendants, pour leurs performances, de l’ampleur de l’inondation annuelle et donc de la hauteur atteinte par l’onde de crue du fleuve. Il s’agit, principalement, de la riziculture traditionnelle (hors AHA), de la riziculture en périmètre à submersion contrôlée, de la pêche et de l’élevage itinérant (pastoralisme). Aucun de ces systèmes de production n’est très productif : trois d’entre eux pouvant même être qualifiés de systèmes « extensifs ». Cependant, ces systèmes présentent la particularité de pouvoir se superposer sur les mêmes espaces en se succédant au fil des saisons. Typiquement, un hectare de plaine inondable utilisé de cette façon produit chaque année 100 kg de riz traditionnel (puisque les surfaces cultivées n’occupent guère que 10 ou 15 % des plaines d’inondation), 50 à 100 kg de poisson et 7 à 10 kg de viande. Pour la viande, ce n’est certes pas l’hectare de plaine inondable considéré isolément qui en produit cette quantité puisque les troupeaux passent une partie de l’année sur les pâturages sahéliens extérieurs, mais on peut dire que, sans la plaine inondable et les ressources fourragères qu’elle offre de décembre à juin, cette même production de viande serait nulle ou presque. Le cas du poisson est d’ailleurs un peu similaire : il est souvent capturé dans le lit du fleuve, mais il a préalablement grossi dans la plaine. Privé de ses plaines inondables, le fleuve, stricto sensu, ne produirait pas grand-chose. Dans certains cas (comme celui du poisson), les ratios de productivité donnés ci-dessus peuvent être confirmés par les pentes des relations statistiques entre les variations de la production régionale de ces produits et la variation de la surface annuelle d’inondation des plaines. Tout cela conduit à mettre en avant le fait que les plaines inondables sont des milieux qui produisent de façon importante et mesurable. Pour le poisson, la part de participation de ces milieux à l’approvisionnement du pays est énorme (majoritaire).

38Par ailleurs, il faut rappeler que ces systèmes de production traditionnels dépendant de l’inondation constituent la base des moyens d’existence d’une nombreuse population. Celle-ci peut être estimée à 900 000 personnes, si l’on considère que les trois-quarts de la population vivant entre Ké-Macina-Djenné, d’une part, et Tombouctou, d’autre part, tirent leurs ressources de l’une ou de l’autre (ou d’une combinaison) de ces activités ou des filières de valorisation et de commercialisation qui leur sont étroitement liées.

39C’est en rapport avec les éléments ci-dessus que les éventuels impacts des aménagements hydrauliques amont sur le niveau des crues doivent être considérés. Or, on a vu que, pour ce qui concerne les aménagements existants, cet impact, aussi modeste soit-il, ne peut être tenu pour négligeable. La pente de la relation hauteur de crue-surface inondée dans le delta est par ailleurs connue, du moins pour ce qui concerne la partie au sud du Debo (fig. 11) : sur la gamme courante de variation des hauteurs de crue, entre 5,60 m et 6,40 m à Mopti, le gain de surface inondée est d’environ 980 km2 pour 10 cm de gain de hauteur d’eau enregistrés à Mopti. Une perte de hauteur de 10 cm a, par conséquent, des effets non négligeables sur les systèmes de production des plaines.

Figure 11. Les surfaces inondées dans le delta (jusqu’au Debo) en fonction des hauteurs de crue à Mopti
Source : Marie, 2002

40Certains auteurs sont allés plus loin et ont proposé des calculs de pertes de production dans le delta, par exemple en poisson (Laë, 1992a), à partir des débits « perdus » en amont par suite des prélèvements exercés sur la crue par les aménagements. Sans aller jusqu’à de telles spéculations chiffrées, les éléments présentés ici apparaissent suffisants pour justifier une vraie prise en compte des besoins des systèmes de production de plaines inondables dans l’aménagement et la gestion du fleuve.

41Jusqu’à présent ces besoins – qui s’expriment surtout en termes de hauteur de crue et de surface en eau – n’ont pas été intégrés de façon suffisamment détaillée dans les études d’opportunité des aménagements hydrauliques (AH) ni dans l’établissement des consignes de gestion de ces aménagements. De plus, les chiffres fournis par les services hydrologiques officiels (très focalisés sur les quantités d’eau et les débits, mais jamais sur les hauteurs d’eau ni sur les surfaces inondées) ne traitent que des totaux annuels de prélèvements opérés par les AH ou des débits instantanés prélevés par ces mêmes AH en étiage. Toutes ces informations ne sont guère pertinentes pour discuter de la gestion de la crue.

42Enfin, la très grande variabilité naturelle des crues (d’une année à l’autre, d’une décennie à l’autre) empêche les populations du delta de bien percevoir la part de l’affaiblissement des crues qui pourrait être liée aux prélèvements ou au stockage par les AH en amont. Ce qui fait que la société civile ne s’est pas suffisamment saisie de la question, même si certaines communautés (notamment les pêcheurs) accusent depuis longtemps les grands barrages, notamment celui de Sélingué, de leur causer du tort.

43Tout ceci explique le fait que la question de répartition de l’eau de la crue ne soit pas actuellement traitée à son juste niveau dans la gestion de l’eau du fleuve Niger au Mali. Mais les annonces de nouveaux projets d’aménagement sur le haut bassin (comme le barrage de Fomi, en Guinée) et de nouvelles extensions possibles de l’Office du Niger devraient être l’occasion pour les experts et pour la société malienne de s’intéresser enfin à cette question.

Tensions entre usagers autour des débits d’étiage

44À l’examen des tableaux des besoins des différentes activités et des différents usages (cf. « Caractérisation et performances des systèmes d’usage du fleuve. Besoins et impacts relatifs à son eau » p. 32), il apparaît une vive concurrence en étiage (février-juin) autour du partage des débits du fleuve qui sont, par définition, faibles à cette saison. Cette concurrence peut se schématiser comme suit :

  • d’un côté, par les prélèvements opérés par les grands périmètres gravitaires en étiage (essentiellement à l’Office du Niger et très secondairement, à Sélingué et à Sotuba) qui visent, d’une part, à l’irrigation des cultures dans les périmètres en contre-saison (surtout le maraîchage et un peu de riz, de février à mai) et, d’autre part, à la pré-irrigation des casiers de riz pour la prochaine culture, associée à l’arrivée de l’hivernage et de la crue ;
  • de l’autre côté, par tous les besoins des usagers situés en aval, quels que soient leur nature : périmètres irrigués villageois (PIV) à moto-pompes, navigation des petites pinasses, consommation domestique des populations riveraines jusqu’à Niamey, maintien d’un milieu aquatique minimal de survie pour la ressource poisson, approvisionnement en eau pour l’abreuvement des troupeaux.

45Le déstockage d’eau qui est effectué à cette saison à partir du grand barrage amont de Sélingué a pour effet de relaxer cette tension de partage, en ajoutant 70 à 120 m3/s au débit naturel. Ce qui permet normalement d’en assurer un minimum de 40 m3/s après le passage à Markala (ce qui constitue une consigne de gestion émise par la Commission nationale des eaux).

46Ce mode de gestion fonctionne assez bien dans la mesure où l’on parvient ainsi à conserver approximativement des débits identiques à ceux qui étaient enregistrés, pour la même saison, à Mopti dans les décennies 1950 et 1960. Pour les besoins de l’écosystème (pour les poissons notamment), ces débits minimums semblent suffisants. Par contre, certains usagers en aval, notamment les consommateurs d’eau de la ville de Niamey, ont le sentiment d’une pénurie qui s’aggrave, peut être parce qu’ils sont plus nombreux ou bien parce que les petits prélèvements opérés tout le long du fleuve (par les moto-pompes des PPIV) dans le delta et au-delà finissent par avoir un certain impact sur le débit. Quoiqu’il en soit, le fleuve Niger a toujours connu, historiquement, des années d’étiage très bas à Niamey.

47Pour minimiser ses prélèvements d’eau en étiage, l’Office du Niger souhaiterait diminuer l’importance de la culture du riz en contre-saison, voire même l’abandonner au profit des cultures moins consommatrices d’eau.

Faible efficience d’utilisation de l’eau par les AHA

48Il a déjà été mentionné plus haut (cf. « L’agriculture » p. 40) que, dans les grands AHA tels que ceux de l’Office du Niger, l’efficience d’utilisation de l’eau est insuffisante. Les causes de cette insuffisance sont en premier lieu les fortes pertes dans le réseau que l’on examinera ci-après.

49Tout d’abord, la comparaison des débits livrés à Markala avec ceux observés à l’entrée des canaux primaires fait apparaître des différences énormes : le suivi réalisé au cours de la campagne 1995-1996 montre que l’on serait aujourd’hui à près de 40 % de perte sur un apport de 36 000 m3/ha. Une partie de ces pertes est imputable aux grands adducteurs et aux falas (infiltration, évaporation et gestion des niveaux par décharge dans les exutoires), une autre aux cultures hors casiers dont les prélèvements ne sont pas toujours contrôlables. Mais l’efficience des réseaux secondaires et tertiaires est également en cause, car elle est très variable : certains partiteurs et arroseurs distribuent des volumes inférieurs aux besoins théoriques alors que d’autres apportent à la parcelle plus de deux fois les besoins.

50Selon les travaux du Pôle système irrigué (PSI), on peut résumer la situation de la façon suivante :

  • les pertes en eau dans le système hydraulique en amont de l’Office (canal du Sahel, fala de Molodo…) représentent 40 % du volume total livré par Markala alors que la part qui arrive aux canaux d’irrigation et aux casiers en représente 60 % ;
  • sur cette dernière part (celle qui parvient dans les canaux d’irrigation), on peut distinguer plusieurs fractions :
  • 20 à 25 % sont perdus par infiltration dans les canaux d’irrigation eux-mêmes, essentiellement pendant la contre-saison (soit 12 à 15 % du total livré par Markala) ;
  • 35 % sont perdus par drainage des casiers en saison rizicole (soit 20 % du total livré par Markala) ;
  • 40 % sont effectivement utilisés par les cultures (soit 25 % du total livré par Markaka.

51Pendant la saison rizicole, la consommation en eau s’élève à 14 700 m3/ha à l’échelle du distributeur Retail (l’objectif de 15 000 m3/ha fixé par l’Office du Niger apparaît d’ores et déjà atteint). Considérant les pertes par drainage et les apports pluviométriques, l’eau disponible s’élève en moyenne à environ 12 000 m3/ha, ce qui est conforme aux besoins en eau de la culture de riz (Beau, 1981).

52Ces résultats masquent néanmoins une grande diversité de situation relative aux différents systèmes de régulation et à leur facilité de gestion. La régulation des partiteurs équipés de modules à masque (casier Grüber) apparaît la plus performante malgré la présence de vannes semi-modules en tête d’arroseur : les volumes apportés y sont à la fois plus faibles et plus réguliers. La régulation des arroseurs par des modules à masque (casier Retail) n’est efficace que dans la mesure où les cotes de consigne sont respectées dans le partiteur. La régulation des partiteurs par des vannes plates et celle des arroseurs par des semi-modules (casier Kouya) conduit aux performances les plus défavorables. Cette variabilité s’accroît de l’échelle du partiteur à celle de l’arroseur.

53Pendant la contre-saison, les volumes d’eau apportés atteignent 5 850 m3/ha et sont très supérieurs aux besoins des cultures qui ne représentent qu’environ 20 % des surfaces aménagées sur le distributeur Retail. La mise en eau du réseau conduit alors à des pertes par infiltration qui sont estimées à 1,5 mm/jour et qui, en alimentant les nappes, contribuent par remontée capillaire à une concentration de sels en surface fort nuisible au maintien de la fertilité des parcelles.

54Une autre façon d’aborder l’efficience de l’utilisation de l’eau dans les périmètres est de reconsidérer le mode de répartition des coûts liés à l’eau de façon à responsabiliser davantage les acteurs. À l’heure actuelle, la redevance hydraulique payée par les exploitants ne porte que sur l’entretien des réseaux primaires et secondaires et sur le service de gestion de l’eau, mais non pas sur la quantité d’eau réellement utilisée par les exploitants. Dans une perspective d’amélioration de l’efficience, de nouveaux modes de gestion pourraient être mis en place en incluant, notamment, le paiement d’une redevance qui serait fonction de la quantité d’eau consommée par les exploitants.

55D’une façon plus générale, l’amélioration de l’efficience d’utilisation de l’eau dans les périmètres est aujourd’hui affichée comme un objectif prioritaire de l’Office du Niger et plus généralement, de la SNDI. Elle fait également partie des objectifs de projets internationaux de développement, tels que le projet APPIA (Amélioration des performances des périmètres irrigués en Afrique).

56Dans une certaine mesure, on peut espérer que l’extension du domaine aménagé sera en elle-même un facteur d’amélioration du rendement, puisque cette extension va générer une raréfaction de la ressource par rapport aux besoins et donc contraindre à l’adoption de pratiques plus efficientes même si elles exigent davantage d’efforts, notamment en termes d’entretien des réseaux et des parcelles, d’amélioration des infrastructures et d’organisation (de planification) du travail sur les parcelles.

57Quoiqu’il en soit, une mise en œuvre efficace des différentes voies techniques et gestionnaires d’amélioration de l’efficience semble bien constituer une condition majeure pour pouvoir envisager sereinement l’extension des systèmes irrigués qui est, par ailleurs, affichée comme volonté politique. En effet, les impacts des prélèvements exercés par ces systèmes sur le régime du fleuve aussi bien en crue qu’en étiage devront rester acceptables par les usagers en aval. Or, il est clair que toute augmentation importante des prélèvements par l’irrigation devrait nécessairement s’accompagner de la création d’un nouveau barrage stockeur-déstockeur d’eau en amont pour soutenir les débits d’étiage et préserver ainsi les 40 m3/s de consigne en aval de Markala ; ce qui reviendrait in fine à prélever davantage sur la crue.

58Pour parvenir à cette amélioration d’efficience de l’utilisation de l’eau, le nouveau schéma directeur de l’Office du Niger prévoit d’une part, de diminuer (voire d’interdire) la culture de contre-saison de riz et, d’autre part, de réaliser prioritairement les nouvelles extensions à partir de la récupération de surfaces actuellement exploitées « hors casiers ».

Tensions entre agriculture et élevage transhumant pour le partage de l’espace en décrue et en saison sèche

59En 1989, la riziculture inondée occupait 160 000 ha dans le delta (cf. « L’agriculture » p. 40). Il s’agit d’une riziculture « nomade », les riziculteurs déplaçant leurs rizières en fonction de la crue espérée chaque année, dont la croissance des surfaces cultivées suit fidèlement, depuis un demi-siècle, la croissance démographique. Afin de s’adapter aux mauvaises crues des années 1970-80, les riziculteurs ont massivement déplacé leurs rizières en recherchant les cuvettes les plus profondes, ce qui les a conduit à défricher les meilleurs pâturages du delta intérieur, en particulier les bourgoutières.

60Alors qu’en 1952 les bourgoutières étaient très rarement défrichées, en 1989, 51 252 ha de bourgoutières étaient défrichées et transformées en rizières, entraînant de multiples conflits d’usage des terres entre agriculteurs et pasteurs. Les espaces les plus touchés se localisent autour de Mopti et de Ténenkou, dans le Yongari-Mangari au sud, et le long d’un axe qui va de Mourra à Sormé en traversant le territoire de Togoro Kotia. À cette date, un quart des bourgoutières étaient donc défrichées avec une hétérogénéité spatiale du phénomène très marquée puisque les taux de défrichement, si on les replace dans les limites actuelles des nouvelles communes rurales qui ont maintenant à gérer le problème, vont de 0 à 82 % selon les communes. Les cas les plus préoccupants concernent des communes autour de Ténenkou, du Kewa au sud et des communes autour de Mopti, notamment Socoura et Sio. Cette situation est préoccupante pour deux raisons : d’une part, elle représente une perte de pâturages importante pour les pasteurs et pour leur activité et, d’autre part, les disputes autour de ces espaces représentent un facteur de conflits.

61Parallèlement, les « infrastructures » pastorales (pistes et gîtes) sont fortement menacées. En 1989, 242 gîtes sur les 1 014 que comptait le delta étaient cultivés et inaccessibles aux éleveurs. Les gîtes cultivés représentent donc environ 24 % de l'ensemble des gîtes du delta, pourcentage très voisin de celui de la superficie des bourgoutières défrichées.

62Un peu plus tard dans la saison, en étiage (saison chaude), d’autres types de conflits sont apparus, notamment pour les accès aux zones d’abreuvement, avec l’implantation de certains PPIV « sur » ou « à proximité » des parcours journaliers des troupeaux. Ce qui entraîne des risques de dégâts par les bêtes forcément très dommageables à des cultures intensives.

63Le règlement de ces problèmes est une cause de souci permanent pour l’administration territoriale et, aujourd’hui, pour les conseils communaux.

MENACES SUR LE FUTUR

Risque de détérioration progressive de la productivité halieutique des plaines du fait de leur aménagement pour l’agriculture

64Les périmètres rizicoles en submersion contrôlée (type ORM) et dans une moindre mesure les PIV, sont ici en cause.

65Il faut rappeler que les poissons ont besoin de continuité (ou de l’existence de voies de communication) entre les portions de l’espace aquatique, au moins en crue et en hautes-eaux, pour pouvoir se reproduire (Benech, 2002). En effet, presque toutes les espèces de poissons ont besoin d’accéder aux plaines pour se reproduire, pour se nourrir et grandir. Or, la multiplication des infrastructures (petites digues, petits ouvrages à vannes) construites en bordure de fleuve, notamment pour retarder la submersion des périmètres et des casiers, rompt cette continuité, aboutissant à un processus d’artificialisation du milieu constitué par les plaines inondables. Car beaucoup d’espèces n’osent pas franchir les passages étroits et bouillonnants que forment les vannes et les déversoirs et abandonnent la fréquentation des plaines inondables ainsi aménagées. Seules quelques espèces telles que Tilapia zillii sont aptes à exploiter de telles plaines pour y effectuer leur croissance. Mais, pour prévenir les dégâts qu’elles peuvent commettre dans les cultures, les riziculteurs installent des obstacles sur les petits chenaux internes à la plaine de façon à les empêcher d’accéder aux champs, ce qui paraît d’ailleurs bien légitime.

66Avec de telles infrastructures et de telles pratiques, il est à peu près certain que l’aménagement des plaines pour la riziculture en submersion contrôlée peut devenir, si l’on n’y prend garde et si ces aménagements s’étendent, un facteur nuisible à la productivité halieutique du delta dans son ensemble. Il existe toutefois des techniques qui rendent compatibles la culture du riz avec des formes de production halieutique et qui créent même des synergies entre ces activités. Alors qu’elles sont très développées en Asie, ces techniques n’ont pas été l’objet d’un intérêt suffisant dans le contexte des rizières africaines (notamment en région sahélienne) bien qu’il existe un évident potentiel d’utilisation (Cofad, 2002).

Menaces sur la sécurité alimentaire à l’échelon national

67Au-delà de son augmentation, l’évolution de la population se traduira par un changement important de structures dû à l’urbanisation (cf. « Les grands ouvrages hydrauliques » p. 32). Dans 30 ans, la population des villes représentera près de 50 % de la population totale. Ce qui signifie que l’autre moitié, vivant en zone rurale, devra produire à la fois pour se nourrir elle-même et pour nourrir la moitié vivant dans les villes. Or, les aléas climatiques réduisent la productivité de l’agriculture pluviale et en particulier la productivité céréalière (millet).

68C’est pourquoi la stratégie du gouvernement est de faire en sorte que la riziculture qui a « décollé » depuis la fin des années 1980 poursuive son développement. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement a placé la maîtrise de l’eau au centre de ses priorités de développement agricole (MDRE, 1999). La mise en œuvre de cette stratégie (Stratégie Nationale de Développement de l’Irrigation, SNDI) se traduit par un programme d’infrastructures permettant 50 000 ha supplémentaires d’irrigation en maîtrise totale d’ici 2007 complétés par 14 000 ha d’autres systèmes d’irrigation (bas-fonds et submersion contrôlée). D’ici 2025, l’objectif est d’augmenter de 120 000 ha les terres sous irrigation à l’Office du Niger, ce qui amènera les terres irriguées de cette zone à 200 000 ha.

69Même si l’efficience de l’utilisation de l’eau dans les systèmes de périmètres gravitaires était fortement améliorée, il semble qu’une telle extension de ces surfaces d’irrigation aurait forcément des conséquences en termes de prélèvement d’eau supplémentaire sur le fleuve, aussi bien en crue qu’en étiage, et que l’on se retrouverait ainsi dans le schéma critique décrit plus haut, à savoir la nécessité de créer un nouvel ouvrage régulateur en amont (stockeur/déstockeur) pour soutenir les débits d’étiage. La conséquence en serait l’accroissement de l’effet d’écrêtage de la crue, notamment à son arrivée dans le delta, et une diminution supplémentaire des surfaces inondées. Le danger serait alors que le développement de la production de riz se fasse au détriment de la production de viande et surtout de poisson, alors que celle-ci parvient déjà tout juste à satisfaire les besoins actuels de la population.

70Enfin, il faut mentionner ici que l’évolution du marché mondial du riz est un facteur important à prendre en compte dans les politiques de développement agricole, notamment lors des arbitrages à faire entre les différentes filières. Rappelons que ce marché est aujourd’hui caractérisé par de légers excédents en provenance d’Asie, mais que ceux-ci pourraient être remis en cause dans les prochaines années en raison de l’accroissement de la population asiatique, de la réduction des surfaces disponibles par habitant (de 0,15 à 0,09 ha par personne) et d’un essoufflement de la révolution verte (Trebuil et Hossain, 2004). Paradoxalement, la concrétisation d’une telle tendance conduirait à des perspectives bénéfiques pour le Mali, puisqu’elle serait favorable au développement de ses filières rizicoles.

DIFFICULTÉ DES INSTITUTIONS À METTRE EN ŒUVRE UNE GESTION EFFICACE DE L’ENVIRONNEMENT ET DES RESSOURCES NATURELLES

Les difficultés de l’ABN

71Une utilisation plus efficace de l’eau du fleuve Niger suppose des arbitrages entre les différents usagers et en premier lieu, entre les pays riverains. Ces arbitrages ne peuvent être rendu que dans le cadre d’institutions ad hoc. L’idée de créer un organisme public ayant pour mission de promouvoir la mise en valeur du bassin du Niger n’est pas récente puisqu’elle remonte au début des années 1950 avec la création, à la fin de l’époque coloniale, de la Mission d’études et d’aménagement du Niger (MEAN) dont les pouvoirs s’étendaient des sources du fleuve en Guinée à la frontière du Nigeria. La MEAN fut remplacée en 1964 par la Commission du fleuve Niger (CFN), créée par l’acte de Niamey, portant sur la navigation et la coopération économique entre les états du bassin et montrant, dès le début, que les problèmes d’aménagement du fleuve et les politiques de l’eau constituaient des enjeux importants pour les nouveaux états du bassin du Niger. Cependant les résultats ne furent pas à la hauteur des ambitions. À part une étude sur la navigabilité du fleuve en 1970, l’activité de la CFN s’est caractérisée par un maigre bilan, les moyens humains et matériels de la commission n’ayant jamais été à la hauteur des vastes ambitions que ses mandants avaient placées en elle. Après dix-sept ans d’existence, la CFN fut remplacée en 1980 par l’actuelle organisation conçue comme une autorité de bassin.

72L’ABN a connu une existence difficile. Après un démarrage qui suscitait de grands espoirs, cette institution connut, dès 1986, une situation financière catastrophique due notamment au fait que la majorité des états membres ne payait pas leur cotisation. Les difficultés financières ne sont cependant pas seules en cause et n’expliquent que partiellement la longue crise de l’ABN qui vient également de problèmes institutionnels. Le modèle de coopération entre états qui définissait le mandat de l’organisme international a été amendé à plusieurs reprises, des changements importants dans les modalités de coopération ou dans la vision stratégique du fleuve ont ôté toute ligne directrice claire aux actions entreprises et enfin, il est permis de penser que l’idée même d’un organisme international harmonisant le droit de l’eau sur l’ensemble du bassin se heurtait à une réticence des états soucieux de ne pas abandonner des prérogatives de souveraineté. Enfin, le désintérêt des bailleurs de fonds vient également du manque d’appui des états membres qui, à cause d’une position géographique parfois marginale par rapport au bassin, ne se sentent pas tous concernés au même degré.

73Les difficultés de l’ABN pendant une longue période expliquent également, au niveau international et pour partie, la démultiplication des structures dans des organismes ou des projets bilatéraux. Le projet Ghenis (Mali-Guinée) ou la commission mixte Mali-Niger qui constituent un cadre de concertation permanent pour harmoniser les intérêts et les enjeux de l’utilisation du fleuve entre ces États et aplanir, notamment, les difficultés relatives au niveau des étiages, peuvent en constituer deux exemples.

74Le sommet des chefs d’État d’Abuja en octobre 1998 a pris la décision, avec l’appui des bailleurs, d’apurer les comptes et de relancer l’ABN, d’abord par un plan triennal (2000-02) destiné à renforcer le potentiel humain et organisationnel puis, à partir de 2003, par un plan quinquennal d’actions comprenant de nouveaux projets. Parmi ces projets figurent notamment la relance du centre de documentation, la remise à niveau des banques de données hydrologiques (Niger-Hycos), ou la remise à niveau ou la création d’un nouveau modèle d’écoulement du fleuve étendu à l’ensemble du bassin et d’un modèle de simulation des besoins en eau.

75Il n’en reste pas moins vrai qu’un bon fonctionnement de l’ABN est une condition sine qua non du règlement des problèmes géopolitiques liés aux usages de l’eau dans le bassin du fleuve. Le Niger est dans son cours supérieur et moyen, encore peu aménagé. De ce fait, les problèmes pouvant générer des conflits entre états riverains sont encore peu marqués. La situation est cependant en train d’évoluer très rapidement avec les projets de barrages de Fomi (Guinée), Taoussa (Mali) et Kandadji (Niger) pour ne citer que les trois plus importants. Ces ouvrages, s’ils devaient être réalisés tous les trois, ne pourront être gérés indépendamment les uns des autres. Il semble d’ailleurs que les décisions des bailleurs de fonds pressentis soient liées à une étude préalable des impacts des différents ouvrages sur le régime du fleuve et sur les écosystèmes et, également, sur les interactions complexes qu’ils pourraient avoir les uns par rapport aux autres.

76Une telle concertation suppose un fonctionnement efficace de l’ABN et des connexions fortes avec les services nationaux compétents. Elle suppose également qu’une clarification s’opère dans les prérogatives et les domaines de compétence des instances nationales.

Un schéma institutionnel national complexe

77Le schéma institutionnel national est complexe peut-être parce que les concepts sur lesquels s’appuie la politique de l’eau au Mali ont changé récemment. En effet, la mise en place de la Gire, c’est-à-dire le passage d’une gestion sectorielle et technocratique à une gestion intégrée par bassins versants, est très récente au Mali. La période actuelle peut donc se définir comme une période de transition. Elle se caractérise, en particulier, par la mise en place de nouvelles institutions sans pour autant que les anciennes aient disparu (ce qui ne serait sans doute pas forcément souhaitable dans tous les cas de figure).

78Pour ne prendre qu’un seul exemple, l’agence de bassin du fleuve Niger, récemment créée, est placée sous la tutelle du Ministère de l’Environnement, mais la gestion de l’eau reste sous la tutelle du Ministère des Mines et de l’Eau qui l’exerce à travers sa Direction nationale de l’hydraulique qui pilote des comités de bassins. Il en résulte notamment que la gestion du bassin du Niger au Mali et la gestion des sous-bassins ne sont pas placés sous la même autorité de tutelle.

79L’application de la Gire dans le contexte de la décentralisation a ouvert des opportunités d’une gouvernance de l’eau s’exerçant en liens étroits avec les représentants de la société civile. Elle se traduit actuellement par une multiplication de comités dont l’avis n’est généralement que consultatif et qui disposent souvent de très peu de moyens. Au-delà, on peut également s’interroger sur les rapports qui peuvent se nouer entre des collectivités mal pourvues en moyens humains et matériels et des organismes d’État faisant figure de « poids lourds » tant par les moyens, limités mais réels, dont ils disposent que par le contrôle qu’ils peuvent exercer sur les moyens et les connaissances techniques.

Difficultés d’adaptation aux nouvelles « règles du jeu » de la décentralisation

80La gestion des terres agricoles, des espaces pastoraux et des espaces halieutiques est, de droit, dévolue aux collectivités territoriales mais elle est de fait, encore très largement exercée par les autorités coutumières : ce qui peut entraîner des conflits entre le pouvoir municipal et le pouvoir du village. Pour les questions de gestion des ressources foncières, il faut se référer, selon le cas, au Dugukolotigi (chef de la terre), au Jitigi (maître de l’eau), au Kungotigi (maître de la brousse), au Baba Aougal (maître de la pêche) ou au Jowro (maître des pâturages).

81On constate également que le processus de décentralisation favorise avant tout les communautés sédentaires, donc en premier lieu les cultivateurs. En effet :

  • il donne plus de pouvoir aux communes, donc aux maires qui sont essentiellement des membres de la communauté sédentaire des communes et donc, par tradition, souvent agriculteurs ou membres de la communauté agricole de la commune. Les éleveurs, par exemple, sont très peu représentés, soit parce que leur mobilité a rendu difficile leur représentation, soit parce que l’existence d’anciennes structures politiques et territoriales (les leyde du delta intérieur) les a incité à se tenir à l’écart du processus électoral communal ;
  • l’agriculture est une activité bien limitée dans l’espace, contrairement à l’élevage et à la pêche qui s’exercent sur de très vastes espaces et vont souvent de pair avec une grande mobilité. Ainsi, la décentralisation définit des zones de pouvoir qui sont adaptées à l’échelle de l’agriculture mais beaucoup moins aux activités plus mobiles que sont l’élevage et la pêche.

82On peut d’ailleurs s’interroger sur l’application de la décentralisation en matière de gestion des pâturages dans le delta intérieur du Niger lorsqu’elle prévoit de faire payer une taxe de pâtures aux éleveurs alors qu’eux-mêmes, ou du moins leurs représentants (les jowros) faisaient payer (et continuent de faire payer ?) une telle redevance aux pasteurs étrangers. Le fait que dans le delta intérieur, les pasteurs et à un degré moindre, les pêcheurs, en particulier les pêcheurs migrants, soient notoirement sous-représentés dans les instances élues démocratiquement peut poser des problèmes à ces communautés et les obliger à revoir en profondeur leurs comportements sociaux et économiques.

83Une illustration de ce qui précède est fournie ci-après pour le cas des pêcheurs migrants (Kassibo, 2000). Rappelons que la pêche est une activité qui est forcément, pour sa composante la plus professionnelle, assez mobile : il faut en effet pêcher beaucoup et constamment (donc se trouver toujours là où le poisson est disponible) pour rentabiliser les engins de pêche. Mais cette mobilité ne s'inscrit pas dans un cadre coutumier ancestral aussi balisé que celui des parcours pastoraux : les pêcheurs réalisent des déplacements moins réguliers, ne serait-ce que parce que certains écosystèmes aquatiques s'assèchent alors que d'autres apparaissent (comme la retenue de Sélingué). C'est ainsi que la migration de pêche n'implique pas forcément le retour : elle est souvent suivie d'un processus de sédentarisation sur les lieux de migration. Toutefois, le pêcheur garde longtemps son statut de « migrant » et d'étranger sur les lieux de sa nouvelle installation alors même qu'il y passe dix mois sur douze. Il préfère rester administrativement rattaché à sa localité d'origine et il ne s’inscrit pas sur le registre des impôts ni sur le registre électoral de la commune d'accueil. Avec la décentralisation qui confère des compétences aux collectivités territoriales les plus fines (cercles, communes) en matière de gestion des ressources naturelles, de perception de taxes et de recettes et d'organisation des services publics, les pêcheurs migrants vont, dorénavant, se trouver placés au pied du mur. Ils devront soit devenir des « citoyens de seconde zone » sur leurs lieux de vie, dépourvus d'accès aux services publics communaux et contraints de subir des règles et des taxes qui leur seront imposées par les « autochtones », soit s'inscrire sur les registres des communes d'accueil et devenir de vrais citoyens locaux aux côtés des autochtones (Morand et Breuil, 2002). S'ils prennent cette seconde option, ils pourront participer aux instances démocratiques (notamment aux conseils de pêche) des cercles et des communes qui les accueillent, mais ils devront aussi accepter de faire de leur activité professionnelle une source de recettes pour les collectivités. En retour, ils seront davantage incités à profiter des services publics (écoles, maternités) mis en place par ces collectivités. Les liens économiques et sociaux avec le village d'origine qui sont aujourd'hui privilégiés en pâtiront forcément par contrecoup et les possibilités de mobilité ultérieure seront forcément réduites, compte tenu de l'investissement social et économique qui aura été consenti dans la collectivité d'accueil. En d'autres termes, le mode de vie et la culture sociale des communautés de pêcheurs migrants vont devoir changer notablement par rapport à ce qu'ils sont aujourd'hui.

Table des illustrations

Légende Figure 11. Les surfaces inondées dans le delta (jusqu’au Debo) en fonction des hauteurs de crue à MoptiSource : Marie, 2002
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540