Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avenir du fleuve Niger

 | 
Jérome Marie
, 
Pierre Morand
, 
Hamady N’Djim

Synthèse et Récommandation

Situations et tendances, composante par composante

Texte intégral

TENDANCES ET PROSPECTIVE CONCERNANT LES FORCES MOTRICES ET AUTRES FACTEURS FORÇANTS

Les évolutions de la société malienne et de ses besoins

1L’examen de la situation et des tendances – prolongées de façon prospective jusqu’en 2025 – de la population malienne et de ses besoins s’appuie essentiellement sur les informations fournies par l’« Étude nationale prospective Mali 2025 » (ENP, 2003).

La population du Mali : situation, tendances en cours et prospective sur 2025

2La population du Mali était de 9,8 millions d’habitants au recensement de 1998. Cette population est inégalement répartie sur l’étendue du territoire national. En 1987, 65 % de la population vivait sur 25 % du territoire national, dans sa partie sud. En 1998, ce contraste s’était encore accentué puisque 30 % seulement du territoire national renfermait alors 91 % de la population résidente. La densité moyenne sur le territoire national est passée de 6,2 habitants au km2 en 1987 à 7,9 habitants au km2 en 1998, avec de fortes disparités selon les régions. En effet, si on relève dans la région de Tombouctou une densité inférieure à 1 habitant par km2, on note dans la région de Ségou 25,9 habitants au km2 en 1998. Enfin, le taux d’accroissement naturel qui était de 3,7 % entre 1976 et 1987 est encore de plus de 3 % par an entre 1987 et 1998. Ce rythme naturel de croissance de la population est considéré comme élevé car, en dehors de tout phénomène de migration, il aboutit à un doublement de la population tous les 24 ans. Toutefois, cette forte croissance naturelle est contrebalancée par une forte émigration de la population, ce qui fait du Mali un pays à croissance démographique effective plutôt modérée. En effet, la population résidente n’a augmenté que de 1,8 % en moyenne entre 1976 et 1987 et de 2,3 % entre 1987 et 1998. Ce taux de croissance annuel moyen sur cette dernière période a cependant été contrasté, atteignant 4,5 % en milieu urbain mais seulement 1,2 % en milieu rural.

3Á l’horizon 2025, la population future est estimée entre 16 et 20 millions d’habitants selon les scénarios. La population rurale ne représenterait plus que 51 % du total (environ 9 millions) pour 73 % aujourd’hui. Les plus fortes augmentations de population auront lieu à Bamako, où la population aura doublée, et dans les villes du nord. Mais, en valeur absolue, la région de Bamako et celle de Ségou-Mopti resteront les plus fortes concentrations du pays avec respectivement 2,9 millions et 2,4 millions d’habitants. Ce « triangle » Bamako-Ségou-Mopti représentera d’ailleurs les trois quarts de la population urbaine.

Évolution des besoins alimentaires à l’horizon 2025

4La population malienne consomme principalement des céréales (204 kg/personne/an) auxquelles s’ajoutent, en quantité limitée, de la viande, du poisson et des légumes. Il faut noter que la population urbaine consomme un peu moins de céréales (180 kg/personne/an) mais davantage de viande, de poisson et de légumes que la population moyenne qui est encore en majorité rurale.

Tableau 2 – Évolution de la consommation alimentaire au Mali sur la base des données de l’enquête budget consommation de la DNSI en 1988/89 (en tonnes)

Tableau 2 – Évolution de la consommation alimentaire au Mali sur la base des données de l’enquête budget consommation de la DNSI en 1988/89 (en tonnes)

5À l’horizon 2025, le Mali devra produire entre quatre et cinq millions de tonnes de céréales par an afin de satisfaire les besoins d’une population croissante. À l’exception des céréales pour lesquelles la consommation urbaine n’atteindra « que » 40 % de la production nationale, les marchés urbains absorberont en 2025 la plus importante part (55 à 75 %) de la production en poisson, en viande et en fruits et légumes, contre moins de la moitié en 1995. La consommation alimentaire des villes en produits nationaux aura ainsi augmenté 3,5 fois plus vite que celle du milieu rural sur la période 1995-2025.

6Les productions de céréales, de poisson, de fruits et légumes et de viande devront donc doubler, voire tripler, d’ici 2025. Pour atteindre cet objectif, la croissance des surfaces cultivées ne suffira pas, l’augmentation des rendements devant devenir le facteur principal de la croissance de la production.

Évolution des besoins en énergie du Mali à l’horizon 2025

7Les sources d’énergie traditionnelles (essentiellement le bois et le charbon de bois) représentent jusqu’à aujourd’hui la plus grande part (environ 90 %) de l’énergie consommée au Mali. Une autre part, assez importante, est représentée par les carburants utilisés par les véhicules ainsi que par le gaz domestique.

8La consommation d’énergie électrique – qui est celle qui concerne le plus directement la gestion du fleuve – représente jusqu’à ce jour une part relativement modeste, mais elle est en forte augmentation. Au Mali, on peut associer très étroitement l’évolution de la consommation électrique à celle de la production d’énergie électrique dans la mesure où le pays est quasiment en autarcie pour cette ressource qui n’était ni importée ni exportée jusqu’en 2002. Les choses ont un peu changé depuis, bien qu’il ne s’agisse pas d’une exportation au sens de la balance commerciale, avec l’approvisionnement du Sénégal et de la Mauritanie par le courant de Manantali.

9Selon l’Étude nationale de prospective (ENP, 2003), la production d’électricité a été multipliée par 4,8 entre 1980 et 2002, soit un taux de croissance annuelle moyen de 6,99 % (fig. 3). Ce chiffre est à rapprocher du rythme de croissance de la population générale (1,8 % par an) et surtout, du rythme de croissance de la population urbaine (4,5 % par an), puisque, seules, les villes sont pour l’instant concernées par l’électrification en réseau. Mais il faut tenir compte aussi de l’extension du réseau qui était limité dans les années 1980 aux principales villes et qui s’élargit sans cesse, incluant un nombre croissant de villes moyennes et même de villes petites (26 villes électrifiées en 2002). Ce qui fait que le nombre d’abonnés croit plus vite que la population urbaine. Par exemple, il est passé de 66 000 à 102 000 entre 1995 et 2001, soit un rythme annuel d’augmentation de 7,25 %. On retrouve bien là une valeur de croissance voisine de celle de la production électrique.

10Selon cette même étude, le taux de croissance de la population urbaine devrait se maintenir à 4,5 % pour aboutir à une population urbaine prévisible de 9,15 millions d’habitants en 2025 (au lieu de 3,2 millions en 2002). Comme il est prévu que la totalité des villes de plus de 20 000 habitants ainsi qu’un certain nombre de petites villes de moins de 20 000 habitants (soit 93 villes au total) soient alors desservies par un réseau électrique, cela représenterait une population potentiellement connectée de 8,4 millions d’habitants (44 % de la population totale du pays) à comparer au 1,75 million d’habitants vivant dans les 26 villes connectées en 2002 (soit 16,5 % de la population totale). Il est donc logique de prévoir jusqu’en 2025 une poursuite de la hausse de la consommation d’électricité au même rythme que celui observé durant les deux dernières décennies, c’est-à-dire de l’ordre de 6,5 à 7 % par an. Cela ferait passer la consommation effective d’électricité de 430 000 millions de KWh (soit 0,43 TWh) en 2003 à environ 2,00 TWh en 2025, soit une multiplication prévisible de la consommation par un facteur quatre à cinq.

Figure 3. Évolution de la production électrique au Mali
Source : ENP, 2003

Facteurs forçants climatiques sur le bassin du Niger

Un climat marqué par plusieurs modes de variabilité

11Selon Hulme (2001), il n’est pas vraiment possible de définir de valeurs moyennes qui seraient qualifiables, dans la zone nord soudanienne et sahélienne, de « normales » en matière de pluviométrie. La normalité de ce climat est en fait sa grande variabilité affectant plusieurs échelles de temps. Mais, l’imbrication de ces échelles de variabilité a longtemps freiné la compréhension des processus moteurs et par conséquent, la capacité à identifier des tendances et à modéliser les changements. Le terme de « tendance » doit être ici examiné avec une grande circonspection : ce qui peut apparaître comme la tendance à une échelle de temps donnée peut, en fait, être la partie d’un cycle sur une échelle de temps plus longue.

12Suivant l’approche de Ward (1998) qui a démontré l’intérêt de distinguer les oscillations climatiques qui se déroulent selon différentes périodicités (ou fréquences), nous tentons ici de décomposer la variabilité du climat sou-dano-sahélien en plusieurs composantes individualisées et de montrer lesquelles de ces composantes peuvent être reliées à ce qui est perçu comme la « tendance » par les êtres humains à l’échelle décennale.

Variabilité de la structure interne de la saison des pluies

13Le Barbé et Lebel (1997) ont montré que les baisses de pluies sur le Sahel durant les décennies récentes sont essentiellement associées à une baisse des précipitations durant les mois centraux de la saison des pluies (juillet-août), alors que la durée totale de la saison des pluies ne change pas significativement. Selon d’Amato et Lebel (1998), il s’agirait, plus précisément, d’une baisse de la fréquence des passages cycloniques durant ces deux mois centraux. Ainsi, l’étude des modifications de la structure de la saison des pluies peut conduire à la compréhension des mécanismes intimes de la dynamique de la mousson et par conséquent, à des hypothèses sur les facteurs qui créent les tendances affectant les quantités totales de pluies sur le moyen et sur le long terme.

Variabilité inter-annuelle des quantités totales de pluie

14Cette variabilité caractérise les variations enregistrées d’une année à la suivante ou d’un petit groupe d’années (2 ou 3 ans) à celui qui le suit. Cette échelle de variabilité existe, mais elle est en importance relative, plutôt moindre que dans d’autres régions d’Afrique. Les oscillations à périodicité quasi-quinquennale, quasi-triennale ou quasi-biennale ne représentent en effet guère que 15 à 20 % de la variabilité totale. Ceci signifie qu’en règle générale, les années qui se suivent tendent à se ressembler du point de vue de la pluviométrie plutôt qu’à s’opposer. Toutefois, il semble que ce constat statistique établi par les météorologues examinant les séries longues du siècle passé ne soit plus valable pour la toute dernière décennie qui est, au contraire, caractérisée par de fortes oscillations interannuelles avec des années sèches (1996, 1997, 2000, 2002, 2004) étroitement entremêlées aux années pluvieuses (1994, 1995, 1998, 1999, 2001, 2003, 2005).

Variabilité inter-décennale des quantités totales de pluie

15Une grande proportion de la variabilité du climat soudano-sahélien relève de cette échelle de temps que l’on qualifie aussi de fluctuation à basse fréquence. Selon Moron (1997), il existerait une pulsation quasi-décennale de périodicité sur 12-13 ans qui représenterait, à elle seule, 12 à 14 % de la variabilité. Les durées « typiques » de phases sèches ou de phases humides seraient donc plutôt de 5 à 10 ans. La double décennie sèche de 1973 à 1993 pourrait être rattachée à cette catégorie de variabilité même si elle en constitue une sorte d’anomalie par sa durée très longue.

Variabilité multi-décennale des quantités totales de pluie

16On peut classer dans cette catégorie les évolutions qui se révèlent à l’échelle du siècle et de l’histoire. Il semble qu’il existe – certainement depuis la fin du xixe siècle et vraisemblablement depuis le xviie siècle (Hulme, 2001) – une tendance à la décroissance progressive de la pluviométrie sur cet horizon très long. Cette tendance affecterait également le Sahara qui est d’ailleurs connu pour avoir été beaucoup plus vert (et riche en faune) à l’époque préhistorique qu’aujourd’hui. Mais, compte tenu de la variabilité interdécennale très forte, une telle tendance historique n’empêche pas que des épisodes très pluvieux de plusieurs années puissent encore se produire à l’avenir comme cela a été le cas vers le milieu du xxe siècle.

17Par rapport à l’ensemble des variabilités décrites, il semble que les conditions de surface au sol jouent un rôle d’amplification des oscillations climatiques ; c’est-à-dire qu’elles tendraient à renforcer les situations pluviométriques en cours (feed back positif) avec une certaine inertie. Ceci est peut être un facteur d’explication de la prédominance de la variabilité interdécennale sur la variabilité interannuelle.

Changements perçus et discutés par les humains

18Une succession d’épisodes humides et pluvieux a été documentée dans les archives coloniales depuis le début du xixe siècle. On sait ainsi qu’un épisode très sec s’est produit dans la première moitié du xixe siècle, vraisemblablement d’intensité et de durée comparable à celui de 1973-93. Un autre épisode sec très marqué s’est produit au début du xxe siècle. Par contre, les années 1950 à 1960 ont été anormalement humides, ce qui s’est traduit par des crues très puissantes (fig. 4).

Figure 4. Débits maximums du fleuve Niger à Koulikoro
Pour illustrer les différentes échelles de la variabilité soudano-sahélienne, notamment interannuelle et interdécennale, la série des débits maximums du fleuve Niger à Koulikoro constitue un bon témoignage sur le dernier siècle même si un artefact (la création d’un barrage à Sélingué) est intervenu à partir de 1982.

19Aujourd’hui, l’idée d’une baisse permanente de la pluviométrie est trop souvent véhiculée comme une évidence indiscutable d’autant qu’elle est souvent associée à la notion de « désertification ». Or, celle-ci est davantage liée à des phénomènes d’érosion des sols plutôt qu’à une « avancée » du désert.

20Un autre sujet d’importance est celui du réchauffement climatique global qui semble affecter la zone ouest-Africaine de la même façon que le reste du monde depuis le début du xxe siècle. Ces effets sur la saison des pluies restent cependant mal connus.

Prévisions/prospectives

21Contrairement à ce qui a pu être obtenu pour d’autres régions du monde (l’Afrique australe), les modèles d’évolution climatique les plus récents développés dans le cadre des travaux sur le global change ne fournissent pas, à l’horizon 2100, de prédictions stables et univoques pour la zone soudanosahélienne. Il y a donc lieu de reconnaître aujourd’hui une certaine impossibilité à attribuer à cette zone une tendance d’évolution climatique à long terme. On dispose de modèles proposant des scénarios sur le siècle avec augmentation de la température au sol. Ces modèles aboutissent à une fourchette de prévision très large en termes de pluviométrie (-20 % à + 40 %). Ainsi, nous ne disposons d’un large consensus que sur l’augmentation de la température et sur l’absence de prévisibilité de l’évolution de la pluviométrie. Il faudrait donc raisonner, à long terme, sur plusieurs scénarios.

22Des résultats assez stables ont cependant été obtenus par les modèles de simulation concernant l’évolution de la pluviométrie à moyen terme jusque vers 2040. Ils laissent espérer que la période normale à légèrement excédentaire qui prévaut depuis 1994 pourrait se poursuivre jusqu’à cette date (fig. 5).

CARACTÉRISATION ET PERFORMANCES DES SYSTÈMES D’USAGE DU FLEUVE. BESOINS ET IMPACTS RELATIFS À SON EAU

Les grands ouvrages hydrauliques

23En comparaison à d’autres grands fleuves du monde, on peut dire que le Niger reste jusqu’à ce jour un fleuve assez peu aménagé. Cela est particulièrement vrai pour son cours supérieur et moyen : entre les sources et Niamey, il n’existe que trois ouvrages, tous situés dans la partie malienne du fleuve. D’amont en aval, il s’agit des ouvrages de Sélingué, de Sotuba et de Markala. Ces aménagements n’ont d’ailleurs pas du tout le même niveau d’importance.

Figure 5. Anomalies de pluviométrie observées et simulées, en déviation ( %)
Source : McCarthy et al., 2001

Sélingué

24Depuis 1982, les débits du fleuve Niger sont partiellement contrôlés par le barrage de Sélingué situé sur son affluent, le Sankarani, à environ 60 km de son confluent avec le Niger, soit à 150 km en amont de Bamako.

25L’ouvrage lui-même est constitué d’une digue en terre d’une longueur totale de 600 m en deux tronçons qui encadrent l’ouvrage central composé d’un déversoir en huit volets déversants de 13 x 5 m2 chacun et d’une vanne en secteur central de 14 x 11 m2. Ce déversoir est dimensionné pour évacuer en ce point la crue millénaire estimée à 3 500 m3/s. La production d’électricité est confiée à une centrale hydroélectrique équipée de quatre turbines Kaplan de 11,9 MW chacune. Une prise d’irrigation permet de desservir un périmètre irrigué de 1 500 ha destiné aux populations déplacées par le barrage, mais les prélèvements directs exercés par Sélingué pour l’irrigation sont très faibles.

26La zone de retenue s’étend sur deux vallées fluviales de 65 km de longueur chacune. Lorsque le lac de retenue est à son niveau maximal (cote 348,5 m atteinte chaque année fin septembre), son volume s’élève à 2,63 milliards de m3 et sa surface est de 430 km2.

27Le barrage de Sélingué est géré avec un remplissage total en quelques semaines (entre les derniers jours de juillet et le 20 septembre) par la crue naturelle annuelle, puis avec une phase de déstockage et de turbinage au fur et à mesure que les besoins d’électricité et de soutien de débit aval augmentent, de janvier à juin, pour atteindre finalement une vidange quasi-totale début juillet. Le volume résiduel est alors inférieur à 10 % du volume plein. Sur l’ensemble d’un cycle annuel et si l’on s’en tient à des termes qualitatifs, l’effet du barrage sur le débit aval est donc simple à décrire : il s’agit d’une « régulation » avec écrêtage de la crue puis soutien du débit d’étiage. Sélingué est d’ailleurs le seul ouvrage qui dispose d’une capacité de soutien des débits d’étiage, tant pour l’approvisionnement en eau de l’Office du Niger en fin de saison sèche que pour celui de la ville de Niamey située pourtant à près de 1 500 km en aval.

28Du point de vue des gestionnaires, l’utilisation du barrage comme soutien des débits d’étiage en aval a fait l’objet de grandes attentions avec, notamment, les consignes suivantes : maintien d’une cote minimale de 60 cm à l’échelle de Koulikoro et débit minimum garanti de 40 m3/s en aval de Markala.

29L’effet du remplissage de la retenue sur la crue annuelle du Sankarani (et donc sur celle du Niger, en aval) n’a par contre guère suscité l’attention. On peut cependant estimer que l’écrêtement du pic de crue doit être de l’ordre de 400 m3/s qui sont donc retirés à ce que serait la crue naturelle en aval en l’absence de barrage. En effet, le fait d’avoir à remplir environ 2 milliards de m3 en huit semaines conduit nécessairement à prélever de l’ordre de 413 m3/s (en moyenne) durant ce même laps de temps. Il faut noter que cette phase de remplissage, donc de prélèvement, affecte la totalité de la phase de montée naturelle des apports du Sankarani, pic de crue inclus, puisqu’elle se poursuit jusque vers le 20 septembre.

Sotuba

30Situé sur le fleuve Niger au niveau de Bamako, le barrage des aigrettes de Sotuba est un barrage au fil de l’eau qui produit de l’électricité pour la capitale. Il exerce aussi un prélèvement pour irriguer le modeste périmètre agricole de Baguinéda. Mais ce prélèvement est faible (0,22 km3/an) et l’on peut donc considérer comme négligeable l’influence de l’aménagement de Sotuba sur le régime du fleuve en aval.

Markala

31Le barrage de Markala est un ouvrage au fil de l’eau en service depuis 1947. Il est situé sur le Niger à environ 250 km en aval de Bamako. Il est formé d’une digue en terre de 1 813 m de longueur et d’un barrage, à hausses mobiles à plusieurs positions, de 816 m de longueur créant une retenue aux basses eaux et s’effaçant complètement sur le radier pendant les moyennes et les hautes eaux. Barrage de dérivation, il maintient un plan d’eau à une cote qui permet l’alimentation par gravité des périmètres irrigués de l’Office du Niger.

32Le réseau de canaux à partir de la retenue est constitué, en rive gauche, par le canal adducteur qui a une capacité nominale de 200 m3/s partagés ensuite entre le canal du Sahel, le canal du Macina et le canal Costes-Ongoïba. Ces canaux alimentent 77 200 ha de périmètres irrigués de l’Office du Niger en maîtrise totale de l’eau (cultivés en riz et maraîchage), 3 000 ha en submersion contrôlée de l’Office Riz Ségou (cultivés en riz) et enfin, 5 000 ha (cultivés en canne à sucre) dans les périmètres agro-industriels de la Sukala.

33Le prélèvement annuel d’eau exercé par Markala pour l’Office du Niger et estimé à près de 2,6 milliards de m3 est petit par rapport à l’apport annuel moyen du fleuve qui est de 46 milliards de m3 en ce point. Cependant, au moment de la période d’étiage, les prélèvements exercés représentent 50 % à 80 % de l’apport du fleuve. Outre cet impact assez important sur le débit aval en étiage, le barrage de Markala a également un impact sur la crue puisqu’il prélève, pratiquement sans retour vers le fleuve, 150 m3/s durant cette période.

34La gestion du barrage vise d’abord à satisfaire l’objectif prioritaire qui est de maintenir le plan d’eau à une cote de consigne (300,10 m en étiage -300,54 m en crue) pour assurer l’irrigation gravitaire des périmètres de l’Office du Niger. Elle tient compte également, pour la période d’étiage, de contraintes de débits minimums à assurer en aval. Il faut noter que, en cette saison, cet objectif ne peut être assuré que dans la mesure où il existe un soutien de débit apporté depuis l’amont par le barrage de Sélingué.

35En pratique, la gestion du barrage de Markala est commandée par l’amont qui cible la cote de consigne. Le gestionnaire traite les informations sur les débits qui arrivent, les débits prélevés à Markala et les débits qui passent pour les utilisateurs en aval du barrage.

Synthèse sur les ouvrages existants et sur leurs impacts sur l’eau

36Une première façon d’exprimer les impacts des trois ouvrages est de décrire les quantités annuelles totales qu’ils prélèvent annuellement (tableau 3).

Tableau 3 – Prélèvements par les aménagements hydrauliques du bassin versant du Niger supérieur et moyen

Tableau 3 – Prélèvements par les aménagements hydrauliques du bassin versant du Niger supérieur et moyen

37Cependant, ces quantités prélevées annuellement ne rendent pas compte des impacts en termes de modification du régime de débit en aval. Ainsi, un ouvrage comme Sélingué qui prélève très peu de façon absolue a, en fait, un fort impact sur le régime du fleuve en aval dans la mesure où il prélève beaucoup d’eau pour la stocker à un moment de l’année avant de la libérer quelques mois plus tard. On doit donc rechercher un schéma de présentation plus compréhensif (tableau 4).

38En résumé, il apparaît que, pour les deux principaux ouvrages que sont Sélingué et Markala, les effets de prélèvement en phase de crue sont responsables d’une perte de débit en aval de l’ordre de 500 à 550 m3/s qui s’applique sur la totalité de la phase de montée des eaux jusqu’au pic inclus.

Tableau 4 – Impacts des deux grands ouvrages sur le débit en aval exprimé par saison

Tableau 4 – Impacts des deux grands ouvrages sur le débit en aval exprimé par saison
  • 1 L’ordre de valeur des débits maximums de crue à Ké-Macina (localité en aval de Markala, en entrée d (...)

39Notons que la phase de « queue » de l’onde de crue que l’on peut situer à partir de fin septembre sur le Niger amont et à partir de fin octobre à Mopti est sans doute beaucoup moins affectée par ce prélèvement, car le remplissage de Sélingué est alors terminé. Quoiqu’il en soit, l’effet négatif induit sur les niveaux atteints par la crue en aval, à Mopti par exemple, et sur les surfaces et les durées d’inondation dans le delta intérieur du Niger n’est certainement pas négligeable1même s’il n’a jamais fait l’objet d’une quantification précise, celle-ci n’étant d’ailleurs pas simple à effectuer compte tenu de l’effet d’étalement de l’eau dans la région du delta et des apports additionnels du Bani dont le débit n’est pas, jusqu’à présent, affecté par des ouvrages.

40Pour la période d’étiage (février-juin), le soutien de débit qui est fourni par le déstockage de l’eau de la retenue de Sélingué fait un peu plus que compenser le prélèvement opéré à cette même saison par le barrage de Markala. L’accroissement de débit sur tous les points situés en aval de Sélingué est certain mais il faut toutefois souligner que ce sont surtout les points situés entre Sélingué et Markala (Bamako, Koulikoro, Ségou…) qui en bénéficient car au-delà, le prélèvement par ce dernier ouvrage se fait sévèrement sentir.

Aménagements hydrauliques en projet

Taoussa

41Situé entre Tombouctou et Gao, il s’agit d’un projet d’aménagement qui prévoit un barrage couplé à une microcentrale hydroélectrique. Son objectif est la production d’électricité et le développement des activités agricoles dans la boucle du Niger. Avec un réservoir prévu pour stocker 6 milliards de m3, Taoussa est le projet le plus important de la république du Mali. Implanté au Point kilométrique 1 436 pour une cote de fond de 249,95 m, la cote maximale prévue pour le réservoir atteindrait 258,75 m. Le lac de retenue aurait ainsi une longueur d’environ 140 km et approcherait Korioumé (le port de Tombouctou) du côté amont.

42Le barrage modifierait l’onde de crue annuelle qui est issue des pluies d’hivernage sur le haut bassin et qui parvient ici en décembre. Cette onde qui est déjà émoussée lorsqu’elle atteint cette zone septentrionale (suite, notamment, à la traversée du delta) deviendrait encore plus faible à l’aval du barrage puisqu’elle serait utilisée pour son remplissage. L’inondation annuelle des rives du fleuve dont bénéficie aujourd’hui la région de Gao en saison froide (janvier-février) tendrait donc à disparaître. Par contre, le barrage permettrait de garantir un débit de 100 m3/s à Niamey pendant toute la saison sèche et devrait permettre d’irriguer 70 000 à 80 000 ha au Mali.

43Par ailleurs, une simulation effectuée à l’aide du modèle mathématique du fleuve Niger (Carima) montre qu’en amont, le barrage diminuerait les vitesses d’écoulement par diminution de la pente d’eau dès lors que son plan d’eau atteindra un certain niveau. Cela aurait pour effet d’augmenter les niveaux du fleuve et par conséquent, de ralentir la décrue et donc de prolonger la saison de crue/hautes-eaux – du moins dans la partie nord du delta en aval du lac Debo.

44Des inconnues subsistent cependant quant au mode de gestion de ce barrage avec une vidange annuelle quasi-totale (comme pour Sélingué) ou bien un maintien permanent du plan d’eau à une cote relativement élevée. Cette seconde option permettrait d’accroître l’effet positif sur la durée d’inondation dans le delta.

Talo

45Ce projet d’aménagement consiste en un barrage seuil implanté sur le Bani au droit de Talo. L’objectif de ce projet est le développement des activités agricoles en permettant l’alimentation en eau de périmètres irrigués (24 000 ha). Il n’est pas prévu de production électrique. Sur le site de Talo, le Bani coule dans deux chenaux séparés par une île : un déversoir fermera le chenal le moins profond du côté nord (niveau minimum du lit : 270,50 m) et une digue fermera le chenal sud plus profond (niveau minimum du lit : en dessous de 268,00 m).

46La simulation de la lame d’eau déversante montre qu’elle atteindrait la cote de 277 m. En amont, la lame d’eau pourrait dépasser les niveaux des berges droites et gauches en deux endroits, créant deux zones inondées totalisant 150 km2. Cependant la précision des données topographiques disponibles lors de la simulation ne permettait pas une grande précision dans la définition des surfaces inondables. Les effets sur l’aval ont également fait l’objet d’une simulation : l’implantation du barrage de Talo entraînerait un léger effet de retard, de l’ordre d’une semaine, sur les dates (juillet-août) d’arrivée de la crue sur le Bani en aval de Talo, notamment à Djenné. En revanche, il ne semble pas avoir d’impact mesurable en terme de hauteur du pic de crue à Djenné, à Mopti et dans le delta en général. Ce qui était prévisible compte tenu de la nature de l’ouvrage prévu – un déversoir – et de sa taille somme toute modeste. On peut discerner enfin un léger effet de soutien d’étiage en mars-avril.

Djenné

47Le projet de barrage de Djenné, « concurrent » de celui de Talo, permettrait de sécuriser l’inondation de 85 000 ha de plaines (le Pondori) très mal alimentées par la crue du fleuve lors des mauvaises années tout en produisant de l’électricité en quantité limitée pour alimenter la ville. Comme pour celui de Talo, cet aménagement de taille modeste ne devrait pas avoir d’impact mesurable sur l’inondation du reste du delta intérieur.

48Un autre petit ouvrage, fonctionnant au fil de l’eau, sans volume de retenue et sans modification du débit aval, est prévu à Kénié, entre Bamako et Koulikoro.

49Il faut mentionner enfin, hors Mali, le projet de Fomi situé sur le haut bassin en Guinée. Fomi serait un barrage du même type que Sélingué avec pour objectif principal de produire de l’électricité. La retenue prévue, d’une capacité de 6 milliards de m3, laisse entrevoir un impact élevé sur le régime du fleuve avec notamment, une possibilité encore plus grande de soutien d’étiage mais également un très fort écrêtage de la crue annuelle aux conséquences sans doute importantes sur l’inondation dans le delta intérieur du Niger.

La production d’énergie hydro-électrique

50D’après les chiffres de l’IEPF (2004), la production annuelle 2002/03 d’un volume de 0,46 TWh était assurée pour plus de la moitié (56 %, soit 0,262 TWh) par les ouvrages hydroélectriques de Sélingué (0,18 TWh) et de Sotuba (0,04 TWh) sur le fleuve Niger avec un complément apporté par le barrage de Manantali qui était alors en début de fonctionnement sur le bassin du fleuve Sénégal. Mais la production de Manantali, une fois son plein régime atteint, passera à 0,41 TWh, du moins en ce qui concerne la part du Mali, le reste étant dirigé sur le Sénégal et la Mauritanie. Ce qui fait que la production annuelle additionnée des trois ouvrages hydroélectriques doit atteindre rapidement 0,63 TWh. Si l’on y ajoute la production des centrales thermiques qui était de 0,20 TWh en 2002-03 mais qui est en train de passer à 0,30 TWh suite à de nouveaux investissements, on s’aperçoit que la production potentielle annuelle des équipements installés au Mali atteint, voire dépasse, les 0,9 TWh et couvre les besoins actuels.

51Toutefois, cette production sera d’ici quelques années insuffisante (dès 2007 selon certains) pour faire face à la hausse de la consommation (cf. « Les évolutions de la société malienne et de ses besoins » p. 25). Si bien que de nouveaux investissements s’imposeront pour doubler au minimum la capacité de production d’ici 2025.

52Cette nouvelle capacité productive va devoir certainement s’appuyer sur l’énergie hydroélectrique et sur les autres sources (centrales thermiques, énergies renouvelables) dans des proportions qui, toutefois, ne semblent pas encore précisément arrêtées.

L’agriculture

Performances générales en termes de production du secteur agricole

53Le pays tire d’importants revenus de la culture du coton (612 000 t/an en 2003/04), deuxième source nationale de devises après l’or. Cette culture se pratique en grande partie dans le bassin du Niger, au sud d’une ligne BamakoSegou-San, dans la zone dite « CMDT » et donc sur les bassins versants des affluents que sont le Bani, le Baoulé et le Sankarani. Les pratiques culturales sont partiellement intensifiées avec un recours généralisé à divers intrants (engrais, pesticides). Au Mali, la culture du coton est une culture pluviale.

54Du point de vue des productions vivrières, la production nationale de céréales est passée entre 1961 et 2003 de 1 032 000 t (moyenne 1961-66) à 2 707 000 t (moyenne 1998-2003). Après une période de stagnation, la production a crû régulièrement à partir des années quatre-vingt en affichant une progression de près de 5 % par an sensiblement supérieure à la croissance de la population. Sauf année climatique mauvaise (cas de 2004), l’indice de couverture des besoins alimentaires du pays est normalement supérieur à 100.

55La croissance de la production céréalière a d’abord été réalisée par une augmentation des superficies cultivées qui, toutes céréales confondues, sont passées de 1 384 000 ha (moyenne 1961-66) à 2 636 000 ha (moyenne 1998-2003) et, secondairement, par un début d’intensification de l’agriculture qui s’est traduit par une augmentation des rendements du maïs (indice 149) et du riz (indice 200), les rendements du millet et du sorgho évoluant, de leur côté, assez peu.

Figure 6. Évolution de la production céréalière et de la population du Mali depuis 1961
Malgré les variations interannuelles qui restent fortes, la situation de couverture des besoins du pays s’est globalement améliorée.
Source : FAOSTAT

Tableau 5 – Surfaces cultivées, rendements et productions de cérales au Mali (1961-2003)

Tableau 5 – Surfaces cultivées, rendements et productions de cérales au Mali (1961-2003)

Source : FAOSTAT

56On observe que le riz, dont la production était fort limitée jusqu’au début des années 1980, tend aujourd’hui à rejoindre le mil comme première céréale produite au Mali. La majeure partie de la production en riz étant obtenue avec utilisation de l’eau du fleuve Niger ou de celle de ses affluents, on peut donc dire qu’une partie croissante de la production agricole vivrière du Mali est liée au fleuve Niger.

57Le mécanisme de l’accroissement de la part du riz dans la production agricole est lié à l’accroissement des superficies consacrées au riz qui ont progressé régulièrement depuis le début des années 1980 et à une augmentation concomitante des rendements moyens qui sont passés de 1 à 2 t/ha. La production qui est restée longtemps inférieure à 200 000 t, dépasse maintenant chaque année, les 700 000 t avec une production record en 2001 de plus de 900 000 t.

Tableau 6 – Évolution de la culture du riz au Mali

Tableau 6 – Évolution de la culture du riz au Mali

58Davantage consommé en ville que dans les campagnes, la place du riz va encore logiquement s’accroître dans les prochaines années et ce, d’autant plus que des progrès importants sont encore possibles en matière de rendement puisque l’écart de rendement entre les systèmes de culture les moins productifs et les systèmes de culture les plus productifs atteint un facteur six (de moins de 1 tonne à l’hectare à 6 tonnes et plus à l’hectare).

59Il existe au Mali trois systèmes de culture du riz d’importances très inégales tant par le poids qu’ils pèsent dans la production que par les surfaces cultivées qu’ils représentent :

  • le système pluvio-fluvial propre à la vallée du fleuve et en particulier, au delta intérieur du Niger ;

  • le système à submersion contrôlée ;

  • les systèmes avec maîtrise totale de l’eau, les seuls qui répondent à la définition d’un système agricole irrigué.

60Le bilan de performance doit être fait séparément pour chacun de ces trois systèmes de culture.

La riziculture pluvio-fluviale ou « traditionnelle » (hors AHA)

61Ce système, très ancien, ne suppose aucun aménagement hydraulique. Il repose sur l’utilisation de variétés locales de « riz flottant » capables de surmonter une submersion de trois mètres. La rizière est située en fonction de la hauteur de crue espérée par le riziculteur qui se fie à son expérience et peut déplacer son champ chaque année. Les labours ont lieu soit en février-mars après la récolte, soit en mai-juin juste avant le retour des pluies. Le semis est effectué à la volée, le riz lève avec la pluie puis poursuit son développement avec l’eau de la crue qui inonde alors les plaines. Les riz flottants dérivés d’Oryza glaberrima peuvent supporter une lame d’eau de 3 m à condition que la vitesse de montée de l’eau ne dépasse pas 5 cm par jour.

62La récolte a lieu dans l’eau, entre fin octobre et décembre, en fonction des variétés utilisées. Ce système, très répandu dans le delta intérieur, occupait à la fin des années 1980 une superficie d’environ 160 000 ha (selon le rapport du projet Pirl, 1988) et pourrait occuper actuellement entre 180 000 et 200 000 ha. Il se caractérise par des rendements très bas (en moyenne moins de 900 kg/ha) et inchangés depuis les années 1950, par une grande mobilité spatiale et par l’incertitude des rendements, en particulier lorsque les crues sont mauvaises ou lorsque les pluies, trop faibles ou ne survenant pas au bon moment, ne permettent pas la sortie des pousses de riz avant l’arrivée de l’inondation.

63Lors des bonnes années, les quantités de riz commercialisées en dehors du delta atteignent 10 000 t (Kuper et Maiga, 2002) alors que le delta est déficitaire en riz lors des mauvaises années.

64Par rapport à ce système de culture, on peut calculer une « surface agricole utile (SAU) » que l’on définit chaque année comme étant la surface du delta intérieur qui est recouverte par une lame d’eau convenable pour la réussite de cette forme de culture. On constate (tableau 7) que cette surface est très variable selon les années. Si en 1994, les trois quarts du delta présentent de bonnes conditions hydrologiques pour la culture des riz flottants, en 1972, la superficie « possible » devient très réduite (Marie, 2000).

65Ces très fortes variations constatées expliquent la grande mobilité des rizières, les riziculteurs tentant de s’adapter aux mauvaises crues successives. Ce qui n’empêche pas que les résultats de production restent très aléatoires. Cette mobilité des rizières, qui était de l’ordre de la dizaine de kilomètres dans les années 1950 (Gallais, 1967), s’est aggravée avec la forte irrégularité des crues des années 1980. Les plaines de la défluence Niger/Diaka, par exemple, ont été abandonnées par les riziculteurs qui ont massivement déplacé leurs rizières vers les cuvettes les plus profondes comme les plaines du Kootya au centre du delta. La bonne crue de 1994, noyant les hameaux du Kootya, a provoqué, à son tour, l’abandon de ces cuvettes et de nouveaux déplacements des rizières.

Tableau 7 – Surface agricole utile (SAU) des riziculteurs traditionnels en 1972, 1978 et 1994

Tableau 7 – Surface agricole utile (SAU) des riziculteurs traditionnels en 1972, 1978 et 1994

L’agriculture irriguée dans les aménagements hydroagricoles (AHA)

66Dans les aménagements hydroagricoles, l’agriculture bénéficie d’infrastructures (les systèmes d’irrigation) qui permettent une utilisation des eaux de surface pour la croissance des plantes. Ces systèmes présentent une diversité très importante, allant de la submersion contrôlée à la maîtrise totale de l’eau. Le bassin versant du Niger au Mali dispose actuellement d’un domaine aménagé d’environ 250 000 ha irrigables dont environ 100 000 ha dans des aménagements hydroagricoles avec maîtrise totale de l’eau.

67Pour arriver à son objectif de satisfaire les besoins de la population et d’assurer un développement durable, le Mali a mis la maîtrise de l’eau comme priorité dans sa stratégie de développement. Pour cela, une stratégie de développement de l’irrigation a été développée à partir des potentialités existantes (MDRE, 1999). La mise en œuvre de cette stratégie s’est traduite par un programme de développement des infrastructures hydroagricoles de 50 000 ha supplémentaires en maîtrise totale et de 14 000 ha dans les autres systèmes (bas-fonds et submersion) d’ici 2007. L’objectif est d’augmenter la surface des terres sous irrigation à l’Office du Niger de 120 000 ha dans 20 ans ; ce qui amènera la surface des terres irriguées de cette zone à 200 000 ha.

68En ce qui concerne l’irrigation liée au fleuve, on distingue les types d’aménagement suivants.

La submersion contrôlée

69Ces aménagements représentent 60 % des superficies aménagées pour la riziculture. Ils ont été réalisés sur financement public et sont gérés par des organismes publics déconcentrés et dotés d’une autonomie de gestion dont les principaux sont :

  • l’Office Riz Mopti (ORM) : 34 000 ha ;

  • l’Office Riz Ségou (ORS) : 34 676 ha.

70Dans ce système, la submersion est contrôlée au moyen de digues et de prises d’eau qui sont de petits ouvrages situés à une cote donnée. La culture est donc un peu moins soumise à l’aléa portant sur les dates de pluies puisqu’on peut, théoriquement, semer plus tard et s’assurer en même temps que les pousses de riz soient levées avant l’entrée de l’eau dans les plaines, cette entrée étant contrôlée et donc retardée si nécessaire. Mais la plupart de ces systèmes ont été conçus à la fin des années 1960 à une époque de fortes crues et relativement régulières (moyenne 1960-69 des maximums à Mopti : 693 cm), si bien qu’ils sont situés à des cotes trop élevées qui les rendent très vulnérables aux crues déficitaires devenues, hélas, fréquentes (moyenne 1980-89 des maximums à Mopti : 539 cm). Ils se caractérisent donc aujourd’hui par des rendements très faibles en moyenne (souvent moins de 1t/ha) et par des écarts considérables entre les superficies semées et celles effectivement récoltées. Dans les casiers de l’ORM, par exemple, le ratio surface récoltée/surface semée est inférieur à 0,33 lorsque la crue est inférieure à 550 cm et il reste encore inférieur à 0,75 lorsque la crue dépasse 620 cm. Lors des très mauvaises années (1984), la récolte peut être nulle.

71Inadapté à la variabilité et à l’incertitude de la crue, le système à submersion contrôlée n’offre, la plupart du temps, ni revenu satisfaisant ni sécurité de production. En effet, il n’a pas la souplesse d’adaptation du système pluvio-fluvial traditionnel qui, bien que peu productif, a au moins la capacité de se déplacer en fonction des périodes climatiques.

72Par ailleurs, des mares ont été aménagées de façon un peu différente dans la zone de Tombouctou ainsi que dans la région de Gao (projet « Action Riz Sorgho »). Le principe consiste ici à contrôler (à freiner) la décrue par de petits ouvrages de façon à assurer une durée d’inondation suffisante.

L’irrigation en maîtrise totale de l’eau par système gravitaire

73Ce système d’irrigation caractérise les aménagements qui bénéficient d’un plan d’eau à niveau garanti en amont et où l’écoulement de l’eau à partir de ce plan d’eau se fait de façon gravitaire. Ce sont les « grands » aménagements de l’Office du Niger (83 000 ha, dont 5 000 ha en canne à sucre), du périmètre de Baguinéda (3 000 ha) et de Sélingué (1 000 ha), tous liés à l’existence de barrages (cf. « Les grands ouvrages hydrauliques » p. 32).

74À partir du plan d’eau, la « maîtrise de l’eau » est obtenue par un système de canaux (généralement en terre) qui conduit l’eau vers les parcelles, puis par le compartimentage et le planage de ces dernières et enfin par un réseau de drainage.

75Bien que représentant la troisième catégorie de riziculture par l’étendue (un peu moins de 100 000 ha sur l’ensemble du pays), ce système procure près de 80 % de la production nationale de riz en année moyenne grâce aux assez forts rendements obtenus (moyennes de 4,5 à 6 t/ha, selon les auteurs). Par ailleurs, une importante population composée en majorité de familles d’agriculteurs s’est installée dans ces zones d’irrigation. La zone Office du Niger étendue (c’est-à-dire l’ensemble des terres en gérance à l’Office du Niger) couvre une superficie de 28 174 km2 sur lesquels les huit systèmes hydrauliques occupent 19 074 km2 pour une population estimée à 321 069 habitants en 1998, soit une densité moyenne de 16,83 hab./km2 (Sogreah, BCEOM-Betico, 1999).

76En termes de productivité, les performances de ce type de système sont donc bonnes. Le talon d’Achille de ce type de système réside plutôt dans sa gestion qui est complexe puisqu’elle comporte de nombreux points sensibles. Il s’agit notamment des aspects de suivi et de maintenance des infrastructures hydrauliques lourdes. Il s’agit aussi de la gestion du foncier, de la répartition des coûts (notamment celui de l’eau) entre les acteurs, de la préservation de la fertilité des sols et, plus généralement, de la préservation de l’environnement. Sur tous ces points, les organismes publics en charge de la gestion des grands périmètres s’efforcent d’élaborer et de mettre en œuvre des stratégies qui soient durables et en cohérence avec les orientations nationales. Ce qui nécessite l’intervention de nombreux personnels et experts qualifiés dont les coûts doivent également être pris en compte.

77Du point de vue écologique, une question importante soulevée par ce type de système est la quantité d’eau prélevée sur le fleuve et qui, dans sa plus grande partie, n’y retourne pas.

78En effet, les débits et quantités prélevés sur le fleuve par ces grands systèmes gravitaires sont loin d’être négligeables (tableau 8) et ces prélèvements influencent négativement la disponibilité de l’eau en aval non seulement en étiage (le prélèvement est alors de plus 50 % du débit du fleuve, avec des pointes à 80 %) mais aussi en période de crue lorsque le prélèvement par ces systèmes gravitaires vient s’ajouter à l’effet du stockage d’eau dans la retenue de Sélingué.

79Les niveaux de prélèvements effectués par les grands systèmes de périmètres gravitaires (au premier rang desquels figurent l’Office du Niger) dépendent bien sûr de l’extension de ces périmètres mais aussi de leur capacité à ne pas gaspiller l’eau prélevée, c’est-à-dire à minimiser les prélèvements par rapport à un besoin donné d’irrigation par unité de surface cultivée. Cette capacité est encore appelée « efficience » et celle-ci semble actuellement assez mauvaise du fait des pertes d’eau dans le réseau d’irrigation (cf. « Faible efficience d’utilisation de l’eau par les AHA » p. 114).

Tableau 8 – Apport du fleuve Niger à Koulikoro et prélèvements d’eau exercés par les périmètres gravitaires en maîtrise totale de l’eau

Tableau 8 – Apport du fleuve Niger à Koulikoro et prélèvements d’eau exercés par les périmètres gravitaires en maîtrise totale de l’eau

Source : Kuper et al., 2002

80Une autre mesure de l’efficience de l’utilisation de l’eau dans un périmètre pourrait être exprimée par la quantité de riz produit (en kg) par unité de volume d’eau prélevée sur le fleuve. Pour l’Office du Niger, ce chiffre serait d’environ 0,13 kg/m3 (soit 320,106 kg divisé par 2 500,106 m3) en veillant à retirer une part de prélèvement attribuable à la canne à sucre et aux utilisations non agricoles (abreuvement des troupeaux…). Cette valeur d’efficience serait, là aussi médiocre, au regard de la « norme » asiatique qui est au minimum de 0,2 kg de riz par m3 d’eau.

81Il apparaît ainsi que le faible niveau d’efficience de l’utilisation de l’eau constitue le point faible des grands systèmes d’irrigation gravitaire tels que celui de l’Office du Niger. Il est vrai que, jusqu’à ces dernières années, la pression sur la ressource eau était faible et que les pratiques de gestion ne privilégiaient pas l’efficience.

82Augmenter cette efficience représente un défi majeur pour le développement de ce type de système et pour la gestion de l’eau sur l’ensemble du fleuve. Car il faut rappeler ici que les grands périmètres irrigués gravitaires sont en constante extension, notamment en termes de superficies cultivées (fig. 7), et qu’il est prévu que cette évolution se poursuive dans les années à venir.

Source : chiffre Office du Niger
Figure 7. Évolution des superficies cultivées à l’Office du Niger par type d’aménagement, par culture et par saison

83On observe la forte croissance des superficies notamment de celles cultivées en contre-saison (riz de saison chaude et maraîchage).

L’irrigation en maîtrise totale de l’eau par pompage

  • 2 La région de Kayes est également concernée avec les petits périmètres qui s’approvisionnent sur le (...)

84L’irrigation par pompage s’est développée depuis le début des années 1980 avec la réduction des crues et de la pluviométrie. Pour le fleuve Niger2, les principales régions concernées sont celles de Mopti, de Gao et de Tombouctou. Il s’agit de surfaces, généralement modestes, gérées par des privés ou par des communautés villageoises, les « PIV » (périmètres irrigués villageois), souvent appuyées par des « projets » (ONG).

85En 1998, dans le delta intérieur, on comptait 154 de ces périmètres totalisant une superficie de 1 400 ha (Ducrot et al., 2002). L’irrigation s’effectue au moyen d’une moto-pompe qui alimente un bassin de dissipation répartissant ensuite l’eau par gravité. Les résultats agronomiques attendus peuvent être bons à très bons avec des rendements dépassant généralement 6 t à l’hectare et pouvant atteindre 9 t en culture de contre-saison (saison sèche). Le problème posé par les PIV est celui du coût relativement élevé de réalisation et d’une rentabilité des équipements qui n’est pas facile à atteindre car elle exige des exploitations un minimum de superficie. En effet, l’expérience de ces périmètres, notamment dans la vallée du Sénégal, montre qu’ils ne sont pas rentables lorsque les exploitants ne disposent que d’une faible surface irriguée. Il existe en effet une taille minimum à respecter pour pouvoir amortir les coûts d’installation et de fonctionnement. Par ailleurs, des coûts de fonctionnement élevés (liés notamment au prix des carburants pour le fonctionnement des moto-pompes), des défaillances dans la gestion communautaire ou encore des difficultés à réaliser les lourds travaux d’entretien peuvent être à l’origine de nombreux dysfonctionnements. Ceux-ci peuvent alors aboutir à un abandon partiel ou complet des aménagements après une période d’utilisation plus ou moins longue.

L’agriculture de décrue et de contre-saison sur les rives du fleuve

86Elle est surtout développée dans le nord du delta et dans la boucle du Niger ainsi que dans la région des lacs. On compte, en effet, 17 grands lacs situés principalement sur la rive droite du fleuve Niger. Ceux-ci, ainsi qu'un important réseau de mares permanentes à semi-permanentes, voient leurs rives mises en culture de sorgho ou de tubercules et de légumes (pommes de terre, tomates…) dès que l’eau de la crue commence à se retirer à partir de fin janvier ou février. Ces cultures de décrue représentent un apport alimentaire de subsistance qui est d’une grande importance pour les populations de ces zones à climat sahélien ou désertique qui ne peuvent guère compter sur les cultures pluviales. La surface cultivable est liée aux superficies des rives humectées par la crue et donc à l’ampleur de celle-ci. Il semble toutefois que les zones favorables à ces cultures de décrue soient loin d’être pleinement exploitées.

Tableau 9 – Synthèse qualitative sur les besoins et les impacts par rapport à l’eau des différents types de cultures liées au fleuve

Tableau 9 – Synthèse qualitative sur les besoins et les impacts par rapport à l’eau des différents types de cultures liées au fleuve

Les pollutions agricoles affectant le fleuve

87Bien que le niveau d’intensification de l’agriculture au Mali ne soit pas le même que celui qui prévaut dans les pays du Nord, la recherche de rendements plus élevés passe par une augmentation de l’utilisation d’engrais et de pesticides et par une mécanisation croissante. Les effets combinés de ces nouvelles pratiques culturales et de l’extension des superficies cultivées vont dans le même sens et se renforcent : l’érosion des sols accélère le ruissellement qui draine alors plus facilement vers le fleuve les éléments arrachés à la terre. Comme des pratiques culturales intensives commencent à se développer dans la zone cotonnière qui fait partie du bassin du Niger, des phénomènes de pollution liés à l’utilisation des engrais chimiques et des pesticides pourraient apparaître et devenir de plus en plus fréquents. Par ailleurs, les périmètres irrigués font également l’objet d’efforts d’intensification des cultures qui s’accompagnent de l’utilisation d’intrants et parfois (mais en quantité encore très réduite) de pesticides. L’accroissement du domaine aménagé, l’intensification et le développement de complexes agro-industriels sont des éléments qui vont accroître le risque de pollution et il y a donc nécessité de suivre dès aujourd’hui le degré de contamination des eaux.

La pêche

88Bien qu’une petite part de la production halieutique du Mali, de l’ordre de quelques pourcents, soit issue du bassin du fleuve Sénégal (en particulier du lac de barrage de Manantali), on peut affirmer que la pêche malienne se déploie, pour sa majeure partie, dans le bassin du fleuve Niger. Il est donc acceptable, en première analyse et compte tenu des incertitudes statistiques, d’attribuer à ce bassin la quasi-totalité du chiffre de la production nationale et de son évolution, soit 55 000 à 140 000 t d’équivalent poids frais selon les années (fig. 8). L’essentiel de la production du bassin du Niger est lui-même assez concentré : il provient pour 80 % environ (40 000 à 120 000 t/an) de la région du delta intérieur du Niger considérée dans sa définition étendue (de Ké-Macina à Diré, lacs inclus). Le reste provient du lac de la retenue de Sélingué (4 000 t/an), de la partie du fleuve en amont de Macina, de la région de la boucle du Niger entre Diré et Gao ou bien encore des affluents sud (Baoulé).

89Grâce à cette forte production, le Mali est pratiquement auto-suffisant en poisson, du moins lors des années de crues moyennes ou bonnes (production supérieure à 100 000 t). De petites quantités de poissons de mer congelés sont toutefois importées et consommées dans la capitale alors que des poissons frais et fumés du Mali sont exportés vers le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

90Le nombre de pêcheurs n’est pas facile à évaluer de façon précise, à la fois pour des raisons de définition (où commence et où s’arrête la notion de « pêcheurs » ?) et pour des raisons de couverture statistique. Sur le premier point, on peut définir plusieurs catégories de pêcheurs en établissant une correspondance avec la terminologie internationale promue par la FAO. Il y a tout d’abord, des personnes qui pêchent mais dont la profession principale est autre, par exemple l’agriculture. On peut les considérer comme des pêcheurs occasionnels (occasional fishers) et ils peuvent avoir une origine ethnique très variée. Il existe aussi des pêcheurs qui combinent agriculture et pêche de façon assez équilibrée. Ils appartiennent généralement à des foyers polyactifs de grande taille qui se dédoublent de décembre-janvier jusqu’à mai-juillet : certains hommes restent au village pour récolter, se reposer et préparer les parcelles de riz tandis que les autres partent en migration pour s’adonner à la pêche à plein temps jusqu’à l’hivernage où il leur faudra revenir au village pour s’occuper, eux aussi, des champs. Ces derniers peuvent être considérés comme des pêcheurs intensifs à temps partiel (part-time fishers). Il y a enfin les ménages et les personnes qui se consacrent à plein temps à la pêche en effectuant souvent des circuits migratoires saisonniers pour être toujours présents là où le poisson est le plus disponible (full-time fishers). Au Mali, les deux dernières catégories décrites se réclament généralement de l’identité bozo ou somono (Fay, 1989 ; Bauman et al. 1994).

Source : FAOSTAT (2004)
Figure 8. Débarquement de poids frais (en tonnes)
Évolution récente de la production halieutique du Mali déclarée par les services nationaux à FOASTAT. La très grande majorité (plus de 95 %) de la production provient du bassin du Niger.

91À la fin des années 1980, de grandes enquêtes ont permis d’estimer que pour ces deux dernières catégories de « vrais pêcheurs », le nombre de ménages avoisinait le chiffre de 30 000 pour le seul delta. Ce qui représentait environ 60 000 hommes actifs pratiquant la pêche (Morand et al., 1991). Mais ce chiffre est aujourd’hui sans doute largement dépassé, et il faudrait aussi y ajouter les pêcheurs des autres régions du bassin du Niger au Mali. Un nombre de pêcheurs (hommes actifs) de 80 000 apparaît donc comme un chiffre minimal plausible pour aujourd’hui.

92Mais il faut aussi tenir compte des nombreuses personnes qui travaillent dans la pêche sans être pêcheurs : commerçants de filets, commerçants de poisson, transformatrices de poisson, petite main-d’œuvre de débarcadère (porteurs des caisses, conditionneuses des lots à expédier).

93En tenant compte de toutes ces catégories et en acceptant un ratio minimaliste de 1 emploi à terre pour 1 emploi de pêcheur, stricto sensu, on peut estimer à 160 000 au moins le nombre de personnes qui ont un emploi directement lié au secteur. Ceci permet d’évaluer – en adoptant le ratio accepté pour l’Afrique de l’Ouest rurale (Hugon, 1998) de deux personnes non professionnellement actives pour une personne active – à près de 500 000 personnes (enfants et vieillards inclus) la population dont les moyens d’existence sont basés de façon importante ou exclusive sur la pêche. Cette estimation, même grossière, permet d’affirmer que le secteur pêche est très important pour la population du Mali même s’il ne génère pas d’importantes recettes pour le budget de l’État. La contribution relative du secteur de la pêche à la richesse nationale était estimée à 4,2 % du PIB en 1995 (Breuil et al., 1996).

94En tous points du fleuve, la pêche se déroule par campagnes de huit à neuf mois. Elle commence de façon intensive au début de la décrue, en novembre ou en décembre selon les endroits, puis elle se poursuit au cours de l’avancée de la décrue et de l’étiage jusqu’à la montée de la crue suivante (fin juin ou début août, selon les endroits). La pêche est intensive et les captures décroissent au fur et à mesure de l’avancée de la campagne. On estime que les trois quarts de la biomasse de poisson présente dans le fleuve début décembre sont ainsi « récoltés » au cours d’une campagne de pêche (Kodio et al., 2002) avant que la crue suivante ne permette la reconstitution de la biomasse entre juillet et novembre. Cette reconstitution est « totale » – du moins si la crue est bonne – et l’on ne note jamais d’effet négatif du prélèvement de poisson exercé lors d’une campagne « n » sur les résultats en volume de la campagne suivante « n+1 ».

95Mis à part le cas du lac de Sélingué où la production est remarquablement stable, les performances de production halieutique dans la vallée du fleuve Niger et singulièrement dans le delta, sont très variables d’une année à l’autre. Elles sont étroitement corrélées avec la puissance de la crue annuelle et notamment avec l’ampleur et la durée de l’inondation (fig. 9). Ceci s’explique par le fait que la croissance des jeunes poissons éclos en début de crue (en juillet) se déroule ensuite dans les plaines inondées jusqu’en novembre (Bénech et Dansoko, 1994 ; Niaré, 1994). Ce sont ces mêmes poissons qui seront ensuite pêchés lors de la campagne de pêche en décrue puis en étiage.

96Les performances de la production halieutique peuvent aussi être évaluées en rapport avec les surfaces qui la génèrent. Cela est possible dans le delta intérieur où l’on peut mettre en relation les surfaces inondées par la crue (7 000 à 20 000 km2 selon les années) avec la production (40 000 à 120 000 t selon les années et en fonction de l’inondation - Laë, 1992b) en faisant apparaître une productivité moyenne de 60 kg/ha d’inondation. Ce qui se situe dans la fourchette généralement admise pour ce type de milieu et qui est de 40 à 100 kg/ha (Welcomme, 1989). Mais si l’on considère des zones particulières du delta, favorables et intensivement exploitées, on observe, localement, des valeurs élevées de 100 kg/ha, voire davantage.

97Par ailleurs, le potentiel de développement de la pisciculture villageoise reste important, mais il concerne d’autres zones (hors des régions de grande pêche commerciale) et d’autres populations, plutôt agricoles (Niaré et al., 2000).

Source : Morand et Kodio, 2004, d’après les chiffres de l’Observatoire de la pêche
Figure 9. Pente de réponse des captures médianes par unité d’effort (sortie de pêche) à un indice de puissance de crue (nombre de jours de niveau au-dessus de 4,50 à Mopti)
Les points ronds et la droite supérieure correspondent à la première moitié de la campagne de pêche (décembre à mi-mars) ; les carrés et la droite inférieure correspondent à la fin de campagne (mi-mars à juin). Les chiffres dans le graphique indiquent l’année de campagne.

98Par rapport à l’environnement, on doit rappeler ici que la pêche n’exerce, dans ses formes actuelles, aucun impact sur les flux et les quantités d’eau qui circulent ou séjournent dans les différentes parties du bassin du fleuve Niger. Quant aux pollutions éventuelles générées par la pêche, elles restent jusqu’à ce jour vraisemblablement très modestes, car elles se limitent, en fait, aux hydrocarbures émis par les moteurs des pinasses utilisées pour la migration et pour le transport du poisson.

Tableau 10 – Besoins en eau de la ressource poisson et de la pêche

Tableau 10 – Besoins en eau de la ressource poisson et de la pêche

L’élevage

99Le cheptel bovin national est estimé à 7,6 millions de têtes. Alors que le troupeau est plutôt stable dans les grandes régions traditionnelles d’élevage du nord du pays (Mopti), il tend à se développer dans le sud : par exemple, pour la région de Sikasso, le troupeau est passé de 336 000 têtes en 1970 à 741 000 têtes en 1995, soit + 121 % d’accroissement. Toutefois, la région de Mopti reste, en valeur absolue, la première au Mali pour l’élevage : on lui attribue 1,6 million de têtes dont 1,2 million environ à l’intérieur et autour du delta intérieur du Niger (chiffre obtenu par comptage aérien dans les années 1980).

100Le delta intérieur joue en effet un rôle très particulier dans l’organisation et l’économie de l’élevage au Mali. Ceci tient à l’exceptionnelle productivité de ses pâturages inondés qui restent « en vert » pendant sept à huit mois. Les meilleurs d’entre eux, les bourgoutières, ont une productivité annuelle qui se situe entre 20 000 et 30 000 kg de matière sèche (MS) par hectare, avec une période de production de fourrage vert qui dure de décembre à juillet. Rappelons que les pâturages sahéliens habituels dépassent rarement 2 t de productivité en MS et qu’ils restent verts généralement moins de quatre mois dans l’année. Les bourgoutières existent également dans la vallée du fleuve, en amont du delta mais surtout en aval, en particulier dans la boucle du Niger où elles jouent un rôle important dans l’organisation de l’élevage du Gourma. Elles n’ont cependant dans ces zones qu’une extension limitée.

101Le delta intérieur reste donc la seule région naturelle au Mali – et en Afrique de l’Ouest – qui permet une forte charge pastorale sur une vaste superficie puisqu’il concentre environ 20 % du cheptel bovin national sur 1,5 % du territoire.

102Le delta intérieur est submergé par la crue à partir d’août, et il est alors déserté par les pasteurs dont les troupeaux entament une longue transhumance vers les pâturages du Sahel. Le retour s’effectue en novembre-décembre selon un calendrier dicté par la vitesse de la décrue, les troupeaux parcourant alors le delta en suivant un réseau de pistes et de gîtes dont l’usage est strictement réglementé par la coutume.

103Si l’on excepte l’abreuvement, les pasteurs ne sont pas, au sens strict, des utilisateurs consommant la ressource en eau mais, tout comme les pêcheurs, ils dépendent très étroitement de la crue annuelle dont l’amplitude conditionne directement l’existence et la productivité des formations végétales qui constituent la ressource fourragère de leurs troupeaux.

104L’élevage peut donc être menacé par des crues trop faibles dans la mesure où la reconstitution de la biomasse végétale dépend, pour partie, de l’inondation.

105Pour une crue très faible (5,10 m), les pertes de production fourragère avoisinent les 40 %. Il faut cependant remarquer que la perte de production fourragère est notablement plus faible que la diminution de la surface inondée qui, pour une hauteur de crue de 5,10 m, atteint environ 80 % de la surface inondée à 6,60 m. L’explication tient au fait que les formations végétales qui ne sont pas atteintes par la crue ont des productions qui ne sont pas nulles. Elles continuent en effet de produire grâce aux pluies et aux remontées capillaires de la nappe phréatique. La variabilité des crues affecte donc la production fourragère du delta intérieur avec une pente de réponse plus faible que celle des surfaces inondées. En termes de capacité de charge, on peut en déduire que le delta qui peut porter 1,5 million d’animaux lors d’une très bonne année ne peut plus nourrir que 900 000 têtes lors d’une mauvaise année (c’est-à-dire succédant à une faible crue). Cependant, il semble que la production fourragère soit très résiliente : après une ou deux années de faible crue et de mauvaise production fourragère, le retour d’une bonne crue permet un retour rapide à une production plus importante (Hiernaux et Diarra, 1986).

Tableau 11 – Besoins en eau du pastoralisme

Tableau 11 – Besoins en eau du pastoralisme

Tableau 12 – Productions fourragères du delta et charges théoriques en fonction de la cote atteinte par la crue à Mopti

Tableau 12 – Productions fourragères du delta et charges théoriques en fonction de la cote atteinte par la crue à Mopti

Source : Marie, 2002

Consommation et rejets domestiques

106Les besoins et les impacts de la consommation domestique vis-à-vis de l’eau du fleuve peuvent être synthétisés qualitativement de la façon suivante (tableau 13).

107Le problème peut provenir de l’exigence de qualité, d’autant plus que l’usage domestique peut entraîner de façon concomitante une certaine dégradation de cette même qualité, au moins de façon locale (proximité des villes et des villages) et momentanée (étiage, début d’hivernage et de crue).

Tableau 13 – Besoins en eau et impacts de la consommation domestique

Tableau 13 – Besoins en eau et impacts de la consommation domestique

108Les rejets d’eau usée domestique comprennent deux catégories : les eaux-vannes, provenant des WC ou des latrines, et les eaux domestiques, regroupant les eaux de ménage et les eaux savonneuses résultant des bains, des douches, de la lessive, etc.

109Selon Leroy (1999), la pollution domestique générée par les villes et les villages peut être évaluée à 65 g/habitant/jour en charge organique dissoute et à 70 g/habitant/jour de matières en suspension.

Consommation et rejets industriels

110Les pollutions urbaines et industrielles sont très variées et regroupent les déchets des abattoirs, des teintureries, des usines et des hôpitaux auxquels s’ajoutent ceux occasionnés par le lavage des rues, des marchés et des trottoirs. Ils n’ont pas les mêmes impacts sur le fleuve Niger : les déchets d’abattoirs – qui sont des déchets organiques – ont un impact seulement local et sont moins préoccupants que ceux des usines.

111Dans le district de Bamako, la production annuelle de déchets industriels atteint 9 715 tonnes métriques dont 7 830 tonnes (81 %) sont récupérées, 276 t (3 %) recyclées, 238 t (2 %) brûlées et 1 372 t (14 %) jetées (ESP/GRN Sotuba). Les huit unités industrielles les plus importantes rejetteraient en moyenne 2 200 m3 d’eaux usées par jour, soit près de 800 000 m3/an, et les 300 teintureries 16 000 m3/an qui s’infiltrent dans les sols ou sont rejetées directement dans le fleuve Niger.

112Une étude effectuée dans la région de Koulikoro par la Direction régionale de l'assainissement, du contrôle des pollutions et des nuisances (DRACPN) fait ressortir que plusieurs unités industrielles contribuent à polluer le fleuve et que 80 % des usines maliennes sont implantées entre Bamako et Koulikoro. Elle fait ressortir aussi que la principale source de pollution du fleuve Niger est l'Huilerie cotonnière du Mali (Huicoma).

Utilisation du fleuve et pollution par le transport fluvial

113Le transport fluvial de personnes et de marchandises est exercé sur le fleuve Niger par deux types de bateaux : les deux gros bateaux de la Comanav (Compagnie malienne de navigation) et les très nombreuses pinasses privées, généralement de 10 à 50 t. Les pêcheurs disposent également de pinasses de 2 à 4 t à l’usage des migrations saisonnières familiales.

114D’une façon générale, le fleuve Niger ne présente pas de bonnes conditions de navigation durant toute l’année : les niveaux d’eau y sont trop faibles en étiage. Pour les gros bateaux, la saison de navigation ne dure que de début août (ou mi-août) à mi-décembre ou début janvier, en fonction de la durée et de la hauteur de la crue (les deux paramètres étant en général très liés). En début de saison, c’est le bief Koulikoro-Mopti qui est navigable ; puis Koulikoro-Tombouctou et Koulikoro-Gao sont ouverts. En fin de saison, la navigation des gros bateaux se cantonne sur le bief aval (au-delà de Mopti). Les pinasses de transport peuvent continuer à naviguer jusqu’à février et les pinasses familiales jusqu’en fin d’étiage mais avec quelques risques d’échouage.

115Les sources de pollution par les bateaux de transports sont variées et difficiles à quantifier. D’une façon générale, on peut dire que les deux gros bateaux de la Comanav et les nombreuses pinasses de transports ne génèrent pas d’importantes pollutions. Mais il faut quand même signaler :

  • le déversement des huiles de vidange des moteurs. Cependant, cet impact est faible car les populations récupèrent souvent ces huiles pour d'autres besoins ;

  • le lavage des citernes contenant des lubrifiants ;

  • les pertes d'huile dues à des fuites de réservoir ou à des moteurs de bateaux défaillants.

Tableau 14 – Besoins en eau et impacts de la navigation fluviale

Tableau 14 – Besoins en eau et impacts de la navigation fluviale

116Par ailleurs, les points de stationnement des bateaux sont de véritables lieux d’échanges qui génèrent différents déchets pouvant être toxiques (sachets plastiques, huiles, graisses). Le niveau de pollution dépend de l’importance du lieu et de la durée de stationnement. Au cours du voyage, tous les déchets produits par les voyageurs sont déversés dans le fleuve ainsi que toutes les marchandises avariées. Le nettoyage des cuves de produits pétroliers et des citernes transportant les pesticides contribue aussi à la pollution des eaux. Des éléments précédents, on peut déduire une synthèse qualitative (tableau 14).

ETAT DE SANTÉ ET TENDANCES ÉVOLUTIVES DE L’ÉCOSYSTÈME DU FLEUVE NIGER

Quantités d’eau de surface

117Dans cette région du monde, les eaux de surface sont, plus que partout ailleurs, sous la dépendance drastique du climat du fait d’une variabilité extrême des déficits pluviométriques (cf. « Facteurs forçants climatiques sur le bassin du Niger » p. 29). La sécheresse des décennies 1970 et 1980 est largement responsable, d’une part, des fortes variations saisonnières actuelles (avec des niveaux d’étiage très bas) et, d’autre part, des fortes variations interannuelles. La question de savoir s’il y a une tendance récente à la dégradation de la relation pluie-écoulement (c’est-à-dire qu’il y aurait moins d’écoulement – donc moins de débit dans le fleuve – que par le passé pour une pluviométrie équivalente) est toujours en débat.

118Certaines eaux de surface, notamment au nord et nord-est du delta intérieur du Niger, sont des lacs qui sont mis en eau lorsque la crue franchit certains seuils. Dans ces cas, la relation entre pluviométrie et ressource en eau de surface est moins immédiate. En effet, situés en contrebas du fleuve mais à bonne distance de celui-ci, les lacs sont approvisionnés par des chenaux dont l’alimentation est gouvernée par des seuils (Orange et al., 2002). Lors de la décrue, les lacs gardent l’eau reçue du fait des seuils et ne se déversent donc pas dans le fleuve. De plus, du fait de leur forme en cuvette, ils peuvent rester en eau jusqu’à deux ou trois ans après un seul remplissage en perdant de leur profondeur par évaporation mais en conservant l’essentiel de leur surface en eau. C’est pourquoi il suffit à ces lacs de bénéficier d’une crue satisfaisante franchissant le seuil nécessaire pour leur alimentation tous les deux ou trois ans pour conserver leur caractère de lac et de ressource en eau. Corollairement, ils sont peu affectés par la survenue d’une seule mauvaise crue isolée. Mais, inversement, ces lacs ne bénéficient pas de l’effet d’amélioration qui peut exister entre une crue « très faible » et une crue simplement « faible » car dans les deux cas, les seuils permettant leur alimentation ne sont pas franchis (c’était le cas durant toute la période 1981/93). La détermination du seuil d’intensité (hauteur) de crue nécessaire à leur remplissage peut se faire à partir de l’examen de l’historique de remplissage.

Quantités d’eau souterraine

119Les eaux souterraines existent en grande quantité au Mali. Elles sont caractérisées par un flux de renouvellement annuel de 55 milliards de m3 sur lesquels seulement 105 millions de m3 sont exploités, soit à peine 0,2 %.

120Les réserves sont classées en deux grandes catégories selon le mode de gisement des eaux : les aquifères généralisés et les aquifères fissurés qui sont généralement étroitement localisés.

121Les aquifères généralisés sont associés aux formations détritiques peu ou non consolidées et d’origine essentiellement continentale qui se sont accumulées dans les bassins sédimentaires au Secondaire et au Tertiaire. Ces aquifères sont généralement multicouches avec porosité intergranulaire et occupent un peu plus de la moitié du territoire national. Ils renferment des eaux anciennes et généralement non-renouvelables à cause de la faiblesse des précipitations et de leur profondeur souvent trop élevée qui ne permet pas leur alimentation périodique. Les débits des forages de ces aquifères sont supérieurs à 10 m3/h pour plus de la moitié des cas et peuvent parfois dépasser 50 m3/h.

122Les aquifères fissurés sont associés aux formations cristallines (le socle) ou sédimentaires anciennes du Précambrien et du Primaire. Ils sont caractérisés par des nappes semi-continues ou discontinues en fonction de la densité des réseaux de fracturation qui les affectent. On distingue les aquifères discontinus, les aquifères semi-continus qui bénéficient d’un apport élevé par la pluviométrie grâce à leur situation géographique et enfin, les aquifères superficiels.

Qualité des eaux

Qualité des eaux de surface

123D’après l’ensemble des études menées sur la qualité des eaux du Fleuve Niger (Iwaco, 1996 ; Equanis, 1997 ; Gihrex, 2000 ; Ghenis, 2001), le fleuve Niger est, comme la plupart des grands fleuves africains, encore peu touché pour l’instant par les contaminations chimiques (Picouet et al., 2002). En effet, les eaux du fleuve sont globalement et pour la majeure partie de son cours au Mali exemptes de pollution métallique, de pollution par les nitrates et l’ammonium, de pollution par les phosphates et de pollution biologique du fait du grand volume d’eau impliqué dans l’écoulement du fleuve (effet de dilution). Ce résultat est logique étant donné la faible industrialisation du bassin versant du Niger, l’utilisation minoritaire des engrais et des pesticides dans l’agriculture et surtout, le désert anthropique (la faible démographie).

124Cependant sur ce dernier aspect, un suivi hebdomadaire de la qualité des eaux de puit et de forage ainsi que des eaux de ruissellement dans la zone cotonnière (CMDT du Mali-Sud) a montré l’existence de pollutions ponctuelles importantes par des pesticides, notamment le DDT, liées principalement à des problèmes de stockage des engrais ou à un mauvais usage de ceux-ci (Bonnefoy, 1998).

125Par ailleurs, si la qualité physico-chimique des eaux du fleuve Niger reste globalement bonne – à l’exception de certains points à proximité de rejets industriels sur l’axe Bamako-Koulikoro (Palangié, 1998) –, il existe des phénomènes ponctuels de pollution bactériologique au niveau de la plupart des sites d’habitat. Dans ces lieux, la grande concentration de coliformes et de streptocoques fécaux rend l’eau de surface non potable au regard des normes de l’OMS. Or, cette eau est encore couramment employée pour la boisson ; ce qui induit des risques sanitaires importants.

  • 3 Demande biologique en oxygène, indicateur d'une pollution biologique.
  • 4 Demande chimique en oxygène, indicateur d'une pollution chimique.

126De plus, le bief Bamako-Koulikoro mérite un examen particulier eu égard à la grande concentration d’habitats et d’activités tant industrielles qu’agricoles, qui sont installées sur ses rives. Le suivi de 18 points à risques (Palangié, 1998) sur ce bief a montré, en effet, que tous les points de rejet d’eau dans le fleuve dépassent les normes de qualité OMS sur au moins trois paramètres. Les paramètres sur lesquels il est urgent d’agir en priorité sont : la DBO3, la DCO4, les matières en suspension (MES) et les métaux lourds. Cependant, toutes les teneurs en DBO, en DCO et en MES restent inférieures ou égales aux valeurs moyennes des eaux usées des pays industrialisés, à l’exception des eaux de rejet de la centrale électrique de Dar-Salam qui sont, de loin, les plus polluées. Nos mesures montrent par ailleurs qu’une part importante des charges polluantes est liée aux matières en suspension (MES) de taille supérieure à 0,7 µm. La décantation des eaux usées de Bamako dans des installations adéquates (à construire) devrait donc permettre, à elle seule, d’éliminer une part importante des polluants.

127En conclusion, l’ensemble des études s’accorde pour souligner que la qualité des eaux de surface du fleuve est encore globalement bonne sauf en certains points ou biefs particuliers, mais qu’elle est menacée : les grands projets d’industrialisation, le développement agricole dans la vallée du Niger et les rejets systématiques et sans traitement des effluents des agglomérations riveraines constituent autant de risques majeurs d’une pollution significative dans le futur.

Qualité des eaux souterraines

128Au niveau des eaux souterraines, deux problèmes de qualité peuvent être décrits, tous deux situés dans le district de Bamako : celui de la nappe superficielle de Bamako et celui des aquifères profonds sous cette même nappe (Palangié, 1998).

129Concernant la nappe phréatique (ou l’aquifère superficiel) de Bamako, on peut dire qu’elle est totalement polluée du fait de sa très faible profondeur, du grand nombre de sources ponctuelles de pollution dans le district de Bamako, de l’absence quasi complète de mesures d’atténuation, de l’importante perméabilité du sol à certain endroits (en rive droite notamment) et de l’abondance de puits non protégés et d’ouvrages d’assainissement individuel mal conçus (Zallé et Maiga, 2002) qui ouvrent des communications directes entre la surface et les eaux souterraines. Plusieurs études (Alpha et al., 1991 ; Iwaco, 1996 ; Palangié, 1998) ont caractérisé la pollution qui l’affecte : forte concentration en nitrates, en nitrites, en phosphates et en chlorures pouvant provenir de sources diverses (détergents, engrais, matières organiques en décomposition), présence éventuelle de pesticides et pollution bactériologique très élevée (coliformes et streptocoques fécaux, germes totaux) provenant soit des puits d’infiltration trop profonds ou sous-dimensionnés, soit des fosses d’aisance non étanches, soit encore de l’apport de matières fécales par des eaux de ruissellement qui coulent dans des puits généralement dépourvus de margelle. L’eau de cette nappe superficielle est donc, d’après les normes de potabilité de l’OMS, impropre à la consommation humaine. L’augmentation, constatée ces dernières années, de la pollution de cette nappe couplée à l’explosion de la population et de l’extension urbaine de Bamako laisse présager, si aucune mesure n’est prise, une aggravation rapide du problème privant la majorité de la population de sa principale ressource en eau (66 % en 1998).

130Toujours au niveau de Bamako, une menace pèse sur la qualité des eaux de l’aquifère profond (« aquifère des grès fracturés »), ce qui est d’autant plus inquiétant que cet aquifère est pressenti comme source d’eau potable exploitable par forage dans un proche avenir. Or, cet aquifère est en communication avec la nappe superficielle par l’intermédiaire de fissures et d’accidents majeurs qui restent ouverts jusqu’à une profondeur supérieure à 100 m. Jusqu’à présent, la qualité constatée des eaux de cet aquifère fracturée est très bonne, mais cet équilibre risque d’être brisé par l’exploitation par forage de la nappe profonde : l’ouverture de communications avec la surface va non seulement permettre un accès direct à la pollution (si des mesures de protection des ouvrages ne sont pas prises) mais surtout, provoquer une perte de pression qui accélérera les transferts dans le sens de la nappe superficielle vers l’aquifère profond. Si de plus, la pollution de la nappe superficielle s’aggrave, une pollution sérieuse de l’aquifère des grès fracturés devient parfaitement possible.

131Les autres aquifères du pays, superficiels ou profonds, sont a priori peu touchés par la pollution compte tenu de la qualité générale des eaux de surface. Seuls des points très particuliers, comme les nappes sous les grandes villes, peuvent faire exception ici ou là.

Stabilité géomorphologique : érosion/sédimentation/ensablement

L’érosion

132La pluviométrie, le relief, la lithologie du bassin et la qualité des sols qui en découlent sont les principaux facteurs explicatifs des taux d’érosion observés sur le Niger. Les études des variations spatiales des flux de matières en suspension réalisées par la DNH (Direction nationale de l’hydraulique du Mali) avec l’Orstom puis l’IRD depuis les années 1970 jusqu’aux années 1990 montrent que l’érosion augmente sur le bief de Koulikoro-Ké-Macina du fait du changement des conditions lithologiques (Picouet et al., 2002). La faiblesse des exportations de matière sur le bassin amont du Niger est d’ailleurs remarquable en comparaison d’autres grands bassins du globe. Notons aussi qu’à l’approche des zones de plus en plus désertiques, la vulnérabilité des sols à l’érosion éolienne augmente largement et que les flux de matières (représentés alors par des sables) s’accroissent dans le fleuve après son passage dans le delta intérieur. Ce gradient tend à montrer que le facteur d’activité humaine ou agricole qui est bien plus présent au sud (à l’amont du bassin) ne génère pas, jusqu’à présent, d’importants phénomènes d’érosion.

La sédimentation

133Compte tenu des faibles concentrations de matières solides en suspension (MES) transportés par ce fleuve, la sédimentation est globalement très faible dans la vallée du fleuve Niger. Cependant, des travaux ont montré l’existence d’un certain phénomène de sédimentation dans le delta intérieur du Niger. En effet, les bilans des pertes de flux de matières en suspension transportées par le fleuve entre les entrées (Ké-Macina et Douna) du delta et sa sortie (Diré) montrent que le delta intérieur du Niger retient annuellement entre 0,15 million de tonnes (lors des années « sèches », c’est-à-dire à faible superficie d’inondation) et 1,3 million de tonnes de sédiments (lors des années de fortes crues). En fait, les pertes en sédiments sur l’ensemble du delta représentent une fonction croissante, presque linéaire, des flux entrants de matières en suspension. Mais dans le détail, il faut souligner une différence de comportement entre le delta amont et le delta aval : s’il y a toujours accumulation de sédiments dans le delta amont, les bilans sur le delta aval sont relativement équilibrés.

134En effet, dans la partie amont, le delta est une immense plaine d’inondation classique où les nombreux méandres d’alimentation des innombrables mares et l’importante couverture végétale constituent des pièges à sédiments parfaits. Dans cette partie du delta, la quantité de matière déposée est une fonction directe de l’importance de l’hydraulicité de la crue. Cependant, il faut noter que la quantité de sédiments mise en jeu est très faible si on rapporte ces tonnages à la superficie du delta. Il n’y a donc aucun souci de comblement du delta. Par contre, ces apports de sédiments sont des apports majeurs pour maintenir la fertilité du milieu.

135Dans la partie aval du delta, après le passage de la plaine amont et des lacs centraux, les eaux sont très peu chargées et les quantités de sédiments mises en jeu sont donc faibles. La reprise des laissés de crue dans les lits mineurs et l’érosion de versant probable en début de crue, puis la remobilisation de décrue et l’érosion éolienne après la crue en début de saison sèche sont sans doute les processus majeurs du fonctionnement sédimentologique du delta aval.

136Enfin, les travaux Gihrex (projet Gestion intégrée, hydrologie, ressources et systèmes d’exploitation, Département Milieux et Environnement de l’IRD) ont montré qu’il existait une menace particulière sur le lac Debo, grand lac central du delta intérieur du Niger. En effet, à la faveur des décennies de sécheresse, le bourgou s’est très largement développé sur ses berges et a même été planté par les agriculteurs. Ces fourrages retiennent les sédiments terrigènes apportés par le fleuve et y associent d’année en année des matières organiques. Or, malgré la reprise des écoulements depuis une dizaine d’années, on s’aperçoit qu’il s’est formé un bouchon vaseux à la sortie du lac Debo. Ce bouchon représente un danger important pour l’écologie du lac, sa navigation et à terme, pour la vie du fleuve Niger (Orange et al., 2002).

« L’ensablement » du fleuve

137Le terme commun « d’ensablement » peut recouvrir différents phénomènes : l’augmentation du stock de sable, la mobilité des bancs de sable et les problèmes de perte de plages ou de déstabilisation de certaines berges qui peuvent se traduire localement par des rétrécissements du lit.

138Concernant le premier phénomène, toutes les données scientifiques montrent qu'il n'y a pas d'augmentation du stock total de sable dans le lit du fleuve, sur la partie malienne du fleuve Niger. Cependant, le second phénomène (la mobilité naturelle des bancs de sable) existe et entraîne une gêne des usagers du fleuve. Ce phénomène est très largement lié à l'absence de dragage des chenaux de navigation ; ce qui est systématiquement fait dans tous les fleuves à lit sableux.

139Quant aux problèmes de perte de plages et de déstabilisation de certaines berges, ils sont liés à l’exploitation intensive du sable du lit du fleuve à proximité des zones urbaines. Par ailleurs, une impression d’ensablement du fleuve peut naître à « l’apparition » de bancs suite à une baisse du niveau des eaux, notamment lors d’étiages très déficitaires (ex. : juin 1999).

140Enfin, dans la boucle du Niger, le transport éolien du sable provoque la disparition de zones de culture ou l’obstruction locale de chenaux et de bras alimentant des mares ou des cuvettes. Il provoque aussi l’obturation de méandres des bras secondaires du fleuve : le Koli-Koli est ainsi devenu impraticable aujourd’hui à la navigation.

141Il faut également souligner un phénomène contraire à l’ensablement et qui est lié à la seule activité de l’homme : le « désensablement » lié à l’exploitation du sable par l’homme pour les constructions. Cette activité est très largement développée près des grands centres urbains et notamment aux alentours de Bamako et de Koulikoro. Dans ce bief, les bancs de sable ont reculé d’une centaine de kilomètres en 10 ans ! Cela modifie l’écologie du fleuve en détruisant les zones de frayères du fait de la disparition de la végétation aquatique. Cela modifie aussi la forme des écoulements et, notamment, garantit moins les risques de crues éclair. L’exploitation du sable est le problème environnemental majeur de la vie du fleuve.

Fertilité des sols

142Au Mali, dans le cas général, la baisse de fertilité des sols est l’une des contraintes majeures à l’accroissement des productions agricoles. D’une façon générale, elle est davantage liée à la pression démographique et notamment à la réduction des temps de jachère qu’à l’érosion hydrique, voire éolienne. En effet, les phénomènes d’érosion, lorsqu’ils se produisent, sont souvent associés à des processus de redistribution locale de la fertilité des sols sans conséquence large.

143Dans le cas particulier du delta intérieur du Niger, la fertilité est entretenue par la combinaison « sur place » de processus naturels de l’écosystème et de processus générés par les systèmes de production traditionnels qui exploitent cette fertilité (notamment l’élevage). Toutefois, les apports sédimentaires du fleuve en provenance du bassin amont (qui sont d’un volume modéré mais non négligeable) jouent un rôle complémentaire. Rappelons ici que ces apports sont d’autant plus élevés que la crue est forte et l’inondation importante.

144Dans les grands périmètres irrigués, tels que ceux de l’Office du Niger, la fertilité des sols est non seulement affectée par une augmentation de l’alcalinité mais aussi par une baisse de leur fertilité organique et minérale (potassium) dont l’impact commence à se faire sentir, notamment dans la zone du Macina. Par ailleurs, le phénomène de salinisation des sols existe dans les périmètres, mais il a été bien étudié et on en connaît aujourd’hui les facteurs de risque, ce qui permet de mieux le contrôler. On note cependant que plusieurs facteurs de risque sont en voie d’aggravation, ce qui devrait inciter à une vigilance accrue. Ces facteurs sont :

  • l’extension des superficies cultivées et la diminution des volumes d’eau disponibles, limitant par conséquent le lessivage ;

  • le développement des cultures de contre-saison qui a pour conséquence une mise en eau permanente des canaux d’irrigation et qui contribue à la recharge et à la remontée de la nappe, phénomène favorisant la concentration des sels à la surface des sols ;

  • la multiplication des aménagements sommaires (du point de vue de la qualité du planage et du réseau de drainage).

Ressources et peuplements végétaux

Situation générale

145Au Mali, tous les observateurs s’accordent pour reconnaître que les forêts sont menacées, mais la plus grande incertitude règne sur l’ampleur réelle du recul de ces formations forestières. Il semble, en fait, que la superficie des formations ligneuses ait connu au cours des quinze dernières années une baisse annuelle assez limitée de 0,05 % (87 km2 par an, soit 1 000 km2 au total en 15 ans) qui est essentiellement attribuable à l’accroissement des surfaces cultivées ainsi qu’à la disparition de plusieurs forêts dans la région de Mopti. Ainsi donc, la déforestation serait limitée, contrairement au ressenti des villageois, et cela peut s’expliquer par le fait que le processus de reconstitution naturelle des forêts se maintient.

146D’une façon générale, on ne constate pas d’effet majeur de la sécheresse, en termes de présence ou de disparition d’espèces, sur la biodiversité de la flore au Mali. Mais s’il n’y a pas disparition d’espèces, il y a raréfaction de certaines d’entre elles.

Peuplements végétaux du delta intérieur du Niger

147L’inventaire réalisé par les chercheurs du CIPEA fait ressortir dans cette zone une liste de 189 espèces avec 137 espèces herbacées pour le delta et 52 espèces ligneuses. Comparée au Gourma voisin qui compte 350 espèces, c’est une flore relativement pauvre à l’instar de celle de la majorité des plaines inondables. Cette pauvreté de la flore du delta contraste toutefois avec une forte production saisonnière de biomasse qui est 15 à 20 fois plus élevée que celle des zones sahéliennes avoisinantes.

Les forêts du delta

148Selon le Projet inventaire des ressources ligneuses (Pirl), les formations forestières couvrent, pour l’ensemble de la région de Mopti, 4,5 millions d’hectares tandis que les cultures et les jeunes jachères s’étendent sur 1,8 million d’hectares. Il s’agit essentiellement de savanes arbustives, rarement arborées, ainsi que de palmeraies diverses. Des fourrés dominés par diverses espèces s’observent également.

149Le delta intérieur et les plaines du Farimaké au nord-ouest regroupent trois familles de formations forestières d’importance très inégale (situation du début des années 1980) :

  • des forêts inondées à Acacia kirkii supportant une lame d’eau de 4 m. Occupant une superficie de 5 000 ha, elles jouent un rôle fondamental dans la reproduction des oiseaux d’eau ;

  • des forêts à Acacia nilotica et à seyal, inondées surtout par ruissellement mais pouvant l’être secondairement par la crue : la hauteur de la lame d’eau ne dépassant pas 0,6 m. Elles occupaient 115 000 ha ;

  • les forêts sèches des bordures et des buttes du delta qui occupaient 425 000 ha.

150À ces formations forestières s’ajoutent, dans le sud de la zone, des formations de type parc arboré composées notamment de Faidherbia albida, arbre que l’on retrouve également sur les replats sablonneux des savanes à Andropogon gayanus ainsi qu’en périphérie des casiers rizicoles.

151Depuis cette période, aucune étude générale ne fait le point sur l’évolution générale de la végétation du delta intérieur, ni sur celle des forêts en particulier. Les observateurs s’accordent pour reconnaître le fait que les forêts sont fortement menacées depuis une trentaine d’années sous les effets conjugués de la sécheresse, de la faiblesse des crues à partir de la fin des années 1970 et de la croissance de la population qui augmente la pression anthropique sur les ressources. On peut également avancer que cette tendance a été aggravée par la destruction des règles communes de gestion qui étaient observées par les communautés locales d’éleveurs, de pêcheurs et d’agriculteurs, cette destruction étant imputable, pour une grande part, aux lois foncières et au dysfonctionnement des administrations en charge des forêts avant 1991 (Marie, 1989 ; Moorehead, 1997).

152En ce qui concerne les formations forestières de la région de Mopti, la production annuelle potentielle de bois énergie (quantité exportable annuellement sans entamer le capital forestier) était estimée à 1,8 million de tonnes selon le Pirl. Quant au stock de bois énergie, il a été estimé à 40 millions de m3 pour l’ensemble de la région de Mopti, dont 3,5 millions de bois mort.

153Sur la base des travaux du Pirl (1988), le projet Stratégie énergie domestique (SED) a recalculé les productions annuelles ainsi que les superficies occupées par les différentes formations forestières du delta (tableau 15).

154Il apparaît que le stock de bois mort « sur pied » est relativement abondant, surtout au nord du delta. Il assurerait plus de 70 % de l’approvisionnement en bois de feu des populations de la vallée du fleuve.

Tableau 15 – Potentiel ligneux de cinq cercles du delta intérieur du Niger

Tableau 15 – Potentiel ligneux de cinq cercles du delta intérieur du Niger

Note *1m= 2,3 stères et 1 stère = 330 kg
Source : Projet SED, 1999

Les formations herbacées du delta

155La majorité des formations végétales du delta intérieur sont des formations herbacées constituées de savanes herbeuses et de prairies aquatiques qui fournissent des pâturages d’une exceptionnelle richesse. On distingue :

  • les bourgoutières, pâturages de graminées à tige flottante. Celles-ci se développent sur des plaines recevant 4 à 5 m d’eau par an, mais elles ne survivent à la submersion profonde que si la montée des eaux se fait progressivement. Ce sont les parcours les plus productifs du delta avec des productions moyennes de 20 t/ha. Elles occupent environ 160 000 ha ;

  • les vétiveraies qui occupent environ 30 % du delta (640 000 ha). Leur production moyenne varie de 10 à 12 t/ha selon leur écologie ;

  • les rizières sauvages sont aussi bien représentées : elles couvrent 15,4 % du delta (environ 340 000 ha). Leur production se situe entre 6 et 8 t/ha ;

  • les eragrostaies qui occupent 190 000 ha. Leur valeur pastorale oscille entre 5 et 8 t/ha ;

  • et les formations très faiblement inondées (andropogonaie, panicaie…) qui occupent 200 000 ha environ. Leurs productivités moyennes se situent autour de 5 t/ha.

156On dispose de peu d’informations, faute d’études diachroniques, sur l’évolution des formations végétales herbacées du delta intérieur en relation avec la faiblesse des crues des années 1980-1990. Mais on a montré que les formations inondées du delta intérieur sont en équilibre écologique avec une hauteur moyenne des crues de 6,60 m à Mopti.

157À partir de cette situation de référence, il faut faire une différence entre une évolution conjoncturelle liée à une dégradation passagère des crues et qui se traduit par une évolution réversible (les formations végétales retrouvant leur équilibre antérieur avec le retour des bonnes crues) et une évolution irréversible de l’environnement qui se traduirait par l’installation d’un nouvel équilibre crue/formations végétales adapté à des crues inférieures à 6,60 m.

158Concernant la première hypothèse, c’est-à-dire une faiblesse temporaire des crues, une étude (Hiernaux et Diarra, 1986) réalisée après la très mauvaise crue de 1984, la plus faible du siècle, met en évidence les points suivants :

  • les formations profondes (bourgoutières, vétiveraies profondes…) sont peu affectées par la faiblesse de la crue de même que les formations les plus hautes (panicaies, andropogonaies…) qui dépendent davantage de la pluie que de la crue ;

  • les formations intermédiaires (orizaies, eragrostaies, vétiveraies hautes…) sont, au contraire, très affectées dans leur production et dans leur structure, l’espèce dominante étant décimée et remplacée par un peuplement très irrégulier dominé par des espèces annuelles sahéliennes.

159Il semblerait donc que les formations profondes du delta présentent, comme les formations les moins inondées, une certaine résilience aux aléas hydrologiques. Leur production, qui reste non nulle lorsqu’elles ne sont pas atteintes par la crue, tamponne partiellement les aléas hydrologiques, ceci n’étant valable que dans une hypothèse de crise passagère n’entraînant pas de modification irréversible de l’écosystème.

160Quant à la seconde hypothèse supposant un changement durable de l’hydrologie se traduisant par une perte définitive de hauteur d’eau, on peut se demander quelles en seraient les conséquences. Pour cela, une simulation a été effectuée, la valeur retenue pour la baisse moyenne du niveau de la crue étant de -1 m par rapport à l’équilibre antérieur (crue-climax à 5,60 m au lieu de 6,60 m : une telle hypothèse peut correspondre aussi bien à un changement climatique qu’à la création d’un nouvel aménagement important sur le fleuve en amont).

161Il ressort de cette simulation les indications suivantes :

  • les formations sèches du delta, situées sur les bordures et sur les buttes exondées, tripleraient pratiquement leur surface pour atteindre plus de 900 000 ha ;

  • les formations inondées profondes, situées dans des tranches d’eau comprises entre 150 cm et 400 cm, subiraient une forte réduction. En particulier, les formations situées entre 150 cm et 280 cm occuperaient une surface d’environ dix fois moindre qu’actuellement.

162Par ailleurs, les formations les plus profondes, celles situées dans une tranche d’eau comprise entre 280 cm et 400 cm, pourraient disparaître au profit de formations moins profondes. Outre la perte de production fourragère (ces formations fournissent respectivement 20 000 kg et 15 000 kg de MS à l’hectare, soit largement plus que la moyenne du delta qui se situe aux alentours de 6 000 kg), il en résulterait également une forte diminution de la biodiversité avec une disparition des forêts à Acacia kirkii, lieu de reproduction de nombreuses espèces d’oiseaux migrateurs paléarctiques.

163Les conséquences sur la production fourragère seraient importantes puisque la production fourragère ne serait plus que de 6 à 7 millions de tonnes par an au lieu des 15 millions de tonnes correspondant à une crue de 6,60 m. La réduction de la production et des capacités de charge serait de l’ordre de 55 à 60 %. Au lieu de pouvoir accueillir 1,5 million de têtes chaque année, le delta ne pourrait plus en nourrir que 600 à 700 000. La perte ne serait pas seulement quantitative mais également qualitative, liée à la très forte réduction des « bourgoutières », les meilleurs pâturages du delta. On peut penser dans ces conditions que l’organisation de l’élevage, telle qu’elle existe encore actuellement, ne résisterait pas à ce changement.

Le cas de la jacinthe d’eau

164La jacinthe d'eau, apparue au Mali en 1990 autour de Bamako, est potentiellement présente sur tout le cours du fleuve Niger en amont du delta intérieur. En réalité, elle n’est présente en masse que dans certaines zones bien précises, dans les canaux d’irrigation et dans certains bras du fleuve au niveau des villes, c’est-à-dire là où l’eau est « polluée » ou du moins très riche en substances nutritives. Elle y constitue une nuisance qui peut être localement très importante, notamment par rapport au fonctionnement des prises d’eau des ouvrages. Il existe cependant des méthodes de lutte par procédé biologique ou par procédé mécanique, cette dernière voie étant celle actuellement utilisée à l’Office du Niger.

Ressources et peuplements en poissons

165D’un point de vue biogéographique, l’ichtyofaune du fleuve Niger appartient à la province ichtyologique nilo-soudanienne (Lévêque et Paugy, 1999). Celle-ci, bien que très vaste et formée de trois grands bassins (Nil, Tchad, Niger) et divers autres petits bassins (Sénégal, Volta et autres), a gardé une composition faunistique remarquablement homogène du fait des contacts qui sont restés ou restent encore maintenus entre ces bassins. La grande taille de cette province biogéographique explique sa richesse en espèces de poissons et, en particulier, la richesse du fleuve Niger. Le nombre d’espèces peuplant la région du Niger supérieur et du delta intérieur du Niger est en effet de 130 à 140 selon Daget (Daget, 1954).

166Cependant, une moitié d’entre elles est peu connue ou du moins très rarement capturée par les engins de pêche, notamment du fait de sa petite taille. En fait, ces espèces n’entrent dans la composition des captures qu’à titre accessoire et accidentel et non en tant qu’espèces ciblées. Il est clair que, concernant de telles espèces qui ne font pas vraiment partie de la ressource halieutique, il serait vain de tenter de caractériser une quelconque situation et plus encore d’essayer de dégager des tendances évolutives. Seules des missions de chercheurs spécialisés en systématique, travaillant par empoisonnement de petites portions du fleuve ou de ses bras, sont en mesure de fournir des informations sur la présence de ces espèces et cela ne peut se faire, évidemment, que de façon très ponctuelle.

167Par conséquent, les informations présentées concernent les espèces qui sont (ou qui étaient) rencontrées dans les captures de la pêche, c’est-à-dire un nombre limité à une soixantaine d’espèces. On ne peut donc répondre de façon absolue et sans aucun biais à la question « y a-t-il perte de biodiversité ? ». Par contre, il est possible de dire si, parmi les espèces mentionnées comme pêchées il y a trente ans ou soixante ans, certaines se sont raréfiées dans les captures, voire même n’apparaissent plus du tout.

168L’examen des séries disponibles sur les poissons du fleuve Niger au niveau du delta et du Mali montre, en effet, que la ressource halieutique présente aujourd’hui un aspect un peu différent dans sa structure spécifique de celle qu’elle avait dans les années 1950 et même à la fin des années 1960 (Quensière et al., 1994 ; Wetlands, 1999). Très peu d’espèces ont disparu (et sans doute de façon seulement locale), mais un certain nombre de celles-ci se sont considérablement raréfiées tandis que la part relative à d’autres espèces a augmenté. De façon plus précise, on s’aperçoit que les un ou deux cas de disparition ou de quasi-disparition d’espèces dans la région du delta (Epsetus odoë et peut être Arius gigas) sont intervenus de façon ancienne, entre le début du xxe siècle et les années 1960. Cependant, quatre autres espèces ou groupes d’espèces (Gymnarchus niloticus, Parachana obscura, Heterotis niloticus et trois espèces du genre Polypterus) ont fortement diminué depuis les années 1960, de façon liée, semble-t-il, à la raréfaction de certains types de milieux (les ceintures palustres de hautes graminées sauvages autour de pièces d’eau permanentes). Par contre, d’autres espèces appartenant notamment aux genres Clarias et Chrysichthys ont vu leurs captures augmenter. En volume, les poissons de la famille des Cichlidae (les tilapias au sens large) dominent aujourd’hui les captures au côté des genres Clarias et Labeo. Le « capitaine » Lates niloticus est bien présent mais en abondance limitée.

169Par ailleurs, la structure démographique des populations s’est également modifiée. Toutes les populations exploitées ont acquis une structure « rajeunie », caractérisée par une dominance d’individus jeunes (les trois quart des poissons capturés sont des individus « 0+ », c’est-à-dire dans leur première année de vie) et de taille assez faible (Laë, 1995), alors que les gros individus (de plus de 3 ans, de plus de 50 cm) sont devenus très rares dans la plu-part des zones du fleuve et en particulier dans le delta intérieur. Mais, là où la pression d’exploitation est restée plus faible (comme sur les cours d’eau du haut bassin), on trouve encore des poissons de grande taille.

170Si les changements de composition spécifique semblent surtout liés à la perte de certains types de milieux naturels, on pense que les changements de structure démographique sont une conséquence directe de la pression de pêche.

171Toutefois, on constate que, pour l’instant, ces différents changements structurels n’affectent en rien la ressource du point de vue de sa productivité, c’est-à-dire de son aptitude à produire annuellement de la biomasse prélevable : la production halieutique (en tonnes par an) avait, certes, beaucoup baissé lors de la période de grande sécheresse (1973-93) mais elle est remontée depuis le retour de crues moyennes ou bonnes et elle reste toujours proportionnelle, chaque année, à la puissance de la crue et à l’ampleur de l’inondation (cf. fig. 8 et 9, « La pêche » p. 52 et suiv.). Il existe d’ailleurs des relations statistiques permettant de prédire la production d’une campagne de pêche dans le delta à partir de la surface inondée ou bien à partir du débit du fleuve sur une station amont. Laë (1992b) établit ainsi une relation entre les captures et un indice d’inondation calculé sur les deux crues précédentes (respectivement n et n-1) :

172Captures annuelles de juilletn à juinn+1 =

173780,95 (Indice inond)n+ 770,71 (Indice inond)n-1 + 32 304

174Quant aux « baisses de ressource » régulièrement annoncées, elles ne sont que des phénomènes provisoires liés à la survenue d’une crue particulièrement mauvaise et généralement démentis dès l’année suivante. Ou bien elles relèvent d’artefacts liés à la méthode d’appréciation comme, par exemple, l’excès de focalisation sur les captures réalisées par unité d’effort (indice de type ratio qui baisse évidemment lorsque l’effort de pêche augmente, ce qui est le cas).

175Toutefois, il existe un certain nombre de « dommages » liés aux évolutions récentes décrites :

  • on peut regretter sur le plan éthique la perte ou la raréfaction de certaines espèces qui représentaient souvent des types bio-écologiques originaux ;

  • on peut diagnostiquer de façon certaine une perte économique liée, d’une part, à l’excès de moyens consacrés à l’effort de pêche pour capturer une quantité annuelle de poisson (qui est étroitement dépendante de l’ampleur de la crue/inondation et qui n’est donc pas extensible) et, d’autre part, à la baisse des tailles moyennes de poisson capturé, donc de leur valeur spécifique par kg.

176Enfin, il faut rappeler que la poursuite du « bon fonctionnement productif » de la ressource poisson est étroitement conditionnée au maintien de l’écosystème fleuve-plaine en bon état de santé et, en particulier, au maintien d’une ample inondation annuelle des plaines.

Ressources et peuplements en faune sauvage

177L’examen de cette composante est particulièrement intéressant pour le delta intérieur du Niger qui est une grande zone présentant des milieux naturels aquatiques et palustres originaux et riches. Car pour le reste de la vallée du fleuve au Mali, il y a moins à dire. La faune (en dehors des poissons) ne s’y distingue pas sensiblement de la faune soudano-sahélienne environnante. Or, cette faune est relativement pauvre car mise à mal par l’anthropisation croissante (agriculture, défrichage, chasse) et par le dernier grand épisode de sécheresse.

178Le delta intérieur du Niger renferme une grande variété d’habitats aquatiques (marécages, lacs, mares, plaines et forêts inondables) qui hébergent, toute l’année ou de façon saisonnière, des colonies de poissons, de reptiles, de mammifères et d’oiseaux aquatiques qui trouvent ici des conditions favorables à leur reproduction et à leur nourrissage. Si le delta intérieur du Niger partage ce rôle avec plusieurs autres zones humides en Afrique soudanosahélienne, notamment avec le delta du Sénégal (Djoudj), la plaine de Hadéjia-Nguru au Nigeria, l’ensemble des plaines inondables dépendant du lac Tchad, du Logone et du Chari et les marais du Sudd au Soudan, il est, en Afrique de l’Ouest, la plus grande de ces zones humides. Seuls, les marais de l’Okavango au Botswana pour l’Afrique australe et les marais du Sudd au Soudan peuvent lui être comparés.

179Toutefois, la biodiversité du delta est loin d’être intacte. En effet, depuis une trentaine d’années, la dégradation du régime hydrologique conjuguée à l’augmentation de la pression anthropique a entraîné une pression accrue sur le milieu naturel avec des conséquences sur la grande faune sauvage.

180On a observé, notamment, une disparition des grands carnivores qui fréquentaient certaines parties hautes du delta ainsi que ses marges (cas de la panthère et du lion, ce dernier étant peut être encore présent en petit nombre dans la région voisine du Gourma) et également une forte raréfaction des grands reptiles (crocodiles du Nil, pythons, varans) et des grands mammifères herbivores (lamantins et hippopotames, ces derniers étant toutefois moins touchés).

181Mais pour les oiseaux d’eau, le delta intérieur du Niger reste d’une importance primordiale en Afrique de l’Ouest, tant pour la nidification que le repos migratoire ou l’hivernage. Il s’agit soit d’oiseaux afro-tropicaux, soit d’espèces paléoarctiques. Cependant, la distribution de ces oiseaux d’eau varie durant l’année, selon les saisons et d’une année sur l’autre, selon l’importance de la crue.

182On ne peut tirer, à partir des observations effectuées par différents projets, un tableau univoque des évolutions en cours dans le delta. On peut cependant esquisser des tendances dont certaines pourraient se révéler inquiétantes. Alors que 125 espèces d’oiseaux d’eau fréquentaient le delta au début des années 1980, le projet « Wetlands » n’en signale plus que 103 à la fin des années 1990. Les oiseaux de grandes tailles (héron goliath, jabiru, cigogne blanche, grue couronnée) semblent particulièrement touchés par la baisse de leur présence ou de leurs effectifs. Pour les espèces de petite taille, les évolutions sont plus contrastées : les populations d’ibis falcinelle, par exemple, auraient régressé de 50 % sur ces vingt dernières années. Par contre, d’autres espèces se sont bien maintenues, leurs effectifs restant stables.

183Il semble que le maintien de grandes colonies d’oiseaux d’eau soit lié à l’intégrité des forêts d’Acacia kirkii inondées, fortement menacées par la baisse de l’hydrologie et par les défrichements durant les années 1980/90. Le retour de meilleures crues après 1994 ainsi que des mesures de protection efficaces (forêt de Dentaka et d’Akkagoun) pourraient avoir inversé cette tendance.

Tableau 16 – Populations reproductrices (nombre de couple nicheurs) des espèces d’oiseaux d’eau nicheurs des forêts inondées du delta

Tableau 16 – Populations reproductrices (nombre de couple nicheurs) des espèces d’oiseaux d’eau nicheurs des forêts inondées du delta

Note* Moyenne annuelle d’après observations sur 2 ans
Source : Wimenga et al., 2002

184Les oiseaux jouent un rôle écologique et économique important dans le fonctionnement de l’écosystème du delta et dans sa productivité. Ils participent à la protection des cultures par la consommation de criquets, sauteriaux et autres insectes. Une relation a pu être établie entre la production de riz, les attaques de criquets et l’abondance des oiseaux.

185Pendant les bonnes années, le nombre d’oiseaux est élevé car la niche écologique est plus grande et la nourriture plus abondante. Ces oiseaux peuvent alors constituer une source de protéines d’appoint pour les populations (chaque année, des milliers d’oiseaux, surtout des sarcelles, sont capturés et vendus dans différents marchés). Enfin, l’avifaune aquatique fait partie de l’image attractive du delta qui fait de cette région, avec le pays Dogon, la première région touristique du Mali.

186Le delta intérieur du Niger, comme les autres grandes zones humides d’Afrique, fait l’objet depuis 1975 de la convention internationale de Ramsar (Iran). Cette convention définit et organise les modalités de protection de ces espaces naturels.

Conclusion sur l’état de santé du fleuve Niger et de ses écosystèmes

187Cela fait bien longtemps que le fleuve Niger et sa vallée n’abritent plus des écosystèmes « vierges » ni même des écosystèmes préservés de l’anthropisation et de ses effets. De nombreux facteurs (climatiques, anthropiques) sont intervenus au cours du dernier siècle et ont appauvri la richesse (la biodiversité) des écosystèmes associés au fleuve. Il en résulte que ni le fleuve Niger dans son ensemble, ni le delta en particulier ne peuvent aujourd’hui être considérés comme de grandes zones de nature sauvage. Par ailleurs, des phénomènes de pollution localisés sont apparus ici ou là et peuvent constituer des menaces pour l’avenir.

188Cependant, malgré ces évolutions, les mécanismes écologiques de base de la productivité du fleuve et de ses écosystèmes, exprimés en termes de capacité à générer une biomasse de qualité sans apports d’intrants, sont intacts et sont toujours aussi remarquables par leurs performances quantitatives – en comparaison de celles d’autres milieux naturels en Afrique et dans le monde. Et ces mécanismes s’activent sans difficulté dès que l’eau arrive en quantité suffisante.

CADRE INSTITUTIONNEL ET INSTRUMENTS DE GESTION EXISTANTS

189Les sociétés qui peuplent la vallée du fleuve Niger ont depuis longtemps instauré des règles communautaires ou coutumières pour gérer l’utilisation de l’espace et de ses ressources. En particulier, un code pastoral définissant des territoires pastoraux (leydii) gérés par des clans peuls fut formalisé au xixe siècle par l’Empire Peul du Macina. Les ressources halieutiques ont également fait l’objet, depuis longtemps, de règles d’usage appliquées sous le contrôle de « maîtres d’eau ». Ces systèmes traditionnels de règles de gestion ont été étudiés et décrits par de nombreux auteurs à la suite de

190A.H. Bâ et J. Daget (1955) et Gallais (1967). Les changements politiques, économiques et environnementaux de la deuxième moitié du xxe siècle ont considérablement affecté et déstabilisé le bon fonctionnement de ces systèmes qui restent cependant très ancrés dans les esprits et les comportements.

191Le présent chapitre traite des institutions et des codes « modernes » issus d’abord des efforts accomplis au début de l’Indépendance pour remplacer ces systèmes traditionnels, puis des réformes récentes de la décentralisation qui tentent maintenant de concilier les règles modernes de gestion et les pouvoirs traditionnels locaux.

192Les réformes institutionnelles que connaît le Mali depuis 1991 sont actuellement complétées par une nouvelle approche de la gestion des ressources en eau qui ne peut se comprendre que dans un cadre international compte tenu du caractère transfrontalier du bassin du Niger.

Le cadre international

La Gire ou « vision partagée »

193Un ensemble d’initiatives internationales sur la gestion et la gouvernance de l’eau apparu à la conférence de Paris en 1998 et réaffirmé au « Sommet de la terre » (Johannesburg -2002) oriente les politiques de l’eau au plan national et régional.

194Cette nouvelle politique de l’eau, la Gire (Gestion intégrée des ressources en eau) se définit comme un processus qui favorise le développement et la gestion coordonnés de l’eau, des terres et des ressources connexes, en vue de maximiser de manière équitable le bien être économique et social en résultant, sans pour autant compromettre la pérennité d’écosystèmes vitaux.

195La Gire, qui se définit comme une « vision partagée », pose le principe qu’une bonne gouvernance de l’eau ne peut être qu’une gestion intégrée à l’échelle des bassins versants. En accord avec les États membres, les instances internationales et les bailleurs de fonds ont mis l’accent sur les grands bassins fluviaux transfrontaliers. Parmi ces grands bassins figurent en Asie le Mékong, en Afrique les bassins des lacs Tchad et Victoria, les bassins des fleuves Orange et Volta et le bassin du fleuve Niger. Dans ce contexte, l’application de la Gire – qui est devenue la politique officielle de la République du Mali – entraîne de profondes réformes juridiques et institutionnelles. Elles devraient permettre de faire passer la gestion de l’eau, qui était jusque là une gestion sectorielle et technique, à une gestion intégrée opérant par bassin et sous-bassin.

196La mise en œuvre de la Gire au Mali s’appuie sur les changements très importants survenus ces dernières années dans la législation consacrée à l’eau, dans le périmètre des structures responsables de la gouvernance de l’eau ainsi que dans les relations qu’elles entretiennent entre elles et avec les acteurs de la société civile.

Une institution internationale : l’Autorité du Bassin du Niger (ABN)

197La principale institution internationale est l'Autorité du Bassin du Niger (ABN). Composée de neuf États riverains du fleuve (Cameroun, Côte d'Ivoire, Bénin, Guinée, Burkina Faso, Mali, Niger, Nigeria, Tchad), elle a été instituée par la convention du 21 novembre 1980 signée à Faranah (République de Guinée). À partir de son siège à Niamey, elle a pour but de promouvoir la coopération entre les pays membres et d'assurer le développement intégré du Bassin du Niger dans les domaines de l'énergie, de l'hydraulique, de l'agriculture, de l'élevage, de la pêche et de la pisciculture, de la sylviculture et de l'exploitation forestière, des transports et communications et de l'industrie.

198Les objectifs de l’ABN sont les suivants :

  • harmoniser et coordonner les politiques nationales de mise en valeur des ressources en eau du bassin du Niger ;

  • promouvoir et participer à la planification du développement par l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de développement intégré du bassin ;

  • promouvoir et participer à la conception et à l’exploitation des ouvrages et des projets d’intérêt commun ;

  • assurer le contrôle et la réglementation de toute forme de navigation sur le fleuve, ses affluents et sous-affluents ;

  • participer à la formulation des demandes d’assistance et à la mobilisation des financements des études et travaux nécessaires à la mise en valeur des ressources du bassin.

199L'ABN s'informe de façon permanente des plans de développement des États. Les États, de leur côté, doivent tenir informé l'organe d'exécution de l'ABN (secrétariat exécutif) de tous les projets et travaux qu'ils se proposeraient d'entreprendre dans le bassin, en particulier des aménagements susceptibles de modifier le disponible en eau. Ils s'abstiennent d'exécuter sur la portion du fleuve (ou de ses affluents et sous-affluents) relevant de leur juridiction territoriale, tous travaux susceptibles de polluer les eaux ou de modifier négativement les caractéristiques biologiques de la faune et de la flore.

Le cadre légal et institutionnel au Mali

Les codes

Le Code domanial et foncier

200Dans le domaine de l’eau, le code domanial et foncier différencie :

  • le domaine public naturel qui comprend notamment les cours d’eau navigables ou flottables et leurs rives (zone de passage de 25 m), les sources et cours d’eau non navigables ni flottables, les lacs et étangs… ;

  • le domaine public immobilier artificiel comprenant les ports fluviaux, les canaux de navigation, les canaux d’irrigation ou de drainage, les aqueducs, les dépendances de ces ouvrages lorsqu’ils sont exécutés dans un but d’utilité publique.

Le Code de l’eau par la loi n° 2-006 du 31 janvier 2002

201La loi n° 2-006 du 31 janvier 2002 fixe les règles d’utilisation, de conservation, de protection et de gestion des ressources en eau. Elle s’applique à toutes les eaux dépendant du domaine hydraulique, c’est-à-dire du domaine public hydraulique de l’Etat et du domaine public hydraulique des collectivités territoriales, réglementé par le code domanial et foncier. La gestion globale, durable et équitable de la ressource en eau ainsi que sa protection est assurée par l’État qui peut transférer une partie des ressources hydrauliques aux collectivités décentralisées. Un schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux, établi pour vingt ans par le ministère chargé de l’eau, fixe les objectifs d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau et des écosystèmes aquatiques. Ce code jette les bases d’une nouvelle réglementation du secteur de l’eau et légitime les structures en charge de la gestion des ressources en eau. Il préconise la mise en place d’un fonds de développement du service public de l’eau et crée un conseil national, des conseils régionaux et locaux, des comités de bassins chargés d’émettre des avis et de faire des propositions sur la gestion des ressources en eau et sur les projets d’aménagement. Chacun à son échelle, conseil ou comité, a un rôle consultatif sur la gestion des ressources, les projets d’aménagement, les éventuels conflits d’usage d’eau, etc.

La Charte pastorale codifiée par la loi n° 004 du 27 février 2001

202La Charte pastorale définit les principes fondamentaux régissant l’exercice des activités pastorales et organise la gestion de l’espace pastoral. Elle définit les droits essentiels des pasteurs en matière de mobilité des animaux et d’accès aux ressources pastorales ainsi que leurs obligations (principalement, en fait, de préservation de l’environnement et des biens d’autrui). Les espaces pastoraux constitués par les pâturages herbacés et aériens, les bourgoutières communautaires, les terres salées, les points d’eau et les gîtes d’étape relèvent des domaines de l’État et des collectivités territoriales. L’accès y est ouvert conformément à la réglementation fixant les délais et les modalités de passage d’animaux et conformément aux coutumes et aux droits d’usage locaux. La gestion des ressources pastorales relève des collectivités territoriales sur leur territoire qui gèrent, par conséquent, les pistes pastorales et peuvent réglementer l’accès aux ressources et faire payer des redevances aux pasteurs pour leur utilisation.

Le Code des collectivités territoriales (1995) et les textes connexes

203Le Code des collectivités territoriales reconnaît aux collectivités la personnalité morale, l'autonomie financière et la compétence pour régler, par leurs délibérations, leurs affaires respectives en matière de protection de l'environnement et de gestion domaniale et foncière. Les collectivités territoriales peuvent notamment créer et gérer des équipements collectifs en matière d'hydraulique rurale ou urbaine et organiser des activités rurales et des productions agro-sylvopastorales. Si le domaine d'une collectivité se compose d'un domaine public et d'un domaine privé, l'État peut, pour des raisons d'intérêt général, transférer la gestion d'une partie de son domaine public naturel ou artificiel à cette collectivité décentralisée, à charge alors pour elle d'en assurer la conservation.

La loi n° 96-050 sur les principes de constitution et de gestion du domaine des Collectivités territoriales

204Le domaine public naturel des collectivités territoriales comprend toutes les dépendances du domaine public de l'État situées sur leur territoire et dont l'État a transféré la conservation et la gestion : les cours d'eau, les mares, lacs et étangs, les périmètres de protection, les sites naturels déclarés domaine public par la loi.

205Le domaine public artificiel comprend les aménagements et les ouvrages réalisés pour des raisons d'intérêt régional, de cercle ou communal.

206Les collectivités territoriales sont responsables de la gestion, de l’aménagement, de la conservation et de la sauvegarde de l’équilibre écologique de leur domaine. Elles élaborent un schéma d’aménagement du territoire qui, revu et corrigé périodiquement en tenant compte du schéma national, précisera le domaine agricole, pastoral, piscicole, faunique, minier et de l’habitat.

207Le domaine pastoral comprend : les zones de pâturage, les jachères de plus de 10 ans, les parcours pastoraux et les points d’eau. Les organes compétents des collectivités réglementent l’organisation des activités pastorales en collaboration avec les organisations professionnelles et les services techniques et fixent les taux des redevances perçues pour les autorisations d’accès aux pâturages après consultation de la Chambre régionale d’agriculture.

208Le domaine piscicole comprend les aménagements hydrauliques et piscicoles que les collectivités réalisent sur leur territoire et les eaux publiques qui leur sont concédées par l’État. Là encore, les organisations professionnelles sont consultées et une redevance est perçue pour les autorisations de pêche.

Les institutions politiques, administratives et associatives

209Le ministère des Mines et de l’Eau est l’institution principale pour la gestion du fleuve au Mali. Il exerce une tutelle statutaire et de principe sur tout le secteur de l’eau dont il a la charge institutionnelle à travers, principalement, la Direction nationale de l’hydraulique (DNH). La DNH est chargée de faire l’inventaire et d’évaluer au plan national les ressources hydrauliques. Elle évalue tous les projets qui touchent à l’eau et en assure la maîtrise d’œuvre directe (par exemple le projet Gestion hydroécologique du Niger supérieur, Ghenis).

210Les Directions régionales et sous-régionales de l’hydraulique et de l’eau (DRHE) sont des services déconcentrés sous la coordination et le contrôle de la DNH. Elles ont un rôle d’appui et de conseil auprès des collectivités territoriales en cumulant les fonctions de gestion, de maîtrise d’ouvrage et de contrôle.

Note *DNAER : Direction nationale de l’aménagement et de l’équipement rural
Note **DNAMR : Direction nationale de l’appui au monde rural
Note ***AGETIER : Agence d'exécution des travaux d'infrastructures et d'équipements ruraux
Note ****AGETIP : Agence pour l'exécution de travaux d'intérêt public contre le sous-emploi
Figure 10. Schéma institutionnel d’intervention dans le secteur de l’eau

211Le ministère des Mines et de l’Eau abrite également des comités consultatifs. Ces comités de bassins ou de sous-bassins ont pour mission de garantir une gestion concertée des ressources à l’échelle du bassin et du sous-bassin. À cet effet, ils peuvent formuler des propositions relatives à la gestion des ressources hydrographiques et des systèmes aquifères. Ils peuvent aussi proposer la révision du plan d’aménagement et de gestion des eaux des bassins et sous-bassins hydrographiques ou des systèmes aquifères.

212Le Comité du bassin du Niger supérieur couvre, par exemple, les régions de Sikasso, de Koulikoro, de Ségou et de Mopti. Il est composé des usagers, de l’administration et des collectivités territoriales. Il est chargé de donner un avis sur l’exploitation des ressources en eau du bassin. Le comité a, officiellement, une large compétence consultative, mais elle est en réalité, pour l’instant, peu respectée.

213Par contre, la Commission de gestion des eaux de Sélingué notamment chargée de la gestion de la retenue, est fonctionnelle. Présidée par la DNH, elle est obligatoirement consultée et se réunit une fois par mois. Elle a pour attributions :

  • d’examiner les différents programmes de gestion de l’eau élaborés par les structures nationales bénéficiaires des eaux de la retenue et de veiller à leur adéquation ;

  • d’arrêter les programmes de gestion des eaux de la retenue (remplissage et déstockage) ;

  • d’informer les décideurs de l’incidence de la gestion des eaux de la retenue sur tous les aspects techniques des activités liées au barrage (production électrique, migration, pêche, santé, industrie, tourisme, environnement) ;

  • de s’assurer de la bonne tenue de l’ouvrage.

214Le ministère de l’Environnement exerce ses activités notamment à travers l’Agence du bassin du fleuve Niger (ABFN) créée par ordonnance en 2002. La mission de l’Agence est de sauvegarder le fleuve Niger, ses affluents et leurs bassins versants et notamment de :

  • renforcer les capacités de gestion des ressources du fleuve, de ses affluents et de leurs bassins versants ;

  • promouvoir l’amélioration et la rationalisation de la gestion des ressources en eau pour les différents usagers ;

  • contribuer à la prévention des risques naturels, à la lutte contre les pollutions et les nuisances et au maintien de la navigation ;

  • entretenir des relations de coopération avec les organismes techniques similaires des pays riverains concernés ;

  • concevoir et gérer un mécanisme financier de perception de redevances auprès des organismes préleveurs et pollueurs d’eau et d’utilisation de ces redevances.

215D’autres ministères interviennent dans le secteur de l’eau :

  • le ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche qui s’occupe de l’aménagement hydroagricole et de la pêche et qui est également intéressé par la qualité de l’eau ;

  • le ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales qui a en charge, entre autres, la mise en œuvre des aides d’urgence ou des secours en relation avec les ministères chargés des affaires étrangères et de la protection civile (catastrophes naturelles, inondations). Trois types de collectivités territoriales peuvent avoir compétence dans le domaine de la politique de l’eau :

    • le conseil communal : il est maître d'ouvrage responsable de la politique de l'eau et de l'assainissement au niveau local. Il est doté de conseils pour les différents secteurs (pêche, élevage...) ;

    • le conseil de cercle : il approuve les projets communautaires avec l'appui des services techniques ;

    • l'assemblée régionale : elle veille à la cohérence des projets élaborés avec les programmes nationaux.

216Par ailleurs, les collectivités territoriales participent aux conseils et aux comités de bassin créés par le nouveau Code de l’eau.

217Enfin, il ne faut pas oublier les institutions de la société civile (associations) devenues importantes par leur rôle depuis le changement de régime de 1991-92. La société civile intervient dans les comités de bassin à travers les instances élues de la décentralisation (les collectivités territoriales et leurs conseils) mais également à travers les organisations professionnelles qui existent dans les différents domaines d’activité liés au fleuve Niger (pêche, agriculture, élevage notamment). Très actives, elles sont régulièrement consultées. On peut citer, entre autres : l’Association des pêcheurs résidents au Mali, l’Association des pêcheurs et pisciculteurs du Mali, l’Association pour le développement intégré à base communautaire.

Approche par fonctions opérationnelles : quelques exemples

218La fonction de concertation – préalable aux politiques ou aux décisions de gestion – est prévue par la Constitution du Mali qui envisage trois grands cadres pour l’assurer :

  • l’Assemblée nationale qui a, avec sa commission du développement rural et de l’environnement, l’initiative des lois en matière d’environnement conjointement avec le haut conseil des collectivités ;

  • le Haut conseil des collectivités territoriales qui a pour mission d’étudier et de donner un avis sur toute politique de développement local et régional. Le Gouvernement est tenu de le saisir pour avis sur ces questions ;

  • le Conseil économique, social et culturel qui a compétence sur tous les aspects du développement économique, social et culturel y compris la protection, la défense de l’environnement et la promotion de la qualité de la vie.

219En matière de gestion de l’eau et de façon plus immédiatement pratique, la concertation va pouvoir être assurée par les nouveaux comités ou les commissions de bassin ou de gestion de l’eau qui ont été définis, voire déjà mis en place, à différents niveaux de l’organigramme des institutions de l’État (cf. « Le cadre légal et institutionnel au Mali » p. 84).

220Un bon exemple est donné par la commission nationale de gestion des eaux qui, depuis sa mise en place, vise à mieux coordonner les gestions de Sélingué et de Markala, lesquelles sont sous la responsabilité d’institutions très distantes. Elle permet notamment au barrage de Markala (et donc à l’Office du Niger) de mieux profiter de la régulation assurée par Sélingué. Elle a également fixé un seuil minimal de 40 m3/s à respecter en aval de Markala (en étiage) dans l’intérêt des usagers situés en aval.

221La fonction de planification est confiée aux différents ministères et aux directions nationales qui leur sont rattachées. Elle se traduit par la définition de politiques sectorielles présentées sous la forme de schémas directeurs. Toutes les politiques sectorielles sont théoriquement cohérentes et font désormais référence au Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP) qui est la ligne politique de référence au niveau national et qui s’impose donc à toutes les politiques sectorielles. Un exemple de politique sectorielle est celui du Schéma directeur du secteur développement rural (SDDR) qui constitue le cadre de référence des interventions en matière de développement rural pour la période 2000/10. Les orientations stratégiques du SDDR découlent d’une analyse diagnostique de l’évolution du secteur et sont issues d’un consensus entre tous les acteurs (État, collectivités territoriales, producteurs, société civile, partenaires au développement). Ces orientations stratégiques constituent les fondements des domaines d’intervention et des programmes de développement du secteur. Parmi les domaines prioritaires d’intervention, le développement de l’irrigation occupe une place importante. Ceci a abouti à la définition d’un schéma de Stratégie nationale de développement de l’irrigation (SNDI) qui met la priorité sur le développement des aménagements en maîtrise totale et qui met en avant six objectifs :

  • rendre la conception des structures d’irrigation plus rationnelle et en réduire le coût ;

  • encourager la participation d’entités non gouvernementales et faciliter leur accès aux financements ;

  • améliorer la gestion des périmètres irrigués ;

  • augmenter la production et la productivité sur les périmètres irrigués ;

  • réformer le cadre institutionnel et juridique pour le sous-secteur ;

  • minimiser les impacts environnementaux négatifs et les conflits sociaux créés par l’irrigation.

222D’une manière générale, les options prises dans le SNDI ont pour objectifs d’augmenter les surfaces sous irrigation et d’améliorer la productivité des systèmes de production.

Les fonctions d’information et de suivi

223Les fonctions d’inventaire, de suivi, d’information et de renforcement des connaissances, notamment à travers la réalisation de collectes régulières de données et la publication de rapports statistiques, sont réalisées de façon séparée au niveau de chacune des institutions de l’État en charge de tel ou tel secteur, ou composante de l’environnement. L’ensemble de ces services peut, potentiellement, fournir une information qui couvrirait assez bien le suivi de toutes les composantes du secteur rural et de l’environnement, en particulier autour du fleuve Niger. La collecte des informations hydrologiques est notamment effectuée par la direction nationale de l’hydraulique au sein d’une base de données (Hydrom) en cours de modernisation et de transformation (la base Hydraccess). Le tableau 17 (p. 92 à 97) récapitule l’ensemble du dispositif assurant les fonctions d’inventaire, de suivi et de renforcement des connaissances sur le fleuve Niger.

Tableau 17 – Dispositifs et services assurant des fonctions d’inventaire, de suivi et de renforcement des connaissances sur le fleuve Niger

Tableau 17 – Dispositifs et services assurant des fonctions d’inventaire, de suivi et de renforcement des connaissances sur le fleuve Niger

Tableau 17 – Suite

Tableau 17 – Suite

Notes

1 L’ordre de valeur des débits maximums de crue à Ké-Macina (localité en aval de Markala, en entrée du delta) étant de 3 000 et 5 000 m3/s, une modification de débit de 500 ou 550 m3/s n’est pas anodine puisque qu’elle représente 10 % à 18 % de changement en valeur relative.

2 La région de Kayes est également concernée avec les petits périmètres qui s’approvisionnent sur le fleuve Sénégal.

3 Demande biologique en oxygène, indicateur d'une pollution biologique.

4 Demande chimique en oxygène, indicateur d'une pollution chimique.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 – Évolution de la consommation alimentaire au Mali sur la base des données de l’enquête budget consommation de la DNSI en 1988/89 (en tonnes)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure 3. Évolution de la production électrique au MaliSource : ENP, 2003
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure 4. Débits maximums du fleuve Niger à KoulikoroPour illustrer les différentes échelles de la variabilité soudano-sahélienne, notamment interannuelle et interdécennale, la série des débits maximums du fleuve Niger à Koulikoro constitue un bon témoignage sur le dernier siècle même si un artefact (la création d’un barrage à Sélingué) est intervenu à partir de 1982.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 5. Anomalies de pluviométrie observées et simulées, en déviation ( %)Source : McCarthy et al., 2001
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Tableau 3 – Prélèvements par les aménagements hydrauliques du bassin versant du Niger supérieur et moyen
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 4 – Impacts des deux grands ouvrages sur le débit en aval exprimé par saison
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Figure 6. Évolution de la production céréalière et de la population du Mali depuis 1961Malgré les variations interannuelles qui restent fortes, la situation de couverture des besoins du pays s’est globalement améliorée.Source : FAOSTAT
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau 5 – Surfaces cultivées, rendements et productions de cérales au Mali (1961-2003)
Légende Source : FAOSTAT
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 6 – Évolution de la culture du riz au Mali
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 7 – Surface agricole utile (SAU) des riziculteurs traditionnels en 1972, 1978 et 1994
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 8 – Apport du fleuve Niger à Koulikoro et prélèvements d’eau exercés par les périmètres gravitaires en maîtrise totale de l’eau
Légende Source : Kuper et al., 2002
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Légende Source : chiffre Office du NigerFigure 7. Évolution des superficies cultivées à l’Office du Niger par type d’aménagement, par culture et par saison
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Tableau 9 – Synthèse qualitative sur les besoins et les impacts par rapport à l’eau des différents types de cultures liées au fleuve
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Source : FAOSTAT (2004)Figure 8. Débarquement de poids frais (en tonnes)Évolution récente de la production halieutique du Mali déclarée par les services nationaux à FOASTAT. La très grande majorité (plus de 95 %) de la production provient du bassin du Niger.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Source : Morand et Kodio, 2004, d’après les chiffres de l’Observatoire de la pêcheFigure 9. Pente de réponse des captures médianes par unité d’effort (sortie de pêche) à un indice de puissance de crue (nombre de jours de niveau au-dessus de 4,50 à Mopti)Les points ronds et la droite supérieure correspondent à la première moitié de la campagne de pêche (décembre à mi-mars) ; les carrés et la droite inférieure correspondent à la fin de campagne (mi-mars à juin). Les chiffres dans le graphique indiquent l’année de campagne.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 10 – Besoins en eau de la ressource poisson et de la pêche
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 11 – Besoins en eau du pastoralisme
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 12 – Productions fourragères du delta et charges théoriques en fonction de la cote atteinte par la crue à Mopti
Légende Source : Marie, 2002
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 13 – Besoins en eau et impacts de la consommation domestique
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 14 – Besoins en eau et impacts de la navigation fluviale
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 15 – Potentiel ligneux de cinq cercles du delta intérieur du Niger
Légende Note * 1m= 2,3 stères et 1 stère = 330 kgSource : Projet SED, 1999
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 16 – Populations reproductrices (nombre de couple nicheurs) des espèces d’oiseaux d’eau nicheurs des forêts inondées du delta
Légende Note* Moyenne annuelle d’après observations sur 2 ans Source : Wimenga et al., 2002
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Note * DNAER : Direction nationale de l’aménagement et de l’équipement ruralNote ** DNAMR : Direction nationale de l’appui au monde ruralNote *** AGETIER : Agence d'exécution des travaux d'infrastructures et d'équipements rurauxNote **** AGETIP : Agence pour l'exécution de travaux d'intérêt public contre le sous-emploiFigure 10. Schéma institutionnel d’intervention dans le secteur de l’eau
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 17 – Dispositifs et services assurant des fonctions d’inventaire, de suivi et de renforcement des connaissances sur le fleuve Niger
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Tableau 17 –
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Tableau 17 – Suite
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Tableau 17 –
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Tableau 17
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Tableau 17 –
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5182/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 427k

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540