Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avenir du fleuve Niger

 | 
Jérome Marie
, 
Pierre Morand
, 
Hamady N’Djim

Version française

Introduction

Texte intégral

PRÉSENTATION DU PLAN ADOPTÉ POUR LE RAPPORT DE SYNTHÈSE

1Les termes de référence de l’Expertise collégiale étaient d’apporter une réponse aux six questions posées par les principaux acteurs publics du suivi et de la gestion du fleuve Niger au Mali. Les questions qui avaient été identifiées étant de nature et de niveau très hétérogènes, il ne nous a pas semblé souhaitable d’y répondre, dans un premier temps, point par point. Cela aurait entraîné de nombreuses redites et n’aurait pas permis de dégager l’interdépendance entre les différentes questions posées et les réponses que l’on peut leur apporter. Le rapport présenté ici est, par conséquent, organisé selon un plan qui suit une progression décrite ci-après, plus intégrée et assez linéaire.

2Après quelques rappels généraux en fin d’introduction qui présentent de façon générale le fleuve et son cadre environnemental, une longue partie expose ce qui est connu des scientifiques et des experts sur les situations et les tendances en cours, composante par composante, du socio-écosystème (SES) que constituent le fleuve et son bassin. On y décrit, en premier lieu, les « grandes variables motrices » qui résultent de dynamiques générales et qui « s’imposent » à ce système. Il s’agit, d’abord, de la croissance de la population et de ses besoins en nourriture et en énergie et ensuite, de la dynamique climatique de cette partie du continent africain. Suit une description des situations et des tendances concernant, au Mali, les « systèmes d’usage du fleuve (de son eau mais aussi de l’espace et des écosystèmes qui l’environnent) », c’est-à-dire : les aménagements pour la production électrique et agricole, l’agriculture, la pêche, l’élevage, l’utilisation domestique et industrielle des eaux du fleuve et la navigation. Ces différents systèmes d’usage sont décrits en termes d’importance économique pour le pays, de performances productives et de besoins et d’impacts par rapport à l’eau du fleuve. Le point suivant présente ce que l’on sait de la situation et les tendances concernant les composantes de l’écosystème fleuve Niger au sens large : les ressources en eaux de surface et en eaux souterraines considérées du point de vue de leur abondance et de leur qualité, la stabilité géomorphologique, la fertilité des sols, la végétation et la flore, les peuplements de poissons et la faune sauvage. Enfin, le dernier chapitre de cette partie présente la situation de l’appareil de gouvernance et des instruments de gestion qui le composent ainsi que leur mode actuel de mise en œuvre.

3La troisième partie utilise les informations précédemment fournies pour analyser de façon concise les problèmes – classés respectivement en risques d’aléa, en tensions et en menaces – que la gestion du fleuve Niger doit affronter. Ces problèmes naissent souvent, en effet, à la conjonction des dynamiques de différentes composantes, humaines et naturelles, dont les besoins ou les impacts, variés par nature, rentrent en friction ou en contradiction. Plusieurs des problèmes ainsi analysés correspondent d’ailleurs, de façon étroite, à des questions qui ont été posées dans les termes de référence.

4Enfin, une quatrième partie tente de proposer des outils et des options de gestion qui, à l’avenir, pourraient permettre de mieux maîtriser les difficultés identifiées et d’assurer à la région du fleuve Niger au Mali, à ses populations et à son environnement, un avenir plus serein.

5C’est en rassemblant le contenu de ces quatre parties que l’on peut fournir, de la façon la plus complète et claire possible, des réponses aux six questions posées dans les textes de référence. Toutefois, pour aider le lecteur de cette synthèse qui ne serait intéressé que par les informations se rapportant à une seule des six questions, un tableau de correspondance est présenté ci-contre (tableau 1).

RAPPELS GÉNÉRAUX

Le Mali

6S’étendant entre les latitudes 10°30 et 25°00 et les longitudes 12°00 ouest et 4°00 est sur les zones soudanienne, sahélienne et désertique, le Mali est un pays enclavé de l’Afrique de l’Ouest qui couvre une superficie de 1 240 000 km2. Les climats sont caractérisés par l’alternance d’une longue saison sèche de 6 à 9 mois et d’une courte saison humide au cours de laquelle se produit la presque totalité des précipitations. Son relief, peu contrasté, est constitué de plateaux et de plaines avec des systèmes dunaires bien développés dans les régions nord et est. La moitié sud du Mali est parcourue, selon un axe sud-ouest à nord-est, par le fleuve Niger.

Tableau 1 – Tableau de correspondance questions/points de traitement

Tableau 1 – Tableau de correspondance questions/points de traitement

7Le fleuve Niger, et plus particulièrement le moyen Niger, a joué un rôle considérable dans l’histoire de l’Afrique occidentale. Sous l’empire du Mali (xiiie siècle), la ville de Djenné, dont la fondation remonte au début de l’ère chrétienne, acquiert un rôle prééminent dans le commerce transsaharien avec les états arabes de la Méditerranée. La prospérité de la ville, fondée sur le commerce de l’or, du sel et des esclaves, culmine entre 1450 et 1650 et coïncide avec l’apogée de l’empire de Gao. Au début du xvie siècle, l’établissement, sur la côte du Golfe de Guinée, des portugais qui détournent alors le commerce de l’or à leur profit entraîne la chute de l’empire de Gao dont la capitale est conquise par une expédition marocaine en 1591. Après cette date, le moyen Niger perd son rôle de plaque tournante du grand commerce transsaharien, mais reste très actif dans un commerce régional fondé sur le sel, le riz, le poisson et le bétail. Au xixe siècle, avant la conquête coloniale, le delta intérieur du Niger est le siège d’une dernière grande construction étatique : l’empire peul du Macina (1818-1862). Celui-ci crée une remarquable organisation du territoire qui influence encore fortement de nos jours le fonctionnement de l’élevage. Il reste toujours, dans la mémoire collective, le référent des règles régissant l’utilisation des terres, de l’eau et des ressources naturelles régionales (Gallais, 1967).

Le fleuve Niger

8Le Niger est un fleuve très long qui s’écoule sur près de 4 200 km entre sa source en Guinée et son embouchure au Nigeria. Sur les 1 700 km de son cours supérieur et moyen, le fleuve traverse le Mali, orienté d’abord du sud-ouest vers le nord-est, puis vers l’est et enfin vers le sud au moment de quitter le Mali pour le Niger. Dans ce pays, le bassin versant du fleuve s’étend sur environ 300 000 km2, ce qui représente 20 % de la superficie totale de son bassin.

9Le régime du fleuve Niger est de type tropical et il est animé de très amples variations saisonnières et interannuelles. Le débit du fleuve s’inscrit ainsi dans une large gamme de valeurs : à Mopti, par exemple, un facteur 100 existe entre les minima (de moins de 30 m3/s) et les maxima (plus de 3 000 m3/s) couramment enregistrés. Au-delà de Mopti – si l’on excepte le Yamé qui dévale du plateau de Bandiagara – le fleuve ne reçoit que très peu d’affluents actifs jusqu’à Niamey. De surcroît, les apports de ces petits affluents (le Gorouol, le Dargol et le Sirba) modifient si peu le régime du fleuve que l’on peut parler d’une véritable « traversée du désert ». Le Niger, un peu à la façon du Nil traversant le Sahara oriental, y perd ici la moitié de son eau.

10Dans son cours supérieur et moyen, la crue saisonnière du Niger est alimentée par les pluies d’hivernage de façon très régulière en termes de calendrier mais assez variable (d’une année à l’autre) en termes de volume. Le maximum de cette crue se situe en septembre à Bamako, en octobre ou au début de novembre à Mopti, en décembre à Kabara (Tombouctou) et vers la fin de janvier à Gao. La crue est suivie par une période de décrue qui dure jusqu’en décembre, janvier ou février selon les points considérés (d’amont en aval), puis par une période d’étiage (basses eaux) très accusée et qui se prolonge jusqu’en mai, juin ou juillet selon les points. Vers l’aval (Gao au Mali ou Niamey au Niger), les étiages peuvent être véritablement très bas. À Niamey, ils ont été inférieurs à 20 m3/s en 1943, 1944, 1945, 1947, 1948 et 1950. En 1975/76 et en 1984/85, un quasi arrêt de l’écoulement a même eu lieu.

11Il faut enfin rappeler que le fleuve Niger est la plus importante ressource en eau du Mali : il a, en effet, un potentiel d’écoulement de 46 milliards de m3 par an à Koulikoro contre 10 milliards de m3 par an pour le fleuve Sénégal à Kayes.

Figure 1. Cycle annuel moyen de débit à la station de Ké-Macina (moyen Niger, Mali)

Le delta intérieur du Niger

12Encore connu sous les noms de « delta central » ou de « cuvette lacustre », le delta intérieur du Niger constitue l’un des traits les plus remarquables de l’hydrographie du Mali. Situé en pleine zone sahélienne semi-aride, c’est une vaste zone inondable d’environ 40 000 km2 qui s’étire selon un axe SO-NE (de Ké-Macina à Tombouctou) sur plus de 350 km, entre les parallèles 13° et 17° nord et les méridiens 2°30 et 6°30 ouest. Il est parcouru par un réseau très dense et hiérarchisé de défluents alimentés par le fleuve Niger et par son affluent le Bani qui le rejoint à Mopti. Entre Ké-Macina et le lac Débo, le delta intérieur se compose d’un ensemble de cuvettes et de plaines qui sont normalement inondées chaque année (si la crue n’est pas trop faible) et qui constituent l’une des plus grandes zones humides d’Afrique. Au-delà du lac Débo, les écoulements, entravés par des barrages dunaires naturels, alimentent irrégulièrement de nombreux lacs à travers un vaste système de chenaux.

Figure 2. Le Mali, le fleuve Niger et le delta intérieur du Niger (ellipse)

Le cadre climatique

13La division de l’année en saisons est conditionnée par le déplacement de deux grands anticyclones subtropicaux : l’anticyclone du Sahara, de direction nord-est/sud-ouest, qui donne naissance à un vent sec et chaud, l’harmattan, et l’anticyclone de Sainte-Hélène, responsable de la mousson, qui est un vent maritime tiède et très humide de direction sud-ouest/nord-est. Le contact dynamique de ces deux masses d’air, celle, chaude et sèche, provenant du nord (harmattan) et celle, humide, provenant du sud (mousson), constitue la Zone inter-tropicale de convergence (ZITC). Sa trace au sol est appelée le Front intertropical (FIT) au passage duquel sont liées les pluies. Le FIT suit une oscillation de direction générale sud-nord-sud au cours de l’année. Pendant la période de juillet à septembre, sa position est septentrionale. De décembre à février, le FIT occupe sa position la plus méridionale. La montée en latitude du FIT est lente et irrégulière (6 mois) alors que le retour vers l’équateur est rapide (4 mois).

14En relation avec ce phénomène atmosphérique cyclique, l'année climatique malienne se divise en une saison sèche dont la longueur varie de neuf mois au nord à cinq ou six mois au sud et une saison humide, ou « hivernage », qui s’étend d'avril à octobre au sud du Mali mais seulement de juillet à septembre au nord. En début et en fin d'hivernage, les pluies sont surtout des pluies d'est, liées aux lignes de grains particulièrement importantes aux latitudes sahéliennes. Pendant la saison sèche, le vent venu du nord-est a un effet desséchant qui accentue en avril-mai l'effet des températures élevées qui règnent alors sur l'ensemble du pays.

15Les totaux pluviométriques mensuels et annuels (plus de 1 400 mm/an au sud de Sikasso et moins de 100 mm/an à la latitude de Tessalit) traduisent une diminution des précipitations au fur et à mesure que l’on s’élève en latitude. Cette distribution est inverse à celle de l’évapotranspiration (moins de 1 700 mm/an au sud de Sikasso, plus de 2 500 mm/an à Tessalit). Dans tous les cas, la pluviométrie est maximale au mois d’août.

16Pour mieux caractériser ce gradient climatique sud-nord, on fait en général référence à quatre zones :

  • la zone soudano-guinéenne (située au sud de la ligne Bougouni-Sikasso et couvrant le Niger supérieur et le Haut Bani) : les précipitations annuelles dépassent 1 100 mm avec une saison des pluies d’une durée de sept à huit mois ;
  • la zone soudanienne (centrée sur une ligne Bamako-Ségou-San) : les précipitations annuelles varient de 1 100 à 600 mm et la saison pluvieuse a une durée inférieure à six mois ;
  • la zone sahélienne (située au nord de Mopti et couvrant le delta central et la boucle du Niger) : les précipitations annuelles sont comprises entre 600 et 100 mm et la saison des pluies ne dure que trois mois, de mi-juin à mi-septembre ;
  • la zone saharienne ou désertique (située au nord d’une ligne Tombouctou-Bourem) : les précipitations annuelles sont inférieures à 100 mm. Les pluies tropicales, rares, surviennent entre juin et septembre. Une pluie de saison froide est parfois enregistrée en janvier ou en février.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 – Tableau de correspondance questions/points de traitement
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Figure 1. Cycle annuel moyen de débit à la station de Ké-Macina (moyen Niger, Mali)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5180/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Figure 2. Le Mali, le fleuve Niger et le delta intérieur du Niger (ellipse)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/5180/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540