Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avenir du fleuve Niger

 | 
Jérome Marie
, 
Pierre Morand
, 
Hamady N’Djim

Version française

Objectifs et méthodes de l’Expertise collégiale

Marie-Laure Beauvais

Texte intégral

1Les expertises collégiales sont engagées par l’Institut de recherche pour le développement « sur commande », pour éclairer la décision politique et le débat public sur des enjeux de société : mettre la recherche et les connaissances des chercheurs à la disposition de la collectivité fait partie des missions des établissements publics de recherche.

2Cependant, il n’entre pas dans la fonction d’un établissement scientifique de dresser pour les pouvoirs publics des « projets d’action » : les choix d’action sont éminemment politiques, ils font appel à d’autres données, extérieures au monde scientifique. En mettant au point la méthode des Expertises collégiales, l’IRD entend, plus modestement, contribuer à rassembler sur un sujet donné les connaissances disponibles dans la littérature spécialisée, à en dégager la portée dans le cas spécifié, à distinguer les conclusions fermes sur lesquelles les scientifiques peuvent se mettre d’accord, à identifier les points encore controversés et préciser les domaines sur lesquels les travaux disponibles sont insuffisants pour en tirer quelque conclusion pratique que ce soit.

3Trois réalités doivent être prises en compte pour réaliser une expertise utile et fiable :

  • le temps de la décision n’est pas celui de la recherche : il est souvent beaucoup plus court. Les citoyens ont besoin que des mesures soient prises vite – parfois en urgence. L’expertise collégiale est organisée afin de faire le point sur les connaissances existantes dans la littérature internationale : elle ne comporte ni collecte de données ni exploitation complexe nouvelle ;
  • la question posée concerne rarement une discipline unique : « toutes les facettes » du problème posé doivent être éclairées en tenant compte de la littérature la plus récente. C’est pourquoi un collège très interdisciplinaire d’une douzaine d’experts est mobilisé. Les conclusions d’ensemble sont débattues et assumées collectivement, en toute responsabilité. L’IRD fait assurer une relecture scientifique du rapport par des personnalités qualifiées extérieures au groupe d’auteurs pour vérifier la complétude de l’exposé, sa clarté et sa conformité à la littérature internationale. Le groupe d’experts reste maître de ses conclusions ;
  • enfin, le langage des différentes disciplines scientifiques peut apparaître comme hermétique aux décideurs comme aux citoyens. Pourtant, le débat public nécessite qu’ils aient un accès direct aux raisonnements et aux conclusions des experts scientifiques. Ceux-ci doivent donc se plier à un double exercice : présenter leurs analyses dans leur langage habituel pour assurer la « traçabilité » de leurs raisonnements ; élaborer une synthèse simple et assez concise, accessible aux non-spécialistes.

4L’agenda des expertises, ainsi que la forme des publications, sont fixés en fonction de ces réalités. En particulier, la première et l’ultime phase de l’expertise ont pris une forme originale pour répondre à ces exigences :

  • avant même de réunir le groupe d’experts, les questions à poser à ces derniers sont mises au point d’un commun accord entre institutions commanditaires (qui souhaitent en général s’entourer d’acteurs-partenaires directement intéressés) et scientifiques au cours d’un « atelier initial ». Il faut, en effet, s’entendre précisément sur les attentes réciproques. D’une part, certaines questions, cruciales pour la décision, ne relèvent pas d’une approche scientifique ; il convient donc de les écarter. D’autre part, pour cibler leurs conclusions, les scientifiques doivent être guidés par une bonne connaissance du contexte dans lequel des décisions doivent être prises ;
  • après rassemblement des données et analyses apportées par chaque expert scientifique dans son champ de compétence, c’est la confrontation des connaissances et des avis qui doit être organisée et les conclusions élaborées collégialement rédigées et publiées sous forme de synthèse accessible à un public relativement large. De telles synthèses, qui représentent un travail considérable rarement réalisé sous cette forme, ont fréquemment une portée (scientifique comme pratique) qui va bien au-delà de la région ou du pays concerné. C’est pourquoi la publication de la synthèse est systématiquement bilingue (français et anglais).

5La présente expertise sur l’avenir du fleuve Niger a été réalisée dans cette perspective.

6Cette expertise collégiale menée par l’IRD a bénéficié du soutien du Fond européen de développement (FED), de l’Union mondiale pour la nature (UICN), de la GTZ (Coopération technique allemande pour le développement) et du MAE (Scac Ambassade de France au Mali). Avant de décider s’il faut encourager et faciliter la gestion des ressources naturelles du fleuve Niger, les institutions en charge de l’administration du fleuve souhaitaient savoir quelles en sont les données scientifiques, techniques et financières actuellement connues et ses possibilités de développement au Mali, avec les avantages et les inconvénients prévisibles.

7Le cahier des charges mis au point au cours d’un atelier initial a comporté six questions (annexe 1). Un collège de douze scientifiques a été réuni sous la présidence du ministre Ousmane Sy (composition du groupe en annexe 2).

8Une présentation des principales conclusions de l’expertise a été organisée à Bamako en juin 2005 sous l’égide du représentant de l’IRD au Mali, Gilles Fédière et du directeur de l’IER Bino Témé, au cours de laquelle les experts ont pu relever remarques et questions complémentaires dont ils se sont efforcés de tenir le plus grand compte. Enfin, le rapport a été soumis à deux relecteurs extérieurs dont les observations ont également conduit à une amélioration de la présentation du rapport.

9Conformément aux choix établis pour cette collection, le lecteur trouvera dans l’ouvrage lui-même la synthèse et les conclusions du groupe d’experts, en français et en anglais ; le CD-ROM inclus dans la couverture contenant les six chapitres analytiques sur lesquels s’appuie cette synthèse.

10Que soient remerciées très vivement toutes les personnes qui ont bien voulu contribuer à la réalisation de cette publication : en premier lieu, Marianne Berthod-Wurmser, Directrice du département Expertise et Valorisation, sans laquelle ce travail n’aurait pu être mené à bien, Caroline Weill-Giès et Olivier Monga, à l’origine de ce travail. Aux experts eux-mêmes revient la responsabilité de l’expertise et l’essentiel du travail considérable qu’ils ont accompli sous la coordination de Jérôme Marie, Pierre Morand et Hamady N’Djim.

11Enfin, tous nos remerciements les plus sincères pour leur lecture approfondie et compétente vont à Yveline Poncet (IRD) et Philippe Mangé (Conseil général du génie rural, des eaux et forêts).

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540