Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lutte contre le trachome en Afrique subsaharienne

 | 
Anne-Marie Moulin
, 
Jeanne Orfila
, 
Doulaye Sacko
, 
et al.

Première partie. Synthèse et recommandations. Version française

Introduction

Texte intégral

1L’Institut de recherche pour le développement s’est engagé en 2001, sous la présidence de Philippe Lazar, dans la réalisation d’expertises collégiales. Une expertise collégiale vise à fournir aux décideurs, à leur demande, sous une forme synthétique, les éléments scientifiques les plus récents et validés par la communauté scientifique, dans des domaines divers d’une importance particulière pour le développement des pays du Sud. Ces éléments relèvent souvent de plusieurs disciplines. L’expertise collégiale rassemble autant que faire se peut les experts correspondant à toutes les facettes d’un problème donné.

2La santé est une des priorités du développement. Le trachome est une maladie qui impose un fardeau très lourd aux pays en voie de développement, en particulier en Afrique subsaharienne. Il s’agit d’une infection oculaire, atteignant la conjonctive et entraînant la cécité au bout de plusieurs années d’évolution dans un certain nombre de cas.

3Trois ordres de circonstances plaidaient en faveur d’une expertise collégiale sur le trachome dans les pays du Sahel et en particulier au Mali :

  • l’accumulation au cours des dernières années, de connaissances scientifiques précises sur le cycle de la maladie, dans le domaine des sciences biologiques et des sciences sociales ;
  • le choix par l’OMS d’une nouvelle stratégie de lutte contre le trachome, tirant parti de ces acquisitions scientifiques récentes. Cette stratégie dénommée en français « CHANCE » a été choisie en 1997, elle connaît un début d’application dans plusieurs pays ;
  • la volonté du gouvernement malien de s’engager dans une action énergique contre le fléau du trachome, source de souffrances et d’incapacités.

4Le trachome, encore actuellement la deuxième cause de cécité dans le monde, est à la fois susceptible d’être prévenu et traité. S’il subsiste dans de nombreux pays, c’est parce que les conditions qui le favorisent sont étroitement liées à la pauvreté et au sous-développement.

  • 1 Une enquête nationale, réalisée en 1996, a montré qu’un enfant sur trois souffrait de trachome act (...)

5Dans certains pays d’Afrique de l’Ouest, le trachome concerne un tiers des enfants de moins de dix ans, et provoque la cécité chez de nombreux adultes. Le Mali, particulièrement touché, a manifesté une attention spécifique à ce grave problème1.

6L’Institut d’ophtalmologie tropicale de l’Afrique, l’Iota, fondé en 1954 dans la capitale du Mali, Bamako, a, parmi ses missions, celle d’éclairer les responsables de la santé des pays de la région dans le domaine des affections oculaires. Il s’est investi tout particulièrement dans le trachome au cours de ces dernières années.

7Le gouvernement malien suit avec attention la mise en place de la stratégie définie par l’OMS depuis 1997. Il a impulsé un programme national de lutte contre le trachome. Le ministre de la Santé du Mali a manifesté dès le début un vif intérêt pour la réalisation d’une expertise collégiale qui mettrait à la disposition des principaux acteurs et décideurs toutes les informations nécessaires pour organiser la lutte contre le trachome de la meilleure façon possible. Il a proposé de cofinancer avec l’IRD et l’Iota l’expertise correspondante.

8Après des démarches auprès de la Banque mondiale et de l’Union européenne, un montage financier réalisé avec le concours de l’IRD a permis de tenir un atelier initial en février 2002 en présence des représentants des décideurs, afin de dégager les questions soumises au collège d’experts. Ces experts internationaux (maliens, burkinabés, américains, français…) appartenaient à des disciplines différentes (ophtalmologie, microbiologie, épidémiologie, santé publique, histoire, anthropologie, économie…) dont la complémentarité pour une bonne approche du trachome n’a cessé de se confirmer au cours de l’expertise.

9Les questions, émanant de représentants des différents ministères du Mali (en charge de la santé, des femmes et de la famille, de l’hydraulique, de l’environnement, de l’éducation) ont été longuement discutées par le collège des experts et ont été réparties en trois ensembles de 26 questions : épidémiologie (8 questions), sciences sociales et hygiène (11), stratégies de lutte (7).

10La liste des questions sélectionnées en commun par les autorités maliennes investies de responsabilités opérationnelles et les experts informés de l’état et des limitations des connaissances scientifiques en la matière a servi à établir le cahier des charges prévu dans la convention signée entre l’IRD et le gouvernement malien. Elles ont été réparties entre les experts. Il existe une abondante documentation qui a été exploitée et analysée de façon critique.

11Trois réunions d’experts se sont tenues à Bamako en décembre 2002 et en juin 2003 et à Paris en septembre 2003. Un atelier final en novembre 2003 a discuté en séance plénière une première version du rapport de synthèse et rédigé des recommandations qui ont fait l’objet d’un consensus du collège des experts.

12Le rapport de synthèse, validé par le collège, comporte des généralités qui correspondent à l’état actuel des connaissances sur le trachome (physiopathologie, clinique et laboratoire, épidémiologie, histoire, anthropologie et économie de la santé), suivies des réponses aux questions posées par les décideurs sous forme de courtes synthèses et des recommandations afférentes.

13Les experts se sont efforcés d’envisager les problèmes posés sous la forme la plus concrète possible, mais la traduction opérationnelle des recommandations appartient évidemment aux autorités destinataires du rapport.

14La mise en place et l’exécution d’une stratégie nationale contre le trachome représentent une expérience en vraie grandeur qui apportera sans nul doute de précieux enseignements sur la maladie.

15Ce rapport représente un document sans précédent dans son effort de synthèse sur une affection qui n’a pas encore suffisamment retenu l’attention du grand public. Il est destiné en priorité au gouvernement malien qui a suivi le déroulement de l’expertise avec une grande attention. Ses conclusions et ses recommandations devraient également retenir l’attention des gouvernements des pays voisins concernés par le trachome. Il est également destiné aux organisations internationales et non gouvernementales, et à tous les acteurs de terrain qui agissent dans le domaine des affections oculaires et de la cécité.

16Rédigé dans un double souci de lisibilité et d’exactitude scientifique, il devrait enfin fournir matière à réflexion à tous ceux qui s’activent dans le domaine du développement durable. Il devrait alimenter l’espoir qu’une maladie curable et évitable qui a disparu d’Europe occidentale, il y a peu, passe à l’histoire de façon définitive. En intéressant un large public à une maladie peu connue et peu médiatisée, il contribuera, nous l’espérons, à mobiliser l’opinion.

Notes

1 Une enquête nationale, réalisée en 1996, a montré qu’un enfant sur trois souffrait de trachome actif.

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540