Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rivières du Sud

 | 
Marie-Christine Cormier Salem

Conclusion générale

La mangrove : de l’imaginaire aux pratiques

Marie-Christine Cormier-Salem

Texte intégral

  • 1 Comme le suggère le savoureux duo de Pauline Carton et Kowal : « Sous les pa, les papa, les palétu (...)

1Si, pour certains, la mangrove évoque la douceur de folâtrer sous les palétuviers roses1, l’image qui a longtemps prévalu est davantage celle d’une forêt marécageuse impénétrable et stérile, infestée par des moustiques et peuplée de bêtes sauvages. De fait, les conditions des écosystèmes à mangroves sont extrêmes : les eaux sont tantôt douces, tantôt salées ; les terres sont tantôt immergées, avec un sol noir et boueux, à la vase molle et glissante, tantôt émergées avec une surface craquelée et marquée d’efflorescences salines ; la végétation est tantôt dense, stratifiée et aux faciès variés, tantôt rabougrie et pauvre en espèces.

2Les conditions de peuplement et de mise en valeur des ressources ne sont pas moins contrastées à l’échelle mondiale : aux forêts de palétuviers quasi vierges de Guyane ou de Nouvelle-Guinée s’opposent les littoraux à mangroves parcourus de multiples flux et réseaux du Brésil, de Madagascar ou encore de l’Inde, quand ces espaces n’ont pas été complètement convertis et aménagés en bassins de crevetticulture, rizières ou encore terrains immobiliers.

3Dans la plupart des pays d’Asie, d’Amérique latine ou d’Afrique, la mangrove est peu ou pas exploitée. Les raisons sont à rechercher dans l’histoire du peuplement, les alternatives – en termes de sols cultivables, de pâturages, de forêts – et dans la dynamique des systèmes agraires. Ainsi, en Afrique, la prédominance de la culture sur brûlis associée à une longue jachère permet de comprendre pourquoi les populations locales ont délaissé les zones humides (bas-fonds, marais, estuaires) aux sols lourds et difficiles à travailler.

4Les structures politiques sont également mises en cause, les sociétés africaines n’ayant pas été capables de se doter de techniques d’encadrement et de production comparables à celles des sociétés hydrauliques de l’Asie (Gourou, 1982). En outre, les zones humides sont le plus souvent considérées comme peuplées par les « mauvais génies ». Seules des communautés de pêcheurs migrants ou de « marginaux » (réfugiés, descendants d’esclaves ou populations minoritaires comme les Indiens au Brésil), exploitent les ressources de la mangrove, vivant dans des campements temporaires. Leurs activités sont le plus souvent extractives, basées sur la cueillette, la chasse et la pêche.

5Ainsi, au Sud Viêt-nam, la mangrove de la Pointe de Camau n’était peuplée que de bêtes sauvages jusqu’au xixe siècle (Phan Nguyen Hong, 1993). Cette zone a servi de refuge à différentes vagues de populations originaires du delta du Mékong fuyant les conflits et les disettes. Jusqu’en 1975, ces populations vivent dans un complet dénuement. Depuis une vingtaine d’années, de nouveaux « pionniers », militaires démobilisés, ont créé des fermes de crevette et défrichent la mangrove à un rythme accéléré. Dès que les rendements des bassins de crevetticulture diminuent, c’est-à-dire environ au bout de trois ans, les populations défrichent de nouvelles parcelles de mangrove, abandonnant les anciennes. Les techniques sont expéditives, l’aquaculture extensive et les populations instables.

6La mise en valeur intensive des mangroves dans ces régions est due aux colons européens, puis, de nos jours, aux grandes entreprises publiques ou privées extérieures au milieu. En Équateur, par exemple, les grands bassins de crevetticulture aux techniques intensives appartiennent à des firmes internationales et américaines et les populations locales de pêcheurs, expropriées de leur espace halieutique, se sont converties pour devenir salariés de ces entreprises (Revelli, 1991).

7Dans d’autres régions et grâce à des techniques d’exploitation diversifiées et intensives, la mangrove est le lieu d’une occupation dense et ancienne. Les pays des Rivières du Sud en offrent une remarquable illustration.

8Tout en soulignant la singularité des littoraux à mangroves des Rivières du Sud exprimée en particulier dans les paysages de rizières « salées », les contributions à cet ouvrage n’en ont pas moins souligné leur diversité, mettant en évidence la dynamique contrastée des systèmes écologiques et socioculturels selon un gradient nord-sud et les jeux complexes des acteurs (Cormier-Salem, 1994). Ainsi, à l’échelle même des Rivières du Sud, la mangrove se prête à diverses interprétations selon les usagers, les contextes et les périodes.

9Pour les « gens de mangrove », usagers locaux, qui résident en zone littorale, la mangrove est un espace de communication et de production agro-sylvo-pastoralo-halieutique (ou système d’usage multiple). Elle constitue une composante essentielle, sinon unique, de leurs terroirs, au sens de « portion de territoire appropriée, aménagée et utilisée par le groupe qui y réside et en tire ses moyens d’existence » (Sautter et Pélissier, 1964). C’est ainsi que la construction de « terroirs amphibies », structurés par la mangrove, aux limites bien définies et dont les ressources sont contrôlées par les communautés de riziculteurs, ont pu être mis en évidence dans les Rivières du Sud (cf. photo d’un terroir amphibie). Un ensemble de dispositifs coutumiers régule l’accès aux ressources de la mangrove et en assure la conservation (Cormier-Salem, 1995) : si les chefs de lignage s’approprient les vasières converties en rizières profondes, en revanche les bassins piscicoles et les digues qui enserrent le terroir sont gérés par l’ensemble de la communauté. Les zones non aménagées de la mangrove, comme les aires de cueillette des huîtres ou encore les chenaux de marée, sont réservées à l’usage des membres de la communauté. Les hauts-fonds, sites privilégiés pour ficher les barrages-palissades, sont considérés à l’égal des rizières et appropriés individuellement.

La mangrove : un terroir amphibie pour les riziculteurs-pêcheurs diola (Batinière, Casamance).
© Cormier

  • 2 Les drains, qui percent les digues, sont ouverts en saison sèche. L’eau des bolons ennoye les parc (...)

10Diverses pratiques assurent la gestion du terroir à long terme : la restitution de la fertilité des parcelles rizicoles est assurée par l’apport régulier de fumier domestique et animal, et le chaulage, au moyen des coquilles pilées ou encore une gestion raisonnée du niveau hydrique2. Des interdits préviennent la surexploitation des ressources naturelles : certaines zones de pêche ou de cueillette des huîtres sont mises en défens, pendant toute l’année ou une partie de l’année, et les huîtres ne sont cueillies qu’en saison sèche, entre septembre et juin. Des espèces, comme les lamantins et les dauphins, occupent une place particulière dans la cosmogonie des communautés paysannes et si, d’aventure, elles se maillent dans les filets des pêcheurs, elles doivent être relâchées.

  • 3 Il en est ainsi des premières générations de pêcheurs migrants arrivés en Casamance, qu’ils s’agis (...)

11Les « étrangers » au terroir villageois ne peuvent en exploiter les ressources qu’avec l’accord du conseil des aînés de la communauté. Quelques-uns sont logés chez des tuteurs du village3 et la plupart établissent leurs campements provisoires au bord des chenaux de marée, dans la mangrove défrichée.

12Pour les usagers migrants, la mangrove est considérée le plus souvent comme un réservoir de ressources inépuisables et libres d’accès. Les littoraux à mangrove exercent une attraction particulière sur les populations de bûcherons, de pêcheurs maritimes ou estuariens et d’éleveurs-pasteurs peul en quête de fourrage et de sel. Leur gestion des ressources est basée sur la mobilité. Autrement dit, dès que des signes d’épuisement des ressources naturelles se manifestent, ils partent à la recherche de nouveaux lieux d’exploitation et modifient leurs parcours sans cesser d’étendre leur territoire.

13La crise des systèmes agraires et la péjoration climatique de ces dernières décennies se sont traduites par l’arrivée massive de populations étrangères à la mangrove, celles-ci étant peu soucieuses de préserver ses ressources. Outre les risques de dégradation des systèmes écologiques, il s’en est suivi de nombreuses tensions entre autochtones et allochtones.

14Chez les observateurs étrangers occidentaux, la mangrove a longtemps suscité des sentiments équivoques, faits à la fois d’inquiétude, voire de répulsion, face à un monde inconnu, mais suscitant aussi fascination face à la luxuriance de la végétation et la multitude des rivières qui ne peuvent être que sources de richesses. À l’époque précoloniale et coloniale, les Européens n’ont de cesse d’assainir ces « mauvais pays », de les poldériser et de les mettre en valeur. Aux yeux des administrateurs coloniaux, la Guinée est censée devenir le grenier à riz de l’Afrique française et le principal fournisseur de la métropole à la place de l’Indochine (Pré, 1948, 1951). La conversion des vasières littorales en rizières irriguées répond à de multiples enjeux politique, économique, agro-pédologique et social. Il s’agit d’intensifier la production, de répondre à la demande du marché en pleine croissance (en particulier les marchés urbains africains), de fournir des emplois agricoles à une bonne partie des paysans venus de régions déshéritées, et enfin d’éponger socialement l’excédent démographique (Ruë, 1995).

Débarcadère de marins pêcheurs sur le littoral guinéen.
© Cormier.

La mangrove : un pâturage sur le parcours des éleveurs pasteurs nomades.
© Penot.

  • 4 La politique volontariste et productiviste menée de 1950 à 1987 en république de Guinée a de multi (...)

15Dans l’esprit des experts occidentaux, il s’agit également de promouvoir des aménagements hydro-agricoles techniquement sophistiqués, moins consommateurs d’espaces et moins exigeants en travail manuel que les aménagements traditionnels. Ces modèles de développement, qui ont fait florès dans les années soixante et soixante-dix, ont montré leurs limites. Non seulement la production de riz n’a pas augmenté mais les systèmes écologiques et socio-économiques à mangrove ont été profondément perturbés4. Il n’en demeure pas moins que de telles visées productivistes, intensives et spécialisées inspirent encore de nos jours de nombreuses entreprises publiques comme privées. Les mangroves continuent à être perçues comme des espaces vierges et stériles à conquérir et à convertir au moyen de techniques « modernes » pour un monousage, qu’il s’agisse de la riziculture, de l’aquaculture ou encore de la saliculture.

  • 5 De nombreux auteurs, dont Saenger et al., (1970), ont mis en avant les rôles des mangroves : rôle (...)

16Ces dernières décennies, les progrès des connaissances en écologie et la prise de conscience des rôles et valeurs multiples des mangroves5 ont contribué à dénoncer le recul accéléré des mangroves du fait des pressions anthropiques et à mettre en place des politiques de protection et de restauration des zones dégradées. La mangrove est dès lors définie comme un écosystème riche et fragile dont la conservation est essentielle pour la reproduction de la faune (poissons, oiseaux limicoles migrateurs, etc.).

17Dans ce cadre, des programmes de réhabilitation des marais maritimes et de reboisement des forêts de mangroves sont soutenus par de grands organismes internationaux tels l’Unesco, l’UNDP ou encore la FAO. De telles actions sont en particulier relevées dès les années quatre-vingt en Sierra Leone (cf. photo).

18Par ailleurs, des zones de mangroves sont désormais inscrites dans la Convention de Ramsar et définies comme des réserves naturelles à protéger. Cette convention, signée en Iran en 1971, est le premier traité international pour la conservation de l’environnement et vise à « une utilisation viable des zones humides au bénéfice de l’humanité compatible avec le maintien des propriétés naturelles de l’écosystème ».

19La Convention sur la biodiversité de Rio, en 1992, est inspirée par la même philosophie, entendant concilier protection de l’environnement et bien-être des populations. Pourtant, il faut souligner que les listes des sites à protéger sont établies compte tenu de leur importance internationale « du point de vue écologique, botanique, zoologique, limnologique ou hydrologique ». Les critères d’appréciation sont uniquement ceux de naturalistes, voire même de défenseurs des oiseaux d’eau, la priorité étant donnée aux zones humides servant d’habitats aux limicoles migrateurs.

Plantation de palétuviers en Sierra-Leone.
© Bâ

20Dans les Rivières du Sud, plusieurs sites sont inscrits dans la Convention de Ramsar, avec des statuts variables, depuis les réserves scientifiques ou réserves naturelles intégrales jusqu’aux régions naturelles aménagées à des fins d’utilisation multiple (Dugan, 1992).

21Au Sénégal, le Djoudj (delta du Sénégal), le delta du Saloum et la Basse-Casamance (forêt à la frontière de la Guinée-Bissau) sont définis comme des parcs nationaux, le Ndiaël et le Geumbeul comme des « réserves naturelles dirigées » ou encore des « sanctuaires de faunes ». Dans les autres pays de la région, la politique de protection littorale ne s’est développée que récemment. De nombreux projets de création de parcs régionaux sont en cours en république de Guinée comme en Guinée-Bissau, notamment autour des îles Bijagós, du Rio Cacine ou encore de la forêt de Tarrafes (UICN, 1997) (carte 21).

22Tant au niveau local que national et international, la multiplication des conflits entre usages et des tensions entre usagers (paysans-riziculteurs versus bûcherons, pêcheurs ou éleveurs, résidents versus migrants, autochtones versus allochtones, etc.) révèle la carence des dispositifs législatifs (Cormier-Salem, 1995). D’un côté, les communautés locales se voient dénier leurs droits d’usage prioritaires, sinon exclusifs, sur les ressources de leurs terroirs, les mangroves étant officiellement du ressort du domaine public. D’un autre côté, diverses instances administratives nationales — les Eaux et Forêts, la direction des Productions animales ou de la Pêche, le département de l’Agriculture, le ministère du Tourisme, le ministère de l’Environnement, etc. – se partagent le contrôle des ressources de la mangrove. Cette division ou plutôt cette dissolution des responsabilités est aggravée par le fait que ces institutions ont des conceptions divergentes sur le devenir des mangroves : quand les unes mettent en avant la richesse économique du milieu et tendent à en valoriser les potentialités commerciales, les autres sont davantage soucieuses de la fragilité des écosystèmes et du maintien de leur biodiversité. Aussi n’est-il pas rare de relever sur le même site des projets d’aménagement où s’opposent appréciation utilitaire et contemplation désintéressée, visées productivistes et visées protectionnistes.

Les Rivières du Sud. Les aires littorales protégées.
Conception : M.-C. Cormier-Salem – Réalisation : С. Suss – © Cormier, 1998

23Schématiquement, trois conceptions principales de la mangrove peuvent être identifiées, chacune ayant des implications en termes politiques :

  • le point de vue des productivistes, proche de celui des hygiénistes et physiocrates de l’époque précoloniale et coloniale, semble encore prédominant de nos jours. Il recouvre aussi bien celui des usagers locaux itinérants que des entrepreneurs publics et privés, nationaux et étrangers. Dans leur conception, la mangrove est perçue comme un marais stérile et malsain, à drainer et convertir, une zone vierge à conquérir ou encore un front pionnier, ultime frontière à dépasser. Les ressources sont considérées comme libres d’accès. Les mangroves sont des zones privilégiées pour développer les usages monospécifiques et intensifs (type crevetticulture) ;
  • le point de vue social et culturel recouvre en priorité celui des acteurs locaux sédentaires ou résidant la plus grande partie de l’année le long du littoral. La mangrove est définie comme une portion du terroir communautaire, support du système d’usage multiple. Les ressources sont appropriées et gérées collectivement par la communauté villageoise qui en contrôle l’accès et en garantit le renouvellement ;
  • le point de vue esthétique et écologique s’est développé plus récemment, sous l’impulsion d’experts naturalistes et d’associations de défense de la nature, comme UICN, WWF et BIROE, ONG à dimension internationale. La mangrove est présentée comme un écosystème riche et fragile dont la conservation est essentielle pour le maintien de la biodiversité à l’échelle globale. La gestion des ressources est considérée comme du ressort national ou international. Elle va de la protection intégrale de certains sites – inscrits dans la Convention de Ramsar comme réserves de biosphère – à la délimitation d’aires protégées susceptibles d’être valorisées via l’écotourisme.

24Ces conceptions divergentes de la mangrove sont relevées quelles que soient les régions et les périodes considérées. Elles conduisent bien souvent à l’adoption de dispositifs matériels et législatifs contradictoires, préjudiciables tant à la conservation des systèmes écologiques qu’à l’amélioration des conditions de vie des populations.

25À l’évidence, les politiques de gestion à long terme de la mangrove doivent être adaptées à chaque contexte et élaborées en concertation avec tous les acteurs concernés par la gestion de ces milieux, des usagers locaux aux ONG et aux agences publiques nationales et internationales... en passant par les chercheurs.

  • 6 Ce sont en particulier les scientifiques naturalistes qui sont chargés d’établir les listes d’espè (...)

26Les scientifiques sont de plus en plus souvent sollicités pour définir les cadres de références des politiques de gestion conservatrice de l’environnement selon des principes « rationnels6 ». Comme cet ouvrage s’est efforcé de le montrer, le consensus est loin d’être établi sur la définition des mangroves. L’accent a été mis sur le danger des définitions restrictives qui interdisent de poser les vraies questions à propos de la gestion de ce milieu : la mangrove n’est pas une simple ressource ou un écosystème entre mer et terre (qu’il soit forestier ou aquatique) dont l’homme serait exclu. C’est un environnement, un système d’interactions complexes, un espace, au sens d’espace géographique, c’est-à-dire tout à la fois support, produit et enjeu de rapports sociaux.

27Vouloir conserver les mangroves dans leur état naturel serait faire preuve d’une certaine naïveté, sinon d’aveuglement ou de cynisme politique.

28Vouloir concilier les diverses interprétations de la mangrove relève également de l’utopie. Dans l’élaboration d’un programme interdisciplinaire, le propos n’est pas d’obtenir un consensus ou d’établir un compromis, qui risque fort d’être « mou », mais davantage de mettre en évidence les divers points de vue pour s’efforcer de les articuler et de renvoyer chacun à ses propres entrées et concepts pour mieux les affiner.

29La confrontation des différents points de vue, niveaux et échelles d’analyse permet de mieux cerner la complexité de l’objet de recherche et de relativiser les caractères attribués aux mangroves.

30Dans cet ouvrage, les auteurs se sont ainsi efforcés d’éclairer les termes du débat, exposés en introduction, sur le caractère fragile ou robuste des mangroves, stable ou instable, riche ou pauvre, vierge ou densément peuplé, fermé ou ouvert, sain ou malsain. Ils se sont également interrogés sur les faits de permanence et de discontinuité spatiaux et temporels. Il est évident que la cohérence de l’entité spatiale délimitée « les mangroves des Rivières du Sud » est fondée moins sur l’homogénéité supposée plus que réelle de l’espace considéré, que sur la comparabilité des caractéristiques écologiques et socio-économiques de cet ensemble régional.

31En introduction, on s’interrogeait sur la difficile définition scientifique commune de la mangrove. Cette entité spatiale peut être considérée comme un géosystème – au sens de Bertrand (1986) –, ou encore comme un écocomplexe – au sens de Blandin et Lamotte (1988) –, autrement dit comme une entité spatiale de niveau supérieur à l’écosystème, hétérogène mais cohérente, dont les éléments interagissent et lui confèrent son autonomie fonctionnelle ou encore sa spécificité.

32L’analyse des processus de différenciation sur des pas de temps longs et courts, l’appréhension des interactions, des flux, des réseaux comptent parmi les principaux objectifs scientifiques communs de programme interdisciplinaire sur les systèmes à mangrove.

33Au terme de ce travail de synthèse, de nombreuses questions restent encore non résolues ; plusieurs sujets ont été seulement ébauchés, faute d’informations suffisantes ou satisfaisantes, surtout à l’échelle régionale. On se contentera ici de tracer les lignes directrices qu’il serait opportun de voir se développer, en reprenant, chapitre après chapitre, les principales interrogations ou lacunes mises en exergue par les différents contributeurs.

34Des données fiables sur la longue durée font défaut pour analyser la dynamique des littoraux, en particulier la dynamique sédimentaire. Dans la région, les plaines à chenier et les cheniers n’ont été identifiés et étudiés que par Anthony en Sierra Leone.

35Sur la faune, les travaux sont encore trop peu nombreux, surtout à l’échelle de la région. L’analyse sur les interactions entre richesse et diversité biologique et extension des forêts de mangroves reste à faire.

36Les processus de minéralisation, les mécanismes de rétention et de transfert énergétique mériteraient des études spécifiques approfondies.

  • 7 Un colloque, tenu à Lille en décembre 1997 sur les migrations en Basse Guinée, a montré toute la r (...)

37L’origine des populations littorales et leur histoire jusqu’au temps des Découvertes constituent un vaste champ d’investigation en dépit de travaux remarquables mais encore rares dans ce domaine en linguistique, en archéologie et en anthropologie historique. Sur l’histoire des groupes littoraux, des migrations et des relations entre groupes, des travaux comparatifs sont à effectuer à l’échelle régionale en démographie, linguistique, histoire, anthropologie7.

  • 8 La guerre de Libération en Guinée-Bissau, le règne, puis l’après-règne de Sékou Touré en Républiqu (...)
  • 9 Outre la nécessité de réviser les conceptions malthusiennes qui lient systématiquement croissance (...)

38En ce qui concerne la dynamique démographique récente, il n’existe pas de statistiques homogènes et fiables actualisées sur l’ensemble de la zone. L’accès aux données est rendu particulièrement malaisé par l’instabilité politique qui a régné et qui continue de régner dans la région8. De telles données, quantitatives et qualitatives, sont néanmoins indispensables pour mesurer l’importance et la diversité des flux de populations, établir la typologie des mouvements migratoires, évaluer les impacts sur les régions de départ comme d’accueil et, in fine, statuer sur la pression anthropique qui pèse sur les littoraux9.

39À cette question des migrations est liée celle de la structuration régionale, passée et actuelle des Rivières du Sud et du rôle des frontières sur les plans politique, économique, social, etc. Une analyse approfondie serait nécessaire pour mesurer les conséquences sur l’environnement des mouvements de biens et de personnes qui n’ont jamais cessé d’animer l’espace transfrontalier. Les frontières constituent des contraintes mais également des ressources, comme en témoignent les flux de produits licites et illicites à l’origine de la richesse (à des degrés divers) de villes comme Kaolack, Banjul, Bula et Sao Domingos.

40Les questions sanitaires en milieu de mangrove ont rarement été analysées. Les données sont surtout issues de travaux portant sur l’arrière-pays. La pertinence de telles études est par ailleurs discutable puisqu’il n’y aurait pas de problèmes de santé spécifiques aux mangroves. Néanmoins, il serait intéressant de recueillir des informations à propos des incidences du milieu sur certaines maladies comme les cancers et les maladies cardio-vasculaires ou encore les maladies génétiques liées aux brassages ethniques. Il serait également intéressant d’étudier les états nutritionnels des populations résidant à l’interface terre-mer, bénéficiant de ce fait de divers produits halieutiques, agricoles, arboricoles, etc.

41En ce qui concerne les aménagements techniques du milieu, il faudrait collecter des données fiables sur l’évolution de la riziculture et la place spécifique des mangroves dans les aménagements rizicoles ainsi que sur la diversification des systèmes d’usage des ressources littorales. Les aménagements passés mériteraient de faire l’objet d’un bilan critique et synthétisé. Les ONG impliquées dans la zone devraient être identifiées et leurs actions évaluées. Dans ce but, il faudrait faire plus largement appel à des spécialistes des sciences de l’ingénierie dans des équipes interdisciplinaires pour saisir les dynamiques innovantes.

42À propos des facteurs et mécanismes de changement des systèmes à mangroves, les nombreuses données recueillies dans le contexte de la péjoration climatique nécessitent d’être réactualisées. L’exploitation diachronique de ces données (1968-1998) et l’analyse comparée de sites d’étude répartis le long du gradient nord-sud des Rivières du Sud devraient permettre d’infirmer ou confirmer le rôle prééminent de la sécheresse, la flexibilité des systèmes d’usages multiples et la capacité d’initiatives des populations littorales face aux mutations de l’environnement.

43Enfin, pour mesurer la profondeur historique des tendances récentes (recul ou abandon de la riziculture profonde, développement de la pêche maritime ou encore de l’arboriculture, amplification des mouvements migratoires, etc.), il importe d’analyser les stratégies des acteurs à diverses échelles spatiales et temporelles et d’articuler le temps court au temps long des sociétés littorales.

44L’approche intégrée des relations sociétés-environnement (autrement dit, l’analyse de la coévolution des écocomplexes de mangroves) nécessite d’expliciter les catégories, les niveaux d’analyse et les échelles d’observation. La confrontation des discours (scientifiques comme populaires) aux pratiques révèle toute la polysémie des mangroves (Cormier-Salem, 1994). Au-delà des enjeux méthodologiques et conceptuels inhérents aux programmes interdisciplinaires, il s’agit d’élaborer différents modèles de gestion à long terme de ces espaces convoités, de soumettre ces modèles aux acteurs concernés et de trouver des solutions juridiques adaptées à chaque contexte.

45Le danger des positions radicales entre sanctuarisation de la nature et production à des fins utilitaires a déjà été maintes fois souligné et de nouvelles approches ont été proposées. On peut en particulier s’inspirer des réflexions de Charbonneau (1997) sur Natura 2000. L’auteur critique les politiques zonales de protection qui, in fine, aboutissent à artificialiser un peu plus la nature et suggère que soient mises en œuvre des politiques non zonales mobilisant tous les acteurs et visant à une conception « symbiotique des rapports de l’homme et de la nature fondée sur un multi-usage compatible avec le milieu et sur l’idée d’une positivité possible de la présence humaine ».

46Les mangroves des Rivières du Sud doivent être considérées comme un patrimoine à la fois naturel et humain dont la viabilité repose sur la complémentarité des usages et la multifonctionnalité des espaces. Deux types d’évolution risquent d’être néfastes à la pérennité des paysages élaborés en zone de mangrove : l’abandon ou l’intensification (Cormier-Salem, 1998).

47Aussi, pour prévenir les conflits entre usagers et la dégradation de ce patrimoine est-il nécessaire d’identifier tous les acteurs de l’environnement, de saisir les multiples valeurs et fonctions attribuées aux mangroves et de mesurer les impacts à court et à long termes des dispositifs législatifs, institutionnels et techniques, effectifs ou envisagés.

Notes

1 Comme le suggère le savoureux duo de Pauline Carton et Kowal : « Sous les pa, les papa, les palétuviers roses... »

2 Les drains, qui percent les digues, sont ouverts en saison sèche. L’eau des bolons ennoye les parcelles rizicoles, les enrichissant en matière organique et limitant les processus d’acidification.

3 Il en est ainsi des premières générations de pêcheurs migrants arrivés en Casamance, qu’ils s’agissent des Niominka liés aux Diola par une parenté à plaisanterie et installés dans le villages estuariens, mais aussi des Lebou et des Serer de la Petite Côte, accueillis dans les villages maritimes de Kafountine ou de Diembering (Cormier-Salem, 1992)

4 La politique volontariste et productiviste menée de 1950 à 1987 en république de Guinée a de multiples conséquences sur le fonctionnement du milieu. Les écoulements naturels sont modifiés et la stratégie hydraulique est inadaptée (surcalibrage des drains, envasement des canaux). L’érosion des plages de front de mer et l’appauvrissement des terres par minéralisation excessive de la matière organique comptent parmi les principaux impacts de ces aménagements. De vastes zones sont ainsi partiellement ou totalement stérilisées par acidification. Par ailleurs, ces ouvrages ne sont pas réappropriés par les paysans. Enfin, le contexte politique de la Guinée ne concourt guère à la durabilité des structures d’encadrement (Rue, 1995).

5 De nombreux auteurs, dont Saenger et al., (1970), ont mis en avant les rôles des mangroves : rôle à la fois physique (élément stabilisateur du littoral, barrière contre les tempêtes et cyclones, etc.), biologique (zone de frayère pour l’ichtyofaune, habitat refuge pour de nombreux limicoles migrateurs, etc.), et commercial (via la crevetticulture, le tourisme, les salines, etc.)

6 Ce sont en particulier les scientifiques naturalistes qui sont chargés d’établir les listes d’espèces et d’espaces menacés dans les Conventions internationales.

7 Un colloque, tenu à Lille en décembre 1997 sur les migrations en Basse Guinée, a montré toute la richesse des travaux réalisés sur chacune des communautés de la région. Ces études approfondies et spécialisées demandent désormais à être confrontées pour mieux saisir la dynamique du peuplement de l’ensemble de la région.

8 La guerre de Libération en Guinée-Bissau, le règne, puis l’après-règne de Sékou Touré en République de Guinée, les conflits actuels en Casamance, au Liberia et en Sierra Leone retentissent sur l’ensemble de la région, se traduisant notamment par des flux massifs de réfugiés.

9 Outre la nécessité de réviser les conceptions malthusiennes qui lient systématiquement croissance démographique et dégradation de l’environnement, l’augmentation généralisée de la population littorale est discutable. Ainsi, en Casamance, la dégradation des paysages n’est pas due à la pression sur les ressources mais, au contraire, à l’exode rural et en particulier à la déficience en force de travail : la migration des jeunes hommes qui, traditionnellement, sont chargés de l’entretien des digues de protection des terroirs, est largemement responsable du recul de la riziculture endiguée (Cormier-Salem, 1992; 1995).

Table des illustrations

Légende La mangrove : un terroir amphibie pour les riziculteurs-pêcheurs diola (Batinière, Casamance).© Cormier
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4994/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Légende Débarcadère de marins pêcheurs sur le littoral guinéen.© Cormier.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4994/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende La mangrove : un pâturage sur le parcours des éleveurs pasteurs nomades.© Penot.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4994/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 891k
Légende Plantation de palétuviers en Sierra-Leone.© Bâ
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4994/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 824k
Légende Les Rivières du Sud. Les aires littorales protégées.Conception : M.-C. Cormier-Salem – Réalisation : С. Suss – © Cormier, 1998
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4994/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 671k

© IRD Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Mollat