Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rivières du Sud

 | 
Marie-Christine Cormier Salem

Transcription

Texte intégral

1En raison de l’extrême diversité des noms attribués, selon les périodes et les observateurs (Européens – Français, Anglais, Portugais –, et Africains) aux groupes socioculturels, leur transcription en français sera généralement phonétique – une logique de simplicité et de lisibilité motivant ce choix.

2En outre, les noms des groupes socioculturels resteront invariables – c’est-à-dire qu’ils ne recevront pas la marque flexionnelle du féminin et/ou du pluriel.

3Par exemple, la graphie « Baïnouk » sera retenue de préférence aux graphies suivantes : Banyuk, Bañun, Baynouk, Banhun, Bagnoun, Banhün, Banhiin, etc.

4Pour les noms de lieu, la même logique de simplicité et d’homogénéité a été retenue.

5Par exemple : Sierra Leone (mais sierra-léonais), Liberia, Fouta-Djallon, Konkoure, Boke.

6Dans un syntagme composé, le terme « mangrove » sera au singulier chaque fois qu’il désignera l’espèce et indiquera une idée d’unicité ou une idée de généralité (écosystème à mangrove par rapport à d’autres écosystèmes par exemple).

7En revanche, dans un syntagme composé, le terme « mangrove » sera au pluriel chaque fois qu’il désignera les composantes et indiquera une idée de pluralité (écosystème à mangroves par rapport aux ressources).

8Selon les cas, on écrira donc : écosystème à mangrove ou écosystème à mangroves ; littoral à mangrove ou littoral à mangroves ; etc.

© IRD Éditions, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site