Version classiqueVersion mobile

Eaux, pauvreté et crises sociales

 | 
Habib Ayeb
, 
Thierry Ruf

Eaux, pauvreté et crises sociales : approches de quelques régions marocaines

Les limites du programme national pour la promotion de l’irrigation localisée

Cas du Gharb

A. El Hasnaoui, A. Hilali et M. Raki

Texte intégral

Introduction

1Depuis les années 1960, l’agriculture marocaine a été fortement influencée par la politique de l’irrigation. Cette politique a été caractérisée par le développement des ressources en eau pour faire de l’irrigation un levier de développement économique et social et assurer par conséquent la sécurité alimentaire du pays. À partir de 1967, l’État a concentré ses efforts sur la construction des barrages et l’aménagement hydro-agricole des grands périmètres irrigués.

2Au milieu des années 1980 et dans cadre de la politique d’ajustement structurel, l’État décida de réorienter sa politique agricole afin de réduire les charges financières dues au remboursement de la dette extérieure dont une grande partie avait été affectée au financement de la politique de la grande hydraulique. De plus, le décalage persistant entre les superficies dominées par les barrages et celles effectivement irriguées a contribué à réduire la rentabilisation des capitaux investis. L’État a par conséquent décidé de se désengager progressivement de ses domaines d’intervention notamment en associant davantage le secteur privé au développement de l’agriculture irriguée. Il a ainsi procédé à l’amélioration du Code des investissements agricoles et à la création en 1986 du Fonds du développement agricole qui est considéré comme le pivot de l’incitation de l’investissement privé dans l’agriculture.

3La fréquence de la sécheresse durant ces deux dernières décennies a poussé l’État à inciter les agriculteurs à mener une gestion plus rationnelle de l’eau en utilisant des techniques économes telles que le goutte-à-goutte. C’est dans ce cadre qu’un projet national a été adopté en l’an 2000 prévoyant d’équiper 114 500 hectares en irrigation localisée en cinq ans (tableau 1). Le coût global de ce projet s’élève à 3,8 milliards de dirhams. Il concerne principalement les plantations et les superficies cultivées en maraîchage. Cependant, malgré la subvention de l’État qui correspond à 40 % du coût des équipements, les réalisations restent timides puisque à titre d’exemple, la superficie équipée dans le Gharb n’est que de 3 000 ha sur un total prévu de 14 000 ha. Ce retard est également observé dans le Haouz.

Tableau 1. Programme national pour la promotion de l’irrigation localisée

Tableau 1. Programme national pour la promotion de l’irrigation localisée

Source : ministère de l’Agriculture, du Développement rural et des Eaux et Forêts, décembre 2003.

4D’autres mesures institutionnelles ont été prises telles que la promulgation de la loi n° 10-95 sur l’eau et la création des Associations des usagers des eaux agricoles (AUEA).

5Dans le Gharb, le gaspillage de l’eau à la parcelle est important notamment dans les secteurs équipés anciennement et qui connaissent une forte dégradation. L’irrigation gravitaire représente 80 % de la superficie équipée en grande hydraulique et 20 % en système aspersif. La superficie équipée en irrigation localisée couvre 5 787 hectares vers la fin 2004, soit à peine 2,5 % de la superficie totale irriguée. Trois séries de raisons majeures expliquent cette situation : l’inadaptation des aménagements hydro-agricoles étatiques aux exigences des cultures les plus rentables, le rôle du secteur privé dans la naissance de l’irrigation localisée et les contraintes spécifiques des exploitations familiales de la région.

Inadaptation des aménagements hydro-agricoles étatiques aux exigences des cultures les plus rentables

6La totalité de la superficie équipée en irrigation localisée est occupée par des cultures dont les besoins en eau ne peuvent pas être couverts d’une manière satisfaisante par les modes d’irrigation gravitaire ou aspersif. Il s’agit principalement des plantations de banane et de la culture de la fraise. Ces productions exigent une disponibilité permanente de l’eau en tête des parcelles. Les puits permettent de garantir cette possibilité lorsque la nappe phréatique n’est pas très profonde. L’irrigation localisée est quasiment absente dans les zones équipées en grande hydraulique par l’État. Elle est située dans les zones non équipées. Certes, sur le plan technique, il est possible d’installer des aménagements complémentaires dans les secteurs équipés par l’État afin de répondre aux exigences de l’irrigation localisée. Ces aménagements consistent à réaliser des ouvrages qui permettraient aux agriculteurs d’échapper à la discipline du tour d’eau et à celle du respect des assolements, qui ont été libéralisés mais qui restent obligatoires dans les faits, puisque les lâchers d’eau ne sont effectués que s’il y a une demande suffisante en eau.

7Les aménagements qui ont été réalisés dans le cadre des équipements en grande hydraulique ont été conçus pour des assolements définis à l’avance et qui rendent les agriculteurs dépendants d’une seule borne d’irrigation ou d’un seul canal. Ce système est adapté aux grandes cultures. Le maraîchage demande un système d’approvisionnement qui garantit l’eau aux cultures à tout moment. Des expériences limitées ont été entreprises dans ce sens. À titre d’exemple, le maraîchage s’est développé grâce au pompage privé effectué sur le canal d’amenée de Boumaïz. Une coopérative dite de la réforme agraire a entamé un projet de reconversion du réseau d’irrigation aspersif en irrigation localisée. Dans le Loukkos, une expérience similaire est en cours de réalisation dans le secteur R’mel. Ce type de reconversion nécessite, cependant, une concertation entre les usagers qui utilisent les mêmes dispositifs d’accès à l’eau d’irrigation. Les mécanismes institutionnels mis en place dans le cadre de la gestion participative visant à organiser les agriculteurs en associations d’usagers (les AUEA) n’ont pas encore donné leur fruit. Le nouveau programme étatique destiné à promouvoir l’irrigation localisée se limite à mettre en place des subventions destinées à couvrir une partie des équipements nécessaires à l’installation de l’irrigation localisée. Il prévoit la conversion en irrigation localisée de toutes les superficies plantées ainsi que celles occupées par le maraîchage, mais il ne prévoit aucune mesure institutionnelle pour résoudre les problèmes fonciers qui sont à l’origine de la faible progression des superficies équipées en irrigation localisée. En particulier, il n’est pas prévu de mesures destinées à encourager le regroupement des petits paysans irrigants autour d’un bassin d’accumulation qui permettrait de stocker l’eau en attendant le prochain tour d’eau. Il s’agit par conséquent d’un projet de modernisation qui ignore le contexte socio-économique dans lequel il s’insère. La portée de ce programme est par conséquent limitée aux grandes exploitations et aux investisseurs susceptibles de rentabiliser ces installations. Ce constat sera largement confirmé à travers le déroulement du processus historique qui a vu naître le développement de l’irrigation localisée dans le Gharb.

Rôle du secteur privé dans la naissance de l’irrigation localisée

8C’est l’initiative privée qui a été à l’origine de l’introduction de cette technique à l’occasion du développement des plantations de banane (à la suite de la décision des pouvoirs publics d’interdire en 1985 l’importation de ce fruit) et par la suite de l’extension de la culture de la fraise dans la région notamment par des promoteurs espagnols.

Historique du développement des plantations de banane et des fraisiers

  • 1 À la fin des années 1980, avec un coût de revient de 4,5 à 5 dirhams et un prix de vente en gros d (...)
  • 2 M. Sadio-Cissé (2000). Étude technico-économique de trois exploitations bananières dans les Menasr (...)

9Ces cultures, pratiquées sous serres, ont été introduites par de grands agriculteurs et par des citadins aisés surtout dans la zone côtière située à proximité de la ville de Kénitra1. Sur un échantillon de 20 producteurs de banane, 25 % sont des ingénieurs, 20 % des techniciens, 10 % des militaires, 25 % des professions libérales et seulement 10 % des agriculteurs de la zone2. Tous ces nouveaux venus ont bénéficié d’un financement auprès de la Caisse nationale du crédit agricole. Cette belle occasion a été à l’origine d’une grande vague d’installations de bananeraie entre 1986 et 1992, époque d’or pour les producteurs sans concurrence, encouragée par la rentabilité élevée du bananier en comparaison avec les cultures des produits de base telles que les céréales, la betterave sucrière...

10Le choix de la zone côtière est dû au fait que le type de sol qui est sablonneux s’adapte bien au développement de ces cultures sans oublier la présence d’une nappe phréatique peu profonde qui mobilise une eau abondante et de bonne qualité particulièrement adaptée au matériel d’irrigation localisée sensible aux eaux chargées (bouchage des mini-diffuseurs ou des goutteurs).

11Ainsi, le bananier et le fraisier constituent les principales cultures qui ont joué un rôle capital dans le développement de l’irrigation localisée au niveau du périmètre du Gharb. Les superficies équipées en irrigation localisée étaient faibles entre les années 1985 et 1990 et concernaient principalement le bananier mais, à partir de 1992, cette technique d’irrigation a pris de l’ampleur avec une augmentation sensible des superficies de bananier et du fraisier. Actuellement, le périmètre du Gharb compte une superficie d’environ 3 000 ha répartie de la manière suivante :

Tableau 2. Répartition des cultures dans les terres aménagées en irrigation localisée

Tableau 2. Répartition des cultures dans les terres aménagées en irrigation localisée

12Si les premiers équipements en irrigation localisée ont été concentrés au niveau de la zone côtière, d’autres régions situées à l’intérieur de la plaine du Gharb (régions de Sidi Slimane, Sidi Kacem et Mechraâ Bel Ksiri) connaissent une extension de cette technique sous l’impulsion des grandes exploitations qui disposent de grandes parcelles plantées en agrume, en vigne ou en maraîchage d’exportation.

13Cette extension sur d’autres territoires s’explique pour deux raisons :

  • l’ouverture du marché intérieur aux importations de bananes provenant de pays qui produisent à moindre coût pour une meilleure qualité s’est traduite par une forte baisse des prix et a poussé une partie des producteurs de banane à se réorienter vers le maraîchage ou à cesser cette activité ;
  • l’augmentation des prix de location de la terre dans la zone côtière surtout avec la concurrence des investisseurs espagnols qui ont loué une superficie importante pour la production des fraises destinée à l’export a poussé les investisseurs à rechercher de nouvelles terres.

14Au début de l’installation du bananier, les rendements étaient faibles (36 tonnes en moyenne par ha) en raison d’une maîtrise insuffisante des techniques culturales par ces nouveaux agriculteurs. Cette faible productivité était cependant compensée par des prix rémunérateurs. L’ouverture de ce marché aux importations s’est d’abord traduite par une chute des superficies plantées en bananier (diminution de 100 ha entre 1993-1994 et 1994-1995) et l’abandon de cette culture par les producteurs les moins compétitifs. À partir de 1995, les superficies ont progressé mais le nombre de producteurs a baissé.

15Après les accords de l’OMC, des licences d'importation de banane ont été à nouveau accordées, on a assisté à l’introduction de la banane à Casablanca en provenance du Costa Rica. Ce produit a été bien accueilli par les consommateurs qui trouvèrent à leur goût ces longues bananes claires, étiquetées et mûries à point.

16La culture de la fraise a également joué un rôle moteur dans l’extension de l’irrigation localisée. Elle s’est développée au nord-ouest de la plaine du Gharb dans la région de Sidi Mohammed Lahmer et de Moulay Bousselham. En 1993, la superficie cultivée couvrait 93 ha. Elle a atteint 1 134 ha en 2001/2002, pour redescendre à 770 ha en 2002/2003 au profit des cultures maraîchères. Cette culture devait approvisionner une usine de conditionnement et d’emballage des fraises construite par des promoteurs espagnols. La société produisait des fraises elle-même en louant les terres voisines et en concluant des contrats avec les agriculteurs de la zone.

17Les investisseurs espagnols ont joué un rôle important dans la vulgarisation des techniques d’irrigation localisée auprès des agriculteurs originaires de la zone. Ils louaient des terrains et recrutaient ces mêmes locataires en tant qu’ouvriers agricoles qui ont eu ainsi l’occasion de s’initier à cette culture. Plusieurs investisseurs, une fois leur projets rentabilisés, ont vendu leurs équipements à des prix abordables aux agriculteurs de la région. Ces derniers sont devenus actuellement des agriculteurs performants. Ces techniques sont devenues par conséquent à la portée des agriculteurs qui n’ont pas de gros moyens financiers. De plus, une technologie locale de fabrication d’une partie des équipements en irrigation localisée a vu le jour à des prix abordables. Cette culture a également permis de créer des emplois surtout pour la main-d’œuvre féminine (cueillette de la récolte et travaux d’emballage au niveau des usines).

Les bénéficiaires des subventions accordées à l’irrigation localisée

18À quels types d’agriculteurs les subventions accordées à l’irrigation localisée ont-elles profité le plus ? Cette question sera examinée, d’une part, à travers l’analyse de la répartition du montant global des subventions distribuées et, d’autre part, la présentation d’un échantillon d’exploitations agricoles qui ont bénéficié de ces subventions.

Répartition des subventions par taille d’exploitation et par zone

19Entre 1986 et 2003, la subvention accordée à l’irrigation localisée au niveau du périmètre du Gharb a profité à 291 agriculteurs avec un montant d’environ 21 millions de Dirhams. La lecture du tableau relatif à la répartition des subventions par taille d’exploitation et par zone permet d’étayer les observations relevées dans la première partie de cet article tout en apportant quelques nuances à cette analyse (tableau 3).

20Les agriculteurs bénéficiaires de la zone côtière qui représentent 81 % de l’ensemble du périmètre n’ont bénéficié que de 41 % du montant total de la subvention. Les agriculteurs de la zone interne qui ne représentent que 19 % ont bénéficié de 59 % du montant total de la subvention.

21Ces subventions ont largement profité aux exploitations de petite dimension dans la zone côtière contrairement à la zone intérieure. En effet, plus de la moitié des exploitations bénéficiaires de la subvention dans la zone littorale ont une superficie inférieure à 10 ha. Ces exploitations n’ont cependant reçu que 32 % de la subvention allouée dans la zone côtière. Dans la zone intérieure, les petites exploitations ont été quasiment écartées de la subvention.

Tableau 3. Répartition des subventions par taille d’exploitation

Tableau 3. Répartition des subventions par taille d’exploitation

Source : ORMVAG 2003

Graphique 1. Évolution de la subvention accordée à l’irrigation localisée au niveau du périmètre

Graphique 1. Évolution de la subvention accordée à l’irrigation localisée au niveau du périmètre

Source : ORMVAG 2003

22La procédure du montage du dossier de la subvention est relativement lourde. Un peu plus de la moitié d’un échantillon d’exploitations enquêtées (voir paragraphe suivant) aura bénéficié de la subvention, 13 % ont abandonné cette procédure et 33 % des dossiers sont en cours de traitement au moment de l’enquête. 87 % des agriculteurs enquêtés déclarent cependant que si la procédure est difficile pour obtenir la subvention, ceci n’influencera pas le développement de cette technique d’irrigation. La preuve en est que la plupart des petits projets en cours d’installation au moment de l’enquête n’avaient pas obtenu d’autorisation pour le creusement des puits, ni été précédés par une étude technique pour leur réalisation. La subvention ne constitue pas le facteur principal de la prise de décision pour adopter le système de l’irrigation localisée. C’est la rentabilité des cultures qui justifie ou non l’utilisation de cette technique.

Typologie des exploitations équipées en irrigation localisée

23L’enquête a porté sur un échantillon composé de 15 exploitations agricoles dont 10 sont situées dans la zone côtière et 5 aux alentours des villes de Sidi Slimane et de Sidi Kaacem (l’intérieur de la plaine du Gharb). L’échantillon retenu représente 5 % de l’ensemble des exploitations en irrigation localisée et couvre toutes les tailles de superficie.

24Du point de vue des caractéristiques des exploitants, cette enquête a montré qu’il s’agit d’une population relativement jeune puisque 60 % ces agriculteurs sont âgés de moins de 50 ans. Leur niveau d’instruction est élevé : 47 % ont suivi l’enseignement du supérieur, 40 % le secondaire et 13 % le primaire. C’est ce qui explique que 60 % d’entre eux continuent à habiter en ville.

25Du point de vue des caractéristiques de ces exploitations, il est à souligner que près de la moitié utilisent de la main-d’œuvre familiale et que les trois quarts font appel aux travailleurs salariés. Ces exploitations sont gérées directement par leur propriétaire à raison des deux tiers de l’échantillon. Le reste est géré par des techniciens et parfois par des ingénieurs.

26Ces exploitations sont spécialisées. L’élevage est quasiment absent. Ce sont les producteurs de fraise qui gagnent le plus d’argent. La marge nette par hectare peut atteindre jusqu’à 350 milliers de dirhams. Les producteurs de banane viennent en deuxième position, le profit par hectare peut varier entre 119 et 170 milliers de dirhams. Les cultures maraîchères arrivent en dernier avec une marge nette qui n’est plus que de l’ordre de 3 à 21 milliers de dirhams par ha. Ces cultures sont d’ailleurs pratiquées surtout par des exploitations familiales dont certaines disposent de terres dont la nature de leur statut foncier est collectif, ce qui montre que ce statut foncier ne s’oppose pas toujours aux projets de modernisation.

Les contraintes spécifiques aux exploitations familiales de la région

27Les caractéristiques propres aux exploitations familiales ainsi que les problèmes spécifiques liés à chacune des cultures rencontrées dans la région expliquent en grande partie la faiblesse de l’extension du système d’irrigation localisé.

Caractéristiques des exploitations familiales dans le Gharb

28Les petites exploitations familiales représentent 69 % des exploitations irriguées du périmètre du Gharb et détiennent 20 % des superficies cultivées. Elles se caractérisent par l’importance du poids démographique qui pèse sur elles (8 à 10 personnes par foyer), de fortes disponibilités en travail familial, la complexité des statuts fonciers (la propriété individuelle de la terre est rare), un endettement excessif, une épargne investie dans l’habitat et le bétail, un système de cultures diversifiées (blé, canne et betterave à sucre, tournesol, maïs…) où les cultures fourragères et en particulier le bersim (trèfle) constitue le pilier du système de production de ces exploitations. L’importance du rôle de l’élevage s’explique par le fait qu’il représente une valeur refuge plus sûre que le réinvestissement dans d’autres activités agricoles. L’élevage laitier bovin (1 à 3 têtes) est commun à presque toutes ces exploitations ainsi que celui des ovins (7 à 15 têtes). Ces deux élevages sont souvent associés. Cependant, les possibilités d’augmentation du cheptel sont faibles, en raison du manque d’espace et des superficies qui peuvent être consacrées aux cultures fourragères. Enfin, en dehors du petit équipement, ces exploitations dépendent de la location du matériel agricole.

Problèmes spécifiques des cultures dans la région

29D’une manière générale, le coût de l’irrigation représente entre 8 à 25 % des charges opérationnelles alors que les cultures sont peu, voire non irriguées (il faut préciser que tous les agriculteurs du Gharb sont soumis à une taxe de base pour l’irrigation, même si ils n’ont pas recours aux eaux fournies par l’Office).

Le blé

30Les agriculteurs continuent à ne pas irriguer le blé, probablement, par ce que c’est l’activité qui valorise à leurs yeux le moins l’eau d’irrigation en raison de la surfacturation due aux pertes d’eau qui interviennent le long du réseau d’irrigation. Cependant, ceux parmi eux qui apportent une seule irrigation au milieu du cycle du blé (stade montaison), à l’aide du pompage privé soit directement de l’oued, soit à partir du canal principal, sont satisfaits du gain de productivité occasionné par cet apport hydrique. Les céréales d’automne sont également pratiquées pour échapper aux contraintes du système des cultures sous contrat. Ainsi, ils peuvent décider librement du sort des grains et des bottes de paille.

31Le coût de production moyen (CPM) du blé est estimé à 2 520 Dhs/ha. La mécanisation (prestations de labour, moisson, bottelage) représente 42 % des charges, les semences sélectionnées 24 %, les engrais de couverture 14 %, le travail salarial 10 % (7 à 10 jours par ha) et les produits phytosanitaires 3 % (figure 1). Un seul traitement herbicide est utilisé. Le blé ne bénéficie pas d’engrais de fond après un précédent cultural : bersim, betterave ou une culture maraîchère.

Figure 1. Structure du coût de production moyen d’un hectare de blé (cas d’une coopérative de la réforme agraire à Sidi Allal Tazi)

Figure 1. Structure du coût de production moyen d’un hectare de blé (cas d’une coopérative de la réforme agraire à Sidi Allal Tazi)

La betterave à sucre

32Les agriculteurs sont conscients de l’opportunité de la valorisation de l’eau par la betterave. Cependant, comme les sols sont généralement lourds, les plantes risquent d’être asphyxiées si la pluie survient juste après l’irrigation. Dans ces conditions, ils cherchent à minimiser les risques en irrigant le moins possible afin d’obtenir un rendement moyen de 45 tonnes à l’hectare au lieu d’espérer plus (70 tonnes) avec une probabilité de tout perdre. La culture de la betterave est très exigeante en main-d’œuvre (138 jours de travail par hectare). Elle peut entrer en compétition avec les autres activités, en particulier l’élevage. Lorsque la superficie allouée à cette culture dépasse un hectare, la main-d’œuvre familiale s’avère insuffisante mais le recours à la main d’œuvre salariale est tributaire de l’état de la trésorerie de l’exploitation.

33Le CPM/ha de la betterave à sucre est estimé à 9 870 DH/ha. Les engrais représentent 40 % de ce coût et la main-d’œuvre 30 % (figure 2). La qualité et le prix des intrants font souvent l’objet de contestations des agriculteurs aussi bien pour la betterave que pour la canne à sucre.

Figure 2. Structure du coût de production moyen d’un hectare de betterave

Figure 2. Structure du coût de production moyen d’un hectare de betterave

La canne à sucre

34Les agriculteurs n’ignorent pas l’importance des recettes qui pourraient être générées par une irrigation raisonnée de la canne à sucre. Cependant, les retards des lâchers d’eau constituent un sérieux risque qui peut compromettre la rentabilité de cette culture et augmenter la facture de l’irrigation sans résultat. Les agriculteurs qui en ont les moyens préfèrent se rabattre sur une utilisation plus intensive des engrais et des produits de traitement. La canne à sucre joue un rôle important au sein des systèmes de production, du fait qu’elle est peu exigeante en main-d’œuvre (sauf pour la récolte qui absorbe environ 57 jours/ha).

35Selon les agriculteurs, la période de la coupe a une influence sur la productivité de la canne. La majorité d’entre eux refuse de récolter en hiver car les parcelles sont difficilement accessibles et le taux de sucre pendant cette période est faible. En été, la coupe se traduit par un faible rendement l’année suivante. Par contre, la coupe de printemps est considérée comme la meilleure car elle permet d’atteindre un taux de sucre et un rendement importants l’année suivante, à condition d’avoir eu la possibilité d’irriguer juste après la récolte, ce qui est rarement le cas en raison de la longueur des délais observés dans le déroulement des récoltes et de leur transport. Une enquête réalisée auprès d’une coopérative de la réforme agraire a révélé que la durée de la récolte atteint en moyenne 30 à 45 jours entre la première et la dernière parcelle de la même sole et 60 à 90 jours entre la première et la dernière sole du même bloc. Ainsi, les premières parcelles récoltées ne peuvent être irriguées qu’après trois mois pour permettre aux camions d’accéder aux dernières parcelles du même bloc. Après la récolte, il faut attendre 3 à 7 jours avant qu’un camion n’arrive pour l’acheminer vers l’usine.

36Le coût moyen d’installation de la canne à sucre est estimé à 9 705 DH/ha dont plus de 60 % vont à l’achat des plants et aux engrais. Le CPM de la canne à sucre est estimé à 7 211 DH/ha dont 27 % représentent l’amortissement des dépenses d’installation de la plantation (la durée est de cinq années). La récolte est souvent effectuée par la main d’œuvre salariale, qui représente 38 % du CPM/ha (15 DH/100 mètres de canne à sucre. Les autres travaux moins pénibles sont confiés à la main-d’œuvre familiale.

Le bersim (trêfle d’Alexandrie)

37Le bersim est la principale culture fourragère dans le Gharb. Les coupes et le transport du bersim donnent lieu à une intense activité. La quasi-totalité du périmètre est quadrillé par un mouvement incessant de charrettes transportant ce fourrage. Cette culture occupe une place primordiale dans les stratégies des agriculteurs. Elle détermine en particulier le fonctionnement de l’élevage laitier qui permet d’assurer un revenu quotidien. Les cultures sous serre de la région constituent un bon débouché pour le fumier produit par ces élevages. Cette commercialisation se fait souvent au profit des femmes.

38Le cycle d’exploitation du bersim qui s’étale du mois de décembre au mois de mai, peut être allongé s’il est semé à la fin du mois d’août et s’il est irrigué durant cette période. Or, l’installation de cette culture ne commence qu’après les premières pluies d’automne (fin septembre-octobre). Ce retard se traduit par une perte d’une à deux coupes par rapport au semis précoce.

39Le CPM /ha du bersim après riz est estimé à 2 430 DH/ha. Il est majoré de 900 DH/ha (labours, recouvrement, irrigation) quand le précédent cultural est autre que le riz. Pour une seule irrigation, la facture de l’eau représente 25 % du CPM/ha, la mécanisation 22 % (moisson et bottelage uniquement), le travail salarial 12 % (les coupes et le transport sont confiés à la main-d’œuvre familiale estimée à 36 journées de travail) (fig.3). Par ailleurs, les agriculteurs accordent beaucoup d’importance au rendement en grain du bersim (entre 4 et 7 qx/ha) puisque les disponibilités en semence en début de campagne sont insuffisantes et sont vendues à des prix élevés (800 DH le quintal). Ainsi, pour une dose de 60 kg/ha la semence représente 20 % du CPM/ha).

Figure 3. Structure du coût de production moyen d’un hectare de Bersim

Figure 3. Structure du coût de production moyen d’un hectare de Bersim

Le riz

40Malgré de bons niveaux de rendement (entre 80 et 100 qx/ha), les agriculteurs sont pénalisés par des taux élevés d’agréage (entre 20 et 50 %) appliqués par les rizeries. Le seuil de rentabilité de la culture n’est atteint qu’à partir d’un rendement de 70 qx /ha (tableau 4).

Tableau 4. Prix de revient d’un kilogramme de riz pour différents niveaux de rendement et selon trois taux d’agréage

Tableau 4. Prix de revient d’un kilogramme de riz pour différents niveaux de rendement et selon trois taux d’agréage

I = impureté, H = humidité, TA = taux d’agréage, Prix d’achat de l’usine = 3, 80 dh/kg

41Pour obtenir ce seuil de rentabilité, les agriculteurs contractent des emprunts auprès des rizeries, ce qui les oblige à reconduire la culture de riz l’année suivante en espérant s’acquitter des dettes. Le retard des semis lié aux retards des lâchers d’eau compromet la productivité de cette culture.

42Pour un rendement de 90 qx/ha, le CPM/ha du riz est estimé à 15 950 DH/ha dont les engrais représentent 26 %, l’irrigation 23 %, les semences 8 %, le transport de la production de la parcelle à l’usine 6 % (figure 4). Le coût du transport du quintal de riz peut atteindre 20 DH du fait que la récolte coïncide avec les premières pluies d’automne, ce qui rend les parcelles de riz impraticables pour les engins de transport. La culture du riz est également coûteuse en main-d’œuvre. Elle exige 122 journées de travail par hectare. Pour 92 journées de travail salarial, le coût du travail représente 23 % du CPM/ha. La qualité des semences fait l’objet de contestations des agriculteurs. Les variétés d’origine marocaine (Hayat et Maghribia) sont appréciées par les agriculteurs mais les rizeries continuent à ne pas les distribuer en raison de problèmes liés à l’usinage du riz.

Figure 4. Structure du coût de production moyen d’un hectare de riz

Figure 4. Structure du coût de production moyen d’un hectare de riz

Les agrumes

43Les agrumes souffrent essentiellement du vieillissement des vergers, aussi une grande majorité des exploitations agrumicoles se tourne vers le marché local. La vente se fait généralement sur pieds. Le revenu net moyen est de 11 000 Dh/ha. Le CPM est de 14 000 DH/ha. L’irrigation, la fertilisation, les produits phytosanitaires, la mécanisation représentent respectivement 24 %, 20 %, 13 % et 9 % de ce coût. L’emploi de la main d’œuvre salariale représente la part la plus importante, soit 30 % avec environ 142 journées de travail/ha.

Conclusion

44La valorisation de l’irrigation en grande hydraulique est conditionnée au préalable par la levée des obstacles qui s’opposent au développement des différentes cultures ainsi que des contraintes qui s’opposent à l’amélioration de l’irrigation de ces cultures. Dans ce contexte, l’irrigation localisée continuera à connaître de sérieuses limites tant que ces obstacles ne seront pas levés. Cette technique connaît cependant un succès réel au niveau de la zone côtière du Gharb car les investissements sont bien valorisés par la rentabilité des cultures qui y sont pratiquées. La rentabilité des cultures conduites sous irrigation localisée est meilleure en comparaison avec celles conduites sous irrigation gravitaire ou aspersive, mais cela n’exclut pas son adaptation à l’ensemble du périmètre au niveau des secteurs de la grande hydraulique. L’adoption de ce système d’irrigation est cependant conditionnée par une série de facteurs dont l’accès au crédit, la résolution des problèmes fonciers (qui pourrait débloquer la situation de stagnation des investissements dans le Gharb et dans bien d’autres périmètres) et un encadrement rapproché dans le domaine de la conception des projets, du choix du matériel d’irrigation, d’installation du matériel d’irrigation, d’exploitation et de maintenance du matériel. L’État devrait en outre faciliter la procédure de constitution des dossiers de subvention, encourager la construction des bassins d’irrigation (en terre ou en béton armée) et autoriser le creusement des puits et forages (lorsque la nappe le permet) car le tour d’eau au niveau du réseau public n’encourage pas l’installation des cultures d’été. L’autorisation d’utiliser les eaux de pluies retenues dans les canaux de drainage constitue également une mesure destinée à favoriser l’installation précoce des cultures et à améliorer ainsi le taux d’intensification culturale. Enfin, le développement de l’agro-industrie devrait contribuer à accroître les débouchés et à les rendre plus attractifs. Dans ce contexte, la dynamisation des associations des usagers agricoles et le renforcement du tissu associatif pourraient servir à renforcer la capacité de négociation des agriculteurs.

Notes

1 À la fin des années 1980, avec un coût de revient de 4,5 à 5 dirhams et un prix de vente en gros dépassant à l'époque les 12 dh, la marge atteint 7 dh au kilo. Un bon maraîcher, qui produit 70 t à l'hectare, pouvait ainsi compter sur un chiffre d'affaires de 840 000 dh et un bénéfice de 490 000 dh à l'hectare. De quoi amortir ses installations dès la première récolte.
Pour toutes ces raisons, la banane est devenue la culture de prédilection des agriculteurs du dimanche, ces citadins, fonctionnaires ou chefs d'entreprises, qui, le week-end, viennent faire un tour rapide sur leur ferme. La moitié des exploitations de bananes sont d'ailleurs situées près de Rabat, Salé, Casablanca et Kenitra. Pour trouver une terre où s'installer, ces fermiers occasionnels ont fait flamber le prix du foncier. À la fin des années 1980, l'argent était abondant ; beaucoup d'hommes d'affaires ont investi ce créneau, louant ou achetant à prix d'or des terres à proximité des centres urbains où ils habitaient.
Autour de Rabat, le prix de location à l'hectare est passé de 1 500 dh à 15 000 dh. Le prix des terres à l'achat a parfois été multiplié par cent ! La banane était alors si rentable que ces sommes paraissaient supportables. À l'abri de toute concurrence, ces pionniers bénéficient sur les marchés de prix extrêmement rémunérateurs. Par Samuel Vallée.

2 M. Sadio-Cissé (2000). Étude technico-économique de trois exploitations bananières dans les Menasra. Mémoire de troisième cycle. IAV-Hassan II. Rabat.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Programme national pour la promotion de l’irrigation localisée
Légende Source : ministère de l’Agriculture, du Développement rural et des Eaux et Forêts, décembre 2003.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4895/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Tableau 2. Répartition des cultures dans les terres aménagées en irrigation localisée
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4895/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Tableau 3. Répartition des subventions par taille d’exploitation
Légende Source : ORMVAG 2003
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4895/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 1. Évolution de la subvention accordée à l’irrigation localisée au niveau du périmètre
Légende Source : ORMVAG 2003
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4895/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 1. Structure du coût de production moyen d’un hectare de blé (cas d’une coopérative de la réforme agraire à Sidi Allal Tazi)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4895/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Figure 2. Structure du coût de production moyen d’un hectare de betterave
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4895/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Figure 3. Structure du coût de production moyen d’un hectare de Bersim
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4895/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Tableau 4. Prix de revient d’un kilogramme de riz pour différents niveaux de rendement et selon trois taux d’agréage
Légende I = impureté, H = humidité, TA = taux d’agréage, Prix d’achat de l’usine = 3, 80 dh/kg
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4895/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Figure 4. Structure du coût de production moyen d’un hectare de riz
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4895/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

Auteurs

Agro-écoomiste

Agro-écoomiste

Agro-écoomiste

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search