Version classiqueVersion mobile

Eaux, pauvreté et crises sociales

 | 
Habib Ayeb
, 
Thierry Ruf

Eaux, pauvreté et crises sociales : approches de quelques régions marocaines

L’irrigation dans le périmètre du N’Fis

Difficile adaptation des petits fellahs aux nouvelles conditions d’irrigation

Abdoul Aziz Yanogo

Texte intégral

L’irrigation au Maroc : fer de lance du développement

1L’agriculture irriguée est dans de nombreux pays et depuis quelques années soumise à des bouleversements. En effet, si elle a longtemps été caractérisée par une gestion de l’offre et une intervention quelque peu dirigiste des États (construction de barrages et aménagements et gestion de grands périmètres irrigués), on assiste depuis quelques années à un désengagement de ceux-ci vers une responsabilisation des usagers dans la gestion des grands périmètres irrigués.

2Le Maroc n’échappe pas à cette vague de désengagement de l’État, et les Associations des usagers des eaux agricoles créées dans les périmètres irrigués en sont les organes moteurs.

3En effet ce pays, qualifié de « royaume de la grande hydraulique », a basé son développement sur le domaine agricole à travers un ambitieux programme de construction de barrages qui l’a doté aujourd’hui de plus d’un million d’hectares irrigués.

4Cette politique avait pour objectif de faire de l’agriculture, principalement l’agriculture irriguée, le moteur du développement du pays. Elle devait permettre entre autres une augmentation et une diversification de la production pour assurer l’autosuffisance alimentaire. Sur le plan social, l’agriculture irriguée devait constituer un moyen de retenir les populations rurales désireuses de tenter leurs chances dans des villes de plus en plus peuplées et de moins en moins aptes à fournir du travail à une population peu qualifiée.

5Ainsi, dès l’indépendance, on assiste à une course pour la construction de retenues d’eau à des coûts élevés. Les périmètres ainsi aménagés (souvent partiellement) sont gérés par l’État qui dicte les assolements à pratiquer et réglemente les normes d’exploitation.

Carte 1. Périmètre irrigué de l’office du Haouz de Marrakech

Carte 1. Périmètre irrigué de l’office du Haouz de Marrakech

6Au fil du temps, les aménagements sont devenus de plus en plus coûteux (ceux qui ont été réalisés les premiers sont ceux qui demandent le moins d’investissements), l’entretien de ceux déjà construits revient aussi de plus en plus cher. C’est donc principalement pour des raisons économiques que l’État marocain à l’instar de beaucoup d’autres États a commencé à se désengager de la gestion des périmètres irrigués.

7Le périmètre irrigué du N’Fis est l’un des grands périmètres où ce désengagement est en cours tant bien que mal. L’office régional de mise en valeur agricole du Haouz, chargé de la gestion du périmètre, est confronté à divers problèmes qui entravent son bon fonctionnement :

  • augmentation de la population donc des besoins en eau ;
  • diversification des secteurs utilisateurs de l’eau ;
  • manque de moyens financiers pour l’entretien des réseaux, donc vétusté de ceuxci ;
  • manque croissant de la disponibilité due aux sécheresses.

8Tous ces facteurs contribuent à influencer la qualité du service de l’eau fourni par l’Ormva à ses usagers-clients.

9Comment la qualité de ce service influe-t-elle sur l’accès à l’eau des usagers ? Qui sont ceux qui pâtissent le plus de cet état de fonctionnement ? Comment interviennent-ils dans la gestion ? Tels sont les points qui seront traités dans cette communication.

Le N’Fis, périmètre d’une longue tradition d’irrigation

10C’est dans l’extrême-ouest de la zone d’action de l’Office régional de mise en valeur agricole du Haouz que se situe le périmètre du N’Fis (voir carte 1). Il s’étend sur les parties planes des bassins de deux oueds : l’oued N’Fis et l’oued Bahja. C’est un périmètre couvrant une superficie d’environ 50 000 ha où la rareté de la ressource eau, la multiplicité des statuts fonciers et l’éclatement de la structure foncière constituent les caractéristiques d’une agriculture peu diversifiée.

  • 1 Les khettaras sont des galeries creusées dans le sol qui drainent les eaux captées dans la nappe p (...)

11L’irrigation dans le N’Fis est une pratique très ancienne. Des khettaras1 sous les Almoravides au système moderne sous pression aujourd’hui, la technique d’irrigation y a connu une riche évolution qui a abouti de nos jours à la cohabitation sur le territoire de plusieurs ensembles de réseaux juxtaposés et/ou superposés. La carte 5 montre cette superposition du réseau moderne au réseau traditionnel de seguias.

12Dès le xie siècle, l’irrigation est en effet pratiquée dans la plaine du Haouz. Elle se faisait à cette époque grâce à la technique des khettaras introduite et développée par les Almoravides. Plus tard, vers le xiiie siècle l’irrigation se développe grâce aux seguias (voir carte 2), technique introduite par les Almohades. Celles-ci, du fait de l’importance de la main-d’œuvre requise pour leur construction et leur entretien, sont des ouvrages construits et gérés par les États et les tribus. L’irrigation sera en grande partie assurée par ces deux types d’ouvrages jusqu’à l’époque coloniale.

13Au début du xxe siècle, la colonisation introduit de nouvelles techniques d’irrigation et modifie les règles de gestion. Elle introduit la technique des barrages avec la construction du barrage Cavagnac en 1935. Cette technique permet de régulariser les apports d’eau sur l’année. L’irrigation à partir de ces ouvrages est faite grâce à des lâchers décidés par l’Administration et selon un ordre de priorité préétabli. Les droits d’eau des agriculteurs sont fixés mais les règles de gestion sont favorables aux colons. Au sein des tribus et des douars, des règles de distribution basées sur le lignage sont pratiquées.

14À l’indépendance, l’État marocain opte pour une poursuite de la politique de grande hydraulique avec pour objectif principal l’irrigation de plus d’un million d’hectares en l’an 2000 (objectif d’ailleurs atteint). Dans le périmètre du N’Fis, le barrage Cavagnac devenu barrage Lalla Takerkoust est surélevé en 1979 et le canal de Rocade construit en 1985 permet le transfert sur une distance de 118 km des eaux de l’oued Lakhdar vers le bassin du Tensift où est situé le N’Fis.

15Dans les années 1980 (de 1986 à 1993), l’État entreprend l’aménagement du périmètre du N’Fis par un réseau sous pression. La dénivellation naturelle est mise à profit pour fournir l’eau à des bornes d’irrigation installées en début de parcelles. La carte n° 3 donne l’emplacement de ces bornes sur l’ensemble du périmètre du N’Fis.

Carte 2. Réseau de seguias traditionnelles

Carte 2. Réseau de seguias traditionnelles

Carte 3. Réseau sous pression, bornes et conduites

Carte 3. Réseau sous pression, bornes et conduites

Carte 4. Aires irriguées par les seguias du N’Fis avant le RSP

Carte 4. Aires irriguées par les seguias du N’Fis avant le RSP

Carte 5. Superposition réseau traditionnel et réseau moderne

Carte 5. Superposition réseau traditionnel et réseau moderne

Source des cartes : Élaboration propre à partir de fonds de cartes de l’ORMVA

Un périmètre moderne aménagé pour de meilleures conditions d’irrigation

16Le réseau sous pression de la rive droite du N’Fis est desservi en eau par deux barrages : Lalla Takerkoust et le barrage Hassan 1er par l’intermédiaire du canal de rocade. Des bassins de stockage installés en aval des barrages assurent l’alimentation de conduites principales souterraines. Un maillage de canalisations secondaires, elles aussi souterraines, achemine l’eau jusqu’aux bornes, points stratégiques de la distribution de l’eau entre usagers. Ces bornes desservent des unités foncières, appelées blocs d’irrigations qui sont exploitées par un nombre variable d’irrigants.

17Dans les zones de micropropriété, on assiste à un regroupement d’un nombre important d’irrigants autour d’une même borne. Les grandes propriétés bénéficient généralement de bornes individuelles. Les bornes sont commandées par des chambres de vannes installées sur les conduites principales et secondaires qui permettent de fermer un tronçon entier du réseau. L’intervention de l’Administration s’arrête au niveau de la borne, la gestion de la ressource en aval de celle-ci devant être théoriquement à la charge des irrigants. Cet aménagement devait se substituer au réseau traditionnel de seguias et devait permettre la pratique de l’irrigation sous pression (aspersion ou localisée) qui n’est réellement présente, dans le cas du N’Fis, que sur environ 10 % de la superficie. En effet, la majorité des agriculteurs acheminent l’eau des bornes à leurs parcelles dans les mesrefs du réseau traditionnel. Le parcellaire est un parcellaire traditionnel, non remembré.

18L’objectif qui a guidé la mise en place de ce réseau était d’aboutir à une amélioration des conditions d’irrigation par l’augmentation des volumes d’eau disponibles, la régularisation des apports sur l’année et l’assurance d’une égalité d’accès à l’eau afin d’accroître et de sécuriser la production agricole. Un système de distribution qui se veut égalitaire a donc été adopté, l’Ormva ayant décidé d’attribuer une dotation théorique par unité de surface égale pour tous, quelles que soit la position sociale, la superficie possédée, la culture pratiquée, ou la position physique sur le réseau. Cette dotation annuelle est de 6 800m2/ha et correspond aux besoins de l’olivier, culture dominante du périmètre. À cette dotation égale est associé un principe de distribution « à la demande contrôlée », l’ambition étant selon Ducrocq et Zerhouni (1986 cités par Cnearc, 2000) de permettre à chaque irrigant de mieux coller aux besoins des cultures en place, tout en réservant à l’Ormva le contrôle des lâchers en tête et, le cas échéant, leur adaptation aux disponibilités dans les barrages.

  • 2 La dotation mensuelle théorique de 540m3/ha pouvant être revue à la baisse ou à la hausse selon le (...)

19La gestion de la distribution de l’eau implique divers acteurs qui sont l’Ormva, les CGR (Centre de gestion des réseaux) qui sont des délocalisations de l’Ormva sur le terrain et les usagers utilisateurs des bornes. L’opération de distribution débute par la fixation de la dotation mensuelle2. Les usagers peuvent alors répartir cette dotation sur le mois par une programmation qui se fait au CGR. À ce niveau, les demandes sont regroupées par borne et la programmation des irrigations est faite en veillant à ne pas dépasser, d’une part, les capacités des réseaux d’adduction, d’autre part, la dotation mensuelle de chaque usager. Le CGR offre la possibilité de modifier la programmation en cours de mois en respectant un délai de 48 heures.

20La programmation ainsi faite, des aiguadiers sont chargés de l’ouverture des bornes laissant la gestion de l’irrigation en aval de celles-ci aux usagers installés autour de la borne.

21Si ces usagers installés autour de bornes collectives sont soumis à une programmation mensuelle obligatoire, d’autres bénéficiant du privilège de disposer d’une borne individuelle peuvent être exemptés de cette programmation : ce sont les possesseurs de clé. Les possesseurs de clé sont des usagers qui jouissent d’une borne individuelle dont ils possèdent la clé. Ils peuvent ainsi réaliser eux-mêmes l’ouverture et la fermeture de leurs bornes sans l’intervention de l’aiguadier. Le paiement des redevances se fait deux fois par an.

L’accès limité à la ressource pour les petites exploitations

22Si théoriquement toutes les conditions sont réunies pour que tous les usagers aient le même accès à l’eau pour l’irrigation de leurs terres, la réalité est tout autre. La disponibilité volumétrique globale de la ressource, la pauvreté des petits paysans exploitant les micropropriétés, le système de gestion constituent des facteurs qui concourent à l’exclusion de certains fellahs dans l’accès à l’eau.

23En effet, le périmètre du N’Fis est soumis à un climat semi-aride avec des ressources en eau très limitées. La rareté des ressources en eau allouées à l’irrigation apparaît en premier lieu à travers la faiblesse de la pluviométrie enregistrée dans la région, mais aussi à travers la nécessité d’arbitrage entre plusieurs utilisateurs de la ressource. L’eau disponible au pied des barrages doit en effet être répartie entre tous les utilisateurs : Office national de l’électricité, l’Ormva pour l’eau à usage agricole et l’Office national eau potable, des réserves devant être faites en fin de campagne pour préserver les priorités pour les années à venir en matière d’AEP. En outre, la proximité d’une ville touristique comme Marrakech, avec ses besoins en eau énormes (hôtels, parcours de golf, etc.), constitue une source de consommation non négligeable de l’eau disponible.

24Ainsi, l’ensemble des ressources en eaux utilisées pour l’irrigation du périmètre du N’Fis provient principalement des deux retenues d’eau (voir graphique 1). À l’aval du barrage Lalla Takerkoust est construit le barrage compensateur qui permet de stocker les eaux turbinées et de les utiliser aux fins de l’agriculture. Le surélèvement du barrage Lalla Takerkoust en 1979 suite à des problèmes d’envasement lui permet de régulariser désormais 85 Mm3.

25Le canevas hydraulique du N’Fis est complété par le canal principal sur lequel sont branchées plusieurs seguias et les prises d’eau sur l’oued : les seguias du canal principal ne permettaient pas d’assurer l’irrigation de toutes les cultures du périmètre, le complément était donc assuré par les eaux de crue.

26À cela viendra s’ajouter en 1985 le canal de rocade dont la turbidité élevée des eaux est source de dysfonctionnement du réseau d’irrigation par bouchage des bornes et des compteurs.

27À ces eaux superficielles s’ajoutent les ressources en eau souterraine exploitées grâce aux forages et aux puits.

28En outre, les apports en eau provenant de ces barrages alimentant le N’Fis ont connu ces dernières années une nette régression due à une succession de sécheresses. En effet, entre les années 1998 et 2002, la région du Haouz a connu une baisse de pluviométrie qui s’est ressentie sur les disponibilités en eau des barrages, donc sur les dotations allouées par l’Ormva qui ont connu des restrictions draconiennes (graphique 1).

Graphique 1. Évolution de la dotation annuelle par rapport à la dotation théorique au niveau des deux AUEA étudiées

Graphique 1. Évolution de la dotation annuelle par rapport à la dotation théorique au niveau des deux AUEA étudiées

29En plus de cet état de rareté globale de la ressource, le niveau de service assuré par l’Ormva conjugué à l’état de pauvreté des petits fellahs tend plus ou moins à priver ces derniers de la ressource.

30Selon Brewer J. et al. (1997), la distribution de l’eau aux usagers dans un système d’irrigation implique des décisions comme : qui a droit à l’eau ? quelle quantité sera fournie à chaque usager ? et à quel moment sera-t-elle délivrée ? La définition du service de livraison de l’eau au niveau du système de distribution inclut donc :

  • la spécification du droit d’eau du bénéficiaire (par exemple m3/ha, ou une dotation proportionnelle au stock disponible dans les cas où l’on ne connaît pas les disponibilités) ;
  • la spécification du point de livraison (la parcelle, au niveau de l’association d’usagers, etc.) ;
  • la flexibilité dans le taux de livraison (fixe, variable, variable entre certaines limites) ;
  • la flexibilité dans la durée (fixe, variable mais prédéterminée, variable par accord) ;
  • la flexibilité dans la fréquence (chaque jour, chaque semaine, ou chaque mois).
  • 3 Modalités et pratique de la distribution de l’eau.

31Selon Gilot et Ruf3, trois modes de livraison constituent les configurations principales de distribution de l’eau : distribution par rotation fixe (date, débit et durée de chaque arrosage sont fixés à l’avance), à la demande (l’usager décide seul de ses arrosages) et par gestion centrale (l’agence décide seule des arrosages).

32Mais entre ces trois modes de distribution, des situations intermédiaires combinent certaines caractéristiques, et définissent chacune par un degré de prédétermination, un degré de choix des usagers, un degré de modulation de la part de l’agence de gestion.

33La définition du service doit aussi spécifier les responsabilités des parties prenantes (agriculteurs, associations d’usagers, les opérateurs des canaux primaires, ceux des canaux secondaires, l’agence…) dans le fonctionnement et la maintenance du système d’irrigation (T. Facon, 2000).

34Dans le périmètre du N’Fis, c’est (l’Ormva) qui a la charge de la gestion du périmètre irrigué à travers divers services mis en place dont le Sgrid (Service de gestion des réseaux d’irrigation). C’est l’unité chargée entre autres de l’exploitation et de la maintenance des ouvrages et des équipements de prélèvement, de transport et de distribution de l’eau. Malgré la GPI (Gestion participative de l’irrigation) adoptée depuis 1990 qui vise l’implication des usagers dans tout le processus de gestion, l’Ormva assure toujours la quasi-totalité des opérations de gestion. Seule la distribution de l’eau entre usagers à l’aval des bornes est à la charge des usagers. La qualité du service de fourniture d’eau aux usagers par l’Ormva détermine donc l’accès de ces usagers à l’eau.

35Le système mis en place dans le N’Fis avait pour ambition de permettre d’utiliser l’eau délivrée au niveau de la borne soit pour une irrigation gravitaire, soit pour une irrigation par aspersion. Il faut souligner que la borne définit une unité territoriale qui est celle du groupe de parcelles qu’elle dessert (appelée « bloc »), ainsi qu’une unité sociale, le groupe d’utilisateurs de la borne. Lors de l’emplacement des bornes, toute propriété de taille suffisante a pu bénéficier d’une borne individuelle. Dans les autres cas, plusieurs parcelles sont desservies par une même borne collective, celle-ci étant implantée en tête de ces zones, sans pénétrer à l’intérieur ; un nombre très important de parcelles peut alors être desservi par la même borne.

36Sont regroupés donc autour de ces bornes collectives les exploitants qualifiés de « petits » par les usagers et les gestionnaires » qui exploitent une faible superficie. Ils constituent la majorité des irrigants, plus de 60 % des usagers exploitent des superficies de moins de 3 ha dans l’AUEA Tizemt avec une superficie moyenne par exploitant de 1,64 ha. La culture principale est l’olivier souvent associé aux céréales quand le climat le permet. C’est une exploitation surtout vivrière, les récoltes étant consommées, mais sont souvent vendues selon les opportunités.

37Face à ces petits fellahs, on trouve les « gros » exploitants bénéficiant, du fait de la superficie dont ils disposent, d’une borne individuelle et souvent de la clé de celle-ci. Ils pratiquent des cultures de rente avec comme objectif principal de gagner de l’argent. À Tazakourt par exemple, 18 bornes sur les 34 situées sur le périmètre de l’AUEA sont individuelles. Ces 18 usagers (12 % du total) exploitent à eux seuls 42 % de la superficie totale de l’AUEA.

38Si, dans la théorie, le service offert par l’Ormva est le même pour ces deux types d’usagers, des différences de fait apparaissent dans la pratique de la distribution de l’eau.

  • 4 Cette longueur peut atteindre 2 km, c’est le cas par exemple des bornes 816 (2 220 m), 807 (3 300m (...)

39Cette différence apparaît en premier lieu dans la flexibilité de distribution qu’offre l’organisme gestionnaire aux usagers. Une bonne flexibilité devait permettre aux usagers de moduler les apports d’eau (sur le plan du débit, la fréquence d’irrigation, de la durée d’irrigation) en fonction des cultures et des objectifs de production qu’ils se sont fixé. Dans le périmètre du N’Fis, les débits délivrés par les bornes sont en général faibles, et cette faiblesse des débits a des conséquences différentes selon que l’usager se trouve sur une borne individuelle ou une borne collective. En effet, comme nous l’avons souligné précédemment, en aval de la borne, l’eau est véhiculée vers les parcelles par les mesrefs du réseau traditionnel. Ceux-ci étaient dimensionnés pour véhiculer les eaux de crue de débit pouvant atteindre 300 l/s ; ils ont donc un gabarit important et inadapté pour véhiculer les petits débits. En plus ces mesrefs sont souvent sujets à un enherbement important qui ralentit l’écoulement de l’eau. Combinés à l’évaporation importante, ces facteurs engendrent une perte importante durant le trajet. Sur les bornes collectives, cette perte est souvent très importante pour les usagers situés en aval, la longueur des mesrefs étant très élevée4. Ainsi, la faiblesse de la dotation (résultante d’une superficie faible, une dotation à l’hectare faible) fait donc que la quantité d’eau qui arrive au niveau de la parcelle n’est qu’une petite partie de la quantité délivrée par la borne. Cette situation a entraîné l’abandon de l’irrigation à partir du réseau sous pression par certains irrigants.

  • 5 L’aiguadier vérifie en effet régulièrement ces compteurs pour éviter tout dépassement de la dotati (...)

40En plus de la faiblesse générale des débits, les débits réels délivrés par les bornes sont souvent inférieurs au débit nominal. En outre, contrairement aux bornes individuelles qui ont un compteur généralement fonctionnel5, les bornes collectives ont souvent un compteur non fonctionnel. Les propriétaires des bornes individuelles sont donc assurés de ne payer que l’eau consommée, ce qui n’est pas le cas des usagers des bornes collectives facturés sur la base d’un débit nominal supérieur au débit réel.

  • 6 Si nous prenons l’exemple du mois de mars 2004, sur 22 bornes de l’AUEA Tazakourt sur lesquelles l (...)

41Par ailleurs, si certaines bornes délivrent un débit inférieur au débit nominal, d’autres par contre délivrent un débit réel supérieur au débit nominal. Dans ce cas aussi, un problème d’un autre type se pose sur les bornes collectives : quand l’automatisme de la borne fonctionne, celle-ci est programmée pour se fermer au bout d’un certain volume, volume qui est calculé sur la base d’un débit théorique qui est inférieur au débit réel délivré par la borne. La fermeture de la borne intervient alors sans que tous les irrigants programmés n’aient pu consommer la totalité de leur dotation6. Certains usagers perdent ainsi une partie importante de leur dotation.

42Sur le plan de la fréquence des irrigations, la possession de la clé des bornes permet aux usagers des bornes individuelles de mieux piloter l’irrigation. Ils sont exemptés de la programmation mensuelle et ont également la possibilité de faire une programmation annuelle impliquant parfois des reports de dotation d’un mois sur l’autre en accord préalable avec l’Ormva. Cela leur permet de pratiquer vraiment une irrigation à la demande, privilège dont ne jouissent pas les usagers installés sur les bornes collectives.

La faible participation à la gestion du périmètre

43À travers la politique de Gestion participative de l’irrigation adoptée par le pays depuis les années 1990 au niveau national en général et dans le N’Fis en particulier, l’objectif

44des autorités est de faire participer ces usagers regroupés en AUEA conjointement à l’Ormva à la gestion du périmètre irrigué afin de permettre à la fois une amélioration de la valorisation de l’eau d’irrigation, une maîtrise des volumes d’eau prélevés et des coûts d’exploitation des équipements et ouvrages d’irrigation et une sauvegarde du patrimoine hydraulique. L’un des objectifs était en effet à terme d’avoir des AUEA « possesseurs de clé », c’est-à-dire que les AUEA les plus dynamiques devaient disposer des clés de leurs bornes comme les usagers individuels.

45Mais l’étude révèle une faible participation des usagers dans cette gestion. Cette participation se résume en effet à la distribution de l’eau en aval de la borne. Les AUEA qui devaient constituer les organes à travers lesquels les usagers pourraient participer pleinement à la gestion sont en fait une mosaïque d’intérêts et de situations avec un décalage énorme entre les situations d’usagers exploitant des superficies exiguës pour nourrir la famille et d’autres dont les productions sont destinées à la vente. Ces associations sont en général dirigées par les gros exploitants. En effet, loin d’être vu comme organe de gestion des activités de leur association, le bureau de l’AUEA est plus envisagé comme un organe de relation avec l’administration, jouant un rôle de représentant politique pour défendre les intérêts (Jolly, 2001). Les petits agriculteurs élisent ainsi à la tête de ces associations ceux qu’ils considèrent comme étant les plus influents et ayant de bonnes relations avec l’administration pour finalement les accuser de ne pas prendre en compte leurs intérêts dans leurs revendications.

La tendance à l’abandon de l’activité agricole

46La sécheresse des années 1998-2002 a eu des conséquences dont l’ampleur varie logiquement selon le type d’agriculteurs.

47L’effet de sécheresse se ressent toujours surtout chez les petits agriculteurs qui n’ont pas accès à l’eau et pour qui l’adaptation a été difficile. La diminution des dotations accordées par l’Office a des conséquences désastreuses pour ces petits agriculteurs qui, faute de moyens de se doter de forages sont dépendants d’un réseau sous pression qui n’est plus apte à leur fournir les quantités d’eau dont les cultures ont besoin.

48La description faite par Arnaud Finet illustre parfaitement leur évolution : dans un premier temps, la diminution de la dotation accordée par l’Ormva entraîne une diminution de la production, une complémentation ne pouvant être apportée à partir de la nappe. Ceci entraîne une diminution de leur revenu agricole. Au bout d’un certain temps, ils réduisent leurs dépenses. Ils peuvent limiter leurs avances aux cultures (achat d’engrais, de semences…) ou décider de ne pas payer la facture d’eau. S’ils ne paient pas leur facture, l’eau va leur être coupée. Ils devront alors payer les intérêts par la suite pour rétablir leur droit d’eau. De toute façon, la récolte va se réduire et les plantations vont pâtir de la sécheresse. S’il y a des animaux sur la ferme, le manque d’alimentation va pousser l’agriculteur à les vendre. Le revenu tiré de cette vente va permettre de faire vivre la famille, éventuellement de payer les dettes diverses. Si la situation se détériore, autrement dit si les arbres meurent par exemple, l’agriculteur vendra le bois.

49Plusieurs situations semblables nous ont été rapportées à Tizemt. Plusieurs irrigants ont ainsi vendu leurs terres pour soit migrer vers Marrakech, soit trouver du travail de chargeur de camions de gravier dans les entreprises de concassage le long de l’oued N’Fis. Certains aussi effectuent des travaux agricoles temporaires divers pour les agriculteurs qui ont besoin de main-d’œuvre.

50Pour les usagers qui avaient les moyens de se doter de forages, les effets de la sécheresse ne sont pas aussi dramatiques. Les forages leur ont permis de suppléer le manque d’eau du réseau collectif par les apports de la nappe. S’en est suivie une prolifération du nombre de forages à Tazakourt et Tizemt, ce qui ne manque pas de se ressentir sur le niveau de la nappe qui descend dangereusement.

Conclusion : le périmètre du N’Fis, un aménagement aux résultats contradictoires

51L’aménagement du N’Fis en 1990 s’inscrivait en droite ligne dans l’objectif global de l’État marocain d’atteindre l’autosuffisance alimentaire en irrigant un million d’hectares en 2000. Il avait ainsi pour ambition de résorber la pauvreté de la paysannerie afin de réduire l’écart de richesse entre ruraux et citadins. L’Ormva est l’organe chargé de gérer les infrastructures mises en place et de fournir un service de l’eau adéquat aux usagers afin de faire de cette ambition une réalité.

52Une dizaine d’années après sa mise en place, plusieurs constats peuvent être faits quant aux résultats atteints :

  • il a permis une diversification de l’agriculture et le développement de l’élevage laitier ;
  • l’adoption bien que réduite de techniques d’irrigation économes d’eau ;
  • une augmentation de la production par une augmentation des surfaces cultivées et des rendements7.

53Cependant s’il a permis d’atteindre des résultats positifs, plusieurs facteurs ont aussi contribué à l’émergence de problèmes qui tendent à mitiger ces résultats.

54Il s’agit de l’état même de l’aménagement, de la procédure de gestion adoptée par l’Ormva, et surtout de la réduction de la pluviométrie observée entre 1998 et 2002.

55Ces divers facteurs ont entraîné :

  • une diminution de la production ;
  • une descente dangereuse du niveau de la nappe due à la prolifération des pompages ;
  • et surtout une décapitalisation des exploitants qui n’ont plus accès à l’eau en quantité suffisante pendant que les plus nantis, ayant la capacité de se doter de forages, exploitent des cultures de rente très consommatrices d’eau mais source de revenus importants.

56Loin d’assister à une réduction de l’écart de richesses entre citadins et ruraux, on assiste plutôt à l’installation et l’intensification de cet écart entre agriculteurs du périmètre irrigué. Pendant que la minorité, constituée des gros exploitants, s’enrichit grâce à l’exploitation de la nappe et de cultures de rente, la grande majorité (les petits propriétaires fonciers) s’appauvrit davantage car incapable de s’adapter aux conditions d’irrigation. Ces derniers alimentent alors le flux de l’exode rural dont la diminution était l’un des objectifs de l’aménagement du périmètre.

Bibliographie

Bibliographie

Brewer, J. D., Sakthivadivel R., Raju K. V., 1997 – Water distribution rules and water distribution performance: A case study in the Tambraparani Irrigation System. Research Report 12. Colombo, Sri Lanka : International Irrigation Management Institute, 43 p.

CNEARC, 2002 – Les réseaux d’irrigation du N’Fis (Haouz de Marrakech), les AUEA. Tome 1.Rapport de recherche thématique, Rapport de stage collectif, Montpellier.

El Faiz M., 2003 – Histoire de l’irrigation dans le Haouz. Communication lors du séminaire méthodologique du projet ISIIMM. Marrakech.

Facon T., 2000 – Improving the Irrigation Service to Farmers: A Key Issue in Participatory Irrigation Management, Report of the APO Seminar on Organizational Change for Participatory Irrigation Management Philippines, 23–27 October 2000, pp. 32-75.

Finet A., 2002 – Diagnostic des systèmes de production du périmètre du N’Fis (Maroc) : un aménagement aux résultats contradictoires, mémoire de troisième cycle CNEARC, France 81 p.

Gilot L. et Ruf T., 1998 – "Modalités et pratique de la distribution de l’eau" Section 1 de la partie II : "Conception et gestion des aménagements hydro-agricoles", Éditions Lavoisier - Technique et documentation , 23 p.

Jolly G.,, 2001 – La gestion des périmètres irrigués, Méthodologie de diagnostic, Cas d’un transfert de gestion : les associations d’usagers du périmètre du N’Fis (Office du Haouz, Maroc). in La gestion des périmètres irrigués collectifs à l’aube du 21ème siècle, enjeux problèmes, démarche. Actes de l’atelier, 22-23 janvier 2001, Montpellier, France pp. 25-44.

Pascon P., 1977 – Le Haouz de Marrakech, Tome 1, Éditions Marocaines et Internationales, Rabat, 391 p.

Yanogo A.A. – "Gestion participative de l’irrigation dans le périmètre du N’Fis (ORMVA du Haouz) : cas des AUEA Tizemt et Tazakourt. Quel partenariat ORMVAH-Usagers dans la gestion de l’irrigation ?" Mémoire de fin d’études pour l’obtention du diplôme d’ingénieur agronome de l’Institut Agronomique et Vétérinaire

Notes

1 Les khettaras sont des galeries creusées dans le sol qui drainent les eaux captées dans la nappe phréatique et les conduisent à la surface irrigable par une pente régulière inférieure à celle du sol. C’est une technique très complexe qui, selon Mohamed El Faiz (2003), serait originaire de Babylonie au nord de l’Irak et aurait été transmise grâce à l’Islam.

2 La dotation mensuelle théorique de 540m3/ha pouvant être revue à la baisse ou à la hausse selon les disponibilités.

3 Modalités et pratique de la distribution de l’eau.

4 Cette longueur peut atteindre 2 km, c’est le cas par exemple des bornes 816 (2 220 m), 807 (3 300m), 801 (2 730m).

5 L’aiguadier vérifie en effet régulièrement ces compteurs pour éviter tout dépassement de la dotation.

6 Si nous prenons l’exemple du mois de mars 2004, sur 22 bornes de l’AUEA Tazakourt sur lesquelles l’eau du réseau sous pression a été demandée, neuf (9) avaient un compteur fonctionnel et sur ces 9, 4 délivraient un débit réel supérieur au débit nominal avec une proportion d’augmentation pouvant atteindre 100 %.

7 Les rendements du blé et de l’orge étaient respectivement de 11 et 8 Qx/ha avant l’aménagement et sont passés à 24 et 20 Qx/ha en 1993-1994.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Périmètre irrigué de l’office du Haouz de Marrakech
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Carte 2. Réseau de seguias traditionnelles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4891/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Carte 3. Réseau sous pression, bornes et conduites
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4891/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Carte 4. Aires irriguées par les seguias du N’Fis avant le RSP
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4891/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Carte 5. Superposition réseau traditionnel et réseau moderne
Légende Source des cartes : Élaboration propre à partir de fonds de cartes de l’ORMVA
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4891/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Graphique 1. Évolution de la dotation annuelle par rapport à la dotation théorique au niveau des deux AUEA étudiées
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4891/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

Auteur

Ingénieur agro-économiste. Inera Ouagadougou – Burkina Faso

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search