Version classiqueVersion mobile

Eaux, pauvreté et crises sociales

 | 
Habib Ayeb
, 
Thierry Ruf

Eaux, pauvreté et crises sociales : approches de quelques régions marocaines

La politique hydraulique marocaine à l’épreuve

Sécheresse et crise des identités rurales

Abdelmalek Ihazrir

Texte intégral

1Faire du Maroc la Californie de l’Afrique était l’une des préoccupations majeures du jeune roi intronisé en 1962. Dans ses discours et interviews, le choix d’une agriculture d’exportation du modèle californien était une nécessité pour un pays sans atouts technologiques.

2Le monarque chérifien fait de l’agriculture irriguée le centre de sa politique. En sa qualité de commandeur des croyants, il évoque éloquemment devant les foules paysannes le verset surmédiatisé de la sourate des prophètes « ... et nous avons tiré de l’eau toute la vie ». Il a toujours le mérite de commander aux Oulèmas du royaume de prier avec rectitude en vue de supplier Dieu d’envoyer la pluie bienfaisante au moment où les hommes désespèrent. Il reprend le contenu de sourate de la Choura. L’eau, par les prières de rogations, intègre l’espace du sacré au Maroc.

3Ce projet tourné vers l’hydraulique avec mécanisation de la grande culture permet l’équilibre de la balance commerciale, talon d’Achille du gouvernement Balafrej. Mais on ne saurait en effet réduire ce dessein à cet effort du développement. Outre le facteur économique, il importe de rendre compte de la portée de la politique barragiste lancée par le plan triennal 1963-1965 et les recommandations du colloque Mamora en 1964. L’eau des barrages est considérée comme un enjeu politique, on cherche le consentement préalable des notables qui acceptent les suggestions en échange de l’immobilisme agraire et de la prospérité de leurs exploitations agricoles.

  • 1 Les révoltes d’origine rurale s’accentuent surtout au xixe siècle. On trouve ce que l’on peut appel (...)

4Au Maroc, la terre, l’eau et la politique sont souvent étroitement imbriquées, la corrélation et les liens de réciprocité entre ces trois composantes demeurent prédominants. Ils sont révélateurs d’une réflexion sociale, voire anthropologique datant du xixe siècle. La terre et l’eau sont l’enjeu d’une compétition au sein du Makhzen et la communauté rurale. C’est pourquoi les rapports makhzen et ruraux ne sont pas exempts de tensions1.

5Ce n’est pas un hasard si la question hydraulique a focalisé l’attention des pouvoirs publics. En plus de l’engagement pris par le monarque chérifien depuis 1963, l’édification d’un barrage chaque année, un programme monolithe basé sur l’irrigation a monopolisé les efforts du gouvernement. Tous les plans devaient traduire cette volonté puisque la part des crédits mobilisés par les barrages et équipements a représenté en moyenne plus de 60 % des crédits affectés dans l’agriculture.

6Mais voici qu’un peu partout, sous l’effet de la sécheresse et du déficit hydrique, on conteste l’orientation primeuriste et le modèle agro-exportateur de l’agriculture marocaine. Les investissements consentis par l’État surtout en matière hydraulique n’ont malheureusement pas d’effets notables pour le monde rural. La campagne demeure à l’écart de véritables progrès. L’eau des barrages et la sécheresse ont chassé la paysannerie et ont provoqué une disparité croissante entre les ruraux.

7Il n’existe plus ce pacte social intégrateur et fédérateur qui constitue pour les ruraux la grande force de l’idée rurale. Au fond, il y a une crise identitaire perceptible et une panique généralisée.

8Mais peut-on les réduire à une simple relation mécanique de cause à effet entre sécheresse et crise des campagnes ? Notre analyse ne se cantonne pas dans une vision réductionniste selon laquelle le déficit hydrique handicape la dynamique sociale en milieu rural. La situation actuelle est le résultat de plusieurs facteurs : nous retenons surtout que les projets de développement hydraulique ne sont pas de grande posture car leurs fondements ne sont pas tirés des exigences concrètes du monde rural mais de politiques ayant vu le jour sous d’autres raisons.

L’eau des barrages et la concrétisation de la vieille vision coloniale du million d’hectares

La politique hydraulique : un grand dessein royal

9Le roi prend le soin de réaliser le rêve californien tant ressassé par le protectorat pour le développement d’une agriculture moderne centré sur les grandes plaines (le Gharb, le Saîs, le Tadla et le Haouz). À l’instigation de la chambre d’agriculture de Casablanca, les autorités résidentielles ont drainé des crédits pour mettre en place le dispositif californien déjà opté en Algérie dès 1920. De 1929 à 1937, plusieurs barrages réservoirs sont construits, dans la région de Sidi Maâchou et Oued Melih ; dans le Beht apparaissent les premiers grands vergers d’agrumes en 1936. L’agriculture spécialisée émerge, produisant pour l’exportation des produits maraîchers et des agrumes, pour lesquels on crée le label Maroc (à l’instar du Sunkist californien) (Prefol P.).

10Aussi la préférence accordée à l’agriculture primeuriste, quoique traumatisante pour les propriétaires fonciers (le Melk) – car elle implique le remembrement – offre un potentiel permettant de rentabiliser les capitaux et de fournir des produits de consommation demeurant dans leur grande partie importés (sucre, céréales....).

  • 2 Enjeux, n° 72 mars 1995.

11De plus, la grande irrégularité des précipitations suffit pour expliquer le choix du million d’hectares irrigués (Perennes J.J., 1992). Le déficit hydrique qui s’estime à 57 % pour la campagne 1994-1995 interpelle les esprits sur l’efficience de la politique des barrages et renforce la conviction des partisans de cette option2.

12Le secteur irrigué, qui représente moins de 10 % de la SAU, apporte pendant les campagnes agricoles de faible pluviométrie une solution à la dégradation de l’agriculture souvent vulnérable sans la présence des réservoirs (Troin J.F., 1985).

13L’effort financier consenti est d’une ampleur exceptionnelle : 4 milliards de DH seulement en 1981 et 1985. Cette politique est soutenue par les plans 1973-1977, 19781980, environ 56 % des crédits du budget de l’agriculture sont allés aux projets d’irrigation (Raki B. et M.).

14À partir de 1975, les pouvoirs publics en respectant le schéma séduisant de la grande hydraulique ont donné la priorité aux productions stratégiques. Ils sont arrivés à élaborer le plan sucrier, le plan laitier, le plan oléagineux. Neuf Ormva dotés de puissants moyens furent créés en 1966 (Tadla, La Doukala, Gharb, Haouz, Moulouya, Ouarzazate, Tafilalet, Sous Massa et Loukous) relais de l’ONI.

Tableau 1. Les périmètres irrigués des Ormva du Maroc (début 1982)

Tableau 1. Les périmètres irrigués des Ormva du Maroc (début 1982)

Source : Jean François Troin, 1985.

15Le corps des ingénieurs est intervenu largement dans la conduite des cultures proposées au goût du roi. Cette bureaucratie agricole forme une véritable corporation qui a pesé d’un grand poids dans la mise en œuvre de la politique hydraulique (Pérennes J.J., 1990 et 1992).

16Par ailleurs, la politique renforce le pouvoir de l’État, son image de marque. Ce n’est pas un hasard si les barrages portent souvent des noms d’anciens souverains ou des batailles historiques, ce qui témoigne de la sollicitude particulière, mais aussi de la recherche constante des racines rurales dans le développement moderne (Troin J.F., 1985).

17Parallèlement à la politique hydraulique, un code sur les instructions du roi est finalisé en juillet 1969. Il s’agit d’un corps volumineux donnant au dessein royal force de loi. La commission chargée de le préparer a suivi de très près les recommandations de la mission de la Banque mondiale, qui ont depuis cette date constitué la politique officielle du pays (Sweanringer W.D., 1987).

Un modèle agro-exportateur

18La gamme d’activité par la BM s’était élargie depuis 1965. Selon Najib Aksbi, les experts ont préconisé un modèle agro-exportateur dont les objectifs déclarés sont la modernisation de l’agriculture par les procédés de la révolution verte et l’édification des ouvrages hydrauliques pour irriguer la terre et intensifier la production, la promotion des cultures d’exportation (agrumes, fleurs, primeurs). Le système agro- exportateur ainsi créé, devrait rapporter au pays des devises nécessaires à l’équilibre de la balance de paiement, et pour faire face au service de la dette que l’on projetait de contracter de plus en plus massivement pour financer les investissements hydroagricoles (Akesbi N., 1988).

19Les deux acteurs (Banque mondiale et État), promoteurs de ce modèle de développement, ont signé plusieurs protocoles, en vue de mettre toutes les structures de politique financière et sociale susceptibles d’entraîner des effets positifs au niveau du secteur, c’est-à-dire celui de la grande paysannerie. Des investissements publics considérables, destinés au secteur irrigué ne représentent que 8 % des superficies agricoles utiles du pays. Ainsi, entre 1965 et 1983, la part réservée au financement des barrages s’est élevée à 243,2 millions de dollars sur 485,7 millions, soit 50 % du total.

  • 3 Discours de SM le roi lors de l’ouverture de la session parlementaire d’octobre 1986.

20Malgré les difficultés budgétaires (début des années 1980), l’investissement dans le domaine hydraulique se poursuit. Les efforts de l’État s’inscrivent dans l’engagement pris en 1986 par le roi : « l’édification d’un barrage chaque année jusqu’à l’an 2000 »3. Les plans de développement devraient traduire cette volonté royale puisque la part des crédits mobilisés pour les barrages et les équipements d’irrigation ont représenté en moyenne plus de 60 % des crédits affectés au secteur agricole (Akesbi N. ; Gerraoui D., 1991).

21En plus des faveurs importantes accordées à certaines spéculations, le prix de l’eau, fixé en 1969 à un niveau très bas par rapport au prix de revient laisse l’essentiel du coût à la charge de l’État.

  • 4 Ibid. p 376.

22Cette politique a largement marginalisé plus de 90 % des terres bours abritant plus des quatre cinquièmes des ruraux4.

  • 5 Cf. Libération 31 mai 1981 p.5; W.D. Swearinger, 1987, p. 52.

23De nombreux équilibres socio-économiques en milieu rural sont menacés par l’introduction des périmètres irrigués. L’État n’a pas veillé à intégrer les agglomérations paysannes dans ses plans d’irrigation. Les forces politiques critiquent la politique hydraulique : aggravation des inégalités sociales, concentration de la propriété foncière et des richesses, et affaiblissement général des couches paysannes. En effet, la construction des barrages tend à ruiner la petite propriété paysanne et par voie de conséquence à faire baisser le niveau de l’emploi dans l’agriculture et accroît « le chômage déguisé »5.

24Par ailleurs, il serait injuste et inefficace de faire peser la charge intégrale des équipements hydrauliques sur le budget général de la nation sans toucher l’écrasante majorité paysanne (Tiano A., 1967).

La politique hydraulique à l’épreuve

25Dès le début des années 1980, le Maroc connaît des difficultés financières, le grief adressé à la politique agricole basée sur l’hydraulique est d’avoir accentué les inégalités sociales : dépression des petits fellahs au profit de l’oligarchie foncière. L’État, aidé par la Banque mondiale développe une nouvelle approche basée sur l’encouragement de l’agriculture en bour.

Les griefs des financiers à la politique hydro-agricole

26Le vieux clivage agriculture traditionnelle et agriculture moderne s’accentue, cette dernière étant assimilée à une sorte d’ilôt de relative richesse dans un océan de misère. C’est précisément sur des inégalités inhérentes à ce déséquilibre que les forces politiques de l’opposition fondent leurs propagandes les plus actives. Si l’on sait que même la Banque mondiale avait estimé que le nombre de paysans absolument pauvres, entre 1960 et 1977 avait sensiblement augmenté de près d’un million de personnes, représentant 45 % de la population rurale. Avec la politique hydraulique, on ne peut assurer un équilibre social dans les campagnes. Un tel état de choses constitue une grave menace de subversion pour les systèmes politiques en place (Bird, 1974).

27La dette extérieure est passée de 9,6 à 20,9 milliards de dollars entre 1980 et 1987, ce dernier montant représentant 124 % du PBB. Les équipements hydrauliques et les crédits réservés aux Offices constituent deux chapitres budgétivores. Les études confiées aux sociétés étrangères alourdissent la facture en devises. Bien que les tarifs de l’eau soient parmi les plus élevés du monde, ils ne permettent pas de couvrir les coûts des entretiens et de maintenance.

28Le refus des fellahs d’adhérer aux plans d’assolement préconisés par les Offices et de payer l’eau accentue le déficit de l’État (Pérennes J.J., 1992).

  • 6 Ibid. p 41.

29À partir de ce constat la Banque mondiale rectifie son intervention en matière hydraulique et propose un programme d’amélioration de la grande irrigation (PAGI) qui vise à promouvoir l’autonomie juridique et financière des Offices « de manière à les inciter à fonctionner davantage comme des entreprises de service6 ; de même, la Banque mondiale apporte son appui à la paysannerie par le développement des projets dits « intégrés ».

Les projets intégrés : l’expression du statu quo en difficulté

30L’aspect social que la Banque mondiale veut donner à la politique agricole s’est concrétisé dans la version des projets intégrés. On ne peut mettre fin aux inégalités flagrantes dans les campagnes sans engager des mutations des structures (Khrouz D., 1986).

31Quant à la situation sociale de la paysannerie, elle reste des plus alarmantes, 45 % des ruraux vivent d’un revenu inférieur ou égal au seuil de pauvreté absolue. Le tableau que dresse la Banque mondiale sur l’économie marocaine est donc sombre. Selon la même source, le nombre de pauvres absolus aurait atteint 7.4 millions en 1984 (Akesbi N., Guerraoui D., 1991). Cet organisme estime qu’il serait souhaitable que la stratégie de développement agricole tienne compte de projets visant des groupes de population bien définis au lieu de mettre aussi fortement l’accent, comme par le passé, sur les grands périmètres irrigués. C’est dans ce contexte que l’on note un regain d’intérêt pour les terres bours où l’on cherche à promouvoir des méthodes et des techniques permettant de relever la production vivrière en privilégiant désormais la mise en valeur des terres semi-arides.

32Le projet Karia Tissa, le projet Moyen Atlas (Khénifra), le projet Oulmès et le projet Meknès II sont en liaison avec la nouvelle politique de la Banque mondiale, mettant l’accent sur la vulgarisation, la formation professionnelle, le contrôle de l’érosion, le développement de l’élevage extensif... cela se fait principalement par l’octroi de crédits agricoles à condition de garantie plus avantageuses. Les trois projets engagés bénéficient des financements suivants :

Tableau 2. Financement des projets intégrés

Tableau 2. Financement des projets intégrés

33La Banque mondiale s’opposera à long terme à la stratégie des pouvoirs favorables au développement de la grande hydraulique. Elle a décidé de ne plus centrer son action sur le financement de grands projets d’irrigation, mais sur des projets d’agriculture destinés à des groupes de population déterminés.

  • 7 Rapport de la Banque mondiale du mois d’octobre 1979, p. 40 intitulé « Le secteur agricole du Maroc (...)

34La Banque mondiale participera également à des opérations de petite et moyenne hydraulique et à des projets de petites entreprises agro-industrielles, pour compléter l’action menée en faveur de l’agriculture en bour. Pour ce qui est des projets d’irrigation, la Banque mondiale continuera de mettre explicitement l’accent sur la perception de redevances suffisantes pour recouvrer les coûts avant d’envisager de participer à d’autres projets, il conviendrait de trouver une solution au problème posé par le fait que l’État ne respecte pas à la lettre les projets financés par la Banque mondiale. Celle-ci concentrera désormais ses efforts dont l’objectif sera de réduire les secteurs de pauvreté7.

Le monde rural face à sa crise d’identité

35Le bilan de deux décennies démontre l’ampleur de la crise. Le médiocre développement de l’agriculture marocaine fait que le nombre de fellahs ne croît plus. Bien au contraire, la mécanisation des travaux entraîne une régression très nette de la population rurale. Par le développement de l’agriculture sous des formes diverses (serriculture, agro-industrie), le paysan conserve son extérieur de paysan, mais tout en entreprenant des fonctions d’ouvrier.

  • 8 L’intervention de Med Naciri « Le développement rural son nouveau cadre et sa problématique » in le (...)

36Quelle est la place que conserve aujourd’hui l’idée de la défense du monde rural comme unité organique ? Les termes villes et campagnes ont vieilli. Ils ne recouvrent plus les mêmes réalités sociales qu’au début de l’indépendance. Les compagnes sont actuellement transformées dans tous leurs aspects. L’idée d’un antagonisme fondamental entre villes et compagnes ne peut survivre8.

37Il est vrai que l’exode rural constitue un exutoire dont on mesure l’importance. C’est pourquoi le gouvernement veille à établir un lien entre la politique agricole et la politique sociale (emploi, logement, éducation...) Les transformations des rapports de production mettent de plus en plus les fellahs face à des industries agro-alimentaires qui les assujetissent. En résulte-t-il une transformation de la prise de conscience politique de la paysannerie, soudain confrontée à d’autres partenaires que l’État et qui découvre que celui-ci est « inféodé » aux accords internationaux.

38Les valeurs morales elles-mêmes et le genre de vie que la paysannerie évoque apparaissent assaillis et démantelés. L’attitude à l’égard de la propriété foncière change. La nécessité d’une appropriation terrienne est de moins en moins admise. Le perpétuel problème de la succession oblige encore nombre de jeunes agriculteurs à vendre leur part, ceci est ressenti par eux comme une libération et non plus comme une contrainte.

39Cette situation introduit un malaise qui envahit l’ensemble de la vie sociale, pèse sur le fonctionnement des institutions traditionnelles mettant le statu quo en difficulté.

Le cap des années 1980

40Au début des années 1980, l’avenir du monde rural s’annonçait au même titre que le milieu urbain sous le signe de l’ajustement structurel, le désengagement de l’État et de la libéralisation. Or cette nouvelle stratégie laisse prédire un approfondissement des inégalités entre les catégories sociales.

41La croissance démographique dans les campagnes est l’une des causes profondes qui expliquent le plus les transformations sociales. Elle faisait ressortir des déséquilibres entre les ressources et les besoins de la population, acculant une large frange rurale à l’exode rural.

  • 9 L’interview accordée par SM à la chaîne de télévision, TV5 El Bayane n° 6277 du 19/9/1995.

42Le souverain dans son discours du 12 mai 1995 qualifie la situation du monde rural de catastrophique. « La sécheresse fait que toute l’économie souterraine ne circule plus ...] s’il y a une facture pour l’instant et elle existe, c’est une facture concernant les bienfaits de l’État. Jusqu’à présent l’État n’a pas versé que dans un sens, car comme vous le savez, le développement et l’équipement appellent l’équipement, et nous avons versé trop d’eau sur le monde citadin et nous avons privé le monde rural »9. Les intérêts des ruraux se trouvent sacrifiés, c’est ce qui s’est produit, de l’aveu même de la plus haute autorité du pays ; depuis, les pouvoirs publics réfléchissent à une nouvelle approche globalisante qui mette en œuvre un programme touchant en profondeur les maux de la paysannerie notamment l’exode rural et l’émiettement de l’espace.

Un exode généralisé

  • 10 « L’exode rural trait d’évolution, rapports avec les milieux d’origine ». Ministère chargé de la po (...)

43L’exode rural apparaît plus ancien, mais le phénomène des flux s’amplifie au cours des deux dernières décennies. Il n’est pas étonnant de remarquer que la population rurale tend à descendre au-dessous de 50 % dans de nombreuses régions agricoles. Les villes ont dû supporter les charges de l’exode rural, plus de 394 000 personnes auraient quitté annuellement le milieu rural. En effet, selon les résultats de l’enquête nationale démographique, pour la seule année 1987, les départs de la campagne auraient touché 400 000 ruraux, c’est-à-dire au rythme moyen quotidien de 1 100 personne et quelque 46 émigrés par heure10.

  • 11 Ibid., p 556.

44Ces flux font de nos campagnes un théâtre de migration incessante où se produisent chaque jour quelque 1 800 mouvements migratoires de tous genres, abstraction faite bien sûr des déplacements à caractères locaux11.

  • 12 En admettant le départ de 71 000 personnes vers l’étranger en 1987 dont 26 000 des campagnes malgré (...)

45La sécheresse reste un alibi sans aucune raison valable, l’année 1987 étant, à cet égard une année de vaches grasses. Pourtant, le Centre d’études et de recherches démographiques (Cered) a constaté un déversement sans précédent des populations rurales en direction des villes et de l’étranger12.

46Cet exode entraîne également un gonflement des villes moyennes et un engagement des villes littorales.

47Afin de donner une illustration aussi exacte que possible du phénomène, une enquête est réalisée en octobre 1977 limitée à un douar type. Il s’appelle chaâba el Hamra (région d’Azilal). Pour une population de 56 foyers entre 1970 et 1976, 35 % ont quitté leur douar (El Ghalabi Lahousssaine, 1977).

48D’après les quelques témoignages relevés, la seule solution face à la crise qui s’annonce dans les campagnes, c’est la fuite vers les villes :

  • Mustapha, 20 ans, paysan, célibataire ;

  • « Que fera le père d’une famille de cinq enfants qui avec les récoltes catastrophiques de 1977, sont mal nourris et mal vêtus » ;

  • « Je n’ai rien à faire ici au douar, je ne travaille même pas un mois par an, mes parents ont vieilli » ;

    • 13 Ibid., p 25. Une grande enquête sur les jeunes ruraux en France est effectuée par Galland et Lamber (...)

    Med, petit paysan, de 28 ans, travaille la terre, c’est très dur et peu rentable, beaucoup de labour pour rien, c’est l’enfer13.

49Ce sont surtout les jeunes qui se plaignent, ils s’inquiètent de rester là où ils ne peuvent pas travailler. Ils sont de moins en moins attachés à leur région et ne partagent pas les héritages idéologiques locaux comme auparavant, ils rejettent les traits de leur propre culture, notamment les costumes et l’artisanat traditionnels (Guerraoui D., 1986).

50Paradoxalement, ce n’est pas dans les zones montagneuses que l’on observe le gros de l’exode, c’est dans les plaines, le pays plat et sédentarisé que le taux d’émigration est le plus élevé. Il n’est pas question de pauvreté seule. Elle est plutôt conjuguée à une faiblesse au niveau de l’enracinement, celui-là même que l’on remarque dans les zones montagneuses ou présahariennes. L’exode est d’autant plus massif que les paysans sont plus proches des pôles d’attraction. Depuis plus de trente ans, l’émigration la plus forte a commencé dans les plaines centrales et les plateaux intérieurs (Bentahar M., 1988).

51Les migrants sans niveau d’instruction arrivent difficilement à améliorer leur sort, selon les statistiques du Centre d’études et de recherches démographiques, sept sur dix chez les hommes et neuf sur dix chez les femmes restent sans niveau d’instruction, ce qui risque d’être un handicap majeur à leur intégration sociale et économique dans les villes.

Tableau 3. Population migrante d’origine rurale selon le sexe et le niveau d’instruction au moment de l’enquête en 1991 ( %)

Tableau 3. Population migrante d’origine rurale selon le sexe et le niveau d’instruction au moment de l’enquête en 1991 ( %)

Source : L’exode rural : traits d’évolution, profils, rapport avec les milieux d’origine CERED.

  • 14 Le temps du Maroc, n° 62 du 3 janvier 1997 p. 43.

52Les chiffres sont désormais connus malgré les 25 % du budget global consacré au secteur, l’analphabétisme [.....] le taux de scolarité atteint péniblement les 50 % des enfants14.

53Pour mieux cerner la réalité du monde rural, il va sans dire que la charge démographique est généralement lourde. Les ruraux sont estimés à quelque 4,5 millions au moment du protectorat, ce qui serait aujourd’hui de l’ordre de 13 millions. Ne faudrait-il pas rapporter cette population qui a triplé au cours des huit dernières décennies à la surface agricole utile ? Ce qui témoigne du degré de densification du peuplement des campagnes avec une pression forte exercée sur la terre et les ressources locales, et ce en dépit de l’intense mouvement d’exode vers les villes.

Un espace agricole fini et émietté

54Dans les régions arides, les effectifs des ruraux sont infiniment plus nombreux que dans les régions atlantiques aux potentialités agricoles plus importantes, les ruraux s’entassent dans des espaces cultivables trop réduits.

55Déjà en 1985, Paul Pascon, en collaboration avec Med Ennaji, a mené une dernière enquête, juste avant sa mort, concernant les paysans sans terre qui sont environ de 5 à 8 millions de personnes.

56Cette situation se complique davantage par les fréquents problèmes de succession. La disponibilité de la terre se raréfie constamment et débouche sur le gonflement des sans terre : en 1984 sur 1,9 million de foyers ruraux, 1,4 million sont pauvres contre 1,1 million dans les années 1970 (Daoud Z., 1987). La trame agraire paraît éclatée donnant l’image d’un espace rapiécé (Bentahar M., 1988).

57Des changements parallèles ont affecté également la structure des revenus ruraux. Le pourcentage des ménages disposant d’un revenu inférieur à 900 DH par mois est passé de 9 à 17 %. Les écarts croissants entre les régions dus aux conditions climatiques ont poussé les paysans à prendre le chemin des villes pour trouver une place parmi la kyrielle de vendeurs ambulants. La persistance de la sécheresse avait fini par acculer les derniers petits fellahs qui résistaient encore à une alternative : vendre ou mourir. Le degré zéro de la subsistance n’était plus assuré (Abdellatif Aziz, 1996). Ils se décidèrent à se débarrasser de quelques hectares trop épars au profit des commerçants, des entrepreneurs et des hauts fonctionnaires, appelés nouveaux propriétaires.

58Ces propriétaires qui ont acquis ces terres, pour une bouchée de pain préfèrent garder sur place les anciens propriétaires qui deviennent à ce moment de véritables métayers. « Le retour du Khemassat » dans les campagnes marocaines a été accentué dans les zones irriguées où ceux qui ont accumulé le capital foncier, continuent d’être assistés par les services techniques.

59C’est encore une mission de la Banque mondiale qui avait estimé que la paysannerie absolument pauvre, au terme de l’année 1977, avait augmenté d’un million de personnes, représentant alors cinq millions d’habitants, soit 4 5 % de la population rurale (Akesbi N., 1988). L’étude du Cered qui s’appuie sur les résultats de l’Enquête nationale sur la famille (1995) fait une nouvelle lecture sur la base d’une nouvelle approche de seuil de la pauvreté. Ce seuil de pauvreté relative s’est situé, en 1990-1991 à 1 694 DH par an, et par habitant dans les villes et à 2 348 DH pour les ruraux. En 1995, la population socialement marginalisée est estimée à 1,4 million de personnes (5,4 % de la population), et la vulnérabilité à la pauvreté relative à 1,3 million.

Des villes ruralisées

60La ruralisation des villes pourrait vider le monde rural de ses bases sociales. L’attrait qu’évoquent les ruraux pour la vie urbaine risque de se traduire par leur paupérisation, ou au moins un coup d’arrêt à leur existence en tant que masse rurale, alors que celle-ci apparaît comme le soutien potentiel des partis agraires dans le jeu du pluralisme. De plus, face à des indices tangibles d’insécurité, les ruraux peuvent être attirés vers des solutions autoritaires : les émeutes de Fès en 1991 ont bien signifié l’étroitesse de l’idée du confort urbain.

61Mekki Bantahar a analysé l’enquête réalisée par l’Institut national de la statistique, sur 30 700 douars du Maroc. Cette enquête permet de mesurer le degré de pauvreté des campagnes en matière de confort. C’est la raison pour laquelle « La ville est le bonheur idéalisé », elle est plus attirante que le douar.

62La ruralisation des villes est le résultat d’une mauvaise évaluation de la réalité rurale, par les gouvernements qui se sont succédé depuis l’indépendance.

63Les fonds débloqués pour la mise en valeur des terres (irrigation, engrais, mécanisation) restent sans effets. Mais c’est à partir du partage inégal que les ruraux ont connu la misère des petites parcelles inexploitables qui les ont transformés en journaliers (Bentahar M., 1988).

64Le vécu quotidien aujourd’hui en milieu rural est le miroir où se reflètent les multiples paradoxes qui freinent le développement. Les campagnes présentent les signes avantcoureurs de l’explosion qui fermente depuis quelques décennies. Cette situation débouche sur une crise autour de laquelle un consensus est né d’emblée : l’initiative nationale pour le développement humain lancé par SM Mohamed VI en est une illustration frappante.

65L’eau des barrages et la sécheresse ont chassé les fellahs aux mains calleuses vers les villes. Le Maroc rural d’hier ne garde plus ses stigmates. Les ruraux sont atteints d’une certaine schizophrénie puisqu’ils se dirigent de plus en plus vers une urbanité malheureuse. L’eau, au lieu de garantir le bien-être social des ruraux, a fait d’eux des homo pauper. Cette situation est accentuée par la sécheresse qui a mis en crise « l’ordre éternel des champs ».

Bibliographie

Bibliographie

Abdellatif Aziz, 1996 – « Le retour des Khammes » Maroc Hebdo international, 224.

Abdellatif B., 1985 – L’État et les paysans au Maroc. Thèse de Doctorat de 3ème cycle en économie rurale, Université de Paris I, 319 pages + annexes.

Akesbi N., 1988 – Dépendance alimentaire et vérité des prix : mythes et réalités. In La crise et l’endettement du tiers monde. Etudes Maghrébines, 541 p.

Akesbi N., Guerraoui D., 1991. Enjeux agricoles : évaluation de l’expérience marocaine ; Casablanca, Maroc, Editions le Fennec, 150 p.

Banque Mondiale, 1979 – "Le secteur agricole du Maroc, problème du secteur et stratégie de la Banque".

Bentahar M., 1988 – « Villes et campagnes au Maroc » Editell.

BIRD, 1974 – La Banque et réforme agraire.

Daoud Z., 1987 – « La paupérisation dans les campagnes : la masse énorme des sans terres » in Lamalif Février 1987.

El Ghalabi Lahoussaine, 1977 – L’exode rural : l’exemple de Chaâba el hamra. In Lamalif, 92.

Galland et Lambert, 1993 – « Les jeunes ruraux ». Ed L’Harmattan, 256 p.

Guerraoui D., 1986 – " Le paysan quel avenir ? Essai sur l’approche structuraliste " Ed. Maghrébines.

Khrouz D., 1986 – La politique agricole du Maroc. AAN.

Ministère chargé de la population, Direction de la statistique CERED ; 1995 – L’exode rural trait d’évolution, rapports avec les milieux d’origine.

Pérennes J.J., 1990 – Les ingénieurs et politique hydro–agricole au Maroc. in “Batisseurs et bureaucrates, ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen orient" sous la direction d’E. Longunesse, Maison de l"orient, Lyon.

Pérennes J.J., 1992 – Le Maroc à portée du million d"hectares irrigués – élément pour un bilan. Maghreb, 137.

Prefol P. 1986 – Prodigue de l’irrigation au Maroc le développement exemplaire du Tadla 1936–1985. Nouvelles éditions latines, Paris.

Prefol P., 1997 – La politique Hassanienne de l"eau et des barrages. in Le temps du Maroc, Editorial de Moulay Ahmed Alaoui, 73.

Sweanringer W.D., 1987 – Terre, politique et pouvoir au Maroc. Revue Occident musulman, 45.

Tiano A., 1967 – Le Maghreb entre les mythes. PUF, Paris.

Troin J.F., 1985 – L’eau : atout et limite pour le développement. in Le Maghreb. Hommes et espace, A Colin, collection U, Paris.

Notes

1 Les révoltes d’origine rurale s’accentuent surtout au xixe siècle. On trouve ce que l’on peut appeler « la fronde des caïds » qui cherchent à assouvir leurs ambitions. Il s’agit des luttes entre les chefs locaux pour obtenir l’influence auprès du pouvoir.

2 Enjeux, n° 72 mars 1995.

3 Discours de SM le roi lors de l’ouverture de la session parlementaire d’octobre 1986.

4 Ibid. p 376.

5 Cf. Libération 31 mai 1981 p.5; W.D. Swearinger, 1987, p. 52.

6 Ibid. p 41.

7 Rapport de la Banque mondiale du mois d’octobre 1979, p. 40 intitulé « Le secteur agricole du Maroc, problème du secteur et stratégie de la Banque ».

8 L’intervention de Med Naciri « Le développement rural son nouveau cadre et sa problématique » in le colloque organisé par l’USFP sous le thème « Le monde rural trente ans après » Al Itihad Al Ichtiraki – 20 décembre 1995.

9 L’interview accordée par SM à la chaîne de télévision, TV5 El Bayane n° 6277 du 19/9/1995.

10 « L’exode rural trait d’évolution, rapports avec les milieux d’origine ». Ministère chargé de la population – Direction de la statistique Cered 1995, p. 55.

11 Ibid., p 556.

12 En admettant le départ de 71 000 personnes vers l’étranger en 1987 dont 26 000 des campagnes malgré la fermeture des frontières de la part des pays européens.

13 Ibid., p 25. Une grande enquête sur les jeunes ruraux en France est effectuée par Galland et Lambert, les deux auteurs ont constaté chez les jeunes ruraux le manque de sociabilité, face aux nouvelles contraintes, ils rejettent leur milieu.

14 Le temps du Maroc, n° 62 du 3 janvier 1997 p. 43.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les périmètres irrigués des Ormva du Maroc (début 1982)
Légende Source : Jean François Troin, 1985.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4889/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 2. Financement des projets intégrés
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4889/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 3. Population migrante d’origine rurale selon le sexe et le niveau d’instruction au moment de l’enquête en 1991 ( %)
Légende Source : L’exode rural : traits d’évolution, profils, rapport avec les milieux d’origine CERED.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4889/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

Auteur

Professeur des sciences politiques, auteur de plusieurs travaux sur l’agriculture et le développement rural au Maroc. Université Caddi Ayad, Marrakech et à l’université Sidi Med Ben abdellah, Fes – Maroc
email: ihazrir57@yahoo.fr

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search