Version classiqueVersion mobile

Eaux, pauvreté et crises sociales

 | 
Habib Ayeb
, 
Thierry Ruf

Eaux, pauvreté et crises sociales : approches de quelques régions marocaines

Stress hydrique et crises socio-spatiales dans les campagnes du Souss Massa

Mohammed Bouchelkha

Texte intégral

Introduction

  • 1 Argana spinosa.

1Située à la même latitude que les Sahara les plus désertiques du monde (au sud du 31° parallèle), la région du Souss Massa a longtemps fasciné les voyageurs et les historiens par sa richesse agricole exceptionnelle. L’ingéniosité des aménagements et de la gestion collective des ressources naturelles (eau, arganier1…) à laquelle s’ajoute une organisation socio-spatiale régulée par des institutions communautaires, sont autant de facteurs qui ont largement contribué au maintien des équilibres entre les conditions d’un milieu naturel fragile et les besoins des communautés paysannes. Les déséquilibres entre les hommes et la nature vont être amorcés à l’époque coloniale et prendre des dimensions plus alarmantes après l’indépendance du pays. Depuis les années 1980 une nouvelle pression sur les ressources en eau s’ajoutent aux précédentes, il s’agit de la vague des investissements agricoles dont le capitalisme international est la principale composante.

2Ainsi, la vie rurale et l’économie agricole dans le Souss Massa sont de plus en plus marquées par une pression sans précédent sur les ressources hydrauliques. En effet, les potentialités hydriques s’avèrent très limitées face à des besoins croissants. La plupart des ressources en eau superficielles sont mobilisées en même temps que les différents acteurs poursuivent la surexploitation des nappes phréatiques et par conséquent accentuent leur déficit.

3De même que de nouveaux besoins en eau accentuent la concurrence entre les différents secteurs (agriculture, eau potable, tourisme…). Dans un tel contexte de rareté et de gestion dominé par « le laisser-faire », une crise socio-spatiale s’installe dont les principaux aspects se présentent comme suit :

  • dégradation des espaces agricoles ;
  • « désertification par le bas » et abandon des petites exploitations ;
  • passage du petit propriétaire au salarié agricole ;
  • différenciations des stratégies des forces sociales en présence.

4Dans un tel cadre socio-géographique et économique caractérisé par un déficit hydrique et de plus en plus soumis aux nouvelles contraintes de la globalisation, on s’interroge sur la place et le devenir des sociétés paysannes traditionnelles et les conditions qui leur permettent d’accéder à l’eau et donc tout simplement de continuer à exister.

5Par ailleurs, nous allons essayer de montrer comment l’eau se présente au Maroc et en l’occurrence dans le Souss Massa, comme un puissant facteur de distinction et d’exclusion sociale. Comment les nouveaux modes de gestion et d’utilisation de l’eau contribuent généralement à élargir les fossés entre les groupes sociaux ? Comment la « chasse à l’eau » exprime les inégalités et les injustices sociales devant l’accès à un patrimoine collectif et par conséquent crée des tensions et des conflits sociaux ? La démarche adoptée permettra également d’évaluer l’ampleur de la précarité hydraulique à l’échelle des différentes formations socio-spatiales dans la région du Souss Massa.

De la gestion sociale de l’eau à la crise socio-spatiale dans les périmètres traditionnels

Aléas climatiques et fragilité sociale

6La région du Souss Massa fait partie d’une zone aride où la moyenne des précipitations annuelles ne dépasse pas les 250 mm dans la plaine du Souss et 200 mm dans celle du Chtouka. La faiblesse des précipitations conjuguée à leur répartition mal adaptée aux besoins des cycles végétatifs des plantes, leur variabilité intra-annuelle et des températures moyennes relativement élevées, ont souvent des conséquences néfastes sur une majorité des paysans et particulièrement ceux dont les activités agricoles sont encore dépendantes du don du ciel. Cette situation aléatoire des masses paysannes devient dramatique en cas de succession des années sèches.

  • 2 Agriculture comptant uniquement sur les précipitations.

7Ainsi, l’analyse de la variabilité des superficies cultivées entre la campagne agricole 1985/1986 et celle de 1997/1998, montre que l’écart à la moyenne est très significatif. Dans le cas d’une année pluvieuse la superficie cultivée peut dépasser la moyenne de 2/3 comme c’est le cas de la campagne agricole 1995/1996. Par contre, les paysans arrivent à peine à cultiver 10 % de la superficie moyenne en cas de déficit pluviométrique aigu comme c’est le cas en 1994/1995 (130 mm !). Cependant, si les conditions climatiques, dans le cadre de la pratique agricole bour2, ont les mêmes effets sur l’ensemble des composantes du monde agricole – toute proportion gardée – et donc celui-ci partage une certaine égalité devant l’eau du ciel perçue comme un don de Dieu (Bouchelkha M., 2003), l’accès à l’eau « produite » par les hommes ou par l’État crée par contre des inégalités ressenties comme une exclusion sociale et donc comme une injustice.

8Dans le contexte géographique du Souss Massa, l’irrigation s’avère nécessaire pour pallier aux déficits pluviométriques et aux aléas des autres facteurs climatiques et donc garant d’une production agricole, source de revenu et raison d’être des paysans. Cependant, l’accès à l’eau, plus particulièrement celle destinée à l’irrigation – objet de cette étude – n’est pas à la portée de tous les agriculteurs.

La seguia comme support d’une organisation socio-économique et spatiale ou l’originalité de la gestion sociale de l’eau

9Les habitants du Souss Massa constituaient depuis des siècles une paysannerie sédentaire fortement attachée aux activités agricoles. Toutefois, cette civilisation paysanne ne pouvait se développer et se maintenir que grâce à l’apport d’eau d’irrigation. Les collectivités rurales ont ainsi mis en place des systèmes d’irrigation très élaborés ainsi que des mécanismes adéquats pour une gestion sociale des ressources en eau qui ont fait jadis leur preuve dans le maintien des équilibres socioéconomiques et environnementaux. Parmi les systèmes d’irrigation qui ont depuis longtemps façonné la vie économique et sociale des sociétés rurales dans le Souss Massa s’impose celui de la seguia.

10La superficie concernée par les systèmes d’irrigation traditionnels était estimée à 14 369 ha en 1950 dont 10 740 ha par seguia (Dijon, 1969). Le système de captage de ces eaux et l’aménagement d’un réseau complexe de canaux acheminaient parfois l’eau à plusieurs kilomètres du barrage de dérivation. Alors que la superficie irriguée par le système des khettara était estimée à 700 ha et se répandait, principalement, dans le Souss-amont. Au début des années 1960 une cinquantaine de seguias étaient encore fonctionnelles. De même, 2 929 ha ont été encore irrigués par l'eau souterraine provenant des puits. Le plan Directeur de 1974 a estimé la superficie des périmètres traditionnels dans le Souss à 42 000 ha.

  • 3 Amazzal : personnage désigné par la communauté des irrigants pour respecter les décisions de la je (...)

11Le cas du secteur traditionnel d'Igli s'inscrit dans le cadre de cette logique d'utilisation et d'organisation de l'espace. Il illustre l'importance des contraintes et des mutations que subissent ces types de terroirs. En effet, ceux d'Igli étaient jadis irrigués par trois importantes seguias qui dérivaient l'eau de l’oued Souss. La distribution de l'eau est organisée, comme partout dans le Souss, par un Amazzal3. En contrepartie des services rendus, ce dernier perçoit environ 1 % de la récolte d'olives et des céréales de chaque bénéficiaire. Quant au partage d'eau entre les différents mesrefs d'une seguia, il se fait par le tour d'eau. L'unité utilisée ici est la ferdia, appelée ailleurs tirmit (12 heures).

12Toutefois, le caractère aléatoire et saisonnier de ce système d'irrigation basé sur les apports des eaux superficielles d'Oued Souss et ses affluents a amené la population locale à aménager d'autres ressources en eau. Cependant, ces techniques d’aménagement des eaux de l’irrigation demandent une certaine organisation sociale, et ne peuvent se réaliser sans un travail collectif qui se fait selon des règles et des normes reconnues par tous les ayants droit. En effet, ces différents systèmes d'irrigation, anciennement mis en place par les groupements humains, ont fait leur preuve sur le plan de l'organisation sociale et collective de la gestion des ressources en eau disponibles, sans pour autant négliger le caractère inégalitaire relatif au droit de l’eau, mais également sur le plan des équilibres écologiques (Aziki S., 1983 ; Direction régionale de l’hydraulique, 1986 ; Malouki A., 1995 ; Bouchelkha M., 2004).

13De même, les puits creusés essentiellement là où la nappe est plus proche, constituaient une ressource ne permettant d'irriguer qu'une portion de terre, en raison des techniques utilisées dans le puisage de l’eau (traction animale).

14À ces différents systèmes d'irrigation correspondait un système de culture basé essentiellement sur une utilisation extensive du sol. L'occupation de ce dernier est caractérisée par la prédominance de cultures céréalières – l'orge en particulier – et de plantations (olivier). Les cultures des douars situées à l'aval ne disposent souvent pas assez d'eau et plus particulièrement l'olivier. Par ailleurs, le système de production agricole, dont l'élevage extensif est l'une de ses principales composantes, trouvait un certain équilibre dans la complémentarité des terroirs accessibles aux collectivités paysannes.

La crise s'installe, le paysage agricole se dégrade et l'exclusion sociale se confirme

15La conjugaison de plusieurs facteurs allait entraîner ces systèmes d'irrigation dans une phase de déclin. Tout d'abord, la succession des années sèches allait rendre le système de la seguia presque inutile, et ce recul du rôle de la jemâa, le manque d'entretien des réseaux collectifs en question, et donc le « gel » des mécanismes sociaux qui font partie intégrante de ces systèmes d'irrigation. Le tarissement a été également le sort de pratiquement toutes les khettara du Souss. Ce phénomène est devenu irréversible depuis le début des années 1980. De même que la baisse rapide et continue du niveau de la nappe phréatique a rendu le puisage de l'eau des puits de plus en plus difficile.

16Quelles étaient donc les principales conséquences de cette situation de crise sur la pérennité des paysages agricoles et sur la vie économique et sociale des communautés paysannes ?

17De prime abord, une partie du peuplement oléicole a été abandonnée à cause du manque d'eau. Le rythme des coupes d'arbres s’est accéléré en devenant une pratique courante (vente, extraction du charbon). De ce fait, la densité de l'olivier s'est considérablement affaiblie. De même l'espace irrigué s'est rétréci et les activités de l'élevage ont été fortement marquées par cette crise. À la veille des interventions de l'État, l’occupation du sol était caractérisée par la forte présence des céréales et des oliviers. Ils occupaient à eux seuls 80 % de la superficie cultivée. L'olivier est donc bien présent dans ce système de culture et constitue souvent une composante principale du paysage agricole (30 % dans le cas de périmètre d'Igli). La superficie accordée à la pratique de l'oléicole et aux céréales est liée surtout à leur faible exigence en eau d'irrigation. On remarque, par contre, la place insignifiante du maraîchage et de certaines cultures fourragères, en l'occurrence, la luzerne.

18Ainsi, cette formation socio-spatiale liée à ces périmètres irrigués traditionnels, par ailleurs héréditaire d’un passé florissant dans la gestion du patrimoine hydraulique, allait connaître une précarité qui la reléguera à jouer des rôles de maintien ou de survie des communautés villageoises face à des formations émergeantes et dominatrices.

Tentatives d’équité hydraulique : l’eau des pauvres

19Suite à la disparition de résurgences dans le lit de l'oued Souss et la diminution de la durée d'écoulement dans l'oued, les ressources en eau souterraines sont devenues la ressource de base pour le maintien des activités agricoles, et en particulier le peuplement oléicole. Ainsi, certains agriculteurs ont pris l'initiative d'équiper les puits avec des petites motopompes. Tout d'abord, il a été question d'équiper et de réaménager les puits existants. Mais les conditions économiques et sociales des collectivités paysannes (exiguïté des exploitations, manque d’épargne), sont loin de favoriser une extension significative de ce type d'équipement. Aussi, les moyens de captage de cette ressource et parfois les caractéristiques de l'aquifère ne permettent pas d'obtenir des volumes importants susceptibles d'assurer la pérennité de l'activité agricole. D'autres agriculteurs n'ont pu se maintenir que grâce au travail dans les fermes des agrumes. En effet, si, la crise a été néfaste pour les paysans dépourvus des moyens financiers, elle a été par contre, l'occasion pour d'autres, d'agrandir leurs propriétés.

20Ainsi, devant ce nouveau contexte, les initiatives individuelles des paysans ont vite montré leurs limites, et par conséquent l'intervention de l'État s'est avérée nécessaire. En fait, les pouvoirs publics ont longtemps négligé la rénovation et la modernisation de ces vieux réseaux donnant la priorité à la création des périmètres modernes. Ce n'est qu'en 1974 que le plan Directeur allait programmer la réhabilitation des périmètres traditionnels en substituant aux ressources superficielles les eaux souterraines. La superficie totale concernée par ce projet était estimée à 22 900 ha, répartis en deux tranches. Les actions initiées par l'ORMVA-SM depuis le début des années 1980 n'ont eu d'impacts réels sur la population agricole qu'après la réalisation de nouvelles seguias (canaux portés). Cette action a constitué un enjeu vital pour l'agriculture dans cette zone. Les principaux canaux ont empreinté les mêmes trajets que les anciennes seguias. Le système d'irrigation gravitaire est donc maintenu. Par contre, l'alimentation du réseau est assurée par des forages. De même que la gestion du système entier est confiée à des associations d'irrigants. Ainsi, l'ancienne assemblée du jemaâ est remplacée par un organisme de gestion de l'eau élu par les usagers et régi par des lois. Cette forme de gestion essaie, toutefois, de tirer profit des capacités d'organisation des usagers qui ont fait leur preuve durant des siècles. Aussi, tous les ayants droit deviennent membres de l'association d'irrigants et par conséquent, bénéficient de l'eau payante selon le nombre d'heures demandé. Quant au Amazzal, il est maintenu dans le nouveau contexte et devient salarié. Il perçoit entre 1,50 et 2 dirhams pour chaque heure d'irrigation.

  • 4 Pour pouvoir continuer cette activité, les autorités agricoles ont interdit toute vente d'eau pomp (...)

21Les nouvelles actions menées par l’État, n'ont pas seulement sauvegardé un espace hydro-agricole menacé mais, elles ont également contribué à étendre l'espace irrigué d'une manière significative. Les parcelles autrefois abandonnées sont de nouveau exploitées et de nouvelles terres ont pu être irriguées. Aussi, certaines associations procèdent à la vente de l'eau4 aux agriculteurs non membres, et ce au prix moyen de 40 dh/heure (valeur de 2001). Cependant, cette eau disponible mais payante, cette fois, nécessite une mise en valeur plus adéquate. Ainsi, ces anciens irrigants ont vite pris des initiatives en élargissant la sole luzerne et maraîchère et remplaçant, en partie, l’orge par le blé (tendre et dur). Toutefois, des problèmes se posent déjà suite, notamment, à la baisse continue de la nappe. En effet, cette baisse se fait maintenant sentir chez les agriculteurs qui utilisent les motopompes au sein du périmètre pour tenter de combler les déficits de l’eau de l’association.

22Ainsi, la tentative de l’État de sauver cette formation socio-spatiale montre déjà ses limites et reste sous la menace permanente de se voir priver de l’eau et donc pouvoir exister !

L’eau de la coopérative : une politique d’équité hydraulique ?

23Le projet de la réforme agraire s’inscrit dans celui de l’aménagement du Souss-amont qui avait pour objectif l’irrigation d’une superficie totale de 6 123 ha. Les terres de la réforme agraire représentent 75 % de cette superficie et se répartissent entre 7 secteurs. Une des caractéristiques de cette nouvelle extension de l’irrigation dans le Souss, c’est qu’elle s’est effectuée sur des terres collectives (55 %) et le reste aux dépens de la forêt domaniale.

24Par ailleurs, ce projet d’irrigation a ciblé les couches les plus défavorisées du monde paysan dans cette partie du Souss, qui a été si longtemps considérée comme un foyer de réserve de la main-d’œuvre pour la partie aval de la plaine. C’est ainsi que les terres ont été distribuées aux paysans sans terres et aux petits exploitants, sous formes de lots de 5 à 7 ha. Ce projet en question porte donc les marques d’une tentative de réajustement et de rééquilibrage socio-spatial dans la plaine du Souss.

25L’irrigation des secteurs de la réforme agraire est assurée par l’eau des forages dont la profondeur initiale variait entre 80 et 120. À chaque station de pompage est associé un réseau de distribution constitué de tuyaux enterrés qui amènent l’eau vers un autre réseau mobile et semi-mobile avant d’atteindre les asperseurs. Par ailleurs, le projet a opté pour la technique d’irrigation par aspersion. Cependant, l’utilisation exclusive des eaux souterraines dans l’irrigation de ces périmètres, la succession des années de sécheresse et la multiplication des pompages privés, ont provoqué une baisse continue du niveau de la nappe, et par conséquent, les autorités agricoles ont dû procéder à la réalisation de nouveaux forages et à la révision des plans d’assolement. De même que les coopératives les plus dynamiques ont pris l’initiative d’équiper les champs collectifs par des systèmes d’irrigation plus adaptés au contexte de pénurie d’eau, à savoir le « goutte-à-goutte ».

26Nous assistons dans ces périmètres aux plus radicales des transformations des paysages agricoles et des systèmes des productions dans le Souss. En effet, le passage d’une vie agricole axée sur le système arganeraie – pratique d’un élevage extensif, en particulier celui des caprins et une céréaliculture en bour – à des paysages planifiés et sous contrôle des autorités agricoles. Le plan d’assolement initial comportait un champ collectif de l’olivier. Cependant, depuis 1989 les agriculteurs se sont libérés des contraintes des plans d’assolement et ne respectent plus que la sole concernant les céréales. La libéralisation des plans d’assolement a même encouragé certaines coopératives, comme celle du Chabab, à introduire les cultures sous serres sur son champ collectif.

27Cette volonté de faire « profiter » une tranche de la population rurale démunie en terre et en eau a certes contribué à améliorer les conditions socio-économiques des coopérants qui ont pu s’adapter à la logique de la coopérative agricole comme un nouvel instrument de production agricole (Bouchelkha M., 2004). Toutefois, les restrictions relatives aux dotations de l’eau d’irrigation, la baisse continue du niveau de la nappe, la fermeture de certains forages, le nouveau mode de paiement de l’eau (par trimestre) sont autant de facteurs qui menacent la pérennité des périmètres de la réforme agraire. Ces derniers prennent de plus en plus l’allure des terres en jachère !

Paysage agrumicole et crise d’eau dans le Souss-aval

Les marques de la colonisation : les profondes mutations d’un paysage agricole

28La pratique de l’agriculture moderne et son expansion dans la région du Souss ont été initiées par les colons. Le système de culture, basé sur les agrumes et les primeurs, ne pouvait se réaliser sans la mobilisation des eaux de la nappe. Ainsi, une nouvelle technologie fut introduite qui, consiste à extraire l’eau de la nappe à l’aide de puissantes motopompes. La figure n° 1 fait apparaître l’ampleur des transformations des paysages dans le Souss dont l’eau est l’élément moteur. Le premier volet de ce paysage est lié à la vie agricole précoloniale : un système d’irrigation traditionnel, mais également les nombreux puits qui ne permettaient qu’une polyculture irriguée très limitée, en plus de l’olivier. L’eau constituait donc le facteur limitatif par excellence de l’extension de l’espace agricole.

29Le paysage actuel porte les marques de la colonisation. Il fait apparaître des cultures intensives (agrumes) pratiquées selon de nouvelles méthodes (mécanisation, pompage…). De même, les parcelles prennent des formes géométriques bien distinctes et s’étendent sur des espaces plus importants. Cependant, ces nouveaux aspects du paysage agricole n’avaient pas encore gagné beaucoup d’espace à l’époque (1956).

  • 5 Il faut rappeler que l’extension de l’agriculture coloniale n’a pas complètement cessé avec l’anno (...)

30Toutefois, la superficie des agrumes dans le Souss avait atteint 5 500 ha à la veille de l’indépendance5. Le pays des Houara, dont fait partie El Guerdane, allait constituer la terre d’élection des agrumes dans la région. Par ailleurs, le nombre des puits autorisés avait atteint à cette époque 606 (DRH/SMD, Agadir, 1986).

31La crise de l’eau se fait déjà sentir suite au pompage intensif de la part des nouveaux producteurs et particulièrement de la part des puissantes sociétés agricoles européennes.

32L’extension de cette agriculture moderne, axée sur les agrumes, s’est exprimée, tout d’abord, par cette vague de colonisation des terres. Ce processus qui, a été déclenché par les colons européens, allait se poursuivre par les nouveaux colons marocains venus des grandes villes comme Rabat, Casablanca ou Fés.

33Actuellement, le verger agrumicole est estimé à plus de 28 000 ha, soit 38 % environ du verger national. Cependant, cette impressionnante extension des agrumes, qui s’est réalisée par des initiatives privées, allait très tôt se confronter à une contrainte majeure qui est l’eau. L’exploitation abusive des eaux de la nappe allait compromettre, dans certains endroits comme le cas présenté ici, la pérennité même du paysage agrumicole, mais également déclencher une concurrence farouche pour s’approprier l’eau.

L’eau « amie » du puissant ou la logique du plus fort

34Le verger des agrumes se présente de loin comme le premier consommateur de l’eau agricole dans la région. En effet, si les agrumes occupent seulement 28 % de la superficie irriguée dans la région du Souss Massa, elles exigent par contre 42 % du volume d’eau destiné aux cultures irriguées. De même, les besoins en eau du verger agrumicole sont satisfaits à plus de 92 % par la nappe phréatique, d’où l’ampleur de la pression qui s’exerce sur cette ressource. En effet, le nombre des puits dans la plaine du Souss avait déjà atteint 8 597 en 2003 dont plus de 84 % se trouvent concentrés dans la partie aval de la plaine, c’est-à-dire là où se répandent les agrumes. Ainsi, le volume d’eau prélevé a été estimé à 551 millions de m3 en 2003. Par conséquent, le bilan de la nappe du Souss connaît un déficit annuel moyen de 228 mm (Agence de bassin hydraulique, Agadir, 2004). Cette baisse alarmante du niveau piézométrique a atteint plus de 2 m/an dans la zone agrumicole d’El Guerdane.

La multiplication et l’approfondissement des puits

35La baisse du niveau de la nappe va entraîner les producteurs dans une course sans merci à la recherche d’une eau qui s’enfonce de plus en plus. La première constatation est cette relation entre la concentration foncière et les volumes d’eau prélevés. L’enquête réalisée par la DRH/SMD en 1986 montre que seulement 7 % des producteurs exploitent 44 % des terres et utilisent 47 % environ de l’eau prélevée. De même que la profondeur moyenne des puits devient de plus en plus importante chez les grands exploitants. Cette moyenne qui est de 23 m dans les exploitations de moins de 2 ha passe à 66 de profondeur dans les exploitations de plus de 50 ha. Ainsi, les premières réactions face à la baisse du niveau de la nappe étaient l’approfondissement des puits existants. Cependant, l’aggravation de la situation va conduire également au creusement de nouveaux points d’eau. L’enquête que nous avons menée dans la zone d’El Guerdane (été 2000) nous a permis de constater que, contrairement à la littérature qui avance que ce sont les petits producteurs qui abandonnent leurs puits, ce phénomène est également très présent chez les gros exploitants, même si cette crise est différemment gérée par la suite. Sur les 143 puits touchés par cette enquête, 25 % ont été abandonnés dont 78 % concernent les exploitations de plus de 100 ha. En 1986, l’OCE avait recensé 826 ha abandonnés dans la zone d’El Guerdane. Cette superficie est passée à 1 065 ha en 2002 ! (voir tab. n° 1)

Tabeau 1. Répartition des effets de la crise d’eau sur la pratique des agrumes dans la zone d’El Guerdane (2002)

Tabeau 1. Répartition des effets de la crise d’eau sur la pratique des agrumes dans la zone d’El Guerdane (2002)

Source : ORMVA/SM, 2002

Le choix du type d’énergie, une autre forme d’exclusion sociale

36L’exemple d’El Guerdane présenté ici confirme non seulement cette inégalité devant l’accès à l’eau, mais présente également d’autres indicateurs de différenciations socioéconomiques entre les producteurs, à savoir la nature d’énergie et la puissance des moteurs utilisés.

Tableau 2. La répartition des moyens de prélèvement de l’eau selon la taille des exploitations

Tableau 2. La répartition des moyens de prélèvement de l’eau selon la taille des exploitations

Nb. = nombre ; prof = profondeur
Source : Enquête personnelle (été 2000)

37Les données du tableau ci-dessus montrent que le fonctionnement des motopompes par l’énergie thermique est de plus en plus limité aux petites et moyennes exploitations. Ainsi, 53 % environ des puits concernés par ce type d’équipement se trouvent dans les exploitations de moins de 20 ha et prélèvent l’eau à une profondeur moyenne de 111 m. Les quelques grandes exploitations (plus de 100 ha) qui continuent à utiliser cette énergie sont surtout celles qui sont mal gérées par la Société de développement agricole (Sodea). Tandis que l’utilisation de l’énergie électrique est plutôt réservée aux exploitations qui dépassent les 50 ha avec une forte concentration (70 %) dans celle de plus de 100 ha (voir leurs répartitions dans la fig. 1). Cette dernière tendance est dictée par le coût de production moins élevé que celui de l’énergie thermique dont le prix dépend, également, des fluctuations du marché international. En effet, le prix de l’eau revient à 2 Dh/m2 en cas d’utilisation de l’électricité contre 2,5 à 3 Dh /m3 dans le cas de l’énergie thermique. Mais, si les grands producteurs disposent de suffisamment de moyens pour avoir l’électricité, les autres catégories de producteurs trouvent dans le fractionnement des dépenses que permet l’achat du gazoil une manière de gérer leurs contraintes financières.

Figure 1. Le nouveau paysage agricole dans le secteur de Sebt El Gardane (2000)

Figure 1. Le nouveau paysage agricole dans le secteur de Sebt El Gardane (2000)

La stratégie du transfert de l’eau

38Cette opération consiste à transférer l’eau d’un lieu relativement favorisé vers un autre qui est déficitaire en eau. Le cas le plus impressionnant est celui d’un producteur absentéiste qui possède plus de 479 ha dans la zone d’El Guerdane, répartis entre quatre exploitations. L’eau prélevée des puits existants dans les fermes implantées n’arrive plus à assurer une irrigation suffisante et régulière des agrumes, d’où l’idée de réaliser trois forages d’une profondeur moyenne de 129 m dans l’exploitation qui ne comporte pas de plantations. Les eaux pompées sont transférées dans une première étape, à travers des conduites souterraines, vers une ferme se trouvant à 3 km de la première. Elles seront stockées dans un réservoir avant d’être pompées de nouveau et conduites vers une autre exploitation distante de 3,5 km. La même opération conduira, enfin, l’eau à l’exploitation la plus touchée par la baisse du niveau de la nappe. Ainsi, la sauvegarde des agrumes a nécessité le transfert de l’eau sur une distance qui dépasse 6 km.

39Le second cas de transfert de l’eau a été réalisé cette fois-ci par la Société de développement agricole qui gère les fermes de l’État. L’opération a consisté à amener l’eau, à partir d’un forage de 240 m de profondeur, de la ferme 1809 vers la ferme 1807 distante de 2,5 km (cf. fig. 2). Dans ce dernier exemple les gérants ont même été contraints de sacrifier une partie de la superficie implantée dans la première ferme pour pouvoir sauvegarder la seconde qui comporte 100 ha d’agrumes.

40Cependant, l’ampleur et le coût d’une telle opération la limitent aux grands producteurs disposant d’importants moyens financiers.

La stratégie de l’économie de l’eau : l’adoption des nouvelles technologies de l’irrigation

  • 6 En 2003, les systèmes d’irrigation dans l’ensemble de Souss Massa se répartissaient comme suit : 5 (...)

41Les contraintes de l’eau, qui pèsent de plus en plus, non seulement sur le coût de production, mais sur l’avenir même des périmètres agrumicoles, ont provoqué l’adoption progressive de nouvelles techniques d’irrigation. Le « goutte-à-goutte » et les autres moyens d’irrigation économiseurs de l’eau sont présents dans plus de 36 % de la superficie agrumicole en 19996. La répartition de ces techniques d’irrigation montre que ce sont les grandes exploitations qui se sont dotées de ce type d’équipement. Ainsi, plus de 90 % de la superficie équipée par les systèmes d’irrigation localisés concerne les exploitations dont la superficie dépasse les 50 ha (enquête personnelle, 2000). Cette catégorie d’exploitation s’équipe de plus en plus de moyens de fertigation et de procédés d’irrigation informatisés permettant de réduire de façon très significative la main-d’œuvre autrefois nécessaire pour exécuter toute opération d’irrigation. Cependant, malgré les efforts de certains producteurs et le soutien de l’État, l’objectif de la généralisation de ces techniques est loin d’être atteint. Les autorités agricoles prévoient en cas d’adoption de l’irrigation localisée sur les 40 000 ha (agrumes et maraîchage) d’économiser 110 millions de m3/an.

42Cependant, toutes les stratégies et les initiatives privées ne pouvaient réussir devant l’ampleur d’une telle crise d’eau. Quant à l’État, il n’intervient dans la gestion de ces périmètres qu’une fois que les « producteurs » de cette crise ont montré leurs défaillances dans la gestion de ce secteur considéré, par ailleurs, comme stratégique dans la politique économique du pays.

Figure 2. Transfert de l’eau agricole à El Gerdane

Figure 2. Transfert de l’eau agricole à El Gerdane

43Le projet de sauvegarde de la zone agrumicole El Guerdane en cours se distingue par le fait qu’il constitue la plus importante intervention de l’État jamais réalisée dans les périmètres agrumicoles privés de la région. De même que le projet en question fera l’objet d’un partenariat entre l’État et les producteurs concernés. Le projet d’aménagement hydro-agricole d’El Guerdane a pour but de transférer l’eau à partir du complexe hydraulique Aoulouz et Chakoukane jusqu’au verger agrumicole d’El Guerdane distant d’environ 90 km. Le volume d’eau transféré est estimé à 46 millions de m3 et permettra de fournir du mois de mai à septembre une dotation de 4 000 m3/ha. Le système d’irrigation localisé serait adopté pour l’ensemble du périmètre en question.

Aménagement du périmètre de Massa et les nouveaux « chasseurs d’eau »

L’aménagement du périmètre irrigué de Massa ou la volonté de créer un verger maraîcher

44Le périmètre irrigué grâce aux eaux du barrage Youssef Ben Tachfine (construit en 1973) et l’adoption de la technique d’irrigation par aspersion devaient transformer radicalement le paysage agricole et la vie économique et sociale des communautés paysannes.

45Le plan d’assolement réservait alors 30 % de la superficie cultivée au maraîchage. Néanmoins, pendant la campagne 1976-1977, c’est-à-dire 3 ans après le démarrage du projet, le maraîchage n’a occupé que 2,3 % de la superficie totale du périmètre ! On avait même désigné Massa comme un périmètre en jachère, puisque 47 % de cet espace n’était pas utilisé (Benchrifa A., 1980). La sous-utilisation de l’espace a caractérisé ce périmètre jusqu’au début des années 1980 avec le commencement de la libération des plans d’assolement. De même, la succession des années de sécheresse a accéléré le processus de révision des plans de cultures. Toutefois, l’élargissement de la CEE va entraîner des contraintes majeures à l’écoulement des produits marocains sur les marchés européens. La nécessité de se plier à des calendriers d’exportation de plus en plus contraignants depuis les accords de 1976 va favoriser l’émergence d’un nouvel élément dans le paysage agricole du Souss et dans le périmètre de Massa en particulier. Par ailleurs, ce dernier périmètre et la plaine de Chtouka en général, vont accueillir une vague d’investisseurs nationaux et étrangers à la recherche des conditions favorables à l’emplacement de leurs capitaux.

Un foyer de concentration des cultures sous serres et l’inauguration d’une nouvelle crise d’eau

46Le plan Primeur de 1980, soutenu par la Banque mondiale, peut être considéré comme la plus importante opération des cultures sous serres au Maroc. Depuis, ce nouveau système de production semble trouver dans la région de Souss Massa les conditions de son extension (Bouchelkha M., 2000). Les cultures sous serres ont occupé pendant la campagne agricole, 1999-2000, 786 ha, répartis comme suit : 4 555 ha de maraîchage dont 3 318 ha de tomate ; 2 640 ha de bananier et 91 ha de floriculture. La plaine des Chtouka-Massa se présente désormais comme la capitale régionale et nationale de ce nouvel âge agraire au Maroc. Elle accapare 80 % environ de la superficie totale des cultures maraîchères sous abris de la région, 83 % de la tomate et 39 % du bananier.

47Le périmètre irrigué de Massa qui était alors sous-utilisé allait trouver dans le nouveau contexte une occasion de développement sans précédent. Plusieurs sociétés et producteurs étrangers, souvent en partenariat avec des Marocains, ont investi dans la production agricole sous abris dans ce périmètre telles Maraissa, Feruka, Maresprim… Ces investissements s’inscrivent dans le cadre du phénomène de la délocalisation des entreprises agricoles étrangères. Le secteur irrigué d’Ait Amira, situé au nord du périmètre de Massa, connaît depuis la fin des années 1980, une utilisation intensive du sol, notamment, par l’extension remarquable des cultures sous serres. L’étendue de ces cultures dans la partie nord-est s’explique par la présence des grandes sociétés agricoles.

48Cependant, les nouveaux investissements agricoles vont engager la plaine de Chtouka dans une nouvelle ère hydraulique. La multiplication des puits et des forages depuis les années 1980 va entraîner la nappe de cette plaine dans un déficit moyen annuel de 58 Mm ! Les conséquences sociales des nouveaux chasseurs d’eau s’expriment à plusieurs niveaux. Tout d’abord, les petits producteurs qui auparavant, ont équipé leur Naoura par des petites motopompes, ne pouvaient plus puiser l’eau aux profondeurs initiales d’où la nécessité d’approfondir ou de creuser de nouveaux puits. Cependant, les nouvelles contraintes liées à l’accès à l’eau et aux marchés étrangers ont amené certains producteurs à procéder à la location d’une partie de leur exploitation aux nouveaux investisseurs.

49Par ailleurs, les producteurs associent les deux ressources pour assurer un approvisionnement régulier de leurs exploitations. De même, le système d’irrigation localisé est partout adopté dans ce nouveau contexte de production.

50Œuvre d’acteurs sociaux dynamiques, en majorité extérieurs aux terroirs, les cultures protégées connaissent une évolution impressionnante qui marque ces espaces ruraux en mouvement. Ces producteurs, locataires dans leur majorité, profitent d’un contexte général favorable dans lequel ces nouvelles pratiques agricoles se présentent comme le meilleur placement de capitaux dans le domaine agricole. Toutefois, ce nouveau système de production, très exigent en savoir-faire et en capitaux, est devenu l’expression des nouvelles différenciations socio-spatiales dans la région. En effet, les petits producteurs semblent les plus touchés par les rapides mutations technologiques exprimées par le passage du maraîchage traditionnel à la serre.

Conclusion

51Ainsi, l’extension de l’irrigation et les différents degrés des mutations des campagnes du Souss ont été soit l’œuvre d’acteurs privés locaux, nationaux et/ou étrangers, soit le résultat des interventions directes de l’État. Ce dernier a longtemps laissé les acteurs privés dans le Souss gérer à leurs manières leurs espaces agricoles. Cependant, la mauvaise gestion des ressources naturelles, en l’occurrence l’eau, conjuguée avec la succession des années de sécheresses, a conduit les instances étatiques à faire des arbitrages et à mener des actions de « sauvetages » des paysages et des économies fortement menacées. Toutefois, les différentes tentatives d’aménagement de l’eau pour les plus démunis aussi bien dans le cadre de la réforme agraire que dans celui de la politique de la réhabilitation des périmètres traditionnels ont déjà montré leurs limites. Par ailleurs, la pérennité des paysages dans le cadre d’un développent régional durable est le devoir qui incombe aux différents acteurs, ces derniers doivent non seulement associer à leurs activités de production, la dimension « sauvegarde de l’environnement », mais également considérer l’eau comme un patrimoine collectif. Désormais, le droit d’accès à la ressource, sa gestion, les priorités des utilisations et sa pérennité doivent faire l’objet d’un large débat qui aboutirait à redéfinir un projet de société pour les générations présentes et futures.

Bibliographie

Bibliographie

Aziki S., 1983 – L’agriculture irriguée et l’aménagement d’un espace méridional marocain en pleine mutation : le cas du Souss-Aval, Inedite, T3, Aix-en-Provence, 389 p.

Benchrifa A., 1980 – Une région du Souss en cours de transformation : Chtouka et Massa. Étude de géographie agraire. Publication de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines. Thèses et mémoires, n° 5, Rabat.

Bouchelkha M., 2000 – « Les cultures sous serres ou le nouvel âge du capitalisme agraire au Maroc : le cas du Souss Massa ». Revue Dirassat, (Agadir), n° 10 :139-173.

Bouchelkha M., 2003 – « Savoirs paysans et activités agro-pastorales au Maroc », In : Las Montanas del Mediterranio, Centro de Investigaciones Ethnologicas Angel Ganivet, Diputacion Provincial de Granada. Espagne, Working Papers n° 4, pp. 171-177.

Bouchelkha, M., 2004 – Mutations des campagnes du Souss Massa. Originalité et enjeux actuels : approche socio-géographique. Thèse d’État. Université Ibn Zohr, Agadir.

Dijon R., 1969 – Étude hydrogéologique et inventaire des ressources en eau de la vallée du Souss. Notes et mémoires du service géologique du Maroc, Rabat, vol. 214.

Direction Régionale de l’hydraulique ; Souss/Massa/Draa, 1986 – Enquête sur la nappe du Souss (non publiée). Agadir.

Malouki A., 1995 – L’agriculture irriguée dans le Souss-Amont. Thèse de Doctorat, Université Paul Valéry. Montpellier III, (Inédite).

Office Régional de Mise en Valeur Agricole de Souss-Massa, 1989-2000 – Les rapports annuels de l’Office.

Popp H., 1984 – La question hydraulique, Tome 2 : Effets socio-géographiques de la politique des barrages au Maroc. Rabat.

Notes

1 Argana spinosa.

2 Agriculture comptant uniquement sur les précipitations.

3 Amazzal : personnage désigné par la communauté des irrigants pour respecter les décisions de la jemaâ et les droits reconnus de chacun.

4 Pour pouvoir continuer cette activité, les autorités agricoles ont interdit toute vente d'eau pompée dans l'espace dominé par les seguias. Il faut rappeler que ces opérations de vente sont très courantes en dehors de l'espace géré par les associations, surtout au profit des petits exploitants.

5 Il faut rappeler que l’extension de l’agriculture coloniale n’a pas complètement cessé avec l’annonce de l’indépendance du pays et que la présence des colons n’a pris fin qu’ en 1977.

6 En 2003, les systèmes d’irrigation dans l’ensemble de Souss Massa se répartissaient comme suit : 54 % gravitaire ; 31 % localisé ; 28 % aspersion.

Auteur

Géographe. Département de géographie, FLSH Agadir – Maroc

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search