Desktop versionMobile Version

Eaux, pauvreté et crises sociales

 | 
Habib Ayeb
, 
Thierry Ruf

Eaux, pauvreté et crises sociales : approches de quelques régions marocaines

Introduction

Thierry Ruf

Volltext

1La troisième partie du séminaire rassemble les contributions sur le Maroc, pays d’accueil de la rencontre sur les relations « eaux, pauvreté et crises sociales ». Le lecteur prendra soin d’ajouter à la lecture des six articles de cette partie deux contributions déjà intégrées dans l’exposé des connaissances et l’analyse des politiques publiques de gestion de l’eau (Houdret sur le contexte historique et institutionnel de la grande hydraulique, Bergh sur l’impact des projets de la Banque mondiale en région de montagne).

2Le géographe Mohammed Bouchelkha décrit la région d’Agadir, qui comprend deux bassins versants, le Souss et le Massa, dont l’exploitation des eaux superficielles est totale et celle des eaux souterraines, sans rapport avec le renouvellement des nappes. C’est un appauvrissement général des ressources en eau qui se produit et induit une course effrénée à l’extraction d’eaux de moins en moins accessibles. Les conséquences sociales, paysagères et économiques de la surexploitation des eaux prennent un caractère régional.

3El Hassane El Mahdad (et al.) proposent une lecture de l’ensemble de la région Souss Massa Dra et insistent sur l’histoire des conquêtes de l’eau, des impacts des interventions publiques coloniales puis de l’État marocain et soulignent, en fin de compte, les transformations sociales profondes du monde rural, où la richesse est étroitement liée à la possession de l’eau. Une mutation s’opère, car autrefois, l’eau revenait aux groupes sociaux de statut dominant, alors qu’actuellement, la possession de l’eau ne dépend que des capacités financières des individus.

4Faire du Maroc la Californie de l’Afrique est un mot d’ordre répété au cours de l’histoire contemporaine. Spécialiste de sciences politiques, Abdelmalek Ihazrir nous rappelle l’histoire des barrages du Maroc et la voie d’une hydraulique dirigée par l’État, avec une rationalisation foncière par lotissements et un dirigisme des assolements et des filières stratégiques. Le bilan socio-économique de 50 ans de grande hydraulique semble mitigé, la pauvreté rurale n’ayant pas été résorbée sinon par l’exode rural, et l’espace rural étant aujourd’hui émietté et fragmenté.

5L’agro-économiste Abdoul Aziz Yanogo, ancien élève burkinabé de l’Institut agronomique et vétérinaire de Rabat, a étudié le fonctionnement du périmètre de grande hydraulique du N’fis, à l’ouest de Marrakech. À travers une analyse cartographique précise, il montre comment les réseaux modernes s’ajoutent aux réseaux anciens, et comment aucun de ces systèmes collectifs ne fonctionne normalement, si bien que les agriculteurs les plus riches se reportent sur l’exploitation de la nappe souterraine dont le rabattement est spectaculaire. Dans ce contexte d’inégalités d’accès à l’eau, la création des Associations d’usagers de l’eau agricole par l’Office du Haouz n’a pas permis de fédérer les usagers et d’intégrer localement la gestion des eaux communautaires, des eaux publiques et des eaux privées.

6Le géographe Mohammed Oudada décrit dans la région du Bani, au sud du Maroc, le basculement des techniques et des organisations traditionnelles de l’irrigation vers des techniques modernes à base de pompage, de conquête de nouvelles terres en amont du terroir irrigué ancien. De nombreuses familles pauvres n’ont pu suivre ce déplacement exigeant en investissement et ont quitté leur terre asséchée par la surexploitation de la nappe. Les conflits sur l’eau potable ont marqué l’actualité récente avec une confrontation entre centre urbain et périphéries et entre Office national de l’eau potable et associations de quartiers.

7Les économistes A. El Hasnaoui, A. Hilali et Mohammed Raki traitent des relations entre eaux et pauvreté dans la Grande hydraulique du nord du Maroc, le périmètre du Gharb. Ils analysent comment les techniques économes en eau du goutte-à-goutte s’adressent actuellement aux exploitants les plus aisés qui peuvent, à titre individuel, les adopter. Les contraintes foncières, l’accès réduit au crédit, la dépendance trop forte au tour d’eau imposé pour les périmètres publics limitent sérieusement l’accès à ces méthodes pour les producteurs familiaux. Ils suggèrent une politique plus ouverte et intégrée au plus grand nombre dans le cadre d’un système associatif de gestion des réseaux modernisés.

© IRD Éditions, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search