Version classiqueVersion mobile

Eaux, pauvreté et crises sociales

 | 
Habib Ayeb
, 
Thierry Ruf

Atelier 1. Gérer en invoquant la décentralisation, la démocratisation et la participation financière

De l’échec d’un projet à l’émergence d’un territoire

La vallée du Sourou (Burkina Faso)

Tanga Pierre Zoungrana, Jacques Bethemont et Pierpaolo Faggi

Texte intégral

  • 1 Les éléments de cette communication sont le résultat d’une série d’enquêtes entreprises conjointem (...)
  • 2 Dans le cadre de cette communication, nous opposons le « projet » issu des plans réalisés par l’Ét (...)

1Il y a de cela bien longtemps, les anciens Grecs pensaient que les essaims d’abeilles se formaient dans la gueule des lions morts. La formulation moderne de ce mythe voudrait que d’un échec grandiose, surgisse une réalisation plus modeste mais à la fois concrète et positive. Tel est le cas de la vallée du Sourou1, petite région dynamique, territoire né de l’échec d’un grand projet socialiste2. Mais au-delà de ce cas particulier, se pose la question d’une possible transposition de ce qu’on peut appeler le « modèle Sourou ».

De la dynamique révolutionnaire à l’échec d’un projet

2Le Sourou est un très modeste cours d’eau occupant sur plus de 120 kilomètres dans la partie occidentale du Burkina Faso, une vaste vallée, en fait l’ancien cours du Mouhoun (autrefois dénommé Volta noire) avant que celui-ci ne passe à la suite d’une capture, d’un tracé sud-nord à un tracé nord-sud en décrivant un coude accentué au niveau de Dédougou. Lors de la saison des pluies, les eaux grossies du fleuve tendent à reprendre momentanément leur ancien cours, de sorte que les eaux circulent d’aval en amont dans la vallée du Sourou (fig. 1). Dans ce contexte, il a suffi d’un barrage-écluse de petites dimensions et de quelques travaux annexes pour retenir en année moyenne, sans investissement coûteux et à toutes fins utiles un demi-kilomètre cube d’eau.

Figure 1. Le Sourou dans l'espace national

Figure 1. Le Sourou dans l'espace national

Source : Institut Géographique du Burkina

Le cadre du projet

3Dans son état originel, la vallée du Sourou n’était qu’une région marginale, située dans une zone soudano-sahélienne ne recevant que de 400 à 800 mm de pluies concentrées sur quatre à cinq mois de l’année. Une terre du mil donc, mais également une zone de pâturages de décrue fort appréciée des éleveurs peuls. C’était également une région peu accessible à partir des grands axes de peuplement, ce qui en avait fait une sorte de zone-refuge où s’étaient établies au fil des siècles des ethnies refoulées ou rétives à l’emprise coloniale.

  • 3 Il s’agit notamment des travaux du BCOM effectués entre 1951 et 1956.

4Parmi ces tard venus figuraient dans les années qui suivirent la fin de la seconde guerre mondiale, des groupes de Mossi, expulsés du Mali une fois terminés les grands aménagements réalisés par l’Office du Niger. Bons agriculteurs et riziculteurs, ces pionniers sans terre s’établirent sur les rives du Sourou et réalisèrent dès 1966, avec de faibles moyens quelques petits périmètres irrigués en cultures de décrue. Simultanément, et dans le cadre du statut colonial, divers plans furent élaborés et aboutirent à la définition d’un projet simple : retenir les eaux de crue et les relever par pompage afin d’aménager des périmètres irrigués. Dans un contexte politique marqué tant par une suite de changements de frontières que par le rejet de toute entreprise coloniale par une population qui avait connu les conditions de l’économie de traite et de concessions, ces projets restèrent dans les cartons3 en dépit de leur réalisme puisqu’il s’agissait non pas d’installer de grandes exploitations de type colonial mais de développer une économie associant agriculture et élevage, donc assez proche des pratiques traditionnelles. Toujours est-il qu’au terme de la phase coloniale, le jeune État héritait d’études de faisabilité plus que de réalisations qui, en fait, se limitaient au maintien d’une station expérimentale à Di.

Un contexte révolutionnaire

5Survint en 1983, la Révolution nationale entraînée par le capitaine Thomas Sankara. Ce leader charismatique connaissait bien la région et avait connaissance des projets d’aménagements hydrauliques. Il était également partisan des grands travaux, entrepris sur un modèle socialiste et plus précisément albanais, travaux qui devaient susciter l’enthousiasme des masses dans un grand élan qui permettrait de substituer aux pratiques coutumières, la nationalisation des terres, tout en mobilisant une masse de jeunes gens qui, faute d’être employés sur un grand chantier, eussent été voués dans les villes à une inactivité dangereuse. La convergence de l’enthousiasme révolutionnaire et de la demande de travail devait trouver sa finalité dans la mise en œuvre du projet Sourou.

  • 4 Dumont R. (1986), Pour l’Afrique, j’accuse. Paris, Plon, collection Terre humaine. Voir en particu (...)

6De fait, entre le début de la période révolutionnaire en 1983 et la disparition de Thomas Sankara en 1987, le barrage du Sourou et le petit canal de dérivation facilitant l’intrusion des eaux de crue avec un débit de 220 m3/s ont été édifiés, et des périmètres d’irrigation cumulant 1 000 hectares ont été aménagés. Ces résultats ne sont pas négligeables mais ils doivent être rapportés aux objectifs d’un Programme populaire de développement (PPD) qui portait sur 40 000 ha devant produire 120 000 tonnes de céréales. Observateur à la fois sympathique et critique, René Dumont s’était étonné à l’époque de l’hiatus existant entre les objectifs du PPD et la réalité observable sur le terrain4 : beaucoup d’acteurs peu et mal occupés face à la préférence accordée à de gros engins de terrassement, ce qui faisait dire à René Dumont qu’« aucun projet ne pouvait être plus gigantissime que le Sourou ». Il n’empêche qu’à l’époque des slogans affichés dans les rues de Ouagadougou proclamaient, tableaux idylliques à l’appui, que « le Sourou est l’avenir du pays », cependant que de grandes manifestations célébraient « la victoire du Sourou ».

7Pour autant, l’effet de propagande ne suffisait pas à masquer le malentendu fondamental qui opposait les attentes des aménageurs à celles des aménagés.

  • 5 ORD : Organisme régional de développement.

8Pour l’État, qu’il soit révolutionnaire ou non, un double objectif portait d’une part sur le recasement de réfugiés ou sur le transfert des populations excédentaires du Yatenga voisin, vers une région sous-peuplée, d’autre part sur la recherche de l’autosuffisance céréalière assortie de la réduction des importations de riz qui grevaient lourdement la balance des échanges. Cette politique était tympanisée par un slogan simple : « produisons burkinabé, consommons burkinabé ». Dans le contexte révolutionnaire, ce programme aussi simple qu’ambitieux passait par le transfert du domaine foncier, des collectivités locales à l’État, de la coutume à la rationalisation étatique. Ce transfert délicat devait être encadré par des Comités de défense de la Révolution (CDR) supervisés par un Conseil national de la Révolution (CNR). Autrement dit, un activisme soutenu avec plus ou moins d’enthousiasme par des groupes d’étudiants et de colons cantonnés sur des périmètres modèles. Restait à organiser la mise en œuvre de ce programme et l’implantation des périmètres échelonnés tout au long de la rive orientale du Sourou. Ce fut d’abord le rôle des ORD5 puis, à partir de 1985, de l’Autorité de mise en valeur de la vallée du Sourou (AMVS). Cet organisme dépendant du ministère de l’Eau mais financièrement autonome, fut chargé dès l’origine d’une mission englobant aussi bien la recherche que la mise en place et la gestion des périmètres irrigués à travers un réseau de coopératives. En fait, et dans les premiers temps, la création de cet organisme qui devait survivre à la Révolution, avait pour objectif la justification par l’action et le succès, du gouvernement révolutionnaire.

9Les riverains du Sourou, qu’ils soient autochtones ou issus de mouvements migratoires, avaient en commun une vision utilitaire et simpliste d’un programme d’aménagement qui devait assurer leur autonomie vivrière. Dire qu’ils ont été surpris par l’ampleur du programme d’aménagement relève de l’euphémisme. Cependant leurs réactions ont rapidement divergé sur certains points tout en restant unanimes sur d’autres. Pour les allochtones, les grands travaux et la gestion des casiers irrigués ont mis fin aux traditionnelles migrations de travail vers la Côte d’Ivoire et le Sourou a été perçu comme une terre d’accueil particulièrement offerte aux riziculteurs mossi. De leur côté les autochtones, submergés par l’afflux des migrants et dépossédés de leurs terres par la loi de nationalisation de 1984, se sont posés en victimes bien qu’ils détiennent de sérieux atouts, ne fût-ce que leur qualité de « maîtres de la terre » qui leur assurait une certaine priorité dans la répartition des parcelles mises en coopératives. Ils conservaient également le monopole de la récolte du riz flottant, ainsi que celui de l’élevage du bétail. Enfin, le processus de nationalisation ne s’étant pas étendu aux terres de culture pluviale, ils restaient maîtres de la gestion de celles-ci.

  • 6 Nous écrivons vallée ou Vallée, selon qu’il s’agit du cours d’eau et de problèmes hydrologiques ou (...)

10À travers ces positions respectives, on perçoit le jeu des tensions et conflits dont la Vallée6 est actuellement le cadre : les uns excipent du nombre, de leur cohésion et de leurs savoir-faire ; les autres de leurs droits coutumiers et de leur mainmise sur certaines activités ou certains terroirs. Maîtres de la terre et techniciens s’affrontent notamment au niveau du contrôle des coopératives. Toutefois, les uns et les autres sont unanimes à dénoncer les pesanteurs du système coopératif : des unités trop petites sont encadrées et subordonnées de fait, tant aux services centraux basés dans la capitale, qu’aux gestionnaires de terrain, techniciens, secrétaires, comptables et autres qui perçoivent des salaires fixes gagés par le travail des coopérateurs. Une fois ces salaires et charges financés, il ne reste que peu de chose aux coopérateurs, à supposer qu’ils ne soient pas endettés. D’où un désir de simplification et d’autogestion difficile ou impossible à assumer pour cause d’illettrisme et de manque d’expérience. Le relais par les générations scolarisées permettra sans doute de satisfaire ce besoin d’autonomie dans un futur proche.

La difficile transition vers une économie libérale

11La disparition de Thomas Sankara en 1987, n’a pas eu d’incidence immédiate sur le programme d’équipement, puisque les superficies aménagées sont passées depuis cette date de 1 000 à près de 4 000 ha (fig. 2). Cependant, dès 1991 et à l’instigation de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, le gouvernement burkinabé a initié un premier Plan d’ajustement structurel visant à l’assainissement des finances et à la recherche d’une meilleure efficience économique. S’en est suivi, à l’échelle nationale un Programme d’ajustement structurel (PAS) qui s’est traduit, avec naturellement des résistances et une longue période de transition, par la fin de la fixation autoritaire des prix et l’instauration d’un régime libéral tant pour les intrants que pour les produits agricoles mis en concurrence avec les offres du commerce international. Ce programme qui mettait fin aux pratiques d’un État-providence amorçait en fait le désengagement de l’État à travers un processus de décentralisation et au profit d’une économie de marché.

Figure 2. Évolution des superficies aménagées de 1960 à 2002

Figure 2. Évolution des superficies aménagées de 1960 à 2002

Source : AMVS in Bethemont et al., 2003, 47.

12Ce passage d’une économie socialiste à l’économie libérale s’est opéré de façon non pas brutale, mais au terme de nombreuses transitions. Parmi les plus marquantes de celles-ci, l’abandon des plus grands périmètres, équipés de machines importées, comme les pivots et rampes hippodromes de Di, organisés non pas en coopératives mais en fermes d’État ; le délaissement du grand périmètre initialement cultivé par des étudiants durant la grande époque de la Révolution ; les facilités accordées à des promoteurs particuliers opérant le plus souvent sur la rive occidentale du Sourou selon des méthodes inspirées de l’agrobusiness. De façon non moins progressive, les plans de production qui portaient initialement sur les cultures vivrières ou industrielles, canne à sucre et coton (le riz faisant exception) ont été relayés par des incitations – non accompagnées d’aide, il va de soi – à une reconversion dans les cultures primeuristes, notamment la production de haricots verts destinés à l’exportation.

13De tous ces processus de désengagement, le plus délicat a porté et porte encore sur le passage des coopératives du stade de l’assistanat à celui de l’autonomie. Se pose tout d’abord le problème de la diversité de ces coopératives dont la taille et les effectifs varient de 50 ha et 63 exploitants (la Capin sur Débé 1) à 500 ha et 473 exploitants (la Cani sur Débé 2) ou 910 ha pour 320 membres (GPMAD à Débé IV), tout comme varient les orientations de production qui vont du riz à la culture des primeurs. Cet émiettement, lié au contexte morphologique de la vallée, a été compensé par diverses instances de regroupement dont l’Union des coopératives agricoles de la vallée du Sourou (Ucavaso) qui, à partir du regroupement de trois coopératives en 1993, aux fins de coordination des ventes de riz, a fini par englober la totalité des coopératives. Le changement de politique coïncide d’ailleurs avec cette même année 1993, durant laquelle les bailleurs de fonds qui fournissaient 90 % de l’aide au pays, ont exigé une modernisation et une diversification de la production, via l’abandon du système de fixation des prix, la libéralisation des échanges, la promotion de l’investissement privé et la limitation des dépenses publiques ne portant pas sur la recherche et la vulgarisation. La mise en œuvre de ces directives s’est faite uniquement par le haut, dans le cadre d’initiatives émanant de services de l’État, sans concertation avec les organisations paysannes. Des difficultés sont très vite apparues, résultant les unes de l’incapacité des producteurs à gérer les équipements les plus sophistiqués comme les grands pivots de Di, les autres du manque de moyens financiers des coopérateurs pour renouveler le gros matériel, notamment la tuyauterie et les pompes dont beaucoup sont frappées d’obsolescence. Ajoutons à cela le fait que si les coopérateurs se plaignent des pesanteurs et du coût des structures de gestion, ils ne sont pas à même de les relayer. Bref, la plupart des coopératives ne sont pas à même d’assurer leur autonomie et restent bloquées dans ce qu’on appelle un stade pré-coopératif, encore dépendant de services étatiques qui cherchent eux-mêmes à se retirer du jeu. Ces divers éléments peuvent être interprétés en termes de blocage du projet de développement par l’irrigation, mais cette appréciation doit être nuancée par la vérité du terrain.

La vérité du terrain

En première approche : difficultés ou constat d’échec ?

14Des lignes qui précèdent ressort à l’évidence un double sentiment d’échec, puisqu’à l’échec de la réforme socialiste s’ajoute l’échec d’une reconversion mise en œuvre sans coordination entre les décideurs gouvernementaux et des agriculteurs précipités sans formation dans une logique de rentabilité économique qui leur échappait. De prime abord, les enquêtes menées sur le terrain entre 1999 et 2002 tendraient à confirmer l’analyse théorique. Les trois pivots et les deux rampes « hippodromes » du périmètre cotonnier de Di ne sont plus en état de marche, exception faite du dernier pivot qui n’arrose que du maïs. Ailleurs, comme à Niassan, des riziculteurs expérimentés sont passés de la culture manuelle à la culture attelée sans recours au tracteur mais peinent à faire tourner les grandes pompes Hydrovis, compte tenu du coût du gasoil. Certains périmètres ne sont cultivés qu’en partie, à moins que le mil en culture pluviale n’ait remplacé le riz. Entre 1996 et 2001, les superficies rizicoles ont stagné à hauteur de 2 100 ha et la reprise des années suivantes (2 600 ha en 2003) semble mal assurée, compte tenu du fait que le riz burkinabé ne peut concurrencer le riz d’importation vendu dans le commerce et subventionné par l’aide aux agriculteurs dans les pays d’origine. Enfin, à Guiédougou, là où la pratique de l’irrigation est la plus ancienne et la plus élaborée, là où se cultive de longue date « l’or du Sourou », le haricot vert, l’état d’usure des pompes et des conduites de refoulement nécessite d'urgence l’achat d’équipements neufs. Or, l’état du marché est tel, que les prix au bord du champ ne permettent pas de dégager les capitaux nécessaires à l’achat d’un matériel neuf, alors que les banques refusent de s’engager.

15Des difficultés d’ordre social s’ajoutent aux problèmes économiques et techniques. Ici, un conflit avéré oppose les migrants riches de leurs savoir-faire, « les rebelles », au chef coutumier qui fait valoir ses droits de « maître de la terre ». Ailleurs, c’est un directeur de coopérative qui est parti après avoir vendu le matériel et en emportant la caisse. Enfin, dans plusieurs coopératives, le nombre d’adhérents a diminué depuis le passage des coopératives d’État au stade pré-coopératif.

Et pourtant…

16Au-delà des blocages qui viennent d’être recensés, un premier constat s’impose. Même s’ils ne sont pas encore à même de passer au stade de l’autonomie administrative et financière, les irrigants du Sourou peuvent faire état de nombreux acquis concernant aussi bien des savoir-faire techniques (arrosage mais aussi entretien des pompes) que l’adoption de nouvelles pratiques comme le labour attelé. Ce ne sont pas là des atouts négligeables.

17Quelles que soient les réserves que l’on puisse faire sur certaines pratiques, l’apparition de nouveaux acteurs doit être interprétée de façon positive. Sur la rive occidentale du Sourou (mieux vaut ne pas parler de rive gauche ou droite s’agissant d’un cours d’eau qui selon la saison coule d’amont en aval ou d’aval en amont), dans le secteur de Sono encore en voie d’aménagement, des personnages influents et pourvus de capitaux ont entrepris, dans un contexte technique encore précaire, de passer à une certaine forme d’agrobusiness avec des bananeraies mais aussi des plantations de papayes et de légumes (aubergines, tomates, pastèques, piments). Ces diverses spéculations emploient une main-d’œuvre très chichement rétribuée, le plus souvent étrangère à la région. De leur côté, les entrepreneurs prennent de sérieux risques, compte tenu des défaillances de systèmes d’irrigation comme ces rampes d’arrosage importées et mal alimentées. Il est vrai que ces défaillances sont compensées par le transfert de nombreux investissements incluant les premiers labours et l’adduction d’eau à la parcelle qui ont été pris en charge par l’AMVS, toute référence à l’économie libérale mise à part. L’État reste donc un acteur mis au service d’une élite œuvrant ou voulant œuvrer sur de vastes périmètres. En tout état de cause, si le succès n’est pas assuré, il reste probable après un temps de mise au point.

18Sur la rive orientale, avec des moyens plus modestes, quelques bons agriculteurs on rompu avec les pesanteurs des coopératives (mais sans doute ont-ils été relayés dans celles-ci par leurs proches) pour cultiver des légumes acheminés vers les marchés relativement proches de Tougan ou de Koudougou. Ailleurs, d’autres entrepreneurs de moyenne envergure (aux environs de 5-10 ha) se sont établis sur des parcelles abandonnées sur le périmètre dit des « étudiants ».

19Bien qu’apparemment marginal et totalement négligé tant par l’administration que par les bailleurs de fonds, le mouvement le plus intéressant concerne la petite hydraulique. Tout au nord du projet, en marge des installations officielles, des travailleurs allogènes occupent les rives d’un petit affluent du Sourou. Ils ont creusé le long de ses berges, des diverticules dans lesquels l’eau pénètre et sur lesquels ils ont branché des petites pompes, achetées d’occasion et souvent bricolées ou réparées avec du matériel de fortune acheté et vendu sur les marchés locaux. Ces pompes, propriété d’individus ou de petits groupes, servent à arroser des parcelles qui peuvent avoir de 1 000 à 8 000 m2 et sur lesquelles sont cultivés en contre-saison des oignons ou des légumes à destination des marchés locaux. C’est également sur les marchés locaux, que ces modestes irrigants se procurent les intrants, notamment des engrais qui pourraient bien provenir des coopératives officielles.

  • 7 6S : Se Servir de la Saison Sèche dans la Savane au Sahel. Groupements de jeunes fondés en 1977 pa (...)

20Aux abords de Di, d’autres allochtones se sont regroupés dans le cadre d’une coopérative 6S7 qui occupe 19 ha en deux périmètres branchés directement sur le lac. Ce regroupement sur le modèle des groupements d’entraide naam (Bin, 2004 b) et une gestion simplifiée ont permis le renouvellement des pompes et l’achat d’un matériel léger.

21Tout cela reste simple tant sur le plan du matériel et des techniques que sur celui d’une gestion simplifiée à l’extrême. Ainsi de l’accès à la terre, prêtée en saison sèche par un ayant droit local, lequel récupère pour une récolte pluviale, un terrain propre et enrichi par les apports d’engrais. Au final, alors que les coûts s’échelonnent entre 45 et 55 % sur les périmètres de l’hydraulique officielle, ils sont évalués entre 6 et 10 % sur les petits périmètres. Deux points méritent d’être précisés : d’une part, l’extension de ces périmètres pourrait être acquise à faible coût si l’AMVS acceptait de creuser ou d’approfondir quelques petits canaux branchés sur le lac, mais d’un autre côté, l’existence même de ces petites structures peut être remise en cause si l’AMVS implante de nouveaux périmètres au nord de Di.

22Sur le plan de l’économie régionale, il n’y a pas d’incompatibilité entre agriculture irriguée et agriculture pluviale. La plupart des autochtones pratiquent des cultures traditionnelles (manioc, mil et maïs) en culture pluviale et ils prêtent – sans pour autant les céder – des terres aux allochtones. Ces cultures pluviales profitent dans une certaine mesure des pratiques et des mentalités acquises sur les périmètres arrosés, apport d’engrais mais surtout pratique du compostage diffusée par les techniciens du ministère de l’Agriculture.

23Par rapport aux pratiques traditionnelles, deux changements d’importance sont intervenus en quelques années. Tout d’abord, la création d’une vaste retenue a relancé la pratique traditionnelle de la pêche. La nappe d'eau de 100 000 ha à son maximum s’avère propice à la multiplication des espèces piscicoles planctonophages ou autres et la retenue fournit maintenant 800 t de poisson, soit le dixième de la production nationale. La pêche constitue donc un sérieux appoint dans les comptes régionaux, d’autant qu’un pêcheur qui immerge ses filets le soir et les relève le matin gagne de 4 000 à 5 000 francs CFA par jour contre 500 francs pour un salarié agricole. Les effectifs des pêcheurs ne sont pas comptabilisés mais on relève l’existence de 24 groupements dont 12 de femmes qui travaillent le poisson fumé et séché et environ 150 pêcheurs indépendants.

24Dans le même temps, si les pâturages de décrue, le bourgou, ont été réduits, les superficies cultivées en riz flottant se sont accrues. Le revers de cette nouvelle dynamique porte sur l’élevage bovin qui garde une certaine importance, les bergers peuls conduisant des troupeaux dont une partie appartient aux autochtones qui voient dans le bétail un placement de capital. Malheureusement, la réduction des pâturages de décrue d’un côté, la réduction des terrains de parcours suite à l’extension des cultures pluviales de l’autre, à quoi s’ajoutent les difficultés d’accès aux zones d’abreuvement suite à l’implantation des périmètres irrigués, réduisent les perspectives de l’élevage. Cela non seulement pour les Peuls sédentarisés mais aussi pour les grands nomades dont les troupeaux transitaient originellement par le Sourou, sur un parcours allant du Mali à la Côte d’Ivoire.

Du projet au territoire

Un premier bilan modeste mais assez diversifié

25À s’en tenir aux faits de production, le bilan du projet est assez décevant. Certes la création à bon compte d’une retenue importante a permis le développement de onze périmètres échelonnés sur la rive orientale, plus un douzième sur la rive occidentale. Mais, outre les problèmes économiques et organisationnels que pose leur gestion, ils souffrent d’une contrainte majeure qui risque d’aller en s’aggravant : le relevage de l’eau par pompage. La durée de vie des pompes n’est pas éternelle et l’augmentation de coûts du gasoil pourraient aboutir à une remise en cause radicale, sauf à ce que soit instaurée une subvention spécifique. Mais, et ce point est essentiel, la retenue est à l’origine d’une diversification qui dépasse les coopératives patronnées par l’AMVS et intègre les entrepreneurs capitalistes, les petits irrigants et les pêcheurs. À quoi s’ajoutent le maintien et la progression en superficie et en productivité de l’agriculture pluviale. Rien de spectaculaire dans ce tableau, mais des perspectives ouvertes à divers niveaux, dans une région jusqu’alors partagée entre les agricultures pluviales ou de décrue et un élevage peu performant.

Des activités dérivées, des infrastructures améliorées

26Le processus de diversification a pour corollaire une autonomisation croissante de la région par rapport à des maîtres d’œuvre – l’État et l’AMVS – qui se font de plus en plus distants. La dépendance vis-à-vis des instances gouvernementales qui était totale, tend donc à s’atténuer. Il n’empêche que dans un bilan global, divers apports de l’État doivent être pris en compte, ne fût-ce que l’aménagement de pistes carrossables reliant les diverses unités du périmètre entre elles et reliant, au niveau du barrage-écluse, Leri à Tougan et donc à Ouagadougou. La région est ainsi désenclavée et ses divers villages qui, jusqu’alors, communiquaient peu ou pas entre eux sont maintenant anastomosés. Il faut également porter au crédit de l’État, la mise en place de deux structures administratives (préfectures) à Di et à Lanfiera, la création d’un réseau scolaire de premier niveau et deux « centres de santé et de promotion sociale », toujours à Di et Lanfiera. On voit donc s’établir un début de hiérarchisation à partir de ces deux centres qui accueillent de nouveaux équipements et des services (fig. 3 a et b).

27En dehors des services de l’État, on observe, sans qu’il soit pour autant possible de chiffrer le volume monétaire des transactions, une activité croissante des marchés villageois de Di et de Lanfiera avec, d’un côté l’achat de quelques produits alimentaires ou de pièces détachées et de matériel mécanique d’occasion ; de l’autre, la vente de produits agricoles comme le poisson, les oignons et la volaille sans parler du riz, peut-être discrètement soustrait au contrôle des coopératives. Le bilan de ces transactions s’est traduit par l’ouverture de deux guichets de la Caisse Populaire de crédit public à Di et Gouran. Mais le phénomène marquant est incontestablement la diffusion du micro-crédit, notamment dans le cadre des Coopératives d’Épargne et de Crédit qui ont ouvert depuis 1992, une douzaine de guichets répartis entre autant de villages. Des enquêtes réalisées sur place, ressort moins une logique d’investissement, qu’un souci d’épargne en prévision d’éventuelles difficultés, la préoccupation fondamentale restant celle de la sûreté alimentaire. Ouverture sur le monde extérieur donc, mais aussi prudence inhérente à la « condition sahélienne » et moindre confiance dans le rôle de l’État-providence.

Figure 3a. Les trames spatiales traditionnelles

Figure 3a. Les trames spatiales traditionnelles

Figure 3b. Les trames spatiales du projet

Figure 3b. Les trames spatiales du projet

28De cette présentation des faits, ressort une dynamique évolutive qui part d’un constat de marginalisation originelle assorti de réelles potentialités. Suit l’intervention de l’État dont l’action aboutit à la mise en place d’un projet conçu sans référence aux contraintes économiques mais associant à des installations techniques, des infrastructures non négligeables. Dans une troisième phase, le retrait progressif mais encore incomplet de l’État a engendré de fortes difficultés aggravées tant par un processus de mondialisation dont la maîtrise lui échappait, que par l’acuité des problèmes d’énergie et de renouvellement des installations vieillissantes. Mais ce retrait ou cette moindre pression a eu pour contrepartie l’éclosion de multiples initiatives créatrices à divers niveaux et selon de multiples modalités, de richesses économiques et d’emploi. Il y a donc un relais entre le projet déclinant et un processus de territorialisation qui va s’affirmant. Le projet a généré le territoire mais c’est maintenant le territoire qui soutient ou relaie le projet.

Les problèmes d’un espace en transition

29S’il est engagé, le processus de territorialisation ne saurait constituer une panacée. Il soulève en tout cas de multiples problèmes de choix et d’adaptation au cours d’une phase de transition.

Manger ou vendre

30La référence à la « condition sahélienne » et aux stratégies de survie s’impose dans bien des domaines, et suffit à expliquer des conduites paysannes qui oscillent entre sécurité alimentaire et ouverture sur une économie d’échanges. Il y a sur ce point, des confusions et conflits entretenus par l’État et ses coopératives. Sur le périmètre rizicole de Niassan, par exemple, les coopérateurs voudraient satisfaire en priorité leurs besoins alimentaires estimés à 190 kilos par personne et par an, alors que l’administration de la coopérative donne la priorité à la vente du riz, jusqu’à obtention de l’équilibre comptable, le reliquat étant laissé aux sociétaires. Mais comme le riz burkinabé se vend difficilement (aide alimentaire oblige) et que les frais de gestion sont très élevés, les coopérateurs resteraient souvent sur leur faim, n’était le recours au maïs en culture pluviale. Ce type de conflit ou à tout le moins de tension se retrouve à bien des niveaux, ne fût-ce que dans la recherche d’un équilibre entre les agricultures irriguées et pluviales ou si l’on préfère dans le choix entre manger ou vendre. Pourtant, le suivi des marchés montre que les apports des agriculteurs vont en se diversifiant et en augmentant, alors que leur demande en produits manufacturés, même modestes, bottes, bassines, petit matériel agricole, intrants non fournis par les services de l’État, s’accroît corrélativement.

Intégration ou communautarisme

31Les tensions entre allochtones et autochtones sont longtemps restées à un niveau modeste. Il n’empêche que les premiers arrivants repliés du Mali et installés à Guiédougou, loin de se joindre à la communauté dafing d’accueil, avaient construit leur propre village et leur propre mosquée en marge du village éponyme. Par la suite, le même phénomène s’est reproduit sur d’autres sites d’accueil. Non que les autochtones fassent preuve d’une hostilité de principe, mais ils tiennent à maintenir leurs droits et traditions sur quelques points essentiels, notamment la coutume dans le droit foncier. Ils sont les « maîtres de la terre », maintiennent leurs hiérarchies lignagères et entendent contrôler leur terroir. Mais dans le même temps, la coutume veut qu’on ne refuse pas l’accès à la terre à qui la demande dans les formes. Les nouveaux venus ont donc pu accéder aux terres de culture pluviale non sans quelques restrictions, puisqu’ils n’ont pas la possibilité d’entretenir du gros bétail faute de droits sur les terrains de parcours ; de même, ils ne peuvent pas planter d’arbres sur les terres qui leur sont attribuées, l’arbre étant la marque de la pleine possession ; enfin, ils n’ont pas le droit de récolter le riz flottant qui reste aux mains des communautés autochtones.

32Le véritable terrain d’affrontement se situe sur le plan de la maîtrise des techniques de l’eau. Les allochtones sont, de façon générale plus compétents en matière d’irrigation que les autochtones. Ils réclament donc la maîtrise des périmètres, et le retrait progressif de l’État et de ses services les incite à prendre le pouvoir pour assurer la survie des périmètres irrigués… mais ils ne sont pas les « maîtres le la terre » et les autochtones font valoir leurs droits et priorités de façon d’autant plus énergique qu’ils n’ont jamais admis le principe de la nationalisation des terres et qu’ils reconnaissent leurs anciennes parcelles dans la trame des casiers aménagés. Sur ce point, la tension est parfois très vive entre les deux groupes, s’agissant tout au moins des premières générations.

33En fait, le problème des relations est conditionné par des problèmes d’effectifs. Sur le papier, le nombre des allochtones dépasse celui des autochtones sans qu’ils constituent pour autant un bloc cohérent : les nouveaux venus viennent de 6 provinces sur les 140 ha du périmètre de Koumbara et de 23 provinces sur les 500 ha de Débé 4. Leur cohérence n’est donc pas évidente et les tensions se situent non seulement entre anciens habitants et nouveaux venus mais entre ceux-ci, alors que les anciens constituent dans chaque village un groupe homogène. Du moins les uns et les autres sont unis dans leurs revendications face à l’administration.

Un milieu naturel perturbé

34Le passage sur le Sourou d’un régime lotique à un régime lentique a considérablement modifié la faune aquatique avec un recul des salmonidés et une proportion croissante de cyprinidés, carpes et tilapias. On assiste simultanément à la prolifération de plantes aquatiques fortement consommatrices d’oxygène et la désoxygénation s’accroît avec le rejet des eaux de colature fortement chargées en nitrates et en résidus de produits phytosanitaires. La faune terrestre a subi également des modifications, suite à la mise en eau qui a provoqué le relais des antilopes par les hippopotames. On compte maintenant plus de trois cent individus de cette espèce redoutée aussi bien des pêcheurs qui comptent plusieurs victimes d'agression chaque année, que des agriculteurs qui n’apprécient pas le goût de ces mastodontes pour le riz en herbe et les haricots verts.

Le drame de l’insularité

35Quelques villages, en leur temps prospères, s’étaient implantés sur les bourrelets fluviaux de la rive orientale, Yayo, Wéré, Toroukoro, Toma. Ils profitaient au mieux de la pêche et de la récolte du riz flottant tout en cultivant des terres dans la zone non inondable. En contrepartie, ils supportaient un isolement de quelques semaines au plus fort de la remontée des eaux. Suite à la création du réservoir, leur insularité est devenue permanente et pénalisante. Le maintien des eaux à un niveau élevé a provoqué une remontée capillaire qui a imbibé les murs des habitations les plus basses, jusqu’à provoquer leur effondrement, ce qui a obligé une partie de la population à s’installer dans des conditions misérables sur le terroir des villages en terre ferme. Il faut d’une à deux heures pour effectuer la traversée et les villages sont maintenant d’autant plus isolés que, pour gagner les marchés, il y a une rupture de charge pénalisante. La proximité de leurs ressources, pêche et riz flottant, ne compense pas leur isolement spatial et social, à quoi s’ajoute un accroissement de la morbidité et de la mortalité, consécutif à la malaria (mal combattue par des fumigations qui engendrent des maladies respiratoires) et aux maladies de l’eau. Celles-ci sévissent d’autant plus que l’eau de la retenue sert à tous les usages, depuis la boisson jusqu’aux lieux d’aisance. Repliées sur elles-mêmes, ces communautés se décomposent et il n’est même pas sûr que leur transfert sur des périmètres aménagés en terre ferme, puisse les redynamiser.

Des problèmes de santé

36Il n’y a pas d’évaluation simple dans ce domaine. Il est certain que la conjonction entre la création d’une nappe d’eau permanente et l’introduction de l’agriculture hydraulique, ne peut que favoriser la propagation des maladies de l’eau, malaria, bilharziose, schistosomiase et trypanosomiase. De fait, les statistiques du centre de santé de Niassan attribuent aux maladies de l’eau 75 % des consultations. Encore faut-il observer que cette mise en évidence des problèmes de santé est d’autant plus apparente qu’il existe un encadrement sanitaire de la région, rattachée au Centre médical et chirurgical de Tougan mais incluant sur place deux Centres médicaux avec médecin en poste (Koumbara et Lanfiéra) et deux Centres de santé et de promotion sociale animés par un groupe d’infirmiers. Une analyse comparative montre que, s’agissant de la malaria, les consultations sont d’autant plus nombreuses que la couverture sanitaire est dense, de sorte que les taux d’impaludation peuvent être plus élevés mais non évalués dans des zones moins bien encadrées. En tout état de cause, le nombre des consultations effectuées au dispensaire de Niassan sur un même laps de temps, est passé de 903 à 1 181 entre 1994 et 2000.

  • 8 Se basant sur les recherches qu’il a faites à Bagré, T. P. Zoungrana (2001) estime toutefois qu’ap (...)

37Ce constat est d’autant moins satisfaisant qu’il existe un encadrement sanitaire correct. On peut, bien entendu, mettre en cause le milieu, mais ce sont surtout les pratiques quotidiennes et le manque d’hygiène qui sont à l’origine de certaines maladies : les riziculteurs pataugent pieds nus dans les rizières, plutôt que de mettre des bottes et l’usage de la moustiquaire est encore loin d’être généralisé8.

Une possible remise en cause à l’échelle du Mouhoun

38L’essentiel des débits du Mouhoun se forme à l’amont et au sud du Sourou, dans la zone tropicale plus humide. Le module de 24 m3/s n’a pas grande signification, compte tenu de la concentration des pluies sur quelques mois. Il vaut mieux tabler sur le flux saisonnier qui a pu varier entre 1,6 km3 en 1970 et 0,24 km3 en 1983 pour une moyenne de 0,75 km3. C’est dire que la cuvette du Sourou peut ne pas être totalement remplie lors des années déficitaires. Mais même en année moyenne, le débit minimum réservé de 4 m3/s ne satisfait pas les besoins des riverains de Douroula et Woro en aval. Ceuxci demandent un réajustement des débits afin d’éviter l’assèchement du bief litigieux.

39Il existe une menace beaucoup plus préoccupante en amont, avec le projet d’un barrage retenant les eaux du Mouhoun à hauteur des chutes de Samandeni. L’énergie produite pourrait satisfaire une grande partie de la demande énergétique de Bobo-Dioulasso tout en permettant l’irrigation de 20 000 ha dont la production serait facilement écoulée sur les marchés de cette même ville.

40Le plan d'eau, d'une capacité de 1,05 km3, va créer une zone humide de 150 km2. Alors même que les fonds ne sont pas encore mobilisés, la controverse s'installe. Pour le ministère de l’Eau, l'aménagement va réguler le Mouhoun en assurant un débit sanitaire de 15 m3/s contre des valeurs actuelles allant de 2 à 0 m3/s. Cette régulation préservera les aménagements du Sourou et protègera les riverains contre les inondations répétitives. On escompte une baisse du coût de l'électricité et une production piscicole de plus de 1 000 tonnes par an. D'aucuns pensent cependant que le projet ne sera pas nul de conséquences néfastes en aval, et pourrait menacer l'irrigation des champs. Des associations écologistes pourraient donner de la voix sur la détérioration de l'environnement.

41Aussi longtemps que le Sourou a représenté « l’avenir du Burkina Faso », toute analyse de rentabilité restait inconcevable. Il n’en va plus de même maintenant et, tant la comparaison avec l’ouvrage de Bagré qui produit de l’énergie et alimente son périmètre par gravité, alors que la Vallée en consomme pour relever l’eau de la retenue, que la comparaison avec les perspectives offertes par l’ouvrage de Samandeni, pourraient remettre en cause les investissements passés ou futurs dont a bénéficié le Sourou. En tout état de cause, en l'absence du tapage médiatique et de la contrainte qui avaient porté le Sourou sur les fonts baptismaux, l'unanimité n'est pas au rendez-vous pour le projet Samandeni, suscitant de nombreuses interrogations sur la faisabilité politique du barrage en question autant que sur le devenir de la Vallée en cours d'incubation par le jeu complexe des modalités transformationnelles.

Conclusion, quel avenir pour la Vallée ?

42Étant entendu que l’avenir n’est écrit nulle part, il n’est pas interdit pour autant d’envisager quelques scénarios et de les confronter aux tendances observables sur le terrain.

Pessimisme et optimisme

43Un scénario pessimiste supposerait que l’État se désintéresse de la Vallée, au point de n’accorder aucune aide au renouvellement du gros matériel hydraulique, ce qui condamnerait à terme l’ensemble des coopératives. Ne subsisteraient, en conformité avec le contexte actuel, que quelques entrepreneurs comme ceux de Sono et les tenants de la petite hydraulique. Mais celle-ci, en dépit des recommandations de René Dumont ne pourrait guère valoriser, compte tenu de ses moyens, qu’une centaine d’hectares. Les installations existantes pourraient alors intéresser de grands investisseurs du secteur privé à ceci près que, d’une part les autochtones feraient valoir leurs droits sur ces terres quitte à les tenir en cultures pluviales et que d’autre part, les nouveaux venus, soit réduits à la condition d’ouvriers agricoles, soit contraints d’opérer des migrations de misère, constitueraient une masse prolétarienne incontrôlable. Pour autant, les potentialités de l’agriculture pluviale qui fournit à ce jour 85 % de la production agricole dans les deux départements de Di et de Lanfiera, maintiendraient une activité économique renforcée par la pêche et la culture du riz flottant, ces deux activités restant compatibles avec une moindre dotation hydraulique de la Vallée. Le retour au statu quo ante n’est donc pas concevable.

44Un scénario optimiste est plus crédible, ne fût-ce qu’en raison de la présence de bailleurs de fonds à même de relayer l’État, qu’il s’agisse d’ONG, de la Banque mondiale ou de banques du Moyen-Orient. En excluant la menace probable des aménagements du Mouhoun supérieur, on peut également faire valoir que les rendements de la riziculture qui varient actuellement entre 2,5 et 4,5 t/ha peuvent dans un délai raisonnable atteindre et dépasser la norme des 6 t/ha. On observe enfin, une tendance positive : les meilleurs praticiens, soit à titre individuel, soit dans le cadre de petits groupements reprennent des terres en déshérence ou en voie d’équipement, pour pratiquer des cultures plus rentables que celle du riz. Il s’agit d’une diversification qui tient aux capacités du territoire, créée par le projet, afin d’activer sa dynamique endogène pour renouveler le territoire : en s’autoproduisant, le territoire reproduit le projet aussi. On peut enfin compter sur un relais des générations par des jeunes dûment scolarisés et donc capables d’autogérer les périmètres dans leur définition actuelle.

Entre ouverture et tradition

  • 9 Cf. Sara Bin, 2004 a.

45Dernier regard sur le terrain. Lors de notre passage à la fin de l’année 2002, nous avions été impressionnés par le périmètre de Guiédougou : d’excellents agriculteurs mais une mauvaise gestion et un matériel de pompage-relevage en fin de course. La catastrophe redoutée est arrivée en avril 2003, avec la casse du matériel de pompage, combinée avec une faillite frauduleuse au détriment des créanciers et des coopérateurs. Dans cette conjoncture, les récoltes de haricots verts et de pommes de terre ont été pratiquement nulles en 2003. Le pire était, semble-t-il arrivé. Or, les coopérateurs ont réagi de façon positive en jouant sur plusieurs registres. Certains se sont regroupés en entrepreneurs privés, d’autres ont adhéré à la coopérative 6S, d’autres enfin ont constitué une nouvelle coopérative qui a trouvé les capitaux nécessaires à la remise en ordre du périmètre sinistré9.

46Autre indication positive. En février 2005, l’État via l’AMVS, a décidé de remettre en ordre de marche le système d’irrigation hippodrome, pour cultiver du blé, plante qui n’exige que peu d’arrosage. Pour ce faire, le royaume chérifien a offert pneus, batteries et moteurs. L'initiative étatique relance un nouveau projet qui s'appuie sur les échecs des précédents autant que sur les savoir-faire capitalisés par les exploitants. La phase pilote se déroule sur 350 ha exploités par 130 familles pour une production attendue de 1 000 tonnes. Dans une phase ultérieure, la superficie atteindra 2 500 à 3 000 ha pour une production de 25 000 à 30 000 tonnes de blé. La commande de 25 rampes d'irrigation serait déjà faite.

47On assiste là à une nouvelle inflexion du système : le projet a créé le territoire ; puis le territoire s’est émancipé du projet ; c’est maintenant le territoire qui pourrait relancer le projet. Mais le territoire a lui-même développé une nouvelle dynamique ou, plus exactement, il est en passe de trouver de nouveaux équilibres entre agriculture irriguée et agriculture pluviale ; entre structures d’État et économie de marché ; entre la tradition sahélienne et l’ouverture sur l’Afrique et le monde. Reste à déterminer, mais il est sans doute trop tôt pour le faire, quel est le niveau de subsidiarité dans le processus de territorialisation-décentralisation. Il est certain que la relation avec l’État tend à se distendre mais non à disparaître. En témoigne la relance de la culture du blé qui relève davantage de l'hydraulique stratégique qui a prévalu avant les PAS. Ce qui émet l'idée d'une dynamique en dents de scie qui combine temps linéaire et circulaire, entraînant une succession de stades de plus en plus complexes, impliquant des acteurs de mieux en mieux outillés pour la production et la gestion autonome du territoire, dans des réseaux locaux et supralocaux de plus en plus élaborés. Mais cela ne signifie pas le passage à l’autonomie. On assiste plutôt à un relais des prises de décision, du niveau national au niveau international. On ne peut donc pas davantage exciper d’une gouvernance régionale, la répartition des rôles ne permettant pas de dégager de véritables décideurs locaux qui soient en mesure de gérer la Vallée comme entité régionale. Cette étape constitue une dimension incontournable pour activer des processus de développement réellement autogérés et durables. Pour autant, il ne faut pas désespérer et s’il fallait pour conclure faire référence au mythe, ce serait non plus celui des abeilles d’Aristée mais celui du phénix renaissant de ses cendres que nous évoquerions.

Bibliographie

Bibliographie

Bethemont J., De Marchi M., Faggi P., Zoungrana T. P., 2002 – « La valle del Sourou (B F) : per una geografia della territtorializazzione idraulica in Africa » Rivista Geografica Italiana, n° 109, pp. 271-286.

Bethemont J., Faggi P., Zoungrana T. P., 2003 – La vallée du Sourou (B F) : genèse d’un territoire hydraulique dans l’Afrique soudano-sahélienne, Paris, L’Harmattan, 230 p.

Bin S., 2004a – La valle del Sourou (B F), Oltre il progetto : verso lo sviluppo locale. Thèse, Universita di Pagdova, Dipartimento di Geografia G. Morandini, 299 p.

Bin S. 2004b, – « Groupements Naam (Burkina Faso) : un esempio di sviluppo locale in Africa. Una lettura geografica », Rivista Geografica Italiana, n° 111, pp. 423-447.

Dumont R., 1986 – Pour l’Afrique, j’accuse, Paris, Plon, 457 p.

Faggi P, Mozzi P. cords, 2000 – La territorialisation hydraulique dans la vallée du Sourou, Padova, Dipart. Di Geografia, 78 p.

Faggi P., 2004 – "Projets d'irrigation et développement dans la vallée du Sourou : échecs apparents et succès final", Priorités et pratiques du développement rural en Afrique subsaharienne, Actes du colloque international ENRECA IDR-Sciences humaines, Ouagadougou, pp. 265-275.

GERSAR, 1987 – Actualisation du schéma directeur de la vallée du Sourou, Paris, siège.

Zoungrana T. P., 2001 – « Les effets induits d’un aménagement hydro-agricole sur la santé des populations en zone soudanienne : le cas de Bagré au sud-est du Burkina Faso », Cahiers de Géographie du Québec, vol. 46, pp. 191-212.

Zoungrana T. P., 2002 – "Impact des cultures irriguées sur la sécurité alimentaire dans la vallée du Sourou, Burkina Faso", Cahiers du CERLESHS n° 19/2002, pp. 85-113

Zoungrana T. P., 2003 – "Mythes et réalités d'un partenariat avec le monde rural. Transfert de compétences dans la vallée du Sourou, Burkina Faso", Urbanistica pvs n° 33/34, pp. 15-22.

Notes

1 Les éléments de cette communication sont le résultat d’une série d’enquêtes entreprises conjointement de 1999 à 2002 par l’Institut de Géographie de l’université de Padoue et par le Département de Géographie de l’université de Ouagadougou, sous la direction conjointe de Pierpaolo Faggi et de Tanga Pierre Zoungrana, avec le concours occasionnel de Jacques Bethemont. Sara Bin a poursuivi les recherches sur le terrain jusqu’en 2004.

2 Dans le cadre de cette communication, nous opposons le « projet » issu des plans réalisés par l’État, au « territoire » qui reste une constante quels que soient les avatars du « projet ».

3 Il s’agit notamment des travaux du BCOM effectués entre 1951 et 1956.

4 Dumont R. (1986), Pour l’Afrique, j’accuse. Paris, Plon, collection Terre humaine. Voir en particulier les pages 55 à 85.

5 ORD : Organisme régional de développement.

6 Nous écrivons vallée ou Vallée, selon qu’il s’agit du cours d’eau et de problèmes hydrologiques ou du territoire aménagé par le projet.

7 6S : Se Servir de la Saison Sèche dans la Savane au Sahel. Groupements de jeunes fondés en 1977 par Bernard Lédéa Ouédraogo sous forme d’ONG.

8 Se basant sur les recherches qu’il a faites à Bagré, T. P. Zoungrana (2001) estime toutefois qu’après une période d’invasion malarienne suivant la mise en eau des rizières, les agriculteurs développent des processus d’auto-immunisation.

9 Cf. Sara Bin, 2004 a.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le Sourou dans l'espace national
Légende Source : Institut Géographique du Burkina
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Figure 2. Évolution des superficies aménagées de 1960 à 2002
Légende Source : AMVS in Bethemont et al., 2003, 47.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4858/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Figure 3a. Les trames spatiales traditionnelles
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4858/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 3b. Les trames spatiales du projet
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4858/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 90k

Auteurs

Géographe. Université de Ouagadougou – Burkina Faso

Géographe. Université de Padoue – Italie

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search