Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Premiers impacts

p. 37-48


Texte intégral

1À l’issue des entretiens menés avec les différents acteurs de la transformation de résultats de la recherche nous avons été à même, grâce à eux, de caractériser des impacts avérés qui ont modifié d’une façon durable le fonctionnement d’un groupe sociétal (agriculteurs, industriels, juristes, politiques, population au sens large…) dans un domaine spécifique. Ce sont ces domaines que nous avons tentés d’identifier à travers une typologie des impacts.

2Celle-ci se décline selon six types d’impacts :

  • institutionnel ;
  • économique ;
  • renforcement des capacités, élargissement des compétences scientifiques ;
  • social, sanitaire, éducatif et culturel ;
  • environnemental ;
  • académique.

3Dans chacune de ces catégories, des impacts ont été identifiés et caractérisés. En aucun cas nous ne prétendons que cette étude donne une vision exhaustive des impacts positifs ou négatifs qui peuvent être issus des résultats de la recherche que nous avons considérée. Ce ne sont que ceux que nous avons pu documenter à partir des entretiens que nous avons menés pour cette étude.

Institutionnel

Création du CNRT Nickel et son environnement

4Une agence de financement de la recherche a été créée qui permet une programmation concertée multi-acteurs des orientations et des financements des projets de recherche. La commande d’un centre de recherche (futur CNRT) avait été faite à l’équipe de recherche qui s’est installée à Nouméa en 2002. La proposition de concevoir cette structure conjointement et collégialement avec l’ensemble des partenaires publics et privés a certainement fait le succès du CNRT, huit ans de concertation et d’évolution des objectifs ont été nécessaires. En effet, il a fallu faire converger des cultures très différentes, celles des miniers, du gouvernement, des collectivités provinciales et des chercheurs dont les SHS. Finalement, le projet a été mis en place en 2008. Le CNRT, sous statut d’un Groupement d’intérêt public (GIP), a dans son conseil d’administration (15 personnes) un tiers d’opérateurs miniers dont le syndicat des industries de la mine, un tiers de pouvoirs publics dont l’État, un tiers d’institutions scientifiques dont l’IRD. Il est la résultante de la création de consortia de recherche, de confiance et de compétences pendant la période précédente 2000-2008, de l’appropriation des résultats de la recherche qui ont servi à convaincre les différents acteurs de la valeur ajoutée d’une telle proposition et a permis, grâce à l’État, de mettre en place ce lieu de collecte des fonds de différentes origines : collectivités provinciales, gouvernement de Nouvelle-Calédonie, État, opérateurs miniers (5 millions d’euros pour cinq ans de mandat) qui sont redistribués sous forme d’appel à projet dont les thématiques sont décidées selon un processus qui fait appel à plusieurs étapes : 1) demande des acteurs ; 2) traduction en termes de programmation de recherche à l’aide d’un conseil scientifique et validation ; 3) appels à projets de recherches, suivi et diffusion des rapports. À tous les niveaux, les acteurs sont autour de la table et le dialogue est privilégié. Depuis 2007, deux contrats de cinq ans ont été réalisés, 45 projets ont été cofinancés. Le document no 7 présente le rapport d’activité du CNRT entre 2007 et 2017.

5Le modèle a convaincu et il est maintenant cité en exemple par le président Emmanuel Macron lors de ses visites dans d’autres régions ultramarines comme la Guyane (document no 8), même si le modèle est perfectible et devra être adapté aux contextes (type de minerais, d’exploitation, d’écosystèmes, et contextes sociétal et politique) : la méthode est reproductible, en tenant compte des spécificités locales.

Création de l’Observatoire de l’environnement de Nouvelle-Calédonie (Œil)

6En 2008 est créé un observatoire de l’environnement afin de mettre le territoire sous surveillance pour avertir la population et les dirigeants et accompagner les industriels. Les stations de surveillance citées précédemment, ont été à l’avant-garde de l’observatoire, l’Œil1 ayant sans aucun doute contribué à démontrer la valeur ajoutée des mesures de suivi et la pertinence scientifique des indicateurs proposés par les chercheurs. L’Œil a été créé suite aux revendications des associations locales prises en compte par la province Sud et sur proposition de chercheurs de l’IRD (Cerege/Camélia) qui en ont réalisé l’étude de faisabilité et accompagné sa création en étroite collaboration avec le service environnement de la province Sud (Denv). C’est un acteur politique qui surveille l’impact de l’activité minière en province Sud.

7L’Œil est muni d’un conseil d’administration tripartite : industriels des mines/province Sud/ONG. L’observatoire dispose d’un conseil scientifique qui valide les analyses avant leur diffusion, il est composé de 22 membres dont la moitié est extérieure à la Nouvelle-Calédonie. Il fait aussi une veille scientifique afin de vérifier si les indicateurs peuvent être optimisés et dans ce cas, un appel à projets est lancé afin que la recherche puisse potentiellement contribuer à cette optimisation.

8Les rapports d’activité de l’Œil recensent l’ensemble des activités et des impacts répertoriés dans le document no 9 (accessibles en ligne sur le site www.oeil.nc).

9Un audit externe fait à l’Œil en 2013 (document no 10) a mis en avant quelques impacts :

  • initier des travaux pour la définition des indicateurs de suivi de l’environnement (ex. : trois groupes de travail sur les milieux eaux douces, eaux marines et terrestres et optimisation d’une vingtaine d’indicateurs) ;
  • aider à finaliser certains indicateurs, comme l’IBNC30 ou à élaborer des méthodes fiables et comparables de suivi, et développer de nouveaux indicateurs (eaux douces : indicateur diatomées ; eaux marines : indicateur de pression de pêche ; milieux terrestres : indicateur d’artificialisation) ;
  • selon une charte sur l’échange d’information (document no 11), rassembler l’information disponible sur l’état de l’environnement du Sud calédonien (ex. : 2 500 références saisies) et sur les pressions exercées, puis combler des lacunes existantes dans l’information environnementale ;
  • aider à mettre en place des dispositifs de suivi de certains paramètres environnementaux (ex. : 18 indicateurs exploités pour les suivis) ;
  • initier des travaux pour compléter la donnée environnementale manquante (ex. production de 70 études environnementales), faire des synthèses thématiques ;
  • créer une batterie d’outils de communication, très bien construits et largement diffusés, pour transmettre l’information recueillie : site Internet, outils cartographiques, lettres d’information tirées à 25 000 exemplaires, publications, 10 à 20 réunions publiques par an, etc. et l’enquête menée en 2012 montre que 25 % de la population de la province Sud connait l’Œil ;
  • montrer une très bonne réactivité lors des accidents qui ont pu se produire dans la zone pour fournir rapidement au public une information fiable ;
  • acquérir la confiance des populations locales et probablement du grand public grâce à la transparence de ses activités ;
  • contribuer à certaines réglementations qui se sont inspirées des recommandations faites par l’Œil, par exemple la loi de définition de la protection de la forêt humide.

Économique

Amélioration des procédures d’exploration et d’exploitation des terrains miniers

10Les normes et guides qui ont été produits à l’issue des travaux de recherche ont permis de faire évoluer le Code minier (documents no 12 et no 13) qui a eu un impact direct sur les pratiques des professionnels de la mine. La Dimenc joue un rôle important dans ces processus. La mise en place de ce Code minier en 2009 a permis de sortir de la réglementation proposée par les textes de loi australiens qui n’étaient pas adaptés à ce territoire, et d’adapter la réglementation métropolitaine, afin de tenir compte des spécificités de la Nouvelle-Calédonie (politiques, sociétales, environnementales, géographiques, géologiques et biologiques). Les évolutions en matière d’exploration génèrent des économies considérables tout en réduisant les impacts destructifs. Les opérateurs miniers limitent le nombre de forages grâce à ces nouvelles techniques et connaissances. Citons par exemple l’utilisation de la tomographie de résistivité électrique, imagerie des régolithes minéralisés en 3D, ou diverses méthodes géophysiques aéroportées qui permettent une exploration plus centrée et ainsi de passer d’une surface de 200 ha à explorer à une surface de 10 ha, donc vingt fois moins de forages. Lorsqu’on sait qu’un forage coûte 1 million de CFP, on mesure bien les économies engendrées.

11La connaissance fine des minerais latéritiques à exploiter par hydrométallurgie, comme par exemple la spéciation minéralogique du nickel et du cobalt, a aussi permis d’accroître l’efficacité des processus minéralurgiques.

12Concernant les sols, les miniers doivent procéder à la restauration de ceux qui ont été décapés, ce qui est un impact négatif fort d’un point de vue économique si on prend en compte le coût de la restauration telle qu’elle est demandée par le Code de l’environnement. Actuellement, à partir des recherches menées dans ce domaine, ce coût est évalué à environ 20 000 €/ha si non effectuée au fur et à mesure de l’exploitation, sans compter la perte inhérente des services écosystémiques estimée à 50 000 €/ha et les risques d’érosion et d’hypersédimentation des rivières et du lagon. Les résultats de la recherche permettent aussi aux miniers de diminuer ces coûts en gérant simultanément l’exploitation, la préservation de certains écosystèmes et des sols décapés, et de restaurer avec plus d’efficacité et d’efficience.

Encourager et faciliter la création d’entreprises innovantes par la mise à disposition des acteurs de services innovants en lien avec la création d’emplois

13Le centre de recherche de l’IRD de Nouméa a mis en place un incubateur pépinière en 2007. L’incubateur a ensuite été labellisé Adecal-technopole-IRD en 2014. Des étudiants qui avaient réalisé leur thèse ou suivi un stage postdoctoral au sein du centre de recherche de Nouméa ainsi que des ingénieurs des UMR IRD, ont pu créer leur propre start-up innovante dans un environnement scientifique et de partenariat public-privé privilégié :

  • le bureau d’études spécialisé en tomographie GeophysiCAL2. Créé en 2005, il quitte l’incubateur en 2010. La directrice regrette actuellement l’éloignement de la recherche, qu’elle vit comme un appauvrissement de ses capacités à évoluer et à garder la recherche en lien avec les problématiques de terrain ;
  • le Laboratoire d’analyses environnementales AEL3, toujours sur le site IRD, mutualise les équipements avec le centre. Il entretient des partenariats étroits avec certaines UMR (IMPMC et MOI) pour développer de nouvelles méthodes analytiques ;
  • l’entreprise Bluecham développe des solutions opérationnelles pour l’aide à la décision environnementale, également toujours implantée sur le centre. Elle développe des relations étroites avec certaines UMR dont l’innovation (interopérabilité des données et analyse spatio-temporelle du satellite au terrain) s’est vue récompensée par de nombreux prix internationaux ;
  • la société Biocénose marine4 allie recherche et savoir-faire en suivi de l’environnement marin et travaille sur le site IRD en étroite collaboration avec l’UMR Entropie ;
  • le GIE Océanide, pôle d’expertise et de recherche pour la gestion intégrée des territoires et de l’environnement, regroupé sur le centre IRD avec le laboratoire Espace-Dev.

14Mais aussi hors incubateur :

  • Bota-Environnement est une entreprise impliquée dans la restauration des sols.

15En province Nord, l’entité Koniambo Nickel SAS-KNS5 a créé plus de 700 entreprises sous-traitant de nombreuses activités économiques liées au développement du projet Glencore-SMSP, incluant des laboratoires d’analyses, des entreprises de récoltes de graines et de plantations pour la restauration par exemple, le tout sous-tendant une politique de responsabilité sociale de l’entreprise fortement développée.

Implication de la population avec la création de pépinières satellites

16D’autres entreprises ont été créées par les populations Kanak au sein de leur tribu, proches des sites miniers. En province Sud, tout a commencé avec le « pacte pour un développement durable du Grand Sud » qui prévoyait entre autres d’intégrer la population locale dans les projets de réhabilitation des sols. Le projet de la construction de pépinières satellites en lien avec la pépinière de la mine a été proposé.

17Ces pépinières satellites en province Sud sont gérées par des familles des tribus Kanak locales. Il s’agit de pépinières qui cultivent les plantes pour la restauration des sols. Les familles ont été sélectionnées sur appel à candidature en fonction de la qualité écosystémique du foncier qu’elles possédaient. Cette activité est une source de revenus non négligeables pour les familles. Le coût peut être évalué à environ 220 CFP par pieds avec l’assurance d’une commande de 200 000 pieds par an.

18Il faut cependant noter que le choix des familles basé sur le foncier a entraîné une remise en cause par les autres familles de la répartition du foncier au sein des tribus.

Des créations d’emplois

19Comme le montrent les résultats en renforcement de capacité (ci-dessous), de nombreux étudiants ont été formés et se sont dirigés vers la création d’entreprises. Ils ont par la suite eux-mêmes embauché des personnes, qui se sont formées et sont allées soit vers les industries minières (SLN, Vale-NC, Glencore-SMSP pour les plus importantes) mais aussi d’autres entreprises internationales ou bureaux d’études comme Golder Associate. Certains des étudiants formés à la recherche et par la recherche pendant la période 2001-2008 occupent aujourd’hui des postes à hautes responsabilités au sein des opérateurs miniers : les connaissances développées et les acquis d’un langage « recherche » commun perpétuent la relation de confiance établie avec le monde de la recherche et contribuent toujours à la création de consortia public-privé permettant d’améliorer les pratiques minières et ainsi de développer, par la recherche, un cercle de plus en plus vertueux.

20On peut estimer à environ une centaine le nombre d’emplois pérennes induits.

Renforcement des capacités, élargissement des compétences scientifiques

Pérennisation d’une filière pour les étudiants

21Différentes formations, plus ou moins pérennes, ont été mises en place tout au long de cette histoire. Une reste active à ce jour : le master Gestion de l’environnement créé par l’université de Nouvelle-Calédonie. Les chercheurs de l’IRD ne sont pas directement impliqués dans ce master mais il repose en partie sur les résultats de la recherche acquis. Les étudiants ainsi formés sont recrutés au sein des industries minières ou dans les collectivités publiques.

Vers une science participative

22Le porter à connaissance au grand public s’est développé et une communauté avertie s’est créée avec la structuration de l’activité de la société de mycologie de Nouvelle-Calédonie. La SMNC a pour mission la diffusion du savoir et l’éducation débouchant sur une prise de conscience de la population qui s’intéresse à ces aspects sur le territoire de Nouvelle-Calédonie. La société compte à ce jour 433 membres et 462 abonnés au site web. Elle participe aux fêtes de la science, organise des conférences-débats, des expositions et des sorties sur le terrain.

23De leur côté, les citoyens peuvent échanger sur des découvertes qu’ils font et ainsi contribuer à élargir la capacité à explorer de nouveaux domaines et faire de nouvelles découvertes dans le respect des bonnes pratiques.

Formation professionnelle des familles Kanak et pérennisation de savoirs innovants et porteurs d’activités

24L’activité de production de plants d’espèces endémiques par les familles Kanak pour la restauration des sols par les miniers a nécessité de former ces cultivateurs aux méthodes de culture adaptées à la germination et à la croissance de plusieurs espèces de plantes. Dans le Sud, par exemple, l’association locale Adevy gère cette formation. Cette dernière permet d’élargir la communauté localement en capacité, de préserver et de cultiver les espèces endémiques particulièrement difficiles à cultiver.

Serre en gestion par la famille Digoue, exploitant local sous-traitant de la société Vale-NC.Romain Barrière, gérant de la société Botanic et Annie Digoue, responsable de la serre, région de Goro.

Image

© IRD/I. Henry

Social, sanitaire, éducatif et culturel

Une meilleure protection des travailleurs de la mine exposés à la poussière d’amiante

25La caractérisation des différentes formes d’amiantes (différentes espèces de minéraux et différentes morphologies), susceptibles d’entraîner des cancers, a permis de mettre en place une réglementation pour protéger les populations de la poussière d’amiante, sur les sites d’exploitation du nickel comme, plus généralement, dans certains autres environnements géologiques spécifiques affleurant présentant un risque élevé de dispersion de l’amiante et de contamination des populations. Une réglementation s’est mise en place, les documents no 14 et no 15 sont des exemples d’arrêtés concernant la protection des travailleurs.

Environnemental

Mise en place du Code de l’environnement des provinces

26Les Codes de l’environnement province Nord6 et province Sud7 donnent la réglementation à suivre pour l’exploitation minière en termes de suivi des processus polluants et de restauration après exploitation. Ces règles sont consultables et applicables à tous pour pérenniser les pratiques vertueuses en matière d’environnement. Elles sont inspirées du guide de restauration des sols qui est un des résultats de la recherche et également des travaux de recherche publiés (rapports, publications, thèses de doctorat). Il faut noter que les résultats de la recherche continuent à être régulièrement intégrés dans ces documents grâce au lien qui persiste entre recherche et pouvoirs publics.

27L’existence de ces codes a influencé la mise en place d’arrêtés qui contraignent les miniers à la réhabilitation des sols et la gestion des eaux. Deux exemples d’arrêtés d’exploitation sont donnés dans les documents no 18 et no 19. Les miniers sont encouragés à abandonner le « green Washing » en faveur d’une vision écosystémique de la restauration, à savoir associer au moins cinq espèces différentes sur un site de restauration.

28Les différents documents de réglementation (Code minier, Codes de l’environnement et certaines recommandations de l’Œil) sont liés les uns aux autres et s’alimentent mutuellement.

Académique

29Dans cette rubrique nous avons cité uniquement les impacts académiques majeurs qui sont de véritables rebonds pour la recherche et non la continuation de la thématique au sein du laboratoire.

Vers des financements de consortia pluridisciplinaires

30Les résultats obtenus par les équipes de recherche ont permis sans aucun doute d’obtenir des financements de l’ANR et de l’Europe :

  • 2006-2008 : projet ANR Ecco Niko intitulé Écosphère continentale et risques environnementaux : « Biogéochimie des éléments métalliques dans le continuum sol/eau/microorganismes/plantes des écosystèmes latéritiques de Nouvelle-Calédonie : activités anthropiques vs cycle naturel » (coordination IRD) ;
  • 2007-2010 : projet ANR Ultrabio : « Biodiversité et stratégies adaptatives végétales et microbiennes des écosystèmes ultramafiques en Nouvelle-Calédonie » (coordination IRD) ;
  • programme européen FED Sysmin 2007 (participant IRD) ;
  • programme européen Inco-Net Pace-Net à partir de 2008 : mise en réseau d’acteurs dans le Pacifique (coordination IRD).

Redonner la légitimité aux sciences humaines et sociales

31En amont de la réflexion de la programmation, il était nécessaire de réactiver la recherche en sciences humaines et sociales (SHS). En accord avec la feuille de route issue du colloque international de 2003, un chercheur a été sollicité pour venir développer sur place, en 2008, la thématique des SHS en lien avec la problématique « mines et société ». Son arrivée a renforcé la prise en compte d’importantes problématiques sociétales dans les appels à projets portés par le CNRT : i) gouvernance minière ; ii) le foncier et les conflits qui émergent ; iii) les petites entreprises minières. L’impact bien qu’existant reste relatif. Il est cependant rapporté dans le bilan du CNRT (document no 7).

Création du réseau Agora-SHS

32L’association Agora a émergé comme structure de lien entre les institutions scientifiques à la suite des ateliers éponymes en 2006 et du livre blanc pour le développement des SHS. Ce passeur a eu un impact sur le développement des SHS en général, et dans la thématique « mines et société » en particulier de 2006 à 2011.

Notes de bas de page

1 http://www.oeil.nc.

2 http://www.geophysical.nc/la-societe.

3 http://ael-environnement.nc/fr/.

4 http://www.biocenose-marine.net/.

5 http://www.koniambonickel.nc/.

6 Document no 16.

7 Document no 17.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.