Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Circulation des connaissances et intermédiaires

p. 33-36


Texte intégral

1L’identification des acteurs que nous appelons les « intermédiaires » dans cette étude est particulièrement importante. Ce sont eux qui s’emparent des résultats de la recherche, quels qu’ils soient. Ils vont les porter et/ou les transformer en objet, concept, réglementation… qui génèrent l’impact dans la société.

2Dans cette étude, les intermédiaires sont nombreux et variés. Certains d’entre eux étaient impliqués dans la réalisation de la recherche. Des témoins et/ou acteurs de ces processus ont été interviewés afin de mieux comprendre comment s’effectue concrètement ce passage du résultat de recherche vers l’impact. Dans la plupart des cas, ce passage nécessite une chaîne d’intérêts, de créativité, de compétences, souvent d’innovation et surtout du temps et des collaborations pour arriver à porter ces résultats quelques fois très fondamentaux vers un bénéfice pour une communauté.

3Il faut souligner que les communautés en Nouvelle-Calédonie sont étroitement liées et en interaction constante. Ce dialogue parfois apaisé parfois tendu, mais toujours présent et toujours dans la diversité de ces composantes est à la fois une richesse et/ou un frein dans la cinétique d’émergence de l’impact, mais finalement ancré dans la communauté et pérenne même si toujours perfectible !

4Ce sont avec ces acteurs que nous nous sommes entretenus afin d’avoir leur lecture de cette aventure et de ses retombées sur leur communauté et la société de Nouvelle-Calédonie. Ce sont eux qui nous ont donné le contenu de ce rapport. La liste des personnes interviewées figure en fin de document.

L’Institut agronomique néo-calédonien

5Aussi impliqué dans la réalisation de la recherche, l’IAC a joué un rôle clé dans la mise en place du Code de l’environnement. L’institut porte les connaissances sur les écosystèmes, la biodiversité ainsi que sur l’ensemble des méthodologies de restauration des sols qui sont prises en compte dans le Code de l’environnement.

Les pouvoirs publics

6Les pouvoirs publics sont de différents types en Nouvelle-Calédonie. Il s’agit du gouvernement, de ses services et des différentes provinces dont les tribus Kanak. Il s’agit aussi des différents comités comme le CCR (Conseil consultatif de la recherche), mis en place dans le cadre de l’accord de Nouméa, et qui tient compte de la composante recherche du territoire représentée par des chercheurs dont des IRDiens ou le CMM (Comité municipal des mines), ou le Cics (Comité d’information, de concertation et de surveillance) du site de Vale-NC (anciennement Goro Nickel) auxquels l’équipe de recherche a fortement participé comme experts. L’ensemble de ces acteurs est impliqué dans la mise en place des réglementations qui font loi. Il s’agit du Code des miniers des provinces, du Code de l’environnement du gouvernement et de la réglementation sur l’amiante. Ils contribuent aussi à la stratégie et la programmation de grands outils comme l’observatoire « l’Œil » et le CNRT. Ces acteurs sont distants du résultat de la recherche mais en contact avec ceux qui en ont un usage direct et ceux qui portent les revendications sociétales. Ils sont donc à l’interface et portent la mise en cohérence des deux composantes pour en retirer un bénéfice pour la société tout en ménageant les intérêts des différents acteurs.

7Un personnage particulièrement important dans la réalisation de ces processus est la DRRT (Direction régionale de la recherche et de la technologie) qui est justement à cette jonction des différentes institutions et va du politique à l’institutionnel pour porter des idées et des programmes, et contribuer à les concrétiser.

La Direction de l’industrie des mines et de l’énergie de la Nouvelle-Calédonie

8La Dimenc dépend à la fois du gouvernement de Nouvelle-Calédonie et du haut-commissariat de la République (État). Cependant il nous a semblé important de faire une place spéciale à son service de géologie qui joue un rôle très actif dans le lien entre les résultats de la recherche et l’application qui peut en être faite. Le continuum académique-Dimenc est assuré par le financement de bourses Cifre pour des personnels employés dans le service. Ayant eux-mêmes leurs propres laboratoires, programmes et intérêts de recherche, l’ensemble crée une communauté de recherche et d’intérêts partagés qui contribue très certainement à la prise de conscience au plus haut niveau des pouvoirs publics de l’importance des résultats de la recherche.

Les acteurs miniers

9SLN-Eramet, Glencore-SMSP et Vale-NC se sont emparés directement des résultats de la recherche sous forme de recommandations, guides, normes… qui ont été livrés par les chercheurs. Ces livrables ont non seulement directement modifié leurs pratiques, mais ils ont aussi alimenté le dialogue « miniers-pouvoirs publics » pour la mise en place du Code minier.

10Ils sont par ailleurs directement impliqués dans la mise en place du CNRT. Ils contribuent maintenant à la programmation de la recherche au sein de ce centre et à définir les orientations des appels à projets.

Les populations locales, les associations et ONG (dont WWF)

11Celles-ci, nées ou implantées localement, sont à la fois acteurs de la transformation des résultats de la recherche et bénéficiaires des retombées. C’est en partie grâce à leur mobilisation et contribution aux débats citoyens aux différents moments clés de l’histoire de leur territoire que l’observatoire indépendant « l’Œil » a été créé. C’est aussi par leurs actions que les processus d’informations plus accessibles, participatifs et compréhensibles par tous ont été mis en place afin de les informer en temps réel des conséquences de l’activité minière sur leur qualité de vie.

12Ce sont aussi les citoyens qui sont impliqués dans les associations comme l’Adevy qui contribuent à faire passer, avec le concours de l’opérateur minier, le savoir de la théorie du laboratoire à la pratique des agriculteurs pour revégétaliser les sites dégradés. C’est un vecteur qui transmet la connaissance de la biodiversité et des méthodes de culture, apporte un travail rémunéré conséquent et donc un apport financier d’économie soutenable significatif pour certaines familles. Le responsable environnement de l’opérateur minier a été formé en doctorat à l’IRD et a maintenu un lien constant avec l’IRD et les partenaires scientifiques (IAC en particulier).

Les étudiants formés dans les laboratoires de recherche

13Les étudiants ont porté les résultats et la connaissance vers la société en créant des entreprises innovantes de services. Nous seulement ils ont mis à la disposition de la société le savoir-faire dans différents domaines innovants, mais ils contribuent par leur activité à créer de l’emploi sur le territoire. Leur développement permet de faire bénéficier plus rapidement la société des avancées de la science. Il est souvent trop coûteux pour les entreprises existantes de s’approprier de nouveaux savoir-faire, ce qui peut être un frein à la mise en place de bonnes pratiques. Les start-up de services en constante évolution mettent à disposition des professionnels les meilleures pratiques, car restant en contact avec la recherche dont elles sont issues. À noter que le lien avec l’incubateur Adecal-IRD est particulièrement important et garant d’échanges gagnant/gagnant entre les chercheurs et l’entreprise.

L’université de Nouvelle-Calédonie

14L’UNC est au cœur de la mise en place de la formation des étudiants qui apportent au tissu local les futurs employés spécialisés avec une forte conscience de la valeur ajoutée du lien avec la recherche. Ils continueront à porter les valeurs de la mixité des communautés dont celle de la recherche.

Les chercheurs

15Ils sont, pour certains, passeurs de leurs propres résultats et de la culture de la recherche. Ils sont dans ce but impliqués dans de nombreux conseils scientifiques. Ils sont garants de la prise en compte des données factuelles de la recherche dans les différentes décisions de programmation sur lesquelles ils ont à donner des avis. Leur sens de l’intérêt commun doit être salué.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.