Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eaux, pauvreté et crises sociales

 | 
Habib Ayeb
, 
Thierry Ruf

Atelier 1. Gérer en invoquant la décentralisation, la démocratisation et la participation financière

Raréfaction de l’eau dans les oasis : crise de la ressource ou crise de gouvernance ?

Cas des oasis du Sud-Est tunisien

Slahedine Abdedayem

Texte intégral

Introduction

1On a l’habitude d’expliquer que la rareté de l’eau en Tunisie comme ailleurs résulte d’une part d’une offre en ressource en quantité/qualité limitée et insuffisante et d’un accroissement accru de la demande en eau d’autre part. Bien que ce constat soit tout à fait incontestable compte tenu surtout de la flambée qu’a connue la demande sociale en eau, il n’éclaire pas toute la question et l’explication de la situation reste inachevée. On s’aperçoit à l’évidence qu’en Tunisie l’approvisionnement en cette ressource s’est amplifié à la même vitesse que la demande, de sorte qu’on n’a pas eu de preuve que l’eau a véritablement manqué aux différents usagers aussi exigeants soient-ils (Sghaeir, 1993).

2Aujourd’hui, dans le Sud tunisien, quoique climatiquement de plus en plus sec, il existe une gigantesque réserve d’eau souterraine constituée depuis le quaternaire (Ben Marzouk, 1996). En dépit de la nature fossile de ce réservoir d’eau, l’accroissement de la demande en eau et sa diversification ont contraint le pouvoir public à extraire les ressources qu’il faut. Cependant avec tous les efforts déployés par l’État pour la mobilisation de la ressource en eau et la rationalisation de son utilisation au profit de tous les usagers, la rareté est un fait fréquemment évoqué, des inquiétudes sont exprimées surtout par les usagers agricoles. Ce problème a affecté considérablement l’économie des exploitations agricoles et a conduit à une baisse significative des revenus des agriculteurs. La souffrance de ces usagers s’affirme de jour en jour. Leur appauvrissement économique et social et parfois même leur délocalisation sont devenus inévitables.

3Les facteurs physiques de rareté sont les plus montrés du doigt (aridité climatique, offre en eau faible, nappes salées, fuites dans le réseau, etc.). La question de la gestion de l’eau et de sa gouvernance est très peu mise en évidence. Il s’agit dans ce travail de tenter de répondre à la question : insuffisance réelle ou problème de gouvernance ? L’objectif ultime est de mettre l’accent à travers l’étude du cas des oasis littorales, sur des aspects plutôt social et économique considérés dans la plupart du temps comme complexes et absurdes.

Carte 1. Localisation des oasis littorales

Carte 1. Localisation des oasis littorales
  • 1 La superficie irriguée dans le gouvernorat de Gabès est 12 400 ha dont 7 500 ha sont des oasis.

Les oasis littorales au nombre de 52 couvrent une superficie d’environ 7 500 ha1. Elles sont situées dans le Sud-Est tunisien. Malgré leur similitude générale avec les autres oasis, on peut reconnaître aux oasis littorales un certain nombre de spécificités techniques, spatiales, historiques et sociales. Ces oasis font vivre plus de 100 000 paysans et paysannes.

Pénurie ou suffisance : quel indicateur ?

4L’eau douce est certes la ressource la plus indiquée comme étant un bien rare et elle l’est de plus en plus, néanmoins, à chaque fois que ce concept est évoqué, tout le monde semble ne pas parler de la même chose. Ainsi, la rareté de la ressource en eau est dans la littérature bien un objet de controverse. Une multitude de facteurs de nature très variée (physique, sociale, économique, politique, etc.) peuvent être à l’origine de la situation. Parfois la rareté peut même être artificielle et psychique dans le cas surtout où elle est liée à une demande de même nature. De ce fait, oser poser la question de la rareté de l’eau dans les oasis du Sud tunisien devient très légitime, voire pertinent et approprié. Cependant, la réponse ne peut être exhaustive : chaque situation de rareté est unique. Le cas que nous analyserons, celui des oasis littorales ne peut être hélas généralisé même si quelques ressemblances avec d’autres oasis se trouvent confirmées.

5Appréhender cette situation revient alors à chercher des indicateurs palpables et plausibles qui permettent de savoir si l’eau manque pour ce groupe d’oasis ou bien si elle est suffisante.

Une offre en eau satisfaisante

6Il s’agit en premier lieu d’analyser l’offre en ressource. L’objectif est de savoir si l’approvisionnement fait aujourd’hui défaut et par conséquent s’il est à l’origine de la raréfaction de l’eau pour l’oasis.

7Rappelons que ces oasis étaient desservies depuis leur création jusqu’aux années 1980 par des sources naturelles. À partir de cette date et afin de remédier à la chute du débit des sources et l’insuffisance des ressources en eau, l’État a créé des forages (Mamou, 1980).

8L’eau d’irrigation provient actuellement de 75 forages qui captent l’eau dans la nappe de Djeffara à une profondeur variant de 50 à 200m.

9Bien que l’évolution du mode d’exhaure de l’eau dans les oasis littorales soit marquée par un passage très accéléré d’une forme millénaire qui était à l’origine de la création de l’oasis (source), à une forme nouvelle basée sur des techniques récentes (forage), le suivi de l’évolution du débit total disponible à l’oasis de Gabès ne révèle pas une variation significative. En effet, le débit rapporté à chaque fois à la superficie irriguée décèle un taux dit d’irrigation, considéré comme étant l’indicateur technique de base pour tout périmètre irrigué qui renseigne sur le degré de l’approvisionnement en eau.

10Pour ces oasis, le débit total disponible est d’environ 4 m3/seconde, le volume annuel exploité est estimé à 126 millions de m3/an, l’équivalent de 46 m3/jour/hectare (CRDA de Gabès, 2004). En comparant cet apport d’eau journalier aux besoins théoriques des cultures en période de forte demande estimés à environ 40 m3/jour, on constate qu’il satisfait largement cette demande. En outre, cet apport d’eau est comparable à celui utilisé au début des années 1960.

11Il va sans dire que les besoins en eau théoriques des oasis sont relativement élevés compte tenu de l’environnement climatique de ces oasis et de la prépondérance de la culture du palmier dattier et des cultures fourragères d’été qui sont des cultures relativement exigeantes en eau.

12De cette sorte ces oasis, quoique alimentées par une eau d’origine souterraine et de caractère non renouvelable, semblent être convenablement bien approvisionnées en eau.

Un réseau d’irrigation à haut rendement

  • 2 Le Plan directeur des eaux du Sud (PDES), adopté en 1976 s’est fixé quatre objectifs (CNEA, 1977) 

13Le réseau d’irrigation actuel de ces oasis a été créé par le ministère de l’Agriculture en 1985 dans le cadre du Plan directeur des eaux du Sud (PDES2). Ce réseau a remplacé complètement le réseau d’irrigation traditionnel. L’objectif assigné est la modernisation du réseau d’irrigation afin de réduire les pertes d’eau par infiltration et permettre une meilleure répartition de l’eau sur l’ensemble de l’oasis.

14L’eau d’irrigation, une fois sortie du forage, est transportée jusqu’à l’ouvrage de répartition dans des conduites enterrées, en amiante-ciment ou en acier. Chaque secteur d’irrigation est connecté à l’ouvrage de partage par un réseau de distribution enterré. La longueur totale des conduites d’adduction et de distribution est de 500 km.

15Les ouvrages terminaux de distribution ou bornes d’irrigation sont composés d’une chambre de vanne et d’un bassin de régulation de pression. Chaque borne d’irrigation irrigue une superficie d’environ 5 ha. L’eau sera par la suite acheminée jusqu’aux parcelles dans des canaux à ciel ouvert en béton.

16Ainsi, l’eau sortant des forages, qui semble suffire aux oasis, est acheminée dans un réseau répondant aux normes techniques de pointe. La réduction des pertes d’eau permet d’avoir un rendement hydraulique du réseau installé quasi parfait.

Des parcelles sous-irriguées

17Malgré tout, l’eau ne parvient pas aux agriculteurs comme ils le souhaitent. Elle se fait de plus en plus rare pour les oasiens. En effet, l’espacement de deux irrigations consécutives dépasse les 30 jours en période de forte demande (juillet-août.).

18Ce nouvel indicateur, cette fois-ci du côté irrigant prouve que l’insatisfaction des bénéficiaires de l’eau d’irrigation est manifeste et bien fondée.

19L’antinomie entre deux indicateurs irréfutables : la disponibilité de l’eau d’un côté et l’embarras des irrigants de l’autre nous ont incité à approfondir notre diagnostic pour tenter de clarifier cette ambiguïté et répondre à cette polémique.

20Plusieurs raisons de la raréfaction de l’eau pour les oasiens, autres que physiques ont été identifiées. Nous présenterons dans ce qui suit les principales.

Raréfaction liée au mode de distribution de l’eau

21Il ne suffit pas d’avoir de l’eau en tête d’une oasis, pour s’assurer que celle-ci parviendra équitablement et au moment voulu à ses différents secteurs et à ses différentes parcelles. Il semble que la problématique du manque d’eau dans ces territoires soit imputée à l’organisation de la distribution de l’eau et à la méthode avec laquelle elle est gérée.

Une irrégularité de répartition de l’eau dans l’espace

22Au sein des oasis, l’eau d’irrigation est inégalement répartie. Les différents recoins bénéficient de l’eau d’une manière dissemblable. Cette variabilité est ressentie entre l’amont et l’aval de chaque oasis, entre les différents secteurs et également entre les différentes parcelles. Le partage de l’eau entre les secteurs ne prend en compte ni la superficie réellement irriguée, ni la nature du sol. Ainsi, le débit alloué à chaque secteur, rapporté à la superficie nous montre que la répartition de l’eau entre les différents secteurs n’est pas équitable. En effet, l’apport d’eau mensuel par secteur varie de 821 m3 à 2 051 m3. La périodicité des irrigations varie de 23 à 35 jours. Ainsi, le manque d’eau n’est pas perçu par tout le monde de la même manière puisque certains secteurs sont largement irrigués alors que d’autres souffrent de pénurie.

La diversité agro-écologique est ignorée

23La diversité agro-écologique au sein des oasis n’a pas été prise en compte lors de la mise en oeuvre du nouveau système d’irrigation qui a complètement négligé cet aspect et a considéré que toutes les oasis ainsi que tous les secteurs sont homogènes. En effet, les oasis se présentent aujourd’hui comme étant des espaces hétérogènes sur les plans physique, agronomique et social (Abdedayem, 1997).

24Par ailleurs, le système d’irrigation tel qu’il est conçu actuellement ne permet pas une autonomie entre les secteurs d’un même périmètre.

25L’irrigation se fait dans les oasis suivant le principe de « Tour d’eau » et ce en respectant un calendrier d’arrosage qui affecte à chaque parcelle un temps d’irrigation déterminé. Ce calendrier tient compte du débit entrant, de la superficie de la parcelle. Ce même programme précise la périodicité du tour d’eau. Ce principe ignore lui aussi la diversité des systèmes de production. Les agriculteurs d’une même oasis n’ont pas les mêmes besoins en eau en termes quantitatifs qu’en termes qualitatifs. Ces besoins sont étroitement liés au type d’activité agricole qu’ils pratiquent. La conception du système d’irrigation selon le mode de distribution actuel ne permet pas alors de répondre à des demandes inégales. En outre, ce système de distribution se présente comme une contrainte majeure devant un accès libre à l’eau et une demande des agriculteurs devenus de plus en plus exigeants.

Carte 2 : Zonage agro-socio-écologique de l’oasis de Gabès

Carte 2 : Zonage agro-socio-écologique de l’oasis de Gabès

Accès inégal à l’eau

26À ces lacunes dans la gestion de la ressource en eau s’ajoutent des inégalités liées à l’accès à l’eau. On peut à priori distinguer des irrigants qui n’ont accès à l’eau que lors du tour d’eau, d’autres accèdent à l’eau par plusieurs autres moyens. La source secondaire d’eau peut être continue (puits illicite, branchement privé sur le réseau d’irrigation ou sur le réseau potable), ou temporaire (récupération de l’eau du drainage, des privilèges donnés par les GIC à quelques-uns, vol d’eau, etc.).

Raréfaction liée à l’incapacité des organisations locales à bien gérer l’eau

27Même si l’eau est abondante à la source, seul un organisme de gestion compétent, doté de savoir-faire et de moyens peut garantir sa fourniture aux usagers. La gestion de l’eau à l’oasis de Gabès est assurée par 52 groupements d’intérêt collectif (GIC), qui s’apparentent à des associations des usagers de l’eau agricole (Mejri, 1985). Sur le plan de l’organisation, chaque GIC présente une structure hiérarchique, son conseil d’administration est placé sous la direction du président du Groupement d’intérêt hydraulique (GIH) qui n’est donc autre que le gouverneur, lequel assure l’autorité de tutelle. Le comité du GIC comprend un président, 6 membres ou conseillers, et leur mandat est de trois ans. Actuellement, les trois GIC comptent 4 300 adhérents.

28Il apparaît que le fonctionnement de ces GIC a été toujours marqué par une présence forte des services techniques et du pouvoir politique. La gestion des systèmes irrigués a été prise en charge quasi totalement par les services de l’encadrement du ministère de l’Agriculture. Cette présence commence à se réduire avec la politique d’ajustement structurel et de désengagement de l’État (Elloumi, 1996). Cette tendance exprime également une volonté de faire participer les usagers à la gestion des systèmes d’irrigation. Ainsi, les GIC sont désormais sollicités à prendre entièrement en charge la responsabilité de gestion de l’eau ainsi que l’entretien et la maintenance des équipements hydrauliques. L’administration n’a plus qu’un rôle d’encadrement et de consultation.

29Cependant, ces organisations locales rencontrent aujourd’hui de multiples difficultés. Nos constatations révèlent un certain nombre d’anomalies dans la gestion du système hydraulique et le fonctionnement des GIC des oasis littorales, la situation est loin d’être satisfaisante.

Difficultés à gérer un système hydraulique complexe

30Quoiqu’il soit un système hydraulique très moderne et très sophistiqué, il se présente pour ces structures locales comme étant un système hautement complexe, difficile à manœuvrer et à entretenir.

31Non dotés d’un spécialiste, ces GIC saisissent mal les différentes composantes de leur réseau, ainsi que leurs fonctionnements (ouvrage de partage, de protection, de régulation, de comptage, de mise en charge, etc.), de sorte qu’ils conçoivent mal la façon adéquate pour mieux les gérer, les manipuler et les entretenir. Ce degré de qualification médiocre a eu des effets pervers sur la qualité de la gestion de l’eau et sur le service rendu aux agriculteurs. Outre le partage de l’eau qui à chaque fois est compromis, la dégradation progressive des ouvrages et des fuites d’eau considérables (manque d’étanchéité, usure des vannes, etc.) constituent une défaillance de taille. Les pertes d’eau dans le réseau d’irrigation variant globalement de 10 à 20 % du débit en tête, intègrent les fuites dans les conduites enterrées, dans la robinetterie et dans les seguias bétonnées (CRDA de Gabès, 1999) .

32Par ailleurs, le suivi minutieux de l’exploitation de l’eau (volume pompé, volume distribué, etc.) dépasse largement ces groupements.

Des problèmes budgétaires

33Après avoir été gratuite, l’eau est devenue de plus en plus chère. L’origine de cet enchérissement est :

  • le recours accru au pompage et le rabattement de la nappe ;
  • la nécessité d’un personnel de gestion plus important ;
  • les besoins élevés en maintenance d’un réseau plus sophistiqué.

34Ainsi, le coût de production du m3 d’eau varie actuellement de 40 à 75 Millimes alors qu’il n’était que de 10 Millimes en 1980. La consommation en énergie électrique des forages pompés vient en tête des frais de gestion de l’eau, soit environ 60 % des frais des GIC.

35Devant l’accroissement des charges liées à la quasi-généralisation du pompage et la réticence des agriculteurs de l’oasis quant au payement de l’eau, et leurs refus catégoriques à l’augmentation de son prix, les GIC n’arrivent plus à gérer cette situation et à assurer leur équilibre budgétaire. Les conséquences de cette situation sur le service de l’eau sont parfois épouvantables. Des coupures d’électricité par la STEG pour non-payement sont de plus en plus fréquentes. L’oasis est parfois dépourvue de ses ressources en eau alors qu’elle en a expressément besoin.

36Ainsi, à défaut d’une structure de base compétente et bien dotée de moyens humains et financiers, la gestion collective de l’eau et des infrastructures hydrauliques reste en deçà des aspirations des usagers et demeure par conséquent source de raréfaction de l’eau pour l’oasis.

Raréfaction liée à des usagers peu impliqués

37La forte imbrication des oasis, considérée dans le sens commun comme « rural », et de la zone urbaine nous a poussé à poser la question suivante : qui exploite aujourd’hui cette oasis ? Sont-ce des agriculteurs au vrai sens du terme, c’est-à-dire des exploitants à temps complet et vivant uniquement du revenu agricole, donc ayant un statut plus ou moins homologue ? ou bien une autre catégorie qui n’a plus de lien que partiel avec sa terre, et a bien d’autres activités urbaines qui l’attachent à la ville.

38L’identification du profil général des usagers de l’eau agricole révèle que moins de 3 % seulement, se contentent du revenu de leurs exploitations. Les sources de revenus extra-agricoles se répartissent de la manière suivante :

Tableau 1. La pluriactivité dans l’oasis de Gabès (Abdedayem, 1997)

Tableau 1. La pluriactivité dans l’oasis de Gabès (Abdedayem, 1997)

39Pour ces pluriactifs, le revenu agricole représente moins de 20 % de leur revenu global.

40On ne peut, néanmoins, mettre tous les bénéficiaires d’un revenu extra-agricole dans la même catégorie ; en effet, cette répartition masque une différenciation beaucoup plus variée du moment qu’on s’intéresse à la base matérielle et au statut social de chacun. On rencontre des commerçants-agriculteurs, des entrepreneurs-agriculteurs, des instituteurs-agriculteurs, etc.

41Ainsi, on ne peut désormais parler des usagers de l’eau agricole comme une catégorie bien identifiée que sont les agriculteurs, mais plutôt comme une panoplie d’usagers. La prépondérance des citadins marque cette esquisse de typologie des usagers de l’eau agricole. Ce changement radical dans le profil de l’usager d’un paysan pleinement engagé dans l’activité agricole et dans tout ce qui s’y rattache (coopérative de service, gestion de l’eau, etc.), en un usager quasi indépendant de l’agriculture n’est pas sans conséquence sur la gestion de l’eau. En effet, ce nouvel exploitant de l’oasis est faiblement impliqué dans les affaires qui ont trait à la gestion collective de l’eau et n’adhère presque pas aux différentes interventions sur le réseau d’irrigation (entretien réparation, etc.) Il considère cependant que c’est la tâche des GIC, voire de l’État. De plus, il est moins sensibilisé à la problématique de l’eau et à la nécessité de l’économiser et il répond mal même aux différentes incitations de l’État pour aménager sa parcelle. Cette passivité complique davantage la gestion de l’eau dans l’oasis et conduit vraisemblablement à une nouvelle rareté.

Raréfaction liée à une parcelle exiguë et des comportements ancestraux

42La prédominance de la micro-propriété dans la majorité des oasis littorales (0,2 ha au moyenne) constitue une contrainte majeure qui a rendu très complexe la gestion de l’eau et sa valorisation, ceci se manifeste au moins sur trois niveaux :

  • l’acheminement de l’eau entre les différentes parcelles est très complexe et engendre des pertes d’eau énormes ;
  • la collecte des redevances annuelles est très lourde (4 300 propriétaires sur 720 ha) ;
  • les difficultés de valorisation par petits exploitants d’une eau de plus en plus chère.

43D’un autre côté, l’architecture de la parcelle garde encore ses spécificités premières. En effet, la trajectoire des canaux en terre à l’intérieur de celle-ci avec ses différentes dérivations ainsi que les larges sections de ces canaux sont façonnées pour assurer le transit d’un débit qui ne descendait guère au-dessous de 80 l/s (alors que le débit actuel n’est que de 25 l/s). De plus, les planches sont très spacieuses (plus de 50 m2) et aplanies avec une légère contrepente pour éviter que l’eau pressée n’érode ces planches et ne transportent les semences sommairement enfuies. De même, le comportement actuel des irrigants lors des irrigations n’a pas suivi les exigences du nouveau système d’irrigation (maniement d’un débit par agriculteur moins important). Cependant, les irrigants continuent à manier l’eau comme si elle était abondante (ouverture simultanée de plusieurs planches, nivellement en contrepente, travail en sous-module en commençant toujours par la partie du terrain la plus haute, etc.).

Mode d’irrigation actuel dans les oasis littorales

44Il est vrai que ce savoir est d’une grande richesse, mais il semble inadapté au nouveau mode d’irrigation. La modernisation du système d’irrigation nécessite un bouleversement total dans l’architecture de la parcelle ainsi que dans les comportements des agriculteurs, chose qui n’est faite que d’une manière insignifiante vu le poids de la tradition hydraulique dans les oasis (Bechraoui, 1980).

45Quoi qu’il en soit, cette architecture héritée de la parcelle oasienne et ce comportement incompatible sont aujourd’hui à l’origine de beaucoup de fuites d’eau et de sa mauvaise valorisation.

Raréfaction liée aux situations économiques des systèmes de production

46Alors que les années 1960 étaient caractérisées par des activités agricoles intégrées ressemblantes et s’identifiant bel et bien au mode de production paysan, on assiste aujourd’hui à un éclatement sans précédent de ces systèmes et à une nette différenciation de l’espace oasien. Tous les systèmes de production n’ayant pas eu les mêmes capacités d’adaptation, sont devenus très diversifiés et dotés d’un fonctionnement économique, technique et social très différencié.

47Un premier groupe de systèmes, qui avait un fonctionnement normal jusqu’à la moitié des années 1980, se caractérise aujourd’hui par un niveau d’intensification relativement bas et par un revenu agricole qui régresse. Les facteurs qui ont freiné ces systèmes et l’ont empêché d’évoluer et de s’adapter sont quasiment les mêmes :

  • l’exiguïté de l’espace ;
  • une main-d’œuvre familiale limitée et vieillie ;
  • l’absence de moyens financiers ;
  • un revenu extérieur et une indépendance vis-à-vis de l’exploitation.

48L’avenir de ces systèmes immobiles est en question. Un seul choix s’impose : soit évoluer vers des systèmes plus intensifs, soit régresser davantage pour prendre une forme d’abandon.

49Ce groupe en difficulté économique est dans l’incapacité de supporter les charges de production et particulièrement de payer l’eau et de bien la valoriser. Au fur et à mesure que leurs difficultés s’accentuent il revendique de moins en en mois d’eau. C’est une rareté provoquée par la régression du système lui-même.

50Un deuxième groupe de systèmes de production, moins répandu que le premier, ayant tous au moins trois points communs : une forte implication des exploitants dans l’activité agricole, un niveau d’intensification relativement élevé et un revenu agricole important. Engagées délibérément dans l’économie de marché, ces exploitations privilégient les cultures spéculatives. Toute la production est exclusivement destinée à la vente.

51Cette tendance vers la spécialisation est un fait très récent et original. Elle répond également à une demande urbaine sans cesse accrue. Son originalité réside dans le fait de sa dualité avec l’image même du système oasien en tant que système diversifié.

52Cette évolution poussée de ces exploitations a été soutenue par :

  • un accès secondaire à l’eau ;
  • l’âge relativement jeune de l’exploitant ;
  • une contribution familiale dans les travaux de l’exploitation ;
  • une capacité d’investissement plus importante (intrant, travail du sol, etc.) ;
  • la taille de l’exploitation.

53Ces systèmes spécialisés, quoiqu’ils valorisent beaucoup mieux l’eau, agissent désormais dans une logique productiviste qui ne fixe pas de limite quant à leur consommation en eau. Leur demande en eau reste toujours insatisfaite. En outre, ce groupe aisé paye l’eau au même prix que les plus démunis

Conclusion

54Pour combattre un climat sudiste aride, sinon avare, et répondre à une demande en eau d’une société en pleine expansion, les moyens déployés par l’État durant les dernières décennies pour mobiliser de l’eau de la nappe du Djeffara sont à leurs extrêmes. Les oasis du Sud-Est tunisien ont largement profité de cette politique. L’eau qui y est allouée ne fait plus défaut ; néanmoins, il s’avère que la demande en eau de ces oasis n’est pas totalement satisfaite, des secteurs sont parfois assoiffés.

55Les constats relevés aujourd’hui, (en réponse à la question posée au départ : la rareté de l’eau est-elle physique, réelle ou bien liée à des facteurs plutôt social et économique) permettent, non d’apporter une réponse catégorique mais d’instituer et de fonder un nouveau cadre de réflexion et de vision. La question est d’une nature multidisciplinaire et ne peut par conséquent être approchée que dans l’analyse du rapport de la société avec les ressources naturelles d’une manière générale et les ressources en eau en particulier et de l’évolution de ce rapport. En effet, auparavant, la situation ne se caractérisait pas uniquement par une demande sociale en eau faible, (puisque les oasis étaient l’unique demandeur), mais essentiellement par un système social de gestion beaucoup moins contraignant et stable et une harmonie quasi parfaite entre la société et son hydro-agro-système. Aujourd’hui, la situation se complique non du fait de l’amplification de la demande mais surtout à cause du bouleversement et de la perturbation du rapport de l’homme avec les ressources d’une manière générale liés aux changements que connaît la société rurale. Les raisons explicatives de la rareté de cette ressource ou plutôt de sa raréfaction qui ressortent donc sont en étroite liaison avec des aspects socio-économiques et avec le mode d’organisation collective dans ces territoires. L’eau est inégalement répartie entre les différentes oasis, entre les secteurs de la même oasis ainsi qu’entre les exploitants du même périmètre. La diversité agroécologique au sein de l’oasis a été complètement négligée dans l’allocation de cette ressource. De plus, les GIC dans le nouveau contexte économique sont confrontés à des difficultés insurmontables. Avec la nouvelle situation hydraulique à laquelle s’ajoutent les conditions techniques et économiques difficiles de l’exploitation oasienne, ces structures ne sont pas en mesure d’assurer une gestion durable des infrastructures et des ressources hydrauliques. En outre, les modes de productions nouvelles sont dans la plupart des cas sources de raréfaction de l’eau pour eux-mêmes.

56Finalement, on peut dire que ni l’offre en ressource, ni la demande accrue de l’eau ne doivent être placées au premier plan dans l’étude de la question de la rareté de l’eau dans les oasis. L’incapacité de la société rurale à gérer la rareté de l’eau révèle bien un problème de gouvernance et d’instruction. Il est impératif alors de donner plus d’intérêt au système de gestion, et de tenir compte de la diversité des situations, car quelle que soit la quantité d’eau mobilisée pour les oasis, si des efforts en termes de gérance et de conduite de l’irrigation ne sont pas consentis, la crise subsistera.

Bibliographie

Bibliographie

Abdedayem S., 1997 – Gestion de l’eau et son impact sur la dynamique des systèmes de production dans les oasis littorales. Cas de l’oasis de Gabès ; mémoire d’ingénieur, CNEARC,France,70 p.

Attia H., 1957 – L’organisation de l’oasis (Tunisie). Cahiers de Tunisie, n° 17-18, tome V, pp. 39-43.

Baduel A.F., 1977 – L’eau, base d’aménagement du gouvernorat de Gabès, sud tunisien. thèse en géographie, université Paris VII, octobre 1977, 363 p.

Bahri A., Hamdane A., Lebdi F., 1995 – "Lignes directrices d’une stratégie en matière d’économie d’eau". Lecture stratégique, ITES, pp. 115-125.

Bechraoui A., 1980 – La vie rurale dans les oasis de Gabès. Université de Tunis. 301 p.

Ben Cheikh A., Marie M., (sous le direction de) 1993 – Grands appareillages hydrauliques et sociétés locales en Méditerranée, séminaire, octobre 93. Marrakech.

Ben Marzouk M., 1996 Gestion et suivi des nappes profondes de Gabès, CI du Chott Fedjej et Djeffara. Rapport, CRDA de Gabès.

Bousquet M., Faures J.M., Frenken K., 1997 – Disponibilités et utilisations de l’eau dans les pays du bassin méditerranéen. in : Agriculture et développement durable en Méditerranée (Séminaire international, Agropolis, Montpellier, mars 1997).

Cherif A., 1994 – "Politique de l’eau et aménagement des campagnes". Cahiers de la Méditerranée, n° 49, Décembre 1994, pp. 83-103.

CNEA, 1977 – Étude de sauvegarde des oasis du sud tunisien. Note n° 11, oasis de Gabès, octobre 1977.

Conac G., Savonnet-Guyot C., Conac F., (sous la direction de) 1985 – Les politiques de l’eau en Afrique. Développement agricole et participation paysanne, acte de colloque de la sorbonne. Economica, 767 p.

CRDA de Gabès, 1985 – Économie de l’eau dans les oasis de la région de Gabès. Rapport définitif de la première phase, Comète Engineering.

CRDA de Gabès, 1999 – L’eau dans le gouvernorat de Gabès. Rapport.

Elloumi M., 1996 – Politiques agricoles et stratégies paysannes au Maghreb et en Méditerranée occidentale. Alif, IRMC, Paris, FPH, et IFC Tunis.

Gafsi M., 1994 – "Conflits d’usage". Courrier de la planète, n° 24, sep- octob 1994.

Hajji A., 1994 – "Mise en valeur et réhabilitation des oasis. Essai d’évaluation de l’expérience Tunisienne". in : diagnostic rapide et stratégie de développement en milieu oasien (cours spécialisé, Tozeur, 7-26 novembre 1994).

Hassainya J., 1991 – "Irrigation et développement agricole, L’expérience tunisienne". Options Méditerranéennes, série B : Études et recherches n° 3, CIHEAM, INAT, pp. 13-17.

Hayder A., 1991 – Le problème de l’eau à Gabès : gestion conflictuelle et étatisation. Fascicule de recherche URBAMA, n° 22, 1991.

Huet P., 1997 – "Allocation et gestion des ressources rares". L’actualité juridique-Droit administrative n° 3, 20 Mars 1997.

Kassah A., 1996 – Les oasis tunisiennes. Aménagement hydro-agricole et développement en zone aride. Série géographique n° 13, 346 p.

Kassah A., 1997 – Population et ressources en eau dans le Sud tunisien. In : Population, environnement et pauvreté (symposium international, rabat, 28-29 octobre 1997).

Kilani M., 1986 – "l’influence de L’État dans la transformation du système hydraulique du groupe d’oasis de Gafsa Tunisie., Genève-Afrique, 19t. XXIV, n° 2, pp. 7-46

Mamou A., 1980 – Comblement de déficit en eau de l’oasis de Gabès, CRDA de Gabès, juin 1980.

Mejri S., 1985 – "Les associations d’intérêt collectif dans les oasis du gouvernorat de Gabès". Revue tunisienne de Géographie n° 14, pp. 163-183.

Ministère de l’agriculture Tunisienne, 1992 – La stratégie nationale pour la création et le suivi des associations d’intérêt collectif d’eau potable.

Perennes JJ., 1988 – "La politique de l’eau en Tunisie". Monde arabe, Maghreb Machrek, n° 20, 1988.

Sethom H., 1991 – "Les dangers de la priorité absolue aux villes dans la répartition de l’eau disponibles en Tunisie". in : l’eau et la ville, URBAMA, n° 22, 1991.

Sghaeir M., 1993 – Mobilisation, exploitation et gestion des ressources en eau au Maghreb, cas des zones arides.

Sondron F., 1995 – "L’eau n’est plus le lien social en milieu oasien". in : Agriculture et développement durable en Méditerranée (Séminaire international, Agropolis, Montpellier, mars 1997).

Toutain G., Dolle V., Ferry M., 1989 – Situation des systèmes oasiens en régions chaudes. Les cahiers de la recherche développement, DSA, n° 22, juin 1989.

Trousset P., 1987 – L’organisation de l’oasis dans l’antiquité : l’exemple de Gabès et de Jerid. in : L’eau et les hommes en Méditerranée (ouvrage publié sous la responsabilité d’André Réparez), p 25-42.

Notes

1 La superficie irriguée dans le gouvernorat de Gabès est 12 400 ha dont 7 500 ha sont des oasis.

2 Le Plan directeur des eaux du Sud (PDES), adopté en 1976 s’est fixé quatre objectifs (CNEA, 1977) :

  • satisfaction des besoins en eau potable de toute la région ;
  • sauvegarde des anciennes oasis qui souffrent d’un déficit important en eau, et couvrent une superficie globale de 22 000 ha (129 oasis au total ) ;
  • création de nouvelles oasis sur les meilleurs sols dans la limite de 8 000 ha, axés sur les zones du Jérid et Nefzaoua ;
  • satisfaction des besoins en eau des activités industrielles à Gabès, particulièrement, et des activités touristiques à Jerba Zarzis essentiellement.

Le volet hydraulique du projet vise le comblement du déficit hydrique des oasis par la création des forages et l’installation des réseaux d’irrigation et la réalisation des travaux de drainage.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Localisation des oasis littorales
Légende Les oasis littorales au nombre de 52 couvrent une superficie d’environ 7 500 ha1. Elles sont situées dans le Sud-Est tunisien. Malgré leur similitude générale avec les autres oasis, on peut reconnaître aux oasis littorales un certain nombre de spécificités techniques, spatiales, historiques et sociales. Ces oasis font vivre plus de 100 000 paysans et paysannes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Carte 2 : Zonage agro-socio-écologique de l’oasis de Gabès
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau 1. La pluriactivité dans l’oasis de Gabès (Abdedayem, 1997)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Mode d’irrigation actuel dans les oasis littorales
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4852/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

Auteur

Ingénieur-géographe. CRDA, Gabès – Tunisie

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540