Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Contexte

p. 12-16


Texte intégral

1Fabrice Colin s’est vu confier en 1999 une mission par les ministres de la Recherche et des Outre-mer suite à la demande des autorités locales publiques et du syndicat des industries de la mine de Nouvelle-Calédonie, dans le cadre des perspectives de développement économique et de rééquilibrage conformes à l’accord de Nouméa de 1998.

Politique d’exploitation minière en Nouvelle-Calédonie

2Depuis plus d’un siècle, l’économie de la Nouvelle-Calédonie, en particulier les exportations et l’emploi, repose largement sur l’exploitation de ses ressources minérales et en particulier du nickel, même si un effort de diversification est amorcé en faveur des secteurs de l’aquaculture, de la pêche, du tourisme, et de l’agroalimentaire.

3D’autres substances, entre autres le charbon, le manganèse et l’or, furent également exploitées de manière épisodique, mais économiquement non significative. Seul le nickel fait l’objet d’une activité minière, ininterrompue depuis 1875 après sa découverte par Jules Garnier en 1864. Les minerais silicatés appelés ainsi garniérites ont été exploités tout au long du 20e siècle par pyrométallurgie (activité de la Société Le Nickel, SLN, du groupe Eramet).

4Dans un contexte mondial déprimé, compliqué par les incertitudes russes suite à la dévaluation du rouble, de nouveaux opérateurs ont émergé. En plus de la pyrométallurgie, ils ont opté, bien avant le terme prévisible, pour de nouveaux procédés industriels de l’hydrométallurgie à partir de minerais dits « latéritiques », non encore valorisés. Cette évolution des méthodes est un élément économique déterminant dans la mesure où les coûts opératoires annoncés sont de moitié inférieurs à ceux des procédés pyrométallurgiques et que l’hydrométallurgie permet de traiter des minerais dits latéritiques, riches en fer et plus pauvres en nickel. De plus, l’hydrométallurgie permet de récupérer en sous-produit le cobalt difficilement valorisable autrement et porteur de fortes valeurs ajoutées.

5En Nouvelle-Calédonie, la diminution croissante des réserves de nickel garniéritique et le coût plus élevé de la méthode pyrométallurgique ont induit naturellement une évolution vers l’exploitation et le traitement hydrométallurgique des latérites.

6À ce jour, dans le monde, le nickel issu des latérites nickélifères représente 60 % de la production mondiale.

Massif minier nickélifère exploité du Kopéto, Nouvelle-Calédonie.

Image

© IRD/C. Gay

Minerais de nickel (goethite et garniérite), Poro, Nouvelle-Calédonie.

Image

© IRD/J.-M. Boré

Accord de Nouméa

7Politiquement, la Nouvelle-Calédonie est entrée dans une phase historique suite à l’accord de Nouméa du 5 mai 1998, signé dix ans après les accords de Matignon-Oudinot.

8Avant 2004, la Nouvelle-Calédonie devait arrêter un schéma de mise en valeur des richesses minières qui comporterait notamment l’inventaire minier, l’exploitation des gisements mais aussi les principes directeurs en matière de protection de l’environnement. Notons que la compétence « environnement » ainsi que la compétence « développement économique » reviennent par la loi organique de 1999 aux provinces.

Situation de la recherche en Nouvelle‑Calédonie

9Depuis une vingtaine d’années, un abandon quasi total de la part de la communauté scientifique des géosciences de l’environnement en Nouvelle-Calédonie, dans leurs composantes connaissances des régolithes latéritiques et de leurs fonctionnements (source des minerais nickélifères), avait été constaté.

10Toutefois, se développaient depuis quelques années des thématiques de recherche sur le comportement des métaux dans les sols (L’huillier, 19981), la diversité floristique en zone minière, et l’écologie en terrain minier (Jaffré, 1980 à Jaffré et al., 19982). Si l’on considère que la biosphère (écosystèmes terrestres) est un des compartiments du sol, ces études s’insèrent dans les géosciences de surface. Cette thématique globale – qui était une des forces des équipes de recherche de l’IRD dans le monde tropical – était novatrice et intéressait tout particulièrement les compagnies minières (Third International Conference on Serpentine Ecology, 1999, Afrique du Sud).

11Un projet sur le nickel et son environnement devait donc permettre de relancer des activités de recherche en partenariat étroit avec le secteur minier dans un domaine qui correspondait à ce moment-là à un véritable besoin sur le territoire, en relation avec le développement de nouveaux projets miniers d’envergure mondiale, de nouvelles techniques de traitement, et ce, dans le cadre d’un accord politique salué internationalement.

Rapport de Fabrice Colin : bases du développement de la recherche en Nouvelle-Calédonie à partir de 2002

12Le rapport fondateur (document no 13) que Fabrice Colin a rendu en décembre 1999 aux ministères de la Recherche et des Outre-mer présente dans le détail l’état des lieux et les recommandations pour le projet à venir. Les lignes de force des recommandations portées par ce rapport sont reportées ci-dessous.

13Dans l’état des forces du territoire, un tel projet nécessitait le renforcement local des disciplines de l’eau : hydrogéologie, hydrodynamisme, hydrochimie ; de géologie de surface : minéralogie supergène, géochimie supergène, géophysique, géomorphologie, agropédologie. Trois thématiques devaient être globalement déclinées : exploration et exploitation minière, impacts environnementaux, impacts sociétaux.Dans l’état des forces du territoire, un tel projet nécessitait le renforcement local des disciplines de l’eau : hydrogéologie, hydrodynamisme, hydrochimie ; de géologie de surface : minéralogie supergène, géochimie supergène, géophysique, géomorphologie, agropédologie. Trois thématiques devaient être globalement déclinées : exploration et exploitation minière, impacts environnementaux, impacts sociétaux.

14Il était impératif de former à la recherche un certain nombre de Calédoniens à travers des travaux de doctorat, financés par des allocations spécifiques à ce projet. Dans la continuité, les compétences des organismes et université (IAC, Cirad, Ifremer, IRD, IP-NC, et SME/BRGM, UNC) devaient être mobilisées afin de générer la connaissance nécessaire à la conjugaison des enjeux locaux.

15Le manque de moyens analytiques du territoire nécessitait de renforcer les équipements lourds à mi-lourds à disposition des structures de recherche et d’analyses. Ces équipements mutualisés étaient à la fois indispensables pour le « projet nickel » mais aussi très utiles au maintien et à l’essor d’autres recherches menées en Nouvelle-Calédonie.

16Du point de vue de la structuration et du fonctionnement, un centre de recherche sur le nickel sans murs était proposé pour traiter la problématique nickel et son environnement sur le plan de la recherche scientifique, technique et industrielle, afin que les retombées correspondant aux critères d’une recherche d’excellence répondent à la demande des sphères politiques et économiques du territoire. L’idée générale était, à partir d’une stratégie de recherche robuste, renforçant le potentiel de compétences locales, les connaissances générées apporteraient des solutions concrètes, contribuant au rayonnement de la Nouvelle-Calédonie, avec les retombées scientifiques attendues dépassant le cadre stricto sensu relatif au nickel pour s’inscrire dans la thématique de recherche globale « mines, environnement et sociétés » qui intéresse nombre des pays de la zone tropicale.Du point de vue de la structuration et du fonctionnement, un centre de recherche sur le nickel sans murs était proposé pour traiter la problématique nickel et son environnement sur le plan de la recherche scientifique, technique et industrielle, afin que les retombées correspondant aux critères d’une recherche d’excellence répondent à la demande des sphères politiques et économiques du territoire. L’idée générale était, à partir d’une stratégie de recherche robuste, renforçant le potentiel de compétences locales, les connaissances générées apporteraient des solutions concrètes, contribuant au rayonnement de la Nouvelle-Calédonie, avec les retombées scientifiques attendues dépassant le cadre stricto sensu relatif au nickel pour s’inscrire dans la thématique de recherche globale « mines, environnement et sociétés » qui intéresse nombre des pays de la zone tropicale.

Notes de bas de page

1 L’huillier L., 1998 – Mise en valeur des sols dérivés des massifs ultrabasiques de Nouvelle-Calédonie. Détermination de la sensibilité des plantes cultivées aux métaux (Ni, Mn). Résultats sur des espèces maraîchères, fruitières et fourragères. Nouméa, Orstom Conv., Ici, Vie, Agropédo, 44, 40 p.

2 Jaffré T., 1980 – Étude écologique du peuplement végétal des sols dérivés de roches ultrabasiques en Nouvelle-Calédonie. Thèse universitaire. Paris Sud, Orstom, Paris.

Jaffré T., Boucher B., Veillon J.-M., 1998 – Plant extinction in New Caledonia: is the system of protection adequate? Biodiversity and Conservation, 7: 109-135.

3 Les documents cités comme preuve des impacts sont référencés comme « Document » et numérotés par ordre d’apparition dans le texte (cf. liste complète en annexe). Ils sont mis à disposition de tous à la Mission de l’évaluation et programmation de la recherche (MEPR) à l’IRD.Les documents cités comme preuve des impacts sont référencés comme « Document » et numérotés par ordre d’apparition dans le texte (cf. liste complète en annexe). Ils sont mis à disposition de tous à la Mission de l’évaluation et programmation de la recherche (MEPR) à l’IRD.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.