Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Résumé

p. 10-11


Texte intégral

1En 1999, dans le droit-fil des accords de Nouméa et de Bercy (1998), et de ceux de Matignon-Oudinot (1988), les ministres chargés de la Recherche et des Outre-mer confient à l’IRD une mission d’évaluation des conditions de création en Nouvelle-Calédonie d’un pôle de recherches relatives à l’exploration et à l’exploitation du nickel ainsi qu’aux impacts environnementaux et sociétaux de ces activités minières.

2À la suite de cette étude de faisabilité, les ministres valident le rapport et demandent à nouveau à l’IRD une étude exhaustive afin de créer ce pôle. Une équipe de recherche pluridisciplinaire en géosciences est parallèlement affectée en Nouvelle-Calédonie. L’idée est alors, tout en travaillant sur les différents rapports (sciences, statut et budget) avec l’ensemble des acteurs publics et privés, d’élaborer ce futur pôle de recherche par induction sur la base de projets de recherche coconstruits avec les acteurs impliqués locaux ou extérieurs.

3Le choix a donc été fait dès le départ d’une approche écosystémique holistique (de l’exploration à la restauration des environnements dégradés), pluridisciplinaire, multi-institutionnelle en incluant des partenariats publics-privés.

4Les recherches développées fonderont de nombreux résultats en géophysique, géomorphologie, en géochimie et hydrologie portant sur la connaissance fine des manteaux d’altération nickélifères et de leurs fonctionnements, en minéralogie des minerais nickélifères, en biologie des plantes dans le cadre de la restauration des sols impactés par l’exploitation, et en santé suite aux découvertes sur l’amiante entrant dans la composition des roches ultrabasiques porteuses de nickel.

5Cet effet « catalyse » de la recherche menée a permis une structuration rapide de consortia gagnants de nombreux appels d’offres, un climat de confiance nécessaire entre les partenaires publics et privés basé sur les compétences réelles de chacun, un développement exponentiel des compétences localement et de l’attractivité de la Nouvelle-Calédonie dans ce domaine de recherche. La recherche a ainsi produit des connaissances clés pour l’activité minière, la revégétalisation des sols et la connaissance des impacts dans le lagon.

6La communauté calédonienne autour de la recherche regroupe un très grand nombre de composantes. Ce sont le gouvernement, les provinces Nord et Sud, et des îles avec la participation des tribus Kanak, les exploitants miniers, les entreprises de services, des ONG, des associations qui ont été, avec les chercheurs, des « passeurs » du savoir vers la société en s’intéressant aux résultats de la recherche.

7Cette transmission a permis l’émergence d’impacts issus des activités de recherche et développement nombreux et diversifiés (environnementaux, économiques, académiques, institutionnels…). Quelques exemples cités parmi d’autres : création du Centre national de recherche technologique « Nickel et son environnement » que les ministères avaient appelé de leurs vœux avec une création effective en 2008 ; création d’un observatoire de l’environnement en 2009 ; techniques innovantes d’exploration non destructrices, modification du processus de retraitement métallurgique à la suite des travaux sur les rejets d’effluents dans les lagons ; guides de revégétalisation ; obligation réglementaire pour les miniers d’établir un état de référence des sols et écosystèmes avant tout nouveau défrichage de terre ; création de start-up, création d’emplois.

8Les projets de recherche se sont ainsi ouverts au fil du temps à un large ensemble de champs scientifiques dont les sciences humaines et sociales, en particulier l’anthropologie et l’économie, diversifiant ainsi les problématiques scientifiques vers d’autres domaines. La construction d’une réflexion multi-partenariale très imbriquée a été le garant d’une recherche innovante au service du besoin sociétal.

9Les résultats ainsi acquis et les méthodologies d’élaboration des partenariats sont transmissibles, partageables et adaptables à l’ensemble des pays des Suds. Coconstruite avec les partenaires, la recherche peut ainsi à la fois contribuer à l’accroissement des connaissances dans la thématique et au renforcement de la souveraineté scientifique et technologique de chaque pays.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.