Version classiqueVersion mobile

Eaux, pauvreté et crises sociales

 | 
Habib Ayeb
, 
Thierry Ruf

Politiques publiques, gouvernance et modalités d'intervention

Introduction

Thierry Ruf

Texte intégral

1Ceux qui vivent une situation de crise sociale manquent de moyens suffisants pour revendiquer l’eau nécessaire à certains usages. Les ruraux pauvres ont difficilement accès à l’eau d’irrigation, et l’eau dont ils disposent est parfois juste suffisante pour les usages domestiques. Pendant quarante ans, de 1960 à 2000, le financement annuel de l’hydraulique agricole se compte en dizaines de milliards de dollars et s’appuie sur un modèle de gestion étatique lourd, coûteux, inefficace et souvent corrompu, et destructeur des institutions coutumières déconsidérées par l’ingénierie rurale. Sur la même période, les équipements d’eau potable dans le monde rural sont toujours notoirement insuffisants. L’échec de la bureaucratie hydraulique et l’insuffisance des systèmes d’investissement solidaire pour les accès à l’eau potable réduisent sérieusement les capacités productives dans la société, et expliquent l’accroissement excessif de la dette publique. Dans le monde urbain, les pouvoirs publics n’arrivent pas à suivre la croissance urbaine alimentée par l’exode rural.

2Dans ce deuxième ensemble de contributions, le questionnement porte sur la gouvernance et les savoirs, l’effondrement du capital social et l’absence d’organisation collective, car depuis longtemps, le remodelage autoritaire des réseaux hydrauliques échappe le plus souvent aux populations rurales et urbaines. Vont donc être traitées les questions de décentralisation, de démocratisation et de régulation de la gestion de l’eau en milieu rural et en milieu urbain, pour des eaux agricoles et pour des eaux domestiques, ce qui est une originalité de ce séminaire.

Atelier 1. Gérer en invoquant la décentralisation, la démocratisation et la participation financière

3À la fin de la première partie consacrée à l’état des connaissances sur les liens entre eaux et pauvreté, Annabelle Houdret décrivait le contexte historique et politique de l’émergence des grands offices d’irrigation et les limites du développement des systèmes irrigués au Maroc. L’économiste Sylvia Bergh étudie comment le pays a suivi les recommandations de la Banque mondiale en faveur de la gestion participative de l’irrigation appliquée dans un premier temps aux zones de petite et moyenne irrigation. Elle montre les associations d’usagers de l’eau agricole se greffant difficilement dans la société rurale, du fait de leur création pilotée par l’administration agricole, du décalage avec les instances coutumières, du manque de consensus pour l’action collective, des doutes concernant certains objectifs sur le remaniement des partages d’eau et l’idée de facilité l’émergence de marchés internes de l’eau.

4Phil Woodhouse et Vasudha Chhotray comparent la reconnaissance des droits d’eau locaux et des organisations gérant les biens communs de l’Inde et l’Afrique du Sud. Pour sécuriser les droits des populations les plus pauvres, il est nécessaire de disposer d’un régime effectif de propriété commune, mais la législation à elle seule ne suffit pas à promouvoir une équité dans la distribution locale des ressources.

5Ana Claudia Duarte Cardoso et José Julio Fereirra Lima sont architectes. Ils travaillent sur les conséquences de la construction d’un barrage hydro-électrique au Brésil, celui de Tucuiri en Amazonie. L’étude révèle que la population locale s’est appauvrie après la mise en service de l’ouvrage et que les questions de santé publique se sont aggravées. Les politiques nationales ont porté peu d’attention aux institutions locales et municipales, là où pourtant se recomposaient les espaces ruraux (déforestation, déplacement, exode) et les espaces urbains (nouvelles implantations et quartiers). Ainsi, par exemple, les collectivités locales ne sont pas intégrées dans les comités de bassin. Le pouvoir local fait écran aux demandes sociales.

6Thomas Cieslik aborde la question du partenariat public-privé dont la promotion progresse de forums mondiaux en forums mondiaux, tel celui de Mexico en mars 2006. En parcourant la littérature sur le sujet, il souligne les risques d’échec de la privatisation et les reculs des concessions à la suite de difficultés macro-économiques et de sous-estimation des investissements pour délivrer l’eau aux quartiers pauvres des villes en expansion. Ces risques sont plus grands en région aride et semi-aride, où le marché ne peut arbitrer équitablement les conflits d’usage.

7L’ingénieur Slahedine Abdedayem travaille dans les oasis du sud-est de la Tunisie où le climat est particulièrement aride mais la situation de crise sur l’eau, pour les cent mille paysans qui y vivent, ne peut être imputée aux seuls éléments naturels . C’est le produit de discordances sociales, économiques et politiques. L’allocation normative de l’eau sur l’espace oasien à travers des technologies d’apparence sophistiquée ne répond pas à la diversité des écologies et aux besoins des champs. Les associations créées autour des pompes ne provoquent pas l’adhésion des paysans écartés des décisions et incapables de payer les factures d’eau. La pauvreté de l’hydraulique est le produit d’une mauvaise gouvernance.

8Agronome et géographe, Sabine Girard étudie en Équateur les conflits de répartition de l’eau dans un versant montagnard andin parmi les plus densément peuplés, le haut bassin du río Ambato. Dans un maillage hydraulique complexe de réseaux en partie superposés et concurrents, la pauvreté des accès à l’eau est le produit d’un déséquilibre entre apports et besoins, avec des irrégularités spatiales entre différents villages et quartiers, héritage d’une gestion ancienne sous la domination des grandes haciendas. C’est aussi le produit d’un défaut d’implication dans la gestion des accès, du fait de rivalités intervillageoises et d’interférences entre droits communautaires collectifs, droits communautaires individualisés et droits privés, doublées d’opposition entre métis et indiens. Un clivage amont-aval et indien-métis se creuse et se traduit par des accès insuffisants et irréguliers aux eaux circulantes. Les institutions régionales tentent de remédier à cette situation par une relation monétaire aux termes de laquelle la population indienne, en abandonnant ses prérogatives sur les eaux de l’amont, serait rémunérée à ne rien faire, tandis que la population métis retrouverait un surplus d’eau qu’il faudrait payer… L’ONG Iedeca tente de remédier à ces questions de gestion sociale de l’eau par le renforcement des coordinations entre métis et indiens au sein des mêmes associations de gestion d’un canal.

9Andrea Corsale tente une comparaison entre les trois pays du Maghreb, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc, à propos de la gestion de l’eau dans les oasis présahariennes. Le Tafilalet marocain évolue à l’écart du pays, dans une économie traditionnelle fragmentée et reconfigurée au nord, autour de la ville d’Errachidia et du barrage sur le Ziz, laissant la marge sud, en crise hydrique et agricole, survivre avec un tourisme encore peu développé. La région du Ziban en Algérie a été remodelée par l’expérience socialiste qui a éradiqué l’organisation traditionnelle et, depuis 20 ans, elle s’est convertie au capitalisme agraire avec succès en fournissant des produits sahariens à l’ensemble du pays. La région de la Nefzaoua en Tunisie combine un développement touristique international remarquable avec une agriculture oasienne capitaliste restructurée dans des oasis et des plantations nouvelles avec les meilleures variétés de dattiers, mais cet essor se réalise sur des ressources en eau non renouvelables.

10Les géographes Tanga Pierre Zoungrana, Jacques Bethemont et Pierpaolo Faggi témoignent de l’évolution de la vallée du Sourou au Burkina Faso dont l’aménagement hydraulique grandiose fut porté par l’économie socialiste dirigée. Avec le libéralisme, la vallée a connu une transition incertaine, des tensions autour des productions (le riz préféré par l’État, le maïs par les paysans) et s’oriente récemment vers l’émergence de multiples structures territoriales, sans pour autant être affranchie des décisions gouvernementales.

11P. Ferrand, J. P. Fontenelle et T. Lassale étudient un processus similaire de désengagement et de décentralisation en Afrique du Sud, dans le périmètre irrigué de Mashushu. La promotion des associations d’usagers de l’eau vise en particulier à intégrer les populations les plus pauvres victimes de l’ancien régime de l’apartheid. Mais les nouvelles institutions proposées sont plaquées sur une société paysanne noire autrefois très encadrée, ayant reçu des lots fonciers par l’administration qui s’appuyait sur une sorte d’autorité despotique locale et tribale.

Atelier 2. Réguler les accès aux eaux potables en ville et dans le monde rural

12L’économiste Christelle Pezon présente les travaux de recherche en cours sur les services privatisés de l’eau dans les villes du nord du Maroc. Elle aborde les dimensions économiques et humaines de la durabilité des services de l’eau. Elle remarque que, dans les pays riches, l’accès à l’eau n’a jamais représenté plus de 1 % des revenus (en France, les réseaux ayant été payés par l’impôt et des taxes de solidarité pour le monde rural), tandis que dans les pays du Sud, la Banque mondiale considère que les populations peuvent consacrer 5 % de leurs revenus à l’eau domestique. La recherche proposée insiste sur les capacités nouvelles créées éventuellement par l’amélioration d’un réseau d’eau potable dans des quartiers différents de Tanger et Tétouan.

13Le géographe David Blanchon s’insurge contre le mythe de l’eau gratuite et appuie son raisonnement sur le cas de l’Afrique du Sud et du système de distribution de Johannesburg. D’un côté, la ville est alimentée en eau brute par de vastes transferts dont les charges augmentent rapidement, avec l’idée que la consommation des usagers les plus riches s’accroisse et rentabilise le système hydraulique. D’un autre côté, la politique sociale se traduit par la fourniture pour les plus pauvres d’un quota gratuit de 6 mètres cubes avec des compteurs prépayés, qui fonctionnent automatiquement en débit réduit quand le quota est dépassé. Pour équilibrer les coûts de transfert et la fourniture du quota gratuit, ce sont les classes moyennes qui en définitive assument la plus grande contribution.

14L’économiste Anastasia Angueletou s’intéresse aux périphéries des villes de Mumbay et de la région Vasai-Virar en Inde. Elle étudie le secteur informel de l’eau, les petits opérateurs privés travaillant hors du cadre institutionnel des municipalités et distingue les multiples arrangements possibles dans la desserte des eaux. Au réseau municipal, s’ajoutent des puits privés, des camions citernes, des reventes locales et des prélèvements d’eau libre. La manière dont les gens accèdent à ces ressources permet de les classer en différentes catégories, la population branchée, la population desservie, la population dépendante et la population en marge. La précarité hydraulique est forte dans tous les cas et favorise la marchandisation de l’eau, reproduisant finalement les inégalités économiques.

15Mathias Krause conceptualise l’économie politique de l’eau et de l’assainissement pour les plus pauvres en soulignant sur le plan théorique l’imperfection du marché qui octroie une situation monopolistique à l’entreprise d’eau et l’inefficacité de l’entreprise publique qui agit selon des impératifs plus politiques qu’économiques. Il décrypte le cas de la Colombie où il existe un système ancien de subventions croisées entre types de consommateurs et classes de richesse, encore en vigueur sous le contrôle de l’État, malgré la décentralisation des opérateurs publics vers des entreprises municipales (à l’exception des zones rurales, toujours les moins bien équipées et les moins bénéficiaires du croisement des subventions).

16Marie Lefebvre, Sylvie Morardet, Marielle Montginoul, Stefano Farolfi analysent en Afrique du Sud l’application de la politique de l’eau dans le bassin de la rivière Olifants. Ils comparent de nombreux réseaux et constatent une très grande variété d’institutions et de multiples déterminants des coûts de l’eau domestique, tandis que la tarification n’est pas appliquée. Pour rendre durable les réseaux de distribution, il n’est pas facile de recommander un mécanisme de financement général, tel qu’il est présenté pour la Colombie par Mathias Krause.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search