Version classiqueVersion mobile

Eaux, pauvreté et crises sociales

 | 
Habib Ayeb
, 
Thierry Ruf

Encarts spéciaux. Témoignages des ONG

Maintenance des petits équipements de pompage de l’eau et ses conséquences sur l’approvisionnement en eau potable et la lutte contre la pauvreté

Cheikhna A. Aidara

Texte intégral

Introduction

1« Nous ne devons pas laisser les objectifs économiques diriger nos vies au détriment du développement humain et social. L’histoire nous enseigne que l’ordre inverse fonctionne bien mieux : la poursuite d’objectifs sociaux est un moyen efficace de contribuer au progrès général du développement ».

2Sir Richard Jolly, président du Conseil de concertation pour l’approvisionnement en eau et en assainissement (CCAEA).

3La réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) est, en ce qui concerne l’eau, de réduire de moitié le nombre de personnes ne disposant pas de la couverture minimale en eau et en assainissement à l’horizon 2015. Ce but, très difficile à atteindre dans la plupart des pays en développement, en particulier ceux désertiques et pauvres comme la Mauritanie, implique le renforcement de capacités des communautés, des partenariats efficaces entre les autorités administratives, le secteur privé et les organisations de la société civile (OSC) et aussi des partenariats globaux à l’échelle régionale et internationale.

4Ce colloque vient donc à point nommé. Et je voudrais ici saisir l’agréable occasion que m’offre cette tribune pour remercier, au nom de tous les membres de l’Apem-GPE, les organisateurs du colloque international « Pauvreté hydraulique et crises sociales » pour nous avoir permis de participer à cette très importante et instructive manifestation. Je voudrais également remercier les partenaires du colloque, en particulier l’IRD, l’université d’Agadir, le CRDI et la Fondation Ford.

5Enfin, je remercie M. Habib Ayeb et Mme Nathalie Finot, ainsi que MM. Thierry Ruf et Karim Badran dont le contact régulier et la disponibilité constante pour répondre à nos interrogations, ont permis une organisation optimale de notre participation.

6Les organisateurs du colloque ont bien raison de souligner que « l’articulation entre les modes de gestion de l’eau et la persistance de la pauvreté est relativement peu abordée dans les travaux de recherche » et pourtant les réalités du terrain que les ONG connaissent souvent très bien, montrent la relation corollaire entre accès à l’eau et pauvreté, d’une part, et l’importance d’une bonne gestion de la ressource en eau (qu’elle soit par ailleurs destinée à un usage domestique ou à l’agriculture irriguée) et la résolution des crises sociales établies ou latentes, d’autre part.

7C’est dans ce cadre que se situe cette modeste communication qui vise à exposer une expérience que nous avons jugé pertinent de vous relater et d’en tirer avec vous les leçons mais cette communication, qui concerne les conséquences de la maintenance des petits équipements modernes des puits sur la lutte contre la pauvreté et le renforcement des capacités des communautés de base serait tronquée à mon avis si elle ne vous permettait pas de situer le contexte dans lequel se déroule l’expérience dont il est question ici, à savoir la Mauritanie.

Le contexte

8La République islamique de Mauritanie (RIM) compte une population d’environ 2,5 millions d’habitants répartis inégalement sur un vaste territoire de 1 030 700 km2. Indépendante depuis 1960, la Mauritanie est un pays désertique à plus de 90 %. Les principales ressources du pays proviennent du commerce, du secteur minier et de la pêche. Depuis le début des années 1970 le pays a été confronté à des sécheresses sévères et une accélération dramatique de la désertification des zones précédemment habitées et cultivées. Cette situation a affecté les performances du secteur agricole et de l’élevage et a contribué à la sédentarisation et à l’urbanisation rapide des populations. Ainsi, la population urbaine, dont une bonne partie se retrouve à Nouakchott, représente plus de la moitié de la population nationale.

9Les conditions de vie des femmes mauritaniennes sont encore difficiles. En effet, bien qu’elles représentent 52 % de la population totale, elles demeurent analphabètes à 53 % (contre 65 % des hommes alphabétisés). Le taux de chômage féminin est de 34 % alors qu’il s’élève à 26 % pour les hommes. Aux niveaux politique et décisionnel, la représentativité des femmes demeure encore faible : 4,5 % des sièges parlementaires (dans l’ancien parlement) et 7 % des postes de responsabilité dans la fonction publique. La mortalité maternelle est alarmante (747 décès pour cent mille naissances vivantes) et certaines pratiques sociales néfastes demeurent : mariages et maternités précoces, excision qui touche 75 % des femmes, etc.

10Depuis plus d’une décennie, la RIM s’est engagée dans des politiques de réformes qui ont touché l’ensemble de la vie politique, économique et sociale du pays.

11La mise en œuvre du programme de réformes économiques, engagé depuis 1992, a favorisé un taux moyen de croissance annuelle de 4,4 % entre 1992 et 1999 et réduit sensiblement les déséquilibres financiers. Mais cette croissance a jusqu’ici peu d’incidence sur la réduction de la pauvreté car elle ne parvient pas à s’ancrer dans les milieux pauvres (la pauvreté atteint encore au moins officiellement 46,3 % en 2000).

12En outre, des progrès significatifs restent à faire dans le domaine de la démocratie, de la gouvernance et des droits humains. L’émergence d’une société civile de plus en plus active dans les actions de développement économique et social est encourageante mais celle-ci manque encore de capacités et d’expériences et est encore faiblement impliquée dans l’exécution de projets de développement. Les questions de genre ne sont pas suffisamment prises en compte dans les politiques publiques en vue de réduire les inégalités citées plus haut.

13En Mauritanie, la référence aux organisations de la société civile concerne l’ensemble des associations, des organisations socioprofessionnelles, des groupements de base et des organisations non gouvernementales qui jouent un rôle d’intermédiaires entre les citoyens et les institutions politiques et administratives de l’État (associations de droits de l’homme et associations féminines, ordres professionnels, ONG d’action pour le développement et l’environnement, réseaux et groupes de base d’activités génératrices de revenus, associations culturelles, Ulémas, syndicats, secteur privé, presse et médias).

14Les conditions d’émergence et de structuration de la société civile en Mauritanie n’ont pas permis jusqu’ici de clarifier le débat sur la nature et les modalités d’intervention des composantes de cette société civile en gestation. Cet effort de clarification doit être mené dans le cadre d’un large débat national qui aiderait, par ailleurs, à préciser la contribution de l’ensemble de ces instances aux activités de promotion du développement économique et social. Ce débat reste encore à faire.

15Les principaux handicaps pour une action efficace des ONG demeurent :

  • la jeunesse du mouvement associatif en général ;

  • la forte concentration des ONG à Nouakchott ;

  • l’absence de sièges ou d’adresses et de pages Web ;

  • la difficulté d’accéder aux financements nécessaires à leur action ;

  • l’insuffisance d’organisation ou d’encadrement des populations ;

  • le manque de spécialisation ou de professionnalisation ;

  • la faiblesse des moyens financiers pour faciliter l’auto prise en charge ;

  • l’absence de plans stratégiques (vision à moyen et long terme) ;

  • la faiblesse du nombre de personnel qualifié permanent travaillant pour les ONG ;

  • la dépendance des ONG vis-à-vis de leurs partenaires financiers.

16Cependant, en Mauritanie comme partout ailleurs, on pense de plus en plus qu’il n’y aura jamais de vrai développement sans une participation de qualité de la société civile dans tous les domaines et en particulier ceux du développement.

Le projet

17En général, la gestion des ressources naturelles pose beaucoup de problèmes et la problématique de l’accès à l’eau en constitue, au moins en pays de désert comme la Mauritanie, l’essentiel. C’est autour des points d’eau et pour leur contrôle ou leur partage que se sont formés, perpétués ou résolus les plus grands conflits de notre pays.

18L’accès à l’eau enrichit et renforce et sa rareté appauvrit et déstabilise aussi bien les communautés que les États.

19C’est en avril 2002 que, lors d’une enquête auprès de villages pour examiner l’applicabilité des approches participatives sur le terrain, nous nous sommes réunis avec les habitants du village de NimJatt ; c’est au cours de cette réunion d’identification des problèmes pour les prioriser et essayer de leur trouver une solution, qu’est né le projet de gestion participative des puits d’eau de NimJatt (que nous avons baptisé par son acronyme et du mot espoir en arabe, PGPEN-Amel). Au cours de cette réunion, nous avons identifié, avec la communauté locale, 24 problèmes en tout, à partir desquels nous avons donné la priorité à 7 d’entre eux : (a) difficulté d’approvisionnement en eau ; (b) difficulté de faire de l’agriculture et de l’élevage ; (c) malnutrition des enfants et des femmes ; (d) déperdition scolaire chez les jeunes filles ; (e) manque de revenus pour les besoins essentiels ; (f) absence de liaison avec le centre urbain le plus proche ; (g) difficulté de faire prendre en charge leurs problèmes par les autorités locales.

20Sur le plan géographique, le village de NimJatt est situé dans la région du Trarza, au Sud-Ouest mauritanien ; une région caractérisée par un relief plat (dunes de sable), une végétation désertique, sans courant d’eau sauf vers la rive droite du fleuve Sénégal, situé à environ 250 km de NimJatt. Les puits sont moyennement profonds : entre 10 et 15 mètres, souvent à eau douce mais parfois aussi salée (pour les puits moins profonds).

21Sur le plan humain, le village de NimJatt compte environ 200 familles, soit plus de 700 personnes dont 300 adultes, pour la plupart des femmes chefs de ménages (les hommes ont émigré pour diverses raisons mais reviennent saisonnièrement). Ces familles vivent toutes ici depuis plus d’un siècle. Elles appartiennent presque toutes à un même ensemble tribal, maraboutique et conservateur.

22Sur le plan économique, les habitants vivent des produits de l’élevage et, accessoirement, de culture limitée de légumes ; mais les principaux revenus proviennent de l’argent envoyé par les membres de la communauté ayant émigré pour gagner leur vie (généralement au Sénégal, en Gambie et dans certains pays arabes du Golfe). Ces envois d’argent sont tributaires des aléas de l’émigration.

23Le village est doté d’une école primaire, dont la fréquentation par les enfants de la communauté est irrégulière notamment en ce qui concerne les filles (souvent occupées à aider leur maman pour les travaux ménagers dont la corvée d’eau et de bois de chauffe constituent les plus accaparants).

24Le village compte quatre puits d’inégal rendement ; trois de ces puits sont dotés de motopompes, qui tombent périodiquement en panne, empêchant ainsi le village d’avoir un approvisionnement régulier et suffisant en eau.

25En temps normal, ces motopompes sont maintenues par les services de l’hydraulique via les autorités administratives, mais trois facteurs rendent cette maintenance hypothétique et insatisfaisante :

  1. le peu de moyens dont disposent les autorités locales dont relève NimJatt ;

  2. l’éloignement du centre administratif et la difficulté de déplacement pour signaler à temps les pannes ;

  3. l’indisponibilité fréquente de techniciens capables d’effectuer les réparations.

26Apparemment, ce problème d’approvisionnement en eau était à juste raison le principal souci des villageois.

27La démarche participative que nous avions préconisée et appliquée après validation avec les membres de la communauté de NimJatt était la suivante (toutes les couches ont été impliquées).

  1. Le diagnostic participatif avec la communauté

  2. L’identification des priorités

  3. La classification des priorités

  4. L’élaboration du projet visant à solutionner la maintenance des puits

  5. La recherche des financements

  6. L’exécution des projets

  7. Le suivi évaluation

28Nous avions suggéré, pour commencer, de mettre en place un comité de développement élu par la communauté.

29Le comité, assisté par notre ONG pour la méthodologie de conduite des débats et, après des échanges de points de vue avec tous les membres de la communauté au cours de réunions publiques, a décidé avec l’accord de tous que l’accès à une eau potable et suffisante est la priorité n° 1.

30Nous avons en effet constaté que toutes les priorités arrêtées ne peuvent être réalisées que s’il y a d’abord un accès adéquat et suffisant à l’eau potable. Par exemple, dans de nombreux cas, les femmes ont mentionné les puits comme étant des zones de grands risques : de nombreuses femmes ont été victimes d’agressions sexuelles et de viols pendant qu’elles allaient chercher de l’eau. Par conséquent, le creusage des puits et leur dotation en permanence d’une motopompe éliminent les risques d’aller très loin du village pour chercher de l’eau. Cette eau permettra également aux femmes de réaliser des périmètres maraîchers et d’élever des volailles et de petits ruminants, et donc de mieux se nourrir et nourrir leurs enfants, d’avoir des rentrées d’argent pour mener d’autres activités ou faire des investissements sociaux pour leur communauté (véhicule de liaison avec la ville, participation à la construction de salles de classe, pérennisation des puits, etc.). Puiser l’eau à côté et en abondance permet également aux filles de pouvoir continuer leur scolarité.

31Mais la réalisation de ce projet, en l’absence de financements externes, implique que la communauté locale accepte de couvrir la totalité des charges du projet. Ceci est essentiel pour promouvoir l’appropriation locale ; les membres de la communauté peuvent contribuer en espèces, en nature ou par le travail. Une flexibilité est ainsi instaurée dans ce mélange pour que chacun contribue. Au fur et à mesure que la communauté s’enrichit, la contribution en espèces augmentera vraisemblablement en importance.

32Pour avoir une eau permanente et suffisante, il faut que les puits et les motopompes fassent l’objet d’un entretien régulier et efficace, ce qui suppose d’avoir les moyens nécessaires pour louer les services d’une équipe professionnelle (un puisatier, un électricien-mécanicien et un plombier).

33Le projet consistait à rendre l’eau payante (chose que les habitants n’avaient jamais connu auparavant) ; chaque ménage aura accès à l’eau qui lui convient pour ses besoins et activités (cuisson, toilette, culture, élevage) mais à titre payant avec des tarifs modestes et modulés selon la vitalité des besoins et activités :

  • tarif 1 pour les besoins de boisson et de cuisson ;

  • tarif 2 pour les besoins de toilette ;

  • tarif 3 pour les activités agricoles et d’élevage ;

  • tarif 4 pour la construction et autres.

34Un comité de gestion et de supervision de 5 personnes est élu par la communauté pour gérer les fonds générés et réguler l’utilisation de l’eau.

35Après quelques hésitations, les habitants se sont enthousiasmés pour le projet ; cependant des difficultés inattendues sont venues des autorités administratives qui voulaient au départ que la gestion de la maintenance soit de leur exclusivité. Elles n’avaient également pas prévu que l’eau puisse être distribuée à titre onéreux mais après des réunions d’explications tripartites (ONG impliquées, représentants du village et autorité administrative de l’arrondissement et ses collaborateurs techniques), les choses sont rentrées dans l’ordre et même un appui moral a pu être obtenu pour faciliter l’aboutissement du projet. Les notabilités du village ont également essayé au début du projet de le bloquer car elles pensaient qu’elles devaient désigner le comité de gestion dont l’élection constituait un précédent incompréhensible ; il a fallu là aussi mener une campagne d’explication et de plaidoyer pour faire passer le projet.

36Le comité de gestion (sans le mot « supervision » dont certains notables ne voulaient pas entendre parler) est composé de deux hommes et deux femmes (une première) et un représentant des jeunes. Le plus âgé préside le comité (il ne fallait pas trop bousculer ici les habitudes) ; la trésorerie est confiée à l’une des dames et le représentant des jeunes tient la comptabilité et effectue les éventuels achats.

37Tous les six mois se tient une assemblée du village pour renouveler le comité : deux membres restent et trois sont changés en tenant compte toujours de la parité ; cela semble convenir aux villageois.

38Pour démarrer, une collecte volontaire est organisée pour remettre les motopompes en marche ; notre ONG participe à cette collecte qui permet de mobiliser assez de fonds pour déjà mettre les puits sur les rails et commencer l’application du projet.

39Durant les six premiers mois, l’eau vendue permettait juste d’assurer la maintenance des puits ; en effet, plusieurs familles étaient réticentes pour acheter l’eau et d’autres en achetaient le moins possible mais grâce à une action IEC, les habitants de NimJatt ont fini par appréhender l’utilité d’investir dans l’eau : une santé meilleure, un bien-être accru, des revenus plus importants et une nourriture plus abondante.

40Deux conséquences de ce projet nous ont surtout semblé très importantes : les filles qui passaient beaucoup de temps à la recherche de l’eau d’un puits à l’autre et dans une longue file d’attente, sont maintenant libérées en grande partie pour suivre normalement leur scolarité.

41L’autre conséquence : le projet dégage maintenant un surplus d’argent après les opérations de maintenance ; nous avons conseillé au comité avec lequel nous avons maintenu des contacts réguliers, de faire avec ces fonds du micro-crédit pour encourager des AGR au sein du village ; cela semble très bien marcher.

Conclusion

42L’expérience de la conduite de ce projet a mis en évidence plusieurs leçons pour nous :

  • l’importance des démarches participatives pour aider les communautés de base à se prendre en charge et à améliorer durablement leur niveau de vie à condition que le processus de participation soit bien mené et même s’il y a des risques que l’élite puisse faire main basse sur le processus de développement, les groupes vulnérables sont renforcés s’ils sont activement impliqués dans les exercices de diagnostique et de définition des priorités, dans la planification des actions et dans la mise en œuvre de ces plans. Ces démarches permettent aussi visiblement de promouvoir avec des moyens modestes, l’habilitation économique et sociale de la population rurale y compris les femmes, les jeunes et les groupes marginalisés. La gestion des projets d’accès à l’eau peut être l’occasion privilégiée et pertinente de l’application de ces démarches ;

  • l’accès à l’eau a une incidence directe et visible sur la lutte contre la pauvreté et l’amélioration du bien-être en général des populations ; en effet, la plupart des autres facteurs de progrès dépendent de cet accès ;

  • enfin, c’est la dernière leçon évoquée et non la moins importante, l’accès à l’eau est parfois handicapé par des obstacles que des mesures relativement simples et faciles peuvent aider à lever efficacement ; il en est ainsi de la maintenance efficiente des équipements des ouvrages d’approvisionnement en eau.

Références bibliographiques

DAP du Programme d’appui à la mise en œuvre du Programme National de Bonne Gouvernance : 2003 -2005, PNUD, Nouakchott, Mars 2003

Note relative au secteur de l’eau, Centre National des Ressources en Eau, Nouakchott, Avril 2005

Notice explicative de la carte des ressources en eau de la Mauritanie, Ministère de l’Hydraulique, Novembre 2002

Quel partenariat avec la Société Civile ? Communication présentée par Cheikhna Haidara à l’occasion du Forum National sur les Valeurs Démocratiques et la Citoyenneté.

Rapport sur l’Étude d’Appui à l’Intégration de l’Environnement au Développement, MAED, Nouakchott, Mai 2005

Rapport de synthèse du Projet de renforcement du dialogue pour la réalisation des OMD, PNUD, Nouakchott, septembre 2004

Acronymes

AGR Activités génératrices de revenu

BAD Banque africaine de développement

BM Banque mondiale

CDHLCPI Commissariat aux droits de l’homme, à la lutte contre la pauvreté et à l’insertion

CDMT Cadre de dépenses à moyen terme

CSLP Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté

DCL Direction des collectivités locales

DDS Direction du développement social (MAED)

DHD Développement humain durable

FAPONG Fonds d’appui à la professionnalisation des ONGs

IEC Information, éducation et communication

MIPT Ministère de l’intérieur, des postes et télécommunications

NTIC Nouvelles technologies de l’information et de la communication

OMD/MDG Objectifs du millénaire pour le développement

ONG Organisation non gouvernementale

ONS Office national de la statistique

OSC Organisations de la société civile

PANE Plan d’action national pour l’environnement

PIB Produit intérieur brut

PNBG Programme national de bonne gouvernance

PNUD Programme de nations unies pour le développement

PV / VIH Personnes vivant avec le VIH

VIH / SIDA Virus de l’immunodéficience humaine / Syndrome d’immunodéficience acquis

Auteur

Coordinateur de l’Apem-GPE (Association pour la protection de l’environnement et la gestion de projets d’eau en Mauritanie), Nouakchott – Mauritanie.
Email: haidara@mauritel.mr

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search