Version classiqueVersion mobile

Eaux, pauvreté et crises sociales

 | 
Habib Ayeb
, 
Thierry Ruf

Encarts spéciaux. Témoignages des ONG

L’eau et la société civile en Équateur

Ivan Cisneros

Texte intégral

1Nota Bene : le texte présenté ci-dessous reprend les principaux éléments de l’exposé donné lors du séminaire Coordinations hydrauliques et justice sociale de Montpellier (PCSI, 2004).

2Je travaille dans la réhabilitation des systèmes d'irrigation des communautés paysannes depuis 20 ans. En 1996, les organisations indiennes de l'Équateur nous ont demandé de préparer un nouveau cadre de loi en contre-proposition de la loi de privatisation proposée par la Banque mondiale à l'Équateur. Il y a deux ans, il y a eu une alliance politique entre le mouvement indigène et l'actuel président de la République de l'Équateur. La confédération des nations indigènes de l'Équateur discuta avec le Président pour avoir quatre postes ministériels importants : le ministère des Relations extérieures, le ministère de l'Agriculture, l'Institut de réforme agraire et le Conseil national des ressources hydriques. C'est à la demande des organisations indiennes que je suis devenu secrétaire général du Conseil national des ressources hydriques. Il y a eu une demande de proposition consensuelle entre toutes les organisations. À titre symbolique, c'était la première fois que les dirigeants des mouvements indiens pouvaient se réunir dans le Conseil national des ressources hydriques, équivalent à un « ministère de l'Eau ».

3Depuis 24 ans, l'Équateur expérimente des politiques d'ajustement structurel. La monnaie équatorienne, le Sucre, a été abandonnée il y a quelques années et le pays utilise désormais le dollar américain. Le poids de la dette extérieure représente 40 % du produit brut national. La population est à 60 % pauvre et 35 % des Équatoriens vivent sous la ligne de misère, le seuil de pauvreté. Avec la réforme de l'ajustement structurel, les structures de l'État se sont allégées, simplifiées. L’Institut national des ressources hydriques (Inerhi), créé en 1972 en tant que structure puissante ministérielle pour accompagner la nationalisation des ressources en eau, est devenu en 1995 une simple entité de conseil. Les réseaux d'irrigation étatiques ont été transférés aux usagers. Tout le personnel public a été licencié.

4Dans ce contexte, entre 1995 et aujourd’hui, diverses propositions de lois nouvelles sur l’eau ont été proposées par des experts, des groupes de pression et des courants syndicaux et politiques. Pour moi, l'eau est un bien du domaine public. L'accès à l'eau est un droit fondamental des peuples. Il faut une démocratisation et une durabilité de la gestion de l'eau. L’eau a une fonction sociale, et nous parlons aussi de gestion sociale. Les objectifs à travers la fonction sociale consistent à satisfaire les besoins vitaux de la population, garantir la sécurité alimentaire et renforcer les économies paysannes pauvres.

5Ce n'était pas possible de penser que l'eau pouvait être utilisée pour accroître la différence entre les pauvres et les riches en Équateur. Dans cet ordre d'idées, la consommation humaine et la sécurité alimentaire doivent être prioritaires, et ensuite, interviennent d’autres usages productifs, récréatifs ou environnementaux. C'est l'État qui doit donner la concession de l'usage de ces ressources.

6Le Conseil national des ressources hydriques a été réorienté dans l’idée de la participation des organisations indiennes et paysannes aux politiques de l'eau, y compris à la connaissance de l'état des ressources. L'irrigation paysanne a été élevée au rang de politique nationale, comme auparavant l’était la gestion technique des ressources hydriques. Jusqu’alors, le conseil d'administration du Conseil national des ressources hydriques était composé de cinq ministères et la présidence du Conseil revenait à l'entité de planification de la présidence de la République. La proposition nouvelle fut de remodeler complètement ce conseil d'administration avec des représentants des organisations indiennes et paysannes, un représentant des organisations d'irrigation, de l'eau potable, des entreprises et seulement trois représentants des ministères. Il fallait aussi incorporer la gestion communautaire et reconnaître l'administration de justice indienne pour la gestion de l'eau afin que soient réglés les litiges locaux de manière plus rapide.

7Pour rendre opérant cette refonte des institutions de régulation et une participation effective des organisations locales, régionales et nationales, nous avons proposé la création d’un institut d’irrigation paysanne afin d’améliorer les connaissances de ces organisations. Il faut que les organisations aient des connaissances et puissent les utiliser.

8C'est une question importante, étant donné l'ampleur de l'irrigation paysanne, le nombre de familles concernées, des centaines de milliers qui sont « derrière cette irrigation ». Il est clair que le transfert des périmètres irrigués étatiques, qui fut engagé à travers la politique demandée par la Banque mondiale, a été un échec complet. Plus qu'un échec, ce fut un vol ! En effet, les deux tiers des vingt millions de dollars, qui ont été empruntés par le pays à cette fin, ont été consommés par des consultances internationales.

9L'eau doit permettre de renforcer la sécurité alimentaire, et favoriser la mise sur le marché par les paysans de produits agricoles. Il fallait réhabiliter et adapter les systèmes d'irrigation paysans communautaires que l'État n'avait jamais vraiment considérés jusque-là, alors que ces systèmes constituent 80 % des surfaces irriguées de l’Équateur. Construire des nouveaux systèmes, avoir des ouvrages de régulation, organiser les associations, c'étaient des principes d'action. Comment les paysans peuvent donner leurs conceptions pour choisir les systèmes à réhabiliter, participer à la définition des critères techniques des réseaux, choisir aussi des techniques adaptées de reconstruction ? Le financement était prévu et tout devait se mettre en place.

10Malheureusement, il y a eu une rupture politique entre le président et les mouvements indigènes et en conséquence, le retrait des responsables ministériels. Nous déplorons donc que cette expérience ait été arrêtée au début même de son exécution.

11Comment construire la justice sociale et éviter l'injustice sociale ? Quelles sont les étapes à mener, avec qui mener cette démarche ? Comme vous l'avez vu dans l'exemple de l'Équateur, il me paraît nécessaire de mener cette démarche dans le cadre d'une lutte pour changer l'État. Si le mouvement indigène a pu se constituer et être capable de formuler une alternative politique et légale, l'injustice fait partie d'un monde économique. Il faut quand même essayer d'avancer et faire des propositions. L'approche des organisations internationales financières reste verticale, sans que l’objectif de réduire la pauvreté soit vraiment central. Nous revendiquons pour les sociétés du Sud la faculté de définir des politiques propres, qui viennent de leur dynamique revendicative, autour d'une autonomie forte.

Auteur

Économiste, ancien secrétaire général du Conseil national des ressources hydriques (CNRH), Équateur (Traduction Thierry Ruf)
Conseil national des ressources hydriques (CNRH), Cayambe – Équateur

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search