Version classiqueVersion mobile

Eaux, pauvreté et crises sociales

 | 
Habib Ayeb
, 
Thierry Ruf

Atelier 3. Crises autour de l’eau dans les plaines et les deltas

Quelle gouvernance des crises sociales liées à la gestion de l’eau ?

Annabelle Houdret

Texte intégral

  • * L’auteur remercie le projet Sirma Économies d’eau en systèmes irrigués du Maghreb et le Cirad pour (...)

1Note portant sur l’auteur*

Introduction : quels liens entre crise hydraulique et crise sociale ?

L’attribution de l’eau comme reflet des structures sociales

2Les modes de gestion de l’eau au niveau national ou local reflètent souvent les structures sociales établies. Ceci est particulièrement vrai pour les pays dont l’économie dépend largement de l’agriculture et qui, en même temps, sont localisés dans des zones arides ou semi-arides. La question de l’accès à l’eau devient ici un enjeu majeur de la production agricole, surtout pour les produits de haute rentabilité tels que ceux destinés à l’export. Les priorités dans l’attribution de l’eau d’irrigation reposent dans la plupart des cas sur des structures sociales établies depuis bien longtemps, quelquefois influencées par une période de colonisation. Ces priorités correspondent alors à d’autres structures sociales, politiques et quelquefois ethniques qui conduisent souvent à l’appui d’une élite relativement stable gouvernant les mécanismes de répartition à différents niveaux. La distribution en eau privilégie alors fréquemment ceux qui sont également prioritaires dans l’attribution de soutiens financiers, de terres arables ou dans l’accès au marché. Cet aspect explique l’instrumentalisation fréquente de la répartition de l’eau dans un système d’échange de dons et de faveurs.

3Dans les périodes de disponibilité abondante en eau, ces mécanismes de répartition ne posent souvent pas de problèmes majeurs puisque, même avec une attribution prioritaire pour certains agriculteurs, il reste toujours suffisamment d’eau pour satisfaire la demande des autres et leur assurer un revenu, quoique souvent modeste. Les désaccords ou les conflits autour de l’eau portent alors plutôt sur la question du moment ou de la durée de l’irrigation.

4Dans les périodes de sécheresse cependant, la répartition de l’eau devient une question plus stratégique. C’est dans ces moments que l’importance des structures sociales et politiques jouant sur l’attribution en eau devient visible et que les enjeux au-delà de l’accès à la ressource apparaissent. Des priorités économiques, politiques, sociales, géographiques ou ethniques jouent alors un rôle majeur d’une part dans l’accès à l’eau d’irrigation et, d’autre part, dans les capacités diverses d’adaptation des agriculteurs aux conséquences de la pénurie. La marginalisation sociale ou politique et l’inégale répartition des différentes ressources qu’elle implique sont structurelles. Elle peut concerner le manque d’intégration dans les processus politiques, une inégalité dans l’accès à l’éducation, aux soins médicaux ou encore à l’emploi. Lorsqu’une pénurie d’eau se manifeste, elle accentue souvent de tels processus de marginalisation qui peuvent alors devenir des enjeux de mobilisation collective. La mobilisation peut porter sur une amélioration de la situation à travers des initiatives collectives, telles que le creusement de forages, la création de systèmes d’assurance ou l’investissement commun pour le développement de sources de revenus non agricoles. Mais une telle mobilisation collective peut également s’inscrire dans une dynamique revendicative mettant en cause les différents processus de marginalisation et ainsi provoquer des conflits plus ou moins violents. C’est ce que nous définissons dans le cadre présent par une crise sociale. La crise hydraulique telle que nous la concevons, est nourrie d’une part par la pénurie d’eau croissante dans notre région de recherche, le Maroc. D’autre part, et surtout concernant sa dimension sociale et politique, elle est également le résultat de choix humains concernant l’aménagement et les mécanismes de répartition de la ressource.

5À partir des liens introduits ci-dessus entre l’attribution en eau et les structures sociales, nous formulons l’hypothèse qu’une pénurie d’eau peut provoquer des crises sociales. Comme nous le verrons par la suite, la « pénurie d’eau » est une expression relativement générale pouvant désigner autant des phénomènes naturels que le résultat d’activités humaines, intentionnées ou non intentionnées. L’ampleur de ces crises sociales et leur potentiel d’innovation structurelle pour les résoudre dépendent alors des capacités d’adaptation des gouvernements d’une part et des agriculteurs concernés d’autre part.

6Nous définissons une adaptation réussie à ces défis à l’ordre social par une « transformation des conflits ». Dans la recherche sur la paix et les conflits, ce terme désigne un processus à long terme qui permet de dépasser les causes structurelles de polarisation et d’opposition entre plusieurs acteurs, que cela concerne des organisations, des mobilisations collectives ou encore une opposition entre un État et certains groupes de la population (Lederach, 1995 ; Reychler et Paffenholz, 2000 ; Bächler, 2004). Cette approche est basée sur l’hypothèse qu’une négociation entre des groupes opposés qui se limite au sujet de la dispute sans prendre en compte les conditions générales déterminant la position, les intérêts et le pouvoir des partis concernés, ne pourra être durable. L’application de cette perspective à l’analyse des enjeux conflictuels quant à la gestion des ressources naturelles s’est avérée efficace dans plusieurs pays, car elle réussit à englober simultanément une étude des rapports de force autour des règles de gestion des ressources et la prise en compte des conditions sociales et politiques plus générales, indirectement liées aux ressources (Bächler, 2001 ; Bächler, 2002).

L’adaptation à la pénurie au-delà des enjeux techniques

7Afin d’élucider les rapports entre les processus d’adaptation à la pénurie d’eau et les crises sociales, nous nous basons sur l’approche de Turton et Ohlsson (Turton, 1999 ; Ohlsson, 2000). Ces auteurs distinguent trois phases dans la gestion de l’eau. La première est caractérisée par une abondance de la ressource et l’absence de restrictions dans son usage. Dans la deuxième phase, les gouvernements se trouvant face à une demande plus importante que l’offre, optent généralement pour une augmentation de celle-ci à travers des investissements importants dans les techniques de mobilisation et de rétention, notamment les barrages. L’ampleur de la croissance de la demande aboutit cependant souvent à une offre structurellement insuffisante. La réduction de la demande devient le seul moyen de rééquilibrer l’offre et la demande dans cette troisième phase, mesure souvent difficile politiquement à mettre en œuvre. Les différentes capacités d’adaptation jouent alors un rôle clé dans la recherche d’un nouvel équilibre.

  • 1 Homer-Dixon identifie quatre restrictions de cette « ingenuity » : la défaillance des marchés, les (...)

8Vu les enjeux liés à l’attribution de l’eau, l’adaptation à la pénurie touche des domaines politiques et sociaux très divers qui sont alors soumis à des changements parfois importants. Ohlsson formule ainsi la nécessité de modifications structurelles entraînée par la pénurie d’eau : « … water scarcity is transformed from an absolute constraint into a strong driving force for societal and economic structural change » (Ohlsson, 2000). Mais de quelle nature sont ou peuvent être ces changements structurels, et dans quelle mesure peuvent-ils remettre en cause les priorités politiques et sociales mentionnées ci-dessus ? Plusieurs chercheurs thématisent les capacités d’adaptation à la pénurie (Ohlsson, 1999), sans pour autant en développer les aspects quant à l’évitement des crises sociales. Homer-Dixon, expert des conflits provoqués par des changements environnementaux, parle de « ingenuity gap »1 (Homer-Dixon et Barbier, 1996) et Abrams définit le seuil de l’adaptation possible comme un « capacity threshold » (Abrams, 2003). Turton, expert de la gestion des pénuries d’eau, met l’accent sur la légitimité d’un gouvernement pour la mise en place de restrictions dans la consommation d’eau et d’autres mesures d’adaptation (Turton, 1999). L’accord sur l’importance de ces différentes capacités est implicite, mais le concept est généralement peu différencié et rarement mis en rapport avec le risque de conflits sociaux. D’autre part, la notion de changements structurels innovateurs évoquée dans la citation de Ohlsson n’est que rarement développée dans des études de cas. Nous y reviendrons plus bas, dans l’analyse des défis actuels observés au Maroc.

9En adoptant une perspective large sur les enjeux liés à la répartititon de l’eau d’irrigation au Maroc, nous développons ci-dessous les liens entre la crise hydraulique et la crise sociale, réelle ou potentielle. Une brève introduction sur la valeur stratégique de l’eau au niveau national permettra de mieux comprendre les enjeux liés à la ressource au niveau local. Des mécanismes de marginalisation politique, sociale et économique sont analysés à travers leurs fondements historiques. Des exemples de stratégies d’adaptation aux conséquences de la pénurie sont alors étudiés afin d’élucider comment la crise sociale – d’une certaine façon à la fois origine et résultat de la crise hydraulique – est vécue au niveau local. Les résultats de recherches effectuées dans deux périmètres irrigués du Maroc, dans le Gharb (nord-ouest du pays) et dans le Souss (sud-ouest), appuieront ces analyses et permettront également d’aborder les conflits qui en résultent.

Pauvreté hydraulique et marginalisation sociale au Maroc : les enjeux politiques

Le rôle stratégique de l’agriculture irriguée au Maroc

10Afin de comprendre l’impact de la crise hydraulique sur les structures sociales du Maroc, nous évoquerons brièvement le rôle de l’agriculture dans l’économie du pays ainsi que ses liens avec des processus de marginalisation.

  • 2 44,4 % en 2002 pour l’agriculture, la forêt et la pêche (DRS, 2002).

11L’économie marocaine dépend à un degré important de la production agricole, qui contribue en moyenne entre 14 et 16 % au produit intérieur brut (PIB) (Bzioui, 2004) et crée des emplois pour environ 40 % de la population2 et même 81 % dans les zones rurales (DRS, 2002). La plupart des régions agricoles se trouvant dans des zones arides ou semi-arides, l’agriculture est cependant soumise aux aléas climatiques qui se répercutent directement sur la performance économique du pays. La rentabilité du secteur agricole en termes de pourcentage du PIB peut ainsi varier de 11 % en année de sécheresse (2000) à 21 % en année de climat favorable (Akesbi, 2005). Durant une année particulièrement affectée par la sécheresse (1994-1995), 60 % des emplois dans le milieu rural ont été perdus. L’exode rural est une des conséquences du phénomène. L’importation des produits alimentaires, déjà en forte augmentation par rapport aux taux de couverture des besoins dans les années 1980, pèse alors plus lourd sur le budget étatique. Aujourd’hui, le Maroc importe, selon la situation climatique, entre 40 et 60 % des céréales consommées, alors qu’en 1985 la production nationale couvrait 85 % de ses besoins (Akesbi, 2005). Simultanément, la somme des importations de nourriture a augmenté de 486 millions US$ en 1984 à 1 411 millions US$ aujourd’hui (2004) (Worldbank, 2005).

12Cependant, cette évolution n’est pas uniquement liée à la croissance de la demande et aux difficultés climatiques mais résulte également de nouvelles priorités politiques. Dans les années suivant l’indépendance du pays, années surtout de politiques publiques hautement symboliques, la priorité était donnée à l’autosuffisance alimentaire. Les stratégies contemporaines ne visent plus à développer à tout prix la production de céréales et de sucres mais surtout à améliorer les conditions de production des produits à haute valeur ajoutée, qui peuvent contribuer à financer les importations d’autres produits. En 2000, les recettes d’exportation d’agrumes et de primeurs représentaient ainsi 67 % de la valeur des importations de blé (Belghiti, 2005).

13Vu l’ampleur des aléas climatiques, le rôle clé de l’irrigation pour l’économie à tous les niveaux est évident. Elle améliore d’une part la stabilité du produit intérieur brut, car l’agriculture, et surtout l’agriculture irriguée, constituent une part importante du PIB (contribution du PIB agricole : entre 7 et 10 % du PIB général, (Bzioui, 2004). D’autre part, dans les secteurs où l’irrigation fonctionne bien, les revenus auparavant soumis aux aléas climatiques se sont relativement stabilisés. Plusieurs transformations en cours concernant les marchés agricoles et le rôle de l’État dans ce secteur pourront cependant influencer cette donne.

14Les produits à haute valeur ajoutée sont pour la plupart cultivés dans les grands périmètres irrigués, qui ne représentent que 10 % du total de la surface agricole utilisable (SAU) mais contribuent à 45 % de la valeur ajoutée de la totalité des produits agricoles. Il s’agit notamment de produits destinés à l’export, tels que les agrumes ou le maraîchage. En dehors de ces périmètres, des exploitations aménagées par le secteur privé (estimées à 400 000 ha selon Belghiti, 2005) et pour la plupart alimentées par des ressources souterraines, se concentrent également sur les cultures d’exportation.

15Le Maroc se trouve aujourd’hui face à la croissance de la demande en eau pour les besoins de l’extension de l’agriculture irriguée, mais également pour l’alimentation des zones urbaines et l’industrie. Dans certaines zones du sud du pays, le développement du secteur touristique et notamment des terrains de golf accentuent davantage la concurrence autour de la ressource. En même temps, la réduction des ressources mobilisées à travers les barrages ainsi que la fréquence et l’intensité des périodes de sécheresse réduisent sérieusement la disponibilité de la ressource. Le seuil de « déficit hydrique » défini par la FAO à 1 000 m_/habitant/an ayant déjà été atteint, le Maroc devra faire face à une pénurie très sérieuse d’ici 2020 avec moins de 500 m_ d’eau disponible par habitant et par an (EU, 2003). Par ailleurs, ce niveau sera par endroits encore plus bas car ces chiffres ne reflètent pas les disparités régionales qui sont généralement importantes dans ce pays.

16Vu l’importance du secteur agricole développée ci-dessus, les mesures d’adaptation à ces évolutions nécessiteront des transformations considérables qui remettront probablement en cause beaucoup de structures établies. La partie suivante évoquera les liens entre l’attribution en eau et les mécanismes de pouvoir politique et esquissera ainsi les enjeux des crises sociales potentielles et existantes.

Les origines historiques de la marginalisation dans le secteur agricole et tendances actuelles au niveau national

17Après cet aperçu de la place de l’agriculture dans l’économie marocaine, revenons à la question des processus de marginalisation qui expliquent le lien entre la crise hydraulique et la crise sociale. Les accès à la terre et à l’eau sont un facteur déterminant des conditions de vie dans le milieu rural. L’équipement et la répartition de ces biens sont très hétéroclites à travers le royaume et s’avèrent alors être un bon indicateur des inégalités spatiales et sociales (Allain-el Mansouri, 2001).

18Comment la production agricole est-elle liée à la marginalisation sociale ? Nous tenterons d’expliquer ces liens à travers deux priorités clés de la politique agricole et hydraulique au Maroc : le choix pour le développement des grands périmètres irrigués d’une part et l’appui de la maison royale aux élites locales d’autre part. Il s’agit ici de tracer le cadre d’analyse des changements en cours au niveau national ainsi que de rappeler leurs origines historiques, avant de procéder à une analyse davantage axée sur les capacités d’adaptation à ces changements au niveau local.

Le développement des grands périmètres irrigués

19Les grands périmètres irrigués du Maroc datent pour la plupart de l’époque du protectorat et ont été élargis dans le cadre de la politique du « 1 million d’hectares irrigués » sous feu le roi Hassan II. Déjà à l’époque du protectorat, les terrains les mieux irrigués et les terres les plus arables au sein de ces surfaces aménagées étaient attribués aux Français d’une part, et aux notables ruraux coopérant avec le protectorat d’autre part. Les régions rurales au sein et autour des périmètres irrigués ont bénéficié d’investissements importants qui y ont élevé le niveau général de vie et ont permis la création d’infrastructures de communication, éducatives et sanitaires.

20Le développement des périmètres irrigués constitue cependant une certaine césure dans l’histoire marocaine, puisqu’il met en évidence la division du pays en un « Maroc utile » (Pérennès, 1993) et le reste du pays et accentue les disparités spatiales et sociales à l’intérieur du pays (Akesbi, 1996). Jusqu’à aujourd’hui, des différences importantes concernant le niveau de développement perdurent entre ces régions privilégiées et d’autres zones rurales. Le niveau d’alphabétisation y est beaucoup moins élevé, les soins de santé nettement moins développés et le travail des mineurs plus répandu. D’une certaine manière, ces chiffres indiquent une dissociation du développement agricole, conçu a priori surtout comme un développement technique et économique, du développement rural en termes d’augmentation des revenus et d’amélioration des conditions de vie.

21Une comparaison des revenus donne une idée de ces écarts, puisque les revenus agricoles engendrés par l’irrigation sont 4 à 8 fois supérieurs à ceux obtenus en zones bour (Belghiti, 2005), sachant que les emplois en dehors du secteur agricole sont limités en zone rurale. Cet écart s’ajoute à l’élargissement des disparités sociales existantes entre le milieu rural et urbain (Mahdi, 1996) d’une part, et entre les hommes et les femmes d’autre part. Ces dernières subissent une double discrimination, celle de la zone rurale et du genre, ce qui les rend plus vulnérables à la pauvreté et restreint nettement leurs capacités d’adaptation aux changements en cours. Alors que la moyenne des chefs de ménage illettrés est de 5,5 % au niveau national, ce chiffre monte à 82 % pour les femmes et même 96 % pour celles chefs de ménage en milieu rural (DRS, 2002).

22Depuis les années 1970, l’encadrement et la subvention par l’État de la production, de l’irrigation et de la commercialisation des produits agricoles dans les grands périmètres irrigués ont été très sélectifs, afin d’encourager la production de certaines cultures « stratégiques » pour le marché national et celui de l’export. Pendant longtemps, elle n’impliquait quasiment pas les producteurs (Akesbi, 1996) qui ne disposaient alors que de peu de marge de manœuvre pour modifier leur production.

  • 3 Les charges de production hors frais d’irrigation en zone irriguée sont en moyenne de 3 à 8 fois s (...)

23La politique agricole actuelle du gouvernement marocain se focalise notamment sur la « mise à niveau », qui consiste surtout à favoriser le développement de certaines filières privilégiées (oléiculture, agrumiculture…) sur un marché de concurrence accrue lié à la libéralisation de échanges (Akesbi, 2005). La priorité est donnée aux cultures d’exportation, secteur dont la valeur a évolué de 486 millions US$ en 1984 à 1 801 millions US $ en 2004 (Worldbank, 2005). La marginalisation conséquente d’autres filières moins rentables mais souvent la base d’une agriculture de subsistance, apparaît alors quasiment inévitable – d’autant plus que les restrictions de budget des politiques publiques risquent de remettre en cause les larges subventions de ces secteurs. Aujourd’hui, ces restrictions budgétaires accentuent déjà l’écart entre les zones aménagées en grande hydraulique et les autres régions rurales. En 2003, 52 % du budget d’investissement du ministère de l’Agriculture ont ainsi été investis dans la grande hydraulique qui, rappelons-le, représente 10 % du total de la SAU3 (Akesbi, 2005). En comparaison, la petite et moyenne hydraulique et l’agriculture pluviale ont reçu respectivement 9 et 8 % du budget (cf. fig. 1).

24Les agriculteurs au sein des grands périmètres irrigués se trouvent alors dans une situation relativement favorisée, même si cette distinction est aujourd’hui remise en cause par la possibilité d’approvisionnement des terres en eau par l’utilisation privée de ressources souterraines. Ces forages permettent en effet une certaine indépendance visà-vis de l’irrigation « officielle », mais peuvent également produire de nouvelles disparités comme nous le verrons plus bas.

Figure 1. Structure du budget d’investissement du département de l’Agriculture, 2003

Figure 1. Structure du budget d’investissement du département de l’Agriculture, 2003

Graphique : Akesbi/ CIHEAM 2005
RH : ressources humaines et logistiques - PMH : petites et moyennes hydrauliques

Le rôle des élites rurales

  • 4 Ce mécanisme est particulièrement visible dans les moments de crise de cette légitimité, telle que (...)

25Pour le gouvernement marocain et la maison royale de l’après-indépendance, des aménagements hydrauliques, l’attribution des terres et des eaux au sein des périmètres irrigués ne représentaient pas uniquement des mesures de politique agricole ou rurale. Ces mesures étaient aussi et surtout un moyen de contrôler les zones rurales (El Jihad, 2001). À travers une alliance avec le parti de l’indépendance Istiqlal et profitant des antennes du parti dans les régions reculées, la maison royale restaura sa légitimité auprès des ruraux et notamment auprès d’une élite favorisée qui fut récompensée par l’attribution de terres et l’accès à l’irrigation moderne (Hammoudi, 1997). Cependant, une partie de l’Istiqlal n’était pas à priori pour une subordination à la monarchie et ne put être intégré que peu à peu dans ce système de gouvernance. Une alliance se forgea entre des notables ruraux de l’époque du protectorat et les nouveaux grands propriétaires, qui devint alors la base d’appui rurale de la légitimité royale (Leveau, 1985). Les nationalisations des terres au lendemain de l’indépendance, l’élargissement des zones irriguées mais aussi l’échec de la réforme agraire ont représenté des occasions majeures pour maintenir et renforcer ces (dés) équilibres de pouvoir4.

26Jusqu’à ce jour, les élites rurales se trouvent alors dans une situation permanente d’échange et de clientélisme avec les structures de la maison royale, du gouvernement et parfois de l’administration : elles obtiennent des services, du prestige et des gains matériels en échange de leur appui au Makhzen (Layachi, 1998). Ce constat signifie en retour que ce soutien est sérieusement remis en question si l’État ne parvient plus à assurer ces différents services particuliers. Dans le contexte des restrictions budgétaires croissantes se pose alors la question de la pérennité de ce système et celle de l’acceptation sociale de son maintien face au creusement des inégalités sociales. Ces dernières ont été fortement accentuées par les plans « d’ajustement structurel » (PAS) adoptés au Maroc dans les années 1980 et 1990 et ont contribué à réduire davantage les moyens de subsistance déjà faibles d’une partie de la population, surtout rurale (Desrues et Moyano, 2001).

27Résumant nos observations sur les fondements historiques des processus de marginalisation dans le secteur agricole, nous observons d’une part une disparité importante entre les zones rurales aménagées en grande hydraulique et le reste du pays, qui concerne l’infrastructure agricole mais également celle plus générale du développement. D’autre part, nous constatons un rôle stratégique des enjeux liés à l’agriculture qui va au-delà de la valeur économique de la production et qui touche aux mécanismes de légitimation des structures sociales et des modes de gouvernance. Plusieurs transformations actuelles, dont bien sûr la pénurie d’eau croissante, mais également la libéralisation successive des marchés, la modification des relations entre l’État et les agriculteurs et le rôle croissant du secteur privé dans la production et la commercialisation, contribuent à remettre en cause les fondements de ces mécanismes de gouvernance. Les agendas des politiques agricoles ou hydrauliques influant ces évolutions méritent une attention particulière, car, comme l’a constaté Destrenau pour les politiques de réduction de la pauvreté au Maroc : « It should be added that the conflict also concerns the political content of this agenda, technocratic measures often being proposed as part of the scientific and modern welfare machinery, in an attempt to disconnect it from acknowledged political interplay » (Destreneau, 2005).

28Dans la partie suivante, il s’agira d’analyser les ressources humaines, financières et physiques déterminant les capacités d’adaptation des agriculteurs. Une attention particulière sera apportée à la question du changement des rapports de force que ces transformations induisent afin de comprendre les dynamiques de mobilisation collectives ou individuelles qui en résultent.

Crise sociale ou adaptation réussie ? Les ressources des agriculteurs vis-à-vis des défis actuels

29Après avoir revu les enjeux politiques et économiques majeurs de la pénurie d’eau au niveau national, cette dernière partie de notre analyse portera sur les capacités locales d’adaptation à ce phénomène. L’hypothèse est que la marginalisation structurelle (dans les processus politiques et économiques comme dans l’attribution des terres et dans celles des eaux) esquissée ci-dessus se poursuit au niveau local à travers des mécanismes similaires produisant une inégalité dans les capacités d’adaptation. Néanmoins, les agriculteurs parviennent, par des stratégies individuelles et collectives, à en atténuer les effets et, quelquefois, les transformations imposées leur donnent même une autonomie plus importante et accroissent ainsi leur capacité d’action indépendamment des structures étatiques.

L’inégale répartition des capacités d’adaptation

30Les transformations décrites dans la partie précédente (pénurie d’eau, retrait de l’État de l’accompagnement de la production agricole, nouvelles priorités politiques et économiques, implication croissante du secteur privé) ne se traduisent pas uniquement par des difficultés et des restrictions dans le secteur agricole, mais sont également source d’innovations et de stratégies alternatives des exploitants. On observe ainsi à l’échelle locale une diversité de stratégies d’adaptation et d’anticipation des agriculteurs, qui remet en cause l’hypothèse souvent formulée d’inertie. Il s’agit d’une part d’inégalités causées par ces évolutions, d’autre part d’une inégalité des moyens, techniques, financiers ou sociaux, pour y faire face. Cette inégalité est particulièrement visible pour deux facteurs essentiels de la production agricole : l’accès à l’eau et l’accès à la terre. Dans l’analyse des exemples observés dans le Gharb et le Souss, nous nous concentrerons sur notre espace géographique de la recherche en cours, à savoir les inégalités observées à l’intérieur des périmètres irrigués sans évoquer les écarts importants qui existent entre ces derniers et des terres cultivées en dehors.

  • 5 Qui est d’ailleurs interdite depuis quelques années dans une grande partie du périmètre.

31L’accès à l’eau dans les périmètres irrigués dépend d’une part des Offices régionaux de mise en valeur agricole (ORMVA) et, d’autre part, de manière de plus en plus importante, des moyens d’exploitation des ressources souterraines. Même si les périmètres irrigués sont généralement mieux alimentés en eau que les exploitations en dehors de ces structures, la pénurie d’eau s’y fait également sentir. Elle a cependant des origines très diverses. Dans le Souss, si la pénurie est liée à la faiblesse des précipitations, elle est également provoquée par l’accroissement des besoins dû à l’extension des surfaces irriguées5 et à la surexploitation de la ressource.

32Dans le Gharb, la question de la pénurie a une signification différente, puisque le système est plutôt bien alimenté par les fleuves et qu’à l’échelle du périmètre les ressources souterraines ne jouent qu’un rôle marginal dans l’alimentation, même si ce phénomène peut être important dans quelques secteurs. Néanmoins, quelques zones telles que le secteur du Beht souffrent de problèmes d’alimentation en eau. Ceux-ci sont dus d’une part à la déviation des ressources pour les besoins urbains, d’autre part à la dégradation de la qualité de l’eau suite à la pollution des industries sucrières, et enfin à des désaccords entre les agriculteurs et l’ORMVA sur l’utilisation du système.

  • 6 L’État décidait auparavant sur la plus grande partie de la production dans les grands périmètres i (...)
  • 7 Une raison peut être l’impossibilité d’installer un système d’irrigation localisé sur des terres r (...)

33À l’intérieur des zones d’action des ORMVA, l’accès à l’eau était jusqu’à encore récemment surtout déterminé par les cultures (préférence des « cultures stratégiques »), par les moyens financiers des exploitants, par l’emplacement dans le réseau et par la répartition interne entre les usagers. Cependant, on observe aujourd’hui une remise en cause de ces relations de dépendance, liée d’une part à la libéralisation des assolements6, d’autre part aux déficits de l’alimentation par le réseau et, surtout, au développement de ressources alternatives. En effet, l’exploitation des ressources souterraines s’est développée de manière importante à travers quasiment tout le pays. Elle permet une certaine indépendance vis-à-vis de l’approvisionnement par l’ORMVA, mais provoque également des dommages écologiques et de nouvelles inégalités. Dans le Souss par exemple, on s’aperçoit ainsi que certains terrains « secs » ont été abandonnés par leurs propriétaires. D’autres agriculteurs dans les mêmes environs en revanche ont les moyens financiers d’investir dans les techniques d’économie d’eau et d’exploitation des ressources souterraines et peuvent alors continuer à exploiter leurs terres et même y cultiver des produits très consommateurs en eau. Des subventions étatiques pour l’installation de l’irrigation localisée et pour le creusement de forages existent, mais ces mesures ne semblent, pour plusieurs raisons, ne pas suffire à réduire les inégalités7.

34En effet, les moyens des agriculteurs pour s’adapter aux conséquences directes et indirectes de la pénurie d’eau varient selon la situation spécifique de l’exploitation et selon le cadre économique et politique régional dans lequel elle s’insère. À la répartition inégale des moyens financiers d’adaptation s’ajoute une diversité des types d’exploitation (structure foncière, cultures pratiquées, accès à l’eau) et de groupes sociaux (réseaux familiaux plus ou moins influents, producteurs industriels, privés, étrangers…). Cette diversité des situations explique en partie pourquoi les effets de la pénurie se répercutent différemment selon les cas observés.

35Quelquefois, les mesures prises en réaction à la pénurie peuvent provoquer des tensions. Ceci est le cas, par exemple, pour l’inégalité d’alimentation en eau entre zones aménagées et non aménagées au sein et au-delà de la zone d’action de l’ORMVA. Les vols d’eau sur le réseau, particulièrement fréquents en période de sécheresse, peuvent alors provoquer des tensions, voire des conflits qui nécessitent parfois même l’intervention de la police.

36L’accès à la terre - La distribution des terres et les statuts fonciers ont surtout été façonnés par les politiques de répartition et l’acquisition avant, pendant et immédiatement après l’indépendance du Maroc. Les projets de réforme agraire puis de réforme agricole n’ont pas fondamentalement modifié ces répartitions (Akesbi, 1996). La taille très modeste de la majorité des terrains est un autre facteur témoignant des inégalités structurelles : 70 % des exploitations ont moins de 5 ha, 87 % moins de 10 ha (Jouve, 2002). Cette petite taille des exploitations, aggravée par leur morcellement suite aux héritages successifs, rend la production très vulnérable aux aléas climatiques comme aux changements politiques. Elle ne permet pas en général l’accumulation d’un capital important qui pourrait atténuer les effets d’une sécheresse ou rendre possible un investissement majeur. La taille des exploitations d’une part et les faibles revenus financiers qui y sont générés d’autre part ne facilitent pas la mise en place de techniques d’irrigation localisée. Concernant la répartition du foncier cependant, on observe aujourd’hui des changements importants avec une emprise grandissante du secteur privé (marocain ou étranger) sur les terres. D’une part, surtout dans le sud du pays où les conséquences de la pénurie d’eau sont importantes, le nombre de terres abandonnées croît rapidement. Pour une part, ces terres sont définitivement abandonnées, dans le cas de la pénétration des nappes salines, suite à une surexploitation des ressources souterraines par exemple. D’autres terrains sont rachetés par le privé disposant de davantage de moyens pour investir dans des techniques coûteuses de mobilisation de l’eau et d’irrigation.

37Un autre facteur altérant les structures foncières est la mise en location des terres étatiques. Même si le titre de propriété reste détenu par l’État, les concessions d’exploitation des terres, et surtout des ressources en eau souterraines, sont délivrées pour une longue période (17 ou 40 ans). 44 000 hectares sont ainsi actuellement attribués, 86 % des 174 projets choisis concernent des nationaux (Ghannam, 2005).

38L’enjeu de l’eau potable -Un autre aspect de la crise hydraulique, relativement peu abordé, concerne l’eau potable. La pénurie de la ressource et les coûts de l’élargissement et du maintien de l’infrastructure induisent ici également des processus de transformation importants. D’une part, la disparité évoquée ci-dessus entre les zones urbaines et rurales se poursuit dans ce secteur. Les agglomérations rurales paient l’eau plus cher que les citadins alors que leurs revenus sont bien plus faibles et aléatoires (Bennacer, 2003). Les effets de la pénurie se traduisent par ailleurs par une concurrence accrue entre l’alimentation des zones urbaines et du secteur agricole, par exemple dans les régions de Marrakech et d’Agadir. Cependant, des mutations importantes dans les stratégies de certains ORMVAs se dessinent. Alors que leur mission était jusqu’à présent d’assurer la répartition de l’eau entre les usagers agricoles au sein de leur zone d’action, les ORMVAs se trouvent aujourd’hui de plus en plus souvent confrontés à des décisions d’arbitrage entre ces usagers et d’autres groupes d’intérêt ou simplement forcés d’exécuter les décisions d’autres instances politiques. La vente de quantités importantes d’eau par l’ORMVA au secteur touristique (alimentation des hôtels et arrosage des espaces verts et des terrains de golf) à un prix double de celui facturé aux agriculteurs illustre ce basculement.

39Par ailleurs, la répartition arbitraire de l’eau potable peut également provoquer des conflits, tels que les protestations observées dans certaines régions en été 2005. Des gouverneurs avaient alors été accusés de répartir l’eau potable envoyée en aide pendant une sécheresse prolongée aux habitants de certaines zones rurales, de manière arbitraire (Bentak, 2005).

40On peut généralement distinguer les ressources suivantes déterminant les capacités et les stratégies d’adaptation des agriculteurs face aux problèmes d’alimentation en eau d’irrigation et potable :

41Le capital financier permet de creuser des puits ou des forages et ainsi de rendre les agriculteurs plus indépendants de l’irrigation étatique ; et peut également servir à « payer » l’aiguadier pour profiter d’un service plus avantageux. Il dépend d’une part des revenus par et en dehors de l’agriculture, d’autre part de l’accès aux crédits et de l’immigration de membres de la famille. Dans le Gharb et dans le Souss nous avons constaté que des ressources financières même faibles en dehors de la récolte annuelle servent souvent à diversifier la production et à varier les sources de revenus par un investissement en dehors de l’agriculture, par exemple dans un petit commerce. Dans les cas observés dans le Gharb, ces initiatives reposaient largement sur des individus ou leur vaste réseau familial. Dans le Souss, comme cela a souvent été observé pour d’autres domaines de développement, de telles initiatives sont souvent prises par des associations locales et généralement au-delà des liens familiaux (Roque, 2005).

42Le capital social constitue un facteur clé des capacités d’adaptation, puisqu’il permet une obtention plus facile des permis de forage mais facilite également les démarches nécessaires lors de la commercialisation et de l’accès au marché. Ces ressources sociales concernent donc autant la qualité des relations avec le secteur étatique (sucreries, administration, agences de crédit agricole…) qu’avec le secteur privé (commercialisation) ou avec d’autres agriculteurs (profit mutuel d’un engagement collectif pour une meilleure irrigation ou commercialisation, constitution de lobbies…). Elles permettent d’atténuer la pauvreté et d’accroître les perspectives générales de développement (Charvin et Hammoudi, 2003), que cela concerne l’agriculture ou encore l’éducation ou des projets de mobilisation d’eau potable.

43Le capital humain est ici défini comme le niveau d’éducation et de formation professionnelle. Dans les processus d’adaptation à la pénurie, ce capital peut surtout aider à échapper aux conséquences financières de la pénurie d’eau. Un membre de famille travaillant en dehors du secteur agricole peut atténuer les pertes de la production. Des agriculteurs qui ne peuvent plus cultiver leurs terres à cause de la sécheresse ou de la salinisation, mais qui ont bénéficié d’une éducation scolaire de base sont souvent aptes à assurer leurs revenus par d’autres moyens. Cette stratégie de diversification des revenus a toujours joué un rôle dans le monde agricole (Chiche, 2003), mais devient d’autant plus importante à l’égard de ces nouveaux défis.

44Après une certaine phase d’euphorie sur l’apport des associations locales au développement rural, il semble aujourd’hui prévaloir pour le secteur de l’eau une condamnation quasi unanime des associations d’usagers d’eau agricole (AUEA) considérées comme non fonctionnelles. Dans la réaction aux conséquences directes et indirectes de la pénurie d’eau, que cela concerne l’irrigation ou l’eau potable, nous avons pu cependant observer que des nombreuses stratégies collectives sont déployées par les agriculteurs. Elles sont très diverses et peuvent s’appuyer sur des réseaux formalisés et établis, comme dans le cas des associations de développement préexistantes qui se mobilisent autour de nouveaux enjeux. Elles peuvent également, de manière informelle, s’appuyer sur d’anciens réseaux de famille élargie, de tribu ou de voisinage, ou encore se constituer autour d’un objet précis pour un certain temps (réparation du réseau commun d’irrigation par exemple), puis se dissoudre. Nous constatons surtout que les réseaux formels et informels qui interviennent dans les processus d’adaptation au changement des conditions de production sont multiples et concernent des domaines très divers de la vie rurale. Ces réseaux peuvent par exemple se regrouper autour des enjeux de développement rural, d’éducation ou d’alimentation en eau potable, puis se consacrer aux problèmes de l’irrigation ou de la commercialisation. Ces activités renforcent souvent les capacités d’adaptation des populations à la pénurie d’eau et aux autres transformations en cours. Elles impliquent aussi fortement les femmes, notamment dans le secteur de l’eau potable où ce sont souvent elles qui prennent l’initiative d’une amélioration de l’alimentation.

45Dans l’analyse du secteur agricole marocain, nous constatons une forte influence des conditions de production par les structures sociales, économiques et politiques établies. Ces structures, souvent ancrées dans l’histoire des rapports de force, déterminent aussi dans une certaine mesure les capacités des acteurs à s’adapter à l’actuelle crise hydraulique. Plusieurs processus de transformation contenant un potentiel innovateur se distinguent. Mais la portée de ces évolutions ne semble pas encore claire et dépendra certainement aussi de la capacité du système politique et social à s’ouvrir à ces revendications. L’expression et la participation paysanne, peuvent-elles être renforcées par un rôle différent des organisations paysannes, comme le suggèrent certains (Elloumi, 1996) ? Est-ce que le retrait relatif de l’État ne se limite pas fréquemment à une délégation de la prise en charge de l’entretien des systèmes d’irrigation, sans créer de nouvelles opportunités d’autonomie des agriculteurs sur leur production ?

46Parmi d’autres facteurs de transformation, la crise hydraulique joue un rôle important à la fois dans l’aggravation des écarts existants et dans l’émergence de nouveaux espaces permettant la redéfinition progressive des rapports de forces entre les agriculteurs, l’État et le secteur privé. Un renforcement des inégalités et de la marginalisation de certains groupes de population risque d’entraîner des crises sociales au-delà des phénomènes d’exode rural et de tensions entre usagers d’eau observés actuellement. Notre hypothèse, qui s’appuie sur nos observations sur le terrain, est que l’évolution de cette crise sociale dépendra avant tout d’un facteur clé : l’objectif fixé à la mobilisation collective. Nous l’avons vu plus haut, celle-ci peut entraîner des conflits tout comme elle peut innover progressivement dans la répartition des différentes ressources de production et d’organisation.

47Ce résumé des observations concernant les capacités d’adaptation des sociétés rurales et surtout agraires montre la variété des défis actuels entre crise hydraulique et crise sociale. En ce qui concerne les nombreuses initiatives locales non étatiques observées au Maroc depuis environ dix ans, nous pouvons par la suite questionner leur capacité à atténuer ces effets et à accompagner les processus de transformation.

L’action collective, catalyseur de la crise sociale ?

48Considérant les liens entre les structures de la production agricole et l’attribution de l’eau tels que nous les avons évoqués ci-dessus, nous observons qu’une analyse pertinente du potentiel innovateur de l’action collective à ce niveau ne peut être entreprise sans prendre en compte d’autres sphères et structures régissant les régions rurales. Il apparaît alors que le phénomène de redéfinition des rapports de force et la renégociation des ressources disponibles entre les différents groupes de population ne se limitent pas au secteur agricole et à ses moyens de production. Il s’inscrit plutôt entre deux tendances plus générales : l’incapacité grandissante de l’État à satisfaire les attentes économiques et sociales d’une partie de la population, phénomène surtout visible depuis les effets des plans d’ajustement structurels (Desrues et Moyano, 2001) ; l’émergence à travers le pays d’associations et d’organisations non gouvernementales dans de nombreux domaines de la vie urbaine et rurale. Dans ces deux domaines, les jeunes jouent un rôle important : la population entre 15 et 34 ans au chômage représente 84 % de la totalité des personnes au chômage, ils sont de plus en plus dans cette situation à être hautement qualifiés (26 % diplômés de niveau supérieur), et ils s’engagent dans la vie associative urbaine ou rurale. Les femmes constituent également une force de mobilisation importante dans ce milieu et leur implication est susceptible d’influencer les rapports sociaux mais également économiques. Dans le Souss, connu pour l’activité importante des associations, le taux de chômage parmi les femmes n’est ainsi que de 4,4 %, alors que cette région est beaucoup plus touchée par le chômage que, par exemple le Gharb, où 20 % des femmes sont sans emploi (DRS, 2002).

49De nouvelles plates-formes de discussion et d’action mais également de nouvelles contradictions sociales sont apparues. La mobilisation collective liée à ces évolutions réactive en partie d’anciens réseaux de solidarité (Ameur et Filali Belhaj, 1997 ; Hegasy, 1997 ; Belghazi et Haddad, 2001). La légitimité de ces « nouveaux » acteurs se construit à travers leur impact sur la vie quotidienne des personnes dans des domaines où l’État est défaillant. Rappelons que dans les régions rurales en particulier, ces dynamiques surviennent au moment d’un retrait relatif de l’État de l’organisation des processus de production agricole. Les changements perceptibles dans l’organisation de la mobilisation et de la répartition de l’eau témoignent des actuelles renégociations des « règles du jeu ». Ces modifications peuvent avoir un impact audelà de l’application de nouvelles règles, si elles contribuent à engager des dynamiques par un effet d’« empowerment », tel que l’ont analysé Mathieu et al. pour le nord du Maroc (Mathieu et al. 2001). Ces processus de mobilisation des citoyens, comme le constatent Mahdi et Chattou, peuvent être « créateurs de cohésion et d’intégration politique, mais (…) également porteurs de capacité critique de parole et d’action vis-àvis du politique institué et se trouver alors assimilé à des formes plus politisées, contestataires ou radicales de participation » (Mahdi et Chattou, 2002).

Conclusions

50En conclusion, il nous semble important de revenir sur ce potentiel d’innovations des sociétés rurales à travers les facteurs déterminants de leurs conditions de vie : le secteur hydraulique et la production agricole. Des innovations importantes sont en cours dans ces secteurs, parfois renforcées par la crise hydraulique. L’acceptation des innovations passe toujours par un processus de négociation qui peut aussi perturber l’ordre social établi. Nous avons vu plus haut pour le cas du monde rural, que cet ordre est intimement lié à la répartition des facteurs de production, répartition à priori très inégale et accentuée par la crise hydraulique.

51Ces évolutions peuvent mener à des crises sociales plus ou moins violentes, dont l’issue dépendra en grande partie des interactions entre les groupes marginalisés. Nous concevons ces interactions dans le sens de la notion de « transformation des conflits » introduite précédemment. Dans la transformation de la crise sociale en une évolution constructive et innovatrice, les institutions médiatrices entre les différents groupes sociaux et entre ceux-ci et l’État jouent un rôle clé. Nous entendons par institutions ici des organisations où les différents types d’acteurs sont impliqués ou encore des institutions informelles, à savoir les règles, les normes et les valeurs structurant ces interactions (Ostrom, 1990 ; North, 1991 ; Ostrom et al., 1994). Dans les deux cas, il s’agit de lieux et de modes de négociation d’intérêts, de constitution d’alliances et de luttes de pouvoir ou encore d’évolution de relations de confiance ou de méfiance.

52Dans le cas présent, la négociation de la crise sociale liée à la crise hydraulique ne pourra évoluer de manière coopérative que si elle prend en considération les origines structurelles des polarisations observées, i.e. les mécanismes de marginalisation décrits ci-dessus. Dans cette évolution, les mobilisations collectives, formelles ou informelles, jouent un rôle important. Elles articulent des transformations de la société, de ses normes et de ses valeurs, et peuvent jouer un rôle de catalyseur entre les acteurs non étatiques et les responsables administratifs ou politiques. En traduisant ces aspirations et ces besoins, elles accumulent un capital social et un savoir-faire essentiels pour une fonction d’intermédiaire entre l’autorité publique, les agriculteurs et le secteur privé. Ces capacités peuvent alors servir à faciliter un changement graduel des difficultés mentionnées. L’adaptation aux enjeux économiques, techniques et sociaux de la crise hydraulique peut ainsi, en passant par ces catalyseurs, contribuer à la gestion de la crise sociale potentielle, déjà perceptible dans plusieurs domaines.

Bibliographie

Bibliographie

Abrams L., 2003 — Understanding Sustainability of Local Water Systems, www.thewaterpage.com.

Consulted 15.10.2003. Akesbi N., 1996 — La politique d’ajustement structurel dans l’agriculture au Maroc. Politiques agricoles et stratégies paysannes au Maghreb. M. Elloumi. Paris-Tunis, ALIF- IRMC.

Akesbi N., 2005 — "Agriculture, pêche, alimentation et développement rural durable dans la région méditerranéenne. Rapport annuel 2005 Maroc."

Allain-el Mansouri B., 2001 — L’eau et la ville au Maroc - Rabat-Salé et sa périphérie. Paris, L’Harmattan.

Ameur M., Filali Belhaj A., 1997 — Développement urbain et dynamiques associatives, ANHI.

Bächler G., Ed. 2002 — Transformation of Resource Conflicts: Approaches and Instruments. Bern, Peter Lang AG, European Academic Publishers.

Bächler G., 2004 — Conflict Transformation through State Reform. Transforming Ethnopolitical Conflict - The Berghof Handbook. A. Austin, M. Fischer and N. Ropers. Wiesbaden, Berghof Research Center for Constructive Conflict Management/VS-Verlag für Sozialwissenschaften.

Bächler G. e. a. 2001 — Die Umwelt, Konfliktbearbeitung und Kooperation. Münster, agenda-verlag.

Belghazi T., Haddad L., 2001 — Global/ Local Cultures and Sustainable Development. Rabat, University Mohamed V.

Belghiti M. h., 2005 — Gestion de l’eau d’irrigation au Maroc. Séminaire de promotion du SEMIDE et sur l’utilisation des systèmes d’information géographique pour la gestion et la protection des ressources en eau, Rabat.

Bennacer N., 2003 — Eau et pauvreté au Maroc. Pauvreté(s) et développement : Le cas du Maroc. Premières approches. R. Charvin and M. Hammoudi. Lyon, L’Hermès.

Bentak M., 2005 — "5 Millions de Marocains souffrent de soif." L’Économiste.

Bzioui M., 2004 — Rapport National 2004 sur les Ressources en Eau au Maroc. UNDP. Rabat, UNDP.

Charvin R., Hammoudi M., Eds. 2003 — Pauvreté(s) et développement : Le cas du Maroc. Premières approches. Lyon, L’Hermès.

Chiche J., 2003 — Les conflits pastoraux dans les versants Sud du Haut Atlas. Rabat, Ministère de l’Agriculture du Royaume du Maroc et Programme des Nations Unies du Développement Rural.

Desrues T., Moyano E., 2001 — "Social Change and Political Transition in Morocco." Mediterranean Politics 6(1): 21-47.

Destreneau B., 2005 — Poverty, Discourse and State Power: A Case Study of Morocco. Poverty Reduction: What Role for the State in Today’s Globalised Economy? F. Wilson, N. Kanji and E. Broathen. Cape Town/London/New York, Zed Books.

DRS, 2002 — Les Indicateurs Sociaux 2002. D. d. l. S. Haut Commissariat au Plan. Rabat, Haut Commissariat au Plan, Direction de la Statistique. El Jihad M.D., 2001 "L’eau de la montagne et le pouvoir étatique au Maroc : entre la passé et le présent." Annales de la Géographie 633 : 665-672.

Elloumi M., Ed. 1996 — Politiques agricoles et stratégies paysannes au Maghreb et en Méditerranée occidentale, ALIF-IRMC.

EU, 2003 — Le secteur de l’eau au Maroc. Rapport du Groupe Thématique Eau. Rabat, European Union.

Ghannam F., 2005 — "Sodea-Sogeta : des partages fermes." Aujourd’hui le Maroc.

Hammoudi A., 1997 — Master and Disciple: The Cultural Foundations of Moroccan Authoritarianism. Chicago, Chicago University Press.

Hegasy S., 1997 — Öffentlichkeit und Zivilgesellschaft in Marokko. Die Potentiale der soziokulturellen Opposition. Hamburg/ Berlin, Deutsches Orient Institut Hamburg.

Homer-Dixon T., Barbier E., 1996 — Resource Scarcity, Institutional Adaptation, and Technical Innovation: Can Poor Countries Attain Endogenous Growth? Toronto, American Association for the Advancement of Science and the University of Toronto.

Jouve A.-M. 2002 — Cinquante ans d’agriculture marocaine. Du Maghreb au Proche-Orient - les défis de l’agriculture. P. Blanc. Paris, Les Éditions l’Harmattan : 51-71.

Layachi A. 1998 — State, society democracy in Morocco: the limits of associative life. Washington, Center for Contemporary Arab Studies, Edmund A. Walsh School of Foreign Service, Georgetown University.

Lederach J. P., 1995 — Preparing for Peace: Conflict Transformation Across Cultures. New York, Syracuse University Press.

Leveau R., 1985 — Le fellah marocain, défenseur du thrône. Paris, Presses de Science-Po.

Mahdi M., 1996 — Stratégies paysannes et innovations techniques au Maroc. Politiques agricoles et stratégies paysannes au Maghreb et en Méditerrannée occidentale. M. Elloumi. Tunis, ALIF - IRMC.

Mahdi M., Chattou Z., 2002 — Institutions et organisations de développement rurales en Méditerranée. Meknes, Réseau RAFAC/ École Nationale d’Agriculture de Meknes.

Mathieu P., Benali A., et al. 2001 — "Dynamiques institutionnelles et conflit autour des droits d’eau dans un système d’irrigation traditionnel au Maroc." Revue Tiers Monde XLII (166).

North D. C., 1991 — "Institutions." Journal of Economic Perspectives 5(1): 97-112.

Ohlsson L. 1999 — Environment, Scarcity and Conflict - A study of Malthusian Concerns, Department of Peace and Development Research, University of Göteborg.

Ohlsson L., 2000 — The turning of a screw. New Dimensions in Water Security. FAO. Roma, FAO.

Ostrom E., 1990 — Governing the Commons. The Evolution of Institutions for Collective Action, Cambridge University Press.

Ostrom E., Gardener R., et al. 1994 — Rules, Games, and Common-Pool Resources, Ann Arbor: University of Michigan Press.

Pérennès J., 1993 — L’Eau et les Hommes au Maghreb - Contribution à une politique de l’eau en Méditerrannée. Paris, Karthala.

Reychler L., Paffenholz T., 2000 — Construire la paix sur le terrain. Bruxelles, GRIP - Éditions Complexe. Roque M. A., 2005 — Anthropologie du quotidien en Méditerranée. Aix-en-Provence, Édisud.

Turton A., 1999 — Water Scarcity and Social Adaptive Capacity: Towards an understanding of the Social Dynamics of Water Demand Management in Developing Countries. London, Water Issues Study Group, SOAS.

Worldbank, 2005 — Morocco at a Glance. Rabat.

Notes

1 Homer-Dixon identifie quatre restrictions de cette « ingenuity » : la défaillance des marchés, les conflits sociaux, la disponibilité de capitaux financiers et les contraintes pesant sur la science. Homer-Dixon, T. 1995, "The Ingenuity Gap - Can Poor Countries Adapt to Resource Scarcity?" Population and Development Review, 21(3) : 587-612. .

2 44,4 % en 2002 pour l’agriculture, la forêt et la pêche (DRS, 2002).

3 Les charges de production hors frais d’irrigation en zone irriguée sont en moyenne de 3 à 8 fois supérieures à celles des systèmes de production en bour. (Belghiti, 2005)

4 Ce mécanisme est particulièrement visible dans les moments de crise de cette légitimité, telle que pendant la période des putschs dans les années 1970.

5 Qui est d’ailleurs interdite depuis quelques années dans une grande partie du périmètre.

6 L’État décidait auparavant sur la plus grande partie de la production dans les grands périmètres irrigués et ne laissait les agriculteurs décider sur le choix des cultures que dans une petite partie de leur parcelle.

7 Une raison peut être l’impossibilité d’installer un système d’irrigation localisé sur des terres relativement petites. Une autre, la nécessaire autorisation de creusement de forages qui peut être refusée dans le cas, par exemple, où il existerait déjà plusieurs autres forages dans les alentours immédiats. Une autre raison, malgré les subventions, est certainement la faible disponibilité de capitaux pour le financement.

Notes de fin

* L’auteur remercie le projet Sirma Économies d’eau en systèmes irrigués du Maghreb et le Cirad pour leur soutien.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Structure du budget d’investissement du département de l’Agriculture, 2003
Légende Graphique : Akesbi/ CIHEAM 2005RH : ressources humaines et logistiques - PMH : petites et moyennes hydrauliques
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4827/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

Auteur

Doctorante en science politique. Institut de recherche sur le développement et la paix, Duisburg/ Allemagne ; UMR G-EAU Montpellier, doctorante en Science politique à l’université de Paris-VIII et de Duisburg

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search