Version classiqueVersion mobile

Eaux, pauvreté et crises sociales

 | 
Habib Ayeb
, 
Thierry Ruf

Atelier 3. Crises autour de l’eau dans les plaines et les deltas

La borne d’irrigation serait-elle un lieu d’exclusion sociale dans le Haouz de Marrakech ?

Kamal Mellakh

Texte intégral

Qu’est-ce que c’est une borne ?

1La borne d’irrigation est une des pièces maîtresses de l’aménagement hydro-agricole du Haouz (Ducrocq et Zerhouni, 1986). Le Haouz aménagé est un vaste territoire hydraulique qui s’étend sur une superficie d’environ 660 000 hectares, autour de la ville de Marrakech. Les bornes sous pression sont concentrées dans le périmètre de N’Fis, situé à l’ouest de Marrakech. Ce périmètre couvre un peu plus de 20 000 hectares.

2La mise en place de réseau sous pression et la construction des bornes d’irrigation ont débuté à la fin des années 1980. Mais la conception de dispositif technique remonte au protectorat. La mise en eau des bornes a été effectuée en deux phases : la première a concerné la rive droite du N’Fis (mise en eau au début des années 1990) et la deuxième la rive gauche (mise en eau au début des années 2000).

3Les bornes sous pression sont alimentées par les eaux de barrage Lala Takerkoust et par les eaux de Oued Lakhdar stockées dans le barrage Sidi Driss et véhiculées par le canal de rocade qui fait 120 km de longueur. Ce canal est un élément clef de l’aménagement hydro-agricole du Haouz. L’eau est apportée jusqu’au niveau de bornes pour desservir des passerelles. La borne d’irrigation implantée par l’aménageur est avant tout une unité technique définissant des blocs et des utilisateurs. Elle n’est pas nécessairement une unité territoriale fondée sur une inscription sociale. D’ailleurs, lors de la mise en place des bornes sous pression, les agriculteurs n’ont pas été associés. Aucun processus de consultation des populations locales n’a été engagé lors de la conception des bornes. Pourtant, il s’agit de populations et des territoires marqués par une profonde histoire hydraulique (El Faïz, 1994, 1999, 2002). Lors de l’implantation des bornes, les critères topographiques, hydrauliques et fonciers ont été pris en compte reléguant au deuxième rang les critères sociaux. Selon une logique économique et agronomique, ce sont les grandes propriétés qui ont bénéficié d’une borne individuelle tandis que les zones de micro-propriétés ont été desservies par des bornes collectives. La mise en place des bornes a obéit à plusieurs considérations qui pèsent fortement dans le fonctionnement actuel de réseau et la vie quotidienne de ses usagers :

  • chaque borne devait dominer son périmètre pour assurer une utilisation gravitaire de l’eau ;
  • les bornes ont été implantées de sorte qu’elles peuvent profiter de réseau ancien des seguias (canaux en terre). L’eau sous pression sortant des bornes est véhiculée par les seguias traditionnelles et ceci en l’absence des aménagements complémentaires ;
  • les bornes ont été placées à la tête de grandes superficies formées d’un nombre important de micro-propriétés.

4Les conséquences sociales de ces choix techniques et leurs effets sur l’organisation des communautés et le fonctionnement de l’irrigation seront évoqués plus loin.

Carte 1. Périmètre de N’Fis dans le Haouz. Bornes d’irrigation de réseau sous pression

Carte 1. Périmètre de N’Fis dans le Haouz. Bornes d’irrigation de réseau sous pression

Source de la carte : ORMVA de Marrakech. Cartographie réalisée par le projet Meda-ISIIM

5Une borne d’irrigation comprend une vanne, un programmateur et un compteur protégés dans un casier de béton fermé à clef. La borne est ainsi non seulement une construction technique mais aussi un moyen de contrôle des irrigants. Les agents de l’office sont en principe les seuls à être habilités à ouvrir et fermer les bornes en fonction d’une programmation exécutée d’une manière groupée ou individuelle à travers un système de tours d’eau animé, dans l’esprit de l’aménageur, par l’idéal de l’équité (même dotation à l’hectare pour tous). La borne est ainsi un lieu stratégique de gestion de l’eau et de recomposition des territoires. C’est un lieu où plusieurs acteurs agissent autour d’une irrigation modernisée. La borne cristallise la confrontation, l’interaction et le compromis entre plusieurs intervenants impliqués dans la délivrance, la distribution et la consommation de l’eau. L’identification des différents acteurs impliqués dans la gestion de l’eau au niveau des bornes, l’examen des principes de fonctionnement et leur confrontation avec les pratiques effectives des acteurs permettent de rendre compte de l’individualisation et de l’exclusion qui se déroule autour des bornes dans le Haouz.

Les principes de gestion des bornes d’irrigation à l’épreuve des faits

6Les principes de gestion des bornes institués par l’office montrent l’interférence entre plusieurs niveaux de gestion :

  • un niveau central où la gestion est assurée par l’office moyennant le Service de la gestion des réseaux d’irrigation et de drainage (Sgrid), l’office du Haouz étant l’organe d’exécution de la politique de l’irrigation fixée par l’État central à l’échelle de la région ;
  • un niveau intermédiaire où la gestion est assurée par la subdivision, unité délocalisée de l’office ;
  • un niveau local où apparaissent les unités implantées localement sur le terrain (Centres de gestion des réseaux/CGR). Ces centres jouent un rôle important dans le fonctionnement de réseau des bornes. Ils sont chargés de l’application des directives de l’administration centrale (l’office) quant à la programmation, la distribution de l’eau, la facturation et l’établissement des états de consommation. Ils sont à la fois outil de contrôle administratif des irrigants sur le terrain et interface d’arrangement et de compromis entre l’office et les paysans.

7Au début de chaque campagne agricole, un programme prévisionnel d’irrigation est adopté par le Sgrid. Ce programme précise le volume annuel à mettre à la disposition des différents périmètres et la modulation mensuelle à donner aux agriculteurs. Ces affectations dépendent de la situation des retenues des barrages et des apports en eau probables sachant que la priorité est toujours accordée à l’eau potable pour la ville de Marrakech. En cas de pénurie, des sévères taux de restriction sont appliqués contre les usagers des eaux agricoles. Les programmes retenus sont mis en œuvre mensuellement à travers l’application des tours d’eau entre usagers à l’intérieur de chaque périmètre. Cette tache est assurée par les CGR (unité délocalisée de l’office) en concertation avec les usagers via leur association si celle-ci est plus ou moins fonctionnelle (AUEA). Sinon, comme nous allons voir avec plus de détails plus loin, ce sont les préposés à la distribution interne de l’eau (représentants de la borne) qui jouent le rôle d’interlocuteur pour l’administration. Les CGR élaborent des tours d’eau généralement mensuels (parfois les tours d’eau sont décadaires ou hebdomadaires). Une liste des agriculteurs indiquant leur rattachement au réseau et le temps d’irrigation individuel est transmise par les aiguadiers aux usagers ou le représentant désigné par les agriculteurs. Les aiguadiers représentent l’office et veillent à l’application des tours d’eau préétablis. Ils effectuent leur tournée afin d’ouvrir les vannes et assurer la programmation. La répartition interne est assurée par un représentant désigné par les usagers. Celui-ci doit délivrer à l’office les états réels de consommation par usagers afin d’établir la facturation individuelle.

8Les principes généraux adoptés pour le fonctionnement des bornes laissent apparaître une gestion administrative très lourde, résultante d’un souci de contrôle des irrigants qui s’exprime au niveau de la programmation et la distribution de l’eau. Les unités technico-administratives de l’office (CGR, subdivision…) implantées dans les périmètres sont plus des unités de contrôle que d’accompagnement ou de proximité. Elles ont comme tâche principale d’exécuter la programmation, d’appliquer les dotations, de mesurer l’état de consommation et d’établir la facturation. Au niveau des bornes, ce sont les programmateurs et les compteurs qui servent d’instrument technique de contrôle. La brigade composée d’agents de l’administration hydraulique constitue un autre niveau de contrôle. Cette brigade assure l’inspection des opérations de distribution de l’eau et vérifie si ces opérations sont conformes à la programmation. Elle a comme tache principale de relever les infractions commises à ce sujet. Mais l’instrument de contrôle le plus redoutable et le plus fatal pour la masse des irrigants est sans aucun doute « la coupure d’eau ». C’est une forme violente et extrême de contrôle appliquée aux irrigants qui ont du mal à payer leur facture.

9La multiplicité des niveaux de contrôle (brigade, programmateurs, compteurs, coupure d’eau…) et leur hiérarchisation (contrôle au niveau central par l’office et ses brigades, contrôle au niveau des unités décentralisées (CGR) par les techniciens) traduisent une logique de gestion de l’eau peu soucieuse des irrigants qui ne possèdent aucune emprise sur le réseau sous pression et le système des bornes. Aucune forme de contrôle par les irrigants eux-mêmes sur le réseau et les bornes n’a été tolérée. Même les associations d’irrigants (AUEA) proposées/imposées par l’État n’ont pas eu l’opportunité de faire valoir une gestion sociale des bornes. Pourtant, une gestion collective des bornes par les irrigants eux-mêmes aurait pu mieux impliquer les usagers des eaux et les rendre plus responsables, épargnant à l’administration la charge supplémentaire et parfois inutile de contrôle administratif. Ce contrôle qui se veut direct et individuel des irrigants n’est pas toujours facile à pratiquer et à mettre en œuvre dans la réalité ne serait ce qu’en raison de l’étendue du réseau et du nombre important des bornes et de leurs usagers. Malgré les soucis de contrôle de la distribution de l’eau affichés à travers les principes et les modalités de gestion mises en place, l’administration hydraulique a beaucoup de mal à maîtriser les opérations de gestion de l’eau en raison de toute une série de problèmes techniques et sociaux inhérents au fonctionnement actuel de l’irrigation à partir des bornes. Le dysfonctionnement technique de réseau rend l’État (l’office et ses unités décentralisées) impuissant à exercer le contrôle souhaité. Mais paradoxalement, cette impuissance oblige l’administration hydraulique à être plus ouverte aux arrangements et aux compromis avec les irrigants pour assurer le fonctionnement de réseau. Ce sont les dysfonctionnements et les problèmes quotidiens que rencontrent les irrigants qui ont donné lieu à une certaine souplesse de gestion. Les dysfonctionnements sont constatés à plusieurs niveaux :

  • au niveau de la programmation : les dotations allouées sont souvent inférieures à la demande des irrigants en raison des restrictions imposées suite à l’insuffisance des retenues des barrages et des exigences jugées prioritaires de l’eau potable pour la ville de Marrakech. Depuis la fin des années 1990 à nos jours, les dotations ont diminué de 560 à 340 m3/ha/mois, voire moins en période de forte restriction. Les dotations prévues par le plan de mise en œuvre des aménagements n’ont pas été respectées mettant à mal la masse des petits exploitants qui ne peuvent plus adapter les apports en eau aux besoins de leurs cultures ;
  • au niveau de la distribution de l’eau : l’eau sous pression délivrée par l’office arrive jusqu’à la borne pour être achemiée par les agriculteurs eux-mêmes jusqu’aux parcelles par des gros canaux en terre (mesref) hérités des seguias traditionnelles. La distribution des eaux sous pression se fait donc sans aménagement complémentaire, ce qui donne lieu à plusieurs problèmes (faible débit, décalage entre le débit délivré à la borne et le débit consommé, facturation excessive, temps élevé pour acheminer l’eau, éloignement des parcelles des bornes…) ;
  • au niveau de la qualité de l’eau : la charge solide de l’eau des bornes posent des difficultés au niveau de toute la chaîne de distribution (bouchage des bornes, panne des compteurs et des programmateurs). En raison du problème de l’envasement des bassins versants, le canal de rocade qui alimente les bornes véhicule une eau trop chargée qui provoque la répugnance des agriculteurs. Les idées et perceptions développées par les agriculteurs sur « l’eau des bornes » sont instructives à ce sujet. L’eau des bornes est mal perçue par les irrigants. Elle est jugée comme étant « une eau cachée et impure », « une eau salée », « une eau qui brûle les plantes ».

10Les problèmes de fonctionnement de réseau des bornes sous pression (baisses de pression, faible débit, panne des compteurs et programmateurs…) affectent les agriculteurs mais aussi l’administration hydraulique. Pour pallier à ces problèmes, des ajustements, non prévus au départ, ont été opérés par l’office montrant un souci de contrôle et d’adaptation avec la situation existante. Aussi, l’office a accepté de rallonger les temps d’irrigation pour compenser les baisses de débit et les pannes des bornes. Il met en place des bornes individuelles et autorise de plus en plus des programmations personnalisées. De plus en plus, les transactions entre irrigants sont tolérées, même si elles ne sont pas officiellement acceptées, afin de rendre la distribution et le partage des eaux plus souples. C’est au niveau des CGR, unité décentralisée de l’office sur le terrain, que les adaptations, les compromis et les négociations entre l’office et les irrigants se font au quotidien. Structure technico-administrative par excellence, les CGR jouent aussi le rôle d’interface entre l’administration hydraulique et les irrigants. Mais ce rôle très utile et bien efficace n’a aucune visibilité institutionnelle. Il se pratique dans l’informel et autorise le clientélisme et le favoritisme. Les irrigants opérant sur les micropropriétés déplorent fortement les privilèges accordés aux uns au détriment des autres et les pratiques de différenciation et d’exclusion dont ils sont victimes.

Les acteurs de la borne d’irrigation : comportement et différenciation

11La borne d’irrigation sous pression dans le N’Fis (Haouz central) est un lieu d’intervention d’une multiplicité d’acteurs qui se distinguent nettement les uns des autres autant par leurs pratiques que par leurs statuts. Les bornes d’irrigation se distinguent aussi par leurs caractéristiques de fonctionnement qui laissent apparaître une différence de traitement entre les usagers de réseau sous pression.

12Les acteurs intervenant dans la gestion des bornes sont :

  • les agents de l’office qui travaillent au niveau des CGR (Centre de gestion des réseaux). Ils sont des acteurs institutionnels locaux directement en contact avec les irrigants. Ils se chargent de la programmation, de la distribution de l’eau et de l’élaboration des états de consommation ;
  • les aiguadiers qui effectuent les opérations d’ouverture et de fermeture des bornes. Ils sont sous la tutelle de l’administration hydraulique locale et veillent au respect de ses instructions en matière de programmation des tours d’eau et d’établissement des états de consommation ;
  • les associations d’irrigants (AUEA) censées être le cadre idéal pour fédérer les utilisateurs des bornes et promouvoir la gestion participative (GPI). Cependant, plusieurs obstacles interviennent rendant difficile l’émergence de ces associations en tant qu’unité sociale et territoriale de gestion des bornes (Jolly, 2000, 2002 ; Mellakh, 2004) ;
  • les représentants de borne : ils sont désignés par les irrigants et jouent le rôle d’interlocuteur auprès des CGR. Leur rôle est décisif dans le fonctionnement de système des bornes sous pression puisque la quasi-totalité des associations (AUEA) censées représentées les usagers de l’eau ne sont pas fonctionnelles. Le représentant des bornes veille au respect de la répartition de l’eau entre usagers de la borne (tours d’eau, horaire…). Malgré son rôle décisif de médiateur et de catalyseur des conflits entre l’administration et les usagers et entre les usagers eux-mêmes, le représentant de la borne n’est pas reconnu par les sphères technico-administratives.

13Les caractéristiques de fonctionnement des bornes sous pression donnent à voir une multiplicité d’acteurs, de fonctions et de taches et une forte dépendance hiérarchique entre les différents intervenants. Les relations qui se nouent entre les différents acteurs sont essentiellement des relations asymétriques et d’interdépendance. Les irrigants, acteurs et usagers ordinaires des bornes, se retrouvent en bas de la hiérarchie de processus de gestion de l’irrigation. Ils sont soumis à la procédure de la programmation et ses divers aléas. À travers la programmation, l’État semble plus chercher le contrôle de la distribution de l’eau qu’assurer un service adéquat pour les irrigants. Avec les vagues successives de sécheresse, l’extension des aménagements et la multiplication des usagers de l’eau (eau potable et tourisme international pour la principale attraction de la région, à savoir la ville de Marrakech), l’office du Haouz a de plus en plus de mal à tenir ses engagements envers les irrigants. Des sévères restrictions en matière de dotations d’eau sont constamment appliquées affectant les petits exploitants incapables, compte tenu de leur situation sociale et de leur revenu, de se détourner du réseau étatique vers l’hydraulique individuelle. La baisse des subventions publiques, le déficit budgétaire et la difficile récupération d’une partie des couvrements et des redevances affectent le budget général de l’office et rendent difficile l’amélioration de service de l’eau. Les agents des CGR (Centre de gestion de réseau) qui ont la charge de servir les irrigants sur le terrain travaillent dans des conditions difficiles qui ne sont pas souvent favorables à l’accompagnement et à l’animation des communautés d’irrigants (dégradation des moyens de travail, manque de motivation…). Constamment pris dans les lourdes taches administratives (contrôle des dotations individuelles, vérification des états de consommation, facturation, ouverture et fermeture des bornes, transmission des programmations au siège central) et privés des moyens adéquats de travail, les agents de l’office opérant sur le terrain ont beaucoup de mal à assurer leurs taches. Cette situation périlleuse où se trouve l’office du Haouz vulnérabilise la situation de la masse des irrigants qui se trouvent confrontés à une forte différenciation Dans ce périmètre, il existe plusieurs types de bornes en fonction du profil et de la position des usagers et surtout de la nature de leurs rapports avec l’opérateur de la distribution de l’eau (l’office) : bornes individuelles, bornes collectives, bornes individuelles avec possession de clef, bornes individuelle mais sans possession de clef. Il s’agit ici de différenciation à la fois sociale et institutionnelle opérées entre plusieurs catégories d’usagers.

« Les possesseurs des clefs » : qui sont-ils ?

14Figure instituée par l’office, les « possesseurs des clefs » sont une catégorie privilégiée d’exploitants qui, moyennant un contrat signé avec l’office, peuvent ouvrir et fermer librement leurs bornes et par là même organiser l’irrigation selon leur propre demande. En possédant la clef, ces irrigants parviennent à avoir une certaine autonomie de programmation. Ils échappent ainsi à la lourdeur administrative de la programmation mensuelle établie par l’autorité hydraulique (le CGR). Ils sont néanmoins tenus de ne pas dépasser leur dotation annuelle. Les brigades de contrôle de l’office vérifient, par moment, les compteurs pour éviter les dépassements. En cas d’infraction, l’autorité hydraulique exerce son pouvoir répressif à travers la notion de « coupure d’eau ».

15Pourquoi a-t-on limité ce principe contractuel de possession de clef à certains exploitants ? Pour quelles raisons l’autorité hydraulique refuse de l’étendre à l’échelle des communautés d’irrigants et de leurs associations (AUEA), d’autant plus que ce principe aurait pu être un facteur stimulant la gestion participative (GPI) tellement prônée par les textes mais qui tarde à émerger dans la pratique ? (Jolly, 2000, 2002 ; Mellakh, 2004)

16Il est clair ici que l’office est très soucieux du contrôle de la distribution de l’eau et que la masse des irrigants ne jouit pas à ses yeux de la confiance nécessaire comparée aux « possesseurs des clefs ». Ces derniers sont perçus d’une manière positive par l’Office (bon payeur, bon producteur, adoption des techniques d’amélioration de l’irrigation à la parcelle…). Ils sont ainsi récompensés et jouissent du statut de partenaire privilégié.

17Avoir une clef suppose aussi la possession d’une borne individuelle par opposition aux bornes collectives qui desservent plusieurs petites parcelles. Lors de la mise en place de réseau, les exploitants ayant plus de 30 ha avaient droit à une borne individuelle. Une distorsion est ainsi instituée sur la base d’inégalités foncières entre les gros propriétaires et les petits. L’écart entre ces deux catégories est à la fois un écart de statut, de rôle et de comportement. D’un côté, les gros exploitants sont « des possesseurs de clefs » disposant de grandes superficies, pratiquant les cultures de rente et possédant les forages qui leur permettent de sécuriser leur production et d’avoir une certaine autonomie face aux aléas du réseau public. D’un autre côté, les petits exploitants constituent la masse des irrigants. Ils sont rattachés aux bornes collectives dans des zones de micro-propriété et subissent de plein fouet les effets de la défaillance de réseau sous pression (faibles débits, charge solide de l’eau, bouchages, pannes des compteurs et des programmateurs et surestimation des volumes consommés, restrictions des dotations, coupure d’eau….). Leurs revenus et leurs moyens ne les prédisposent ni à adopter les techniques d’amélioration de l’irrigation à la parcelle, ni à recourir à l’hydraulique individuelle. Leur stratégie consiste principalement à diversifier les apports en eau en utilisant aussi les eaux de crue des oueds non régularisés. Mais les vagues successives de la sécheresse ont considérablement limité ce champ de manœuvre. Ils sont désormais de plus en plus enclins à la perte de la récolte, la baisse des revenus et la vulnérabilité sociale (abandon des terres et exode rural).

Bibliographie

Bibliographie

Bouderbala N, 1986 — « Logique foncière de l'État et logiques foncières des exploitants dans les grands périmètres d'irrigation au Maroc », in Aménagement hydro-agricoles et systèmes de production. Actes du III séminaire, DSA-Cirad, Montpellier, p. 343-350.

Ducrocq M., Zerhouni M., 1986 — « Aménagement du périmètre du N'Fis Haouz de Marrakech. Un essai d'adaptation d'aménagement aux conditions locales » In Aménagement hydro-agricoles et systèmes de production. Actes du III séminaire, DSA-Cirad, Montpellier, p. 331-341.

El Faïz M., 1994 — « Pour une histoire de longue durée des aménagements hydro-agricoles dans le Haouz », in M. Marie, A Bencheikh Grandes appareillages Hydrauliques et société locales méditerranée Presse ENPC Paris.

El Faïz M., 1999 — « Les aménagements hydro-agricoles dans le grand Haouz de Marrakech : histoire d'une idée », in M. Marie, D. Larcena et P. Derioz Cultures, usages et stratégies de l'eau, en Méditerranée occidentale, Tensions, conflits et régulations, Ed. L'Harmattan, p. 60-78.

El Faïz M., 2002 — Marrakech, Patrimoine en péril, Actes Sud / EDDIF 188 p.

Garin P, Le Gal P.Y, Ruf T., La gestion des périmètres irrigués à l’aube du xxieme siècle, enjeux, problèmes, démarches. Actes de l’atelier du PCSI, 22-23 janvier, 2001. Montpellier, France, Cirad

Herzenni A., 2002. — Les ORMVA, les AUEA et la gestion participative de l’irrigation. In Terre et Vie, n° 61-62, Oct.-Nov. 2002.

Jolly Geneviève., 2000 — Les réseaux d’irrigation du N’Fis (Haouz de Marrakech) et les Associations d’Usagers d’Eau Agricole. Rapport de synthèse. Montpellier, France, 64 p.

Jolly Geneviève., 2002 — « La gestion des périmètres irrigués, méthodologie de diagnostic, cas d’un transfert de gestion : les associations d’usagers du périmètre du N’Fis ( office du Haouz, Maroc) ». In

Mellakh K., 2004 — État des lieux des Associations d’Usagers des Eaux Agricoles dans la Grande Hydraulique du Haouz. Rapport provisoire projet Meda-Isiimm, Agropolis, Montpellier France 40 p.

Mellakh K., 2004 — « Les communautés d’irrigants à l’épreuve de l’exclusion sociale dans la grande hydraulique du Haouz de Marrakech », in Caron, J.Y Jamin, Richard, T.Ruf (éditeurs scientifiques), Coordinations hydrauliques et justices sociales. Actes du séminaire 25-26 Novembre 2004, Montpellier, France. Cirad, Montpellier France, Colloques.

Office du Haouz — « Les ressources naturelles et la mise en valeur de la plaine du Haouz », Extrait de la Revue de géographie du Maroc, n° 17, 42 p.

Pascon P., 1970 — « Théorie générale de la distribution des eaux et de l’occupation des terres dans le Haouz de Marrakech » In Revue de géographie du Maroc, n° 18 1970.

Pascon P., 1977 — Le Haouz de Marrakech, tome I, CURS Rabat, CNRS Paris, INAV Rabat, 392 p.

Sidmou M, Sofiane A., 1997— « La gestion des irrigations dans les grands projets hydro-agricoles au Maroc : cas du périmètre du Haouz » In VII Symposium international du management de projet, Document dactylographié, Office du Haouz, Marrakech 10 p.

Table des illustrations

Titre Carte 1. Périmètre de N’Fis dans le Haouz. Bornes d’irrigation de réseau sous pression
Légende Source de la carte : ORMVA de Marrakech. Cartographie réalisée par le projet Meda-ISIIM
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/4826/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search