Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Eaux, pauvreté et crises sociales

 | 
Habib Ayeb
, 
Thierry Ruf

Atelier 1. Représentations des relations entre eaux et pauvreté

La pauvreté, entre l’eau et le profit

Christian Bouquet

Texte intégral

L’eau ainsi est le regard de la terre, son appareil à regarder le temps.
Paul Claudel

1Les évolutions récentes enregistrées dans le domaine de la gestion de l’eau ont généralement contribué, dans le court terme, à creuser davantage encore le fossé des inégalités sociales. Mais, à moyen terme, les risques les plus graves viendront de la contradiction entre les politiques dites de développement – auxquelles seront contraints d’adhérer les plus pauvres pour une simple question de survie – et l’épuisement de la ressource dans certaines régions du globe.

  • 1 Depuis 1986, les recherches visant à quantifier la notion de « stress hydrique » ont conduit à dét (...)

2Le fil rouge qui permet de conférer une certaine unité à ce paradoxe se trouve dans les nouvelles lois de l’économie : la règle du profit maximum aboutit inévitablement à assurer, en amont, une distribution inéquitable de l’eau potable et à pratiquer, en aval, une utilisation abusive et inappropriée de la ressource. Les pays considérés comme en situation de « stress hydrique »1, notamment ceux du pourtour de la Méditerranée, sont d’ores et déjà confrontés à de tels choix contradictoires.

L’eau et la pauvreté

  • 2 On constate un écart encore plus grand dans les pays du Maghreb entre les touristes qui fréquenten (...)

3Dans la plupart des pays du Sud, l’accès à l’eau domestique pour tous n’est toujours pas un droit humain élémentaire, pas davantage qu’un devoir de solidarité planétaire. L’eau, dont on dit qu’elle est un bien commun de l’humanité, devrait pourtant contraindre les hommes à redevenir humbles et à admettre que, pour survivre ensemble, il faut la partager. D’autant plus qu’une infime partie seulement (2 %) de l’eau de la planète est potable. Dans leur globalité impersonnelle, les chiffres concernant, par exemple, l’Afrique sont impressionnants : 450 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population, n’y ont pas accès. Or, les Africains se « contentent » de 30 litres d’eau par jour – le plus souvent de l’eau croupie qu’ils vont chercher à plusieurs kilomètres de leur foyer – alors que les Américains consomment quotidiennement 600 litres2 d’une eau potable et pure qui coule de multiples robinets installés à portée de main.

4Certes, les engagements du Millénaire des Nations unies actés en septembre 2000 ont prévu de réduire de moitié d’ici à 2015 la proportion de ceux qui n’ont pas accès à l’eau potable. Mais les estimations à mi-parcours (2002) laissent entendre que la communauté internationale n’y parviendra pas : à l’exception de l’Amérique latine, la partie pauvre du monde n’atteindra pas ces objectifs, et l’Afrique subsaharienne – dont la croissance démographique demeure forte – en sera encore loin. L’Asie du Sud-Est (dont l’Inde et la Chine) sera également en deçà des promesses, pourtant modestes puisqu’elles laissaient encore 10 % de leurs habitants sans « accès durable et aisé à l’eau potable ».

5On est d’ailleurs en droit de s’interroger sur la réalité – ou le réalisme – de cette promesse quand on observe les nouvelles modalités de distribution de l’eau, notamment dans les agglomérations urbaines. En effet, si l’accès à l’eau est considéré comme un service public essentiel, la gouvernance mondiale détenue par les institutions de Bretton Woods a décidé qu’il devait être confié à des entreprises privées. En conséquence, le service est aujourd’hui obligatoirement payant, et il faut payer pour boire, pour se laver, pour faire sa lessive, pour arroser son champ, pour abreuver son troupeau.

6Nul ne peut nier que la distribution de l’eau potable a un coût : pour la capter, la rendre consommable et l’acheminer jusqu’au robinet, il faut des investissements lourds et une maintenance qui déterminent un certain prix pour le mètre cube d’eau. Mais ce service a longtemps été pris en charge par la collectivité, notamment dans les villes du tiers-monde où les bornes-fontaines étaient en accès libre, mais aussi dans les villages ruraux où les forages profonds étaient simplement équipés de pompes à main à la disposition des habitants. Il s’agissait d’un choix de société, dicté par le contexte socioéconomique mais aussi par le simple bon sens.

  • 3 Il est intéressant de noter que ces trois groupes français couvrent 74 % du marché mondial de l’ea (...)

7Or, le « consensus de Washington » accompagné par l’idéologie libérale qui a recouvert le monde a mis fin à cette belle utopie. Il est vrai que, dans bon nombre de pays en développement, les sociétés d’État chargées de la gestion de l’eau s’étaient illustrées par une forme d’incompétence qui s’était manifestée par des gaspillages, des détournements et une gabegie que les censeurs du FMI et de la Banque mondiale n’avaient pas manqué, à juste titre d’ailleurs, de dénoncer. Les programmes d’ajustement structurels avaient donc prôné la privatisation du secteur, et les trois grands géants occidentaux de l’eau s’étaient précipités sur ce nouveau marché : Suez Environnement (Ex Ondéo, ex-Lyonnaise des Eaux), Véolia (ex-Générale des Eaux, puis Vivendi), et Saur (Bouygues)3.

  • 4 Le problème de l’équité prend un relief particulier en Afrique du Sud où, pendant des décennies, l (...)

8On a pu lire les premiers résultats de cette privatisation généralisée dans les dysfonctionnements sud-américains, notamment en Bolivie où la société privée détentrice du monopole de l’eau était allée jusqu’à interdire la récupération de l’eau de pluie (Peredo Montano, 2001). Des émeutes meurtrières avaient fini par ramener la loi à davantage d’humanité. Mais il n’en a pas été de même en Argentine, d’où Suez a dû se retirer en septembre 2005. De même, la multiplication des coupures d’eau potable pour cause de non-paiement des factures dans les quartiers pauvres de certaines villes du Kwazulu-Natal (Afrique du Sud) a multiplié par cinq le nombre de cas de choléra en 2001-2002, car les populations étaient réduites à consommer l’eau des rivières ou des puits pollués4. Et, devant la résistance obstinée des populations, les autorités malgaches ont renoncé, en 2005, à rendre payantes les bornes-fontaines.

9Il était donc clair que les nouvelles modalités de distribution d’eau étaient inéquitables, et certains pays d’Amérique latine – les plus précocement touchés par les vagues de privatisation – ont expérimenté des mesures allant à la fois dans le sens de la logique marchande du recouvrement des coûts et dans celui de leur répartition, par une forme de péréquation. C’est ainsi que la Colombie – pays que l’on hésite à citer en exemple – a mis en place une réforme en 1994 imposant une surcharge tarifaire de 20 % aux consommateurs les plus aisés.

10Plus généralement, les habitants des pays pauvres, notamment dans les grandes villes, ont dû adopter de nouveaux comportements. Tous les petits métiers liés au transport et à la distribution de l’eau ont été contraints d’évoluer, et, s’il est vrai qu’ils se faisaient payer au seau ou au bidon une eau qu’ils avaient obtenue gratuitement, ils la revendaient à des prix très abordables, adaptés au pouvoir d’achat de leurs clients. Quant aux plombiers clandestins qui avaient basculé dans la transgression et qui étaient capables de mettre en place nuitamment des dérivations sur les réseaux existants, ils ont été traqués sans répit par les nouvelles sociétés privées.

  • 5 René Char, Seuls demeurent, Gallimard.

11C’est là que se situe le premier niveau de la déstructuration sociale urbaine car, pour la majorité de la population des villes, l’abonnement avec compteur individuel est encore inaccessible. Les citadins pauvres ont donc recours à une forme de distribution informelle passant par un réseau de petits livreurs branchés sur une adduction d’eau payante. Au final, le produit est inévitablement plus cher, et d’autant plus que les nouvelles sociétés ayant obtenu le marché de l’eau hésitent à alimenter les quartiers les plus pauvres, généralement excentrés, au motif qu’il n’y a pas de clientèle solvable. S’approvisionner en eau, dès lors qu’il n’y a plus de bornes-fontaines publiques, devient d’autant plus cher qu’on est loin du premier robinet. « L’eau est lourde à un jour de la source. »5

12Il faudra sans doute reposer dans ces termes les problèmes de solidarité, sans pour autant se cacher les difficultés qui seront rencontrées pour l’identification des bénéficiaires. Et sans oublier que certains groupes sociaux refuseront le principe d’une solidarité systématique. En outre, il faudra inévitablement intégrer les petits marchands d’eau, qui remplissent une fonction de service public et qui participent de manière incontournable à la régulation socio-économique, et dont le travail assure la propre survie. Mais ce schéma vertueux risque d’aboutir à un cloisonnement social, et donc à une « archipellisation des villes » (Jaglin, 2001).

13Ainsi les modes de gestion de l’eau sont encore écartelés entre la philosophie du service public et les lois du profit, même si certains cas d’école illustrent la possibilité de faire payer les plus riches pour les plus pauvres, et donc de maintenir quelques bornes-fontaines gratuites dans les agglomérations urbaines. Il reste néanmoins à régler le problème de l’acheminement et de la distribution de l’eau potable là où la prestation n’est pas rentable, faute de solvabilité des consommateurs, c’est-à-dire dans les quartiers précaires des grandes villes et dans les campagnes. Il reste surtout à construire la triangulation entre les intérêts des grands groupes (Véolia, Ondeo, Saur, …), les prescriptions des institutions qui assurent la gouvernance mondiale (FMI, OMC,…), et les besoins de deux milliards d’hommes.

14La réflexion sur la distribution de l’eau potable, notamment en milieu urbain, mérite donc un débat sérieux qui s’inscrit parmi les grands enjeux du monde contemporain. Il conviendra toutefois de ne pas le laisser s’éterniser dans des digressions oiseuses qui ne servent qu’à maintenir la situation en l’état : il est temps d’exiger de la gouvernance mondiale qu’elle impose à l’échelle planétaire le respect d’un droit que l’on croyait acquis, celui de l’accès pour tous à l’eau potable. En respectant le principe selon lequel si l’eau potable a un coût, et donc s’il est juste qu’elle ait également un prix, elle a surtout une « valeur ».

L’eau et le développement

15Mais le plus grave est peut-être ailleurs, car ce ne sont pas les populations pauvres qui, en consommant en moyenne 30 litres d’eau par jour et par personne, mettront en danger les réserves naturelles dans les régions touchées par le « stress hydrique » ; ce sont les politiques mises en œuvre au nom du « développement », qu’il s’agisse de grandes exploitations agricoles consommant d’énormes quantités d’eau pour l’irrigation, ou les grands complexes touristiques avec leurs installations de gaspillage obligé (piscines, golfs).

16Or, il s’agit toujours de choix économiques qui semblent aller dans le bon sens, puisque ces entreprises sont généralement présentées comme pouvant sauver les populations locales de la misère, en leur assurant les maigres salaires qui leur permettent de survivre. Qui, au nom de la préservation des ressources en eau, osera interdire les activités touristiques en Tunisie, ou les maraîchages au Maroc ?

  • 6 Même si la « frontière » entre le Nord et le Sud épouse, dans ce cas d’espèce, une ligne à géométr (...)

17La comparaison des deux cartes représentant la part relative des prélèvements d’eau douce au profit de l’agriculture et de l’industrie souligne, s’il en était encore besoin, la réalité d’un monde coupé en deux et la profondeur du fossé des inégalités6. Certes, il faut savoir redimensionner les données et comprendre que, dans des pays pauvres où l’industrie est inexistante, l’eau douce non domestique est uniquement prélevée à des fins agricoles, et le plus souvent pour de simples objectifs vivriers.

  • 7 On remarquera la connotation ethnocentrée de l’expression.

18Mais la théorie dite des « avantages comparatifs » et le jeu pervers sur le différentiel des coûts de la main-d’œuvre conduisent rapidement à une modification des équilibres. Les pays qui affichent à la fois un climat méditerranéen et une population à faible niveau de vie entrent ipso facto dans la catégorie des producteurs intensifs de fruits et légumes, notamment « hors saison »7, et dans celle des paradis touristiques à bas prix.

19Or, tandis qu’il n’est pas trop tard pour rectifier dans le sens de l’équité les systèmes de distribution d’eau potable aux plus pauvres, il va être difficile de revenir sur les choix qui ont été arrêtés en matière de développement dans les pays du Sud. Car les paysans y ont déjà été confrontés à des mutations rapides qui ont conduit un grand nombre d’entre eux à abandonner la terre et d’autres à se livrer à la culture de plantes illicites. De telle sorte que l’avènement de grandes exploitations dédiées aux cultures d’exportation peut apparaître à la fois comme une soupape pour un trop-plein de main-d’œuvre et une alternative face à la tentation de la transgression.

  • 8 L’OMT avance des chiffres de recettes pour 2003 dépassant 5 milliards de dollars pour l’Égypte et (...)

20L’exemple de la Tunisie (Treyer, 2001) montre qu’il s’y pose d’ores et déjà un véritable choix de société. En effet, ce pays appartient à l’arc de pénurie sud-méditerranéen pour lequel la gestion de la ressource en eau revêt un caractère sensible. Or, les principales options retenues pour le développement économique – les cultures irriguées et le tourisme – sont éminemment gourmandes en eau. Chacun le sait et pourtant nul ne veut ou ne peut remettre en cause des orientations qui assurent la survie d’une partie non négligeable de la population. Cette situation s’apparente, dans sa dialectique contradictoire, aux plantations de cultures illicites que l’on ne peut éradiquer sans proposer des revenus de substitution, mais tous les plans mis en place dans ce sens ont échoué. Comme la Tunisie, certains de ses voisins profitent de la manne que peut apporter le tourisme. C’est notamment le cas de l’Égypte8.

21Les cibles choisies ne tournent pas autour d’un écotourisme qui serait soucieux des problèmes auxquels sont confrontés les pays d’accueil. On y développe plutôt des installations qui consomment énormément d’eau, comme les piscines mais surtout les golfs. En région méditerranéenne, l’entretien d’un golf, et notamment du fameux green qui en fait la spécificité – autant que le ridicule aux yeux des cultivateurs ou des éleveurs des pays pauvres – représente plus de 250 000 m3 d’eau par an, soit la consommation annuelle de plus de 20 000 habitants des zones rurales du Maghreb. Mais là encore rares sont les voix qui s’élèvent, notamment de l’intérieur du système, pour mettre en garde contre les dangers de tels choix économiques ou en dénoncer la courte vue.

  • 9 Et, dit-on, de la décadence de la « civilisation » romaine.

22Il est fréquent d’entendre dire que les sociétés, parce qu’elles ont connu d’autres menaces de déséquilibre dans leur histoire, sauront mettre au point les régulations qui s’imposent lorsque le moment sera venu. Mais s’il est vrai que les Romains ont fini par s’habituer aux trop grandes quantités de plomb contenues dans le poisson qu’ils consommaient, cette adaptation se fit au prix d’un grand nombre de morts9, et on peut vivre sans manger de poisson. Alors que le manque d’eau ne peut conduire qu’à l’exode. A-t-on imaginé les recompositions territoriales qui risquent ainsi de se dessiner à l’horizon 2030, ou bien continue-t-on à croire qu’on dessalera l’eau de mer pour les populations privées d’eau douce ? Et dans ce dernier cas, saura-t-on mieux en rendre la distribution équitable ?

Conclusion

  • 10 Selon l’expression utilisée pour les Objectifs de Développement pour le Millénaire.

23Depuis que l’inquiétude à propos de la ressource a commencé à gagner le monde, on ne cesse de répéter que l’eau est au cœur de multiples enjeux de nature géopolitique. Certains, à défaut d’avoir trouvé des réponses, ont été bien identifiés, comme la nécessité d’assurer à chacun des six milliards d’humains un accès « aisé et durable »10 à l’eau potable. D’autres font l’objet d’une vigilance toute particulière de la part de la communauté internationale, comme les conflits potentiels pouvant naître entre deux pays qui se disputent une ressource trop rare.

24Mais les risques les plus graves semblent passer inaperçus, en tout cas de ceux qui, en bas de l’échelle sociale, sont les plus menacés : il s’agit du choix, par les pays à la fois pauvres et menacés de « stress hydrique », d’activités économiques grosses consommatrices d’eau. Et il n’y a pas d’issue, sauf à imaginer que la gouvernance mondiale puisse disposer des moyens de commettre une ingérence économique d’un type nouveau.

25Mais le fossé des inégalités ne sera pas pour autant comblé. Ainsi pourrait-on conclure que le double titre de ce Colloque pourrait, hélas, être interverti et devenir « pauvreté sociale et crises hydrauliques » sans être dénaturé.

Bibliographie

Bibliographie

Diop S., Rekacewicz Ph., 2003 – Atlas mondial de l’eau, Autrement, 65 p.

Falkenmark M., 1989 – « The massive water scarcity now Threatening Africa: Why isn’t it being addressed? », Ambio, 18 (2): 112-118.

Herodote, 2001 – Géopolitique de l’eau, n° 102, La Découverte, 169 p.

Jaglin S., 2001 – « L’eau potable dans les villes en développement : les modèles marchands face à la pauvreté », Tiers-Monde, n° 166, pp. 275-303.

Lasserre F., Descroix L., 2002 – Eaux et territoires. Tensions, coopérations et géopolitique de l’eau, Presses universitaires du Québec, 478 p.

Margat J., 1994 -» L’eau, l’or bleu du xxième siècle », Le Courrier de la planète, p. 7.

Mathieu P., Benali A., Aubriot O., 2001 – « Dynamiques institutionnelles et conflit autour des droits d’eau dans un système d’irrigation traditionnel au Maroc », Tiers-Monde n° 166 : 353-374.

Ohlsson L., Turton A., 2000 – « The turning of a screw », Stockholm Water Front, n° 1, p. 11.

Peredo Montano C.J., 2001 – « La guerre de l’eau à Cochabamba », Alternatives Sud, vol. VIII, n° 4, pp. 183-190.

Treyer S., 2001 – « La planification stratégique à long terme de l’eau en Tunisie », Tiers-Monde n° 166, pp. 455-474.

Tronche A., 2003 – « Il n’y a pas de fatalité à la crise de l’eau en Afrique », Marchés Tropicaux et Méditerranéens, n° 3000, p. 1026.

Notes

1 Depuis 1986, les recherches visant à quantifier la notion de « stress hydrique » ont conduit à déterminer des seuils d’alerte (moins de 1 300 m3 par habitant et par an), de rareté relative (750 m3) et de rareté absolue (300 m3). Ces deux dernières catégories pourraient concerner plus de trois milliards de personnes en 2025 (Lasserre et Descroix, 2002). Les travaux de Falkenmark et Margat situent les seuils à des niveaux légèrement moins alarmistes, mais Ohlsson et Turton suggèrent de corréler les statistiques de diponibilité brute d’eau à l’indice de développement humain (IDH), ce qui place les limites comme indiqué dans le texte.

2 On constate un écart encore plus grand dans les pays du Maghreb entre les touristes qui fréquentent les hôtels de luxe et les habitants des villages (ou des bidonvilles) vivant à quelques kilomètres de là…

3 Il est intéressant de noter que ces trois groupes français couvrent 74 % du marché mondial de l’eau et de l’assainissement (Suez 35 %, Véolia 32 % et Saur 7 %).

4 Le problème de l’équité prend un relief particulier en Afrique du Sud où, pendant des décennies, les Noirs pauvres des bidonvilles de Soweto transportaient péniblement l’eau dans des brouettes pendant que les riches Blancs laissaient les robinets arroser leurs pelouses et remplir leurs piscines. Aujourd’hui, des lois nouvelles ont fixé le prix du mètre cube à 80 cents pour ceux qui s’approvisionnent aux pompes collectives, et à 1,60 $ pour ceux qui sont directement raccordés. Les utilisations dites « de luxe » sont surtaxées.

5 René Char, Seuls demeurent, Gallimard.

6 Même si la « frontière » entre le Nord et le Sud épouse, dans ce cas d’espèce, une ligne à géométrie variable : ainsi l’Europe méditerranéenne, l’Australie et le Japon affichent des indicateurs davantage orientés vers des prélèvement d’eau à finalité agricole.

7 On remarquera la connotation ethnocentrée de l’expression.

8 L’OMT avance des chiffres de recettes pour 2003 dépassant 5 milliards de dollars pour l’Égypte et 1,5 milliard de dollars pour la Tunisie.

9 Et, dit-on, de la décadence de la « civilisation » romaine.

10 Selon l’expression utilisée pour les Objectifs de Développement pour le Millénaire.

© IRD Éditions, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540