Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et agronomie

 | 
Paul Robin
, 
Jean-Paul Aeschlimann
, 
Christian Feller

Résumés

Texte intégral

Geneviève Gavignaud-Fontaine : « Le point de vue d’une historienne »

1Le dialogue s’intensifie entre historiens et agronomes. Tandis qu’agronomes et économistes ont généralement cheminé de conserve, au fil du temps présent, bon nombre d’historiens ruralistes ont cherché à inscrire dans le temps long les conséquences sociales, et donc humaines, du développement économique.

2Confrontés au déroulement du temps, de continuités en crises et ruptures, tant au niveau des civilisations que des pensées qui les charpentent, certains historiens attentifs à la notion de « développement raisonné » en font le lieu privilégié d’une nouvelle rencontre avec les agronomes.

3Mots-clés : Temps long — Pluridisciplinarité — Développement raisonné.

Paul Robin : « Le point de vue d’un agronome »

4Alors que le citoyen et le consommateur interrogent les modes de production agricole, l’agronome est confronté, à travers ses engagements et ses responsabilités, au sens de sa mission. Or l’histoire de sa discipline révèle la permanence des confrontations et la virulence des engagements. Mais comment peut-il faire face à cette histoire ?

5L’agriculture biologique, en refusant d’utiliser des intrants chimiques, est un exemple d’actualité qui trouve ses racines dans un débat beaucoup plus ancien et souligne, à titre d’exemple, la nécessité de ce regard historien. Le pamphlet de Howard (1940) était une réaction à un siècle de chimie agricole introduite par Liebig en 1840. Au-delà des ruptures épistémologiques tributaires des nouvelles sciences, ce débat s’est développé sur la longue durée autour de thèmes qui conservent leur actualité, fertilisation et humus, innovation et tradition, science et pratique. Cet exemple historique montre que l’histoire même peut être instrumentalisée pour appuyer une profession de foi agronomique. Il invite aussi, pour comprendre, à s’inspirer des approches écosystémique et agroécologique revisitées par les historiens. Il révèle aussi qu’au delà des personnages mythiques ou des dates célébrées peuvent se cacher des pères fondateurs largement oubliés, comme Saussure pour la physiologie végétale, ou Thaer pour l’agronomie par exemple et des dates ignorées, 1804 en l’occurrence. Pour faire face à cette histoire et reconstruire de manière critique une mémoire collective, il faut permettre le dialogue entre historiens et agronomes et leur offrir des espaces de rencontre. Un prétexte anniversaire ne peut qu’en favoriser l’écho.

6Mots-clés : Agronomie — Histoire — Chimie agricole — Agriculture biologique — Humus.

Gilles Denis : « L’agronomie au sens large. Une histoire de son champ, de ses définitions et des mots pour l’identifier »

7L’agronomie comme champ disciplinaire large regroupant l’ensemble des sciences agricoles n’a pas la même identité selon les pays, entre certains, notamment la France, où son autonomie institutionnelle et socioculturelle est forte, et d’autres, tels les États-Unis, où cette autonomie est faible, les sciences agricoles étant beaucoup plus éclatées institutionnellement, très généralement inscrites dans le cadre des universités. C’est donc avant tout dans un pays comme la France que faire l’histoire de l’agronomie a une signification. Ailleurs on parlera plutôt de l’histoire des sciences agricoles. L’étude des mots, des définitions des disciplines et des fonctions, permet de préciser comparativement selon les pays et les époques, l’émergence et l’évolution de l’agronomie. Ce champ a commencé à se construire relativement récemment, entre le milieu du 18e siècle (une génération plus tôt en Écosse) et celui du 19e siècle, entre une période où s’est mise en place une communauté cherchant à utiliser la science pour améliorer l’agriculture et une période d’institutionnalisation qui l’a installé ainsi que la fonction d’agronome. À partir des années 1960-1970, s’est ouvert une rupture liée à un nouveau contexte socioéconomique et technoscientifique – surproduction, mondialisation des marchés, biologie moléculaire et biotechnologies, préoccupations environnementales, qualité alimentaire, etc. – qui relance la question de la nature et du statut du champ de l’agronomie et des sciences agricoles. À nouveau on retrouve les mêmes tendances, réduction chimique (ou cellulaire) ou approche synthétique globalisante, éclatement disciplinaire ou maintien d’un champ particulier de l’agronomie au sens large.

8Mots-clés : Histoire de l’agronomie — Histoire des disciplines agronomiques — Histoire des institutions agronomiques.

Simone Mazauric : « De l’âge baroque à l’âge classique. Construction d’une nouvelle rationalité scientifique »

9Selon nombre de philosophes des Lumières, la naissance de la science moderne a signifié l’émergence d’une nouvelle forme de rationalité tenue pour résumer désormais la rationalité scientifique et, simultanément, l’abandon, le reniement, via notamment la critique des croyances dans lesquelles elles s’incarnaient, de formes de rationalité jugées infantiles, populaires, « vulgaires », en tout cas radicalement non scientifiques. Face à la tentation du retour sur le devant de la scène savante de ces styles de rationalité que le siècle des Lumières avait cru définitivement abandonnés, on interrogera ce processus d’émergence en le mesurant à l’aune de la catégorie historiographique de « révolution scientifique » pour en proposer une interprétation beaucoup plus prudente que celle que l’optimisme rationaliste du siècle des Lumières en avait délivré.

10Mots-clés : Science moderne — Rationalité — Lumières — Révolution scientifique.

Philippe Jouve : « Périodes et ruptures dans l’évolution des savoirs agronomiques et de leur enseignement »

11L’évolution des savoirs agronomiques n’a pas été régulière et continue. Elle a été marquée au contraire par un certain nombre de ruptures qui permettent d’identifier des grandes périodes dans l’évolution de ces savoirs.

12La première de ces périodes va de l’Antiquité à la fin du 18e siècle. Elle est caractérisée par une démarche essentiellement empirique. La seconde période, que nous qualifierons d’analytique, est marquée par la production de connaissances sectorielles concernant la production végétale. La rupture qui est à l’origine de cette période a consisté à substituer à la recherche de la variété, propre à l’empirisme, celle de la variation. Mais au cours de cette période, l’agronomie apparaît plus comme un archipel de connaissances que comme une science autonome. La seconde rupture qui a donné naissance à l’agronomie moderne a été plus radicale, dans la mesure où elle a inversé le rapport entre réalité et théorie, affirmant le primat de l’idée sur le fait.

13Au cours de la période récente, des changements importants sont intervenus dans les objets, les méthodes et les finalités de l’agronomie. Tout d’abord, le passage de l’étude des techniques à celle des pratiques a entraîné la prise en compte de l’acteur dans l’analyse et le pilotage des processus de production. Par ailleurs, la montée en puissance des préoccupations environnementales a conduit les agronomes à chercher à concilier production et protection des ressources et de l’environnement et, pour ce faire, à élargir les échelles de temps et d’espace de leur champ d’étude.

14Mots-clés : Savoirs agronomiques — Épistémologie — Évolution — Enseignement agronomique.

Georges Pédro : « Sols, humus et nutrition des plantes. De la chimie agricole à l’agrogéochimie (18e au 20e siècle) »

15La communication proposée, relative à l’alimentation des plantes cultivées, tente de retracer le parcours qui a amené les scientifiques entre le 18e et le 20e siècles à élargir progressivement leur objet d’étude, et à passer ainsi successivement de la plante à l’humus, de l’humus à la terre végétale, de la terre au sol, du type de sol à la couverture pédologique, enfin de la couverture pédologique au fonctionnement biogéochimique des agroécosystèmes.

16Ce faisant, un tel parcours conduit aussi à suivre l’émergence des disciplines qui l’ont accompagné : de la chimie à la chimie agricole, puis de la chimie agricole à l’agrogéochimie en passant par la pédologie, la géochimie de surface, la pédobiologie et la biogéochimie.

17Tout cela permet de montrer in fine que la résolution de tout problème scientifique en relation avec le milieu, qu’il soit naturel ou anthropisé, correspond généralement à une très lente gestation, qui demande toujours la participation d’un grand nombre d’hommes de science et l’intervention de disciplines très variées !

18Mots-clés : Histoire — Nutrition des plantes — Pédologie — Agrogéochimie.

Hartmut Stützel : « Les sciences agronomiques expérimentales. Souvenirs d’hier, espoirs pour demain »

19L’agronomie a commencé à se développer comme une science expérimentale voici quelque 200 ans, à une époque où la population de l’Europe se trouvait en phase de croissance rapide. Au départ, les recherches avaient lieu au niveau des champs, des systèmes agraires et des exploitations individuelles. À mesure qu’elle se développait, la science agronomique est devenue de plus en plus spécialisée et réductionniste. De grands succès ont, certes, ainsi été enregistrés en termes d’augmentation de rendement, mais ils ont été accompagnés d’impacts écologiques négatifs. Aujourd’hui, le monde attend des agronomes en premier lieu une intensification de la production grâce à une plus grande efficacité de l’utilisation des ressources. Voilà qui requiert l’intégration de connaissances acquises à plusieurs niveaux systémiques. Ceci implique également que l’agronomie doit se développer comme une science systémique dans laquelle la modélisation, fondée sur des systèmes recourant à des ordinateurs, occupe une place centrale. L’agronomie restera une science expérimentale, mais à l’avenir, de nombreux essais seront menés par ordinateur afin d’accroître notre compréhension théorique des systèmes de production végétale.

20Mots-clés : Agronomie — Système agraire — Agriculture rationnelle — Agriculture biologique — Science systémique — Modélisation agronomique.

Marika Blondel-Mégrelis : « Le regard agro-écologique des chimistes de la première moitié du 19e siècle »

21Nous nous proposons de montrer que deux chimistes, chefs de deux écoles opposées, doivent être considérés comme des pionniers de l’agro-écologie. Cet aspect de leur œuvre est peu connu, mais pas mineur. J.-B. Boussingault, est célèbre par des travaux de longue haleine sur la nutrition azotée des plantes et des animaux ; J. Liebig est universellement salué comme le fondateur de l’agriculture rationnelle, c’est-à-dire chimique. Le premier, alors qu’il n’est pas encore vraiment chimiste, le second, chimiste confirmé mais fatigué de la chimie pure, prennent en considération les activités humaines et étudient leur impact sur l’environnement.

22C’est que l’agriculture est une industrie humaine : il s’agit donc de mesurer l’action des êtres humains sur les ressources naturelles, dont ils sont déclarés responsables.

23Certes, ils raisonnent en chimistes et emploient les méthodes des chimistes, mesurant les entrées et les sorties, mais les systèmes qu’ils définissent ne sont pas coutumiers des chimistes : ils sont incomparablement plus vastes, dans l’espace et dans le temps.

24Leur hauteur et leur largeur de vue sont peu communes à l’époque, surtout chez les chimistes, sans doute héritées de l’immense naturaliste Humboldt, auquel ils sont tous deux largement redevables. Les règnes sont étroitement solidaires, les équilibres fragiles et mobiles, pour une part entre les mains des hommes. Les matériaux de base de l’agriculteur, les eaux, les sols, ne sont pas des richesses inépuisables ; il faut les manier avec circonspection. Des équilibres persistant depuis des siècles peuvent être rompus en quelques dizaines d’années, au profit des plus riches ou des plus avancés. Mais c’est l’ensemble de la planète qui, à moyenne échéance, en paiera les conséquences.

25Mots-clés : Chimie agricole — Agro-écologie — Boussingault — Liebig.

Guy Paillotin : « Agriculture, société et rationalité »

26C’est un fait que la naissance de l’agriculture, son développement et enfin son essor exceptionnel depuis près de cinquante ans sont le résultat de ruptures scientifiques et techniques. Pourtant, celles-ci n’auraient jamais pu porter leurs fruits, sans l’accord et même l’attente des sociétés où le progrès technique s’est exprimé.

27Aujourd’hui, les composantes techniques et sociales du progrès se sont fortement rapprochées et posent question à l’agronomie. Comment concilier ce qui semble rationnel et ce qui paraît flou ? À l’évidence, de nouvelles perspectives scientifiques s’offrent aux agronomes. Encore faut-il les saisir.

28Mots-clés : Évolution de l’agronomie — Essor contemporain — Acceptation sociale — Production et consumérisme.

Michel Cointat : « Modernité et mémoire »

29L’agriculture dans sa conception de politique économique moderne ne date guère que de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les difficultés que soulève son évolution récente peuvent être cependant utilement éclairées à l’aide de trois exemples historiques importants.

30Le premier est celui d’Hannibal dont seule l’étude récente des paysages a pu montrer toute la justesse des choix tactiques. Les belles forêts établies sur certains sols humides de Haute-Marne en constituent un second dont les chênes à croissance par trop rapide sont bien souvent de piètre qualité en raison du phénomène de la « roulure ». Enfin, il a fallu attendre la découverte et la mise en culture de variétés de fruits suffisamment riches en sucres pour développer, suite aux travaux des auteurs du 16e siècle, la production de boissons alcoolisées sans apport de miels. Il apparaît ainsi que l’agronomie a besoin de l’histoire sans laquelle il n’est point de mémoire et donc de progrès.

31Mots-clés : Agronomie — Histoire — Mémoire — Développement.

Christian Feller : « Une fausse rupture ou l’intérêt du retour aux sources en histoire de l’agronomie »

32Dans leur majorité, les travaux historiques sur les théories de la nutrition végétale se réfèrent systématiquement à la trilogie : Palissy et sa « théorie des sels » (1580), Thaer et sa « théorie de l’humus » (1809), Liebig et sa « théorie minérale » (1840). Les historiens de l’agronomie et de la science du sol retiennent souvent le caractère génial et précurseur de Palissy quant à la théorie de la nutrition minérale, car il soulignerait, presque trois siècles avant Liebig, l’importance des « sels » pour la nutrition des plantes et la nécessité de les restituer au sol. C’est, semble-t-il, l’agronome-historien Grandeau (1879) qui redécouvre Palissy-précurseur en attribuant au terme « sel » utilisé par Palissy la signification moderne de composé chimique minéral. Or, une relecture du texte d’origine, que Grandeau avait pourtant lu, montre très clairement que ce n’est pas dans cette acception qu’il est utilisé par Palissy, mais dans celle d’un principe universel de croissance qui ne réfère pas spécifiquement aux composés minéraux ou organiques, une distinction qui n’existait pas à la fin du 16e siècle. Cette notion de sel-principe est classique à cette époque et perdurera jusqu’à la fin du 17e siècle. Palissy, qui est, par ailleurs, un savant exceptionnel, ne peut donc être considéré comme un précurseur de la théorie minérale.

33Mots-clés : Histoire — Nutrition végétale — Théorie des sels — Palissy — Liebig — Grandeau.

Pierre Cruiziat : « Comprendre la montée de la sève dans les arbres. De Hales (1727) à Dixon (1914) »

34À travers trois étapes dont chacune correspond à un auteur (Hales, Duhamel du Monceau et Dixon), un parcours dans l’histoire de notre compréhension des mécanismes du transport de l’eau du sol à l’atmosphère à travers l’arbre est proposé. Pour chacune on rappelle le contexte scientifique, une présentation de l’ouvrage principal de l’auteur dans ce domaine et des éléments d’appréciation de cette œuvre telle qu’un scientifique peut la lire aujourd’hui. En conclusion, deux points sont évoqués : i) la même expérience peut être interprétée suivant différents cadres conceptuels, lesquels évoluent au cours du temps ; ii) dans le présent domaine, si on s’en tient aux articles de revues scientifiques, il est très difficile de reconstituer avec précision le cadre conceptuel d’un auteur ; pour cela il faut faire le travail d’un historien des sciences.

35Mots-clés : Conceptions — Physiologie de l’arbre — Transport de l’eau — Hales — Duhamel du Monceau — Dixon.

Henry Feyt : « Évolutions et ruptures en amélioration des plantes »

36La sélection végétale a commencé avec la domestication, il y a 8-10 000 ans, débouchant sur les espèces et variétés traditionnelles, base de l’agriculture moderne.

37La sélection raisonnée sur des bases pragmatiques se développe à compter du 18e siècle pour les plantes à multiplication végétative et du milieu du 19e pour les espèces autogames, conduisant à l’émergence des sélectionneurs, des producteurs de plants ou de semences, qui peineront toutefois à faire reconnaître leur travail et leurs droits jusqu’au 20e siècle.

38Avec la « redécouverte » des lois de Mendel vers 1900, l’amélioration des plantes devient une science appliquée, utilisant des techniques de plus en plus sophistiquées, d’abord surtout mises en œuvre par le secteur public. La reconnaissance progressive des droits des obtenteurs favorise le développement d’entreprises privées qui vont très efficacement contribuer aux progrès de l’agriculture mondiale, particulièrement après 1945. L’instauration du système Upov en 1961 consolide le rôle des entreprises et conduit à la redéfinition du partenariat public/privé.

39Tout récemment, l’irruption des biotechnologies associée aux revendications des pays du Sud a soulevé le problème de la légitimité des droits de propriété intellectuelle sur le vivant et conduit au changement du statut des ressources génétiques adopté par la Conférence de Rio, mettant en question les usages et règles jusque là pratiquées dans le monde de la sélection. Cependant, le système de protection sui generis des variétés végétales peut être considéré comme un modèle susceptible d’apporter des réponses concrètes, efficaces et équitables aux questionnements actuels sur les ressources génétiques et la « protection du vivant ».

40Mots-clés : Amélioration des plantes — Histoire — Variétés végétales — Droit des obtenteurs.

Pascal Clouvel, Isabelle Michel-Dounias, Jean-Pascal Pichot, Michel Crétenet : « Organisation de la production cotonnière africaine. De la décolonisation à la libéralisation des filières »

41Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, des filières de production cotonnières se mettent en place dans la plupart des États d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Devenues de véritables États dans l’État, ces sociétés regroupent l’ensemble des métiers d’une filière agricole auxquels s’ajoutent les fonctions d’organisme de crédit et les activités de développement rural. Ébranlées depuis le début des années 90 par les changements de politique de la Banque mondiale et l’onde de choc de la libéralisation, ces organisations ont évolué diversement selon les pays avec toutefois les mêmes problèmes de transition d’un mode de fonctionnement intégré vers celui d’une pluralité d’opérateurs économiques au premier rang desquels les organisations paysannes.

42Pour la recherche agronomique, cette transition s’accompagne d’une profonde modification de la demande et des méthodologies d’approche. La plupart des références scientifiques en la matière ont été élaborées dans les pays du Nord et à l’usage de leur agriculture. Du fait que la terminologie et les concepts s’appliquent implicitement à une organisation sociale particulière, ils demandent à être revisités pour une utilisation dans les pays du Sud. C’est ce que proposent les auteurs, grâce à l’analyse historique des principales évolutions de ces sociétés.

43Mots-clés : Organisation sociale — Relations Nord-Sud — Concepts agronomiques.

Mark Overton : « Agronomie et histoire agricole en Angleterre »

44Ce travail tente d’évaluer de quelle manière l’agronomie peut éclairer notre compréhension des modifications agricoles qui ont affecté l’Angleterre entre le Moyen-Âge et le 19e siècle. Deux exemples de changements ou ruptures majeurs dans la continuité des systèmes agraires seront examinés. Le premier est l’épuisement supposé des sols de l’Angleterre moyenâgeuse tel qu’il a récemment été étudié par le bilan nutritionnel d’un village médiéval. Le second est la soi-disant révolution agricole. L’application de quelques concepts agronomiques simples renforce l’idée qu’une révolution agricole est invraisemblable au 17e siècle et que les principaux bouleversements sont bien un phénomène qui date de la fin du 18e siècle.

45Mots-clés : Agronomie — Histoire — Angleterre.

Martin Frielinghaus, Claus Dalchow : « Deux cents ans de Thaer à Möglin (Allemagne) »

46En 1804, Albrecht Daniel Thaer (1759-1852) suivit une invitation à transférer son domicile et ses activités au royaume de Prusse. Il acquit alors le domaine de Möglin dans la partie orientale de l’actuel État fédéral du Brandebourg. À Möglin, il put développer son concept d’agriculture rationnelle, gérée de manière à la fois économique et durable et basée sur rotation des cultures, amélioration des sols, augmentation de la production fourragère, de l’élevage en étable, du pâturage et de l’élevage d’ovins. Il contribua activement à formuler les réformes agraires prussiennes et plusieurs des critères encore utilisés pour l’évaluation des sols en Allemagne sont basés sur des idées de Thaer. En 1806, Thaer fonda une école d’agriculture à Möglin, qui allait devenir Académie agricole royale de Prusse jusqu’en 1862. Bien des idées de Thaer ont toujours cours aujourd’hui. À l’automne 1804, l’Association A.D. Thaer a célébré le 200e anniversaire de l’achat du domaine de Möglin en organisant un congrès international.

47Mots-clés : Réforme agraire en Prusse — Académie agricole — Agriculture rationnelle — Domaine de Möglin — Théorie de l’humus — Rotation — Élevage ovin — Évaluation des sols.

Jean-Daniel Candaux : « Nicolas-Théodore de Saussure et ses archives. Un survol documentaire (Suisse) »

48Nicolas-Théodore de Saussure (1767-1845) n’a pas encore trouvé son biographe. Les archives de la famille de Saussure, conservées depuis le milieu du siècle dernier à la Bibliothèque publique et universitaire de Genève, contiennent pourtant de nombreux manuscrits provenant de lui : notes de travail et de lectures, journaux de voyage, correspondance, papiers d’affaires, etc. Les divers brouillons et mises au net des Recherches chimiques sur la végétation (1804) permettent notamment d’éclairer la laborieuse genèse de cette œuvre majeure. L’inventaire des journaux et notes de voyage du savant, embrassant près de 35 ans de sa vie, donne un premier aperçu de ses relations et de ses curiosités intellectuelles.

49Mots-clés : Archives — Inventaire — Nicolas-Théodore de Saussure — Genève.

Patrick Bungener : « La botanique au service de l’agriculture. L’exemple des savants genevois »

50En France, certains historiens s’accordent à dire que les botanistes du 18e siècle ne s’intéressent à leur discipline que dans le seul but d’acquérir la connaissance parfaite du règne végétal, sans légitimer leurs recherches par ce qu’elles peuvent amener au progrès de l’agriculture. Pourtant, à cette époque, un débat a lieu parmi les botanistes quant à l’inclusion par la botanique de considérations utilitaires, et portant précisément sur la culture des plantes et leur multiplication.

51À Genève, les savants tels que Charles Bonnet, Horace-Bénédict de Saussure ou Jean Senebier, influencés par l’agronome français Henri-Louis Duhamel du Monceau, motivent leurs recherches en « physique végétale » par leur intérêt pour le progrès agricole. Bien que d’origine baconienne, la reconnaissance de l’utilité du savoir scientifique, en botanique, apparaît fréquemment dans les écrits naturalistes du siècle des Lumières, et tout particulièrement chez les savants genevois.

52Mots-clés : Histoire — Agriculture — Botanique — 18e siècle — Genève.

Thomas Fouilleron : « Nobles de cour, nobles des champs. Culture et pratiques agronomiques des princes de Monaco, des Lumières au premier 19e siècle »

53L’agromanie des Lumières n’a sans doute pas eu, dans le progrès aux champs, le rôle qui lui est parfois prêté. Mais, pour les trois princes de Monaco qui participent de cette inclination, elle est, en tout cas, plus qu’un hobby. S’ils sont des amateurs éclairés, ils ont aussi un projet politique et social : le patronage du monde rural.

54Honoré III (1720-1795) épouse, en Normandie, la double mode aristocratique de l’élevage chevalin et de l’anglomanie. L’implantation du mûrier à Monaco, à partir des années 1730, suit les efforts fournis par la monarchie française pour développer, en ses provinces, cette culture réputée rémunératrice, et manifeste la volonté des princes de diversifier les ressources de la principauté. La possession par le duc de Valentinois, futur Honoré IV (1758-1819), d’un nombre relativement important de livres d’agronomie, y compris d’ouvrages anglais, atteste encore, à la fin du 18e siècle, d’une dilection certaine pour le ménage des champs. Honoré V (1778-1841), quant à lui, plus praticien que savant, retiré sous la Monarchie de juillet sur ses terres de Basse-Normandie, s’oppose aux excès du libéralisme et veut renouer les liens entre château et paysannerie : son objectif est de profiter des surplus de production que permettent les nouveaux assolements pour occuper et nourrir nécessiteux et mendiants.

55Annonçant l’agrarisme de la fin du 19e siècle, cet investissement agro-philanthropique témoigne de la permanence de l’idéal paternaliste du gentilhomme rural. Plus social, économique ou politique que scientifique, il ouvre néanmoins la voie à des formes de progrès.

56Mots-clés : Noblesse — Philanthropie — Monaco — Normandie — Lumières.

Jean-Pascal Simonin, François Vatin : « La pensée agronomique de Briaune (1798-1885, France) »

57Briaune fut le premier professeur d’économie rurale de l’Institution royale agronomique de Grignon de 1833 à 1838. Son œuvre se caractérise par un rejet des théories agronomiques générales et par une étude des pratiques agricoles optimales pour chaque situation. Cette démarche est illustrée par une de ses contributions : la réhabilitation du système des pâturages permanents rejeté par la théorie agronomique de son époque.

58Mots-clés : Pratique agricole — Pâturages permanents — Politique rurale.

Fabien Knittel : « Conception et diffusion de l’innovation en agriculture. L’exemple de Mathieu de Dombasle (France) »

59L’agronome lorrain Mathieu de Dombasle (1777-1843) est considéré comme un inventeur d’instruments aratoires perfectionnés, comme la charrue sans avant-train, et de pratiques nouvelles. En fait, il n’a rien inventé au sens propre mais il a réinvesti l’héritage de l’agriculture nouvelle du 18e siècle et s’est distingué par la manière dont il a diffusé ses idées et ses machines agricoles : ce sont en réalité les multiples modalités de diffusion qu’il a adoptées qui font de lui un innovateur.

60Mots-clés : Mathieu de Dombasle — Innovation — Histoire de l’agronomie — Lorraine — Travail du sol — Charrue — Enseignement agricole.

Michèle Brunet : « Paysages, territoires, longue durée. Témoignage d’une archéologue »

61Parallèlement aux sources écrites, l’archéologie du paysage, apparue dans les années 1970, fournit une nouvelle catégorie de données pour élaborer une histoire commune et interdépendante de l’homme et de l’environnement. À travers l’exemple de Délos, une Cyclade grecque, lieu très célèbre durant l’Antiquité classique en dépit de sa petite taille, nous pouvons esquisser l’histoire d’un paysage agraire durant plus de deux millénaires, depuis son façonnage au cours du 5e siècle av. J.-C. jusqu’à nos jours.

62Mots-clés : Archéologie du paysage — Agriculture vivrière — Histoire de l’économie antique — Terrasses de culture — Cultures irriguées.

Catherine Chadefaud : « Anthropisation et transformation du paysage dans l’Égypte ancienne »

63La réflexion sur le paysage amène les historiens à croiser des informations hétérogènes : architecture, inscriptions hiéroglyphiques, iconographie, objets quotidiens, macrorestes végétaux. L’espace fut domestiqué, cadastré le long du Nil, axe du travail des hommes. Des exemples, choisis à différentes échelles, dans l’espace et dans le temps, proposent une lecture ouvrant sur l’anthropisation et les pratiques agronomiques. La politique volontariste des pharaons d’assèchement et d’aménagement des marais est observée à travers le cas du Fayoum (de 1800 av J.-C. à l’époque grecque). Un autre exemple aborde les vergers et jardins aménagés par les hauts fonctionnaires du Nouvel Empire (1500/1400 av. J.-C.) dans la région de Karnak. Le dernier point concerne la structuration du paysage à l’époque grecque lagide, à travers les plantations d’arbres sacrés, de tertres arborés dans les territoires des temples, pour l’ensemble des provinces. La conclusion propose sur la longue durée, de Chéops à l’époque grecque, une vision d’ensemble de l’utilisation de la crue du Nil, élément constructeur du paysage, de l’irrigation et du rythme de travail d’une société de l’antiquité.

64Mots-clés : Fayoum — Irrigation — Légumineuses — Crues du Nil — Vergers.

Mélica Ouennoughi : « Maintien des pratiques de cultures phœnicoles oasiennes »

65Malgré les bouleversements actuels des oasis sahariennes, le palmier dattier demeure un symbole fort de la civilisation méditerranéenne et est considéré in fine comme la base d’une agriculture durable. La présence de dattiers dans diverses parties du monde procède d’introductions plus ou moins récentes et répond à des attentes purement agricoles de production. Dans ce contexte, le palmier dattier, introduit par semis de noyaux par les déportés maghrébins de 1871, prend une signification particulière en Nouvelle-Calédonie. À cette époque, les dattes étaient une nourriture de base pour de nombreux habitants du Maghreb : certaines variétés sèches étaient d’excellente conservation et fournissaient aux populations nomades en particulier mais pas seulement, une ressource alimentaire de base riche en calories et en sels minéraux. L’histoire et l’agronomie nous montrent que, par devers eux, des oasiens au cours de leur long voyage ont gardé une réserve de ces fruits. On s’aperçoit que, en reconstituant en Nouvelle-Calédonie un espace rappelant le pays natal, des oasiens ont obéi à un réflexe de survie.

66Mots-clés : Palmier dattier — Civilisation — Phœniciculture — Oasis — Nouvelle-Calédonie — Biodiversité génétique.

Régis Ambroise : « Le projet de paysage en agronomie »

67Le retour sur l’histoire amène à comprendre combien les paysages ruraux dont on considère qu’ils méritent d’être protégés ont été, à l’origine, le résultat d’un projet technique, politique, culturel suffisamment puissant pour qu’il arrive à traverser une ou plusieurs périodes historiques. Les paysages sont l’expression de projets. Les spécialistes contemporains du paysage ont décrit comment s’est exprimée, dans les époques qui nous ont laissé le plus de témoignages remarquables, une pensée paysagère agronomique et paysanne liée aux réflexions concernant le projet agricole et l’aménagement du territoire. Cette culture paysagère est elle-même le reflet des valeurs de l’époque. Comment aujourd’hui réintégrer la question du paysage dans le projet agronomique contemporain ?

68Mots-clés : Paysage — Histoire -— Pensée agronomique — Contemporéanité.

Jean Pluvinage, Jean-Luc Mayaud : « De l’exploitation rurale du 19e siècle à l’exploitation agricole multifonctionnelle du 21e siècle »

69Cette communication montre que la multifonctionnalité de l’exploitation agricole, dont la reconnaissance est, aujourd’hui, une question de politique agricole, repose sur des fondements historiques. Elle trouve notamment ses racines dans le rôle dédié à la petite exploitation rurale par la Révolution française ; on demande à cette exploitation de contribuer à l’organisation d’une société et de son territoire, tout en assurant la production d’aliments. Aujourd’hui, comme hier, il s’agit de produire des biens agricoles, tout en gérant des ressources, privées et communes, dans le cadre d‘activités interférant en permanence avec celles de la société urbaine.

70Mots-clés : Exploitation agricole — Historique — Production — Gestion — Contribution sociale.

Pascal Marty, Jacques Lepart, Georges Kunstler : « Le paysage culturel rattrapé par sa dynamique. L’exemple des Grands Causses »

71L’analyse des paysages se structure autour de deux tendances : une lecture écologique et une lecture culturelle. Ces deux manières d’appréhender les paysages sont confrontées à la difficile question de la dynamique des paysages. Partant de l’idée que la césure entre une lecture fondée sur les représentations et une analyse du paysage comme système naturel est un obstacle à la compréhension des processus naturels et sociaux en jeu dans les changements de paysages, ce chapitre propose une réflexion sur le décalage entre les représentations et la matérialité spatiale dans un contexte de forte mobilité du paysage.

72Ce texte montre dans un premier temps comment le paysage des Causses, de paysage jugé indigne d’intérêt au début du 20e siècle est devenu un élément du patrimoine. Nous analysons la manière dont des ouvrages destinés au grand public définissent les caractéristiques des paysages et des sociétés des Causses en opérant une « esthétisation » des milieux ouverts et de la manière d’être caussenard.

73Dans un deuxième temps, nous montrons que ce paysage, figé dans une imagerie patrimoniale, est en réalité très dynamique. Après avoir mis en évidence, grâce à des cartes diachroniques, la transformation des paysages, nous présentons les mécanismes écologiques et principalement les interactions positives entre espèces ligneuses qui garantissent aux principales plantes colonisatrices (pin sylvestre, chêne pubescent) un succès qui aboutira à la transformation des milieux ouverts en forêts.

74Enfin, nous expliquons pourquoi les modes d’utilisation des sols par l’agriculture actuelle ne sollicitent que très peu les milieux ouverts. De ce fait, nous montrons que le paysage caussenard de référence dans le cadre de la patrimonialisation actuelle n’est pas le paysage stable et en équilibre avec l’activité pastorale que décrit la vulgate. C’est en réalité un état de transition entre le paysage très ouvert et très cultivé de l’agriculture d’Ancien Régime et le paysage à dominante forestière à l’époque de l’agriculture mondialisée.

75Mots-clés : Paysage — Patrimoine — Écologie — Agriculture — Dynamique — Causses.

Étienne Landais, Fabien Boulier, Paul Robin : « Agronomie et agronomes. Quelles perspectives pour le pôle montpelliérain ? »

76L’agronomie française vit probablement un moment très important pour son avenir et connaît de profondes mutations. Ainsi, le pôle d’enseignement supérieur et de recherche de Montpellier, héritier d’une longue tradition et fort de sa dimension internationale méditerranéenne et tropicale, se réorganise. La création d’une « Faculté agronomique » est prévue en 2006. La concentration remarquable d’unités de recherche, dont beaucoup sont mixtes, dessine un espace scientifique et technique original centré sur l’agriculture, l’agroalimentaire, l’alimentation et l’environnement, bénéficiant d’un contexte universitaire et institutionnel privilégié. Le projet agro-écologique qui fédère ces acteurs repose sur la volonté d’entretenir un dialogue permanent entre les disciplines finalisées qui sont au cœur du projet et les disciplines académiques où s’élaborent les nouveaux savoirs. Son avenir suppose la transmission aux nouvelles générations des compétences spécifiques et de la culture agronomique qu’il met en jeu. Étroit dans le secteur de la biologie en particulier, ce dialogue interdisciplinaire mérite la plus grande attention à l’égard de l’écologie et des sciences sociales.

77La transmission des savoirs apparaît comme le parent pauvre du pôle face aux universités étrangères. L’enseignement supérieur agronomique doit donc se rapprocher de la recherche agronomique, dont l’offre de formation apparaît à cette lumière fortement déficitaire. Former des porteurs de savoirs utiles à la société et des sujets de l’histoire à venir, n’est-ce pas le premier geste de cette « espérance responsable » qui seule peut inspirer le projet d’un développement plus durable ?

78Mots-clés : Enseignement — Recherche — Agronomie — Ingénierie — Avenir.

Paul Robin, Jean-Paul Aeschlimann : « Éléments de réflexion sur la formation agronomique et l’agriculture de demain »

79Articuler histoire et prospective autour du champ agronomique pose des difficultés tant philosophiques que méthodologiques. Les communautés académiques, qu’elles relèvent des sciences humaines ou des sciences expérimentales, ne peuvent rester indifférentes aux nouveaux défis que nos sociétés affrontent. Face à ces enjeux, l’analyse systémique devient une méthodologie incontournable. Appliquée aux interactions entre organismes vivants et entre écosystèmes, entre espaces naturels et artificialisés, une approche écologique conduit à changer de vision et à remettre en cause les modèles épistémologiques dominants. Les quelque cinquante ans d’évolution de la pensée d’Eugène Odum en témoignent, même si celle-ci n’est qu’un des regards possibles sur la science écologique.

80Les défis environnementaux engagent aussi nos sociétés à définir leurs critères éthiques de comportement par rapport aux pratiques scientifique, sociale ou politique. Ce renouvellement de l’éthique interpelle profondément la responsabilité des acteurs et dans des termes inédits. À travers son Principe Responsabilité, Hans Jonas incite à reconquérir, par une « ouverture à l’appel toujours plus immense et incitant à l’humilité », « le respect devant ce que l’homme était et devant ce qu’il est, en reculant d’horreur devant ce qu’il pourrait devenir ». Acquérir un regard écologique et formaliser une éthique de la responsabilité nécessite en premier lieu une prise de conscience qui repose fondamentalement sur le temps long, l’histoire et la diffusion de la pensée d’Aldo Leopold le prouvent abondamment. Les acteurs des sciences rurales et agronomiques comme ceux du monde agricole ne pourront faire l’économie de cette prise de conscience. Aussi la perspective historique constitue-t-elle un élément essentiel de cet éveil et justifie-t-elle que soit mis au plus vite en gestation une nouvelle croisée de chemins.

81Mots-clés : Agriculture — Agronomie — Conscience — Écologie — Responsabilité — Temps long.

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540