Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et agronomie

 | 
Paul Robin
, 
Jean-Paul Aeschlimann
, 
Christian Feller

Recherche et formation en agronomie : des visions d’avenir

Introduction

Texte intégral

« Prudence toutefois : même s’il augmente le nombre des options, le savoir ne saurait constituer le fondement unique de la prise des décisions, car il est et sera toujours incomplet. Il ne peut dès lors prétendre rendre compte de tous les aspects du monde qui concernent la vie humaine comme la qualité de l’environnement. Le savoir représente une ouverture vers des possibilités nouvelles ; en tant que guide du choix ou source d’une éthique, son efficacité est beaucoup plus limitée. La gestion de la terre doit donc être, en dernière analyse, consciente des valeurs profondément humaines et donc orientée vers celles-ci. Les systèmes humains diffèrent des systèmes naturels en ce qu’ils sont téléologiques en même temps qu’écologiques. Chaque société humaine a sa propre représentation du futur qui oriente ses choix politiques. Ainsi, aujourd’hui, l’importance de l’étendue de notre intervention sur la nature est-elle inévitablement influencée par les attitudes de la société à l’égard des ressources naturelles. »
(René Dubos, Courtisons la Terre, 1980, Stock, p. 231, La terre et ses hommes)

1Il est banal de constater que l’ignorance d’une identité profondément enracinée est susceptible d’inhiber la capacité de reconnaissance par soi-même et par les autres. On a vu aussi combien les paradigmes soumis à l’épreuve du temps portent la marque d’une quête incessante vers toujours plus d’unité de la pensée alors même que la multiplicité des apparences entraînerait au contraire vers la confusion. Chaînes et trames s’usent, se fragilisent, se déchirent pour, déracinées, céder la place à de nouvelles harmonies. Les acteurs sont ici des hommes soumis aux contraintes de leur temps, aux exigences des princes et des rebelles, des nations et de leurs peuples. Un monde nouveau a émergé des Lumières, favorable au partage de l’information comme à l’échange de spécimens. L’universellement démontrable au regard de tous est devenu la « loi » qui devait permettre d’échapper à Hermès. Les philosophes comme les empiristes se sont reconnus différents et pourtant semblables par-delà les frontières et les langues. Nous sommes aujourd’hui encore les héritiers de leur liberté à penser le futur et à contester les dogmes et les institutions. Qu’aurons-nous fait de cet héritage ? Et comment pouvons-nous penser un futur où la biosphère devient la maison commune alors que quelques prés et sylves, un bœuf, une charrue, un certain savoir-faire et la grâce de Dieu suffisaient à nos ancêtres ? Les paysages, certes, sont encore là, espaces habités dont nous avons toujours la jouissance économique et esthétique ; mais pour combien de temps encore ?

2Pourrait-on dire que Thaer a eu deux pères, l’un biologique à Hanovre, empli de l’antique rigueur et l’autre universitaire à Göttingen, initiant le jeune étudiant à la pratique raisonnée et à l’observation des malades et des faits ? Voilà le double héritage dont il usera sans ménagement quand il écrira ses Principes Raisonnés d’Agriculture qui ouvriront des horizons insoupçonnés aux acquis hollandais comme aux constatations roboratives des Anglais. De cette antique rigueur alliée à l’amour des hommes et des faits naîtra le chantier, tout neuf en Europe, de l’enseignement agricole qui réconcilie pratique et théorie. De la même façon, de Saussure a eu deux pères, l’un biologique, géologue et voyageur impénitent, riche d’une multitude de relations entretenues à travers toute l’Europe et l’autre, Senebier, maître en physiologie expérimentale et initiateur à la chimie lavoisienne. Double héritage qui engendrera, avec les Recherches Chimiques sur la Végétation une discipline révolutionnaire dans le champ traditionnel de l’agriculture dont naîtra l’agronomie expérimentale, nouveau savoir sur les sols et les plantes.

3Alors que les bouches à nourrir sont de plus en plus nombreuses, que terre et eau sont âprement disputées, que le village devient « global », que sommes-nous conviés à partager afin de survivre ? Penser le futur exige que nous revoyions nos modes d’intelligence de la complexité et de la transmission (Landais et al.) ainsi que nos modes de responsabilité et d’engagement (Robin et Aeschlimann). Penser le futur n’est-ce pas aussi vouloir rendre la terre plus humaine en une symbiose de l’homme et de la terre.

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540