Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et agronomie

 | 
Paul Robin
, 
Jean-Paul Aeschlimann
, 
Christian Feller

Paysages et agronomie

Introduction

Texte intégral

« It is inconceivable to me that an ethical relation to land can exist without love, respect, and admiration for land, and a high regard for its value. By value, I of course mean something far broader than mere economic value ; I mean value in the philosophical sense. (...)
The key-log which must be moved to release the evolutionary process for an ethic is simply this : quit thinking about decent land-use as solely an economic problem. Examine each question in terms of what is ethically and esthetically right, as well as what is economically expedient. A thing is right when it tends to preserve the integrity, stability, and beauty of the biotic community. It is wrong when it tends otherwise. (...)
The evolution of a land ethic is an intellectual as well as emotional process. »
(Aldo Leopold, A Sand County Almanac and Sketches here and there (1949), 1989, Oxford University Press, pp. 223, 224, 225, The Land Ethic)

1L’expérience humaine et l’apprentissage de la diversité ne se forgent-ils pas dans l’ouverture au voyage et la découverte des paysages ? Des épreuves de Moïse ou d’Ulysse au témoignage de Marsh (Man and Nature, 1864) ou à l’invitation de Dubos (Courtisons la Terre, 1980) voyage et paysages incitent à méditer sur les tumultes et les joies que la nature offre à l’homme, sur les bonheurs et les affres que l’homme fait subir à celle-ci. Les voyageurs témoignent ainsi de la diversité des agricultures et des cultures, des errements de l’homme dans la gestion de ses milieux, mais aussi de son inventivité pour découvrir le « génie d’un lieu », preuve de son « adaptation créatrice ». Dans les Cyclades ou sur l’Aubrac, les murets de pierres délimitent propriétés et territoires au propre comme au figuré, les horizons de canopées et de prairies identifient la géologie et le climat d’un environnement nourricier. Harmonies des règnes, des genres et des couleurs, les écosystèmes reflètent les héritages successifs des hommes qui ont peigné sur la « foule » les fils habilement choisis ou seuls laissés disponibles par les générations antérieures. Familiers, ces paysages nous structurent. Etrangers, ils nous interrogent. Dans les deux cas, les traces ouvertes à l’exploration reflètent la variété des espaces humanisés. Comment donc penser traces et espaces ?

2Les traces physiques enfouies dans le palimpseste des paysages admirés des touristes font le bonheur des archéologues invités à leur donner un sens pratique. Orienter une culture d’olivier, irriguer un jardin, faire paître un troupeau sur une île grecque laisse des traces de longue durée parfois difficiles à décrypter dans l’espace collectif. Recoupées avec les textes anciens, elles peuvent devenir riches d’enseignements (Brunet). Conservées à travers les siècles sur certains monuments, les traces iconographiques s’offrent à la lecture de l’égyptologue. La place d’un symbole végétal dans une scène de la vie quotidienne ou religieuse en dit long sur les représentations d’un espace ou les fonctions d‘une espèce ; cependant, elle peut rapidement trahir le non-initié et n’a de sens que remise dans son contexte (Chadefaud). Mobilisées avec les graines de palmier jusqu’au-delà des océans, les traces culturelles d’un arbre porteur d’identité soulignent la volonté de pérenniser un héritage culturel (Ouennoughi). Incarnant une organisation sociale et politique, ses horizons et ses hiérarchies, les espaces habités témoignent toujours d’un projet que la peinture peut rendre évident dès la Renaissance, comme le regard du randonneur ou du photographe d’aujourd’hui. Il existe un langage esthétique de l’espace dont nous ignorons la grammaire quand elle est ancienne et que nous peinons à formuler dans le débat politique (Ambroise). Les espaces ont aussi une économie, qui peut se manifester à travers la multifonctionnalité de leurs structures et de leurs habitants (Pluvinage et Mayaud) et une dynamique, fondée sur des valeurs et sur une forme d’éthique qui participent ainsi d’une créativité souvent insoupçonnée (Marty et al.). Le décryptage des trames sur la « foule », ne serait-ce que par la complexité des disciplines nécessaires à une lecture, à une analyse et à une construction pertinente des espaces, impose plus que jamais la symbiose des champs de compétence et invite à admirer la richesse des gestes qui ont présidé à leur création.

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site