Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et agronomie

 | 
Paul Robin
, 
Jean-Paul Aeschlimann
, 
Christian Feller

Histoire agronomique des nations

Nicolas-Théodore de Saussure et ses archives

Un survol documentaire (Suisse)

Jean-Daniel Candaux

Texte intégral

1Il n’est jamais facile d’être le fils d’un grand homme. Tandis que son illustre père a suscité de nombreux travaux historiographiques, Nicolas-Théodore de Saussure reste mal connu et attend toujours son biographe. Depuis les nécrologies des années 1845-1847, c’est à peine si quelques pages ou quelques notices lui ont été consacrées dans des ouvrages généraux, des recueils collectifs ou des dictionnaires. Ses publications, dont la liste a été dressée plusieurs fois et publiée en dernier lieu dans le travail de John Briquet en 1940, sont certes disponibles dans toutes les grandes bibliothèques, mais la présente étude voudrait montrer qu’il existe aussi sur sa vie, sa carrière et son œuvre une importante documentation inédite, renfermée dans les archives de la famille de Saussure conservées à la Bibliothèque publique et universitaire de Genève.

La famille de Saussure et ses archives

2Tous les de Saussure qui se sont fait un nom dans l’histoire appartiennent à la branche genevoise de la famille et sont tous issus de Nicolas de Saussure (1709-1791), allié DelaRive, connu pour ses travaux d’agronomie, récemment mis en lumière par Dominique Zumkeller.

3Nicolas de Saussure n’a eu que deux enfants : un fils, Horace-Bénédict, dont on va reparler, et une fille restée célibataire, Judith (1735-1809), à laquelle le professeur Jacques Proust a consacré en 1992 une précieuse monographie.

4Horace-Bénédict de Saussure (1740-1799), le premier savant majeur de la famille, a épousé en 1765 Albertine Boissier (1745-1817) qui lui a donné trois enfants : une fille d’abord, également prénommée Albertine (1766-1841), qui deviendra en 1785 la femme du second Jacques Necker (1757-1825), neveu du ministre de Louis XVI, et qui se fera connaître par sa notice de 1820 sur sa cousine Germaine de Staël et par son célèbre traité de 1828 sur l’Education progressive ; puis deux fils : Nicolas-Théodore (1767-1845), resté sans descendance de son mariage de 1796 avec Renée Fabri (1767-1847) et Alphonse (1770-1853), une nullité scientifique, mais à qui son épouse Fanny Crud donna deux fils de renom : Théodore (1824-1903), allié Pictet-DelaRive, colonel, député, etc., le Genevois le plus répandu de son temps, mais mort sans descendance ; et Henri (1829-1905), fameux naturaliste et ethnologue connu pour son exploration du Mexique, auquel son épouse Louise de Pourtalès donna trois filles et six fils, l’aîné d’entre eux étant le linguiste Ferdinand de Saussure (1857-1913), second savant majeur de la famille.

5Constituées par une série d’apports échelonnés entre 1955 et 1996 (d’où la dispersion des cotes), les archives de la famille de Saussure forment à la Bibliothèque de Genève une série de 414 numéros où l’on distingue notamment les ensembles suivants :

Horace-Bénédict de Saussure MSS Saussure 1-122, 218-224, 237-238, 241, 254

Nicolas-Théodore de Saussure MSS Saussure 120-201 et 256-257

Henri de Saussure le Mexicain MSS Saussure 225-236, 244-247, 270-353

Ferdinand de Saussure MSS Saussure 366-388 + MSS Fr. 3951-3974

Les papiers de Nicolas-Théodore de Saussure

6Plus de 80 numéros des archives de Saussure concernent Nicolas-Théodore, mais le compte n’est pas facile à faire car la séparation n’est pas toujours nette entre les manuscrits du père et ceux du fils. On sait que Nicolas-Théodore a été longtemps le collaborateur d’Horace-Bénédict et l’on découvre en outre que, pour ses propres notes, il s’est parfois servi des feuillets laissés blancs dans les manuscrits de son père.

7Voici néanmoins un essai de classement thématique des papiers de Nicolas-Théodore de Saussure :

Notes et exercices d’étudiant, notes de lecture MSS Saussure 146-147, 155, 173, 179, 205, 256/1

Notes et carnets de voyage, 1789-1833 MSS Saussure 125, 152, 157-162, 191-195, 197, 256/2

Journal à la manière de Gibbon (en français puis en latin), 2-30 décembre 1797 MS Saussure 123, f. [2-5]

Notes de travail : expériences, observations MSS Saussure 120-145, 148-151, 156, 196-198, 200, Analyses, projets, 1797-1843 257

Notes préparatoires de son cours de géologie et minéralogie MS Saussure 163

Recherches chimiques sur la végétation, 1804

Rédactions antérieures à la publication MS Saussure 171

Copie corrigée en vue d’une réédition MS Saussure 172

Brouillons de divers mémoires scientifiques, 1806-1841 MSS Saussure 164-170

Notes diverses, Miscellanea MSS Saussure 152-154, 174-177, 180, 196-199

Répertoires alphabétiques MSS Saussure 156, 178

Correspondance :

Brouillons de ses propres lettres MSS Saussure 189, 190/3

Lettres originales à son père, 1780-1795 MS Saussure 238

Autres lettres reçues MS Saussure 190/2

Album d’autographes MS Saussure 201

Diplômes reçus, 1798-1842 MS Saussure 190/4

Livres de comptes, factures MSS Saussure 182-188, 198, 220, 256

Affaires immobilières MSS Saussure 181, 189, 190/1

Nicolas-Théodore de Saussure, étudiant puis professeur

8La formation de Nicolas-Théodore de Saussure a été strictement genevoise. Durant ses études à l’Académie de Genève, qui n’ont duré d’ailleurs que quatre ans (1782-1786), ses principaux maîtres ont été l’historien Paul-Henri Mallet (1730-1807), le mathématicien Louis Bertrand (1731-1812), l’astronome Jacques-André Mallet (1740-1790), exact contemporain de son père, le physicien et philosophe Pierre Prevost (1751-1839) et le physicien, météorologue, astronome et futur publiciste Marc-Auguste Pictet (1752-1825), dont la carrière et les publications sont bien connues. Quant à leur enseignement, il l’est aussi, grâce au monumental ouvrage de Charles Borgeaud sur l’Académie de Genève, daté de 1909 mais qui n’a pas cessé de faire autorité. Tout au plus peut-on ajouter que la Bibliothèque de Genève possède deux importants recueils constitués à partir de cours académiques donnés à Genève, à l’époque où Nicolas-Théodore de Saussure était un étudiant. Il s’agit des huit cahiers du cours de physique de Marc-Auguste Pictet rédigés en 1784 par le chimiste Pierre-François Tingry (MS Fr. 2134) et de l’abrégé des 35 leçons du cours d’astronomie donné par Jacques-André Mallet du 5 février au 6 avril 1787, mis au net par Guillaume-Antoine Deluc (MS Cours univ. 133).

9Sur l’enseignement de Nicolas-Théodore de Saussure, qui passe pour lui avoir pesé, on possède un témoignage de première main dans le MS Cours univ. 436 de la BPU intitulé « Cours de minéralogie & géologie par mr le Prof. De Saussure. (25 février-27 avril) 1805. Rédigé séance tenante par Louis Odier ».

La correspondance de Nicolas-Théodore de Saussure

10Nicolas-Théodore de Saussure n’est pas un grand épistolier. Ses correspondants ne paraissent pas avoir été très nombreux. Il ne s’est d’ailleurs pas soucié, semble-t-il, de conserver leurs lettres : celles que lui écrivait son père, par exemple, n’ont pas été retrouvées. Au 19e siècle, l’un de ses parents a formé un album d’autographes en y réunissant une cinquantaine de pièces portant des signatures plus ou moins prestigieuses. Quant aux lettres qu’il écrivait lui-même, il n’en a pas non plus gardé systématiquement copie. On en trouve pourtant deux petites séries dans les archives de Saussure.

11La première (MS Saussure 238) est formée d’une vingtaine de lettres adressées à son père Horace-Bénédict de Saussure aux dates suivantes :

  • le 21 septembre 1780, pendant le voyage d’Horace-Bénédict à Gênes, en réponse à une lettre écrite de Chambéry ;

  • vers fin juillet-début août 1781, deux lettres non datées, écrites en latin et adressées à Martigny, durant l’excursion d’Horace-Bénédict au Glacier d’Otemma ;

  • entre la seconde quinzaine d’août et le début de septembre 1790, six lettres non datées, adressées à Aix-les-Bains (« Aix-en-Savoye ») où Horace-Bénédict faisait une cure ;

  • entre août 1793 et avril 1794, huit lettres écrites à son père par Nicolas-Théodore pendant son séjour en Angleterre, adressées à Genève et datées du 9 août [1793] (reçue le 23 août), du 4 septembre [1793] (reçue le 27 septembre), du 13 novembre 1793, au retour d’un voyage jusqu’à Derby, du 25 décembre [1793] et des 6 janvier, 28 février, 6 mars et 5 avril [1794] ;

  • en août-septembre 1795, quatre lettres écrites de Rolle à Horace-Bénédict pendant son ultime voyage en Auvergne et adressées le jeudi 20 août [1795] à Bourbon-L’Archambault (Allier), le samedi 19 août [1795] on ne sait où, le dimanche 6 septembre [1795] à Clermont-Ferrand et le 18 septembre 1795, à Lyon (cette dernière lettre incomplète du premier feuillet).

12La seconde série (MS Saussure 239) est constituée d’une quinzaine de lettres adressées par Nicolas-Théodore à sa tante Judith de Saussure, établie à Montpellier où elle demeurait « vis-à-vis de la petite porte de l’Eglise des Jésuites ». Ces lettres, postérieures au décès d’Horace-Bénédict, sont datées du 20 germinal [an VII] (9 avril 1799), du 22 prairial an X (11 juin 1802), du 20 janvier 1805, du 1er juillet 1806, du 5 mars 1807, des 17 mars et 16 avril 1807 (ces deux lettres datées de Paris), des 8 juin, 13 juillet et 2 novembre 1807 (ces trois lettres datées de sa campagne de Chambésy), du jeudi 25 février [1808], du 6 juin 1809, du 2 octobre 1809 (datée de Toulon), des 15 octobre et 14 novembre 1809. Cette série, plus encore que la première, mériterait de voir le jour.

Les rédactions successives des Recherches chimiques sur la végétation

13Dans la mesure où les Recherches chimiques sur la végétation apparaissent comme l’œuvre majeure de Nicolas-Théodore, le MS Saussure 171 revêt une indéniable importance. Les liasses réunies dans ce carton permettent de reconstituer cinq, voire six rédactions successives de l’ouvrage.

14Il existe une première rédaction des chapitres II- IV, écrite sur une colonne, paginée 21-69 et fort raturée (liasses 22 et 24). Le chapitre II est intitulé « De la vegétation dans le Gaz azote », le chapitre III (qui paraît incomplet) « De l’influence du gaz hydrogene sur la vegétation ». Le titre du chapitre IV « Influence du gas oxygene sur la vegetation » a été corrigé en « Influence du gaz oxygene sur la germination ». Entre autres variantes importantes, on relève qu’en page 54, un texte de plus de trente lignes a été collé sur la version originale abandonnée. Dans une note du chapitre IV (p. 47), Nicolas-Théodore se réfère à un mémoire lu par lui à la Société d’histoire naturelle de Genève le 2 messidor an 7, soit le 20 juin 1799.

15D’une deuxième rédaction, écrite de même sur une colonne et non paginée, subsistent les chapitres I, II, IV, V, VII et X (liasses 21, 23, 17, 18, 19 et 20) avec les intitulés suivants.

Ch. I : Recherches chymiques sur la nutrition des végétaux

Ch. II : De la végétation dans le gaz azote

Ch. IV : Influence du gas oxygene sur la germination

Ch. V : Influence du gas oxygene sur les plantes développées

Ch. VII : Du terreau végétal

Ch. X : Observations sur les cendres des végétaux

16Une troisième rédaction, toujours écrite sur une colonne, est divisée en neuf chapitres. Le manuscrit du chapitre II manque, mais les huit autres chapitres (I et III-IX) portent exactement les mêmes intitulés que dans l’édition originale de 1804 (liasses 16, 2, 4, 5, 7, 9, 12 et 14). Il faut relever que le manuscrit de cette troisième rédaction, beaucoup plus proche que les précédentes de la version définitive, comporte pourtant de nombreuses et importantes ratures : c’est ainsi que des passages entiers ont été biffés pour être remplacés par un texte nouveau écrit dans la colonne laissée en blanc.

17Il a dû exister ensuite une première mise au net complète de la rédaction parvenue à son stade quasi définitif. De cette mise au net presque calligraphiée, mais toujours écrite sur une seule colonne, il ne subsiste que le chapitre VII (liasse 11).

18En fin de parcours, apparaissent encore deux mises au net, toutes deux transcrites cette fois-ci en pleines pages, mais dont il n’est pas facile de déterminer à première vue la succession.

19De l’une sont conservés seulement le chapitre III (paginé de 1 à 55), le chapitre V (dont les pages 1-19 sont suivies des cinq tableaux des « Carbonisations ») ainsi que la « Table des Analyses » (liasses 3, 6 et 15).

20De l’autre, qui se caractérise par des intitulés monumentaux et par la présence de titres courants transcrits entre deux filets en tête de chaque page, subsistent les chapitres non paginés II, VI, VII et VIII (liasses 1, 8, 10 et 13). Mais ce qui paraît curieux pour une mise au point finale, c’est que les chapitres VI et VII comportent encore d’importants remaniements qui ont nécessité des collages analogues à celui que présentait la toute première rédaction sur une colonne.

21Il ne fait guère de doute qu’un examen approfondi de l’ensemble des liasses réunies dans le MS Saussure 171 éclairerait d’un jour nouveau la laborieuse genèse des Recherches chimiques sur la végétation.

Les journaux de voyages ou de séjours à l’étranger

22Horace-Bénédict de Saussure, on le sait, a été sa vie durant un voyageur exemplaire. Non seulement, il préparait très soigneusement chacune de ses excursions dans les Alpes en dressant un « agenda » (au sens premier du terme), à savoir une liste d’observations et d’expériences à faire, mais il prenait en cours de route, sur de petits carnets de poche, des notes qu’il transcrivait le soir à l’étape et dont il faisait un véritable journal de voyage. Les Archives de Saussure renferment plus d’une cinquantaine de ces carnets et journaux de route.

23Nicolas-Théodore tenta de suivre sur ce point l’exemple paternel, mais il n’y réussit manifestement pas. Ses premiers carnets de voyage s’interrompent très vite. Après la mort de son père, il persista néanmoins et presque jusqu’à la fin de sa vie, à prendre des notes au cours de ses voyages, notes souvent mal écrites, griffonnées au crayon, mêlées dans le désordre à d’autres écrits – et qui pis est, presque toujours insuffisamment datées. Pour que la masse de cette documentation viatique puisse être exploitée un jour par les historiens, il convenait de commencer par en dresser un bref inventaire chronologique. Le voici donc, mais avec les réserves qui s’imposent.

Juillet 1789 : Tour du Mont-Rose avec son père

Journal de voyage (interrompu), Martigny, Viège, Simplon, Macugnana, dès le samedi 18 MS Saussure 256/2

Août 1792 : Excursion au Cervin avec son père

Notes d’itinéraire au crayon (interrompues à la troisième page, au milieu d’un cahier de calculs chimiques), Genève, Sallanches, col du Bonhomme, Petit-Saint-Bernard, Aoste, Valtournanche, Le Breuil, dès le 4 août 1792 MS Saussure 125

Juin 1793 - mai 1794 : Séjour en Angleterre

Journal (interrompu) du voyage d’aller par Bâle, Cologne, Bruxelles, 17 juin-13 juillet 1793, avec Jean DeCarro, Alexandre Marcet et Jean Peschier MS Saussure 191, p. 1-57

Journal (fragmentaire et mal daté) d’une excursion à l’Ile de Wight, fin septembre-octobre [1793] MS Saussure 195

Journal (interrompu) du Retour à Geneve par Ostende et Bonn, 25 avril-5 mai 1794 MS Saussure 191, p. 69-72 et 81

Mars-juin 1800 : Séjour à Paris. Journal du Voyage de Paris, trajet d’aller par Dole,
Dijon, Joigny, 1-10 mars, séjour à Paris, 10 mars-4 juin
(interrompu à cette date) MS Saussure 157, f. 1-54

[Entre 1800 et 1810] : Excursion au Saint-Gothard

Notes de voyage au crayon (pâli), Zurich, Lucerne, Altorf, Andermatt, Urseren, col du Saint-Gothard, Airolo, val Bedretto, Zumloch, sans aucune date MS Saussure 160

Juin 1802 : Excursion à Chamonix

Notes de voyage au crayon (pâli) mêlées à d’autres notes, dès le 17 juin 1802 MS Saussure 160

Février 1803 : Voyage à Paris

Trois lignes amorçant un journal de voyage, 22 février 1803 MS Saussure 157, f. 55

Août 1804 : Excursion dans l’Oisans et à la Grande-Chartreuse

24Notes de voyage, au crayon mêlées à d’autres notes, de deux excursions au départ de Grenoble :

  1. par Bourg-d’Oisans, Saint-Christophe, Mont-de-Lans, jusqu’aux mines d’argent de Sallanches sur Allemont, autour du dimanche 26 août, seule date apparente ;

  2. à la Grande-Chartreuse, sans aucune date MS Saussure 161

Septembre 1806 : Excursion en Suisse centrale sur les sites de l’éboulement du Rossberg

Notes de voyage au crayon, Genève, Berne, Aarburg, Lucerne, Weggis, le Rigi, Lauerz, Schwyz, Arth, Zug, Küssnacht, dès le vendredi 25 septembre MS Saussure 159

Mars 1807 : Voyage à Paris

Courte liste de dépenses faites au départ de Genève, dès le 8 mars 1807 MS Saussure 198

Janvier-mars 1808 : Séjour à Montpellier et tournée en Languedoc.

Notes de voyage au crayon, aller par Lyon, Valence, Avignon, Sète, dès le dimanche 24 janvier, tremblement de terre du dimanche 8 février 1808, tournée par Alès et Uzès, dès le 29 mars MS Saussure 152

Mars-avril 1817 : Voyage à Montpellier

Trois pages de notes et d’itinéraires de voyage (dans un cahier d’expériences chimiques), aller par Chambéry et Grenoble, dès le jeudi 6 mars 1817 ; retour par Alès, Valence et Lyon, 26 mars-3 avril MS Saussure 197

Mars 1821 : Séjour à Paris

Trois pages de notes à l’encre, dimanche 25 mars 1821-mardi 28 mars MS Saussure 192

Janvier – juin 1823 : Voyage en Italie jusqu’au Vésuve

Journal de voyage en deux cahiers, départ de Chambésy (GE) 30 janvier 1823, trajet par le Mont-Cenis, Turin, Gênes (6-15 février), Carrare, Lucques, Pise, Florence, Arezzo, Terni, Rome (10 mars-8 avril, avec excursion à Tivoli), Naples (8 avril-15 mai, avec plusieurs excursions au Vésuve et sur les autres sites volcaniques), Caserte, Rome, Volterra (25-29 mai, avec excursion au Monte Cerboli), Bologne (3 juin), retour par le lac de Côme (13 juin 1823) et le Simplon (15 juin), arrivée à Chambésy (GE) 17 juin MSS Saussure 192-193

Mars-mai 1825 : Séjour à Paris

Journal intitulé Voyage à Paris en 1825, départ de Genève dimanche 27 mars, séjour à Paris 31 mars - vendredi 20 mai, retour à Chambésy (GE) mardi 24 mai.

Liste (tête-bêche) de dépenses à Paris, 31 mars-19 mai MS Saussure 194

Avril 1826 : Voyage à Rive de Gier

Journal intitulé Voyage à Lyon et à Rivedegier, départ de Genève 20 avril 1826, couchées à Bellegarde, Pont d’Ain, Lyon, Rive de Gier (24-27 avril), Lyon, Meximieux, Nantua, retour à Chambésy (GE) lundi 30 avril MS Saussure 194

Octobre 1826 : Course à Monthey

Journal intitulé Voyage à la verrerie de Monthey en Vallais, départ de Genève en bateau jeudi 26 octobre 1826, retour à Genève dimanche 29 MS Saussure 194

Juin 1828 : Course à Bonnevaux (Isère)

Journal intitulé Voyage à la verrerie de Bonnevaux par la Cote St André, départ de Chambésy (GE) lundi 2 juin 1828, couchées à Frangy, Chambéry, Virieu, Bonnevaux, Vienne, Meximieux, La Voulte, retour à Chambésy (GE) lundi 9 juin MS Saussure 194

Mai 1833 : Séjour à Paris

Notes et adresses parisiennes, mercredi 8 mai (dans un agenda avec calendrier
de 1833) MS Saussure 158

Le Tout-Paris scientifique de 1800 vu par Nicolas-Théodore de Saussure

25Il n’est que de parcourir la liste de ses carnets et journaux de voyage pour comprendre que, dans la vie de Nicolas-Théodore de Saussure, son séjour parisien du printemps 1800 a dû faire charnière et prendre valeur initiatique. La petite République de Genève s’était « réunie » à la grande République française en avril 1798, Horace-Bénédict de Saussure était décédé en janvier 1799. À tous égards, un siècle et un monde nouveaux s’ouvraient pour le jeune savant de 33 ans, désormais adulte. Durant trois mois, le voici qui se plonge dans le Tout-Paris scientifique, multipliant les contacts, les visites, les enquêtes. Assurément, il ne se prive pas de fréquenter les célébrités du moment, Germaine de Staël et Benjamin Constant bien sûr, mais aussi les Montmorency (Adrien et Mathieu), quelques écrivains fameux (Marie-Joseph Chénier, Jean-François de La Harpe, Millin, Morellet), les dames à la mode (Mmes de Condorcet et Lavoisier, Mme de Flahaut, Mmes de La Briche et de Montesson, Mme Tallien), quelques politiciens (Garat, de Gérando, Lameth, Lezay-Marnezia) et jusqu’à «Buonaparte».

26Mais encore une fois, c’est le Paris des savants, des techniciens, des collectionneurs qui intéresse avant tout Saussure, comme le montrent les index suivants des personnalités citées dans son journal (MS Saussure 160) :

Savants

Antoine BAUME (1728-1804)

Claude-Louis BERTHOLLET (1748-1822)

Abraham-Louis BREGUET (1747-1823)

André-Jean-Marie BROCHANT (1772-1840)

Alexander BRONGNIART (1770-1847)

Jean-Antoine CHAPTAL (1756-1832)

Jacques-Alexandre-César CHARLES (1746-1823)

Louis CORDIER (1777-1861)

Georges CUVIER (1769-1832)

Déodat Gratet de DOLOMIEU (1750-1801)

Antoine-François de FOURCROY (1755-1809)

François-Pierre-Nicolas GILLET DE LAUMONT (1747-1834)

Louis-Bernard GUYTON DE MORVEAU (1737-1816)

René-Just HAÜY (1743-1822)

Bernard-Germain-Etienne de LACEPEDE (1756-1825)

Pierre-Simon de LAPLACE (1749-1827)

Claude-Hugues LELIEVRE (1752-1835)

Antoine-Augustin PARMENTIER (1737-1813)

Gaspard-Clair-François-Marie Riche de PRONY (1755-1839)

Baltazar-Georges SAGE (1740-1824)

Henri-Alexandre TESSIER (1741-1837)

Nicolas-Louis VAUQUELIN (1763-1829)

Etienne-Pierre VENTENAT (1757-1808)

Détenteurs de cabinets de curiosités scientifiques

BESSON

DE DRAY (beau-frère de Dolomieu)

FOUGEROUX DE LAUNOY

LA METHERIE, Jean-Claude de

MILLER

PATRIN, Eugène-Louis-Melchior

TONNELIER, J. (Ecole des Mines)

Amateurs de jardins

CELLI

LEMONNIER

MOUSSEAU

WILLIAMS (à Sèvres)

Fabricants de matériel technique et marchands de pièces de collection

ACLOQUE (fayences)

J.B. BETALLY (aéromètres, baromètres)

CHARAS

CORMICHON

DEGOURNEY

DUMOTIER («Dumoutier»)

FERRAT (gonéomètres)

GAILLARD

JEANNETTY (creusets)

LAMBERT

LAUNOIS (minéraux)

LECONTE

MASBOU

PAURIER [ou SAUTRIER ?] (pendules astronomiques)

PELLETIER (phosphore)

POULAIN (balance hydrostatique)

TILLARD

TOURMY

VILLEMORIN & ANDRIEUX

Les auteurs figurant dans les recueils et notes de lectures

27Nicolas-Théodore de Saussure semble avoir beaucoup lu. Pendant une quarantaine d’années, il a pris des notes en lisant et fait ce que l’on appelait à l’époque des extraits. Ses lectures mériteraient sans doute un examen attentif. Voici, en avant-goût, la liste des principaux auteurs cités dans les divers manuscrits de Saussure mentionnés plus haut :

Arago

Becquerel - Bergmann - Berzelius - Boucher - Boussingaut

Chappe

Dalton - Demachy - Dumas - Du Pasquier (de Lyon) - Duportal - Dusourd

Edwards - Erdmann

Frommherz

Geofroy - Goeppert, H.R.

Haller - Hermann -Herschell - Heinrichs - Higgins - Hunefeld

Kindler, B. - Kirchoff - Kirwann

Lampadius - Liebig (le plus souvent cité)

Mac Culloch, J. - Mustel

Peligot - Poussier

Rees, G.O. - Rivière (de Montpellier) - Rousselon

Schubler - Schweizer – Siret - Sprengel - Sucquet

Tauffier - Thomson

Bibliographie

Vauquelin - Westramb

Bibliographie secondaire de Nicolas-Théodore de Saussure

Biographie universelle ancienne et moderne, 1847 — Supplément. Paris, Bureau de la biographie universelle et chez Beck, LXXXI, 176-179. – Nouvelle édition : Biographie universelle (Michaud) ancienne et moderne. Pais, C. Desplaces / Leipzig, F.A. Brockhaus, [s.d.], XXXVIII, 77-79.

Borgeaud C., 1909 — Histoire de l’Université de Genève, [II] L’Académie de Calvin dans l’Université de Napoléon 1798-1814. Genève, Georg & C° : passim, portrait h.-t. face à 176.

Briquet J., 1940 — Biographies des botanistes à Genève de 1500 à 1931, : F. Cavillier (réd.), Genève, Albert Kundig, Bulletin de la Société botanique suisse, vol. 50a, 425-428.

Candolle A. de, 1846-1848 — Notices sur les membres ordinaires de la Société de Physique et d’Histoire naturelle de Genève, décédés de 1843 à 1847, Mémoires de la Société de Physique et d’Histoire naturelle de Genève, XI, viii-xii.

Cannon, G., 1961-1962 — One of the great men of agriculture, Théodore de Saussure, 1767-1845, The Farm Quarterly, 16/4, 90, 122-126 (portrait).

Delarive, A., 1845 — [Nécrologie de Théodore de Saussure], Procès-verbaux des séances annuelles de la Société pour l’avancement des arts, V, 30-39.

Haag, E. et E., 1859 — La France protestante. Paris, Joël Cherbuliez, IX, 191-192.

Hoefer D., 1864 — Nouvelle biographie générale. Paris, Firmin Didot frères, XLIII, 374-375.

Macaire I., 1845 — Notice sur la vie et les écrits de Théodore de Saussure, Genève, F. Ramboz, 1845, 40 p. (tiré de la Bibliothèque universelle de Genève, nelle série, LVII, 102-139.

Montet A. de, 1878 — Dictionnaire biographique des Genevois et des Vaudois, Lausanne, G. Bridel, II, 453-455.

Pilet P.E., 1975 — Dictionary of Science Biography. C. C. Gillispie (ed.), New York, C. Scribner’s Sons, XII, 123-124.

Poggendorff J. C., 1863 — Biographisch-literarisches Handwörterbuch zur Geschichte der exacten Wissenschaften, Leipzig, J. A. Barth, II, 756-758.

Proust J., 1992 — Une ‘victime’ de Voltaire en exil à Montpellier à la fin du xviiie siècle : Judith de Saussure. Studies on Voltaire and the eighteenth century, 196, 17-32

Quérard J.-M., 1836 — La France littéraire. Paris, F. Didot frères, VIII, 477. [Les matériaux de cette notice ont été fournis à Quérard par Nicolas-Théodore de Saussure lui-même qui en a gardé copie : Genève, BPU, MS Saussure 189, p. 74-78].

Reverdin F., 1916 — Notices biographiques sur les chimistes ayant pris part à la fondation de la Société Helvétique des Sciences naturelles. Genève, Société générale d’imprimerie, 8-11, Actes de la Société Helvétique des Sciences naturelles, 97e session, 1915, II, 284-287.

Stelling-Michaud S., 1976 — Le Livre du Recteur de l’Académie de Genève (1559-1878). Notices biographiques des étudiants. Genève, Droz, V, 481.

Yung E., 1914 — Aperçu historique sur l’activité des savants genevois au dix-neuvième siècle, 1814-1914, Genève suisse, le Livre du Centenaire, Genève, A. Jullien, 121-122 (portrait).

Zumkeller, D., 2001 — Un père agronome : Nicolas de Saussure (1709-1791), in : R. Sigrist (éd.) H.-B. de Saussure (1740-1799), un regard sur la terre, avec le concours de J.-D. Candaux, Genève, Georg, 395-408.

Auteur

Jean-Daniel Candaux, Bibliothèque publique et universitaire, Genève (Suisse) Marianne.Tsioli-Bodenmann@bpu.ville-ge.ch

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540