Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et agronomie

 | 
Paul Robin
, 
Jean-Paul Aeschlimann
, 
Christian Feller

Histoire agronomique des nations

Introduction

Texte intégral

« Il ne sera pas inopportun non plus de distinguer trois genres et comme trois degrés d’ambition : le premier comprend ces hommes qui sont avides d’accroître leur propre puissance au sein de leur pays ; c’est le genre le plus commun et le plus vil. Le second comprend ceux qui s’efforcent d’accroître la puissance et l’empire de leur patrie au sein du genre humain ; ce genre montre plus de dignité, mais non moins d’avidité. Mais qu’un homme travaille à restaurer et à accroître la puissance et l’empire du genre humain lui-même sur l’univers, cette ambition-là, sans doute (s’il faut encore la nommer ainsi) est plus sage et plus noble que les autres. Or l’empire de l’homme sur les choses repose tout entier sur les arts et les sciences. Car on ne gagne d’empire sur la nature qu’en lui obéissant. »
(Francis Bacon, Novum Organum (1620), 1986, PUF, p. 182, fragment de l’aphorisme 129 du Livre I)

1De la houe néolithique servant à gratter le sol au collier médiéval aidant à transporter les charges, bon nombre de mutations importantes ont accompagné l’utilisation de l’énergie humaine ou animale en même temps que techniques et pratiques étaient mieux maîtrisées. Et aujourd’hui encore, dans la spirale d’un progrès qui se voudrait libérateur, les efforts continuent afin de rendre moins pénible l’accomplissement des tâches physiques du travailleur agricole. Entre une nature simplement consommée par la cueillette, la chasse ou la pêche, utilisée à l’aide de brûlis successifs, ou de mieux en mieux exploitée avec la domestication des espèces, la structuration des espaces et l’organisation des échanges, bien des ruptures jalonnent l’évolution des sociétés humaines en même temps que se renouvellent les arts et les sciences.

2Au moment où le monde moderne s’éveille, des révolutions agraires, sociales et techniques, souvent lentes et silencieuses, ont répondu aux nouvelles donnes en matière d’espaces et d’intrants afin de satisfaire les demandes croissantes des villes et des campagnes. Ainsi en est-il de l’Angleterre où, face aux contraintes naturelles et démographiques, s’ébauchent des innovations empiriques (Overton). Pédagogique et médiatique, structurant et diffusant les savoirs mais consolidant aussi les pouvoirs comme il convient pour une nation en pleine expansion, une autre révolution fébrile et écrite touche la Prusse. Obéissant à une royale volonté qui invite à un renouvellement philosophique et politique associant science et raison, le médecin Thaer accepte d’émigrer sur les rives de l’Oder (Frielinghaus et Dalchow). Institutionnelle et académique, visant à s’affranchir des anciens paradigmes, à renouveler le cadre de la pensée, à rendre la nature intelligible, à mettre l’homme à l’abri de la guerre et du besoin, une révolution sage et publique affecte Genève. Dans cette île au cœur d’une Europe tiraillée, s’échangent les idées nouvelles, se croisent les opinions les plus diverses nées dans les multiples académies issues du mouvement incoercible des Lumières. Une communauté et la famille des de Saussure en particulier (Candaux) mettent botanique et chimie, expériences et débats, reconnaissance et partage au service d’une nouvelle conception de l’agriculture (Bungener). Pratiquant au quotidien une révolution épanouie et confiante, technique et bourgeoise, les élites éclairées du début du 19e siècle tentent de changer le monde en agissant localement, que ce soient les Grimaldi à Monaco (Fouilleron), Briaune (Simonin et Vatin) ou Mathieu de Dombasle (Knittel) en France.

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540