Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire et agronomie

 | 
Paul Robin
, 
Jean-Paul Aeschlimann
, 
Christian Feller

Ruptures des savoirs en agronomie

Introduction

Texte intégral

« Guidés par un nouveau paradigme, les savants adoptent de nouveaux instruments et leurs regards s’orientent dans une direction nouvelle. Fait encore plus important, durant les révolutions, les scientifiques aperçoivent des choses neuves et différentes, alors qu’ils regardent avec des instruments pourtant familiers dans des endroits qu’ils avaient pourtant examinés. C’est un peu comme si le groupe de spécialistes était transporté soudain sur une autre planète où les objets familiers apparaissent sous une lumière différente et en compagnie d’autres objets inconnus. »
(Thomas S. Kuhn, La Structure des Révolutions Scientifiques, 1962, 1983, Champs-Flammarion, p. 157, ch. 9, Les révolutions comme transformations dans la vision du monde)

1Unir puis rompre, naître puis mourir, adapter et évoluer. Depuis les origines, telle est la loi qui préside à la transmission de la vie, pour les individus comme pour les communautés. Emergence-disparition des espèces, organisation-effondrement des sociétés, surgissement-abandon des croyances, tissage-décomposition des œuvres scandent les temps géologiques et historiques. De la naissance à la mort le regard s’ouvre et se ferme, la main accueille puis rejette, l’esprit embrasse et nomme. Dessins et outils se modifient, recomposant les visions et les gestes autour de l’héritage sans cesse retravaillé. Comment alors penser les objets qui nous entourent et les milieux qui nous abritent dans cette mouvance ? Comment saisir les savoirs et les échelles qui structurent nos mentalités ? Comment imaginer des lois, transmettre une mémoire, prévoir des comportements, conseiller une institution sinon par l’analyse que l’œil accorde à la main sur la trame, par le cœur interposé du mouvement de la navette ? Sinon par un effort incessant en vue de clairement distinguer les objets pour unifier la pensée ?

2Nourrir la symbiose entre histoire et agronomie signifie aussi penser les objets soumis au regard, interroger leur permanence mais aussi les ruptures qu’ils subissent. L’observation attentive de quelques-uns d’entre eux, si multiples soient-ils, aide à percevoir leur diversité, à illustrer la fragilité et l’évolution des paradigmes qui les sous-tendent, reflets d’attentes et d’exigences d’un moment qui s’inscrivent néanmoins dans la durée de pensées en mouvement. Scansion des savoirs et transmission des héritages sont des nécessités pédagogiques (Jouve) alors que appréhension des sols, compréhension de leurs fonctions et conceptualisation de leurs échanges avec les plantes relèvent de la nécessité opératoire (Pédro). Décrire les efforts analytiques de la modeste agronomie naissante de Thaer comme les phases embryonnaires des approches systémiques et modélisatrices contemporaines encourage à la phylogénie (Stützel). L’analyse de la vision globalisante des cycles biogéochimiques de Boussingault ou de Liebig, illustration de leurs travaux de laboratoire, nous rappelle à notre surdité écologique (Blondel-Mégrelis). Aussi, penser l’animation institutionnelle dans un champ de contraintes sociales et politiques où se croisent les forces de la concurrence scientifique internationale (Paillotin) n’exclut pas le devoir d’une Académie et de ses membres à se pencher sur la mémoire comme ferment d’une modernité active (Cointat). Revisiter les mythologies de la nutrition des plantes par un retour attentif aux sources de Palissy met en évidence la résistance de certaines trahisons (Feller) tandis que confronter avec minutie les travaux de Hales à celui de ses successeurs révèle combien lent fut le développement d’une compréhension exhaustive de ce vecteur aussi essentiel à la vie végétale qu’est la circulation de l’eau (Cruiziat). Et périodiser les évolutions pour identifier les ruptures en amélioration des plantes (Feyt) ou pour décrire les adaptations libérales de l’organisation des filières cotonnières africaines (Clouvel et al.) permet enfin de mettre en évidence tous les tâtonnements qui entourent la naissance de nouveaux paradigmes et les pesanteurs afférentes à la longue durée.

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540