Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Histoire et agronomie

 | 
Paul Robin
, 
Jean-Paul Aeschlimann
, 
Christian Feller

Histoires et agronomies : problématique et concepts

Introduction

Full text

« Toute production de sens avoue un événement qui est arrivé et qui l’a permise. Même les sciences exactes sont amenées à exhumer leur rapport à une histoire, c’est-à-dire le problème de la relation entre leur discours et ce qu’il implique sans le dire – entre une cohérence et une genèse. (…) L’activité qui produit du sens et qui instaure une intelligibilité du passé est aussi le symptôme d’une activité subie, le résultat d’événements et de structurations qu’elle change en objets pensables, la représentation d’une genèse organisatrice qui lui échappe. (…)
Le discours historique explicite une identité sociale non pas en tant qu’elle est « donnée » ou stable, mais en tant qu’elle se différencie d’une époque antérieure ou d’une autre société. »
(Michel de Certeau, L’Écriture de l’Histoire (1975), 2002, éditions Gallimard FolioHistoire, pp. 69, 70, 72, Chapitre 1. Faire de l’histoire, problèmes de méthode et problèmes de sens)

1Qu’elle soit individuelle ou collective, littéraire ou scientifique, sociale ou politique, toute activité quotidienne montre assez combien pratique, engagement, ou discours sont tributaires de la transmission d’un héritage, transmission secrète ou affichée, mythique ou physique, orale ou écrite. Et hériter d’un clan, d’un territoire, d’une culture, c’est aussi vivre l’état présent d’une genèse toujours en cours qui tisse une identité au milieu de la multitude. C’est devenir acteur d’une histoire. L’absence d’héritage, tout comme l’incapacité à en discerner les fils ne sont-ils pas des sources infinies de frustration ? Accueillir un héritage pour en discerner les richesses, tenter d’en dépasser les limites actuelles n’invite-il pas à participer à une nouvelle genèse ? Encore faut-il saisir le sens de l’œuvre pour être à même d’en choisir les fils et d’en enrichir la palette. Car c’est de la symbiose entre l’œil sur la trame et ses limites et la main sur la navette et ses exigences, que surgit la création. Du dialogue entre un « lire » et un « produire » peut émerger une conscience du temps. Alors se déploieront des représentations qui vont prendre corps et sens à travers des gestes.

2Inviter à une symbiose entre histoires et agronomies implique de penser le temps au travers des représentations et des gestes respectifs propres à ces deux champs. Identifier des sources et des faits, les interpréter, les mettre en récit sont les « travaux des jours » qui constituent l’œuvre historienne. Mais selon quels codes participent-ils au développement d’une œuvre commune (Gavignaud-Fontaine) ? Questionner les pratiques et les innovations pour transmettre aux acteurs de la terre les fruits des progrès du savoir, voilà la mission de l’agronome qui habite son quotidien. Mais qu’en est-il de nos mémoires et de nos mythes face aux changements (Robin) ? Caractériser les champs scientifiques et leurs limites, les évolutions techniques et leurs ruptures dans la longue durée, c’est faire là œuvre de lisibilité. Mais en quoi consistent les fonctions structurantes des acteurs et des institutions (Denis) ? Discerner les antiques traditions et leur étroite imbrication dans la création d’une rationalité moderne à vocation universelle et opératoire est la tâche du philosophe. Mais qu’en est-il de ces influences obscures dont la réapparition récurrente dans le discours contemporain ne cesse de nous surprendre (Mazauric) ? Voilà bien quatre espaces d’exploration conceptuelle qu’il s’agit d’inscrire comme autant de préliminaires au tissage de la symbiose.

© IRD Éditions, 2007

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Freemium

open access

Provided by L’éditeur de ce site