Version classiqueVersion mobile

Histoire et agronomie

 | 
Paul Robin
, 
Jean-Paul Aeschlimann
, 
Christian Feller

Avant-propos

Nadine Vivier, Paul Robin, Jean-Paul Aeschlimann et Christian Feller

Texte intégral

1Le présent ouvrage trouve son origine dans un colloque international intitulé « Histoires et agronomies : entre ruptures et durée », organisé à Montpellier les 20-22 octobre 2004. Cette date ne devait rien au hasard : elle avait été choisie pour une double raison, historique et académique. En effet, 2004 était tout d’abord l’occasion de marquer le 200e anniversaire de deux événements importants dans l’histoire de l’agronomie, puisque c’est en 1804 que (a) paraît l’ouvrage du Suisse Nicolas-Théodore de Saussure Recherches chimiques sur la végétation qui deviendra la base théorique de la nutrition minérale des plantes, formulée ultérieurement par Justus Liebig et considérée comme l’une des plus grandes ruptures conceptuelles de l’histoire de l’agronomie, et (b) l’agronome allemand Albrecht Daniel Thaer va élire domicile à Möglin près de Berlin où il ouvrira la première école d’agriculture, laquelle servira de modèle à de très nombreuses autres écoles semblables en Europe, en France en particulier. De son côté, la raison académique tenait au profond défi auquel l’enseignement agronomique se trouve aujourd’hui confronté, avec la réforme dite LMD (licence-maîtrise-doctorat) d’une part et tous les questionnements sur son articulation avec les disciplines moléculaires et écologiques d’autre part.

2Les débats auxquels on assiste à l’heure actuelle témoignent de la permanence des tensions et soulignent l’urgente nécessité d’une réflexion de fond sur ruptures et durée. Aussi les rencontres de Montpellier avaient-elles pour objectif de réunir des historiens des sciences, des historiens des sociétés rurales et des agronomes, prolongeant et développant ainsi des initiatives antérieures visant à mobiliser des spécialistes de ces disciplines en vue d’initier un dialogue. Lors d’un premier colloque de l’Association d’histoire des sociétés rurales (AHSR) organisé à Rennes par Jean-Marc Moriceau en octobre 1994, un des ateliers avait déjà été consacré au thème « Histoire et Agronomie ». Sous l’impulsion de François Sigaut et Gilles Denis, de nouvelles perspectives avaient été ouvertes ; il était alors apparu évident que l’histoire des pratiques agraires avait été délaissée, faute de compétences, les historiens, de moins en moins familiers du savoir-faire paysan, se sentant incapables de comprendre les pratiques agraires et éprouvant le besoin de se rapprocher des agronomes.

3En 1999 eut lieu une autre réunion dont Michel Boulet fut le maître d’œuvre à l’École nationale d’enseignement supérieur agricole de Dijon et qui portait sur le thème de la formation des acteurs de l’agriculture à partir du début du 19e siècle et jusqu’en 1945. Centrée sur l’enseignement agricole, elle rassemblait historiens et praticiens pour traiter des actions et des méthodes mises en places pour faire passer les connaissances aux paysans, en France et dans les territoires de l’ancien empire colonial. Il s’agissait donc essentiellement d’une histoire de l’enseignement de l’agronomie.

4Un nouveau pas fut franchi en 2000 à l’occasion du quatrième centenaire de la publication du Théâtre d’Agriculture d’Olivier de Serres. À l’origine, deux projets parallèles, l’un émanant de l’AHSR, l’autre des milieux agronomiques, entendaient célébrer cet anniversaire au Pradel, domaine d’Olivier de Serres et lieu hautement emblématique à ce titre. Grâce à un patient rapprochement, un seul colloque fut finalement organisé sous le patronage de l’Académie d’agriculture de France, de l’Inra et des historiens de l’AHSR. Par ailleurs, cette rencontre du Pradel avait donné vigueur à une histoire de l’agronomie dont Gilles Denis a montré qu’elle n’existait pas comme discipline enseignée.

5Pour les historiens, les lumières des agronomes s’avèrent indispensables lorsqu’il s’agit d’interpréter les sources écrites ou figuratives et d’apporter les outils qui permettront de prendre toute la mesure et la signification des pratiques. Aux agronomes en revanche, l’acquisition d’une perspective historique fournit les éléments d’une meilleure compréhension des évolutions actuelles. Parfois même, il est nécessaire d’avoir recours aux archives qui recèlent les données expérimentales des siècles précédents afin de conduire une analyse comparative. L’approche globale qui était celle d’Olivier de Serres ayant peu à peu éclaté sous l’emprise des spécialisations, Georges Pédro pensait que cette mise en perspective, ce recul historique, seraient féconds pour les agronomes au moment où une approche encore plus large se dessine et où on essaie de concevoir le développement au niveau, par exemple, d’un paysage ou de tout un terroir.

6Ces premiers pas, certes encore timides et lents, de la coopération entre historiens et agronomes, constituaient néanmoins un véritable acquis. Or, pour avoir été ouverte, la voie n’en était pas pour autant balisée. S’il s’inscrivait bien dans la lignée des précédents, le programme du colloque de Montpellier se voulait cependant très novateur. Les contributions s’y concentraient sur trois dimensions essentielles (études historiques, histoire de l’agronomie et études agronomiques incluant une réflexion prospective), tout en allant beaucoup plus loin que les précédentes rencontres, et ceci pour cinq raisons majeures. Tout d’abord, nous avons bénéficié ici d’une large réflexion sur les concepts de base utilisés en histoire et en agronomie (thème 1). Ensuite, un dialogue réel entre historiens et agronomes a pu s’organiser, des interventions parallèles permettant de mieux comprendre ruptures et continuités au moment où l’on passe d’une l’agriculture empirique à une agriculture expérimentale allant jusqu’à considérer l’étude des paysages sur la longue durée (thème 2). En outre, la participation d’agronomes et d’historiens allemands, anglais et suisses a très rapidement conféré une réelle dimension internationale à l’ensemble de cette opération (thème 3). Simultanément, les diverses manières dont les pratiques agricoles ont contribué à former et continuent d’influencer les paysages ont été examinées (thème 4). Enfin, et grâce au soutien d’agronomes impliqués à différents niveaux de leur propre formation, l’avenir de tous les acteurs de l’agroalimentaire a fait l’objet d’une considération approfondie en termes aussi bien d’enseignement et de recherche que de pratiques quotidiennes (thème 5).

7Il est rapidement apparu aux organisateurs que les diverses interventions présentées par des spécialistes de plusieurs pays européens étaient susceptibles de constituer un ensemble d’une qualité et d’une cohérence qui justifiaient amplement leur publication sous la forme du présent ouvrage. En conséquence, celui-ci a été conçu dans le but de traiter successivement des cinq thèmes évoqués ci-dessus, les quatre premiers étant d’envergure et d’importance assez comparables, le dernier, de par sa nature prospective, d’ampleur nettement plus limitée, c’est-à-dire :

  • des concepts utilisés en histoire et en agronomie ;

  • des grandes ruptures en agronomie ;

  • d’exemples marquants d’évolution agronomique aux échelles nationale ou régionale ;

  • des relations entre paysages et agronomie sur différentes échelles de temps et finalement ;

  • des perspectives d’avenir en agronomie.

8Un gros travail d’édition a, certes, dû être effectué sur chacun des manuscrits proposés. Les responsables de l’ouvrage ont cependant renoncé à unifier par la contrainte ce qui ne saurait l’être. C’est une des raisons pour lesquelles les contributions des historiens et celles des agronomes restent aisément identifiables, les premiers utilisant de manière systématique les notes infra-paginales, les seconds ayant pour habitude de rassembler leurs références bibliographiques en fin d’article. En outre et afin de ne pas dénaturer à l’excès le message qu’ils transmettent, nous avons jugé approprié de conserver trois de ces textes dans la langue anglaise originale.

9La manifestation d’octobre 2004 à Montpellier a pu bénéficier du double patronage de l’AHSR et de l’Académie d’agriculture, à côté de ceux du ministre de l’Agriculture et d’Agropolis. Son entière préparation a reposé pendant deux ans sur une quinzaine d’historiens et de philosophes de l’université Montpellier-3 et d’agronomes représentant les principales institutions montpelliéraines à vocation agronomique (Inra, IRD, Cirad, Agro. M, Cnearc, IAMM, CNRS-Cefe, université Montpellier -1 et 3). Pendant les trois jours du colloque de Montpellier, interventions et débats qui faisaient alterner historiens et agronomes dont seize étaient invités (cinq étrangers) ont été suivis par quelque 200 inscrits en tout, dont une assistance de 70 personnes en moyenne.

10Les responsables de la rédaction de cet ouvrage et les organisateurs du colloque de Montpellier tiennent à remercier très vivement les institutions publiques ou privées qui ont soutenu financièrement la manifestation de 2004 et permis la publication du présent recueil, à savoir :

11Région Languedoc-Roussillon

12Présence Suisse

13Agropolis International

14Cirad

15CNRS

16Crédit Agricole du Midi

17Ensam

18IAAM-Ciheam

19Inra

20IRD

21Université Montpellier-1

22Université Montpellier-3

23Les rédacteurs tiennent à exprimer ici toute leur reconnaissance au comité des éditions de l’IRD qui a accepté cette publication – et très particulièrement à Thomas Mourier pour ses précieux conseils éditoriaux – ainsi qu’aux nombreux lecteurs qui ont bien voulu évaluer les différents chapitres de cet ouvrage.

Auteurs

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search