Version classiqueVersion mobile

Le foncier rural dans les pays du Sud

Liste des auteurs

Texte intégral

1Véronique Ancey est chercheuse en socio-économie au Cirad (UMR ART-dev) et HDR en sociologie. En poste au Sénégal pendant une quinzaine d’années, elle a conduit des recherches au Sahel reliant les pratiques locales du pastoralisme et leurs dynamiques sociales, leurs représentations savantes et émiques, et les politiques affectant directement ou non les populations des zones arides. Elle est actuellement détachée dans une agence des Nations unies comme conseillère sur les politiques d’élevage et de réduction de la pauvreté dans les zones arides.

2Emmanuelle Bouquet est économiste au Cirad. Elle mène des recherches sur les conditions de vie des ménages ruraux dans les pays du Sud, en privilégiant un travail de terrain basé sur des méthodes mixtes et le dialogue entre disciplines. Les questions foncières (nature et sécurité des droits de propriété, formels et informels, accès marchand et non marchand à la terre, contrats agraires) occupent une place importante dans son travail de recherche et d’encadrement d’étudiants.

3Perrine Burnod est socio-économiste, chercheuse au Cirad (UMR Tetis), basée à Madagascar. Elle est accueillie au sein de Think-Tany, qui est un réseau de recherche, expertise et formation sur le foncier rattaché à l’université d’Antananarivo. Ses travaux portent sur la gouvernance foncière à Madagascar, avec des contrepoints sur d’autres contextes africains. Ils mettent l’accent sur les questions d’accès à la terre, de sécurisation foncière et de fabriques des politiques de développement rural. Perrine est membre du GIS Pôle foncier et du Comité technique « Foncier et développement ».

4Jean-Pierre Chauveau, socio-anthropologue, a été directeur de recherche émérite à l’IRD associé à l’UMR Gouvernance, Risque, Environnement, Développement (IRD-UPV Montpellier). Ses recherches sur l’anthropologie économique et politique du développement et du changement social en milieu rural ouest-africain l’ont conduit dès les années 1990 à focaliser son analyse sur le champ des tensions entre dispositif étatique, rapports socio-fonciers coutumiers, migrations et violences politiques. Il est membre du Comité technique « Foncier et développement » (AFD-MAEE).

5Jean-Philippe Colin est économiste institutionnaliste, directeur de recherche à l’IRD (UMR Sens), cofondateur du Pôle foncier de Montpellier. Ses travaux actuels portent sur les dimensions intrafamiliales de l’accès à la terre, les marchés fonciers ruraux et les contrats agraires, les impacts locaux des politiques foncières, les rapports entre dynamiques foncières et dynamiques productives. Il travaille ces thèmes avec des partenaires des universités Félix Houphouët-Boigny et Alassane-Ouattara en Côte d’Ivoire, et de l’École nationale supérieure agronomique en Algérie.

6Ali Daoudi est professeur d’économie agricole à l’École nationale supérieure agronomique d’Alger. Ses enseignements portent sur l’économie du développement et sur le développement agricole et rural. Il travaille sur les dynamiques agricoles et l’accès aux ressources productives, notamment le foncier et l’eau d’irrigation. Il est directeur adjoint chargé de la formation doctorale et de la recherche scientifique à l’ENSA, et membre des conseils scientifiques du Centre de recherche en économie appliquée au développement et du Centre de recherche scientifique et technologie technologique des zones arides.

7Élodie Fache, anthropologue de l’environnement, est chargée de recherche à l’IRD (UMR Sens). Ses travaux portent notamment un regard critique sur les dispositifs décrits en termes de « gestion communautaire des ressources naturelles », au travers de cas d’étude fondamentalement multiniveaux mais ancrés en Australie et à Fidji. Au cours de ces dernières années, ses recherches se sont également orientées vers les tensions entre exploitation et conservation des ressources marines dans le Pacifique Sud au prisme des ontologies, valeurs, pratiques, institutions et initiatives locales.

8Jean-Pierre Jacob, anthropologue, est professeur honoraire à l’Institut des hautes études internationales et du développement (Genève). Ses recherches actuelles portent sur les droits fonciers coutumiers et visent à explorer les liens entre droits d’accès aux ressources naturelles et droits à l’existence, dans des contextes variés : sociétés traditionnellement sans marché de l’achat-vente, sociétés avec marché d’achat-vente assorti de droits de préemption et du recours aux ventes à réméré. Il est membre du comité de pilotage du Pôle de recherche sur le foncier rural dans les pays du Sud (Montpellier).

9Philippe Lavigne Delville est socio-anthropologue, directeur de recherche à l’IRD (UMR Sens), membre du Pôle foncier. Ses recherches se centrent sur la production et la mise en œuvre des politiques foncières en Afrique de l’Ouest, en particulier autour de la reconnaissance légale des droits fonciers coutumiers. Il aborde cette question dans une logique d’enquêtes multisites, des espaces locaux aux institutions internationales, et en croisant des perspectives de policy process et d’économie politique. Après le Bénin, son terrain actuel est le Sénégal, en partenariat avec les universités de Dakar et Saint-Louis.

10Pierre-Yves Le Meur est anthropologue, directeur de recherche à l’IRD (UMR Sens), basé en Nouvelle-Calédonie. Ses travaux, qui portent sur la gouvernance des ressources naturelles terrestres et marines dans le Pacifique Sud (auparavant en Afrique de l’Ouest), mettent l’accent sur les interactions entre pluralité des savoirs et des normes, et formes de pouvoir et de souveraineté. Il dirige le GIS Pôle foncier à Montpellier et coordonne le GDRI-Sud PACSEN (Pacific Center for Social Responsibility and Natural Resources).

11Éric Léonard est socio-économiste et géographe, directeur de recherche à l’IRD (UMR Sens) et co-fondateur du Pôle foncier de Montpellier. Ses recherches portent sur les rapports entre construction étatique et construction/reconfiguration des communautés rurales en Amérique latine, à travers la construction et la mise en œuvre des politiques foncières et des dispositifs de régulation foncière. Il s’intéresse en particulier aux conflits pour la terre et aux rapports entre normes locales et dispositifs étatiques dans l’expression et la résolution de ces conflits.

12Charline Rangé est géographe, chercheuse associée à l’UMR Prodig et responsable de l’animation scientifique au Gret. Elle travaille à l’interface entre recherche, développement et expertise en accompagnement de l’action publique. Elle s’intéresse plus spécifiquement à la gouvernance des ressources naturelles dans les zones humides sahéliennes et à la transformation des rapports socio-fonciers dans les économies familiales en contexte de changements structurels.

13Estienne Rodary est directeur de recherche à l’IRD. Ses travaux, à la croisée de la géographie environnementale et de l’écologie politique, portent sur les politiques de biodiversité et la nouvelle ruée sur les ressources, en Afrique australe et dans le Pacifique sud-ouest. Il a été rédacteur en chef de la revue Écologie & Politique.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search