Version classiqueVersion mobile

Le foncier rural dans les pays du Sud

Postface

Analyser et comprendre les dynamiques foncières rurales contemporaines dans les pays du Sud pour éclairer les débats de politiques foncières

Mathieu Boche

Texte intégral

1Cet ouvrage présente un intérêt majeur pour l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques foncières. De multiples qualités pourraient être ici soulignées : profondeur historique, cohérence d’ensemble de l’analyse, ancrage empirique des travaux, etc. Parmi celles-ci, trois contributions majeures du livre aux politiques foncières méritent d’être mises en avant.

2Tout d’abord, l’ouvrage fournit un cadre d’analyse général et un état de l’art de la recherche qui permettent d’appréhender la complexité des relations sociales pour l’accès et le contrôle de la terre. En adoptant un cadre fondé sur le triptyque « droits-acteurs-institutions », les différents chapitres fournissent des clés de lecture pour comprendre les enjeux clés de la question foncière. Cette grille d’analyse est fondamentale pour dépasser les controverses sur la nature des droits, les dispositifs de sécurisation, la pluralité des normes et les dispositifs de régulation. Elle éclaire les entrées thématiques que sont les liens entre dynamiques agraires et dynamiques foncières, les ressources partagées, les marchés fonciers, les conflits, etc.

3Ensuite, cet ouvrage constitue un plaidoyer en faveur de politiques foncières fondées sur des recherches solides. Il montre clairement que les choix de politiques foncières sont avant tout des choix de société, dont l’économie politique doit être comprise pour assurer un accès de l’ensemble des citoyens à des droits sécurisés et à une administration foncière fiable et transparente. Il montre qu’un débat informé sur les choix de politiques foncières (méthodes d’identification des droits et de levée des limites, priorisation des droits qui seront formalisés, modalités de la formalisation – systématique ou à la demande – outils de formalisation et des dispositifs d’administration) requiert une compréhension suffisamment fine des dynamiques foncières et de leurs enjeux.

4La troisième contribution de l’ouvrage aux politiques foncières est l’éclairage apporté au besoin d’expertise pour les penser, les mettre en œuvre et les évaluer. En mettant à disposition cet état des lieux très complet et en proposant une réflexion sur l’éthique de l’expertise, le livre ouvre la porte à un dialogue entre la recherche, les décideurs et les experts engagés dans les politiques foncières. Il invite aussi les chercheurs à faire, à certaines conditions, un pas de côté et à s’investir au côté des experts pour diagnostiquer, analyser, formuler et co-construire les propositions des politiques foncières de demain, avec celles et ceux qui devront les mettre en œuvre et se saisir des nouvelles opportunités qu’elles offrent.

5Ce livre est également l’aboutissement d’une démarche collective de chercheurs regroupés au sein du Pôle foncier de Montpellier et qui participent aux travaux du Comité technique « Foncier et développement » (CTFD) depuis de nombreuses années. L’analyse des contrats agraires, celle des politiques de formalisation des droits sur la terre, les grandes acquisitions foncières, les conflits sur la terre et leur lien avec les conflits violents, les communs ou encore les dimensions intrafamiliales de la question foncière sont autant de thèmes qui ont fait l’objet de travaux et de publication du CTFD, avec la participation des chercheurs du Pôle foncier. Ces échanges entre les deux réseaux ont permis de nourrir et de confronter le regard de la recherche et les démarches des opérationnels. Dans la continuité de cette collaboration, il était naturel que le CTFD soutienne la préparation et la publication de ce livre dont plusieurs chapitres viennent prolonger ces réflexions d’intérêt conjoint. Les deux réseaux ont su évoluer conjointement dans les dernières années et développer leur partenariat. Cet ouvrage constitue une nouvelle étape pour construire de futures collaborations au sein de notre communauté épistémique sur le foncier.

6Dans le contexte mondial actuel, marqué par de nombreuses instabilités, ce livre a par ailleurs le mérite de nous rappeler l’importance des contextes, des pratiques, règles et normes locales mobilisées par les populations pour faire société autour de la terre et des ressources qu’elle porte. Il questionne utilement les pratiques et orientations de certains bailleurs et organisations internationales. Il rappelle très justement le nécessaire équilibre à trouver entre le coût de l’inaction pour endiguer l’insécurité foncière et l’importance de se doter du temps et des outils nécessaires à la compréhension de l’économie politique du foncier pour soutenir des politiques foncières adaptées. Centrée sur les processus, la démarche analytique que proposent les auteurs doit permettre de resituer l’action dans son temps long et de penser des modes de gouvernance et de sécurisation foncière hybrides répondant aux enjeux actuels.

7Enfin, au-delà de son apport considérable à la recherche, ce travail devrait constituer une base formidable pour un engagement en faveur de la formation des jeunes chercheurs, experts, praticiens locaux du foncier d’aujourd’hui et de demain. Ces chapitres pourraient être déclinés en autant de modules de formation accessibles au plus grand nombre pour poursuivre l’engagement collectif en faveur de politiques foncières adaptées aux besoins des citoyens. C’est très certainement une opportunité à saisir pour le Pôle foncier, le Comité technique « Foncier et développement » et l’Agence française de développement.

Auteur

Expert foncier à l’Agence française de développementPrésident du Comité technique « Foncier et développement »

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search