Version classiqueVersion mobile

Atlas des pêches et pêcheurs artisans d'Afrique de l'Ouest

 | 
Pierre Chavance
, 
Pierre Morand

Préface

Alassane Samba et Didier Gascuel

Texte intégral

1Longtemps, la pêche artisanale – maritime ou continentale – est restée dans l’ombre. Mal connue, peu étudiée, elle était tenue pour secondaire et ses volumes de production pour mar­ginaux. Aux yeux de nombreux acteurs, c’était une activité archaïque, peu compatible avec les contraintes grandissantes de la modernité. Cette opinion a prévalu à l’échelle mondiale où l’at­tention se portait sur les grandes flottilles du large, sur leur développement impétueux depuis la Seconde Guerre mondiale et sur les problèmes de surexploitation des ressources qui se sont généralisés au cours des dernières décennies. La même approche s’est imposée en Afrique de l’Ouest où la priorité a longtemps été donnée aux nombreuses flottilles industrielles étrangères venues tour à tour, et parfois toutes ensemble, exploiter et trop souvent surexploiter les res­sources locales. Sur la côte, les petites pêches côtières en ont été directement impactées, dans une relative indifférence, mais en parvenant malgré tout à se développer dans ce contexte de concurrence exacerbée. À l’intérieur des terres, les pêches continentales paraissaient préservées de cette compétition, mais restaient en réalité à l’écart des politiques de développement.

2Peu à peu, la réalité s’est imposée. Dès les années 1980 et 1990, les travaux des instituts natio­naux de recherche halieutique, souvent accompagnés par l’IRD (à l’époque dénommé Orstom), ont mis à jour le poids spécifique et l’importance stratégique de la pêche artisanale, et en particulier de sa composante maritime. Plus récemment sans doute, on a compris que la pêche continentale jouait elle aussi un rôle majeur, à la fois économique, social et culturel. On le verra amplement dans cet ouvrage, l’une et l’autre contribuent très significativement à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à l’apport de devises, à la création d’emplois et à la sta­bilité sociale des communautés concernées. L’une et l’autre sont confrontées à des enjeux glo­baux de lutte contre la pauvreté, de pression sociétale ou migratoire, et de réconciliation entre des dynamiques d’exploitation et des impératifs de conservation des ressources naturelles.

3Pour l’Afrique de l’Ouest, la pêche artisanale est désormais reconnue pour ce qu’elle est : un atout majeur et un secteur économique de première importance, porteur d’avenir à l’échelle des communautés concernées et de l’ensemble de la société. Ce secteur mérite donc d’être suivi et accompagné. Mais pour anticiper l’avenir et en maîtriser le développement, il y a un préalable : il faut d’abord bien le connaître. Et force est de constater qu’il reste en la matière bien du chemin à parcourir. Faute d’une couverture régulière par les services statistiques des diffé­rents pays, le nombre d’exploitants, les volumes de captures, leur répartition géographique ou leurs dynamiques propres restent très largement incertains. Qui sont les acteurs ? Comment travaillent-ils ? Quels sont leurs atouts et leurs contraintes ? Quels sont les mécanismes et enjeux influant sur le développement des pêches artisanales ?

4C’est à cet enjeu de la connaissance des pêches artisanales en Afrique de l’Ouest que s’attache le présent atlas. C’est un travail inédit dont la réalisation était un véritable challenge compte tenu de la diversité du secteur et de son caractère largement informel. Mais, on le verra dans les pages qui suivent, la masse d’informations récoltées est impressionnante. Elle dresse un panorama précis et présente une analyse détaillée qui éclaire l’avenir.

5La réalisation de cet atlas s’inscrit dans le cadre plus large du Plan d’aménagement concerté des pêches et de l’aquaculture adopté par l’UEMOA en 2007, et plus précisément de son « Programme régional de renforcement de la collecte des données statistiques des pêches dans les États membres et de création d’une base de données régionale ». Celui-ci a pour objectif de renforcer les capacités techniques et institutionnelles des États membres de l’UEMOA dans la collecte et le traitement de données statistiques des pêches et de mettre en place un Système d’information régionale pêche (SIRP). Il couvre les huit pays de l’UEMOA et vise à obtenir des repères, des éléments d’analyse et des indicateurs issus du terrain, préalable au développement de plan d’aménagement des pêches.

6Ce travail a été confié à un consortium d’institutions dont l’expérience est reconnue dans la pêche artisanale en Afrique de l’Ouest : Oceanic Développement, Agrocampus Ouest et IRD. Il s’appuie sur une démarche d’harmonisation des méthodes d’enquête statistique et sur la réa­lisation d’enquêtes-cadres couvrant la pêche artisanale maritime et continentale. Des rapports nationaux ont été produits comme outils de valorisation des résultats clés obtenus dans chacun des pays. Le présent atlas en fait la synthèse en présentant l’ensemble des connaissances acquises sur la situation de la pêche artisanale dans chacun des huit pays constituant l’UEMOA, ainsi qu’une synthèse régionale. Il met ainsi à la disposition du lecteur un ensemble de données fiables sur la pêche artisanale et présente de nombreux ratios et indicateurs qui per­mettent notamment les comparaisons avec des études réalisées dans d’autres parties du monde.

7Après une courte introduction qui précise la démarche, le premier chapitre vise à caractériser les pêcheurs artisans continentaux et maritimes qui opèrent en Afrique de l’Ouest. Il montre que les populations dépendantes de la pêche dans l’UEMOA peuvent être estimées à 1,6 % des 111 millions de personnes vivant dans la région. Les plus fortes concentrations sont observées au Mali pour la partie continentale (2,6 %) et au Sénégal pour la zone maritime (3,9 %). C’est dans ces deux pays que l’on rencontre également le plus grand nombre de ménages impliqués dans l’activité de pêche. L’étude montre que 40 % de ces ménages sont impliqués dans des activités post-capture, avec un taux maximum de 86 % au Mali. Ces taux sont plus faibles en pêche maritime mais restent difficiles à préciser. L’activité des ménages en agriculture et en élevage apparaît faible dans les pays côtiers (18 %), alors qu’elle est importante dans les pays continentaux (74 %).

8Ce chapitre souligne aussi que la majorité des pêcheurs dans la zone UEMOA sont des Béninois et des Maliens en pêche continentale et des Sénégalais en pêche maritime. La part des non-nationaux dans les effectifs de pêcheurs représente 5,5 % en pêche continentale et 18,6 % en pêche maritime, pour cette dernière il s’agit majoritairement de pêcheurs ghanéens, donc en provenance d’un pays hors zone UEMOA. L’analyse des conditions de vie montre que la qualité de l’habitat, l’accès à l’eau, à l’électricité, l’accès aux services collectifs sont meilleurs en zone maritime, surtout sur la façade occidentale (Sénégal et Guinée-Bissau). Enfin, en matière d’éducation, la zone maritime paraît mieux lotie : le pourcentage de pêcheurs ayant bénéficié d’une scolarisation est nettement supérieur à la pêche continentale (67 % et 40 % respectivement) et le taux d’alphabétisation y est plus élevé (48 % et 34 %).

9Le deuxième chapitre est consacré à l’activité de pêche artisanale continentale et à son environnement. Il montre d’abord que, sur les 130 000 embarcations estimées dans les huit pays, 76 % se trouvent au Mali et au Bénin, avec une diversité de formes allant de la minuscule « goret » (calebasse) du Niger à la pirogue monoxyle ou à la pirogue à membrures. Seulement 9 % de ces embarcations sont motorisées. En majorité, les unités sont équipées de filets (à 78 %) et exploitent principalement des tilapias, des silures et des capitaines de fleuve. Elles sortent cinq à six jours par semaine. Les captures journalières varient au cours du cycle annuel, de sept à dix-neuf kilogrammes en moyenne, avec une saison favorable qui dépend des pluies et des crues des rivières et qui varie donc d’un pays à l’autre. Les pirogues utilisées coûtent en moyenne 25 000 francs CFA, mais les équipements sont largement plus chers (153 000 francs CFA en moyenne). La rentabilité de l’exploitation est difficile à estimer, car les revenus spécifiques à la pêche sont mal connus dans un contexte généralisé de polyactivité.

10L’accès aux commodités utiles à la pêche et à la valorisation des produits constitue un frein au développement de cette pêche continentale. Seulement 22 % des pêcheurs ont accès à toutes les commodités dans un rayon de dix kilomètres. L’accès à l’eau et à l’électricité est rare, ce qui renforce l’intégration de la filière avec le commerce et la transformation. L’autoconsommation dans les pays continentaux apparaît très limitée (2,6 % des produits), tandis qu’on observe un recours à la transformation important, surtout au Mali, au Niger et au Togo. Le fumage est la technique la plus utilisée, principalement en Guinée-Bissau, en Côte d’Ivoire et au Burkina-Faso. La gestion et l’encadrement du secteur reposent sur des mécanismes coutumiers et modernes de gestion des conflits, souvent difficiles à cerner mais qui sont présents dans 42 % des sites. Dans les pays sahéliens au nord, la mise en œuvre des politiques publiques s’appuie notamment sur la présence d’organisations socioprofessionnelles. Dans les pays du golfe de Guinée, ces structures sont absentes, car y existent de fortes colonies d’étrangers.

11Le troisième chapitre aborde le thème de l’activité de pêche artisanale maritime et de son envi­ronnement. Celle-ci concerne les cinq pays côtiers de l’UEMOA, deux sur la façade occidentale (Sénégal, Guinée-Bissau) et trois dans le golfe de Guinée (Côte d’Ivoire, Togo et Bénin). Ces pays cumulent 450 sites de débarquement avec un nombre de pêcheurs maritimes estimé à près de 100 000. Les embarcations sont moins nombreuses qu’en pêche continentale, mais le parc comprend néanmoins plus de 18 000 pirogues (dont 72 % au Sénégal) avec des effectifs qui décroissent en direction du golfe de Guinée. Les types d’embarcations les plus fréquents sont les pirogues monoxyles et les pirogues en planches. On rencontre de rares modèles à membrures et des « modernes » en fibre de verre. Le taux de motorisation est relativement élevé dans la région (78,5 %) avec des disparités régionales (22 % en Guinée-Bissau et jusqu’à 90 % au Sénégal). Comme l’indique Chauveau (1986), ce dernier pays « représente aujourd’hui et sur le plan historique un “foyer” de la pêche artisanale maritime en Afrique de l’Ouest ».

12L’enquête révèle également que les filets maillants calés ou dérivants ou encerclants sont les plus utilisés (50 %) suivis des lignes et palangres (30 %), de la senne tournante (8 %) et de la senne de plage (2 %). Dans 70 % des cas, un seul type d’engin est utilisé par unité de pêche bien que des cas de mixité (plusieurs engins utilisés) soient également signalés. Les sorties de pêche dépendent beaucoup du climat et de l’enrichissement des eaux : deux saisons principales en opposition de phases sont décrites dans la partie occidentale (de novembre à juin au Sénégal et en Guinée-Bissau) et dans le golfe de Guinée (de juillet à octobre en Côte d’Ivoire, au Togo et au Bénin). Les fonds de pêche les plus fréquentés (2/3 des sorties) se trouvent au-delà des dix mètres de profondeur. Les grands filets (senne de plage et senne tournante) ciblent surtout les petits poissons pélagiques pendant les périodes d’upwelling, alors que les diverses variantes de filets maillants recherchent des espèces de fonds durs au nord (de novembre à juin) et des petits pélagiques et espèces de fonds meubles dans le golfe de Guinée (de juillet à septembre).

13Les enquêtes-cadres réalisées ne permettent pas de cerner précisément l’impact des migrations sur l’activité de pêche. Elles en confirment néanmoins l’importance à moyenne ou large échelle. Plus généralement, l’analyse économique du secteur se heurte à la diversité des stratégies, à la disposition des acteurs (polyactivité, mixité, etc.) et à la diversité des modes de rémunération (à la part, au salaire, etc.). L’étude des activités montre cependant que les dépenses en carburant influent beaucoup sur les résultats d’exploitation (revenus, rendements, chiffres d’affaires, etc.). En outre, les résultats économiques sont influencés par la disponibilité sur le débarcadère de commodités utiles pour la pêche (charpenterie, réparation de moteurs, eau, électricité, etc.). Cette disponibilité apparaît plus forte lorsque les sites de débarquement, souvent peu aménagés dans la région, sont proches des sites d’habitation. C’est notamment le cas au Bénin, en Côte d’Ivoire, en Guinée-Bissau et au Sénégal.

14Ce chapitre dresse également le panorama de la valorisation des produits et montre qu’elle s’effectue principalement en frais, mais aussi en transformé surtout au Sénégal et en Côte d’Ivoire. Seulement 10 % à 20 % du poisson débarqué sont destinés à l’autoconsommation. Le décompte du nombre d’opérateurs est difficile à réaliser car il dépend des saisons de pêche et de l’importance des débarquements. On compte plus de 14 000 opérateurs pour la filière du frais au Sénégal, avec une importance forte de l’exportation. Les produits transformés restent au contraire en Afrique, ils sont soit conservés et consommés sur place, soit transportés en camion vers les régions ou les pays de l’intérieur. Les procédés de transformation les plus courants sont le fumage (25 % à 70 % selon les pays) et le salé-séché (15 % à 68 %).

15Le chapitre aborde enfin les problèmes liés aux conflits et à la gestion de la pêche maritime. Les conflits les plus fréquents sont ceux qui interviennent avec la pêche industrielle, provo­quant souvent des dégâts sur les engins et les pirogues (70 % des cas dans le golfe de Guinée). Viennent ensuite les conflits entre groupes de pêcheurs (notamment au Sénégal), tandis que les conflits entre pêcheurs et autres professionnels sont quasi inexistants. Des dégradations de l’environnement sont signalées partout (érosion côtière), ainsi que les coupes de mangrove, ou la pollution dans le golfe de Guinée. En matière de sécurité, beaucoup d’accidents sont dus à des pannes de moteur et aux intempéries et naufrages. Le chapitre se conclut sur une note d’espoir en indiquant que la généralisation progressive du téléphone portable, des gilets de sauvetage et autres équipements (boîtes à pharmacie, GPS, feux de signalisation, etc.) permettent d’espérer une amélioration prochaine de la sécurité des pêcheurs en Afrique de l’Ouest.

16L’ouvrage se termine par une synthèse qui dresse différentes comparaisons, d’abord entre les huit pays, puis entre pêches maritime et continentale. L’exercice n’est pas facile, mais les auteurs proposent des indices, des ratios et des indicateurs qui peuvent servir de repères. En termes de ressources humaines mobilisées, la pêche continentale rassemble 0,9 % de la population de la région contre 0,6 % en pêche maritime. Elle compte un nombre beaucoup plus grand d’embarcations, mais débarque un peu moins. Globalement, ces deux segments ne satisfont pas les besoins de consommation de la région, où persistent donc des déficits graves. Les indicateurs relatifs aux conditions de vie mettent en évidence un mieux-être dans les zones maritimes, sauf pour les migrants. Rapportés au niveau mondial, les pays de l’UEMOA représentent 2 % des captures artisanales, 2,6 % de la valeur des débarquements et 1,3 % des emplois associés. Enfin, la productivité par pêcheur en mer est plus élevée qu’au niveau mondial, renforcée par les forts rendements notés surtout dans les engins collectifs au Sénégal.

17En conclusion, cette étude confirme la place de la pêche artisanale dans l’économie des pays de l’Afrique de l’Ouest. La pêche continentale assure une contribution à la sécurité alimentaire domestique ; elle joue un rôle socioéconomique important au Mali et au Bénin, alors qu’elle est complémentaire à l’agriculture dans les autres pays. L’étude de la pêche maritime a permis de mettre en évidence deux sous-entités géographiques. D’un côté, sur la façade occidentale, le Sénégal et la Guinée-Bissau sont des pays à forte tradition maritime avec un nombre important de pirogues et de sites de débarquement. Ils présentent les meilleures conditions de vie et d’exercice de la pêche et une production par pêcheur qui varie de quatre à sept tonnes par an. De l’autre côté, dans le golfe de Guinée, la Côte d’ivoire, le Togo et le Bénin sont des pays où la pêche et les conditions de vie sont moins favorables. La production par pêcheur est ici inférieure à quatre tonnes par an.

18En novembre 2016, les résultats contenus dans cet ouvrage ont été validés par des spécialistes de la pêche lors d’un colloque tenu à Lomé. Le rapport final marque une avancée très significative dans l’amélioration des connaissances sur ce secteur. Il invite à un enrichissement des données et indicateurs par des études plus poussées et par l’élargissement de celles-ci à l’ensemble de la zone CEDEAO.

Auteurs

Halieute, appui et conseil aux Organisations professionnelles des pêches artisanales (OPPA), Dakar, Sénégal

Professeur en écologie marine, Institut Agro, Rennes, France

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search