Version classiqueVersion mobile

Patrimoines naturels au Sud

 | 
Marie-Christine Cormier-Salem
, 
Dominique Juhé-Beaulaton
, 
Jean Boutrais
, 
et al.

Thème 1. Une nature à négocier, des droits à inventer

Les nouvelles orientations de la gestion du patrimoine naturel en Côte d’Ivoire

New Targets of Natural Heritage Management in Ivory Coast

Jonas Ibo

Résumé

Depuis le milieu des années 1990, le secteur forestier ivoirien s’ouvre à de nouveaux acteurs, notamment aux Organisations non gouvernementales (ONG) et aux populations locales riveraines des aires protégées. Cette ouverture s’est traduite sur le terrain par la mise en place de deux zones de biodiversité dans le Nord et la cession en gérance de trois des huit parcs nationaux que compte le pays à des ONG internationales de conservation de la nature.

La création des zones de biodiversité s’est effectuée dans le cadre du projet de Gestion participative des ressource naturelles et de la faune (Geprenaf). La philosophie de ce projet consiste à concilier les objectifs de conservation de la diversité biologique et ceux du développement local au bénéfice des populations riveraines des zones de biodiversité.

Quant à la cession des parcs en gérance, elle s’est réalisé dans la perspective de l’élaboration d’un Programme cadre de gestion des aires protégées (PCGAP). Ce programme visait à repenser toute la philosophie de gestion des parcs et réserves de la Côte d’Ivoire en privilégiant l’implication des populations locales riveraines de ces aires protégées.

Cette contribution tente de documenter les tenants et les aboutissants de ces dynamiques tant du point de la logique étatique de patrimonialisation de la nature que de la perception de ces processus par les populations locales. S’agit-il de signes avant coureurs du désengagement de l’État du secteur de conservation de la nature ? Assistons-nous à une forme particulière de la gestion participative des ressources naturelles renouvelables en Côte d’Ivoire ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Le Service forestier de Côte d’Ivoire, géré de manière centralisatrice depuis 1926 par le corps des Eaux et Forêts, s’ouvre de plus en plus, depuis le milieu des années 1990, à de nouveaux acteurs, notamment aux ONG et aux populations locales. Certes, le Service forestier a été créé en Côte d’Ivoire en 1912, mais les premiers forestiers n’y ont été affectés par le pouvoir colonial français qu’en 1924. Depuis cette époque, le Service forestier gère les forêts, y compris les aires protégées (parcs nationaux et les réserves) et les forêts classées.

Depuis 1978, les forêts ivoiriennes sont scindées en deux : d’un côté, le domaine forestier permanent de l’État, composé des parcs nationaux, des réserves et des forêts classées ; de l’autre côté, le domaine rural (84 % du territoire national, soit environ 28 millions d’hectares), dans lequel toutes les activités de production sont concentrées : agricoles, forestières (80 % de l’exploitation forestière), aménagement du territoire....

Auteur

Jonas Ibo, historien, univ. Abobo-Adjamé, UR 026 IRD, rue du chevalier-de-Clieu, 15, BP 917 Abidjan 15, Côte d’Ivoire.

© IRD Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search