Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brasília, ville fermée, environnement ouvert

 | 
Marcia Regina De Andrade Mathieu
, 
Ignez Costa Barbosa Ferreira
, 
Dominique Couret

Résumé. Brasília : ville fermée, environnement ouvert

Texte intégral

1Inaugurée en 1960 puis classée par l'Unesco comme patrimoine de l'Humanité en 1987, le Plano Piloto, périmètre premier et central de la ville de Brasília est la matérialisation urbanistique d'un projet de ville moderne brésilien avant-gardiste et idéal conçu dans les années 1950. L'appellation de Plano Piloto dépassait la seule désignation de l'œuvre urbanistique puisqu'il s'agissait d'expérimenter, au travers de cette planification totale du milieu de vie, la mise œuvre d'un projet politique socialiste et utopique d'une nouvelle forme de société urbaine brésilienne.

2Aujourd'hui ce Plano Piloto est devenu le centre d'une agglomération urbaine de 3 millions d'habitants, vaste et fragmentée qui surprend par sa composition spatiale distanciée, dispersée et répétitive, sa communication urbaine essentiellement automobile et une apparente et inquiétante anomie sociale. Mais où donc et sous quelle forme les populations de Brasília font-elles aujourd'hui société ? Comment d'un projet de ville délimitée et finie a-t-on pu aboutir à une telle urbanisation diffuse et ségréguée de l'environnement régional ? Pourtant les plans avaient bien été conçus pour aboutir à une intégration de tous au sein de la cité … et une vraie place publique de rencontre urbaine hétérogène était bien là au moment même de la fondation urbaine de Brasília, sur le chantier et ses campements…

3À partir d'une lecture environnementale urbaine croisée entre géographies brésilienne et française, les auteurs de cet ouvrage proposent une analyse de cette expérience urbanistique et sociale unique. Il s'agit de comprendre en quoi l'évolution imprévue relève de défauts d'adaptation des orientations planifiées et des modes de gestion posés, ou bien d'un détournement par les dynamiques sociales, économiques et politiques que la planification n'a pas permis de prévoir. Cette enquête est une participation à un débat de fond sur la maîtrise du développement urbain. Faut-il se résoudre à voir dans l'expérience de Brasília, le témoignage exemplaire de la puissance dominante de la dynamique économique libérale et concurrentielle sur l'organisation des sociétés urbaines modernes, encore et toujours, malgré tout projet social urbain d'envergure ? … Doit-on, suite à ce constat, abandonner toute planification originale par le projet de société, accepter que le développement urbain soit orienté par les dynamiques spontanées et adopter un mode d'encadrement souple et de « réparation » des principaux dysfonctionnements, tel que le préconisent les instances internationales ? Cela met tout à la fois en question le devenir du modèle brésilien de planification urbaine, et, pour Brasília, la politique de sauvegarde du patrimoine de l'Humanité et la gestion des risques multiples induits par l'urbanisation de l'environnement régional.

4La première partie pose le contexte actuel du développement de Brasília et fait le point sur son évolution tant spatiale, économique que démographique durant ses 45 ans d'existence. Elle aboutit au constat de la formation d'une agglomération urbaine particulière, marquée d'abord par la grande mise à distance des périphéries par rapport au noyau urbain, ensuite par leur dépendance fonctionnelle extrême vis-à-vis de ce centre. Le contraste est très marqué entre le suréquipement de la ville centrale et le dénuement de multiples lotissements périphériques et populaires. Le territoire est structuré par la séparation et la mise à distance des classes sociales. Dans leur éloignement géographique extrême les plus modestes apparaissent comme les principales victimes d'une centralité urbaine et d'un accès au développement mal partagés. Ce constat pose la contradiction du projet urbain premier d'une cité partagée et égalitaire.

5La seconde partie explore les fondements nationaux, régionaux et locaux de l'émergence et de la matérialisation du projet originel de transfert de la capitale du littoral vers l'intérieur. Cela permet de comprendre comment le projet de Lucio Costa a été en partie détourné. D'abord au moment de sa concrétisation, l'œuvre urbanistique et la prédominance donnée à l'échelle monumentale ont pris le pas sur le projet de société comme sur le projet d'un développement régional équilibré. Ensuite le projet politique est entré en forte résonnance avec l'identité pionnière très ancrée au sein de la société brésilienne. Nombre de gens modestes ont ainsi été attirés par ce nouvel eldorado urbain, lieu où ils espéraient tout à la fois acquérir emploi et propriété résidentielle individuelle. L'utopie la mieux partagée par toutes les classes sociales a été au final celle d'un accès au développement moderne et à un logement à soi et à son goût.

6En troisième partie, l'analyse de la place de l'environnement dans les politiques urbaines régionales permet de comprendre comment la dispersion et l'éparpillement des occupations urbaines se présentent comme des conséquences des politiques de préventions et tentatives de résistance des pouvoirs publics aux dynamiques d'expansion urbaine. On constate ainsi que la définition minutieuse des aires de protection environnementale dans le projet urbain premier de Brasília et dans la réglementation territoriale régionale ont eu pour effet de disperser encore plus l'urbanisation. La protection de l'environnement « naturel » et préexistant, au même titre que celui planifié et urbain du patrimoine édifié du Plano Piloto et de son écrin vert, était pourtant une dimension incluse dans le premier plan régional d'occupation des sols, puis dans les règles foncières et juridiques de réglementation territoriale et d'encadrement du développement urbain… La prédominance de la réalisation urbaine et le rôle peu à peu majeur des dynamiques de l'habitat ont transformé ces espaces protégés en autant de réserves foncières.

7La quatrième partie présente comment la libéralisation progressive de l'accès au sol urbain sous les coups de l'occupation spontanée est peu à peu légitimée par l'appareil institutionnel et l'alternance des pouvoirs politiques issue de la démocratisation locale. Le processus de transformation urbaine de cet environnement désormais ouvert est alors enclenché suivant des règles a priori très libérales. D'un projet de ville fermée et limitée on est passé à une réalité d'agglomération dynamique avec les problèmes d'une autre échelle (approvisionnement en eau, travail pour tous, transports), où les priorités de préservation de la ville centrale s'opposent à celles de réparation et de promotion de zones d'habitat périphériques trop longtemps délaissées. L'effet principal des efforts des pouvoirs publics pour essayer de contraindre l'étalement urbain a été de renforcer l'éloignement des plus démunis de la ville centrale et des lieux d'emplois, plus que ne l'aurait fait un marché foncier spéculatif totalement libre.

8La cinquième et dernière partie expose, au terme de l'enquête, les interrogations des chercheurs dont les analyses croisées amènent à conclure à la nécessité d'une gestion globale de l'ensemble urbain et régional que constitue l'agglomération urbaine de Brasília. En effet, au-delà du constat de la distance prise avec le projet de réalisation urbaine premier et au vu de l'échelle régionale définitive du phénomène urbain, ce qui préoccupe est avant tout l'ampleur des problèmes de qualité de vie urbaine qui en résultent pour une majorité. Ces risques environnementaux urbains sont de deux registres. Certains sont d'ordre environnemental classique, tels que la menace de dégradation de la ressource d'eau et les dangers des écoulements d'eaux usées incontrôlés. Ces risques font planer des répercussions des situations de sous-équipement des zones résidentielles périphériques sur la qualité de vie dans la ville aménagée. D'autres sont d'ordre social, issus de l'amplitude extrême entre les conditions de vie difficiles d'une majorité et la haute qualité de l'intégration urbaine d'une minorité. Ces risques font planer la menace globale de violences sociales portées par l'injustice du partage des ressources urbaines et la distanciation géographique trop forte entre les classes sociales. Dans tous les cas ces risques ne peuvent être circonscrits à des espaces spécifiques et le devenir de la qualité environnementale en tous lieux de l'agglomération de Brasília est en question.

9Aussi les chercheurs relaient-ils le débat local, aujourd'hui ouvert et actif, d'une nécessaire autre conception d'ensemble de l'encadrement de la transformation urbaine. Il faudrait urgemment inventer une nouvelle gestion territoriale, au delà des modèles urbains d'hier et adaptée au développement de la capitale devenue agglomération. Pour cela et au vue des faits ils font une proposition audacieuse : relancer l'utopie première d'un projet de société brésilienne et de qualité de vie supérieure comme la seule manière de mobiliser les multiples acteurs « spontanés » de la transformation urbaine autour d'un projet commun. Il s'agit d'utiliser la ressource sociale de l'aspiration commune, toutes classes sociales confondues, à l'accession à un logement et au développement moderne pour tout à la fois créer une conscience environnementale et un investissement dans une meilleure qualité de l'environnement urbanisé, au-delà du périmètre de la cité modèle du Plano Piloto et des murs et clôtures des maisons individuelles. Tenter l'émergence d'un nouveau type de citadins brésiliens, impliqués et actifs, au- delà de leurs premiers rôles de bâtisseurs pirates et d'usagers passifs, et renouer les liens trop distendus entre les différentes classes sociales, tel que cela fut autrefois inclus dans le projet de Brasília…

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540