Desktop versionMobile version

Brasília, ville fermée, environnement ouvert

 | 
Marcia Regina De Andrade Mathieu
, 
Ignez Costa Barbosa Ferreira
, 
Dominique Couret

L'insoutenable utopie urbanistique première : quel avenir pour Brasília ?

Introduction

Full text

1La planification initiale de la capitale fédérale, la manière dont fut conduite l'occupation de son territoire, les divers plans d'ordonnancement territorial qui se sont succédé et eurent une incidence sur la transformation du sol, ne garantissent pas, à première vue, une utilisation judicieuse de l'environnement régional. De plus, les résultats obtenus sont loin de ceux qui ont été prévus, au départ, pour son organisation spatiale. La « périphérisation » croissante et évolutive de l'agglomération, conjuguée à la complexité des intérêts du marché immobilier, ont engendré une occupation urbaine marquée par une pénurie en équipements et en aménagements urbains.

2Le rythme de croissance de l'agglomération du Distrito Federal est préoccupant. Cependant, ce n'est pas tant l'augmentation de la population urbaine qui est le sujet des plus grandes inquiétudes que l'extension et le morcellement de la tâche urbaine de Brasília. Cette extension incontrôlée, au mépris des plans, modifie la situation économique, environnementale et sociale des diverses localités existantes à l'intérieur de l'agglomération, créant déséquilibres et risques. Si en certains lieux les infrastructures sont sous-employées, dans d'autres, elles sont insuffisantes. Cette situation rend difficile une mise en cohésion future du territoire et provoque la dégradation locale de la qualité de l'air et de l'eau. De même, les politiques pratiquées sont sectorielles. Par définition, elles sont conçues pour atteindre leurs propres objectifs spécifiques sans que soient prises en compte l'articulation d'ensemble ni les répercussions d'ensemble inhérentes à l'une ou l'autre politique.

3Les populations « périphérisées » de l'agglomération, pénalisées par les distances à parcourir entre leurs lieux de résidence et leurs lieux de travail, le coût humain de ces éloignements considérables, leurs difficultés d'accès aux équipements et aux services, sont, en première instance, l'exemple vivant des distorsions auxquelles il faudrait mettre un terme.

4Par ailleurs, l'application du modèle de planification urbaine repose sur un zonage préétabli de séparation des fonctions, qui détermine un usage pour chaque zone et ordonne la délivrance des permis de construire. Ce système s'avère mal calibré par rapport aux besoins résidentiels et, de par cette inadaptation, provoque les installations illégales. Ainsi, ce zonage comprend bien des espaces de préservation, à protéger de toute occupation, mais, dans la réalité dynamique de la ville, ils apparaissent comme autant de terres vides disponibles et donc à prendre, faute d'autres espaces ouverts à l'habitat… À terme, force est de constater que le marché foncier spéculatif échappe au contrôle et amène le gouvernement du Distrito Federal à entériner l'occupation désordonnée et injuste du sol de l'agglomération de Brasília, en délivrant des permis de construire après coup et en discordance avec le plan d'occupation du sol prédéfini.

5Cette désorganisation et cette dispersion de l'habitat acceptées ont des conséquences lourdes sur le long terme : par exemple sur le coût et la viabilité de réseaux centralisés de distribution d'eau potable ; sur la conception d'un système de transport collectif efficace et partagé ; ou encore tout simplement sur la qualité et l'extension du réseau de voierie.

6La nécessité d'une réévaluation des politiques qui influencent la localisation et la croissance physique de l'agglomération, devient urgente et importante. Malgré les plans directeurs successifs, la planification urbaine pratiquée à Brasília est toujours restée calée sur le modèle monofonctionnel de l'usage du sol, avec certes une recomposition de nouveaux découpages mais sans vraie remise en question de ce mode d'organisation du contrôle territorial des pouvoirs publics. Ces derniers exposent toujours une cartographie des interdictions et permissions qui doit servir de base aux nouveaux choix d'implantation pour les acteurs privés et aussi de plan pour les actions de répression à mener par les services publics. Tout le jeu vient du manque de suivi dans ces interventions et du peu de force conséquente de la valeur dissuasive de ce plan d'ordonnancement territorial.

7Cette planification urbaine est donc aujourd'hui très peu efficace et mérite, sans doute, d'être rediscutée et réorientée vers une conception de la cohabitation territoriale des usages du sol différente, facilitant par exemple une occupation urbaine plus compacte, à même d'arrêter la dispersion actuelle des peuplements urbains et la « périphérisation » anarchique des moins nantis… Quels sont donc les choix possibles des pistes à ouvrir pour la mise en place d'une nouvelle gestion pour le présent et le futur de cette agglomération urbaine devenue incontournable ?

© IRD Éditions, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search