Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brasília, ville fermée, environnement ouvert

 | 
Marcia Regina De Andrade Mathieu
, 
Ignez Costa Barbosa Ferreira
, 
Dominique Couret

Le devenir urbain de l'environnement régional

Conclusion. Brasília : de la ville fermée à un environnement régional trop ouvert à l'initiative résidentielle individuelle

Texte intégral

1Alors que le contrôle du Plano Piloto par une planification rationnelle et bien instrumentalisée fut presque total, celui-ci n'a pas existé pour le reste du territoire régional où une dynamique d'occupation urbaine libérale du sol s'est déployée. Les politiques de l'habitat et leur variation ont permis aux habitants et aux acteurs économiques de jouer un rôle majeur dans l'édification de l'agglomération. Par leurs pratiques et stratégies, ces derniers ont forcé l'ouverture du territoire régional à l'appropriation individuelle. Le passage à l'élection démocratique du gouvernement du Distrito Federal n'est pas non plus étrangère à cette évolution, les candidats élus ayant souvent joué sur la promesse d'une régularisation des lotissements illégaux.

2Cette dynamique propre à de multiples acteurs orientée vers l'appropriation individuelle de son espace de résidence introduit de fait, dans le modèle d'une ville à la fois capitale nationale et pionnière, un élément imprévu qui s'impose : le désir profond et partagé par toutes les classes sociales d'accéder à un logement propre. Être maître d'une parcelle de terre et de sa maison… voilà la façon dont les populations font leur rêve de Brasília dans un schéma d'avenir désirable : un front pionnier urbain qui offre sa chance d'obtenir son morceau de sol, à qui y met l'énergie.

3La priorité donnée à l'usage urbain de l'espace du Distrito Federal ressort donc globalement comme un consensus local. L'ensemble des politiques menées dans cet espace ont d'abord favorisé l'accès au logement. Aucun des plans d'aménagement du territoire élaborés pour le Distrito Federal traitant des autres aspects, comme la protection du milieu naturel, n'a jamais bénéficié des mêmes soins que ceux concernant la satisfaction de la demande en logement des populations. Cette gestion des établissements urbains s'est développée depuis l'époque du premier PEOT en 1977, indépendamment de toute considération écologique ou d'autres recommandations que les plans territoriaux généraux précisaient pourtant. Le projet urbanistique planificateur d'une ville limitée et fermée afin d'être lieu d'intégration sociale débouche sur la réalité d'un environnement régional trop ouvert aux initiatives résidentielles individuelles de toutes sortes, toutes classes sociales confondues. La vraie utopie sociale actuelle, partagée et collective, est celle du front pionnier et de l'eldorado urbain, loin de l'utopie urbanistique d'un pouvoir national aujourd'hui disparu.

4Ainsi comme dans le cas de nombreuses autres villes qui ont dû faire face à une croissance démographique forte sur un laps de temps relativement court, le pouvoir public a été amené peu à peu à mettre en place un autre modèle de gestion, issu de la confrontation avec la réalité de la dynamique urbaine. La planification initiale a donc été modifiée pour faire face au problème majeur imposé par les faits : celui du logement et de l'habitat. D'une priorité primitive d'organisation du territoire tournée vers les fonctions de capitale et la bonne réalisation d'un ensemble urbanistique de prestige, les pouvoirs publics ont incliné leurs politiques et pratiques vers la résolution de la question de l'habitat qui était un aspect secondaire dans le plan d'origine. Le défaut de méthode dans cette nouvelle politique tient principalement à trois paramètres : elle amène à la séparation des localisations résidentielles des différentes classes sociales ; elle éloigne dramatiquement les populations les plus pauvres des lieux d'emplois et des réseaux d'infrastructure existants ; elle entérine des installations spontanées qui ne sont pas les mieux choisies du point de vue de la facilité d'installation des équipements a posteriori et de la préservation de l'environnement et des ressources en eau. Ce mode d'encadrement du développement urbain est donc générateur de nombreuses situations à risques qui font poindre un horizon de dysfonctionnements à venir lourds et difficilement gérables.

5À ce point de l'enquête, les raisons de l'évolution vers une distanciation spatiale de classes sociales extrêmes et vers une lente dégradation du milieu naturel et de la qualité de vie dans l'environnement urbanisé de Brasília sont claires. On saisit aussi très bien combien les dynamiques à l'origine de cette évolution sont difficiles à contrecarrer. Toute la question est donc maintenant : comment et quelle nouvelle gestion peut-on et doit-on concevoir pour l'agglomération de Brasília ?

Bibliographie

Références

Anjos R. Dos, 1991 – Expansão urbana no Distrito Federal e Entorno Imediato (1964-1990) : monitoramento por meio de dados de sensoreamento remoto. Dissertação de Mestrado em planejamento urbano, Universidade de Brasília, Instituto de Arquitetura e Urbanismo, Departamento de Urbanismo, Brasília, Brasil.

Anjos R. Dos, 1995 – Modelagem dos processos espaciais formadores da dinâmica Urbana no Distrito Federal do Brasil. Tese de Doutorado. Departamento de Engenharia dos Transportes, Universidade de São Paulo, São Paulo, Brasil.

Carlos A. F., 1996 – « A Natureza do Espaço Fragmentado ». In Carlos O. : Lugar no do Mundo, Hucitec/ANPUR, São Paulo, Brasil.

Diegues A. C., 2001 – O Mito Moderno da Natureza Intocada. Hucitec. São Paulo, Brasil.

Ferreira I. C. B., Penna N. A., 1997 – « Brasília, Novos Rumos para a Periferia ». In Paviani A. (org.) : Brasília, Moradia e Exclusão, Ed. UnB, Brasília, Brasil.

IPEA – Instituto de Pesquisa Econômica Aplicada, 1997 – Gestão do uso do solo e disfunções do crescimento urbano. Relatório nº 2, julho de 1997, Brasília, mimeo.

Penna N. A., 2000 - Brasília : do espaço concebido ao espaço produzido. A dinâmica de uma metrópole planejada. Tese de Doutorado. Universidade de São Paulo, São Paulo, Brasil.

Penna N. A., 2003 – « Fragmentação do ambiente urbano : crises e contradições ». In Paviani A., Gouveia, L. A. (ed.) : Brasília : Controvérsias Ambientais. Ed. UnB, Coleção BsB, Brasil.

Niemeyer O., 1961 - Minha experiência em Brasil. Rio de Janeiro, Vitória, 87 p. : 56–57.

Schmidt V. V., 1985 – « Brasília Como Centro Político ». In Paviani A. (ed.) : Brasília Ideologia e Realidade. Espaço Urbano em Questão, Projeto/CNPq, Brasília, Brasil.

Spósito M. E., 1999 – « A urbanização da sociedade : reflexões para um debate sobre as novas formas espaciais ». In Damiani, Carlos e Seabra (ed.) : O espaço no fim de século : a nova raridade, Ed. Contexto, São Paulo, Brasil.

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540