Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Dynamique et usages de la mangrove dans les pays des rivières du Sud, du Sénégal à la Sierra Leone

 | 
Marie-Christine Cormier-Salem

Travaux et débats de l'atelier de travail

Rapport de l’atelier de Travail de Dakar, 7-15 Mai 1994. « Dynamique et usages de la mangrove dans les pays des Rivières du Sud »

Volltext

PROGRAMME DE L’ATELIER

1samedi 7 mai et dimanche 8 mai : accueil des participants

2lundi 9 mai : Atelier de travail

310h 00 : Séance d’ouverture, avec les institutions organisatrices et les bailleurs de fonds

411h 00 : apéritif contact 12h 30 : repas

513h 30-18h : Discussions par groupes selon le plan de travail établi pour le programme DUM

6groupe 1 - climatologie-hydrologie-sédimentologie (coordinateur : E.S. DIOP)

7groupe 2 - formations végétales-pédologie (coordinateur : M. SOW)

8groupe 3 - Richesse spécifique comparative de la faune (coordinateur : D. GUIRAL)

9groupe 4 - Histoire des sociétés, cultures et activités (coordinateur : J.P. CHAUVEAU)

10groupe 5 - Population, santé (coordinateurs : C. BECKER, J. MOUCHET)

11groupe 6 - Systèmes actuels d’exploitation (coordinateur : M.C. CORMIER-SALEM)

12mardi 10 mai : Atelier de travail

139h 00 -13h 00 : Séance plénière. Président de séance : E.S. DIOP Présentation et discussion des travaux des groupes de travail 1, 2 et 3

1413h 00 : repas

1514h 00 - 18h 30 : Séance plénière. Président de séance : J.P. BARUSSEAU Présentation et discussion sur les travaux des groupes de travail 4, 5, 6

16mercredi 11 mai : Atelier de travail

179h 00 -13h 00 : Séance plénière. Président de séance : M. SOW

18Poursuite de la présentation et discussion des travaux des groupes de travail 4, 5 et 6

1913h 00 : repas

2014h 00 - 18h 30 : Discussion par groupes selon les thèmes suivants : thème 1 - Dynamique du milieu et impact des aménagements thème 2 - Dynamique des systèmes d’usage de la mangrove et stratégies paysannes

21jeudi 12 mai : Atelier de travail

229h 00 -13h 00 : Séance plénière. Président de séance : M. SOW Compte-rendu des travaux des deux groupes de travail du mercredi 11 mai

2313h 00 : repas

2414h 00 - 17h 30 : Séance plénière. Président de séance : P. PÉLISSIER

25Synthèse et conclusions : élaboration du plan de l’ouvrage, discussion sur la préparation de l’édition et de la publication de l’ouvrage, prolongements du programme DUM.

26vendredi 13 mai et samedi 14 mai : excursion dans les îles du Saloum

27dimanche 15 mai : départ des participants

COMPTE-RENDU DES DÉBATS ET DISCUSSIONS DE L’ATELIER

28Secrétaire des séances de travail : J.M. Ecoutin

29Les notes ont été complétées et corrigées par les participants à l’atelier : E. Charles-Dominique, J.P.Chauveau, M.C. Cormier-Salem, D. Guiral. Tous les débats en séances plénières ont été enregistrés.

LUNDI 9 MAI 1994 (APRÈS-MIDI) : RAPPORT DE LA RÉUNION DES GROUPES 4, 5 ET 6

30Monsieur Pélissier expose une proposition de travail en quatre parties :

  1. populations et peuplement (problème de l’accès aux données et de l’homogénéité de la cartographie)
  2. migration (ampleur considérable de l’immigration et de l’émigration)
  3. typologie des aménagements et des formes d’exploitation
  4. économie contemporaine (effet de l’englobant sur l’économie locale)

Problème de populations et de peuplement

– Populations

31Le premier problème abordé porte sur la délimitation spatiale des Rivières du Sud. Une définition pour caractériser les populations concernées est proposée par S. Bouju : « prendre en compte l’ensemble des populations qui ont une interaction avec le milieu très littoral, éventuellement sans y rester en permanence ».

32Le second problème abordé porte sur l’accès aux données en vue de réaliser une cartographie des populations actuelles ainsi que sur le choix d’une échelle réaliste pour la construction de cette carte.

33Au Sénégal, les données fiables à l’échelle des villages, sont accessibles.

34En Gambie, il semble que de telles données existent mais à une échelle supérieure à celle du village.

35En Guinée-Bissau, ce type de données est plus difficile à appréhender ; le dernier recensement date de 1990, avec le secteur (plusieurs villages) comme unité administrative. Dans le cadre du Projet de Planification Côtière, des données ont été recueillies sur trois zones, où la densité de la mangrove est particulièrement élevée : le Rio Cacine, le Rio Cacheu et les Bijagos. Ces données trop partielles ne peuvent être extrapolées à l’ensemble de la zone littorale. Il faut noter que 65 % de la population du pays vit dans la zone côtière ou de mangrove.

36En Guinée, le dernier recensement fiable date des années 1950. Il existe un recensement des débarcadères de pêche pour 1992, et un recensement électoral en 1993. Le recensement général de 1988 est fait à base d’extrapolations à l’échelle de la sous-préfecture.

37Pour la Sierra Leone, ces informations doivent exister (validité ?), car on peut trouver des informations dans certains ouvrages (P. Richard ; cahiers villageois).

Proposition : par pays, il est possible de réaliser une carte (par point ou trame ?) pour les années 1950 et une carte pour la fin des années 1980 au 1/200 000. Il est également envisageable de réaliser, à une échelle de l’ordre du 1/500 000, une carte de synthèse de la répartition de la population mettant en évidence les zones presque vides et les zones densément peuplées. C. Becker prend en charge la coordination de ce volet et un interlocuteur a été identifié par pays, sauf pour la Sierra Leone.
Pour pallier les déséquilibres, des étude de cas (par exemple sur le Sénégal) pourront éventuellement être présentées.

– Peuplement

38Cette question est plus ardue à appréhender que la précédente. De nombreux exemples sont fournis montrant l’imbrication entre groupes culturels et la difficulté à établir une histoire du peuplement par groupes. Mieux vaut faire référence à des foyers culturels et à la permanence des espaces politiques et économiques, basés sur la force de ces « vieilles civilisations paysannes ».

39La riziculture est le phénomène de fond du peuplement, impliquant une même technicité : c’est le facteur unifiant des Rivières du Sud. A partir de ce fond commun rizicole, dont le foyer d’origine serait les Baïnuk, il s’agit de comprendre les facteurs de diversification et de morcellement en liaison notamment avec la traite des esclaves. L’étude des modes de structures de ces espaces (politiques, bio-écologiques, économiques etc.) peut permettre une approche de la diversité de ces peuplements.

40Proposition : J.P. Chauveau coordonne l’approche sur cette question.

Migrations et histoire récente

41Il faut tenir compte de deux mouvements migratoires différents : d’une part les migrations vers les villes et les autres pays en particulier africains et européens, d’autre part les migrations rurales, telles celles des pêcheurs maritimes ou des Balant pour les travaux de labour profond des rizières. Il faut par ailleurs souligner le problème des frontières et l’amplification de ces mouvements migratoires depuis l’Indépendance.

Typologie des aménagements

42Cette question est abordée à partir du travail proposé par F. Bertrand et M.C. Cormier Salem. A partir d’un modèle rizicole de fond, on observe une grande diversité des types de rizières en fonction des multiples facettes écologiques. Ainsi, on distingue les rizières du nord endiguées et les rizières du sud ouvertes, qui correspondent respectivement à une trame hydroséquentielle compartimentée au nord et à une zonation aval-médiane-amont (de la plaine côtière à l’arrière-mangrove) au sud.

43Il faut tenir compte de la diversité des ressources et des acteurs et analyser les processus de transformation des systèmes. Dans les trente dernières années, on note :

  • d’une part une diversification des usages (ressources spécifiques nouvelles, intensification de la production de sel, gisement à bois, ressources halieutiques) ;
  • d’autre part, une prise de conscience de la vulnérabilité du capital mangrove. Toujours à cette échelle contemporaine, la riziculture ne semble plus être l’élément structurant et unifiant des espaces ruraux. Ce recul (à nuancer selon les zones) s’accompagne de l’émergence de nouveaux espaces d’exploitation (forêts, espace halieutique, espace hydraulique des bassins versants).

Économie contemporaine

44Les aspects macro-struturaux sont à prendre en compte. Les modifications des systèmes d’exploitation doivent être appréhendées dans le contexte englobant actuel mais également colonial. Les Rivières du Sud ont pour originalité de se partager entre trois puissances coloniales (portugaise, française et britannique) dont il faut souligner les modalités d’intervention spécifiques. Il faut également mentionner l’importance du développement des cultures de rente telles l’arachide comme facteur d’attraction sur le littoral des populations (telles les Mancagne, les Manjak)

MARDI 10 MAI 1994 (MATIN) : RAPPORT DE LA SÉANCE PLÉNIÈRE

45Présidence : E. Salif DIOP

46Après une rapide présentation des travaux du jour par M.C. Cormier-Salem et des trois interrogations principales auxquelles doit répondre le groupe de travail DUM, à savoir :

47— Milieu fragile <——> milieu robuste,

48— Milieu riche <—> milieu hostile, malsain,

49— Milieu vierge <——> milieu densément peuplé ou refuge,

50Le groupe de travail 1 « climatologie-hydrologie-sédimentologie » a présenté son rapport via son rapporteur Bachir Diouf, en décrivant leur plan d’analyse et quelques réflexions complémentaires.

Plan de travail du groupe 1

511. Introduction

  • présentation
  • présentation des Rivières du Sud
  • unité et diversité des mangroves des Rivières du Sud

52+ mise en place (variations des niveaux marins)

53+ évolution morphologique

54+ diversité spatiale

552. Facteurs de diversité des mangroves des Rivières du Sud

561-1. facteurs climatiques

57a) présentation bibliographique

58+ mécanismes généraux

59+ différenciation régionale

60+ bilan climatique

61b) portée temporelle et spatiale des processus

622-2. incidences du climat sur l’hydrologie

  1. régimes hydrologiques
  2. portée temporelle et spatiale des processus

632-3. facteurs océanographiques et sédimentologiques

642-3-1. les mécanismes généraux

652-3-2. les estuaires et les chenaux

662-3-2-1. caractères hydrodynamiques

67+ la marée

68+ l’hydrodynamique fluviale

69+ le coin salé

702-3-2-2. apports sédimentaires

712-3-2-3. caractères morphologiques

72+ les flèches sableuses

73+ la bathymétrie

742-3-3. les vasières littorales et les tannes

752-3-3-1. influence tidale

762-3-3-2. répartition des sédiments

77+ en fonction de la latitude

78+ en fonction de la topographie

792-3-4. les estrans et les plages

802-3-4-1. hydrodynamique du littoral

81+ les houles

82+ la dérive littorale

832-3-4-1phénomènes d’érosion et d’accrétion

Commentaires relevés au cours de la présentation de l’exposé :
Paragraphe 21 : il existe trois grandes régions bioclimatiques : la région nord allant du Sine Saloum à la Haute-Casamance (précipitations inférieures à 800 mm), la région centrale depuis la Basse-Casamance jusqu’aux îles Bijagos et enfin la région sud comprenant la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia (précipitations supérieures à 4 000 mm).
Paragraphe 22 : en fonction de la latitude, on observe trois grands régimes hydroclimatiques, soit, du nord au sud, le régime sahélien, le régime tropical strict puis le régime tropical humide de transition.
Un événement récent de l’histoire de ces fleuves est la remontée du coin salé et la présence de sursalure importante pour les rivières du nord de la région.
Paragraphe 23 : ces régions se différencient autant par l’importance relative du plateau continental que par les types de houle observés au cours de l’année.
Commentaires relevés suite à cette présentation :
Un certain nombre de caractères sont mis en avant, mais sans être accepté par tous, comme éléments spécifiques des mangroves des Rivières du Sud :

  • gradation climatique latitudinale sur 1 200 km (S. Diop),
  • péjoration climatique le long de cette gradation se traduisant par une inversion de salinité dans les estuaires,
  • trame du réseau hydrographique avec des fleuves provenant du Fouta Djallon et d’autres non issues de ce massif, ce qui, pour F. Bertrand, représente une composante qui interfère avec le gradient pluviométrique.
  • typologie caractéristique des milieux : vasière d’estuaire, de front de mer ou de chenier (M. Sow) ; mangrove fermée/rizière endiguée contre mangrove ouverte/rizière inondée non endiguée (M.C. Cormier-Salem),
  • caractérisation face aux zones de mangroves d’autres parties du globe : industrialisation des mangroves de l’Amérique du sud, exploitation aquacole en Asie (S. Diop).


La discussion s’est poursuivie sur le titre de la réunion axée soit sur la mangrove, soit sur Rivières du Sud. La structure mangrove comprend au moins trois types d’écosystèmes distincts : la mangrove arborée, l’estuaire et les tannes (D. Cuirai). Sont évoquées alors les problèmes de délimitation de ces différents écosystèmes (S. Diop), d’étendue des surfaces inondées (E. Charles-Dominique). M.C. Cormier-Salem conclut sur une description des pays des Rivières du Sud à travers diverses approches en vue d’expliquer une unicité de ces espaces et des dynamiques de cet ensemble écologique et humain.

84Mamadou Sow, en tant que coordinateur et rapporteur du groupe de travail 2 « formation végétale et sol » a ensuite présenté les résultats de leurs travaux à travers un plan de travail recentré sur la notion de mangrove comme structure d’écosystème.

Plan de travail du groupe 2

851. Introduction

86Les deux formations (végétation et sol) sont le produit de facteurs hydroclimatiques, pédologiques, hydrologiques et anthropiques. La végétation a son unité autour d’une pauvreté d’espèces majeures, les palétuviers, avec trois espèces de Rhizophora et une, d’Avicennia. En revanche, elle présente une certaine diversité des formations herbacées complémentaires, croissante du nord au sud.

872. Végétation

882-1. composition floristique

892-2. distribution

902-3. dynamique

912-4. facteurs affectant la distribution et la dynamique

92Sont mis en cause ici deux facteurs : d’une part la vitesse de sédimentation : si elle est lente (estuaire), elle entraîne l’apparition de Rhizophora, si elle est rapide (exhaussement du substrat), celle d’Avicennia ; d’autre part, la pluviométrie et la température qui, en association, ont un rôle important au niveau de la production primaire.

932-5. évaluation quantitative de l’impact de ces facteurs sur la répartition spatiale

942-6. évaluation de l’interface écophysiologique sur la productivité primaire

953. Sols

963-1. typologie

97+ sulfatés acides, qui sont les plus répandus

98+ sulfatés acides potentiels

993-2. distribution

1003-3. facteurs affectant la dynamique et la distribution

101+ liés à la végétation : sol sulfaté/Rhizophora, non sulfaté/Avicennia

102+ liés à la pluviométrie

103+ liés au régime hydrique

1044. Conclusion

105— relation sol-plante

106— définition des zones à exploiter, protéger ou restaurer et reboiser.

Commentaires relevés suite à cette présentation.
D. Guiral signale que la production arborée de la mangrove ne participe que peu à la production des autres voies trophiques repérées dans cet écosystème et met en avant l’importance des surfaces des pneumatophores en tant que support de colonisation pour les épibionthes.
Il faut prendre en compte les impacts des aménagements et les espèces végétales utiles, souvent artificiellement introduites, mais qui sur le plan de l’histoire économique ont une importance réelle : le palmier à huile, l’arachide, le caoutchouc et bien évidemment les différentes espèces de riz (J.P. Chauveau).

107Le coordinateur du groupe de travail 3 « faune », D. Guiral, signale que leur approche a intégré la mangrove et les espaces aquatiques estuariens environnants (approche écosystèmique privilégiée). Le rapport du groupe, dont les débats ont été principalement orientés vers les trois interrogations initiales, a été fait par E. Baran.

Rapport du groupe de travail 3

108L’écosystème mangrove tel que défini ci-dessus est caractérisé par une biodiversité faible. Trois points ont été mis en avant lors de la présentation :

  1. le milieu mangrove sensu stricto est un milieu naturellement sain. Les vecteurs épidémiologiques (paludéen en particulier) sont issus des systèmes adjacents et leur présence dans la mangrove peut résulter d’action anthropique (bilharziose en rizière peu salée)
  2. l’élément structurant des peuplements (de poissons principalement, mais pas uniquement) n’est pas la formation végétale arborée ;
  3. les données collectées ou appréhendables ne sont pas de même niveau dans les différents pays de la zone, certaines informations sont même de types contradictoires.

109À partir de ces trois points, un certain nombre d’idées reçues sur la mangrove sont discutées :

  • la mangrove n’est pas une zone insalubre ;
  • il s’agit d’une zone où la présence, souvent en grand nombre, de larves et juvéniles de poisson est confirmée, mais aucun facteur explicatif n’est apparu (interférence entre mangroves et estuaires) ;
  • en général, ce sont des zones riches en espèces, ce qui ne semble pas être le cas des mangroves des pays des Rivières du Sud (comparaison nécessaire à l’échelle mondiale) ;
  • au niveau des peuplements de poissons, il y a un changement continu des espèces (écosystème homogène ?) ;
  • ce milieu est occupé par des communautés très adaptables, très plastiques (écosystème fragile ?) ;
  • en Afrique de l’Ouest, les mangroves présentent, à partir d’une même stratégie d’échantillonnage, des biomasses ichtyologiques très contrastées dans une proportion de 1 (Guinée) à 3 (Sine-Saloum), (milieu riche ? hétérogène ?).

110Pour l’avifaune, un certain nombre de correspondances peuvent être faites avec les remarques portant sur l’ichtyofaune. La prépondérance d’espèces au régime insectivore, espèces qui ne sont donc pas directement liées à la présence de la formation arborée mais davantage à celle des tannes, explique la plus grande variété de l’avifaune dans le secteur nord (Sénégal). L’analyse des informations sur l’avifaune confirme le mauvais transfert, au sein des chaînes trophiques, de la production végétale arborée.

Commentaires relevés suite à cette présentation :
Le système forestier de mangrove est un système ouvert, c’est une des spécificités de ce système (F. Bertrand). Les écophases larvaires et juvéniles exportent, par leurs migrations, la production du système plus rapidement que la circulation physique (D. Guiral). C’est un milieu à forte variabilité interannuelle en interaction continue avec l’estuaire adjacent (E. Charles-Dominique). C’est à l’intersection bolon-chenal, dans le nord, que les biomasses sont les plus importantes (D. Guiral), ce qui pourrait être une explication de la forte productivité du plateau continental guinéen comme lieu d’exportation de la production des mangroves côtières.
Quel est le rôle de la mangrove, comme formation végétale, sur la pédogenèse et sur les régimes sédimentaires ? Quelle est la destination de la matière végétale non consommée ?

MARDI 10 MAI 1994 (APRÈS-MIDI) : RAPPORT DE LA SÉANCE PLÉNIÈRE

111Présidence : J.P. Barusseau

112Programme de séance : présentation et discussion sur les rapports des groupes de travail 4, 5 et 6

113Bien que regroupé dans des débats communs avec les groupes de travail 5 et 6, un rapport pour le groupe de travail 4, « dimension historique » a été présenté par J.P. Chauveau et complété par S. Bouju et P. Mendy.

Rapport du groupe de travail 4

114En remarque préalable, la dimension historique ne constitue pas un domaine d’étude en soi. Il s’agit de présenter quelques repères qui devraient être intégrés par la suite à l’analyse des systèmes d’exploitation.

115Histoire du peuplement :

  • ancienneté de la présence humaine sur le littoral (la Casamance est un foyer historique de domestication du riz) ;
  • sociétés à organisation politique non étatique ;
  • mouvements de populations :

116nombreux,

117entre l’hinterland et la côte, mais aussi longitudinalement à la côte,

118pas massifs, mais diffus et successifs,

119ayant comme effet, un morcellement et une superposition dans le temps des groupements socioculturels, surtout sur le littoral ; recomposition dans le temps des identités ethniques (importance de l’Islam dans cette recomposition) ; réaménagement des activités (agriculture/pêche/commerce) jusqu’à aujourd’hui,

120cas de population dont le rôle historique est important, mais dont la connaissance est lacunaire (Baïnuk, Balant, Bijago),

121influence forte d’entités étatiques extérieures (royaumes wolof et serer ; Gaabu ; états manding ; Fouta Djallon), mais toujours sans absorption directe des sociétés côtières.

122Traite des esclaves :

  • les populations côtières y participent, mais plus comme intermédiaires que comme fournisseurs d’esclaves ;
  • la traite des esclaves provoque l’arrivée de groupes de l’intérieur trouvant refuge dans la zone de mangrove ;
  • ce qui a des effets sur l’organisation politique (chefferies locales en contact avec les agents européens) et sur l’organisation des échanges (monopole pour les traitants d’esclaves).

123Les colonisateurs :

  • les pays des Rivières du Sud connaissent les trois colonisations (portugaise, française et britannique) ;
  • les modalités y sont différentes : britannique, profil « commercial » et interventionnisme économique limité des colonisateurs, portugaise, petit colonat et « assimilationnisme conflictuel », française, « mise en valeur » administrée.

124Histoire économique post esclavagiste :

  • nécessité de prendre en compte les espèces végétales donnant lieu à une agriculture ou à une activité commerciale (arachide, palmier, caoutchouc naturel) ou l’exploitation commerciale de ressources animales (peaux de singe etc....), même si ces espèces n’appartiennent pas spécifiquement à la mangrove ;
  • développement des productions agricoles avec un impact différentiel des puissances coloniales ;
  • importance de la navigation et de la pêche. L’histoire de la pêche commerciale est dépendante des implantations urbaines et commerciales et du développement de l’agriculture commerciale ; mais sa dynamique interne est restée largement autonome des interventions coloniales.

Commentaires relevés suite à cette présentation :
La toile de fond unifiant toutes ces populations demeure la riziculture avec son unité technologique commune (C. Becker). Ce foyer rizicole historique (conjonction riz + mangrove) est-il spécifique à cette région du globe (J.M. Ecoutin) ? La structure de culture endiguée ou fermée est-elle aussi une spécificité de la région (M.C. Cormier-Salem) ? Pour M. Agyen-Sampong, la présence de rizière endiguée est liée à une contrainte pluviométrique. Au nord, on essaie de pallier le manque d’eau par la construction de digues, qui servent à la fois à conserver l’eau douce de ruissellement et de pluie et à maîtriser la pénétration de l’eau de mer. Au sud, l’approvisionnement en eau douce étant suffisant, on lutte essentiellement contre les adventices par l’inondation des rizières et contre l’excès d’eau en saison des pluies par un drainage adapté (M. Sow). P. Pélissier signale qu’il existe deux grands foyers historiques de culture du riz en Afrique de l’Ouest, la zone Casamance - Gambie et le delta intérieur du Niger avec au départ, l’exploitation des mêmes variétés de riz Oryza glaberrima. Actuellement, on cultive des variétés de riz d’origine asiatique, Oryza sativa.
La discussion ensuite se développe autour d’une typologie des zones de culture de riz en fonction de la distance à la mangrove, de son état d’exploitation, des accès privilégiés aux zones cultivables environnantes, de la variété du riz (Cormier-Salem, Barry, Agyen-Sampong).
La riziculture de mangrove est le résultat de transformations sociales et culturelles importantes issues d’une riziculture extensive sous pluie moins demandeuse de travail. Cette évolution doit être mise en relation avec les comportements défensifs de ces populations vis-à-vis des sociétés à État voisines et avec l’augmentation de la pression démographique qui en est résultée (P. Pélissier). Les populations des pays des Rivières du Sud présentent des caractères (traits) qui se retrouvent depuis les populations du littoral jusqu’aux populations de l’ouest de la Côte-d’lvoire ; ce sont des riziculteurs à structure sociale segmentaire, sans appareil d’état, où l’esclavagisme est peu répandu. Mais vers l’est (Côte-d’lvoire), les pressions des États soudaniens sont beaucoup plus diffuses (J.P. Chauveau).

125Le groupe de travail 5 « population et santé » résume ses travaux par le rapport de J. Mouchet.

Rapport du groupe de travail 5

126La liaison entre mangrove et milieu malsain est une idée de « Blanc » en raison de l’apparition de fièvres (paludisme et malaria). Au xviiie et début du xixe siècle, l’espérance de vie des Européens à la côte était de deux à trois ans et dans l’intérieur, de quelques mois seulement. La quinine est découverte dans la première moitié du xixe siècle, mais peu utilisée pendant un demi siècle. D’utilisation courante vers 1860 - 1870, elle a permis l’expansion coloniale. Les vecteurs de ces fièvres ont été découverts vers 1880.

127Deux phénomènes de santé liés à la mangrove sont discutables :

  • les problèmes de nutrition - malnutrition, vraisemblablement plus faibles que dans les pays adjacents en raison de la présence du poisson et des mollusques dans l’alimentation régulière.
  • les maladies transmissibles à vecteurs (paludisme, arbovirose, trypanosomiase, schistosomiase,...), les maladies virales (hépatite A, polio), ou bactériennes (choléra, variole,...).

128Au sujet de l’épidémiologie du paludisme, en zone salée avec des eaux stagnantes, l’anophèle présente dans ce type de milieu est un mauvais vecteur de transmission, ce qui n’est pas le cas en zone dulçaquicole où le vecteur est très dangereux. Le problème se situe donc dans les zones de contact et d’hinterland.

129Deux maladies sont complètement absentes des zones de mangrove : l’onchocercose et les schistosomiases en zone salée.

130Enfin, le dernier grand problème qui doit nous faire nuancer ces propos, tient aux grandes transformations anthropiques dans ce secteur, tel un barrage ou des zones d’inondation susceptibles de modifier la salinité de l’eau et donc la répartition des vecteurs.

Commentaires relevés suite à cette présentation :
Un problème majeur, autant à l’échelle historique qu’actuelle, lié à la santé des populations, est celui des migrations, vecteurs de déplacement des maladies transmissibles (C. Becker).
Les produits (végétaux, minéraux) de la mangrove sont-ils utilisées dans la pharmacopée traditionnelle (M.C. Cormier-Salem) ?
Si des observations de malnutrition sont rares, les problèmes de l’eau potable, liés à la salure des nappes et une concentration élevée en fluor dans les eaux potables, sont en revanche courants dans les zones de mangrove (C. Becker).

131Le groupe 6 « dynamique actuelle des systèmes d’exploitation » a vu ses travaux rapportés par M.C. Cormier-Salem.

Rapport du groupe de travail 6

132En remarque préalable, il faut souligner les multiples combinaisons ressources - techniques - acteurs qui ont pour cadre la mangrove. Loin d’être un environnement contraignant, impénétrable, fragile, la mangrove offre de nombreuses ressources, autorise le développement de multiples usages et échanges. On fait ainsi l’hypothèse que cette diversité est à l’origine de l’adaptabilité des systèmes d’exploitation.

1331. Adaptabilité des systèmes d’exploitation

1341-1. l’adaptabilité est à analyser compte tenu :

1351-1-1. de la dynamique du milieu, i.e. des résultats des travaux des groupes 1, 2, 3 (milieu robuste, plastique ou instable, fragile ?)

1361-1-2. des processus d’innovation : quels sont les facteurs et les effets de ces processus ? On tend à considérer qu’il s’agit d’un complexe de facteurs. Par ailleurs, il n’est pas toujours facile de distinguer ce qui est facteur ou effet du changement, par exemple pour ce qui concerne l’exode rural ou encore la mise en valeur de nouveaux espaces

1371-1-3. des situations des pays concernés du point de vue politique, économique, social etc.

1382. Dynamique variable des systèmes d’exploitation

1392-1. Caractérisation des systèmes d’exploitation

140Le modèle de base des systèmes d’exploitation dans les Pays des Rivières du Sud est la riziculture (cf. vieux fond rizicole, foyer de domestication et diffusion du riz, techniques de labour profond, civilisation du riz). Durant la saison morte agricole, de multiples activités complémentaires sont mises en œuvre par les communautés rurales.

1412-1. Diversification des systèmes d’exploitation

142À partir de ce modèle de base, on note une apparente homogénéité des processus de transformation contemporains, à savoir :

1432-2-1. le recul de la riziculture de mangrove

1442-2-2. la revalorisation d’anciennes activités de cueillette (huîtres, sel, bois, pêche dans les bolons etc.)

1452-2-3. le développement de nouvelles activités (arboriculture, exploitation des plateaux et des bas-fonds, pêche maritime) conduisant à la mise en valeur de nouveaux espaces et donc à l’extension des terroirs

1462-3. Hétérogénéité des processus de transformation

147En fait, les dynamiques des systèmes d’exploitation ne sont pas les mêmes :

1482-3-1. il faut noter un décalage temporel selon un gradient nord-sud depuis le Saloum (abandon complet de la riziculture et pêche maritime comme activité principale) jusqu’à la Sierra Leone ;

1492-3-2. il faut également noter, selon les zones géographiques, les usages concernés, les filières et les acteurs, des dynamiques contrastées (cf. carte de la typologie des modes de mises en valeur du milieu).

1503. Cette diversité conduit à s’interroger sur les thèmes suivants :

1513-1. Le recul de la riziculture de mangrove

152Avant de statuer sur ce recul, il faut :

1533-1-1. établir une typologie des rizières (il n’existe pas une seule riziculture de mangrove),

1543-2-1. rendre compte des principales contraintes qui pèsent sur cette activité (la salinité ? la mauvaise gestion de l’eau ? le manque de disponibilité en main-d’œuvre ? la pression foncière ? l’insuffisante incitation du marché ?)

1553-1-3. expliciter les stratégies paysannes compte tenu de leur maîtrise technique mais aussi sociale et économique de la mangrove

1563-2. le développement de la pêche

1573-2-1. analyse historique du développement de cette activité : ce phénomène est-il récent, général ?

1583-2-2. analyse des innovations techniques : pirogues, motorisation, engins de pêche

1593-2-3. Typologie des pêcheurs

1603-3. les migrations

1613-3-1. évaluation de leurs importances

1623-3-2. caractéristiques des migrations urbaines, rurales, internationales, à la fois facteurs et effets des changements (cf. les Balant ; les Manjak ; les pêcheurs)

1633-4. les activités de cueillette : sel, bois, huître etc.

1643-4-1. activité marginale ou importante ? évaluation de leur importance à différents niveaux (alimentaire, économique, culturel etc.)

1653-4-2. impact de ces activités sur l’écosystème et, réciproquement, moyens mis en œuvre par les communautés pour préserver ces ressources naturelles renouvelables en propriété commune

1663-4-3. rôle des femmes

1673-5. dynamique des terroirs

1683-5-1. relations intersectorielles : complémentarité ou concurrence entre usages ?

1693-5-2. jeux des acteurs : spécialisation, professionnalisation ; division du travail selon le sexe, l’âge ; compétition et risques de conflit

1703-5-3. appropriation des ressources

171Conclusion : les littoraux à mangrove, un enjeu politique, économique et social

Commentaires relevés suite à cette présentation :
En zone de mangrove, il existe plusieurs types de riziculture (dynamique contrastée de l’exploitation) (F. Bertrand).
Il est demandé à M. Agyen-Sampong, ancien responsable de la station ADRAO / WARDA de Rokupr en Sierra Leone, de présenter sa contribution sur la riziculture dans les Pays des Rivières du Sud et de fournir un complément d’informations sur l’aménagement des mangroves en Sierra Leone (cf. contribution).

MERCREDI 11 MAI 1994 (MATIN) : RAPPORT DE LA SÉANCE PLÉNIÈRE

172Présidence : Mamadou SOW

173Ordre du jour : poursuite de la présentation des travaux du groupe de travail 6 sur les thèmes de la pêche, de l’usage des produits de cueillette, de l’impact des aménagements et de la typologie des modes de mise en valeur des mangroves.

174Le thème « pêche artisanale et évolution des techniques de pêche » est présenté par E. Charles-Dominique.

1751. Quelques définitions et rappels

176La pêche est une activité liée à l’exploitation des ressources aquatiques qui peut être complémentaire à d’autres activités économiques. Ce peut être autant des opérations de cueillette que de piégeage du poisson. Enfin elle n’est pas inféodée à la strate mangrove arborée. L’espace halieutique est une somme de mosaïques.

1772. Les données

178L’information quantitative est rare et d’acquisition récente dans les milieux estuariens et continentaux. Cette information se décompose en trois grands volets : recensement, activité de pêche et rendement en vue d’obtenir (cas peu courant) une estimation des captures totales. Les chiffres sont donc souvent des ordres de grandeur très grossiers dans la zone des pays des Rivières du Sud.

1793. Évolution de la pêche

180Le secteur de la pêche artisanale montre de fortes capacités de changement technique : on peut citer en exemple le passage du fil naturel au fil synthétique pour les filets maillants ; on observe aussi des évolutions non prévues comme la régression de la pêche palissadée dans cette région.

Commentaires relevés suite à cette présentation :
Quel est l’impact de ces pêcheries sur l’état des stocks de poissons observés en mangrove ? (D. Guiral). Ne peut-on pas relier la diversification des techniques avec celle des acteurs (M.C. Cormier-Salem) ?
Dans les pays des Rivières du Sud, il existe deux grands foyers de pêcheurs : le Sénégal et la Sierra Leone. De plus, on observe schématiquement deux groupes de pêcheurs : les migrants à activité souvent très spécialisée exploitant les espaces maritimes et les espèces marines d’une part, les pêcheurs-paysans ayant une activité beaucoup plus saisonnière et exploitant des espèces inféodées à cet écosystème (S. Bouju, J.M. Ecoutin).
Le développement de la pêche est difficilement séparable de celui des migrations. Il y aurait une tendance des pêcheurs estuariens à vouloir exploiter la zone maritime. De plus, peut-on dire que certains groupes de pêcheurs sont plus porteurs de novation (A. Samba) ?
Dire qu’il y a des groupes qui sont porteurs de novation du fait de leur culture (explication culturaliste) semble très critiquable (J.P. Chauveau). Les ethnies et leurs cultures sont des produits historiques et donc liées à des évolutions convergentes avec des ajustements successifs dus à l’environnement naturel ou socio-historique. La pêche n’est qu’un élément de la panoplie technologique d’exploitation des ressources (J.P. Chauveau).
La pêche n’a pas de spécificité propre dans l’évolution des techniques. Pour comprendre les évolutions ou novations, il faut réinsérer les acteurs dans leur contexte environnemental (J.P. Chauveau).
Les populations locales ne possèdent que des techniques primitives et c’est aux migrants que revient le rôle de moteurs d’évolution (J. Sà). Les pêcheurs migrants (exemple du Sine Saloum) utilisent-ils les mêmes techniques de pêche dans leur zones d’origine que sur les lieux de migration (T. Bousso) ?
Le milieu estuarien est souvent le lieu d’apparition de techniques exportées postérieurement ailleurs. De plus, le mouvement de déplacement des techniques du nord du Sénégal vers le sud semble se vérifier historiquement.
En Guinée-Bissau, on n’observe pas le même développement de la pêche maritime chez les communautés littorales. La spécialisation n’est le fait que de quelques communautés très localisées (chez les Papel à Cacheu ou au nord à proximité des Diola) ou alors de communautés migrantes d’origine étrangère (P. Mendy).
La pêche peut avoir des conséquences indirectes très fortes sur la mangrove, comme par exemple par le biais du fumage du poisson : en Guinée, un quart des prélèvements de bois de mangrove sert au fumage (F. Bertrand).
Un complément d’informations sur le développement de la pêche dans les pays des Rivières du Sud est donné à travers l’exposé de R.J. Johnson sur la pêche en Sierra Leone (cf. contribution écrite).

181L’exposé sur l’usage des produits de cueillette a été séparé en deux parties : d’une part le ramassage des bivalves formant des amas coquilliers (C. Descamps), d’autre part, la cueillette des huîtres (M.C. Cormier-Salem).

182On observe des amas coquilliers depuis le Maroc jusqu’au Congo. Cette activité est très ancienne. Deux types d’amas coquilliers peuvent être observés suivant leur origine anthropique ou non. Seuls sont décrits ici les amas d’origine anthropique autant à l’échelle historique que contemporaine.

183La collecte des arches, Anacarda, est une activité féminine spécifique. Il existe deux types de collecte :

  • la collecte professionnelle, intensive. C’est une activité exclusive sur de longues périodes réalisées par certaines femmes. Il y a alternance de phase de collecte à marée basse et de phase de transformation (cuisson des coquillages pour ouvrir ces bivalves, séchage des animaux). Cette activité intense est très saisonnière, en saison sèche uniquement avec des durées de séchage du mollusque comprise entre 2 et 4 jours.
  • la collecte occasionnelle en vue d’améliorer le revenu quotidien. Cette activité est non saisonnière.

184Les amas sont formés par la concentration sur de longues périodes des rejets des coquilles une fois ébouillantées. Actuellement, ces rejets n’ont plus lieu. Les coquilles sont récupérées pour la fabrication de la chaux qui est commercialisée sur de grandes distances. La demande de chaux est telle qu’il y a récupération des coquilles sur les amas coquilliers et que ces derniers sont en voie de disparition.

185Il serait très intéressant de faire une comparaison entre les activités de cueillette des produits aquatiques de la mangrove qui prédominent dans chacune des régions, à savoir : le ramassage des coquillages dans les îles du Saloum, la cueillette des huîtres en Casamance et dans les zones septentrionales de la Guinée Bissau et enfin le piégeage des crevettes à l’aide de digues de pierre appelées roffe en Guinée. Souvent considérées comme marginales, ces activités jouent pourtant un rôle majeur sur les plans nutritionnel et culturel mais aussi, de plus en plus (à confirmer), sur le plan économique, tendant à devenir de petites productions marchandes commercialisées sur de longues distances (sur les marchés urbains notamment). Par ailleurs, ces activités ont pour caractéristiques communes d’être entre les mains des femmes (aidées de leurs enfants). Leur étude fournit des éléments de compréhension des stratégies familiales d’usage de la mangrove (M.C. Cormier-Salem).

186L’impact des aménagements sur les mangroves des pays des Rivières du Sud a été présenté par B. Barry.

187A partir de l’exemple de l’évolution des modes d’exploitation de la riziculture en Casamance, le présentateur a montré, pour chaque étape d’évolution, les conséquences directes ou indirectes observées sur le milieu :

  • mode de gestion traditionnelle des polders diola sans drainage ;
  • aménagement ouvert lié à une gestion de l’eau par des canaux principaux et secondaires dans des zones où la pluviométrie est bonne, avec souvent comme conséquence rapide, l’acidification très forte des sols sulfatés acides ;
  • poldérisation à grande échelle, avec création de canaux majeurs récupérant l’eau dans les parties hautes pour la drainer vers les terrains bas, avec pour conséquence une production faible de riz et l’acidification du milieu ;
  • puis, mise en place de barrages anti-sel fonctionnant dans les deux sens, cela fournit de très grandes surfaces à exploiter, mais demande une grande quantité d’eau douce pour dessaler l’eau conservée dans ces barrages ;
  • ce type de construction est associé à la mise en place de structure forçant les déplacements d’eau dans des ensembles compartimentés ;
  • en final, construction de petites digues anti-sel à l’échelle villageoise permettant avec ce type d’aménagement de retrouver des rendements équivalents au système traditionnel diola (2 à 3 t / ha). Ce système crée malgré tout une difficulté sociale liée à la gestion de l’eau dans les terrains sous contrôle de ces barrages.

188Enfin, F. Bertrand présente une typologie des modes de mise en valeur des mangroves des pays des Rivières du Sud (cf. contribution écrite). Outre les nuances à apporter à cette typologie en fonction des situations locales et de la prise en compte du jeu des acteurs, la principale critique porte sur le titre de la contribution : il ne s’agit pas d’une typologie des systèmes d’exploitation mais d’une typologie des modes d’occupation du sol (J.P. Chauveau).

JEUDI 12 MAI 1994 (MATIN) : RAPPORT DE LA SÉANCE PLÉNIÈRE

189Présidence : Mamadou Sow

190Ordre du jour : Compte rendu des deux groupes de travail du mercredi 11 mai après-midi.

191Le premier groupe de travail « dynamique du milieu et impact des aménagements » voit ses travaux rapportés par E. Baran.

192Les principaux facteurs structurants de la dynamique du milieu sont : la pluviométrie (quantité, distribution), l’hydrologie (débit, nappe, charges solides) et l’océanographie (houle...). Les structures fondamentales de l’écosystème mangrove sont maintenues en dépit des modifications. Une des conclusions à retenir des débats de l’atelier est la robustesse du milieu et sa très forte résilience. La mangrove n’est pas un milieu instable ou fragile, ou plus exactement l’instabilité surtout spatiale est « normale », contribue à la dynamique du milieu. Cela conduit à distinguer la variabilité écologique « naturelle » et les variations dues aux impacts des actions anthropiques.

Commentaires relevés suite à cette présentation :
Au niveau écologique, les systèmes de mangrove sont des construction océaniques sous contraintes édaphiques unifiantes et structurantes. La fonction structurante, sur le plan végétal, ne serait pas le sel (sensu stricto), mais plus le sulfure. Le système nord est caractérisé par un confinement et une concentration, système fermé avec recyclage interne, alors que le système sud est caractérisé par son ouverture et sa dilution : c’est un système exportant. Il y a ainsi similitude entre ces deux types de mangrove et les zonations écologiques au sein des écosystèmes paraliques (D. Guiral).
Si les lois structurantes changent, il y a une déstructuration rapide de l’écosystème ; mais un retour aux conditions d’origine, ramène le système à sa forme initiale, car les éléments structurants sont très contraignants (rigide). En définitive, il y a réversibilité et pérennité des processus (D. Guiral ; A. Guissé).
Il se pose une question d’échelle entre ce qui structure un écosystème tel la mangrove et certains peuplements qui vivent dans ce dernier : par exemple, les poissons du peuplement estuarien ne sont pas forcément liés à la présence d’une mangrove (G. Vidy).
En foresterie, le vitesse théorique de régénération des palétuviers est connue : environ 75 années en conditions stables pour Rhizophora, un peu moins pour Avicennia (F. Bertrand).
La robustesse et la résilience se situent par rapport à des évolutions climatiques et non anthropiques. Comment tenir compte des impacts des aménagements ?

193Les conclusions du deuxième groupe de travail « dynamique des systèmes d’exploitation et stratégies paysannes » ont été présentées par M.C. Cormier-Salem.

1941- À une échelle de temps long, il y a permanence et unicité des pays des Rivières du Sud.

195L’unité et la permanence des Rivières du Sud tiennent aux grands traits de comparaison suivants :

  • une civilisation du riz, s’appuyant sur une maîtrise technique de la mangrove grâce à un instrument de labour appelé kajendo chez les Diola, arendo chez les Balant, kop ou kofi chez les Baga
  • des densités de la population élevées (relativement aux densités de population de l’intérieur ouest-africain)
  • une histoire du peuplement mouvementée, faite de plusieurs vagues de migration vers un milieu littoral souvent considéré comme contraignant ou encore refuge,
  • un usage multiple des ressources et des combinaisons anciennes entre les activités agricoles, halieutiques et pastorales (cf. témoignage dans les amas coquilliers de l’association riziculture, pêche paysanne et exploitation des huîtres et des coquillages),
  • des échanges et mouvements de population importants à l’échelle des Rivières du Sud et même au delà
  • des sociétés qui se caractérisent par leur résistance à la pénétration étrangère (en particulier les colons européens), leur refus du pouvoir central et de l’islam, leur segmentation.

1962. Des éléments de différenciation sont mis en évidence à une échelle de temps plus court :

  • les unités morpho-pédologiques ou encore les facettes écologiques sont variées
  • les ressources de la mangrove sont différenciées (dans l’espace et le temps)
  • la dynamique climatique et hydro-sédimentaire est contrastée

197Ces facteurs de différenciation mettent en évidence un gradient nord-sud.

198Les systèmes d’exploitation ont également une dynamique contrastée, qui relève d’un complexe de facteurs, à savoir :

  • la diversité des combinaisons intersectorielles et de leur recomposition en fonction d’un ensemble régional plus large que les littoraux à mangrove des Rivières du Sud
  • l’importance des mouvements de population et des mécanismes migratoires
  • les processus d’innovation avec des décalages temporels selon les zones concernées
  • les groupes d’acteurs et leurs stratégies compte tenu des ressources disponibles (y compris les ressources organisationnelles)

199Cette analyse doit permettre de hiérarchiser les facteurs de changements, d’évaluer l’importance relative de la sécheresse (un amplificateur des phénomènes ?), de l’exode rural, des politiques nationales etc.

2003. La situation actuelle (depuis 50 ans) fait état d’ensembles régionaux historiques contrastés et de pratiques de l’espace diversifiées.

201À la dynamique des paysages, répond la flexibilité des systèmes d’exploitation, et réciproquement. Il est également nécessaire de tenir compte des politiques de protection et de gestion de la mangrove et des nouveaux enjeux suscités par le contrôle de cette ressource.

Commentaires relevés suite à cette présentation :
Concernant les pas de temps privilégiés par l’approche de l’anthropologie historique, il convient de combiner dans la mesure du possible la longue période (temps des institutions et des macro-évènements historiques) et l’échelle intergénérationnelle (une trentaine d’années) qui donne des indications sur les stratégies adaptatives des principaux groupes d’acteurs en fonction du déroulement des cycles de vie et des cycles domestiques (J.P. Chauveau).
Les pas de temps sont à géométrie variable, en fonction des questions posées. Le temps n’est ni linéaire, ni uniforme (S. Bouju).
Les études naturalistes considèrent en général une modification sociale comme consécutive à des modifications environnementales (en particulier climatiques). Il s’agit beaucoup plus souvent de co-évolutions société-milieu avec des rétroactions multiples et en cascades (D. Guiral).
Mieux vaut parler d’interaction société-milieu que d’impacts anthropiques. L’homme est le seul animal écologique, i.e. le seul à faire des choix. Le milieu « naturel » n’est jamais naturel quand il y a des hommes. Les transformations ne sont pas unilinéaires mais relèvent de choix et d’influences d’événements extérieurs ou d’accidents. Le milieu est un produit dynamique, changeant plutôt qu’un support passif. Par ailleurs les échelles de temps sont multiples : il existe des temps morts, figés et des accélérateurs du temps tels une innovation technique, une épidémie, une expansion démographique etc. (P. Pélissier).
Le débat entre sciences de la nature et sciences de la société repose sur un différend à propos de l’objet d’étude : les premiers s’intéressent à la mangrove, tandis que les seconds s’intéressent aux pays des Rivières du Sud, dont la mangrove n’est qu’une composante (J. Mouchet).
Même pour les sciences de la nature, il ne s’agit pas seulement d’étudier la mangrove, mais aussi les marais et les tann (M. Sow).
C’est l’interface entre les sociétés et le milieu qu’il faut analyser. De cet interface émerge un espace original. Cet espace est tout à la fois support, produit et enjeu de rapports sociaux (M.C. Cormier-Salem).

JEUDI 12 MAI 1994 (APRÈS-MIDI) : RAPPORT DE LA SÉANCE PLÉNIÈRE

202Présidence : P. Pélissier

203Ordre du jour : mise en forme définitive d’un plan de l’ouvrage à partir de propositions faites par le président de séance.

204L’ouvrage à réaliser est prévu pour un large public, d’environ 300 pages, y compris bibliographie générale et illustrations. La proposition de plan présentée tient compte en conséquence de cette volonté (large public) et, de fait, reste très scolaire et didactique à l’opposé des plans volontairement synthétiques proposés le matin (P. Pélissier).

DYNAMIQUE ET USAGES DE LA MANGROVE DANS LES PAYS DES RIVIÈRES DU SUD

205Cette proposition de plan reprend le schéma présenté par P. Pélissier ainsi que les ajouts faits au cours des discussions qui ont suivi. Dans chaque partie, les textes en italiques correspondent à des formes de traitement ou des commentaires de celles-ci

Introduction

  • définitions et délimitations spatiales des pays des Rivières du Sud
  • définition de la place et du rôle de la mangrove dans les pays des Rivières du Sud (élément de structuration de l’ouvrage et non uniquement estimation quantitative des mangroves).
  • spécificité de cette côte à l’échelle africaine, soulignant l’étrangeté de cette frange littorale profondément aménagée par l’homme.

Ie partie : Unité naturelle des Rivières du Sud

  • caractère commun : côte à ria
  • présence d’un écosystème spécifique : la mangrove (formations forestières, dynamique, causes structurantes)
  • caractéristiques de l’océanographie littorale

206histoire morphologique

207récente unicité des processus avec des réponses graduées

208La combinaison de ces trois points aboutit à la différenciation d’un secteur septentrional confiné et d’un secteur méridional ouvert avec le Rio Geba comme limite.

209Coordinateurs proposés : J.P. Barusseau et D. Guiral

IIe partie : L’Échelonnement en latitude et ses conséquences sur les milieux naturels

210— au plan climatique

211paramètres climatiques essentiels

212deux secteurs, septentrional et méridional, séparés par le Rio Geba

213— effets sur les régimes hydrologiques

214trois grands régimes, les fleuves du nord, la Gambie et les fleuves du sud

215— rôle du Fouta Djallon dans la partition nord-sud

216— aspects biologiques (faunes)

217Coordinateurs proposés : J.P. Barusseau et D. Guiral

IIIe partie : L’identité humaine des Rivières du Sud

218— les populations de rizicultivateurs des Rivières du Sud ont une identité profonde à l’échelle ouest-africaine (en contraste avec les populations de l’intérieur)
peuplement continu et dense au nord du Rio Geba
peuplement discontinu et faiblement dense plus au sud

219— relation population - santé (à traiter aussi en 5e partie)

220— particularités de la répartition de la population à expliquer par l’histoire : différentes identités culturelles, « partage ethnique », profondeur historique du peuplement, spécificité actuelle

221— caractères communs des organisations de ces sociétés (par contraste avec sociétés hiérarchisées de l’intérieur), peuplement ancien mais continuel apport depuis l’intérieur d’où « juxtaposition/fusion » et structure sociale autonome et différenciée

222— rôle de la navigation côtière ou hauturière

223d’où unité ou diversité.

224Coordinateur proposé : J.P. Chauveau

IVe partie : Aménagement technique du milieu

225fondements techniques permanents de ces sociétés

226— place essentielle de la riziculture dans son contexte identitaire, unifiant, spécifique et historique parenté des techniques (kajendo, koffi etc.)/ variation des combinaisons régionales

227profondeur historique variété

228des rizières (polder et nuances)

229souligner originalité à l’échelle mondiale de l’aménagement de rizières endiguées (primauté de la maîtrise du sol sur la maîtrise de l’eau ?)

230— exploitation des eaux et

231pêche

232cueillette

233pisciculture

234crevetticulture

235— rôle de la navigation, cabotage, commerce, contrebande

236— utilisation complémentaire de ces milieux

237Sel

238Bois

239tourisme

240utilisations annexes (en dehors de la mangrove) : au nord, la culture d’arachide, au sud, celle du palmier —> place de la mangrove dans les systèmes d’exploitation, histoire économique des Rivières du Sud

241— série d’études de cas en vue d’établir une typologie fonctionnelle des terroirs —> coupe en profondeur avec des zoom soulignant partition N/S i.e. situation défensive de la riziculture au nord (2 exemples)/ progression de la riziculture au sud, ou du moins, aller et retour (2 exemples)

242Coordinateurs proposés : J.M. Écoutin et M. Sow

Ve partie : Les agents de transformation, les facteurs de changement

243Il faudra hiérarchiser les agents contemporains de transformation en fonction de la latitude.

244— naturels

245sécheresse et « accident » climatique au nord —> impacts (à une échelle récente)

246dynamique littorale et érosion côtière au sud

247à une échelle de temps plus longue :

248— partage colonial et le phénomène de la frontière

249facteur de morcellement et/ou unification

250— les migrations de population (élément d’unification) migration de pêche dans ses formes actuelles migrations urbaines développement de la pêche et des migrations maritimes-complémentarité/concurrence pêche-agriculture

251politique de santé sur les mouvements de population (voir IIIe partie)

252— phénomène d’urbanisation /scolarisation, islamisation, modèle de consommation

253— dynamique des rapports marchands

254— impact des aménagements modernes (barrages anti-sel etc.)

255Coordinateurs proposés : M. Bâ, C. Chaboud

VIe partie : Une unité éclatée

256croisement des entrées des 5 premières parties pour les affirmer dans la situation actuelle + jeu des acteurs

  • un ensemble régional avec des pôles divergents : typologie régionale
  • interaction milieu naturel - société : faire ressortir les différences d’évolution, souligner dynamique différentielle en fonction des acteurs —> stratégie des acteurs (processus d’innovation)

257Coordinateur proposé : F. Bertrand

VIIe partie (Conclusion) : La mangrove : enjeux et perceptions

  • problématique et perspective : milieu robuste ou fragile ?
  • politique de conservation de ce milieu (parcs nationaux, protection de l’écosystème)
  • législation nationale et enjeu politique
  • rôle de l’englobant sur ce milieu (repris déjà en IVe partie)
  • comparaison avec des écosystèmes équivalents (mangrove et/ou riziculture) à l’échelle africaine et mondiale

258Coordinateurs proposés : M.C. Cormier-Salem, E.Salif Diop

259Commentaires relevés suite à la présentation du plan et non réintroduits dans celui-ci L’aire à considérer est une conjonction d’un milieu naturel spécifique et défini et d’un modèle social, humain (milieux sociaux et humains) non spécifique à ce milieu. Ce modèle est-il observable ailleurs ?

260Les chapitres I et II pourraient être confondus en une seule partie. Les coordinateurs (J. P. Barusseau et D. Guiral) sont d’accord sur ce point et doivent fournir un plan remodelé en tenant compte de cette correction.

261Discussion sur l’intitulé du titre :

262Il existe deux définitions de la mangrove (J.P. Barusseau) :

  • une formation végétale de schorre tropicale, définition sensu stricto
  • une unité géographique de zone tropicale humide intégrant la formation arborée (sensu stricto), l’estuaire et la zone saumâtre, les tannes (notion d’arrière-mangrove) et vasières, définition sensu lato

263La diversité des définitions peut être liée aux différents enjeux associés aux milieux et aux activités de mangrove (J. P. Chauveau). Il faut tenir compte du fait que cet ouvrage, et donc le titre, est un enjeu face à l’action incitative DURR (M.C. Cormier-Salem). Il faut donc bien expliciter ces enjeux et les échelles spatiales correspondantes dans la présentation de l’ouvrage.

264Après l’examen de différentes questions pratiques concernant la publication de l’ouvrage, la séance s’achève avec la présentation de nouveaux projets de recherche en prolongement du programme DUM :

  • contrat CAMPUS, présenté par E.S. Diop et J. P. Barusseau
  • programme mangrove en Guinée soumis à financement auprès de la CEE présenté par A. Fontana.

© IRD Éditions, 1991

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.