Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Brasília, ville fermée, environnement ouvert

 | 
Marcia Regina De Andrade Mathieu
, 
Ignez Costa Barbosa Ferreira
, 
Dominique Couret

La place de l'environnement dans le projet urbain de Brasília

Conclusion. L'environnement régional : lieu de ressources urbaines plus qu'un patrimoine à sauvegarder

Texte intégral

1L'étude successive des missions d'exploration, des législations de protection environnementale comme des plans directeurs d'ordonnancement du territoire du Distrito Federal nous confirme donc que toutes les mesures environnementales qui ont été successivement prises dans ce territoire ont toujours avant tout été des moyens pour la mobilisation des ressources naturelles régionales au service du projet de réalisation urbaine.

2Par ailleurs, l'observation de l'application des plans d’occupation territoriaux nous confirme une évolution environnementale globalement négative malgré les politiques et les moyens légaux contraignants mis en place, principalement des mesures préventives appliquées, à divers moments, pour protéger les ressources naturelles utiles. L'occupation du territoire, qu'elle soit issue de l'action privée ou publique, n'a pas obéi à l'organisation planifiée.

3La situation environnementale actuelle dans le Distrito Federal est donc caractérisée par une occupation urbaine durable de zones écologiques sensibles. Les sols se dégradent, les aires couvertes par la végétation naturelle diminuent fortement, la qualité comme la quantité d'eau s'amenuise, les décharges publiques continuent à manquer et les espèces végétales et animales du cerrado commencent à disparaître. Une grande inertie et une absence de conscience environnementale tant de la population que des politiques restent de règle et favorisent l'extension urbaine. La valeur ajoutée apportée par l'expansion urbaine, que ce soit en termes d'accès au logement, de création d'emplois ou de décentralisation de fonctions, soutenue par des politiques sectorielles, explique que la question environnementale ait été laissée au second plan tant par le pouvoir que par les populations.

4Le manque de contrôle et d'inspection quant à l'application d'une législation, par ailleurs pertinente, est donc au cœur de la question environnementale actuelle dans le Distrito Federal. Les instruments légaux fondamentaux pour la gestion environnementale urbaine existent pourtant. En réalité, les limites de leur application reflètent les courants divers qui animent la société locale et l'importance différente donnée aux préoccupations environnementales selon l'actualité et le moment politique. Ainsi le non-respect de la planification s'intensifie avec, en 1986, les premières élections démocratiques des députés fédéraux et des sénateurs chargés de représenter la ville au Congrès national, puis, en 1990, avec la première élection du gouverneur et des 24 députés de la Chambre du Distrito Federal.

5Les différents gouverneurs de Brasília élus :

  • Joaquim Domingos RORIZ de 1991 à 1995 ;
  • Cristovam BUARQUE de 1995 à 1999 ;
  • Joaquim Domingos RORIZ de 1999 à 2006.

6De nombreuses contradictions se révèlent ainsi entre la genèse de ces instruments et la mise en œuvre des mécanismes de contrôle. D'un côté, l'État agit en faveur de la protection des biens de la collectivité, en particulier l'environnement, sous la pression de l'opinion publique ; de l'autre, l'État est permissif. Il ferme les yeux, ignore les risques environnementaux provoqués par l'occupation urbaine indue de l'espace, alors même qu'il les a prévus et intégrés dans sa planification du territoire.

7Cette situation révèle aussi le manque de projets concernant Brasília engageant la responsabilité politique et la participation de la population dans les processus de gestion de la ville, comme de préservation du milieu naturel. Si cette lacune était comblée, il serait peut-être possible de transformer les pratiques courantes d'expansion urbaine, entretenues par l'impunité de ceux qui enfreignent les lois d'occupation et d'usage de la terre, vers une gestion plus environnementale et citoyenne.

8Il semble bien donc, à ce point de l'enquête, que dans le Distrito Federal, la primauté de la valorisation urbaine du sol soit due à la force des politiques sectorielles de l'habitat. Celles-ci auraient-elles vraiment favorisé l'usage urbain des zones naturelles au détriment de la protection environnementale d'un patrimoine naturel pourtant unique et rare ?

Bibliographie

Références

GDF, 1977 – Plano Estrutural de Organização Territorial do DF-PEOT. Convention Seplan/GDF, août 1977, Rapport technique, vol. I et II, Brasil.

GDF, 1985 – Plano de ocupação territorial do Distrito Federal-POT. Convention UnB/IAU, Brasília, SVO/DAU – Terracap, février 1985, vol. I et II, Brasil.

GDF, 1992 – Plano Diretor de Ordenamento Territorial do DFPDOT. Brasília, GDF, Brasil (version préliminaire du Rapport technique).

GDF/Codeplan, 1984 – Relatório técnico sobre a nova capital da república : Relatório Belcher. Brasília, Codeplan, 3e éd., Brésil.

GDF/Codeplan, 1995 – Relatório da Comissão Exploradora do Planalto Centra : Relatório Cruls. Brasília, Codeplan, 6e éd., Brésil.

GDF/IPDF, 1996 – Plano Diretor de Ordenamento Territorial do Distrito Federal, PDOT. Institut de planification territoriale et urbaine du District fédéral, Brasilia, Brasil.

Paviani A., 1985 – A metrópole terciária. Universidade de Brasília, Brasil, 156 p.

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540